Des instants qui durent toujours

Des instants qui durent toujours

Janusz Korczak, au présent

A quelque semaines de notre Festival de Pédagogie sociale, qui s’est placé sous son égide nous sentons monter et venir jour après jour des temps bouleversés, qui ne sont pas sans rappeler des circonstances vécues par le grand pédagogue.

C’est le Monde à l’envers

C’est le Monde à l’envers quand l’intérêt particulier partout s’impose en légitimité et en autorité face à l’intérêt public; quand ce sont les voyous qui ne dérangent plus, et que ceux qui « font du Social » sont priés de se faire oublier, de se faire tout petits; en un mot de prendre en compte qu’ils posent un problème d’image.

C’est le Monde à l’envers quand on refuse aux structures qui se consacrent aux familles à la rue, … toit et local appropriés .

C’est le Monde à l’envers quand la trêve hivernale crée un répit aux familles domiciliées en dur, mais permettent de mettre à la rue les familles en bidonvilles.

C’est le Monde à l’envers quand dans les communes environnantes, ce sont les éducateurs de rue, qu’on met à la rue tandis que les associations de copinage municipal se voient attribuer des locaux , juste pour dire que tous les locaux sont occupés et non disponibles.

C’est le Monde à l’envers quand on permet de retarder encore l’admission des enfants à l’école, en les refoulant de la navette qui leur permettrait de s’y rendre sous des prétextes égrenés progressivement: d’abord , il faut payer une cotisation; puis, plus tard, quand celle-ci est payée, il faudra fournir une photo d’identité… Tout est bon pour retarder encore une scolarité , …en attendant l’expulsion.

C’est le Monde à l’envers quand on explique aux associations qui s’occupent des précaires, qu’il faut que leurs actions restent invisibles, au motif que cela respecterait un besoin d’anonymat et de « pudeur » qui serait « désiré » …par leurs bénéficiaires.

L’immonde à l’envers

Face à toutes ces inversions , Korczak nous a transmis une pédagogie , faite de petits moments de lumière. Une pédagogie de la joie, de la fête , de la convivialité que nous mettons en œuvre jour après jours dans notre local et sur nos ateliers.

Nous profitons de l’hiver, pour répandre de la chaleur et pour apporter partout où nous le pouvons, des actions immédiates.

  • Des actions immédiates en matière d’éducation avec nos ateliers d’éveil sensoriel, culturel, social relationnel , qui donnent envie de grandir
  • Des actions immédiates en matière de rétablissement administratif pour reprendre pied , dans l’imbroglio des démarches dématérialisées
  • Des actions immédiates, en matière de santé avec la possibilité de fournir des lunettes sans délai, grâce à un circuit court, avec une opticienne et un médecin, qui permettent l’accès à des traitements d’urgence même en cas de défaut de couverture sociale.
  • Des actions immédiates en matière de santé mentale, en permettant aux personnes souffrant de troubles psychiques de trouver place dans notre organisation, jour après jour, sans plus attendre des orientations, admissions et prises en charge, qui n’arrivent jamais.

Aussi locales et momentanées que soient ces actions, celles ci restaurent la possibilité de confiance en soi, dans les autres, dans l’environnement et dans un avenir même incertain.

Ce sont des moments qui « durent » au sens où ils ne sont pas des points indifférents d’un passé qui s’éloigne, mais une impulsion qui reste vive, pour le présent.

Aussi petits et momentanés qu’ils soient, ces « moments » pédagogique, éducatifs, relationnels sont des actes qui s’imposent face au désert des beaux projets, des beaux principes, des belles intentions qui remplissent la communication publique et stéréotypée des institutions en place.

Ils démontrent la possibilité de faire, la nécessité d’agir dans des temps de crises.

MARDI 29 NOVEMBRE 2022

Médiation scolaire, Villejust

Ca y est, les enfants du bidonville de Villejust vont enfin pouvoir rentrer à l’école ce jeudi !

Atelier au bidonville d’Antony Pôle

Ce mardi à Antony pôle nous retrouvons les enfants pour des ateliers de dessin, un chamboule tout et une petite enfance dynamique. Nous combattons le froid en restant en mouvement, en riant et avec un bon chocolat chaud en fin d’après-midi!

Préparation des calendriers des Robinsons 2023

Ça y est, les calendriers 2023 sont arrivés, fraîchement imprimés depuis Nancy, et ils sont splendides !

Senad et Oumaïma façonnent les reliures pour que nous puissions les vendre au marché de Noël de Chilly-Mazarin qui se tient ce week-end.

Ces calendriers sont composés de dessins des enfants et des jeunes produits durant l’année 2022, et mis en valeur pour l’année 2023.

Sortie Disneyland

Ce soir nous sommes allés à Disneyland avec 21 jeunes âgés de 13 à 19 ans. Dont 3 adolescents de l’hôtel Parthénon et 18 ados et jeunes du quartier Saint-Eloi de Chilly-Mazarin. Nous avions accès aux deux parcs Walts Disney Studio et Disneyland parc. Ils étaient tous émerveiller par les super décors de Noël. Nous avons partagé des moments drôles et angoissants ensemble lors des attractions. Petite péripétie pendant la présentation du manège Hollywood Tower, Hamalla a littéralement pris mon bras en grippe pendant la descente de l’ascenseur j’ai cru que mon bras allait s’arracher de mon corps. Nous avons pu profiter jusqu’à la fermeture du parc.

MERCREDI 30 NOVEMBRE 2022

CLAS Primaire

Ce matin, après la collation hebdomadaire, les enfants de CLAS sont en deux groupes, l’un travaille à la création d’étoiles décoratives pour la saison de Noël, une activité qui leur permet de faire ressortir leur côté créatif mais aussi de revoir des bases de géométrie. L’autre est en atelier collage, on feuillète des magazines pour trouver des personnages et des situations et on fait une petite expression écrite pour raconter l’histoire de nos collages. C’était une belle matinée !

CLAS Collège / Lycée

Cet aprem on a fait deux pôles au CLAS : un groupe pour les jeunes qui veulent travailler leurs devoirs, contrôles et DM, et un autre groupe qui a fait diverses activités avec Antoine : des réflexions autour d’Internet, un travail écrit au travers du cadavre exquis, un jeu d’anglais et un scrabble. En fin de CLAS, je propose à Esther et Maha d’écrire hire pour le journal du CLAS que nous allons créer. Belle surprise, Maha a un talent d’autrice que je viens de découvrir !

