FESTIVAL FREINET

FESTIVAL FREINET

Ce qu’est un FESTIVAL DE PEDAGOGIE SOCIALE

Un Festival, comme une fête

Un Festival de Pédagogie sociale, pour les Robinsons , c’est une fête qu’on se promet entre nous; qu’on prépare pendant des mois. Qu’on attend comme un Noël, qu’on espère comme une révolution.

C’est le moment où nous allons retrouver nos partenaires, nos amis, nos compagnons et celui où de nouveaux venus vont sans conteste, nous rejoindre.

Une rencontre , des retrouvailles.

Tous nos amis, tous les acteurs en Pédagogie sociale, de toutes les régions de France , se retrouvent à Chilly-Mazarin, dans les locaux qu’on nous prête, ceux auxquels nous pouvons accéder .

Et alors, nous faisons ce que nous savons faire de mieux : nous habitons.

Pendant deux journées , le Festival est une VIE ; c’est un lieu où on se rassemble, où certains se rencontrent enfin après avoir tellement entendu parler les uns des autres …

C’est le lieu où on se retrouve comme masse, comme groupe, comme collectif . Le moment où on se compte, le moment où on compte… enfin!

Un Festival: une Fête pour tous les sens

Un FESTIVAL, c’est aussi un SPECTACLE; le moment où chacun réalise son chef d’oeuvre .

Et de ce point de vue , le Festival “Freinet Hors les murs” des 28 et 29 Mai 2021 a été spectaculaire: performances d’enfants, improvisations, tout nouveau spectacle d’Aven savore!

Une tempête de couleurs, un orage émotionnel…. Mais aussi un moment d’intense sérénité. Chacun s’applique, chacun se révèle, chacun SE DONNE en spectacle, pour un moment, pour un court instant.

Nous vivons, nous le savons, un moment d’exception, un de ces “moments pédagogiques” chers à Korczak.

Nos visions du Monde s’exposent , comme les dessins de Sena Hajaj qui frappent le visiteur dès l’entrée par la gravité des visages d’enfants et d’adultes , marqués par leur histoire, leur vie, leur place dans le Monde…

On se photographie, on se filme les uns et les autres , car un Festival en Pédagogie sociale, c’est aussi une FABRIQUE: un éphémère atelier de production sonore, culinaire, visuelle, cinématographique et photographique.

Un Festival: un lieu où on se transforme

C’est un lieu où on prend: où on se comprend, où on se forme. Enfin on comprend les bases, on comprend tout ce qui réunit ces acteurs de Centres sociaux, d’Ecoles de Travail social, de collectifs militants, d’acteurs engagés dans des ateliers de rue, des jardins communautaires, d’artistes de rue.

C’est un lieu où échange ses pratiques, où on assimile de nouvelles techniques, où on confronte nos expériences, nos principes, nos postures.

L’ambiance d’un Festival de PS, est étrangement familière à tous. Nous venons avec ce qui nous a porté là, mené ici. Nos options sont si différentes, mais la Réalité sociale, le constat d’un Monde qui se dégrade , nous réunissent. Nous parlons un même langage, que nous venions de Belgique, d’Italie ou d’Espagne.

C’est celui du Monde qui souffre, de la précarité qui assaille.

Point zéro, An I

Le Festival devient ainsi le Point zéro de nos actions , de nos projets. Nous nous y ressourçons, nous produisons l’énergie sociale et humaine, nécessaire pour poursuivre, là où nous sommes , et tenir nos actions, dans un environnement institutionnel et politique, contraires.

A Chilly-Mazarin, les festivaliers présents ont adopté un Manifeste commun: le Manifeste des acteurs en Pédagogie sociale. Que celui-ci essaime!

VENDREDI 28 – SAMEDI 29 FESTIVAL “FREINET HORS LES MURS”

Nous l’avions préparé depuis des mois; reporté, imaginé dans différents lieux. Nous avions désespéré de pouvoir le tenir. Puis espéré encore ! Enfin le voilà!

Deux jours de rencontres, échanges, exposés, performances d’enfants, projection de “nos” films (“Une histoire sans fin” ; “Enfance invisible”, le clip Aven savore (la Romjansa)

Mais il y a eu aussi des débats, et une liste énorme d’ateliers en lien avec l’expression et la création en contexte de rue :

  • Atelier de fabrication de pain, au Parc, Atelier de rue à l’hôtel social, peinture sociale, atelier d’échanges de pratiques, présentation d’expériences pédagogiques (former les travailleurs sociaux à la Pédagogie sociale, “école Bricabrac”). Des stands des expos, le tournage sur place d’un documentaire, des photographes en embuscade, des enfants artistes prêts à intervenir à tout moment, etc…
  • Tout cela dans nos locaux , et dans le beau cinéma Truffaut de Chilly (que son équipe et la municipalité soient remerciés de leur accueil).
  • Mais aussi beaucoup à l’extérieur , dans le parc, à l’hôtel social, dans la cour du restaurant inter-générationnel, etc.

Vendredi 28 Mai – Premier jour du Festival de Pédagogie Sociale

En cette matinée spéciale, toute l’équipe des Robinsons se retrouve à 11h au local pour amener le matériel au Cinéma Truffaut. Une fois sur place, nous exposons les œuvres de Senad Hasaj, et les photographies de Thomas Bérard qui sont maintenant éditées dans son livre Vendredi aux Robinsons. A notre plus grande joie, Kalidjatou et son fils Latif sont avec nous dès les préparatifs !

13h30 : Les participant.es arrivent, les inscriptions sur les différents Ateliers s’effectuent, les retrouvailles sont chaleureuses et les rencontres jaillissent.      Laurent ouvre la réunion plénière, évoque Freinet, Korczak, et la question de la réappropriation de l’espace public se pose très rapidement. Comment agir dans et hors les murs ? La parole est passée à Catherine Hurtig, membre de l’ICEM, puis aux collectifs venus de la France entière : Tous les maquis, Ancrage, Terrain d’entente, Bric à Brac…

Après la réflexion, place à l’art : Kledjona Rhexa et Hafastou Saindu dansent sur scène et par ce biais, nous racontent leur intime relation avec Aven Savore.

Il est 16h30 quand les Ateliers débutent. Selon les goûts, on peut dès lors imaginer une chorégraphie dans l’atelier danse, créer sa propre lessive, faire son pain, visionner des courts-métrages, débattre et échanger nos pratiques de pédagogue, fabriquer des carnets originaux, ou encore participer à l’atelier de rue hebdomadaire organisé dans l’hôtel social du Balladin.

Après-midi riche qui se termine avec un merveilleux concert de la troupe Aven Savore ainsi qu’un petit buffet à partager !

Samedi 29 Mai – Deuxième jour du Festival

Comme la veille, nous retrouvons les festivaliers aux alentours de 13h. A ceux du vendredi s’ajoute un atelier de Peinture Sociale animé par Isabelle ainsi qu’un atelier de réflexion autour de la Pédagogie Sociale organisé par le collectif Bric à Brac. Les participant.es se retrouvent en fin de journée pour suivre une intervention d’Abdel à propos du travail social, et écoutent par la suite les témoignages de Kledjona, Yaëlle, Kenza et Hafsatou, jeunes qui grandissent aux côtés d’Intermèdes Robinson. Un dernier temps collectif est consacré aux retours des festivaliers. Les remerciements sont enthousiastes, plein d’émotions, et ne peuvent que donner la force pour les prochaines actions sociales qui sont à mener… ensemble !

Atelier au bidonville de l’Opel, Massy

Au programme de cet après-midi où nous décidons d’ouvrir un nouvel atelier au bidonville de l’Opel à Massy, boxe, aquarelle et décoration de l’alphabet, et bien évidemment petite enfance active ! Les enfants sont très contents que nous venions désormais sur leur lieu de vie. Nous terminons par un bon goûter, et nous nous disons à mardi prochain.

Atelier au bidonville du rond-point, Chilly-Mazarin

Aujourd’hui une équipe d’Intermèdes Robinson est intervenue dans un bidonville. Le programme du jour était la distribution de vêtements et la mise en place de divers ateliers. Dès notre arrivée, nous avons installé un stand avec les différentes cagettes de vêtements. Nous avons séparé les vêtements en trois catégories ; les enfants, les femmes et les hommes. Le stand de vêtements a été très vite pris d’assaut, et les personnes se sont très vite servies. Nous avons remarqué qu’il y a eu un manque de vêtements pour homme par conséquent un grand nombre d’hommes n’ont pas trouvé de vêtements à leur taille. En parallèle, nous avons installé les ateliers pour les enfants. Les enfants ont pu jouer au badminton, faire des origamis, dessiner et se divertir autour de livres et de jeux de construction durant toute la journée. La journée s’est clôturée par un goûter convivial avec les enfants et les parents.

 

MERCREDI 2 JUIN 2021

Atelier au quartier de Saint-Eloi, Chilly-Mazarin

Les enfants nous attendent à la place où l’on gare le camion, nous klaxonnons, tout le monde sourit ! Puis on transporte le matériel jusqu’à l’emplacement de l’atelier, tout le monde est très souriant. Marie part avec un groupe de 7 enfants dans le parc pour récolter de jolies plantes à coller dans son carnet ; le parc nous fournit une diversité de plantes assez incroyable. Nous passons également à côté du “mur de la honte” avec Amna, qui m’explique qu’il a été (enfin) détruit. On en profite pour prendre une photo ! De l’autre côté de l’atelier, on lance des questions philo aux enfants, qui sont avides de discuter entre eux : “à quoi sert la police ?” et “qu’est-ce qu’un ami ?”. De grands jeux sont mis en place dans le “trou” au milieu des arbres, où on entend crier et rigoler dans tout le quartier ! On prend le goûter, distribué par les enfants, et on se dit à la semaine prochaine tout le monde.

Atelier au Parc du Châteaux de Chilly Mazarin :

Cette après-midi, un monde fou dans le parc du Châteaux !

Des familles et des jeunes qui nous attendaient très impatiemment pour commencer les activités socio-éducatives et scolaires. des jeux qui bougent et qui font bouger beaucoup d’enfants très énergiques, des jeux comme la balle au prisonnier où un badminton sans limités dans l’espace, apportent de l’ambiance et des fous rires sur le visage des enfants et des jeunes.

Une petite enfance bien géré par les pédagogues sociaux mais aussi par les parents qui sont fidèles au rendez-vous et à leurs poste.  Des activités de dessin et de peinture  avec les jeunes passants leurs ont permis de s’amuser avec nous et de libérer un peu leurs imagination.

Un bel goûter clos notre journée et on se dis ” A bientôt” !

 

Atelier au jardin de Bel-Air

Aujourd’hui super atelier au jardin de Bel-Air! Les enfants étaient contents de nous retrouver, même s’ils étaient tristes pour le départ de Piero. Un petit groupe a réalisé des tricots en laine, en utilisant des couleurs super belles. A côté, un deuxième groupe s’est amusé en créant des bijoux avec des perles en bois : des bracelets, des colliers, des bagues…

Le jardin commence a donner ses fruits: nous avons récolté des radis, des blettes et des herbes aromatiques! Les enfants étaient très contents de pouvoir profiter de la récolte en la partagent avec leurs familles. Nous avons terminé la belle journée en profitant d’un bon gouter tous ensemble.

A la prochaine,

Francesca.

 

Atelier à l’hôtel social Astoria

Aujourd’hui nous avons fait un bel atelier à l’hôtel social Astoria à Massy!

Les enfants, en rentrant de l’école, ont trouvé plein d’activités à faire. Les plus petits se sont amusés sur les tapis de petit enfance, avec de la dînette, des livres et des briques en cartons. Plus loin, un autre groupe a réalisé des bracelets, des colliers et des bijoux variés avec les perles. Les plus grands ont profité des jeux de société pour se défier, et pour rigoler ensemble.

Nous avons terminé en partageant un super gouter et en discutant de l’école: plein de questions intéressantes ont été posées!

A la prochaine,

Francesca

 

Atelier à Massy

Aujourd’hui nous avons fait un atelier en plein air à Massy.

En rentrant de l’école, les plus petits ont pu jouer sur les tapis de petite enfance avec des voitures, des dominos et divers jouets pendant que les enfants plus âgés participaient à un atelier créatif autour de la réalisation d’un herbier avec les fleurs trouvées dans le parc. Pour se défouler une partie de foot a démarré et d’autres ont pu se mesurer au billard suédois.

Nous avons terminé l’atelier autour d’un goûter avec tous les enfants et quelques parents. Au programme de l’après-midi plein de discussions et de belles créations !

A la semaine prochaine !

Sophie

Vendredi 4 juin

Atelier au bidonville d’Antonypôle

Aujourd’hui nous retournons au bidonville d’Antonypôle, après 2 semaines d’absence du fait du festival de pédagogie sociale. Les enfants nous accueillent avec beaucoup de joie, font de grands signes, nous appellent par nos prénoms, nous prennent le matériel des bras pour tout de suite installer l’atelier. Au programme ce vendredi : un atelier de dessin, un atelier de création de bijoux avec des perles, beaucoup de légos pour les plus petits, un atelier de boxe et une initiation à la slack line. Les enfants sont nombreux-ses, et tout cela leur permet de tester beaucoup de différentes activités. Des jeunes hommes et des adultes s’intéressent aussi, font des vidéos d’eux en train de boxer pour la poster sur leurs réseaux sociaux. Les plus petit-es apprennent à enfiler des perles pour créer des bagues, la petite Natacha montre à ses amies comment dessiner un paysage de soleil couchant derrière des sommets montagneux. Le petit Ahem se lance pour la première fois sur la slack line, main dans la main avec Sophie. Giovanni et Armani, de nouveaux arrivants, montrent leur savoir-faire à la boxe, qu’ils ont déjà pratiqué en Roumanie. A la fin, tout le monde joue au jeu de la corde, chaque équipe tirant de chaque côté pour faire tomber l’autre. Nous rangeons, nous goutons, nous re-rangeons, et repartons, à nouveau aidé-es par les enfants.

 

Atelier du Parthénon

Aujourd’hui nous avons beaucoup discuté avec les familles. Nous avons pris des nouvelles. Ousmane un enfant fidèle à nos activités m’a demandé si nous pouvions parler aussi avec les enfants! Un prochain “Quoi de neuf?” s’impose samedi prochain! Nous avons pris un grand goûter collectif dans une ambiance chaleureuse et nous nous sommes dit à samedi!

Atelier au jardin de Bel-Air

Aujourd’hui nous avons fait un super atelier au jardin! Les enfants ont profité des jeux collectifs, ils se sont amusés dans plusieurs match de baseball, ils se sont vraiment défoulés! En même temps, nous avons récolté les radis, et planté des salades. Nous avons réalisé aussi des colliers, des bagues et des porte-clés! Les enfants se sont beaucoup amusés, et, après avoir partagé ensemble un bon goûter, ils sont partis chacun avec quelques rais, histoire de gouter les fruits de leur travail!

A la prochaine!

Collecte Alimentaire de Printemps à Massy – Quartier Grand ensemble :

Ce matin nous sommes prêts à aller faire la Collecte alimentaire dans le cadre de notre partenariat avec la Banque Alimentaire Île de France. Nous sommes très bien accueillis par le directeur du magasin qui comme d’habitude se montre très amiable et à l’écoute de notre demande.

Avec Senad, Djema et Nicolae , nous avons essayer de donner envie aux familles et aux personnes sensibles à la situation actuelle malgré le fait que nous savons que la situation financière des familles pauvres est de plus en plus précaires.

Nous avons pu rencontrer des familles, des jeunes et de enfants qui ont l’habitude de nous voir lors des ateliers de rue à Massy et qui se sont montrés sensibles et qui pu faire des dons malgré la situation précaire de la famille.

Une belle après-midi avec des beaux gens et des gens bienveillants qui nous ont donner envies de s’investir encore plus.

Merci a tous les donneurs et au personnel qui nous a accueilli!

A la prochaine.

Pas de bras, pas de chocolat

“Pas de bras, pas de chocolat”

L’expression est devenue commune, mais on ne se souvient pas toujours qu’elle provient d’une blague un peu cynique.

Mauvaise blague

En effet, l’histoire “drôle”d’origine mettait en scène un enfant manchot qui se présentait parmi d’autres enfants à une distribution de chocolat. Arrivé à son tour, l’adulte est censé dire cette phrase affreuse , sous couvert d’une certaine logique… “Pas de bras, pas de chocolat!”

En Pédagogie sociale, dans nos rapports avec les institutions, les collectivités, les acteurs engagés dans de nouveaux projets peuvent facilement reconnaître cette même logique à l’œuvre , au travers des discours institutionnels.

La preuve par zéro

A ceux qu’on a déjà privé de locaux (pourtant si nombreux et si souvent vides), on prétextera par exemple l’insuffisance de leur espace disponible, pour refuser telle action, tel dispositif ou telle mesure.

A ceux qui n’ont ni parking, ni place de stationnement réservé, on reprochera les mauvaises relations avec le voisinage grincheux , qui se sent encouragé à remettre en cause le stationnement des véhicules dans leur rue, ou devant leur porte et grille.

