L’anti-armée (par Jeanne)

L’autre jour, j’ai fait un rêve qui m’a marquée : nous roulions, avec deux de mes collègues de l’association Intermèdes-Robinson, à travers les rues de mon quartier d’enfance, dans une petite voiture à l’ancienne, type Renault 5. La même que celle que possédait ma mère, mais en blanc. Au bout d’un moment, à quelques rues de chez moi, nous croisions par hasard B., un copain de collège que je n’ai pas revu depuis bien longtemps. En fait, pas revu depuis ces années de 6e et 5e où nous passions tous les cours d’anglais à « bavarder » au fond de la classe, en compagnie de son « voisin » tout aussi drôle, « perturbateur » et « insolent », M.

Ce rêve était surprenant, mais semblait facile à interpréter : travailler à l’association Intermèdes-Robinson implique souvent de se projeter dans des souvenirs d’enfance ou d’adolescence, de se remémorer ce qu’on a vécu pour tenter de comprendre les jeunes qu’on fréquente. C’est un grand écart : d’un côté, on grandit, parce qu’on est l’adulte des jeunes qu’on encadre, parce qu’on doit tenir une posture de transmission, de confiance, de responsabilité. De l’autre, on est sans cesse conduite à se mettre à la place de ces jeunes et à se replonger dans les souvenirs de qui on était, comment on fonctionnait, ce qu’on voulait, ce qu’on craignait. On chemine, donc, en compagnie de ses collègues, à travers les routes de son enfance et son adolescence, et on y croise des visages amis oubliés.

Et voilà que, quelques jours plus tard, par hasard ou par déterminisme algorythmique, ledit B. me contacte sur un réseau social. Alors que nous ne nous étions pas parlés depuis 20 ans, il retrouve mon profil Facebook et prend des nouvelles, à grand coups de ce smiley qui rit aux éclats avec sa petite larme. On passe la soirée à se raconter nos nouvelles vies, nos anciennes, on est trop contents de savoir ce que l’autre est devenu, on se confie ce qu’on croyait que l’autre allait devenir.

Au bout d’un moment, il me dit qu’il a fait 7 ans d’armée et que M., son voisin de table de cours d’anglais de 5e, est devenu policier. Je tombe un peu des nues : ces deux garçons drôles et impertinents, tout sauf disciplinés, finiront par servir l’ordre et la sécurité ? Comment sont ils passés ainsi du rire aux armes ?

B. m’en dit plus. Comment l’armée l’a remis dans un cadre alors qu’il en manquait ; comment ça lui a permis de faire des rencontres, des vrais amis ; comment il a pu suivre une formation par ce biais ; comment, à la sortie, c’est cette formation qui lui a permis de trouver du travail et d’avoir sa situation stable d’aujourd’hui. J’ai déjà entendu ça chez d’autres. Il est aussi documenté que les classes populaires, les jeunes mal scolarisés ou mal orientés, catalogués pour leurs origines, sont surreprésentées dans la profession militaire. Ils y trouvent un moyen d’insertion professionnelle, quoiqu’ils soient de moins en moins nombreuses à mesure qu’on grimpe la hiérarchie. En discutant avec B. et en pensant à notre travail ici, je me demande si l’armée a joué pour lui le rôle que devrait jouer un centre social, qu’aurait du jouer un centre social s’il y en avait eu un pour lui, s’il y en avait suffisamment en France, s’ils étaient suffisamment financés, suffisamment équipés, gérés par des travailleurs sociaux suffisamment formés et bien traités. Je me souviens de ces publicités « L’armée recrute » croisées au printemps derniers dans les rues de Massy : on y lisait « viens avec tes doutes. Repars sûr de toi » ou « Viens pour le permis. Reste pour bien plus », au-dessus d’images de jeunes-désoeuvrés-en-train-de-traîner-dans-la-rue-au-lieu-d’aller-au-lycée. Le message était bien clair : toi qui es pomé, ou qui n’a pas moyens de te payer les outils de ta liberté, il te reste l’armée. Echange (potentiellement) ta vie contre (potentiellement) ton existence future. Ta liberté d’aujourd’hui contre celle qu’on te donnera peut-être plus tard.