Atelier à l’hôtel Astoria, Massy

Un atelier rempli d’énergies positives, énergies ramenées par les enfants ravis de venir participer aux différents ateliers. Au menu: Collage, Coloriage, vernis avec bien sûr l’espace petit enfance pour les plus jeunes. Cette après midi s’est terminé avec le traditionnel goûter qui a régalé tous les enfants mais aussi les membres de l’équipe!

Atelier au quartier de Saint-Eloi, Chilly-Mazarin

Aujourd’hui à Saint Eloi nous avons passé une après-midi plutôt sportive. Entre l’entraînement de foot quotidien, l’atelier initiation de basket, les parties de poules/renards/vipères et la balle aux prisonniers. Les enfants ont pu bien se dépenser et n’ont même pas eu le temps d’avoir froid. Pendant ce temps les plus petits eux ont jouer à la maman et au papa avec les poupées. Nous avons fait un « chamboule tout » et les 3 joueurs ayant cumuler le plus de points ont eu l’honneur de servir le goûter. Nous avons ensuite goûter du bon chocolat chaud avec des pains au lait fourrer au chocolat. Goûter idéale pendant cette période hivernale. A samedi !

Atelier au bidonville de Champlan 2

Et puis il n’en restait qu’un.

Nous arrivons à Champlan cet après-midi en espérant retrouver les familles qui, depuis l’annonce de l’expulsion il y a deux semaines, restaient optimistes, croyaient au respect de la trêve hivernal. Nous retrouvons en réalité un Platz encore plus vide, la plupart des cabanes non encore détruits sont vides, après un tour entier nous réalisons qu’il ne reste que 5 cabanes habités et deux enfants. Avram, que nous connaissons depuis l’été, se pose avec nous pour faire des coloriages de Noël et goûter. Sa mère appelle le 115 et nous demande d’aider à communiquer, une fois une interlocutrice trouvée, cette dernière nous annonce que cette famille ne serait pas prise en charge car elle ne dépend pas du 115 et qu’il fallait qu’elle arrête d’appeler.

Nous tenons toujours espoir de retrouver certaines familles avec qui nous avions entamé un travail intéressant, et espérons bientôt passer des après-midis moins frustrantes.

JEUDI 1ER DÉCEMBRE 2022

ERRATUM : Les enfants scolarisés à Villejust n’ont pas pu monter dans la navette scolaire, qui est passées 3 fois devant eux sans s’arrêter ! C’est inadmissible, d’autant que les frais de navette ont été réglé pour chacun de ces enfants ! D’ailleurs, les habitants du bidonville de Villejust me racontent qu’ils sont de manière générale fréquemment refusés dans le bus a priori, parce qu’ils appartiennent à la communauté tzigane.

Atelier au parc de la Corneille, Massy

Cartes de Noël, jeux de société et foot aujourd’hui ! On ramène Hassad, Ismaël et Sarah du Parthénon avec nous pour se joindre à la team de Massy. L’atelier se passe très bien, tandis que Marie et Anne-Gaëlle partent donner des flyers aux parents à la sortie de l’école. Venez tous !!

Atelier au jardin de Bel-Air, Longjumeau

Il fait froid, c’est l’hiver mais les radis poussent bien, on peut espérer en récolter d’ici une ou deux semaines ! On a trouvé une courge et quelques patates qu’on a distribuées. On a ramené différents types de salades à l’association pour le repas de demain. Certains enfants sont passés pour cueillir une framboise, et pour passer quelques coups de pinceaux sur les poteaux centraux du jardin. Rachid et Miles ont fait un gros tri-ménage des arbustes entassés à l’extérieur du jardin et récupéré des chutes de bois afin de fabriquer des parcelles. Nous rencontrons le père de Jad, Amine et discutons des projets possibles autour du jardin. A demain l’équipe !

Atelier foodtruck à l’hôtel Balladins, Chilly-Mazarin

Un très bel atelier à l’hôtel Balladins, on se régale d’une assiette de pâtes préparées par notre chef cuistot j’ai nommé Maria ! Jeux collectifs, petite enfance et atelier créatif complète l’activité du jour. Malgré le froid les enfants sont présents en nombre !

Atelier au skatepark, Longjumeau

Au programme aujourd’hui, foot, henné, jeux de société et jeux de petite enfance au skatepark de Longjumeau. Comme d’habitude nous commençons par proposer du thé et un petit moment convivial aux parents qui attendent devant la maternelle et aux ados qui sont là. Nous parlons de la fête du 9 décembre à Longjumeau, invitons les familles et présentons les ateliers. Quand les enfants sortent de l’école nous les accueillons sur les ateliers. Il fait très froid, mais nous sommes néanmoins 20 au goûter ! « Vous avez du courage » nous dit une maman !

VENDREDI 2 DÉCEMBRE 2022

Cours de FLE

Beaucoup d’adultes cet après-midi ! On travaille sur le vocabulaire des transports, puis chacun se met par deux afin d’imaginer un dialogue selon une situation donnée dans les transports. A la fin, on se dit qu’on réfléchira chacun de notre côté à une histoire qu’on partagera par la suite dans un journal. Avec Ismaël, on a beaucoup discuté, j’ai pu comprendre son histoire, puis nous avons feuilleté la BD d’Aya et nommé certaines situations et certains arbres qu’il reconnaissait. Zinora continue d’apprendre des noms de jeux et approfondi quelques notions d’animation.

Atelier à l’hôtel Parthénon, Chilly-Mazarin

Très bel atelier au Parthénon aujourd’hui, nous sommes partis avec le foodtruck pour cuisiner des pâtes au poulet avec des légumes pour les enfants, et pour le pan éducatif nous étions trois à l’intérieur pour proposer des jeux de construction, d’imitation et des livres aux petits enfants, de la peinture et des jeux collectifs. Puis vient le temps du goûter, que nous partageons avec gratitude avec une quarantaine d’enfants présents !

Atelier au jardin de Bel-Air, Longjumeau

« A Bel-Air, on a fait du jardinage, on a planté des oignons. On a aussi joué au djenga sur les tapis. C’était bien » Ismaël. Malgré le terrible froid qu’il y avait, les enfants et parents nous ont rejoints pour dessiner à l’aquarelle et partager un thé. Nous prenons un bon chocolat chaud qui nous réchauffe les mains mais pas les orteils. A la semaine prochaine jolie troupe !

Atelier au bidonville de la N20, Massy

A la N20 aujourd’hui nous retrouvons des enfants en pleine forme, sous une pluie fine nous installons notre petite enfance, un atelier coloriage de superhéros et des jeux de société sur une table. Il y a eu beaucoup d’échanges: on s’est appris des chansons, des techniques d’avion en papier et des rythmes de tambour. A la semaine prochaine!