A ceux qui visiblement, n’ont pas le soutien concret des collectivités, on discutera toute initiative ou toute légitimité.

A ceux qui ne disposent d’aucune salle , on critiquera leur demande d’accéder à des locaux. Ou on se servira de cet argument pour dire qu’ils ne sont visiblement pas compétents en culture, ou en social, puisqu’ils n’ont aucun équipement.

Nous connaissions cette étrange logique des institutions et collectivités de réserver tous les moyens à ceux qui les ont déjà.

Nous connaissions cette étrange logique qui pousse les institutions à refuser des subventions à ceux qui en ont vraiment besoin.

Effet de tenailles

Mais cette tendance bien ancienne, commune avec tous les porteurs de projets et d’initiatives sociales, va beaucoup plus loin quand elle fonctionne comme une tenaille , quand on la saisit dans s logique profonde: refuser les moyens pour ensuite disqualifier le manque de ressources; refuser les locaux pour obliger celui qui n’en a pas à les revendiquer, et ensuite fustiger cette posture de revendication.

Renvoyer la structure à laquelle on n’accorde rien, à la concurrence avec des petites structures “clientélisées” , qui viendront renforcer le reproche de cette attitude revendicatrice: “Pourquoi vous, et pas tout le monde?”

Le cynisme est à son comble quand on reproche aux structures en Pédagogie sociale d’avoir trop de public, d’avoir un impact , et que cela dérange les structures vides, silencieuses et impeccablement rangées.

La surenchère du vide

Bien entendu cette morale inversée du “Pas de bras , pas de chocolat” est semblable à ce que subissent les millions d’enfants et leurs familles, en situation de précarité.

Depuis le début des années 2000, l’ancienne logique de modération, de compensation des inégalités sociales , culturelles, éducatives, politiques qui fondait notre société, s’est transformée en son contraire: la pénalisation ddes besoins sociaux.

Aujourd’hui les acteurs sociaux sont ouvertement pénalisés, non par simple négligence, ou indifférence , mais justement du fait du contenu social , de leurs actions. Au même moment les opprimés sociaux, sont également pénalisés , du fait même de la situation d’exclusion qu’on vient leur reprocher.

Les dénis, les pertes de droits, s’enchainent les unes aux autres. Si vous n’avez pas de toit, vous ne serez pas considérés comme un habitant, et vous n’aurez pas de droits comme tels. Si vous n’avez pas de revenus, les allocations sont en risque perpétuel d’être suspendues.

Aspirateur social

Une trappe s’est ainsi ouverte au dessous des groupes, des acteurs qui subissent toutes les violences économiques, culturelles, politiques, sanitaires et éducatives. Elle vise à la disparition et l’invisibilisation des parties indésirables de la Société.

Mais il arrive aux machines diaboliques , d’échapper régulièrement au contrôle de leurs créateurs; elles s’emballent et provoquent mille dégâts.

A force de pénaliser les besoins , ils explosent. L’énergie déployée pour dissimuler, contrôler, réduire, épuise toutes les ressources, et rend impuissants ceux qui s’y emploient.

Il n’y a plus d’idée, plus de créativité, plus de réactivité, car justement on a fait taire les forces qui pouvaient apporter du changement.

Les ressources monopolisées par tout ce qui est mort, manquent au moment d’agir et les censeurs n’ont plus les moyens de créer quoi que ce soit.

MARDI 25 MAI 2021

Atelier au bidonville du rond-point

Nous arrivons aux alentours de 14h30 sur le platz et installons les divers ateliers : une grande petite enfance avec un espace peinture à la main, un atelier boxe, et un atelier sportif mêlant corde à sauter et jeux collectifs. Des parents se joignent à nous pour sauter à la corde.

Après une bonne heure d’activité, nous prenons le goûter : chocolat chaud, madeleines avec un petit chocolat ! Le goûter et convivial et permet d’apaiser les enfants après les nombreuses activités !

A la semaine prochaine !!

 

MERCREDI 26 MAI 2021

Atelier au quartier de Saint-Eloi, Chilly-Mazarin

Peinture, foot, petite enfance et jeux de société au programme de cet après-midi ; la peinture se transforme en promenade d’observation et de cueillette dans le parc attenant, où Imane, Abi et Keny prenne un sacré plaisir à me montrer leur terrain de jeu. Il y a le petit banc “noyé” dans les plantes, où même des pissenlits poussent dans les planches ; il y a le coin de “la fleur qui ne dit pas son nom”, puis “le marécage”, où Keny s’est une fois embourbé alors qu’il croyait la piste glacée praticable cet hiver. Nous cueillons de jolis bouquets colorés pour la fête de nos mamans, dimanche prochain. Aby et Imane préparent aussi des cartes pour leur mère chérie, avec la gouache et le papier ; elles confectionnent de jolis carnets à offrir. Nous goûtons sous un ciel menaçant, mais dans une ambiance toutefois apaisée. A mercredi prochain !

Atelier au Parc du Château de Chilly- Mazarin

Aujourd’hui belle journée au Parc du Château!

Avec notre super équipe, nous avons assuré un bel atelier. Les enfants sont arrivé un peu au compte-goutte, mais ils ont quand même profité des activités proposées. En particulier, la boxe anglaise a eu un grand succès, les enfants ont appris comment esquiver, donner des coup… et ils ont pu discuter un peu de la violence et des bagarres dans leur quotidien.

A coté, un autre groupe a pu créer des super bijoux avec les perles, des bracelets, des colliers et des accessoires pour le téléphone portable.

Nous avons terminé la journée en partageant un bon goûter tous ensemble.

A la semaine prochaine,

Francesca

JEUDI 27 MAI 2021

Atelier à l’hôtel social Astoria

Aujourd’hui belle journée à l’hôtel social Astoria. Beaucoup de classes fermées à cause des cas de Covid, les enfants étaient déjà sur le parking en train de jouer en nous attendant..

Nous nous sommes très amusés en faisant des origami et des shuriken avec des feuilles de papier toutes colorées. Les plus petits ont profité des tapis pour jouer avec des marionnettes et feuilleter des beaux livres. A côté, un autre groupe a découvert des planches sensorielles avec de la peinture, qui leurs a permis d’expérimenter avec les différentes sensations du toucher et de mélanger les couleurs. D’autres enfants ont joué à Uno et à Puissance 4.

Nous avons terminé l’atelier en discutant un peu de la journée passée ensemble et en partageant ensemble un bon goûter.

A la prochaine,

Francesca.

 

 

Atelier Massy

Nous avons fait des cartes pleines de couleur pour les offrir dimanche pour la fête des mères! Cassiane qui ne voulait pas se poser pour une activité créative s’est finalement prit au jeu et était très fier du résutlat! Cette activité lui a donné confiance et il s’est épanoui tout au long de l’après midi. De nombreux parents étaient avec nous et ont participé aux activités : ping pong, peinture, petite enfance! Le goûter nous a permit de nous retrouver tous ensemble et de se dire à jeudi!

J’ai plus de vie que tu n’as de vide

J’ai plus de vie que tu n’as de vide

Insécurités

Ca commence par une grande insécurité; une insuffisance massive de l’environnement. Un quotidien qui brise toute attente, qui rend impossible , autre chose qu’un inacceptable quotidien . Tout se répète et rien n’arrive. Attendre supposerait d’avoir connu autre chose, d’avoir brisé le cercle de l’impossible. Ca commence par un temps interminable qui ne s’écoule plus car il fait problème. Ca commence par la pesanteur de l’exigence de chaque matin, de chaque instant, de chaque jour.

Le trop plein de chaque instant, l’inévitable imprévisibilité de tout ce qui peut survenir, rend le temps vide, l’avenir lointain , la vie, insaisissable.

Celui qui s’y confronte, l’enfant en premier, ne peut se construire sur un tel chaos; rien pour se tenir: rien qui résiste; rien à quoi s’accrocher ; aucun rêve ne se réalise.

La seule possibilité de survie est de se faire plus glissant que tout ce qui glisse, de devenir chaos soi même , de se fondre dans ce qui s’effondre.

Le sens du réel s’installe ; il épuise tous les efforts; il consomme toutes les secondes.

Aucun imaginaire n’est possible car il faudrait baisser sa garde, présenter le flanc, perdre un semblant de contrôle.

Tu t’oublies.

Injustices

Puis vient la rencontre avec les institutions, avec tout ce qui devrait promettre du prévisible, de l’organisation, du temps pour s’accomplir.

Les espoirs renaissent ; l’ombre du possible ressurgit comme une promesse. Il devient possible et beau d’attendre. A défaut, on appelle ça l’espérance.

Des mots font sens; ils sonnent bien; ils résonnent . Il est question d’attention, de continuité, d’engagement, d’égalité. La promesse est formelle; elle est belle, on s’y accroche.

Petit à petit , tout cela aussi se délite. Les malentendus s’installent; la souffrance de décevoir. Les attentes déçues. Les belles rencontres se perdent; les années se finissent et ne débouchent sur rien. Petit à petit , tout ce brillant s’écaille, et laisse place à un sentiment d’injustice, une sorte de trahison. Il y a des trous dans le système. La promesse d’attention était vaine, limitée, règlementée, sans garantie. La colère éclate, et puis, plus rien.

Tu renonces

Inexistence

Le plus simple est de laisser faire; la vie nous sépare; la vie nous éloigne; elle tue un à un tout ce dans quoi il était inutile d’espérer.

Une douce certitude du pire s’installe . Elle semble économiser les regrets. garder la vie pour plus tard; garder la vie pour trop tard.

Plus simple de nager dans le courant, d’anticiper les échecs, de s’économiser les déceptions. Plus simple d’attendre le pire, comme cela, comme une simple valeur par défaut. Ne plus rien attendre , dormir , enfin…

Tu t’abandonnes

Résilience

Une rencontre, un regard. Un sentiment diffus que ce qui n’est pas dit soit entendu; que ce qui n’est pas montré soit vu. Un espoir que ce qui n’est pas encore pensé soit déjà compris, attendu, accepté. C’est une rencontre avec un autre, c’est à dire un étranger. Quelqu’un suffisamment loin pour qu’un pont nous relie.

Quelqu’un de suffisamment proche pour qu’il soit là, pas seulement maintenant mais tout le temps. Le tout du temps recrée le temps.

Quelqu’un de suffisamment ancré dans la connaissance des empêchements de la réalité, qurelqu’un habitué, avisé de la difficulté de tout changement; pour simplement y croire.

De l’impossible, il donne du possible. Avec une énergie plus forte que le cours du courant; plus forte que l’incrédulité; plus forte que tous les obstacles qu’on va y mettre; juste parce qu’on n’y croit pas encore.

Les envies reviennent: envie de jouer, envie d’oser, envie de parler, et d’en rire. Envie d’en dire et de durer.

Le coeur s’ouvre un peu et c’est un flot de pleurs qui sortent en premier. Mais c’est déjà un soulagement , car on a dépassé le stade où on était anesthésié.

Quel était ce trou dans lequel je suis tombé? Quelle est cette perte dont je suis inconsolable? Pas de ce qui a été , mais de ce qui n’a pas été et il n’y aura pas assez de temps pour l’exprimer.

Tu renais.

MARDI 18 MAI 2021

Atelier au bidonville du rond-point, Chilly-Mazarin

Aujourd’hui belle journée au bidonville du rond-point! Avant de partir pour l’atelier, nous avons été rejoins au local par Helena, une maman qui habite sur le platz, et qui vient d’accoucher. Elle nous a présenté sa fille, âgée que d’une semaine, et nous avons pu passer un peu de temps à la chouchouter.

Une fois arrivés sur le bidonville, nous avons été accueillis par plein d’enfants, contents de nous voir. Beaucoup de classes fermées à cause de la Covid, les enfants étaient presque tous présents. Nous avons ainsi choisi de faire plusieurs activités : un pôle pour les plus petits, avec des puzzles, des jeux et des livres, un pôle de soutient scolaire, dans lequel les enfants ont pu travailler un peu certains sujet abordés à l’école, et un pôle de jeux collectifs, avec une puissance 4 géante et plein d’autres jeux.

Nous avons terminé la journée en partageant un bon goûter tous ensemble, à base de gâteaux, fruits et sirops!

A la prochaine,

Francesca

MERCREDI 19 MAI 2021

Atelier au Parc du Château de Chilly- Mazarin

Aujourd’hui belle journée au parc du Château!

A cause de la météo incertaine, les enfants n’étaient pas nombreux. Cela ne nous a pas arrêté de mettre en place nos activités. Nous avons ainsi pu faire des bracelets avec des perles de rocailles, des dessins et des mots croisés autour du thème de la nature, un pôle sportif pour ceux qui avaient envie de se défouler, et un coin, sur les tapis, dédié aux plus petits.

La pluie nous a pris par surprise, mais nous avons pu continuer nos activités abrités sous un des grands arbres du parc et nous avons terminé la journée avec un super goûter!

A la prochaine,

Francesca

Atelier Saint Eloi

Cet après-midi, nous avons beaucoup apprécié nous retrouver tous ensemble pour faire des activités créatives et sportives mais aussi ludiques avec  des jeux de société! Le dessin avec Senat a beaucoup plus aux ados surtout à Amala qui a un vrai plaisir à dessiner au crayon à papier, notamment des visages. Nous nous sommes bien dépensés même sous la pluie et deux mamans sont venus nous voir sur l’atelier pour préparer le mini-séjour vacances de juillet prochain. Nous avons pris un bon goûter avant de nous dire à mercredi prochain! 

SAMEDI 22 MAI 2021

CLAS au bidonville du rond-point

Nous arrivons sur le platz aux alentours de 14h30. Deux tables sont installées : une pour travailler les mathématiques et une autre pour le français.

Quelques enfants très volontaires nous rejoignent et se mettent au travail.

Une heure et demie plus tard, nous voyons Marian et Mario grimper dans un arbre, nous décidons de ranger les affaires de courir un peu avec eux et de prendre le goûter.

Avant de partir, nous donnons des livres aux enfants qui le souhaitent pour qu’ils puissent s’entraîner à lire chez eux.

Nous nous retrouvons dans deux semaines après le festival de pédagogie sociale !

 

Visiocratie

Visiocratie

La crise sanitaire a permis l’imposition dans toutes les pratiques professionnelles, et en particulier dans les secteurs où elles étaient complètement absentes , de nouveaux outils de concertation, communication et d’organisation à distance.

Visio partout

Bien que plurielles, ces nouvelles pratiques sont particulièrement bien illustrées au travers la prolifération, la généralisation , et même la normalisation des techniques de “visioconférence”.

Ainsi, quel que soit notre secteur d’activité, notre statut, et même nos choix et préférences, nous avons tous été accoutumés à d’interminables visioconférences; depuis les écoliers des classes primaires, jusqu’aux travailleurs sociaux, et même les intervenants artistiques, nous avons tous dû nous convertir à la suprématie de “la Visio”

Grâce à la crise sanitaire qui a permis d’aplatir toutes les résistances, la logique de la “réunion” en “visio” s’est imposée comme une nouvelle norme. Là où elle était auparavant une exception, l’apanage, la particularité ou le luxe des cadres des grandes entreprises, “la visio” a conquis tous les territoires: depuis la réunion politique, l’assemblée générale d’association, en passant par les réunions de parents d’élèves, les conférences, les congrès, les entretiens, les examens, les conseils, etc.

Mais cette fantastique généralisation n’est pas la seule caractéristique de ce nouveau mode de “travailler” et “opérer” ensemble; il y en un second dont les conséquences sociales et sociétales seront encore plus déterminantes: c’est l’irréversibilité !

Visio sans retour

Il n’y aura pas de retour en arrière, pas de retour à la normale. Les pratiques de “visio” constituent une aubaine pour reconfigurer complètement les modes de travail, de rencontre, et d’organisation.

L’organisation du travail à venir sera certainement vidée de nombreuses occasions de contact; les déplacements, les formations à l’extérieur, les rencontres de partenaires , les entretiens, examens, et même les colloques et séminaires ne sont pas près de revenir, bouleversant et modifiant considérablement l’activité de nombreux métiers devenus obsolètes.

Une aubaine économique bien entendu, car les gains de temps, productivité , de logistique sont immenses pour les structures et les institutions.

Mais également une aubaine idéologique , car la “visio” impose un nouveau mode de relation et de communication, qu’il convient d’analyser et dont les conséquences sont colossales en particulier dans les domaines et secteurs sociaux , éducatifs, sanitaires, et culturels.

La Visio altère la relation

La “Visio” impose y compris dans des champs d’activité, où elle était quasiment inconnue, une logique de distanciation. Notre capacité à nous intéresser nous mêmes; à ce qu’on dit et fait, se délite dès lors qu’on reste dans son salon, sa chambre. Nous campons, nous stagnons dans notre environnement quotidien et nous abordons les sujets de nos activités , avec ce contexte.

Nous ne sommes pas seulement détachés des autres à l’occasion de nos travaux et projets, parce que nous ne sommes pas ensemble, nous ne sommes pas seulement distants des autres par effacement de la convivialité, nous le sommes surtout parce que nous restons dans nos cellules.