Ainsi, l’Etat aussi crée son « armée de réserve ». Il la crée en entretenant, par le biais des insuffisances de son système scolaire et social, une jeunesse sans argent, sans formation et sans éducateurs, pour ensuite lui proposer comme dernière bouée de sauvetage tout ce à quoi ces jeunes devraient avoir droit du simple fait d’être là : des échanges, des rencontres, des conseils, des occasions de développer leurs talents et leurs compétences, une formation, du boulot qui leur plaît, des amis, des adultes de confiance.

C’est donc comme ça qu’on recrute des soldats. Une main donne le poison, une autre le médicament, ça peux te soigner ou pas, tu y peux y laisser ta santé, ou ta vie, ou pas.

Je repense à ce principe de la pédagogie sociale, cette revendication affichée en bannière dans notre cuisine : « que les jeunes soient exemptés de toute forme de service militaire ». On nous dira que ce voeu a été exaucé puisque le service militaire obligatoire s’est achevé en 1996. On répondra : seulement pour certains. Là où il y a de la précarité, de l’échec scolaire et pas de travail social digne de ce nom, les jeunes restent incités à se faire soldat pour qu’on les aide sur les plans administratif, financier, social et même affectif.

J’ai commencé par un rêve, je finis par un rêve : qu’on nous donne les moyens de faire notre travail de pédagogie sociale correctement, pour tous et toutes, car ce travail est une anti-armée. Un espace collectif et sécurisant, où on entre et reste librement, sans payer de sa poche ni de sa vie. Un espace où on trouve des ressources, un cadre, du soutien et des liens tout simplement parce qu’on y a droit.

MARDI 20 SEPTEMBRE 2022

Atelier au bidonville d’Antony Pôle

Cette semaine, c’est le retour de Roumanie de tous les enfants, nous sommes extrêmement nombreux cet aprem ! Alex propose une nouvelle activité artistique pour les jeunes : cartes à gratter. On remplie la feuille de couleurs, on recouvre avec de la peinture et on gratte les dessins que nous voulons voir apparaître. Miruna anime une petite enfance et les enfants construisent de jolies tours, et Miles & Cassandre organise des jeux sportifs et jeux collectifs : parcours, poisson-pêcheurs, un deux trois soleil ! A la semaine pro !

Atelier PS Jeunes au quartier de Saint-Eloi, Chilly-Mazarin

Aujourd’hui je me suis rendue au lycée Jean Perrin pour aller à la rencontre des lycéens et faire de la communication. J’ai longuement parlé avec Eryca qui prépare un bac pro commerce et qui a des difficultés à trouver un stage. J’ai ensuite accompagné la jeune Sarah dans la réalisation de son CV afin qu’elle puisse postuler et avancer dans son projet de recherche d’emploi.

Anniversaire fêté au local

Avant notre réunion hebdomadaire du mardi soir, Nadjami passe nous voir au local et nous annonce qu’elle fête ses 24 ans. On en profite alors pour lui faire souffler les bougies et on trinque ensemble en dégustant un gâteau spéculossé !

MERCREDI 21 SEPTEMBRE 2022

CLAS Primaire

Ce matin nous accueillons notre vingtaine d’habitués pour une collation à base de raisins et chocolat, pendant laquelle nous discutons des saisons et de leur changement qu’on est entrain de vivre ainsi que du tunnel sous la manche. Isabelle emmène ensuite un groupe au parc pour travailler ludiquement les mathématiques autour d’un jeu de dominos. Un autre groupe reste avec Miles pour apprendre une chanson en anglais et s’initier à la guitare. Le dernier groupe participe avec Jeanne à un atelier proposé la semaine dernière par Ousmane: l’écriture d’une lettre à la maire de Chilly-Mazarin! Les enfants s’expriment et s’écoutent dans le cadre d’un débat autour de leurs revendications, l’occasion de discuter de pouvoir, de politique locale et d’écriture formelle.

Atelier au quartier de Saint-Eloi, Chilly-Mazarin

De retour à Saint-Eloi pour notre rendez-vos habituel du mercredi. Au programme atelier slime/pâte à modeler fait maison, petite enfance, jeux de société, football et un atelier dessin pour apprendre à mélanger les couleurs à l’infini. Au goûter gâteau au chocolat fait maison.