SAMEDI 3 DÉCEMBRE 2022

Marché de Noël de Chilly-Mazarin

[texte]

Atelier au quartier de la Rocade, Longjumeau

Connaissez vous la devise des Robinsons?… »Qu’il pleuve, qu’il neige, qu’il vente nous serons toujours là! » Malgré un froid vif et mordant de nombreux enfants nous ont rejoins pour des parties de foot endiablées et un atelier dessin coloré ainsi que plein de jouets et d’activité pour les plus petits

Atelier à la Villa-Saint-Martin, Longjumeau

[texte]

Atelier au quartier de Saint-Eloi, Chilly-Mazarin

Inauguration du food truck aujourd’hui à Saint-Eloi. Nous avons fait des wraps au poulet ensemble, chacun a eu un rôle dans le food truck à tour de rôle. Nous avons également réaliser un tournoi de tir à l’arc, un atelier dessin/coloriage libre et Sofiane un jeune de Saint-Eloi a animé l’atelier foot.

Le cours de FLE ne peut être que social

Le cours de FLE ne peut être que social

Ferdinand de Saussure, sorte de premier linguiste, disait que la langue était un « fait social » ou encore une « institution sociale ». Mais paradoxalement ce qui l’intéressait c’était « la langue en elle-même ». Autrement dit, dans la vision saussurienne, la réflexion sociale est inexistante. « Or, les langues n’existent pas sans les gens qui les parlent, et l’histoire d’une langue est l’histoire de ses locuteurs » (Louis-Jean Calvet).

A Intermèdes-Robinson, le cours de Français Langue Étrangère est autant un espace fort de sociabilisation qu’un espace socialisant. C’est un moment de rencontres, d’échanges et de partage, et également un moyen de s’extirper de l’exclusion sociale engendrée par une trop grande précarité.

On y vient de diverses façons : par le bouche à oreille, quelqu’un qui a dit à quelqu’un qu’aux Robinsons il y avait ce cours de français sans inscription, ouvert et gratuit pour toustes ; par le repas du vendredi, le cours commençant à 14h, cela permet de prolonger le moment convivial ; quelques personnes viennent sur conseil d’une autre structure sociale ; certains adolescent-es viennent car sont dans l’attente d’une scolarité, et s’il y a une personne présente à ce moment-là pour un problème administratif, la voilà embarquée en cours.

La demande étant forte, nous organisons chaque vendredi un ou plusieurs groupes d’alphabétisation. On présente l’alphabet français, explore les sonorités de la langue et pratique l’oral en groupe en se présentant et en questionnant les personnes rencontrées. D’un autre côté de la salle, on travaille plus particulièrement les codes de l’écrit. On allie l’agréable à la nécessité en mêlant déchiffrage administratif, code du mail amical ou formel, tout en partageant émotions intimes dans des écrits libres.

Il y a des personnes qu’on ne voit qu’une seule fois, et d’autres qui nous retrouvent chaque semaine. Et comme c’est toujours une expérience particulière que d’enseigner une langue à qui ne l’a pas pour langue maternelle, tout le monde s’entraide dans cet enseignement audacieux. Les nouvelles venues sont toujours accueillies avec grand joie par le groupe, et finalement, plus que des notions de français, c’est un moment pour soi que l’on s’approprie.

Si j’ai fait cette amorce linguistique pour présenter le cours de FLE, c’est pour rappeler le lien inaltérable qui existe entre le social et la linguistique. Le langage naît d’un contexte, son apprentissage également, et chaque vendredi, notre objectif est de transmettre les normes du français sans occulter la convivialité que nécessite cet enseignement.

Cassandre

MARDI 22 NOVEMBRE 2022

Atelier au bidonville d’Antony Pôle

Bel Atelier au platz aujourd’hui ! C’est le dernier atelier mosaïque de la session « peinture-déco-photo », encore beaucoup de joie à se retrouver sur les photos et à décorer l’oeuvre. Au tir à l’arc, on apprend à viser, à tirer et ce, de plus en plus loin. Elena, maman du platz très accueillante, nous a proposés de faire l’atelier petite enfance dans une cabane, ce qui a fait venir plus d’enfants ! Au goûter, on chante une nouvelle chanson gesticulée, cela met une très bonne ambiance avant de déguster le chocolat chaud et… des petits gâteaux orientaux ! A la semaine pro’

MERCREDI 23 NOVEMBRE 2022

CLAS Collège / Lycée

Atelier à l’hôtel Astoria, Massy

Malgré les averses nous réussissons à conserver la joie et la bonne humeur à Astoria, et ça fait toujours chaud au cœur de voir que les enfants nous attendent avec impatience chaque semaine. Je toque à une porte, j’entends « qui est-ce ? », je répond « l’association ! » et là, des cris de joie résonnent dans la chambre !

Fatoumata et Corinne proposent de magnifiques tatouages au henné, Alberta un atelier peinture très investis par des enfants de tous âges, et nous observons un mammouth doré, un indien avec un masque et une plume, dans les dessins abstraits des plus petits. Marie propose un petit bac puis des jeux collectifs dès qu’une éclaircie se profile ! Dardi est trop content d’avoir gagné au Mölkky ! Anne-Gaëlle et Naomi sont à la petite enfance, qui se déroule sans problèmes. Le goûter est servi par Patera et Mariam qui prennent leur rôle très au sérieux, tant est si bien qu’aucun chocolat chaud n’est renversé sur le tapis. A mercredi prochain les copains !

Atelier au bidonville de Champlan 2

Atelier très calme aujourd’hui au bidonville de Champlan, principalement à cause de la menace d’expulsion, qui a vidé le platz de plus de la moitié des habitants. Malgré la pluie et la boue, quelques enfants nous rejoignent sur l’atelier création avec Miles qui avait ramené des photos plastifiées des enfants du bidonville, ils se sont découpés et collés sur des feuilles blanches et ont ensuite décorés ces feuilles, ils étaient contents de se voir! Certains ont participé au Uno avec Miruna, c’était chouette. Nous avons fait le goûter autour des tables sous le barnum, à ce moment-là, des plus grands sont venus nous rejoindre et nous avons pu discuter un peu.

JEUDI 24 NOVEMBRE 2022

Accueil pour l’aide administrative au local

Aujourd’hui nous avons reçu 9 personnes qui avaient toutes des demandes différentes, que ce soit pour la CAF, l’AME, Pôle emploi, les formations de l’OPFII… Nous répondons à leurs demandes et pour les cas les plus difficiles nous donnons rendez-vous samedi avec Loïca, une autre bénévole de l’aide administrative.