Nous pourrions croire que cette immersion dans notre espace privé, pourrait apporter un peu plus de familiarité entre nous. Nous pourrions commenter le tableau sur le mur, l’apparition du chat en arrière plan, ou les bruits des enfants…

Visio contre intimité

Mais en réalité, la “visio” impose une forme de normalisation de notre “intimité”.

La logique de la “visio” détruit notre intimité à la fois en nous enchaînant à un espace “privé” qui se standardise, et en donnant accès à notre temps, à notre vie, à nos lieux.

Il en ressort une distance qui est bien plus dommageable que l’éloignement de ceux avec qui on travaille, car elle est avant tout distance à nous mêmes. Nous voici dorénavant un peu plus distants, un peu plus distraits vis à vis de ce que nous faisons, de ce à quoi on s’emploie et encore plus vis de tout engagement.

Pour le dire en un mot, la “Visio” nous dégage de notre travail et de notre pouvoir de travailler. Il suffira d’un petit clic et tout sera terminé. Tout ce à quoi on s’emploie peut disparaître à tout moment. Nous connaissions déjà la précarité dans notre travail, dans nos pratiques, nous voici maintenant confrontés à la précarité de notre attention.

La perte de l’intimité crée de la distance et de l’éloignement tant vis à vis de soi même, que des autres .

Nos modes de relation et de communication sont également transformés par l’épreuve de cette “Visio”

Visio et perte de la conflictualité

Avez vous remarqué comment les réunions en Visio son calmes? Même quand les sujets sont importants et qu’ils devraient déclencher des passions, des émotions, nous assistons au contraire à des superpositions de prises de parole, sans interactions entre elles .

Nous ne parlons plus: nous superposons nos discours. Nous ne débattons plus: nous alignons nos idées. Nous n’avons plus de conflits, de colères ou d’enthousiasmes, nous succédons juste nos déclarations.

Parler entre soi, débattre, se confronter, se disputer, cela permet normalement d’améliorer ou tout du moins d’enrichir notre perception d’une réalité qui est d’autant plus complexe quand elle est sociale, politique, et humaine.

La réalité perçue depuis les pratiques de “Visio” est désincarnée, inodore, sans saveur, sans émotions . Elle ne répond plus au souci de la cohérence élémentaire entre ce qu’on vit, ce qu’on pense et ce qu’on fait.

Elle est propice à toutes les manipulations, travestissements et simplifications.

L’idéologie de “la visio” s’impose partout. Elle est constitue une nouvelle étape, une nouvelle faille, un nouveau stade qui a été franchi.

La Visio , échelon d’une escalade d’abandons

Pour autant, dans notre secteur, tous ces changements s’inscrivent dans une tendance à l’éloignement des structures, des publics, des professionnels , qui n’est pas nouvelle et qui a été préparée de longue date , par le repli des institutions sur elles mêmes, et par la perte de la réalité des violences vécues par les publics.

Dans la période que nous venons de vivre, nos organisations qui pratiquent la Pédagogie sociale ont été rétives à la pratique de la “Visio”.

Ça ne nous intéresse pas ces “pseudos” rencontres, réunions, formations, … en visio . Nous ne sommes pas prêts , ni près d’abandonner le présentiel, comme la réalité qui va avec . Nous ne confondons pas la réalité de notre travail avec son pâle reflet “distanciel” .

La Présence comme acte politique

Nous ne sommes pas naïfs sur le fait que l’ajout la périphrase “à distance” n’a plus rien à voir avec la réalité qu’on évite. Une réunion à distance n’est pas plus une réunion , qu’un cours à distance en serait également un , ou qu’une consultation médicale à distance en serait une, ou qu’un vote à distance produirait de la démocratie.

Nous savons que la vie est sans distances, que la réalité est un choc. Nous savons que la rencontre est dérangeante, inévitable et nécessaire.

La distanciation est une fuite; la réalité frappera encore.

 

MARDI 11 MAI 2021

Atelier au bidonville du ” Rond-point”

Aujourd’hui belle journée au bidonville du « rond-point »!
Les enfants ont pu profiter d’un coin avec des activités scolaires pour se poser et travailler un peu dans le calme.
À côté, les plus petits se sont amusés sur les tapis avec des lego, des beaux livres et des feuilles pour dessiner.
Autours d’une table, un autre groupe a créé une planche avec leurs photos, décorée par des supers morceaux de mosaïque!
Vers la fin de l’atelier, certains enfants ont eu l’idée de dessiner des moustaches sur du scotch, du coup tout le monde avait des super moustaches colorés!
Nous avons terminé avec un bon goûter tous ensemble!
À la prochaine,
Francesca.
 
 
 
MERCREDI 12 MAI 2021
 
CLAS du mercredi matin
 
Ce matin, plusieurs enfants avaient oublié de venir au CLAS à cause du pont de l’Ascension, même certaines mamans avait oublié.
Nous ne sommes pas resté en reste pour autant. 3 enfants ont été à la médiathèque accompagnés de Flora,
Jeanne a fait un formidable accompagnement des CP, Alexandre a fait travailler les filles de CE1-CE2 et de mon côté, j’ai fait préparer toute une dictée de mots de CM1 avec des lettres de scrabble, outil idéal pour les enfants primo-arrivants.
C’était une très bonne séance de CLAS.
 
    
 
Atelier au quartier de Saint-Eloi
 
Jeux collectifs (jongles, initiation à la capoeira, course relais), football géant, “Quoi de neuf ?” et atelier Philo, et enfin panneau collectif au programme d’aujourd’hui. Nous sommes accueillis par beaucoup d’enfants désœuvrés, qui nous disent ne plus avoir école à cause de l’épidémie jusqu’au 21 mai. Les ateliers sont tous propices à l’échange, aussi comprenons-nous rapidement la détresse des enfants qui grandissent dans ce contexte si inhabituel. Finalement, le panneau photo prend forme ; la colère se transfigure en art. Au “quoi de neuf ?”, c’est tout pareil : les enfants extériorisent beaucoup auprès de Maïté tout en élaborant des colliers de perles originaux et compliqués. Le goûter se passe dans la bonne humeur, et nous nous saluons enfin.
 
 
 
 
 
Aujourd’hui bel atelier au jardin de Bel Air!
Nous avons installé nos tables dans l’enclos du jardin, afin de profiter du vert qui nous entoure. Un premier groupe d’enfants a profité d’un atelier de peinture sur soie : ils ont pu peindre des magnifiques images! À côté, nous avons fait du henné sur les mains des enfants, qui étaient très demandeurs.
Certains ont même appris à le faire, et on pu s’entraîner entre-eux. Autours d’une table, un autre groupe a colorié des supers images et travailler un peu quelque sujet d’école.
En dehors de l’enclos, un très passionnant match de foot a eu lieu! Nous avons terminé avec un super goûter tous ensemble.
À la prochaine,
Francesca
 
 
 
 
 
 

La liberté en Pédagogie sociale

La liberté en Pédagogie sociale

La Liberté chez Freinet

Freinet a constitué sa pensée pédagogique à l’aune d’un impératif de liberté. Il souhaitait des esprits, des enfants, des parents, et un peuple libre!

Pour mieux marteler un tel idéal , les techniques Freinet, les pratiques qu’il a lui même initiées et désignées , assènent cet impératif. En Pédagogie Freinet (Sociale, donc), on parle volontiers de “texte libre”, “Dessin libre”, “Activité libre”, “Chant libre”, etc.

Il est curieux de constater au passage en quoi l’adjectif “libre”, quand il est utilisé par Freinet, diffère par sa place et par son sens , avec l’usage de ce même terme par les tenants capitalistes “du libéralisme”; tandis que l’idéologie “libérale” place l’adjectif “libre” devant les termes qu’elle affectionne ( “libre” entreprise, “libre” circulation, “libre” concurrence) , Freinet place toujours l’adjectif en second : Travail “libre” , etc.

Il indique en cela que la Liberté dont il parle n’est pas un confort, pas une opportunité à saisir , mais un détournement de ce à quoi elle s’applique.

Se libérer des murs, autant que des chaines

Mais de quelle liberté s’agit il et de quoi convient-il de se libérer? Pour Freinet, comme pour la pédagogie sociale, ce dont il faut se libérer avant tout c’est de “l’enfer des institutions”. Ce n’est pas pour rien que Freinet prônait cette expression devenue désuète d’école buissonnière; il s’agissait “de se faire la belle” et de s’évader d’une “école caserne”, ou prison.

Korczak ne fera pas autrement en transformant de sinistres institutions pour l’enfance abandonnée et coupable… en Républiques d’enfants!

Et Freire décrira des pratiques visant à développer l’émancipation à la fois personnelle et collective , que l’on pourrait tout autant désigner comme des “libérations”.

Nous savons donc de quoi nous libérer , ce sont des institutions; qu’il s’agisse de la famille , de l’école, de la caserne , de la prison, de la police ou de l’armée !

Mais il nous reste encore à savoir comment…

Et c’est ici que la conception de la Liberté en Pédagogie sociale prend une toute autre dimension.

Il n’y a pas de Liberté sans révolte

Pour Freinet, comme pour Korczak, la liberté ce n’est pas “la non directivité”. Il n’y a chez eux aucun idéal de l’enfant sans travail, sans mission et sans contraintes !

Au contraire et cela peut paraître paradoxal, pour les Pédagogues sociaux , la Liberté passe par l’instauration d’un Collectif et d’une Discipline!

Il n’y a pas de Liberté sans cap, sans horizon ou sans organisation. C’est même le contraire, c’est l’affirmation de ces lignes claires qui peuvent générer un peu de Liberté

Car , pour ces mêmes pédagogues sociaux, il n’y aura pas de liberté sans arrachement à l’ordre établi, sans lutte avec les pouvoirs, sans transformation radicale de tout ce qui est inacceptable dans notre vie et notre environnement.

C’est là le véritable objectif, la Liberté n’en est que le moyen, un simple outil, pourrait-on dire.

Choisir ne rend pas libre

Sartre nous renseigne également sur la Liberté en l’opposant à la notion de choix.

Pour Sartre , la liberté c’est le contraire du choix. Car le Choix, implique selon Sartre une relation désincarnée au Monde. Celui qui choisit reste passif; il ne s’implique pas dans ce qu’il vit; il s’érige en arbitre, en dilettante. En un mot, il ne vit pas sa vie, il la consomme;

Cette manière de concevoir la condition humaine moderne comme une suite ininterrompue de choix ( de “bons” choix, forcément) , une litanie interminable d’assentiments, de consentements est catastrophique; Elle ne peut déboucher que sur une société peuplée “d’individus” qui s’estiment éclairés et judicieux, alors qu’ils obtempèrent la plupart du temps aux valeurs imposées par les médias, les structures de pouvoirs et les institutions.

Pour Sartre , également, il ne peut y avoir de Liberté sans “Mains sales”, sans implication dans la matière des choses et de la vie. En un mot, il ne peut y avoir de Liberté sans engagement, puisque tout engagement est dégagement d’un Monde qu’on nous impose.

Mais au delà de la Révolte contre la violence de l’ordre social et de l’ordre des choses, au delà de l’engagement nécessaire à la cndition humaine, il y a, en Pédagogie sociale, une troisième condition à la Liberté .

Et cette condition , c’est l’Amour…

Car il faut de l’amour pour avoir envie de se révolter, il faut le courage de l’amour , pour accepter de s’engager.

C’est l’amour qui pousse à la mobilisation, à la révolte ; ce n’est que dans l’Amour que l’on peut puiser l’énergie nécessaire pour réparer le Monde et faire avancer le Vivant.

 

MARDI 4 MAI 2021

Atelier bidonville du rond-point

Nous avons passé une belle après-midi au rond point malgré la météo pluvieuse et nuageuse. Les photos prises la semaine dernière avec les enfants et parfois leurs parents ont été ramenées aujourd’hui pour le plaisir de toustes.Un atelier créatif a donc été effectué autour de ces photos. Les enfants et mamans ont pu coller leur photo et les décorer avec des gommettes et/ou de la mosaïque. Ces cadres vont alors pouvoir orner l’intérieur des cabanes et créer de beaux souvenirs pour l’avenir.

Jeanne anime une petite enfance : de nombreux puzzles ont été créés et une session lecture a été organisée avec les plus petits. D’un autre côté, Marie s’installe sur une table avec quelques jeunes afin de faire un travail scolaire (écriture, maths etc.). Les jeunes apprécient cet instant de révision qui ne peut se faire le samedi ce mois-ci au vu des nombreux jours fériés.

Nous terminons cette journée autour d’un goûter fruité, des attaques de câlins retardent chaleureusement notre départ !

Ne vous inquiétez pas, nous revenons mardi prochain, et ce, avec le reste des photos !

 

MERCREDI 5 MAI 2021 :

CLAS primaire

Aujourd’hui, nous accueillons les habitué.es du CLAS à 10h30. Depuis les nouvelles mesures sanitaires, nous ne prenons plus le petit-déjeuner ensemble, mais cela ne nous empêche plus de nous retrouver pour travailler et découvrir de nouvelles choses.

Un premier groupe d’enfants (niveaux mélangés) a travaillé avec Alvarine autour du droit des enfants. Des questions sont posées et les enfants y répondent grâce à leurs connaissances et leurs intuitions. Le groupe de jeunes peut alors découvrir leurs droits et se questionner par rapport à ce qu’ils apprennent.

Un autre groupe d’enfants (niveau CP) se met au travail avec Francesca. Les jeunes font leur travail de lecture, font un pendu et finissent par un coloriage pédagogique.

Isabelle fait de son côté des révisions avec Bilal à propos des chiffres romains. Et Elvio fait un travail de lecture aux côtés de Flora.

Enfin, trois autres enfants partent à la médiathèque avec Ine et Cassandre. C’est la première fois qu’ils visitent ce lieu. Ils prennent donc plaisir à se balader dans les rayons et à découvrir les livres qu’ils proposent. Nous nous réunissons un moment pour lire un petit roman : “L’anniversaire à l’envers”. Au final, nous repartons avec quelques livres empruntés que les jeunes ramèneront la prochaine semaine.

 

Atelier au quartier de Saint-Eloi, Chilly-Mazarin

Nous continuons notre cycle “laine”, en vue d’une reprise prochaine du tricot-tag mais cette fois-ci aux balcons des habitants. En parallèle, le quartier se transforme en terrain de baseball, activité propice aux rires mais aussi au dépassement de soi. Sur les tapis, se tient une jolie petite enfance axée lecture, où nous remarquons plusieurs choses : les enfants aiment les livres, les enfants n’ont pas les mêmes chances d’avoir accès à la lecture (parents analphabètes, ou en manque de moyens financiers), et enfin l’école n’offre pas forcément cette chance ou ces moments de lecture à ces enfants particulièrement. On mange le goûter sous la pluie, puis nous nous saluons !

 

Atelier à parc du Château de Chilly-Mazarin

Aujourd’hui super après-midi au parc du Château.

Les enfants nous attendaient impatients. Nous avons installé les activité et nous avons commencé à jouer tous ensemble. Les plus petits se sont régalés sur les tapis, en jouant avec des jeux de construction, de la dînette mais aussi en faisant des petits parcours de motricité.

A côté, un autre groupe a pu profiter du matériel de dessin et ils ont créé des belles œuvres, malgré la pluie qui a essayé à plusieurs reprises de l’empêcher. Ceux qui ne voulaient pas dessiner, ont pu se défier avec plein de jeux de société différents. D’autres encore ont choisi une activité plus classique : un match de foot.

Nous avons terminé l’atelier avec un bon gouter, à base de bananes, pêches et gâteaux. La pluie ne nous a pas empêché de profiter de la journée, et de terminer par une courte distributions de masques!

A la prochaine,

Francesca!

 

Atelier Bel Air

L’équipe était constituée de Fatoumata, Emerson, Senad, Ine, Mathias, Penda, son fils Mohamed et votre humble narrateur Piero. Après avoir récupéré des courgettes, du basilic et de la coriandre à mettre en terre auprès d’Hélène,
nous arrivons sur place vers 15h. Les différentes ateliers s’organisent rapidement, Emerson et Mathias au foot, Penda à la petite enfance, Senad à la peinture, Ine s’est lancée dans une activité découverte de la micro-faune, afin de familiariser les enfants aux insectes qui se trouvent dans le jardin, et enfin Fatoumata et moi même dans le potager. Rapidement nous subissons des averses qui ont probablement fait reculer pas mal d’enfants. Cependant Emerson, Senad, Ine, Mathias et Penda se replient dans le “local poubelle” avec une quinzaine de gamins et les activités continuent dans la bonne ambiance.

 

Au potager une alliée fidèle nous rejoint en la personne de Zora, motivée et blagueuse. Nous rencontrons également Stéphane, habitant du quartier qui s’annonce comme un conseiller précieux : il a étudié l’agriculture, il a la connaissance des plantes et des techniques. Tous ensemble, avec l’aide de Mohamed et de quelques jeunes filles, nous avons travaillé notamment trois parcelles, à la fourche, puis une des trois au râteaux afin de mettre en terre les pousses de salade !
Après un gouter qui comportait aussi des masques nous sommes partis de Bel Air avec le sentiment du devoir accompli.