Atelier à l’hôtel Astoria, Massy

Hello Astoria, on vient maintenant le mercredi après-midi et les enfants sont ravis, au programme dégradés en aquarelle, petite enfance avec des jouets rigolos notamment un périscope sous-marin pingouin et des perles avec des lettres pour écrire son prénom. Nous dénombrons pas moins de 20 enfants sur l’atelier. On prend le goûter dans le calme, et on se dit à jeudi prochain !

Atelier au bidonville de Champlan 2

Aujourd’hui, nous sommes allés au bidonville de Champlan 2, avec Selin, Miles, Mohamed et Alex. Nous avons emmené les jumelles et Mohamed, que nous accompagnions depuis maintenant presque un mois.
Il y a quelques semaines, les enfants nous ont dit qu’ils aimeraient jouer au bowling, et aujourd’hui nous avons pensé à l’amener. Nous avons vu de jolis strikes.
Miles a joué avec les enfants sur le tapis de petite-enfance, et Natacha notamment l’a impressionné par sa connaissance de tous les véhicules.
Selin a animé une grande table de coloriages, qui a beaucoup plus aux enfants qui se sont beaucoup appliqués.

A la semaine prochaine !!!

CLAS Collège / Lycée

Il y a entre 20 et 25 collégien.nes et lycéen.nes qui viennent au local afin de travailler leurs leçons et faire leurs devoirs. C’est énorme pour notre petite structure ! On se débrouille tout de même pour se disperser dans 3 espaces différents. Après deux heures et demie de français, de maths, d’histoire et de langues, nous prenons un goûter autour d’une activité de lecture-dessin favorisant la représentation mentale, alias l’imagination !

JEUDI 22 SEPTEMBRE 2022

Permanence administrative

Comme chaque semaine, nous recevons un monde fou pour l’aide administrative…

Atelier au parc de la Corneille, Massy

On est une vingtaine sur l’atelier, il fait doux et on peut profiter du soleil pour faire des activités calmes : atelier bien-être avec massage des mains, vernis à ongle et le rendu célèbre henné, petite enfance bricolage et dînette, tour en kapla et lecture, billard suédois et dessin. Melina et Anne-Gaëlle nous disent qu’elles ont hâte de faire leur stage pratique de 3e (déjà, elles grandissent vite) chez nous, et nous leur donnons rendez-vous la semaine prochaine au local pour qu’elles puissent parler avec Laurent. On prend le goûter au calme, les garçons nous aident à tout ramener au camion. Ciao les jeunes !

Atelier au skateparc, Longjumeau

Gros soleil et beaucoup d’enfants aujourd’hui au skate park ! Fatoumata fait de la pâte à modeler, dinette et constructions avec les petits, Andra de la peinture, Widson du basket et Jeanne du badminton. Bonne énergie, beaucoup de petits, les parents qui viennent les chercher à la maternelle restent autour avec nous.

Atelier au jardin de Bel-Air, Longjumeau

Bonne cueillette de haricots et de tomates et même de … petites pommes de terre ! Nous avons eu l’aide des jeunes du quartier pour nous aider à jardiner, arroser et creuser pour la future parcelle des salades. Nous prenons ensuite un super goûter parsemé de fou rires ! Merci et à très vite !

Atelier foodtruck à l’hôtel Balladins, Chilly-Mazarin

Aujourd’hui, nous sommes allés aux Balladins avec Sylvie, Abdel, Maria, Yaëlle, Yoanna et Alex. Nous y sommes allés avec le food-truck, et nous avons pu déguster des sandwichs merguez ainsi qu’une salade d’ananas et de raisin.
Aussi, nous avons mis en place une petite enfance, composée des jouets habituels mais aussi de peinture au sol. Pour les plus grands, Sylvie a proposé une activité artistique.
Au moment du goûter, nous nous sommes assis tous ensemble et nous avons chanté des chansons.
Nous avons fini par jouer à 123 soleil, jeu réclamé par les enfants après chaque goûter.
A jeudi prochain !!