Atelier au parc de la Corneille, Massy

Superbe atelier aujourd’hui, principalement l’entraînement de foot et des parties de Mölkky, l’hiver s’installe mais les enfants restent présents !

Atelier au skatepark, Longjumeau

Belle après-midi avec une vingtaine d’enfants ! On fait du foot avec les moins fatigué-es de l’école, un atelier dessin avec Zinora qui permet de se détendre. Une belle discussion a eu lieu autour des origines avec Allia, Cassy et Malika. On range la petite enfance et on distribue le goûter avec les enfants. Bonne ambiance et présence assidue des mamans, un plaisir !

Atelier au jardin de Bel-Air, Longjumeau

On a fait un tour à Truffaut aujourd’hui ! Rachid nous a accompagné-es et aidé-es à planter framboisiers, groseilliers et myrtilliers ! Tout est planté, on attend vivement le printemps pour déguster tout cela ! On a pu croiser quelques familles au sortir de l’école : nous leur donnons rdv demain au jardin pour des activités avec les jeunes !

Atelier foodtruck à l’hôtel Balladins, Chilly-Mazarin

Aujourd’hui au Food truck, on prépare un Chocolat italien à la crème chantilly accompagné de son assiette de gourmandises ! Le dressage demande beaucoup de travail mais tout le monde est content d’avoir un chocolat délicieux et un goûter digne d’un restaurant !

VENDREDI 25 NOVEMBRE 2022

Cantine au local

Un bon tajine zytoun ce midi ! Merci à Fatou, Maria & toute l’équipe de bénévoles !!

Atelier FLE

Trois pôles cet aprem : un groupe où l’on travaille sur le passé, chacun raconte son arrivée en France. Bouzidia nous fait part à l’écrit d’une histoire très intime : le dernier anniversaire fêté avec son père. Beaucoup d’émotions. Miles travaille avec Zinora et Selin sur les attentes du BAFA. Anne-Gaëlle & Amandine poursuivent les leçons avec Ismaël et Saran qui ne loupent aucun rendez-vous ! Belle ambiance comme d’habitude. A la semaine prochaine les ami-es !

Atelier au jardin de Bel-Air, Longjumeau

Beaucoup de familles sur l’atelier aujourd’hui ! Côté jardinage, on plante des oignons de tulipes et de jonquilles au pied des arbres. Les enfants sont très intéressé-es par ce travail. D’un autre côté, petite enfance, et jeux de société pour se décontracter. Bon goûter chocolaté !

Atelier au bidonville de la N20, Massy

Très bel atelier à la N20 cet après-midi, ça faisait quelques semaines qu’on n’était pas venus, entre les jours fériés et notre festival de la pédagogie sociale. On était contents de retrouver les enfants et eux de même. Nous avons installé notre petite enfance, un atelier de tir à l’arc et un de coloriage. Le tout dans une ambiance joyeuse et chaleureuse. Nous nous quittons après un bon goûter.

Atelier à l’hôtel Parthénon, Chilly-Mazarin

Aujourd’hui au Parthenon, on fait de magnifiques peintures. On peint des paysages, des arcs en ciel, et beaucoup de peintures abstraites ! On en profite aussi pour regarder le paysage, et de se rendre compte que si ce n’est vraiment pas le meilleur endroit pour vivre, à certains moments, à certains endroits, on peux malgré tout voire de belles choses.

SAMEDI 26 NOVEMBRE 2022

Atelier au quartier de la Rocade, Longjumeau

Grand froid et lourd brouillard aujourd’hui, mais ça n’arrête pas les enfants de la Rocade qui arrivent par petits groupes sur les ateliers de bowling, molki, dessins, « flag » un jeu qui adapte le football américain à la rue. Au dessin nous créons des cartes de voeux pour vendre sur notre stand au marché de noël qui arrive la semaine prochaine à Chilly-Mazarin. Pendant le goûter nous sommes une douzaine, nous nous réchauffons avec du chocolat chaud et nous invitons les enfants à notre soirée de noël du 9 décembre que nous allons organiser à Longjumeau. Chacun.e repart avec un flyer pour la soirée, et un pain au chocolat en rab !

Atelier au quartier de la Villa-Saint-Martin, Longjumeau

Bel Atelier malgré le froid et les altercations entre policiers et jeunes. Nous faisons du sport pour se réchauffer : on alterne entre bowling et balle aux prisonniers ! Un peu de légos pour faire des constructions, et un atelier créatif sur lequel on crée de jolies cartes de voeux ! A la semaine pro’

Collectes Alimentaires de Massy et Wissous

Vendredi et samedi ont eu lieu les collectes alimentaire de la BAPIF dans les Carrefour de Massy et Wissous. Nous avons récolter l’équivalent d’une douzaine de caddies de courses de nourriture. Nous avons rencontrés des personnes très généreuse qui étaient ravis de pouvoir faire des dons alimentaire.

Journée football interquartiersStade de football de Longjumeau

Aujourd’hui, nous avons vécu un excellent moment au stade de Longjumeau. Depuis plus d’un mois, Piero organise des ateliers de football dans différents lieux d’intervention de notre association. Et aujourd’hui, tout ces enfants qui participaient aux ateliers dans leurs quartiers respectifs se sont rencontrés, réunis pour un entraînement et un match en commun. Une journée placée sous le signe du football respectueux, convivial et amical. De nouvelles rencontres pour les jeunes, pour l’équipe, beaucoup de soutien, d’entraide et d’encouragements pendant deux heures trente d’entraînement, composé d’un échauffement, d’exercices pour travailler la défense, l’attaque, la technique. Puis un match, avec la trentaine d’enfants et adolescents présents. De belles actions, du beau jeu et beaucoup de rigolades. On termine par un goûter nocturne, puis on se dit à la prochaine, on a tous et toutes hâte de rejouer ensemble.

Les enfants que nous laissons

Les enfants que nous laissons

Miles & Alex

Ce mercredi nous sommes allé-e-s au bidonville de Champlan passer plusieurs heures pour effectuer un atelier socio-éducatif, proposer des activités, jouer et apprendre avec les enfants à travers différents supports puis partager un moment convivial tous et toutes ensemble autour d’un goûter.

Nous intervenons depuis déjà plusieurs mois à Champlan. Nous y avons rencontré des enfants, des jeunes, ainsi que des adultes avec lesquels nous avons tissé de forts liens.