Piero

 

JEUDI 6 MAI

Atelier au skatepark

Nous passons une merveilleuse après-midi au skatepark malgré cette météo pluvieuse ! Nous arrivons peu avant les sorties scolaires. Un premier pôle d’activités est organisé autours des tables : Penda joue au Uno avec petits et grands, Fatoumata continue la fabrication de la calebasse en la décorant avec des perles, et Francesca effectue un atelier plus scolaire en proposant des mots croisés sur fruits et légumes.

Un peu plus loin, Cassandre anime un atelier Philo et Quoi de neuf avec quelques jeunes. Les différences entre adultes et enfants sont abordés, nous parlons du quotidien dans le quartier, de la façon dont nous pouvons apprendre à nous protéger, nous défendre etc. Puis, nous finissons par discuter du pouvoir du langage et de la liberté d’expression.

Enfin, Mathias et Mohamed se plaisent à faire une belle partie de foot avec les plus énergiques qui ont besoin de se défouler en sortant de l’école. Malgré l’inéluctable côté sportif de Mathias, Mohamed parvient à marquer un but et nous nous en réjouissons !

Enfin, un agréable goûter est pris sur les tapis : les enfants discutent, Mathias chante avec nous, et un garçon raconte une histoire de loup-garou pendant que Mohamed distribue le goûter. A la fin, Penda et Fatoumata distribuent à chaque enfant un lot de masques et de savon pour les mains.

Toustes repartent heureux.ses et les mamans présentes nous souhaitent une bonne soirée avec un grand sourire !!

On se retrouve dans deux semaines au skatepark !!

Atelier à l’hôtel Astoria, Massy

Hé, chers lecteurs
Aujourd’hui, nous avons eu un après-midi amusant à l’Astoria. Nous étions à l’intérieur avec les enfants où différents ateliers se déroulaient.

Chez les tout-petits, nous avons joué avec des blocs et des voitures avec Anita et Nicolae.

Un atelier jeu de société était organisé avec Alexandru et Senad où les enfants ont joué au puissance 4, au uno, et quelques autres.

Et enfin, nous avons fait des fleurs en papier crépon avec Sophie et Alvarine. Les enfants ont fabriqué de magnifiques fleurs pour les donner à des amis, des parents, un frère ou une sœur.

Enfin, nous nous sommes assis ensemble pour le goûter sur le tapis, avons mangé des bananes, des pitches et bu un délicieux chocolat chaud.

A la semaine prochaine !

Atelier au parc de la Corneille, Massy

Grande partie de foot avec une équipe bien rôdée, tissage en laine pour ceux qui veulent rester au calme, et peinture avec normographes pour les plus petits aujourd’hui. Nous prenons le goûter debout et en cercle, avant de distribuer des masques pour les enfants. La semaine prochaine, c’est l’Ascension comme nous le rappelle Samuel. Comme je lui dis que nous ne serons pas là, il nous lance un “Vous n’avez qu’à faire du bénévolat !”, avant de nous saluer, l’air peiné.

 

VENDREDI 7 MAI 2021

 

Atelier Antony Pôle

Aujourd’hui nous sommes accueilli.es sur le platz par beaucoup d’enfants… et par le soleil!

Avec des photos qui nous avions imprimé des ateliers précédents, Jeanne et Cassandre se sont penchées sur un atelier créatif qui a engagé les enfants dans la réalisation d’un ouvrage collectif mixte photo, dessin et mosaique. Le résultat final est magnifique et les enfants sont contents de se voir au centre d’un oeuvre qui appartient à la communauté.

J’étais sur la petite enfance où les déguisements ont toujours eu un grand succès entre les jeunes qui jouent à faire le vampire, le pirate, ou bien la sorcière et spiderman. Des autres enfants se sont mis jouer avec les grands cubes en carton dans le but de réaliser un beau grand château, qui venait systématiquement détruit par des autres enfants, mais on n’a pas perdu l’envie de recommencer à chaque fois. Sinon, le grand matelas nous a permis de continuer travailler notre motricité comme la dernière fois, ce qui semble faire du bien aux enfants qui demandent être accompagnés dans leurs petites premières acrobaties.

Sophie a mis en place un atelier Slake en accrochant la bande élastique entre deux arbres. Si au début, les enfants ne semblaient pas oser s’y approcher, Ahem a ouvert les dances et après tout le monde a voulu en faire. Sophie accompagnait les enfants dans leurs mouvements de façon de sécuriser l’activité et les jeunes se soutenaient les uns les autres dans ce défi d’équilibre.

Kevin a mis en place des activités sportives: tir à l’arc et bowling, activités auxquelles les enfants sont de plus en plus habitués et performants.

Nos activités se sont terminés par un goûter avec de la grenadine et des fruits.

A la prochaine!

Atelier à l’hôtel social Welcome

Aujourd’hui bel atelier à l’hôtel social Welcome.

Nous avons passé un super moment de partage, un beau soleil nous a accompagné tout au long. Les enfants les plus petits se sont amusé sur les tapis, et ils ont profité des jeux et des livres.

Les plus grands se sont défoulé avec un super match de foot, mais aussi en faisant des dessins magnifiques et des beaux bijoux avec des perles.

Les mamans nous ont rejoint vers la fin, en partageant avec nous un beau moment convivial, qui s’est conclu avec un goûter.

À la semaine prochaine!

Francesca

 

Former à la Pédagogie sociale

Former à la Pédagogie sociale

A contre-courant

Il serait insensé de se baser sur les principes, pratiques, habitudes et cultures des formations traditionnelles, que celles ci relèvent de l’Enseignement, du Travail social ou de l’Éducation populaire, pour développer les actions et pratiques en Pédagogie sociale.

Depuis plus de 10 ans, période à laquelle Intermèdes-Robinson s’est lancée dans la formation à la Pédagogie sociale, nous avons constaté que les formations professionnelles, initiales ou continues, y compris et surtout quand elles proviennent de “secteurs proches” préparent mal à la Pédagogie sociale.

Par l’accueil de nombreux jeunes en formation initiale des métiers du sanitaire et du Social, nous avons fait l’expérience que les formations dispensées n’aident absolument pas les étudiants et les stagiaires à comprendre les changements importants que la Pédagogie sociale implique de la part de ses acteurs.

Le mépris de la liberté

Pour le résumer, nous avons constaté que ce qui fait la liberté et la souplesse de nos pratiques , est régulièrement més-interprété par les professionnels en formation, comme des anomalies, des lacunes, ou des signes de manque de professionnalité.

Très régulièrement, alors même que la Pédagogie sociale est orientée vers le rapprochement (des publics) , la proximité relationnelle, culturelle, sociale et politique, cet objectif est interprété, à la lumière de leur formation, comme une erreur ou une preuve d’amateurisme.

Le mépris de la proximité

De la même manière, le fait de se mettre à hauteur des publics, que ce soit en nous portant sur leur propre milieu de vie , ou en renonçant à contrôler un cadre artificiel dont nous serions les “garants”, est souvent vu comme une forme d’infériorité à la foi de notre position, ou de notre travail. C’est un peu comme si nous galvaudions notre professionnalisme en nous rapprochant trop de nos publics.

Nous retrouvons les mêmes malentendus vis à vis des acteurs de la culture et de l’animation qui interprètent notre capacité à créer de nouvelles formes de culture, directement avec nos bénéficiaires, comme une forme de dégradation de ce qui à leurs yeux constituerait la seule et véritable Culture, à savoir, celle qui “clive”.

Le mépris du don et de la gratuité

Il y a jusqu’aux acteurs sociaux engagés dans des formations, et recherches du côté de “l’empowerment” ou du “Community organizing” qui échouent à comprendre les principes de dissymétrie, notre pratique du “don” et de l’inconditionnalité , comme un défaut vis à vis des idéaux “d’autonomie”, “d’autogestion”, ou de “mobilisation” dont ils se sentent représentants.

Il faut à la Pédagogie sociale une forme de formation professionnelle (peu importe si celle ci est adressée à des professionnels en poste ou à des acteurs sociaux volontaires) qui lui soit propre; qui lui ressemble. Car c’est seulement à ce prix que les principes, les postures, et les techniques que nous mettons en pratique, pourront être compris dans leur contexte et avec leur portée véritable.

Se former par immersion

Petit à petit, au travers l’expérience d’Intermèdes-Robinson, nous avons défini le principe pédagogique qui doit guider cette formation. Il n’y a aucun étonnement à cela , tellement ce principe est intrinsèquement en lien avec nos pratiques; il s’agit du Principe d’immersion.

C’est par l’immersion que l’on peut comprendre et atteindre ce qui donne du sens à la Pédagogie sociale: immersion dans notre équipe, dans nos communautés, immersion au plus près de nos publics.

L’immersion est à la fois dépaysement et reconstruction , de ce que l’on croyait savoir, de ses idées , de l’éducation qu’on a reçu; elle est désaccoutumance vis à vis de l’idéologie ambiante.

Elle est le début de l’auto-apprentissage avec les autres et en lien direct avec l’environnement réel.

MARDI 27 AVRIL 2021

Atelier au bidonville du rond-point, Chilly-Mazarin

Nous accueillons aujourd’hui deux stagiaires en DUT carrière sociale et un ancien stagiaire, qui nous accompagnent au rond-point. Au programme : confection de cadre en mosaïque avec des jolies photos souvenirs des ateliers, les enfants sont très heureux de voir que les photos que nous prenons chaque semaine leur sont offertes ! Ils décorent avec une grande joie leur cadre pour faire le plus beau de tous. L’atelier petite enfance, d’une importance capitale, se tient comme d’habitude pour des séances de jeux d’éveil. L’atelier tricot et laine fonctionne bien aussi, pour confectionner les fameux “attrape-rêves” en laine ; même Marius, qui est un grand enfant de 25 ans, s’assoit avec nous pour faire le sien. On se quitte après un goûter riche en vitamine, salut !

 

MERCREDI 28 AVRIL 2021

Atelier de Saint-Eloi, Chilly-Mazarin

On reprend la mosaïque pour réparer les fissures dans le béton du quartier aujourd’hui. Un beau carrelage est maintenant en place afin qu’on ne trébuche plus dans une grosse fissure, causée par la racine du gros arbre. “Quoi de neuf ?” et atelier philo, agrémenté de portraits chinois, font le bonheur des enfants. On fait aussi du tissage d’éventail en laine, des cadres pour des photos que l’on peindra la prochaine fois, et du badminton et du foot pour ceux qui ont le plus besoin de se défouler ! Un bon goûter, et on se dit à mercredi prochain.

 

 

Atelier au parc du Château, Chilly-Mazarin

Aujourd’hui nous avons passé une très belle journée au parc du Château !

Malgré le ciel couvert et la menace de pluie, le temps nous a permis de pouvoir continuer à jouer en toute tranquillité.Nous avons profité de la pelouse pour faire un super match de baseball : les enfants se sont divisés en deux équipes et elle se sont défiés sur le terrain ! Les enfants ont vraiment profité du moment, en courant et en se défoulant pendant tout l’après-midi !

A côté, les parents ont joué avec les plus petits sur un espace dédié. Les enfants ont ainsi joué avec de la dînette, des briques en carton et avec beaucoup petits jeux d’éveil.

Autours d’une table, un autre groupe a réalisé des super dessins, et en même temps nous avons travaillé l’alphabet et la motricité fine. Nous avons terminé avec des super portraits chinois.

Nous avons terminé la super journée en partageant un bon goûter à base de fruits et gâteaux !

A la semaine prochaine,

Francesca

Atelier Bel Air

Aujourd’hui, notre équipe est composée de: Lionel et Penda à l’atelier créatif, décoration et conception des bracelet, Mathias, Sénad et Mohamed au foot, et Fatoumata à l’atelier du jardinage.

Sous la chaleur du soleil gris, nous avons accueillir plus d’une vingtaine de participants sur l’ensemble des ateliers. Nous eu des enfants dynamique et très participants. Nous avons donc finir par un gouté convivial suivi d’une distribution des produits d’hygiène de première nécessité ( savons, cache nez serviette hygiénique.

Voici pour vous quelque images en espérant vous revoir parmi nous très prochainement.

                                              

Atelier de l’hôtel Astoria

Cette après-midi nous sommes allées avec des activités sportives et un très bel tapis d’éveil avec plein de jeux de motricité ainsi que des livres  pour petits et moyens à lire et à écouter pour le plus grand plaisir des enfants.

Nicolae est entourée par des petits enfants qui attends et qui écoutent très attentivement les histoires et qui jouent avec lui, dans la joie et dans les fous rires des petits enfants. Ils ont l’air tellement heureux!

A côté des petits , Anita s’installent avec les ados pour une partie de jeux de société, Uno, et Ine avec Senad, proposent du dessin et de la confections des fleurs en papier kraft, qui donnent envie à plein d’enfants de s’y mettre et de faire des belle créations. En ce qui concerne les plus agités, Alexandre et Kevin font du foot sur le parkings , parmi les voiture et ils s’amusent tous comme des gamins.

Une très belle journée s’achève en partageant un bon goûter bien mérité.

A plus!

Atelier Antony Pôle

Aujourd’hui un très agréable atelier avec les enfants et les adultes du bidonville d’Antony. Pour fêter ensemble Pâques, on a préparé ensemble les œufs à la tradition roumaine: œufs durs colorés en rouge et après peints par les enfants avec les aquarelles ou bien décorés avec des feutres. Les enfants ont pris beaucoup de plaisir à montrer leurs travaux achevés qu’ils ont pu amener chez eux.

En autre, Cassandre a installé une petite enfance dynamique avec un grand matelas à son centre, ce qui a permis aux enfants de travailler leur motricité en toute sécurité. Les enfants étaient très nombreux sur cet atelier, et ils ont profité de la belle variété de matériel organisé sur les tapis.

Ce qui ne peut jamais manquer… du sport! Soit du bowling avec Lionel et Djema, mais aussi le quasi-rituel atelier boxe avec Jeanne qui travaille avec des jeunes qui s’engagent de plus en plus dans ce sport.

Les activités se sont déroulés dans une ambiance festive non seulement grâce à nos activités, mais aussi en raison de l’anniversaire d’un petit pour qui de la musique sonnait dans tout le platz depuis une enceinte. L’atelier s’est terminé avec un incroyable jeu de tir à la corde, participé par enfants et adultes et qui s’est terminé dans une grande hilarité.

Notre après-midi ensemble s’est terminé par un goûter particulièrement gourmand grâce aux dons de Sophie de l’association RomEurope d’Antony, ce que les enfants et les adultes ont beaucoup apprécié: bonbons et chocolats en quantité pour tout le monde. Merci beaucoup !

A la prochaine

Chiara

Atelier à l’hôtel social Welcome

Aujourd’hui super atelier à l’hôtel social Welcome!

Certains enfants n’étaient pas à l’école, car la maîtresse est en arrêt de maladie, nous avons du coup commencé l’atelier en discutant ensemble des devoirs et de l’école.

Ensuite, les enfants ont choisi entre un atelier de création de bijoux avec des merveilleuses perles en bois, et un autre dans lequel ils ont peint avec des aquarelles et ils ont créé des super œuvres. Les plus petits ils ont passé l’après-midi en s’amusant avec des jeux sur les tapis.

Nous avons terminé en partageant un bon goûter!

A la semaine prochaine,

Francesca

Atelier de la Rocade

Aujourd’hui nous avons appris à jouer au baseball et à faire des fleurs de toutes sortes en papier. Les enfants étaient très heureux de nous retrouver.

Le goûter était délicieux, avec de la banane et du fromage!

Le Social ou la Mafia

Le Social ou la Mafia

Habitude du pire , pire des habitudes

Nous connaissons depuis une vingtaine d’années, des situations que nous aurions considéré comme aberrantes, dans un passé encore récent.

Groupes entiers d’enfants , de familles , privées de droits pourtant élémentaires. Situation d’inaccès aux prestations; services sociaux que les lenteurs , les difficultés d’accès , et encore plus l’absence de suivi , ont rendu inopérants dans la vie des gens.

Le travail d’insertion sociale a depuis longtemps déserté le terrain pour des bureaux dont l’accès est toujours plus contrôlé et limité.

La Culture et les loisirs fonctionnent comme des prestations à la carte, réservés à des groupes de plus en plus initiés et “entre soi”. Tandis que l’Ecole pratique une distanciation chaque jour plus béante, vis à vis de la réalité sociale des enfants de milieu populaire, aggravée en temps de crise sanitaire (mais aussi culturelle et éducative).

Le désert avance

La Société, comme la Nature ont horreur du vide et tout ce travail sociétal , qui ne se fait plus, laisse dans l’abandon familles et jeunes de milieu populaire à la fois privées de socialité primaire (sécurités apportées par la famille, le milieu, de plus en plus fragiles en milieu populaire), et de socialité secondaire (sécurité apportée par les institutions).

Nous voyons disparaître de l’espace social vécu, des espaces publics, toute organisation collective qui serait au service d’un intérêt et “d’un bien commun”.