VENDREDI 23 SEPTEMBRE 2022

Repas collectif au local

On accueille une bonne trentaine de parents et enfants pour déguster le repas que Fatoumata a préparé avec les mamans et mamies qui l’accompagnent habituellement. Une ambiance conviviale où l’on discute politique, foot, écologie… autour d’un copieux repas riz-poulet sénégalais accompagné d’une salade composée : quel combo !

Atelier FLE pour adultes

Aujourd’hui, nous sommes onze ! Et nous accueillons encore de nouvelles personnes aujourd’hui : Ihmed, Abib, Rachid et Hassen, ainsi que trois membres de notre équipe qui ont besoin de cours. Nous faisons deux groupes : un qui travaille majoritairement l’oral et l’autre qui travaille l’écrit plus institutionnel et administratif. Les niveaux sont tous très différents et cela nous demande pour Senad & moi une grande flexibilité. Le groupe repart content de la séance, c’est le plus important. La semaine prochaine nous travaillerons l’oral autour de scénettes théâtrales. A bientôt !

Atelier à la Rocade, Longjumeau

Super aprem avec du Molky où l’on reprend la base du calcul mental, un peu de foot pour les demandeurs, des perles et des jeux pour petits et grands. Une bien belle ambiance avec des mamans venues discuter avec nous et les jeunes ados qui nous aident à ranger le matériel. Et un petit coucou de Eddy au passage ! A demain à Bel-Air !

Atelier au parc du Château, Chilly-Mazarin

Coucou les enfants ! On se retrouve aujourd’hui au parc du château. A peine sorti de l’école les enfants nous rejoignent tous. Au programme des bracelets de perle et de lettres pour écrire nos prénoms. Des instruments de musique et des jeux de constructions pour les tout petits et hop c’est déjà l’heure du goûter. A vendredi prochain !

Atelier au bidonville de la N20, Massy

Au goûter nous chantons la chanson des éléphants

Très bel atelier cet après-midi, nous retrouvons des habitués, des vieilles connaissances que nous n’avions pas vu depuis longtemps et quelques nouvelles têtes. Le petit Florin est très excité de nous voir arriver, il nous aide à installer les tapis de la petite enfance sur lesquels on verra se construire des tours de legos et des chemins de fer en bois et au milieu de ces constructions on se contera des histoires sur les animaux. Mirouna montre à des enfants et des adultes comment faire des colliers de perles. Alex réalise un atelier de peinture à gratter sur lequel les enfants montrent toute leur créativité et sont très heureux de récupérer leurs œuvres en fin d’après-midi. Plus loin, un groupe de garçon jouent au bowling avec enthousiasme, ils comptent les quilles tombés, additionnent les points et font même de la soustraction en partant des quilles restantes. Ils termineront l’après-midi avec une séance de tirs au but endiablé!

Au goûter nous chantons la chanson des éléphants puis les enfants nous aident à ranger.

Spectacle Aven Savore au festival « C’est pas du luxe ! », Avignon

[texte]

SAMEDI 24 SEPTEMBRE 2022

Festival Coluc’All et atelier au jardin de Bel-Air, Longjumeau

C’est le festival Coluc’All à la maison Colucci et nous sommes invités à tenir un stand. Nous présentons l’association et ses projets et redirigeons les enfants à l’atelier de Bel Air pour les ateliers jeux de société, bracelets de perles et petite enfance. Au goûter beignets pour tout le monde !

Aven Savore au festival « C’est pas du luxe ! », Avignon

On part pour le week-end à Avignon, aller vendredi, balances du spectacle dès le sortir du bus à 16h30 et tout s’enchaîne jusqu’à l’heure du concert ; les enfants sont chaud-bouillants, les spectateurs aussi, et la salle est comble : certains spectateurs ont été refoulés à l’entrée tellement il y avait de monde. Le spectacle est magnifique, et nous avons de très bon retours du public, qui manifeste sa joie et son enthousiasme durant et après le spectacle. Viva Aven Savore !

Inscription à la newsletter

Réseaux sociaux

Flux Youtube

Nos principaux partenaires financiers



Nos principaux partenaires de terrain Banque Alimentaire Paris Ile de France