L’action que nous menons en pédagogie sociale prend pour base la relation, que nous construisons, que nous créons avec les enfants, qui évolue et que nous améliorons au fur et à mesure de nos ateliers.

Cependant, travaillant en bidonville, nous savons que nous serons confronté-e-s à des expulsions, des enfants qui déménageront sur d’autres Platzs, qui iront habiter ailleurs, et que nous allons parfois perdre de vue, et donc perdre ces liens.

Nous savions ce bidonville en procédure d’expulsion, mais nous ne nous attendions pas à arriver pour un atelier, ce mercredi, prêts à retrouver les enfants joyeux et souriants que nous avions laissés après notre bel atelier de la semaine précédente, à trouver des adultes démontant leurs lieux de vie dans la précipitation et le doute de leur futur. Les enfants que nous connaissions étaient pour une grande partie absents du Platz.

Alors que la semaine précédente, nous avions organisé, sans le savoir, une belle fête, dégusté de la barbe-à-papa, organisé des stands de fête foraine et écouté de la musique roumaine. Les enfants étaient heureux, nous nous sommes rendus compte lors de cet atelier, qui était le dernier, mais nous ne le savions pas, du chemin que nous avions parcouru avec ces enfants pendant les quelques mois de présence sur le Platz. Nous avions rencontré des enfants, certains assez agités, qui se sont calmés en notre présence, ont appris à partager, à coopérer et à se poser sur des ateliers longs, avec une concentration en perpétuelle amélioration. Nous avions rencontré des enfants timides, peu expressifs, ayant des difficultés avec le français, nous avons laissé des enfants capables d’exprimer leurs besoins et envies en français, prenant confiance en leurs capacités et moins hésitants à l’oral. Nous avions démarré avec des goûters agréables, mais assez silencieux, nous les laissons sur des goûters très conviviaux, où nous pouvions échanger sur ce que nous avions préféré lors des ateliers, ce que nous aimerions faire les fois suivantes…

Les fois suivantes… Nous pensions en avoir encore beaucoup, pour consolider les acquis de ces enfants, continuer le travail de médiation scolaire entamé, tisser de nouveaux liens avec eux, accueillir d’autres enfants arrivant dans cette belle dynamique.

Nous bâtissons avec les enfants. Et lorsque l’Etat, les huissiers, les propriétaires privés décident, d’une décision unilatérale, de déplacer des populations, de leur envoyer le message « vous n’êtes pas les bienvenus ici », ce sont autant de familles et d’enfants que nous laissons. Ce que nous construisons avec les enfants est soufflé, mais les bases sont toujours là et les enfants les gardent avec eux, peut-être nous les recroiserons, sur d’autres Platz et nous continuerons à bâtir ensemble, à créer. Et sinon nous aurons été là, nous aurons partagé, joué, ri et fait la fête.

Alors Aven Baxtale. Que la chance soit sur vous.

MARDI 15 NOVEMBRE 2022

Atelier au bidonville d’Antony Pôle

Il pleut au platz cet aprem ! Mais on est là, en forme avec une belle équipe. Le platz est calme, peu d’enfants, certains sont à l’école, bonne nouvelle. On dépose par ailleurs un sac rempli de matériel scolaire dans la cabane de Medelin. Une petite enfance active sur laquelle on apprend à nommer les couleurs. Un atelier de coloriage, un atelier de jeu de société sur lequel on rit et apprend le romani, et un atelier de mosaïque avec photos, les enfants se reconnaissent et prennent plaisir à décorer la fresque déjà commencée la semaine passée. Super goûter chocolaté après une série de vagues de bras qui nous fait bien rire.

MERCREDI 16 NOVEMBRE 2022

CLAS Collège / Lycée

Avant le CLAS, rendez-vous habituel avec Wassim et surprise : Isabelle nous offre une session de peinture pour exprimer notre vision de l’automne ! Wassim est resté 40 minutes assis, très réceptif à l’activité, du mélange de couleurs au séchage des larmes de la peinture… un merveilleux moment !

Du monde cet aprem avec les collégiens ! On bosse les maths, heureusement que Cliff est présent pour filer des coups de main pour les tangentes car je suis plus expertes pour le français ! On révise l’histoire et la géo et pendant le goûter on travaille la géographie en listant les pays les plus peuplés et leur localisation. Gephte nous souffle que c’est son anniv la semaine prochaine !!

Atelier au quartier de Saint-Eloi, Chilly-Mazarin

C’est déjà mercredi, notre rendez-vous quotidien. Malgré la pluie et le mauvais temps rien ne nous fait peur. Nous nous sommes retrouvés pour faire une activité créatif sur le thème « des feuilles d’automne ». Les enfants ont ramassé les feuilles morte et ils leur ont donné une seconde vie en faisant du collage avec leurs dessins. Les plus jeunes ont jouer aux petits architectes en construisant des grandes tours en bois. Petite course en échasse et c’est l’heure du goûter. Les mamans participent à l’assemblé des présents.

A samedi !

Atelier au bidonville de Champlan 2

Atelier très particulier aujourd’hui à Champlan. Nous installons les ateliers, un atelier perles, un atelier petite-enfance dynamique et sensitive ainsi qu’un atelier jeux de société. Très vite, Miles est interpelé par les habitant-e-s du Platz qui lui parlent de police, d’expulsion, de personne étant venue distribuer des papiers sur le Platz. Nous lançons les activités avec les quelques enfants présents sur le Platz, et nous allons discuter avec une des famille qui nous communique l’ordre d’expulser qu’elle vient de recevoir de la part d’un commissaire de justice. Nous sommes en novembre, en pleine trève hivernale et des familles vont se retrouver sans possibilités de logement.
Nous jouons avec les quelques enfants présents et nous finissons par partir, en assurant les familles de notre soutien, et en leur demandant de nous tenir au courant de leur situation. Nous partons le coeur lourd, ne sachant pas si nous allons revoir et retrouver la vingtaine d’enfants que nous accompagnions hebdomadairement depuis plusieurs mois, et avec lesquels nous avons progressé et tissé de très forts liens.
Aven Baxtale.

Atelier à l’hôtel Astoria, Massy

Nous venons ne réfugier de la pluie cet après-midi dans le hall d’Astoria. Seulement deux ateliers aujourd’hui mais ils sont conséquents: une grande petite enfance et un grand atelier collage! Les enfants sont investis, dans une ambiance de partage et de collaboration, et malgré le mauvais temps et le renfermement dans un espace clos, l’atelier et le goûter se déroulent dans une calme convivialité.