Nous voyons se réduire progressivement la représentation de l’Etat et des collectivités, à quelques discours, à des événements sporadiques, symboliques certes, mais sans impact social véritable.

Egalitarisme des intérêt

Nous voyons que la parole publique, celle qui est portée , diffusée , ne cesse de s’éloigner de la réalité sociale commune. Alors certes, on y entend l’écho des peurs et des préoccupations de certains groupes sociaux, sur-représentés dans les discours.

Mais cela se fait au détriment de l’intérêt de l’attention vis à vis des familles, enfants et jeunes, de milieu populaire; dont l’image est souvent diabolisée , en même temps que leur réalité est invisibilisée.

Nous avons vu fleurir en milieu urbain , des vendeurs de sommeil sans scrupule; nous assistons dans notre propre environnement au remplacement progressif des acteurs institutionnels et sociaux, par des individus et des groupes qui “tiennent l’espace public” quand celui se désertifie.

Plus inquiétant encore, nous constatons l’affaiblissement de l’intérêt et du respect pour la véritable action sociale, éducative et culturelle; celle qui est restée présente auprès des publics dans les mois écoulés.

Il ne semble plus y avoir de différence de niveau, d’intérêt ou de valeur dans les discours publics , politiques (mais aussi dans le traitement administratif ou règlementaire des demandes) , entre les revendications personnelles des individus portés par leur intérêt propre et le travail et/ou les interventions d’intérêt social.

Tout semble, au motif d’un curieux et déplacé principe d’équité et d’égalité mis sur un même plan unique: revendications individuelles souvent belliqueuses et demandes légitimes d’acteurs sociaux collectifs. Tous renvoyés dos à dos, à leurs propres rapports de force , sans hiérarchie, ni souci , ni reconnaissance.

Le Social “refoulé” engendre des monstres

Qu’on ne s’y trompe pas. Ce Travail social qu’on ne soutient plus ou pas assez, et qui aurait besoin de se réinventer et de se multiplier aujourd’hui en réponse aux immenses besoins sociaux criants , aux situations d’exclusion, de relégation, cède la place à un “aplatisseur social” d’individus et de groupes anti-sociaux qui occupent l’espace devenu vide, des institutions fermées, des administrations qui s’éloignent de leurs publics, et des acteurs sociaux, culturels, et éducatifs qui s’enferment dans leurs murs.

On ne luttera pas contre cette tendance en renforçant une fois de plus ou davantage les politiques sécuritaires, qu’elles,soient sanitaires ou policières, car ce sont ces politiques, qui, justement, ont affaibli le Social et qui nous ont mené à cette catastrophe.

Seule une action sociale , une politique sociale forte, en soutien aux acteurs qui n’ont pas déserté l’espace public peut être de nature à réparer un lien sociétal , une confiance dans la collectivité, dans le “vivre ensemble”, qui se délite.

MARDI 20 AVRIL 2021

Atelier au bidonville du rond-point

Belle après-midi ensoleillée au rond-point aujourd’hui ! On profite de cette chaleur pour faire un atelier “patouille”

avec les plus petits. De la peinture est mise à la leur disposition, ils peuvent alors peindre avec leurs mains sur du papier cellophane installé ! Après cette expérience sensorielle, les enfants prennent beaucoup de plaisir à se débarbouiller les mains et le visage avec le jerrican apporté.

L’atelier de boxe tant attendu est renouvelé, les jeunes s’échauffent avec Jeanne et lorsque l’énergie est forte, les sportif.ves vont se défouler au sac ! Un petit temps calme est pris pour discuter de nos peurs, de ce qui nous énerve et nous pousse à taper au sac.

Des tapis sont mis à disposition pour les petits sur lesquels on découvre les animaux, on lit des histoires, on fait des puzzles et on chante quelques chansons. Les plus grands peuvent ainsi venir se reposer au soleil avec les plus jeunes.

Enfin, l’atelier autour de la laine se poursuit et attirent encore une fois de nombreux jeunes. Gabi et Florine sont très concentrés et à la fin de leur création, vont offrir cet objet coloré à leur maman.

A la semaine prochaine jolie troupe !

 

Atelier du Parc du Château

Une belle après-midi à l’horizon. Bien ensoleillé et chaude , nous nous rejouions de pouvoir retrouver nos habitués, petits et grands, en train de nous attendre tranquillement mais impatiemment de commencer a faire les activités avec nous. Nicolae se mets sur le tapis d’éveil et accompagnées par quelques parents très habitué avec nos actions pédagogique et ludiques. Des enfants et parents qui se montrent très reconnaissant à chaque fois qu’on se revoit et qui ont fait de notre présence une habitude d’aide et soutien parascolaire et pédagogique.

A côté du tapis, le tir-à-l’arc à conquis les plus petits, et Mohamed avec Hussein font de la boxe, dans la joie et dans la bonne humeur.

Du côté soutien scolaire, Senad s’occupe d’apprendre aux enfants et aux mamans à utiliser les crayons et les craies grasse pour faire des portraits. Senad montre le travail très minutieusement fait par ses soins aux quelques enfants présents lors de l’activité. Ils sont contents et joyeux de pouvoir apprendre à le faire.

Cependant Alexandre et Kevin font une partie de ping-pong avec les ados pour montrer qui sont les meilleurs, et puis le gagnant va bénéficier d’un goûter supplémentaire. Quelle joie!

Le moment du gouter ne tarde pas a arriver et on partage tous ensemble un bon goûter sanitaire, entièrement fait avec des fruits.

A la prochaine!

Nicolae

 

Atelier au quartier de Bel-Air

Aujourd’hui belle journée dans le jardin de Bel-Air !

Les enfants étaient contents de pouvoir faire des activités à l’extérieur. Le travail au jardin avance très bien, les première plantes commencent à pousser, et tout le monde était content de voir les jeunes pousses sortir de la terre.

A côté du local de rangement, nous avons fait un super atelier de “action painting” : de la peinture dynamique, accompagné par la musique, qui permet aux enfants de s’exprimer et de se défouler. Les enfants ont créé une super œuvre collective.

A côté, un deuxième groupe a commencé à faire du crochet sur les piques à brochettes. Les résultat : des petits cerf-volants en laine, tous colorés!

Un dernier groupe, composé par des enfants plus petits, entre 3 et 6 ans, ont travaillé un peu l’alphabet et les additions, à travers des coloriages pédagogiques.

Nous avons passé un super après-midi, malgré la pluie qui nous a surpris, nous avons pu terminer la journée par un goûter.

A la prochaine,

Francesca

 

Atelier au quartier de Saint-Eloi, Chilly-Mazarin

Sur le “mur de la honte”, toujours bien en place au quartier, nous écrivons à la bombe de peinture un nouveau message : “Les murs sont des portes qui s’ignorent. Les enfants, fiers de leur œuvre terminée, écrivent leur nom. Puis nous nous entraînons à coller de la mosaïque sur le mur.

 

Au lieu habituel, l’atelier “cahier portrait-chinois” se déroule bien. On se décrit nous-même, puis les autres avec ces quelques phrases : “si j’étais une arme/un personnage de fiction/un endroit/un livre, ce serait…”. Cassandre propose des grands jeux avec les enfants.

 

Puis vient l’heure de se laver les mains avant de prendre le goûter. Bon appétit et à la semaine prochaine les amis !

 

Atelier au Skatepark

Super après-midi aujourd’hui au Skatepark ! Nous retrouvons les jeunes des quartiers de la Rocade et de Bel Air ! Les ateliers débutent par un petit foot animé par Tijani. Par la suite, différents jeux collectifs sont installés : Le mikado et les dominos attirent quelques jeunes qui peuvent alors se poser sur les tapis et se défier en profitant du soleil. Des courses de pédalos sont organisées, et surtout, on retrouve un tournoi de “billard hollandais” qui génère beaucoup d’enthousiasme.

D’un autre côté, un atelier philo est organisé : les jeunes peuvent se retrouver pour discuter de différents sujets (liberté d’expression, être enfant / être adulte). Entre deux sujets, on se plaît à se poser des questions et à faire notre portrait chinois. Enfin, un atelier dessin et coloriage pédagogiques est proposé aux enfants qui préfèrent se poser tranquillement.

A la semaine prochaine belle équipe !

 

Atelier a l’hôtel social Astoria, Massy

dans le bulletin météo de nos activités, avec un maximum de plaisir.

Au centre, nous avons un ping-pong amusant qui débouchera sur un tournoi à la fin de l’activité.
Toujours dans l’ouest, ils ont prévu une super activité de dessin avec des aquarelles.
En outre, dans la partie sud, vous trouverez l’espace pour les tout-petits où l’on raconte des histoires amusantes et où l’on peut aussi jouer avec des blocs.
A l’est brillaient les jeux de société, où une dizaine d’enfants étaient présents.
Au nord, il y avait un bel air du sud avec une activité où ils ont fait des fleurs.

a généralement brillé sur Astoria

Atelier au quartier de Massy

Laine tricotée autour de baguette juchent le tapis, ce jour. Des dizaines d’enfants viennent s’essayer au tricot, sur le grand tapis allongé au soleil. Djema joue au foot avec les petits, Maïté propose des grands jeux en bois pour le plaisir de l’équipe de dix enfants qui l’accompagne. Quant à Ine, elle propose aux enfants un action-painting endiablé sur du carton enroulé autour d’un arbre. Un bon goûter, et à la semaine prochaine !

 

Atelier La Rocade

Magnifique après-midi avec les enfants ! Nous avons fait des cadres en mosaïque tous plus beaux les uns que les autres et nous avons pu réaliser de belles œuvres et objets avec les perles. Une belle cohésion de groupe!  Et nous apprenons à connaître de mieux en mieux les enfants que nous accompagnons grâce à notre présence régulière!

 

Atelier du Balladin
Le soleil est au rendez vous ! Alors que les parents terminent leurs siestes ramadanesque les enfants nous attendent de pieds fermes pour l’atelier ! On installe non pas un mais 2 ateliers créatifs ! Sur une table les enfants reçoivent un carnet pour faire leur portrait chinois (“Si j’étais un objet, je serais…” “Si j’étais un animal je serais …”). Sur une autre table c’est le traditionnel atelier d’aquarelle ! Mohamed réussi en fin d’atelier une superbe bouche de dragon, avec une attention toute particulière pour ses dents ! L’atelier de petite enfance est très fourni, on y lit des histoire, fait des construction mais on y joue également au UNO ! Pour les parents, une distribution de produit d’hygiène à lieu, ainsi que de vêtements !

 

Atelier Antony Pôle

Aujourd’hui notre équipe s’est rendue, comme de rituel le vendredi, à Antony pôle pour retrouver les enfants qui nous ont accueilli, comme d’habitude avec grande chaleur. La belle journée ensoleillée nous a fourni un beau cqdre pour mener un grand éventail d’activités dans la belle ambiance du platz animé par ses habitants.

Une incontournable petite enfance avec des livres, des jouets et des grands puzzles s’est tenue sur les grands tapis; pendant que les plus grands circulaient entre un atelier sportif tir à l’arc et pingpong et un atelier “école” pour aider les enfants avancer dans leurs devoirs pour les vacances de printemps.

On a terminé notre après-midi ensemble avec un bon goûter de fruits et grenadine, tous et toutes assis sur les tapis.

a la prochaine !

 

SAMEDI 24 AVRIL 2021

Soutien scolaire au bidonville du rond-point, Chilly-Mazarin

Dernière semaine de vacances avant la rentrée, nous nous donnons comme objectif de terminer les devoirs de vacances avec une dizaine d’enfants présents et motivés. Révisions des notions de grammaire telles que “déterminants”, “noms”, “verbes”, mathématiques avec des additions simples, et de la lecture syllabiques évidemment.

A la fin du soutien scolaire, nous faisons le tour des cabanes pour rappeler la date de la rentrée, qui approche !

Atelier à l’hôtel social Parthénon

Aujourd’hui super après-midi à l’hôtel social Parthénon!

Par la suite d’un don de la part de La Voix de l’Enfant, nous avons pu réaliser une belle distribution de produit d’hygiène: des serviettes hygiéniques, du savons pour les mains, des masques, du shampoing, du gel hydralcoolique… Les habitants étaient vraiment très contents de recevoir ces produits.

Plus loin, les enfants se sont amusés avec des jeux collectifs, du volley, du badminton… Ils ont montré un besoin concret de bouger et de pouvoir se défouler en courant et en jouant.

Les plus petits se sont posés au calme sur un tapis, en profitant des jeux, des livres et des briques.

Après la distribution, les mamans ont pu participer à un cours de français mis en place par une de nos bénévoles, et elles étaient ravies de pouvoir améliorer leur niveau.

Nous avons terminé en partageant un bon goûter, à base de gâteaux et fruits.

A la prochaine,

Francesca

Atelier au quartier de Villa Saint Martin

Aujourd’hui nous nous sommes rendus au quartier de Longjumeau comme d’habitude les samedi. Les enfants n’étaient pas nombreux et on a donc pu profiter d’une ambiance conviviale et intime avec les jeunes qui nous ont rejoints.

J’étais sur les jeux de société avec des filles qui se sont bien amusées avec la construction – et surtout la destruction – de la tour Djenga. Après quelques parties à Uno on s’est déplacés sur l’atelier perles de Fatoumata. On a fait beaucoup des colliers et des bracelet alors que Kevin et Timothée ont engagé quelques jeunes dans une partie de pingpong. 

on a terminé par un bon goûter de bananes, clémentines et grenadine.

A samedi prochain!

l’École buissonnière

l’École buissonnière

Dedans / dehors

Il fut un monde simple dans lequel les réalités sociales pouvaient être perçues de manière assez binaire. On était scolarisé , ou bien on ne l’était pas. On était allocataire ou bénéficiaire de telle ou telle pension ou régime, ou bien on n’y avait pas droit. On fréquentait des lieux de culture, ou bien on faisait du sport et cela exprimait un accès durable, fonctionnel, et accordé une fois pour toutes.

Nous ne vivons plus dans un tel monde; aujourd’hui, le mode binaire ne permet en rien de rendre compte de la relation précaire, fragmentée, fragile, que les individus et les groupes, en particulier les plus précarisés, entretiennent avec les institutions.

On peut être scolarisé et étranger à sa scolarité, être allocataire, sans pouvoir recouvrir ses droits; on peut avoir essayé de multiples activités culturelles, sportives ou de loisirs, sans lendemain.

L’Institution donnait de la valeur, de la qualité ; elle garantissait des parcours. Cela n’est plus vrai aujourd’hui que pour ceux à qui la valeur, la continuité , la qualité … ont déjà été attribuées à la naissance.

l’Expérience fondatrice

Freinet ne croyait pas à l’Institution; matérialiste, il croyait en l’expérience , dans toutes les expériences de vie: collectives, sociales, de travail, esthétiques, artistiques ou poétiques. Il n’accordait de valeur à l’institution, que si on pouvait s’en évader, en subvertir les limites, et la raccrocher à un environnement vivant et authentique.

C’est le sens de son expression, intrinsèquement liée à sa pédagogie, à son histoire: “l’École buissonnière” .

On peut apprendre hors de l’école; on peut créer de nouvelles solidarités sociales hors des institutions historiques, on peut créer de l’art, de la culture, en dehors de tous les lieux dédiés. Cette possibilité qui existait déjà de son temps est devenue, aujourd’hui, une nécessité, un enjeu de survie pour la personne, pour le sujet, s’il veut être vivant dans son environnement.

A Intermèdes-Robinson, nous pratiquons l’École buissonnière, l’Éducation non formelle, au travers de nos 13 ateliers de rue, hebdomadaires, mais aussi dans toutes les actions que nous menons collectivement, en semble, avec les groupes et les individus, les familles et les enfants, que nous rejoignons chaque jour.

Prendre sa vie comme École

Nous prenons la Ville pour École, le petit bois, le terrain vague, comme centre social et culturel. Nous prenons le bas côté, le parking d’hôtel, le pied d’immeuble, le bidonville comme un espace où tout est à construire, tout est à apprendre, tout est à dire et tout à exprimer.

Notre rôle dans ce domaine est comme toujours celui d’organiser, de rendre possible, de sécuriser, d’inciter et de valoriser ce qui se vit et se produit ici et maintenant.

Les savoirs, les expériences qu découlent de cette pratique, ne se perdent pas. Ils sont utiles, mais ils ne dépendent pas d’une institution erratique et sclérosée. Ils ne dépendent pas de la place où on nous met, de la valeur qu’on nous attribue, des notes que l’on nous donne. Ils ne dépendent que de nous. Nous ne les perdrons pas.

Du rien à quelque chose

Jerry Rubin, l’auteur de “Do it!” , mythique ouvrage des années 70, disait couramment que sa vie avait commencé à 20 ans. Et si on lui demandait ce qu’il avait fait avant, il répondait : “Rien! c’est ce qu’on appelle l’éducation américaine”.

Trop souvent le vécu institutionnel des enfants , des jeunes, que nous croisons , tourne autour de ce “rien” là. Il ne reste rien des heures interminables, des années passées, des démarches interminables, des devoir harassants, des efforts perpétuels qui étaient voués au néant.