JEUDI 17 NOVEMBRE 2022

Atelier au parc de la Corneille, Massy

Epargnés de la pluie cet après-midi, nous sommes attendus au parc de la Corneille par quelques habitués. Nous installons d’un côté l’atelier de petite enfance et de peinture, et plus loin Miles reprend l’atelier foot en l’absence de Pierro. D’un côté on se pose, on discute, on échange des blagues, de l’autre on se dépense et on s’encourage, on joue jusqu’à la tombée de la nuit.

Atelier au skatepark, Longjumeau

Un bel atelier au skatepark, les enfants se sont régalés sur les ateliers de petite enfance, perles, dessin et basket. Avec un goûter convivial pour finir le tout!

Atelier au jardin de Bel-Air, Longjumeau

Beaucoup de passage autour du jardin cet aprem malgré la fatigue des enfants que nous ressentons lorsqu’ils sortent de l’école. Pour leur remonter le moral on leur montre notre travail : nous avons planté une vingtaine de framboisiers, cassis et groseillers : alors ils viennent, on leur montre et ils trouvent des framboises, et enfin, on voit leur joli sourire apparaître : bonheur. Et avant de rentrer, certains repartent avec du persil ou des poireaux.

Atelier à l’hôtel Balladins, Chilly-Mazarin

Aujourd’hui, nous sommes allé-e-s au Balladins, comme chaque jeudi !
Nous avons proposé différentes activités qui se sont passées dans la bonne humeur malgré la pluie !
Sur la petite enfance, nous avions ramené le matériel dynamique et sensitif, les enfants, tout-petits comme plus grands ont beaucoup apprécié retirer les chaussures et sentir différentes formes sous leurs plantes de pieds. Nous avons aussi profité des petites balles pour faire des petits massages, les enfants en réclamaient toujours plus. Nous avons aussi fait des coloriages ainsi que des tatouages au henné. Nous avons joué à différents jeux de société, le puissance 4, le Dooble et le Mémory ont été particulièrement appréciés.
Puis nous avons pris un goûter très agréable et nous nous sommes dit « à la semaine prochaine ».

VENDREDI 18 NOVEMBRE 2022

Cantine au local

Super repas ce midi avec une trentaine de personnes ! Un bon tiep préparé par Maria, Hassan, Fatou et des bénévoles habituées aux préparations du vendredi !

Cours de FLE

Après ce bon tiep, c’est la reprise des cours de français ! Les habitué.es reviennent pour approfondir leurs connaissances de la conjugaison et leur maîtrise de l’écrit. Senad s’occupe de l’alphabétisation, nous accueillons deux nouvelles personnes cet aprem qui ont entendu parler du cours dans Chilly : bonne nouvelle, l’info circule et vous êtes tous les bienvenues ! Ismaël, fidèle au poste ne cesse de venir afin de commencer l’école au local !

Atelier au jardin de Bel-Air, Longjumeau

Excellente après-midi malgré la pluie ! On a décidé de peindre la structure en bois au cœur du jardin et de représenter les couleurs de chaque saison ! Façon de refaire un petit récap sur les saisons existantes et d’exprimer lesquelles on préfère ! Malheureusement une pluie torrentielle s’est abattue sur nous au milieu de l’activité, nous reprendrons le travail la semaine prochaine s’il fait beau. D’un autre côté, Fatoumata plante des oignons avec les jeunes. Très bonne nouvelle au goûter : Rafika, la maman de Minhane a proposé de créer un groupe Whatsapp afin que les mamans du quartier et les ados puissent être plus facilement en lien avec l’association !

Atelier au parc du château, Chilly-Mazarin

Ce fut un atelier très calme aujourd’hui au parc du château, avec le mauvais temps et la fraîcheur qui s’installe il y a de moins en moins de monde dans le parc, cependant, nous avons quand même pu avoir un peu de visite ; les collégiens de saint-Eloi nous ont croisés et sont restés avec nous sur les ateliers proposés ; ils ont pu faire du tir à l’arc, du badminton et des jeux de société, c’était un petit groupe mais on a quand même bien rigolé et ça nous a fait oublier le temps douteux. On a eu la chance de pouvoir prendre le goûter avant qu’il pleuve, c’était sympas de se retrouver après quelques semaines sans avoir pu aller au parc du château …

Atelier à l’hôtel du Parthénon, Chilly-Mazarin

Grand atelier cet après-midi au Parthénon, nous arrivons une petite demi heure avant que la majorité des enfants rentrent de l’école, le temps de bien s’installer et de passer du temps avec Shazad et une autre jeune. Nous recevons ensuite une vague d’enfants pleins d’énergie, qui s’amusent sur les ateliers de petite enfance, jeux de société, collage et le parcours de motricité.

SAMEDI 19 NOVEMBRE 2022

Atelier au quartier de la Villa-Saint-Martin, Longjumeau

Bel atelier cet après-midi à la VSM. Pierro arrive avec une grande bande d’enfants pour l’entrainement de foot, aujourd’hui on travaille la défense! Il y a aussi les ateliers de petite enfance, tir à l’arc et dessin dans une très bonne ambiance, le gouter tout pareil. Nous avons hâte de revenir la semaine prochaine!

Atelier au quartier de la Rocade, Longjumeau

On retrouve la Rocade après 2 semaines de d’absence, et quel plaisir de retrouver les enfants, toujours aussi nombreux, toujours aussi en forme! Fatoumata et Besma installent la cuisine extérieure et mettent les beignets en route. Plus loin les ateliers de petite enfance, coloriage et divers jeux collectifs se déroulent avec énergie et rires. Les beignets de Fatou n’ont pas manquer de faire réjouir la foule en fin d’après-midi.

Atelier au quartier de Saint-Eloi, Chilly-Mazarin

Super après-midi aujourd’hui à Saint-Eloi. Une fois arrivé les enfants nous aide à installer. Nous avons mis en place un atelier foot. Un atelier badminton. Un atelier dessin libre et la petite enfance où nous avons appris ensemble le nom des bébés des parents et des bébés des animaux. Certains ont construit Amna nous a ensuite lu une histoire pendant que Ritej préparait la soupe. Nous nous sommes ensuite rassemblé pour faire une balle aux prisonniers. C’est l’heure du goûter les ados sont au commande pour le service, nous procédons à l’assemblée des présent. A mercredi !

Pourquoi l’intergénérationnalité ? (par Jeanne)

Pourquoi l’intergénérationnalité ?

Pour plein de raisons ! Dont une que je voudrais essayer de développer ici.