Il n’en reste rien, tout simplement parce qu’on n’était pas là, pas présent dans ce qui se vivait alors.

Être-là

Nos pratiques, nos ateliers , y compris “d’École buissonnière”, visent exactement l’effet contraire de ce gâchis ordinaire. Nous faisons peu, nous intervenons peu , mais ce peu là n’est jamais un “rien” mais toujours un “quelque chose” , qui pourra devenir à tout moment “un peu plus”.

Ainsi sont nos ateliers d’École buissonnière. Les enfants , les jeunes qui y participent et qui les animent , apprennent juste “à y être” . Ils apprennent à devenir des auteurs. Ils apprennent juste à être là.

L’école buissonnière ou créer des herbiers sensitifs avec des enfants dans leur quartier

Isabelle Bard, Secrétaire générale de l’association Intermèdes-Robinson

La pédagogie sociale s’inscrit là où vivent les habitants(enfants et parents),
un de ses objectifs est de permettre à ces habitants de transformer de façon durable leur rapport/relation à leur lieu de vie, de le percevoir différemment pour l’habiter autrement.

Ce printemps 2021, dans la période de confinement où les enfants étaient « privés » d’école,
nous avons choisi de faire faire des herbiers sensitifs aux enfants vivants dans les cités en rez du parc de la Corneille à Massy et à St Eloi à Chilly Mazarin.
La notion de sensitif comme adjectif qualificatif ajouté à herbier est primordiale pour réaliser notre but de transformation durable du rapport/relation au lieu de vie.
En amont, nous avions préparé de jolis carnets, tout exprès, car les enfants ressentent notre intention envers, eux évidemment et s’ouvrent ainsi encore davantage à la coopération.

 


Les enfants accompagnés de nous, sont partis en quête de plantes(feuilles et fleurs) répondant à des critères de qualités prédéfinis comme : une plante qui …colle, une plante qui… pique, une plante… fragile, etc .
Enfin, ensemble, grâce à des applications sur nos téléphones mobiles nous sommes arrivés dans un second temps à nommer ces végétaux.


C’est aussi se faire l’écho du « bon usage » des nouvelles technologies auprès des enfants.
Le 1er atelier a fini sur un collage des plantes dans les carnets et de l’écriture du nom de chacune par eux mêmes.
Puis, un second atelier a permis de dessiner ou de faire l’empreinte de la plante à l’aide de gouache.



Chaque carnet, comme chaque enfant et comme chaque plante est unique parce qu’il y a plusieurs plantes douces, foncées…
Les enfants ont été étonnés et émerveillés de découvrir la richesse, la diversité des plantes qui sont leur voisinage direct.
Maintenant, ce monde végétal ne leur est plus étranger, il leur est devenu familier.
C’est cette mise en lien par la relation directe par l’apprivoisement, domaine du sentiment et non de l’intellect seul, qui permet de protéger, respecter et tout simplement d’aimer.

Mardi 13 avril 2021

Atelier au bidonville du rond-point, Chilly-Mazarin

Magnifique atelier au rond-point aujourd’hui, où nous sommes accueillis par une trentaine d’enfants près à faire les activités. Nous proposons une petite enfance géante, et active, avec Loïka et sa fille, Emma, qui a 5 ans, ainsi que Lionel ; les tout-petits profitent des grands tapis et des jeux d’éveil, mais aussi des tunnels rouges qui font beaucoup rigoler petits et grands. Nous proposons également en parallèle un bowling ; les enfants font preuve d’une grande dextérité, et peuvent ainsi se défouler. Le tir à l’arc et la cible leur permettent aussi de s’entraîner à bien tirer.

De l’autre côté, Maïté et Sophie proposent des jeux collectifs aux enfants qui se prêtent comme toujours à l’exercice collectif avec grand plaisir. Cassandre et Marie de leur côté, on ramener des grosses pelotes de laine colorées, ce qui fait réagir Patera “On va faire du tricot ? Ou jouer avec comme des chats ?”. Avec des baguettes en effet, nous tricotons la laine pour faire de jolies tressages multicolore autour des baguettes.

Nous clôturons notre atelier sur un joli goûter au soleil, puis une fois les affaires rangées au camion, nous nous saluons !

 

MERCREDI 14 AVRIL 2021

Atelier au quartier de Saint-Eloi, Chilly-Mazarin

Nous continuons les herbiers avec Isabelle, elle emmène les enfants dans le petit bois une nouvelle fois, pour leur faire cueillir des plantes. Marie les attends en haut avec de grandes feuilles et de la peinture, afin qu’ils puissent “imprimer”, ou tamponner les plantes sur la grande feuille. Cela fait des compositions vertes intéressantes, et les enfants peuvent encore une fois identifier les plantes en les collant à côté de leur empreinte.

Rosy arrive un peu après, et fait dessiner des plantes aux enfants. Maïté et Francesca font un quoi de neuf spécial “ramadan” et des petits cadres avec les tout-petits. Nous faisons enfin les goûters, et nous disons à la semaine prochaine après avoir distribuer les herbiers aux enfants !

 

Atelier du Parc du Château

On se prépare aujourd’hui a lancer des nouveaux ateliers autours du soutien scolaire et parascolaire et des goûters sanitaires. Des parents et des petits enfants qui nous attendais très impatiemment pour commencer nos activités. Des activités autour de l’apprentissage et de la formation en dessin avec Senad, puis à côté Nicolae propose des activités collectives comme le badminton et le ping-pong avec des jeunes enfants. Au bout de quelques temps d’autres jeunes et parents se joins a nous , étant ravis de nous retrouver a chaque fois dans le parc pour de activités avec aux.

Une fois de plus nos goûters attirent beaucoup de monde et en plus la nouvelle proposition des “goûters sanitaires”, ça montre aux parents que nous faissons attention a ce que nous proposons comme idée nutritive. 

 A la prochaine!

 

Atelier au quartier de Bel-Air, Longjumeau

Nous sommes l’équipe de Bel-Air qui avait mit en place l’atelier de jardinage, d’accompagnement et soutien scolaire sous les rayons du beau soleil . l’atelier du jardinage fut responsabilisé par Fatoumata et Penda avec des enfant et des adolescents super motivés. L’atelier d’accompagnement et soutient scolaire Fut accompagné par Mathias et son superviseur Mohamed. Nous avions tous profité d’un moment de partage en lien avec la nature dans le respect des protocoles des mesures sanitaire. Quelques images pour vous donner une idée sur nos activité d’aujourd’hui en espérant vous voir parmi nous très prochainement .

 

JEUDI 15 AVRIL 2021

Atelier au quartier de Massy

Atelier très réussi aujourd’hui avec Mathias et Djema au foot, qui accueillent une trentaine d’enfants pour jouer des matchs endiablés. Puis les enfants ont repéré des diabolos dans une cagette ; ils s’entraînent à faire sauter leur diabolo en l’air et à le rattraper. Marie de son côté accueille une dizaine d’enfants sur le grand tapis afin de réaliser de jolis tissages avec des baguettes de bois et de la laine ; cela pourra servir à faire des corbeilles de fruit.

Nous prenons le goûter dans la bonne humeur, avec Mathias qui prend le rôle de conteur pendant que Marie et Djema servent les pains au choc, croissants, mandarine et sirop délicieux. A jeudi prochain !

 

Jeudi 15 Avril 2020

Atelier Skate-Park

Nous avons mis en place l’atelier henné, beaucoup de succès, jouer au frisbee, au billard, jouer à la balle avec les tout-petits. Nous avons tenté de jouer au badminton mais il y avait trop de vent. Il y avait du dessin pour les jeunes. Puis d’un seul coup une razzia d’enfants s’est emparé la corde de force. Et nous avons pris un goûter avec des fruits frais, des Oeufs de pâques, du chocolat au lait et des jus.

 

Atelier à l’hôtel social Astoria

Aujourd’hui super journée à l’hôtel social Astoria!

Les enfants étaient déjà dehors en train de nous atteindre, en jouant entre-eux, et en s’amusant avec des rollers.     Nous avons installé quatre pôles différents : 

Les plus petits ont profité du tapis pour pouvoir jouer à la dînette, construire des maisons avec des briques en carton, jouer à la poupée et jouer au bowling avec des quilles en peluche.

Autour d’une table, un autre groupe s’est amusé à peindre de belles œuvres avec l’aquarelle, qu’ils sont ensuite accrochés au mur du parking.

Un groupe d’enfants plus grand se sont amusé avec la boxe, ils ont appris à placer des coup sur le sac de frappe, accompagné par un adulte.

Un dernier groupe ont fait de jeux collectif : le facteur n’est pas passé, le chat…

Nous avons terminé l’atelier en jouant tous ensemble aux statues musicales, et après nous avons partagé tous ensemble un super goûter !

 

VENDREDI 16 AVRIL 2021

Atelier au bidonville d’Antony Pôle

A la vue de notre arrivée, les enfants sautent de joie et nous rejoignent pour installer les activités. Sur l’espace petite enfance, on travaille la motricité avec un jeu de saut et on se plaît à construire des maisons et des tours. D’un autre côté, des activités plus sportives sont proposées comme le badminton et la corde à sauter. Mathias fait une démonstration d’acrobaties tout en sautant à la corde, cela épate la galerie et met au défi tous les enfants !!

Enfin, de nombreux jeunes viennent se poser sur l’atelier plus scolaire : on écrit des histoires dans son livre, on le décore, on découpe et colle l’alphabet, on écrit les lettres et on peint à l’aquarelle.

En fin d’atelier, l’énergie est explosive et la tension monte, et nous sommes obligé.es de passer au goûter pour la faire redescendre : bananes, mandarines et sirop sont distribués !

A la semaine prochaine jolie troupe !

 

Welcom Hotel

Lorsque nous sommes arrivés au welcom hôtel, il y avait déjà quelques enfants qui jouaient sur le parking. Dès que nous sortons du camions ils accourent pour nous aider à le décharger . Nous installons les atelier et les enfants commencent à faire de la peinture et du dessins tandis que d’autre sont à l’atelier petit enfance.

L’après midi passe dans une ambiance musicale. Puis nous retrouvons tous pour un bon gouter.

Yaëlle Beaufils Bard

 

Atelier à la Rocade

Très belle après-midi! Nous avons créé des cadres en mosaïque, fait plein de jeux collectifs et pris un délicieux goûter!

 

SAMEDI 17 AVRIL 2021

Atelier soutien scolaire au bidonville du rond-point

D’entrée de jeu nous allons taper à la première cabane du bidonville afin de présenter notre intention de contre-diagnostic, concernant l’expulsion éventuelle du bidonville. Il nous est intolérable de penser que le bidonville soit expulsé. Nous avons tant travaillé et tant joué avec tous ces enfants, tant dénoué de situations pour ces habitants… Les bidonvillois sont d’accord pour que nous écrivions à la préfecture pour exposer la situation globale des habitants.

Ensuite, nous installons notre table pour commencer le soutien scolaire. Les enfants sont concentrés, il y a moins de perturbations que d’ordinaire, aujourd’hui. Lecture, écriture, mathématiques et jeux éducatifs au programme !

Enfin, nous prenons le rituel goûter en plein centre du bidonville : bananes, clémentines et sirop à l’eau.

Atelier Bel Air

Aujourd’hui, le temps était favorable et nous a donné l’opportunité de faire des ateliers très intéressants.

Notre équipe est composée de Fatoumata à l’atelier du jardinage; Tidjani à l’atelier de dessin et d’écriture; Mohabed à l’atelier de Foot; Penda et Mathias à l’atelier de décoration et création. L’ambiance était plus mouvementée par des adolescent.e.s et un petit groupe d’enfants. Quelques petites photos vous donnant une idée.

Merci de votre participation en espérant vous revoir très bientôt parmi nous.

 

 

Atelier à l’Hôtel social Parthénon

Bel après-midi ensoleillé sur le parking du Parthénon.
Nous avons utilisé la pédagogie du détour pour immerger des groupes d’enfants dans les chiffres en jouant aux dominos géants. Ce fût un moment extra car plusieurs enfants, soit ne maitrisait pas clairement la langue, soit pas clairement les chiffres positionnés sous forme de points. Mine de rien, ils ont pu progresser. Autour de la petite enfance, nous avons révisé des berceuses et comptines avec les petits et petites, qui ont beaucoup apprécié de pouvoir “bercer” une poupée ou un bébé imaginaire.
Les mamans n’ont pas été en reste, un atelier de FLE avait mis en place tout exprès pour elles.

Comment le COVID sert à détruire le Social

Comment le COVID sert à détruire le Social

Nous avons tous lu les analyses qui présentent les mesures de contrainte qui s’appliquent au secteur du spectacle, comme une attaque en règle de la Culture ou de l’Éducation.

Or, s’il est certain que la répétition des mesures de fermeture impacte durablement ce secteur et amène à une restructuration économique , et certainement à terme à une forme de liquidation, ce n’est pas la Culture en tant que telle qui est attaquée, mais sa diffusion. Le rôle de la Culture comme apanage social n’est et ne sera pas remis en cause; de même que l’École à distance ne portera aucune atteinte à l’excellence scolaire des “élites”.

C’est le Social qui est attaqué derrière la Culture et l’Éducation

A l’École, ce qui a été supprimé, durablement affaibli, ce ne sont pas les cours, c’est le support relationnel qui rend les cours possibles pour les enfants des classes populaires.

Partout, le Social , comme mode d’intervention, comme pratique de transformation et d’adaptation de la société est directement et systématiquement ciblé non seulement par les fermetures, les empêchements, les interdictions, mais surtout comme horizon possible, comme espace où on pourrait encore s’investir.

L’urgence sanitaire a placé la société sous enfance ; elle n’est plus en mesure de s’occuper d’elle même. L’idée même de collectivité a constitué une victime directe de la période de pandémie dont les deux mots d’ordre ont été distanciation sociale et repli sur soi.

Au delà des mesures provisoires, des attaques durables

On pourrait minimiser le phénomène, le relativiser, en réduisant la pluie des mesures et règlementations, telles les périodes de couvre feu ou confinement, à elles mêmes. En soi, il s’agit de mesures temporaires et limitées. Et on pourrait croire que tout ce qui est de l’ordre de l’initiative sociale et collective ne serait pas durablement empêché, mais seulement reporté.

Or, ce n’est là que la face visible du phénomène. Plus profondément, c’est l’idée du Social qui semble plus sûrement et plus durement battue en brèche. C’est l’empêchement de se mobiliser qui affecte les acteurs et les collectifs, et ces derniers ont été efficacement démembrés et littéralement démobilisés.

Que peut devenir par exemple une troupe d’enfants , acteurs de leur Cité, ou un collectif engagé dans un projet de développement social, communautaire ou éducatif… après un empêchement de faire quoi que ce soit de significatif depuis plus d’un an? Qu’est ce qu’il en reste , sinon que les acteurs ont été par force engagés sur d’autres voies? L’espoir même sur lequel repose le Social, à savoir que nous pouvons nous occuper de Demain, est ,depuis plus d’un an détruite, chaque jour dans les faits. Il s’avère qu’on s’occupe de Demain à notre place , plus encore qu’hier et pour longtemps, très probablement.

Pénalisation de l’organisation

Le Social a donc été attaqué par des pluies d’interdiction: interdictions de se regrouper, de se rassembler, dès lors qu’il y a un but, une organisation, un sens à ce rassemblement.

Par contre il n’y a aucun problème à la juxtaposition des promeneurs, au flux des voyageurs , à la présence en masse dans les rues et les parcs , justement parce que ces phénomènes sont sans dessein collectif.

On peut aujourd’hui largement circuler dans les espaces publics, s’y promener, mais on ne peut pas les occuper, ni les habiter, ni y prendre aucune initiative qui ferait de n’importe qui , un organisateur ou un contrevenant.

Ce n’est plus la prison, mais ça reste de la liberté conditionnelle, un régime de semi-liberté. C’est la Cour de la Prison; en somme une sorte de “prison hors les murs”, dans laquelle nous résidons tous.

La répression, d’une manière inconnue jusqu’alors, ne vise que l’organisation, et la capacité des acteurs sociaux d’organiser quoi que ce soit.

Bien entendu, il reste un “Social de guichet” , un “Social d’institutions fermées”, qui n’ont plus à s’inquiéter de leur impact ou de leur désertion . Les structures qui en ressortent, peuvent à l’envi, se dématérialiser, réduire leurs capacités, et renvoyer leurs bénéficiaires à la gestion de leurs problèmes, dans la mesure où ces derniers ne sont plus que des individus isolés, des indices, des chiffres , sans capacité de réagir.

Discréditer les acteurs sociaux

Le Social est ensuite massivement pénalisé, dans les mesures en cours, par l’impossibilité totale où sont les acteurs de se projeter. Ces derniers sont dans l’impossibilité d’annoncer quoi que ce soit à leurs publics. Ils sont sans ressources et sans voix.

Cette impossibilité de se projeter, ou de projeter un avenir, entame directement la crédibilité des acteurs eux mêmes. C’est la confiance que les publics pouvaient avoir à l’égard des acteurs sociaux, qui est ici attaquée .