Parmi toutes les variables sociologiques qui nous distinguent et nous tiennent à l’écart les uns des autres – le genre, les origines, la classe sociale, l’âge, l’orientation sexuelle, la religion… – l’âge est peut-être la plus étonnante. Nous l’éprouvons tous, nous sommes toutes censées passer par ses différentes étapes. Et pourtant, nous ne cessons de nous exclure les uns et les autres au nom de notre âge : on est soit trop jeune, soit trop vieille ; on veut grandir, mais pas vieillir ; mûrir, mais rester jeune ; on doit se définir par rapport à sa « classe d’âge », alors qu’on en change sans cesse ; on apprend peu à peu à identifier sa « génération », et on passe un temps fou à se demander en quoi elle était mieux que telle autre… Tout cet âgisme engendre beaucoup de mépris et pas mal de souffrances.

Dans le travail social et éducatif, on observe une forte sectorisation des activités en fonction des âges, qui renforce cet âgisme. De façon parfois très poussée, telle activité va être réservée aux 7-8 ans, telle autre aux 11-12 ans. Et les premiers d’envier les seconds, les « grands », et les seconds de mépriser les premiers, les « bébés ».

Nous ne cessons de nous exclure les uns les autres au nom de nos différents âges, et pourtant, nous allons tous changer d’âge. On ne peut pas changer de classe, ni de couleur de peau ni d’origine. On peut changer de religion et de sexe, mais dans les faits cela reste rare. A l’inverse, nous allons tous et toutes connaître, si nous vivons, ce que c’est que d’être enfant, jeune, adulte, vieux, ou tout autre catégorie intermédiaire. Pour être plus précis, nous allons tous connaître ce que c’est que d’être « plus jeune » ou « plus vieux », puisqu’on est toujours le jeune de quelqu’un, la vieille de quelqu’un d’autre. A ce titre, l’expérience de l’âge devrait être un apprentissage de la différence – celle des autres, mais aussi la mienne. A condition qu’on soit confrontées à la différence et qu’on puisse la vivre comme quelque chose de naturel et d’inspirant. Séparer les gens par classe d’âge, génération, groupes des 3-4 ans et des 5-6 ans, empêche cet apprentissage. Cela contribue à donner cette impression dangereuse d’être au centre du monde, d’être la norme, le modèle social par rapport auquel ce sont les autres qui sont différents, spéciaux, atypiques. D’être l’universel. Cela n’aide pas à se voir soi-même comme différent, bref à adopter le point de vue des autres et à relativiser sa propre place dans une société.

L’intergénérationnalité doit permettre le contraire : c’est en me sachant à la fois plus jeune et plus âgée, et en voyant les autres le devenir, que je peux prendre conscience que je suis déterminée par des catégories sociales mouvantes, qui ne sont pas seulement l’oeuvre d’une grande force métaphysique (« le Temps ») mais qui sont aussi des constructions sociales. On ne naît pas jeune ou vieux, on le devient – c’est évident. Mais on le devient sans cesse, et cela prend toujours un sens différent, relatif, contextuel, qui nous situe différemment dans le monde.

L’intergénérationnalité permet de faire l’expérience de nos déterminismes sociaux, tout en faisant l’expérience de leur relativité et de leur inconstance. Elle a donc une véritable fonction politique : en nous faisant vivre de façon réflexive la contingence des assignations sociales, elle nous fait voir la possibilité de les critiquer et de les subvertir.

MARDI 8 NOVEMBRE 2022

Atelier au bidonville d’Antony Pôle

Bonne ambiance au platz cet aprem ! Peinture collective, jeux de société, petite enfance sensorielle, chamboule-tout et petit rassemblement final autour de la corde à sauter, petits et grands mélangés ! Bon goûter partagé, à la semaine prochaine !

MERCREDI 9 NOVEMBRE 2022

Atelier au quartier de Saint-Eloi, Chilly-Mazarin

Hello Saint-Eloi. Belle retrouvaille cette après-midi à peine arrivé nous sommes attendus par les enfants qui nous aide à installer. Au programme l’entraînement de foot sur le stade, l’atelier bracelets brésilien animer par les ados , les jeux de société et la petite enfance. Avant de prendre le goûter nous avons jouer à « N’oubliez pas les paroles » les 3 gagnants ont eu l’honneur de servir le goûter avec certaines des mamans. 17h00 déjà l’heure du goûter nous nous rassemblons et mangeons nos madeleines dans une ambiance conviviale.

Atelier au bidonville de Champlan 2

Ambiance de fête aujourd’hui au bidonville de Champlan. Nous arrivons, Alberta, Alex, Miles et Selin, avec une envie de faire la fête avec les familles. Nous installons la petite enfance, ainsi que deux stands de fête foraine, le chamboule tout et un jeu de cerceaux à lancer. Clé du spectacle, nous allumons la machine à Barbapapa et nous nous régalons avec les enfants et les grands, dans la bonne humeur.
Les adolescents et jeunes adultes du bidonville se joignent à nous pour servir les barbapapas et la bonne humeur se répand dans le Platz, nous rigolons tous ensemble.
C’est déjà l’heure du goûter, avant lequel nous lisons quelques pages d’un livre, traduit en romani par Selin, puis nous dégustons chocolat chaud et croissants dans la bonne humeur 🙂
A la semaine prochaine

Atelier à l’hôtel Astoria, Massy

Une énergie de fou aujourd’hui à Astoria ! Les enfants nous attendent depuis 13 heures et sont chauds-bouillants pour faire les jeux co avec Miruna, de l’argile avec Malika et Naomi et la petite enfance avec Marie ! Avec Marvin, Dardi et un autre petit on lit l’Abécédaire en décrivant les images en fonction des lettres, puis avec Selmen on lit Petit Ours Brun et enfin on joue tous ensemble à « Ma maison sous terre ». On prend enfin le goûter tous ensemble, qui se déroule dans le calme !

JEUDI 10 NOVEMBRE 2022

Atelier au parc de la Corneille, Massy

Il fait frisquet, mais on est toujours présents ! On continue l’entraînement avec filles et garçons pour préparer le grand tournoi interquartiers de décembre, et Piero a aussi préparé une table de documentation pour feuilleter des magazines sportifs. Trois jeunes de l’hôtel Parthénon de Chilly-Mazarin sont venus avec nous pour participer à la session foot, et tout se déroule très bien. La petite enfance accueille quelques bébés et jeunes enfants, et nos habituels ados Inès, Nohé et Mélina sont présents pour jouer au volleyball ou se faire un petit tatouage au henné ! Le chocolat chaud nous réchauffe et les croissants nous calent, on se dit à jeudi prochain tout le monde.