Or, un acteur n’est social que lorsqu’il est autonome; et les acteurs sociaux , à ce jour, n’ont plus aucune autonomie possible. Ils sont rendus dépendants, affaiblis et ne représentent plus aucun recours.

On chercherait à couper les acteurs sociaux de leurs publics qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

S’en prendre aux actions innovantes en priorité

Et plus particulièrement, au cœur même de cette action sociale affaiblie, ce sont les structures innovantes, les pratiques nouvelles et émancipatrices qui sont le plus pénalisées. Car celles ci sont déjà privées d’infrastructures, de fonds de fonctionnement; et elles n’arrivaient à survivre qu’en recourant aux projets , qui sont aujourd’hui impossibles à établir dans un climat d’incertitude soigneusement organisé et maintenu, comme une chape.

Aujourd’hui le champ est entièrement libre pour les institutions et collectivité, pour tout fermer, pour refuser de s’investir de s’impliquer même dans ce qui ressort du domaine de leurs responsabilités les plus lourdes.

Le prétexte est tout trouvé; c’est en singeant un discours de responsabilité , d’urgence citoyenne, que ces mêmes institutions et collectivités peuvent déserter le front des urgences sociales , éducatives et même, au final… sanitaires.

Le même prétexte fonctionnera à répétition, car il permettra à ces mêmes institutions et collectivités de se présenter dans un second temps, si et lorsque la vague d’interdictions sanitaires trouve une fin, comme des victimes elles mêmes, sur un plan économique. Il sera tellement facile d’arguer d’autres urgences pour continuer de ne pas s’occuper du Social.

Les mêmes structures, institutions et collectivités, après avoir liquidé et démobilisé tous leurs moyens pourront se présenter comme étant dans l’incapacité de soutenir les actions urgentes et nécessaires, dont on dresse par ailleurs et complaisamment, la liste.

Une lueur…

Pour autant, les acteurs institutionnels, voire administratifs ne sont plus dupes des politiques qu’on leur fait mener. Ils s’en font encore les relais , mais ils ne peuvent s’empêcher de voir les désastres en cours et en préparation. Ils appliquent de mauvaise grâce , ou en tout cas avec mauvaise conscience , des consignes de plus en plus injustifiables face au Monde.

De sorte qu’une petite note positive reste encore possible: celle qu’après nous avoir mené au naufrage, on ne laissera peut être plus la barre à ceux qui nous ont mené là; celle qu’après l’avoir si durement attaqué, le Social apparaisse comme le seul avenir possible d’une société ravagée.

MARDI 6 AVRIL 2021

Atelier au bidonville du rond-point

Dès notre arrivée, les enfants sont nombreux pour nous aider à  installer le matériel. Une petite enfance est installée, avec Maïté et Penda, sur laquelle les enfants discutent autour de divers jeux. Un espace artistique est créé, avec Marie et Léa. Les jeunes laissent leurs talents s’exprimer sur la toile. D’un autre côté, il y a l’atelier boxe de Jeanne sur lequel les habitué.es se retrouvent pour se dépenser. Enfin, un parcours sportif est agencé avec Marie, Cassandre et Victor pour que petits et grands puissent s’affronter joyeusement. Même certains adultes ont participé !

Après un débarbouillage et un lavage de main, nous avons pu déguster un petit gouter fruité. A la semaine prochaine !

 

MERCREDI 7 AVRIL 2021

Atelier de Saint-Eloi

Super atelier à Saint-Eloi ! Nous faisons un quoi de neuf, un atelier philo et du mikado ! Aussi, Isabelle est là pour confectionner des herbiers avec les enfants intéressés ! Nous partons dans le petit bois de Saint-Eloi afin de cueillir une plante douce, une plante fragile, une plante qui pique, etc. Les enfants sont très amusés par cet atelier, qui mêle sensitif et observation. On termine sur un bon goûter ! A la semaine prochaine les enfants.

 

Atelier de Bel Air:

Quel beau soleil à Bel Air!

Une après-midi ensoleillé malgré les rafales de vents qui nous rafraichisse. Des enfants et jeunes très impatients de nous retrouver et de faire avec nous les activités promises. cette fois-ci, du soutien parascolaire et des activités autour des goûters sanitaires avec les mamans présentes.

Mais malgré tout cela les enfants nous demandent de faire des activités collectives, et en se partageant en petits groupes et en petits ilots, nous parvenons à faire des jeux qui redonnent le sourire et la joie sur leurs visage.

Nous arrivons enfin au moment du goûter et en partageant les enfants en deux groupes on arrivent a faire une bon distribution des gâteaux et à la fin des légumes et du cordon bleu a ceux qui le souhaitent car nous avons récupéré 150 repas a la cantine à distribuer. Les enfants sont contents , les familles sont ravies.

Un très bel atelier riche en émotion et en joie.

A bientôt!

 

Atelier au parc du château

Cette après-midi, nous partons avec Elvio et Evy (enfants participant habituellement au CLAS) qui nous donnent un coup de main pour charger et décharger le matériel.

Sur place, une petite enfance est installée : divers jeux d’éveil sont disposés, un coin kaplas, et un coin plus artistique où nous expérimentons la peinture avec un doigt. Le sac de boxe est aussi installé auprès d’un arbre, les enfants s’échauffent et s’entraînent. Plus loin, un atelier foot et ping-pong attire quelques enfants. Enfin, un atelier artistique comprenant des fils à manier est effectué. Cet atelier regroupe quelques parents qui peuvent donc se rencontrer et discuter.

Après avoir rangé le matériel, nous nous sommes divisés en deux groupes afin de prendre le gouter au soleil avec les enfants et leurs parents dans une ambiance conviviale. Au plaisir de vous retrouver la semaine prochaine !!

 

JEUDI 8 AVRIL 2021

Atelier à l’hôtel Astoria

Très belle après-midi à l’hôtel social Astoria, les enfants étaient enchantés de nous retrouver. Nous avons fait des œuvres collectives avec de la peinture et du collage. Petits, moyens et grands ont collaborés et cela nous a permis d’avoir un moment de concentration pour discuter tous ensemble. Anita a joué à des jeux de société avec les enfants, Penda a ravi les enfants avec l’espace petite enfance et Alex s’est bien dépensé avec les enfants.

Nous avons proposé un goûter à tous les enfants et nous nous sommes dit à jeudi prochain.

 

Atelier Skate Park

Aujourd’hui un atelier très agréable au skate park. On a mis en place des activités pour tous les goûts: du badminton, du foot, du tir à l’arc, mais aussi un atelier mosaïque pour réaliser des jolis cadres et une petite enfance. Les jeunes ont circulé entre les différentes activités proposés dans une ambiance très calme et joyeuse et ils ont pu profiter d’une équipe active et réactive à leurs propositions. Quelques parents est resté tout au long de l’atelier, ce qui nous a permis de faire leur connaissance.

Quand l’heure est arrivé pour le goûter, les enfants nous ont volontiers aidé à ranger le matériaux et après ils se sont assis avec nous en cercle sur le tapis. On a partagé un très beau moment avec eux, accompagné, ça va sans dire, par du chocolat chaud, des croissants et des clémentines. on s’est dit à la prochaine et on est repartis vers le local de l’association pour terminer notre journée.

Atelier au quartier de Massy

Aujourd’hui à Massy, nous venons plus tôt que d’habitude comme c’est les vacances. Nous accueillons des enfants que nous n’avions jamais vu avant, bien qu’ils habitent dans les tours juste en face ! Les vacances sont aussi une opportunité pour nous de connaitre ces enfants qui ne viennent d’ordinaire pas aux ateliers.

Mathias propose un jeu de motricité avec de petites balles avec lesquelles il fait jongler les enfants, tout en se faisant des passes. Djema propose une grande partie de foot, et Senad est à la petite enfance. Marie propose aux enfants un herbier à composer avec les plantes présentes dans le grand parc de la Corneille. Une plante douce, une plante qui pique, une plante claire, etc. Les enfants s’amusent beaucoup à ramener les plantes à Marie. On termine par un bon goûter sanitaire, où chacun est séparés en groupe. Nous mangeons des bananes et des croissants, trempés dans un bon chocolat chaud. A la semaine prochaine les enfants !

 

VENDREDI 10 AVRIL 2021

Antony Pôle

Atelier bien lumineux cette après-midi sur le bidonville d’Anthony ! Les enfants et ados étaient bien énergiques et heureux de pouvoir effectuer les différents ateliers présentés. Des ateliers sportifs et centrés autour de la motricité ont attirés de nombreuses personnes (badminton et parcours pour les plus jeunes). D’autres parts, certains jeunes ont pu se poser autour d’une table pour écrire différentes lettres de l’alphabet et ainsi poursuivre d’une certaine manière leur travail scolaire en cette semaine de fermeture d’école. Sur la petite enfance, des histoires sont lues, des questions sont posées (sur les couleurs, les animaux…) et on se plaît à écouter Laris raconter l’histoire du Vilain petit canard ! A la semaine prochaine !

 

Atelier à l’hôtel Balladins

Sous les rayons du soleil doux, nous étions à l’Atelier Baladin plus tôt que d’habitude.  Plusieurs ateliers étaient prévu mais le manque d’effectifs ne nous laisse d’autre choix que de réduire les ateliers prévu.  Afsatou et Annita responsabilisé la petite enfance bienveillante, tandis que Mathias et Senad occupaient l’atelier de footh.

Voici pour vous quelque petites images de nos activités d’aujourd’hui sans oublier le respect des distanciation sociale.

En espérant vous voir très prochainement avec nous.

 

 

Atelier de la Rocade:

Une très belle après-midi, bien ensoleillé et chaude car aujourd’hui aux activités, et en plus de ça , les enfants et les jeunes nous attendait très impatiemment pour commencer les activités avec eux. En espaçant bien les tables et les tapis et en créant des petits groupes mixtes nous démarrons les activités dans la joie et dans la bonne humeur.

Alvarine et Nicolae proposent une activité artistique autour de la création des cerf volant en laine, et les enfants sont ravis et très intéressé par l’activité. A côté les jeux de société fonctionnent bien et le tapis de la petite enfance et bien peuplé par des enfants en bas age et quelques mamans autour.

Avant de fini,r une petite partie de cache-drapeau en équipe pour calmer les esprit avant de faire le partage des goûter sanitaires par ages lors de la distribution du goûter.

Une belle ambiance et des enfants tous contents de nous retrouver.

A la prochaine!

Atelier au quartier de la Villa-Saint-Martin, Longjumeau

Aujourd’hui, nous étions à l’atelier du quartier VSM. Nous n’avons pas eu beaucoup de participant(e)s à cause du temps humide et quelques goutes de pluies sans cesse poursuivie pas le vent. Après quelque minutes d’installation passé sans les enfants, Nous avions finalement eu la chance de mettre en place quelque ateliers.  Les ateliers sont occupés et responsabilisés d’une part, par Senad et Léonnel au dessin, Nicolae à l’atelier de pétanque et Mathias à l’atelier du Foot.  Le temps sombre d’aujourd’hui ne nous a pas favorisé la prise des photos.

Atelier soutien scolaire au bidonville du rond-point

Aujourd’hui nous accueillons une bénévole sur notre atelier de soutien scolaire. Il s’agit de la sage-femme de la PMI de Longjumeau, qui vient bénévolement pour rencontrer les familles, et plus spécialement parler aux femmes du campement de leur contraception, et leur proposer des rendez-vous si elles en souhaitent un. La rencontre, facilitée par notre présence, se fait de manière bienveillante et les femmes nous parlent ouvertement de leur problème avec la contraception, mais aussi de leurs maux éventuels.

En parallèle, le soutien scolaire s’effectue sous la cabane qu’ont bien voulu nous prêter une famille. Les enfants se succèdent, fratrie après fratrie, pour continuer les devoirs données par les maîtresses avant les longues vacances qui se profilent. Nous offrons à Mario son propre cahier, qu’il accueille avec énormément d’émotion. Il prend beaucoup de plaisir à le remplir ! Après une belle après-midi studieuse, nous prenons le goûter en plein milieu du campement, en tâchant de ne pas s’agglutiner les uns sur les autres. A la semaine prochaine les enfants !

 

Atelier à l’hôtel social le Parthénon

 

 

Chaleureuse après-midi à l’hôtel social Le Parthénon. Nous avons pris des nouvelles de tous les enfants, des parents aussi. Des moments précieux pour faire le point sur la situation de chacun et chacune! Nous avons aussi beaucoup ri en jouant! Sofi, une enfant géorgienne a profité pleinement de l’atelier petite enfance, nous la voyons grandir de semaines en semaines.

Atelier de Bel Air

Un très bel après_midi aujourd’hui au quartier de Bel-Air. Malgré la pluie, on a pu profiter d’une ambiance festive et chaleureuse avec les jeunes qui nous rejoignent comme d’habitude sur notre atelier du samedi. On ne s’est fait rien manquer: jeux de sociétés (djenga et mime), mais aussi du sport (foot et boxe) et un atelier dessin. On a terminé notre après-midi avec un goûter de bananes et chocolat chaud… et aussi des croissants pour les plus gourmands!

A la prochaine!

Sur-communiquer

Sur-communiquer

En Pédagogie sociale, nous pratiquons “la Sur-communication” ; cette sur-communication consiste dans un effort particulier, régulier et appuyé de communication bien au delà de ce qui se pratique dans les situations sociales de la vie ordinaire.

La sur-communication , pour les pratiques de Pédagogie sociale, est caractérisée par des engagements, des postures, des habitudes de travail que nous pouvons spécifier.

1- La sur-communication n’est pas la sur-information

Nous vivons dans un environnement sur-informé. Nous sommes débordés par une multiplicité de sources d’informations, déliées entre elles; à charge pour chacun d’en faire la synthèse.

Ces informations perpétuellement disponibles, mais également orientées agissent sur nous sans que nous en soyons les auteurs , et si rarement les émetteurs.

Leur effet est démobilisateur; nous ne sommes que les récipiendaires , les récepteurs, les usagers de ces informations qui nous traversent .

Or, paradoxalement, l’information et surtout la sur-information, nuisent à la communication et à la capacité de communiquer; nous confondons couramment ces deux domaines et nous pensons souvent communiquer en relayant des informations que nous prenons ici, ou là, mais qui ne nous expriment en rien, ne nous impliquent en rien… et qui au final , ne nous apprennent pas grand chose.

2-La sur-communication est tout sauf naturelle.

Telle que nous la concevons, la sur-communication que nous pratiquons est un effort, quelque chose qui coûte et qui ne nous vient ni spontanément, ni facilement. Dans nos vies quotidiennes, nous équilibrons nos communications; nous avons tendance à équilibrer ce que nous donnons , avec ce que nous recevons dans ce domaine. On ne sera pas étonné que, en Pédagogie sociale, on penche vers la dissymétrie. Il s’agit de communiquer sans retour, de communiquer sans condition, de communiquer sans certitude d’être entendu, de communiquer par principe.

3- la sur-communication dépasse la question du doute

Souvent, dans notre vie, nous nous demandons si ça vaut la peine, de dire ceci ou cela; nous avons tendance à limiter volontairement notre communication car nous sommes en attente de signaux ou d’indicateurs de la pertinence de ce que nous aurions à dire. Dans le cadre de nos pratiques, le doute joue autrement. Nous le voyons plutôt comme un indicateur d’opportunité. Si nous nous demandons si ça vaut la peine de dire ceci ou cela, le seul fait qu’il se pose la question , indique au pédagogue qu’il faut le dire. Nous pensons que ce n’est pas par hasard que la question s’est posée , que l’idée ait germé de pointer ceci ou cela, d’aborder tel thème. Le seul fait de douter , plaide en faveur de la nécessité de transmettre.

4- La sur-communication contribue à la sécurité globale de nos relations

Sur-communiquer met à l’abri; sur-communiquer protège, à la fois contre le ou les doutes, à la fois contre les peurs. La pratique de la sur-communication rassure et apporte la confiance dans la continuité même de nos relations et de ce que nous mettons en place. Ce n’est pas un cadre, c’est un pacte qui assure aux bénéficiaires, la certitude d’être pris en compte, dignes d’être informés.

5- la sur-communication est un principe général de toutes nos activités

La sur-communication n’est pas une chose qui serait réservée à nos bénéficiaires et qui ne nous concernerait pas. Cela n’aurait aucun sens en Pédagogie sociale. Une sur-communication orientée seulement sur les bénéficiaires pourrait être taxée de condescendance , mais plus encore serait inefficace si elle ne concernait pas en même temps notre propre équipe de professionnels et volontaires.

Nous pratiquons donc la sur-communication entre nous. Elle est une base de notre professionnalité. C’est le sens même de tous nos multiples briefings, de-briefings et “réunions debout”, quotidiens. Nous devons sur-communiquer sur tout; que ce soit sur les problèmes de nos camionnettes, que de ce qui se passe dans le quartier ou de nos doutes et suggestions par rapport à notre préparation, notre organisation. C’est la base de l’identité et de la fonctionnalité de notre équipe et donc aussi de notre travail.

6- Entre pédagogues, le principe de “communication acquittée”.

Entre nous, cependant nous ajoutons quelque chose à cette pratique communicationnelle: c’est l’acquittement. Toute information transmise, suggestion, ou consigne doit s’assortir d’un “retour”. Ce retour nous assure à la fois de l’efficacité de la transmission et en même temps de sa compréhension pour agir.

Ce que la sur-communication permet

En Pédagogie sociale, nous nous adaptons en permanence au Hasard, à l’imprévu, à ce qui arrive. Nous sommes disponibles, atteignables, adaptables, par principe.

Cette ouverture à l’imprévu nécessite une préparation, une véritable discipline, sinon nous serions désemparés et sans recours.

Ce qui nous permet de réagir à bon escient, au demeurant , c’est justement cette capacité que nous avons à communiquer entre nous sur tous les sujets, y compris ceux qui paraitraient à d’autres, secondaires. Cela nous met en mesure d’être toujours prêts, d’avoir “un coup d’avance” sur ce qui arrive; de ne pas être sans défense au contact, comme nous les sommes des réalités les plus dérangeantes.

Atelier rond-point

Grosse équipe cette après-midi qui décolle pour l’atelier hebdomadaire sur le bidonville du rond-point ! A peine sommes-nous arrivé.es que les enfants accourent en nombre pour nous aider à installer les ateliers :

Une grande petite enfance, animée par Ine et Anaïs, sur laquelle sont proposés des origamis, des jeux de transvasement, des livres sensitifs, et des jeux de constructions. Un atelier artistique, mêlant les plexis et la peinture, animé par Marie et Léa. Les œuvres sont exposées durant tout l’atelier et redistribuées après le goûter.

Jeanne a pu poursuivre son atelier boxe : à sa grande surprise, les habitant.es du platz ont accroché leur propre sac de boxe. Enfin, Maïté et moi animons le parcours avec des jeunes et moins jeunes pour finir avec une série de petits jeux que les enfants adorent.

Un petit atelier lavage de mains et débarbouillage s’est effectué avant de prendre le goûter sur les tapis, abrités du soleil par un parasol déplié par les habitant.es ! Moment chaleureux qui regroupait certaines mamans avec leurs enfants ainsi que quelques adolescents. Avant de partir, nous avons bien sûr rappeler l’évènement spectacle de ce samedi avec la troupe Aven Savore !!

 

MERCREDI 31 MARS 2021

Atelier au quartier de Saint-Eloi, Chilly-Mazarin

Magnifique atelier au quartier de Saint-Eloi aujourd’hui ! Les ados sont présents en force pour faire de la peinture aujourd’hui. Nazarina, Alin et Kardiatou s’installe sur les tapis et se fabriquent leur propre table en brique de carton pour pouvoir peindre, car l’atelier peinture n’a plus assez de place pour accueillir tout le monde. Idem pour la poterie, où la participation est dense. Cela fonctionne toujours très bien sous la houlette de Rosy, qui nous fait le plaisir d’être là avec sa fille Meena ! Les impressions en peintures s’accumulent sur le fil tendu entre deux arbres, les œuvres sont très recherchées et les enfants comprennent que si l’on veut imprimer un message correctement, il faut peindre les lettres… à l’envers ! Sinon, cela ressemble à du russe… Maïté accueille une dizaine d’enfants sur le grand tapis pour son atelier philosophique. A l’ordre du jour, plusieurs questionnement piochés aux hasard dans la boîte à questions, comme par exemple : “Si nous étions tous pareils, le monde serait-il meilleur ?”. Djema propose une grande partie de football, qui suscite toujours beaucoup d’énergie chez les enfants. Quant à Senad, il tire le portrait de plusieurs enfants dans la petite forêt en bas. On termine sur un bon goûter calme, et on se dit à la semaine prochaine !

Atelier du parc du Château à Chilly Mazarin:

Une très belle après-midi, bien ensoleillé et très chaude nous offre aujourd’hui la possibilité de faire une “Chasse aux œufs” au parc du château.

Dés notre arrivée nous sommes super bien accueilli par les enfants et les parents que nous avons l’habitude de voir et de revoir à chaque fois quand on fais nos activités. Un monde fous étaient présents dans le parc et ont pu participer aux différents activités proposées. Un bel tapis d’éveil avec plein des jeux et des enfants et parents qui s’approchent et qui reste avec nous tout au long de l’activité. Les parents sont très contents et les enfants sont super enchantées de jouer avec nous. A côte de la petite enfance Nicolae déplie les table pour faire dessiner aux participants le lapin et les œufs dorées et bien adorées avant la chasse aux œufs. plus tôt à notre arrivée avec Alexandre et Nicolae ont a placer les énigmes et les œufs en chocolat pour la fameuse chasse au trésor.

Jeanne déplie le badminton et s’apprête a lancer une partie-concours avec les jeunes filles, dans la joie et dans les fous rires.

Quelques temps plus tard Nicolae et Alex réunisse tout le monde pour lancer la chasse aux œufs en partageant en quatre groupes : Les Génies, les Merveilleux, les Dominos et les Badmintons, afin de lancer une partie endiablé de chasse au chocolat dans le parc.

Une très belle ambiance règne tout au long de la partie et les enfants prennent beaucoup de plaisir et de joie en participant à la chasse aux œufs. Les meilleurs ont pu montrer leurs talents en répondants aux énigmes et en trouvant les cachettes et tout au long du parcours ont pu retrouver des petits œufs en chocolats pour leur plus grand plaisir.

Au moment du goûter, on à passée un moment très agréable dans la joie et dans la bonne humeur tout en partageant avec petits et grands, jeunes et parents un bon goûter bien mérité et rafraichissant.

A la prochaine!

Atelier au jardin de Bel-Air

Aujourd’hui nous avons passé une très belle journée au jardin de Bel-Air!

Il faisait 26 degrés, le soleil brillais très haut dans le ciel bleu! Nous avons installé les tapis à l’intérieur de l’enclos du jardin, les plus petits se sont de suite installés, pour pouvoir continuer les histoires de Monsieur Lapin, commencés la dernière fois. Ils ont continué à créer des belles constructions pour le lapin avec les briques en cartons, en lui préparant aussi des repas sublimes grâce à la dînette.

Autour d’une table à côté, un autre groupe a réalisé des super attrape-rêves, en utilisant des vieux CD, des la laine, des perles… alors qu’en même temps, un autre groupe d’enfants s’occupait du jardinage, en plantant des laitues et en arrosant les plantations.

En dehors de l’enclos du jardin, les enfants ont pu profiter des activités sportives: du foot et de la boxe!

Nous avons terminé la journée en partageant tous ensemble un super goûter et… en dansant!

A la semaine prochaine,

Francesca

 

JEUDI 1 AVRIL 2021

Atelier au quartier de Massy

Bel atelier aujourd’hui ! Confection de poissons d’avril avec les plexiglas, on en imprime des dizaines et des dizaines à découper puis scotcher sur le dos de son copain. On rigole bien, puis on va jouer au foot, au UNO et à la petite enfance : briques en cartons, tunnel pour des balles colorées, kaplas…

On termine par un bon goûter, sans oublier de se dire à tout vite !

 

Jeudi 1er avril 2021

Atelier de Skate-Park

Nous avons engagé un atelier très complet en mobilisant un grand nombre de génération. La petite enfance a proposé un panel très large d’activités ludiques, des tunnels, une cuisinière et ses ustensiles, des cubes souples pour les plus petits, des assemblages de legos géant et de tapis puzzle. Nous avons mis en place une activité tir à l’arc double qui a engagé des très petits jusqu’à des jeunes hommes et jeunes filles. A côté des minis trottinettes assistées des adultes ont permis à des très jeunes filles d’être prises en mains ; ces mêmes filles qui n’ont plus l’âge de jouer à la poupée et qui veulent participer à d’autres activités que de dessiner. Le badminton a permis aux adolescents présents jeunes puis moins jeunes de prendre le terrain du badminton ainsi que du terrain de foot. Tous les enfants, les jeunes, les adolescents tiraient d’un camp comme  de l’autre de la corde de force, tandis qu’ils ont voulu continuer plus loin en tirant encore et encore. L’activité dessin avait pour but d’attirer des jeunes désirant leurs portraits, grâce à un grand dessinateur présent sur cet atelier. Nous avons mis en place un gouter double, d’un côté les adolescents et jeunes hommes, de l’autre les petits et les plus grands. Chaque enfant s’est proposé spontanément afin de faire la distribution des gobelets, des jus, des gâteaux, des compotes, des Smarties, de l’eau. Le billard en bois a regroupé les mêmes habitués tandis que des jeunes se sont mis à pleurer après avoir perdu. Il a fallu faire de la pédagogie et leur faire prendre conscience des choses graves et de celles sans importances.

Atelier a l’Hotel Sociale L’astoria

Le soleil est à 24 degrés aujourd’hui, nous allons donc profiter de nos activités à l’extérieur.

Bienvenue à l’astoria
Au menu de nos activités
ping pong comme entrée en matière sur un lit de badminton.
En guise de plat principal, vous trouverez sur nos tapis l’espace pour les tout-petits, avec des blocs, des legos, des livres et un tapis puzzle.

Pour le dessert, il y a une activité créative pour les poissons d’avril.

Et tout cela accompagné d’une belle musique et d’une petite danse.

Avant la fin de l’activité, vous pouvez rejoindre les enfants sur le tapis pour un goûter et un jus de fruit.

Une activité savoureuse et nous sommes de retour la semaine prochaine.

ps : les photos ont été dessinées par les enfants.

Proença Alvarine

.

Les photo de l’atelier on es ete pris par les enfants de l’atelier

VENDREDI 2 MARS 2021

Atelier au bidonville “Antonypôle”

Comme chaque vendredi nous partons au bidonville Antonypôle et nous y retrouvons une bonne trentaine d’enfants. Nous avons prévu plusieurs activités : la boxe, les livres pour enfants, les kapla, le tissage de bracelets, et le parcours sportif qui a beaucoup de succès. Les enfants courent, se faufilent dans un tunnel, sautent dans des cerceaux, rattrapent des balles, tapent dans des cibles… Une fois bien essouflés, ils peuvent venir s’étendre sur des tapis, écouter une histoire, regarder des images, reconnaître des lettres et des mots, et lire pour quelques-uns. Certains et certaines préfèrent le hoola-hoop, ou la peinture. Autour de la table à dessin il y a beaucoup de confidences, et partout on se dépense joyeusement au soleil. Les enfants nous aident à ranger et à tout remettre dans le camion. Ils font de grands signes de l’autre côté de la route, font une chaine pour nous empêcher de sortir : on a bien du mal à se quitter !

Atelier à l’hôtel social Balladin

Aujourd’hui bel atelier à l’hôtel social Balladin!

Les enfants étaient déjà en train de jouer dehors dans la cours, et ils nous ont accueilli avec beaucoup de joie, en courant vers le camion. Quelque maman nous a rejoint aussi, en s’installant avec nous sur les tapis, posés pour permettre aux enfants les plus petits de jouer.

Accompagnés par la musique, les enfants ont profité des jouets sur les tapis : de la dînette, des briques en carton, des livres, des peluches et plusieurs personnages!Pas loin du coin petite-enfance, un deuxième groupe s’est amusé en se défiant à plein de jeux de société et de plateaux! En même temps, un autre groupe a profité d’une table pour pouvoir dessiner, mais aussi apprendre les techniques sur comment dessiner le corps humain!

Nous avons terminé l’atelier en partageant un bon goûter tous ensemble!

A la semaine prochaine!

Francesca

Rocade

aujourd’hui nous avons passé une belle journée dans le petit parc de Rocade où nous avons joué avec des enfants.
Au programme d’aujourd’hui, la peinture sur tissu satiné et l’effet du noir et blanc.également présent aujourd’hui, usine de vêtements : fabrication de robes pour poupées, donc apprendre à coudre et à couper / tricoter mais aussi pour nos tout-petits de gros blocs de carton et de Lego où ils peuvent construire des tours ensemble. Et enfin des jeux en cercle, comme le jeu de l’espion, le jeu de cache-cache, le jeu du ninja.

Après une si belle journée, il est temps de manger un biscuit et de boire un délicieux lait au chocolat sur le tapis, puis de dire au revoir à nos charmants enfants.
Et jusqu’à la semaine prochaine

ps: Toutes les photo de l’atelier on été prise par les enfants ^^

Proença Alvarine

SAMEDI 3 AVRIL 2021

Atelier de la villa St. Martin:

Aujourd’hui au menu: Chasse aux œufs!

Les enfants comme toujours, bien présents et impatients de démarrer cette chasse aux œufs, qui s’annonce très chocolaté. Mais appart cela, un parcours du combattant leurs est préparé par Alexandre et Alvarine pour les chauffer à la chasse au trésor chocolaté. Nicolae après avoir passe une bonne demi heure avec les petits sur l’activité créative, en annonce le début de la chasse aux oeufs , pour le plus grands plaisir des présents. Une fois que les équipe sont faites l’aventure commence et dans la joie et dans la bonne humeurs et la rigolade, ils commencent à chercher partout le trésor caché du pirate Robinson!

Les plus douées ont pu profiter de leurs parcours du chocolat trouver et caché un peu partout sur la plaine, en se montrant très intelligents. La fin de la chasse aux œufs arrivent vite à sa fin et tous ensemble on partage un bon goûter bien riche en sucre. Le plus malins ont eux une “Poule aux œufs en chocolat”, et les plus douées ont trouver le trésor du pirate Robinson.

A plus!

Nicolae

Atelier soutien scolaire au bidonville

Aujourd’hui au soutien scolaire au bidonville du rond-point, nous sommes passées dire un mot aux familles afin de vérifier que tout le monde avait la bonne information : suspension des cours jusqu’au 26 avril, et de fait, trois semaines à passer au camp. Cela signifie pour les enfants du bidonvilles, plus de classe, plus de cantine, aucun contact avec l’école. Notre présence éducative est d’autant plus nécessaire en cette période compliquée. Nous avons eu la bonne surprise de voir aujourd’hui les pochettes de devoirs de vacances concoctées par les professeurs de l’école du Château. Pour les autres, nous lisons des livres données par les maîtresses, ou nous nous entraînons à l’écriture et à la reconnaissance des syllabes.

Nous fonctionnons par petits groupes, et le calme règne relativement bien. Florin nous épate par sa lecture de mots à plus de 4 syllabes, comme par exemple “multitude”. L’histoire, il la comprend car elle le fait beaucoup rire : il explique à Marie ce qu’il comprend à chaque page. Nous terminons l’après-midi sur un bon goûter, à la semaine prochaine les enfants !

Atelier à l’hôtel social Parthénon

Aujourd’hui nous avons passé une super journée à l’hôtel social Parthénon!

Les enfants nous attendaient dehors, heureux de nous retrouver. Nous nous sommes amusés autour d’un parcours sportif et de motricité, les enfants se sont divisés en deux équipes et se sont défiés sur des jeux de précision et d’agilité.

A côté, les plus petits ont profité des tapis d’éveil, d’un tunnel de motricité, de livres sensoriels, de dînette et des Lego mais aussi d’un espace dédié à la créativité!

Autours d’une table, avec un groupe de mamans, nous avons pris le temps d’échanger sur de thèmes variés: l’école, les dernières annonces gouvernementales… Nous avons pu nous éloigner des thèmes d’actualité pour parler aussi de leur vécu et de leurs histoires.

Nous avons terminé la journée avec un bon goûter partagé, entre enfants et mamans!

A la prochaine,

Francesca

 

Atelier a jardin bel air

Nous avons passé un bel après-midi à Bel Air aujourd’hui.

Les enfants ont travaillé ensemble dans le jardin. En plus de travailler dans le jardin, les enfants ont également eu l’occasion de fabriquer des bracelets et des colliers. ils ont profité au maximum de cette opportunité. tout le monde s’est réuni autour de la table et a réalisé sa propre création.

Ensuite, nous nous sommes réunis en deux groupes pour déguster des gâteaux et des boissons, une belle conclusion à un après-midi amusant !

Nous avons apprécié.

A la prochaine

Ine

Inscription à la newsletter

Réseaux sociaux

Prochains événements

  1. Exposition “Un autre regard sur Chilly”- Vernissage

    juin 12 @ 10:00 - juin 13 @ 7:00
  2. FORMATION DE FORMATEUR EN PEDAGOGIE SOCIALE 5: S’adapter aux commandes institutionnelles et à leur ambivalence

    juin 15 @ 10:00
  3. AVEN SAVORE : Spectacle au Kiosque du Boulevard Auguste Blanqui (Paris 13ème)

    juin 19
  4. AVEN SAVORE : Concert au Parc de l’Hotel de Ville

    juin 21 @ 8:00 - 5:00
  5. AVEN SAVORE : Concert à AVION

    juin 25 @ 8:00 - juin 27 @ 5:00

RSS Youtube

Nos principaux partenaires financiers

Nos principaux partenaires de terrain Banque Alimentaire Paris Ile de France