Atelier au skateparc, Longjumeau

Il y a eu un Atelier de peinture/dessin, une table de henné, et une petite enfance dynamique pour surmonter le froid qui s’installe. Nous avons passé un agréable goûter autour d’un bon chocolat chaud.

Atelier au jardin de Bel-Air, Longjumeau

On a sorti le motoculteur cet aprem ! Adultes comme enfants ont été attiré par cet engin. On a croisé beaucoup de visages connus qui nous saluaient, discutaient, mais le froid de la reprise ne les a pas poussés à s’attarder au jardin. Nous avons tout de même eu de l’aide pour jardiner, ajouter le brf pour protéger les plants et semer des oignons. Nous avons également pu donner à des familles des choux, quelques poireaux et une poignée de patates retrouvées en retournant la terre. A la semaine prochaine !

Atelier Foodtruck à l’Hôtel social WelcomeHôtel

Aujourd’hui, atelier avec le foodtruck au Balladins WelcomeHôtel. Nous avons proposé une petite-enfance, une activité créative ainsi qu’un jeu sportif « requins VS pirates ».
Nous avons décidé une marelle avec laquelle les enfants ont pu jouer. Puis nous avons mangé les pâtes aux sardines préparées par l’équipe foodtruck. Un délice. A la semaine prochaine.

VENDREDI 11 ET SAMEDI 12 NOVEMBRE : nous faisons le pont et le local seront donc fermé.

Atelier Foot du samedi 12 novembre

L’association est fermée ce samedi, mais Piero a décidé de maintenir l’atelier foot pour assurer la continuité des entrainements. Et nous avons bien fait ! Alors que 3 jeunes de l’hôtel nous rejoignent directement au local à 13h, nous sommes très attendus au quartier de la Villa Saint Martin : à peine nous arrivons, on entend au loin « ils sont lààà ! » et jeunes du quartier accompagnés par des jeunes de l’hôtel nous courent dans les bras ! Quelle belle ambiance pour débuter l’entrainement !

Exercice chronométré pour débuter : c’est Kaïs qui détient le record suivi de près par Amadou ! Chacun.e a pu se dépasser en repoussant ses limites.

Exercice de tirs au but suivi d’un exercice de maitrise de balle jusqu’aux cages.

Enfin, on termine par un match qui rassemble une quinzaine de jeunes et de quelques spectateurs du quartier. Chaque équipe compose sa stratégie de placement. Arrivé à 2 partout, on stoppe le match, il se fait faim, on se partage le gouter en débriefant le match. A la semaine pro, avec cette belle mentalité !

On vous partage une poignée de moments de cet aprem :

FESTIVAL KORCZAK- Viry-Châtillon 04 et 05 XI

FESTIVAL KORCZAK- Viry-Châtillon 04 et 05 XI

« C’était grand »! Tel était ce qu’on entendait le plus, hier soir, tard, à la clôture du 7ème festival de Pédagogie sociale, d’Intermèdes-Robinson et de toutes les organisations amies , qui s’étaient réunies à la MJC Aimé Césaire de Viry-Châtillon pour mettre en scène un GRAND festival.

Plus de 400 personnes sur les deux jours; un grand nombre d’organisations « fraternelles », présentes; du Nord ( Maison- Phare (DIJON) ; Solillers , AFERTES , Avion-Mandela, école d’éducateurs de Lille), de l’Est (Nancy-Lunéville) , de la région parisienne ( Tous les Maquis, Récoltes urbaines), de l’Ouest (Angers), du Sud-Est (Glaneurs de pavés, 3, 2, 1…) , du Sud Ouest (Rabastins/Toulouse- Association tarnaise de Pédagogie sociale.

D’autres organisations proches par leurs thèmes et projets nous ont rejoint. C’est le cas de « la Fabrique des Communs pédagogiques », que nous avions rencontré lors du colloque « APRES », à Caen.

Des exposés sur l’héritage de Korczak, ou sur l’anti-âgisme, des débats en table ronde sur les ateliers de rue, les colonies inconditionnelles, la question de la position du permanent salarié en Pédagogie sociale, etc.

Des échanges de pratique, des mises en pratiques sur pas moins 4 ateliers de rue tenus par des organisations différentes. Le quartier va s’en souvenir… Surtout que nous avons été rejoints par les enfants des centres de loisirs des centres sociaux de Viry Châtillon, autour d’une manifestation d’enfants, et une batucada de rue.

D’autres ateliers ont permis de s’initier à la peinture sociale, à la danse tzigane, à l’aquarelle de rue, à la peinture de fresques en pigments naturels, à la cuisine de rue, ou pour approfondir en petit groupe, les exposés du matin.

Un festival, c’est aussi la convivialité : trois repas préparés en partie dans la rue, avec le Food-Truck, ou avec les bénévoles du Centre social et notre équipe dans leurs beaux locaux.

Aven-savore a présenté un spectacle avec de nouvelles chorégraphies, qui s’est terminé en danse générale.

Évidemment, nous tous co-organisateurs nous sommes retrouvés pour un temps de soirée et débriefer sur le Festival et nos actualités réciproques.

Dans un festival, on se sent soutenus ; nous partageons les problèmes comme les réussites. Nous nous inspirons les uns et les autres.

Tout cela a débouché sur de nouvelles rencontres: des équipes de Centre social venues découvrir ensemble, souhaitent se former en Pédagogie sociale. Nous faisons des plans sur des rencontres entre structures , des projets de séjours de jeunes ou familles partagées en commun…

Nous pensons déjà à l’édition du neuvième Festival; nous réfléchissons sur le thème , voire sur le lieu.

Et comme un Festival est un lieu de création, de construction, il fallait terminer par une réalisation commune.

C’est le cas; nous avons inauguré ce samedi 5 Novembre le tout nouveau site dédié à toutes les structures et acteurs en Pédagogie sociale: Pédagogie sociale

Ce nouveau site réunit tous les acteurs et surtout toutes nos actions. Il va constituer à la fois un outil de ressources théoriques et pratiques sur la Pédagogie -sociale, un espace de visibilisation de nos organisations, un lieu d’expression et de publication de textes de réflexion, d’analyses, de réactions à l’actualité; un agenda pour annoncer toutes les actions des organisations participantes .

Nous attendons impatiemment le reportage réalisé par « les Projos du réel » ; ainsi que les forcément belles photos de Thomas Bérard.

Pour le moment, voici le lien pour un ensemble de notes/résumés des « exposés » en salle plénière.

C’est ici : https://pad.faire-ecole.org/s/intermedes-robinson#

SAMEDI 29 & DIMANCHE 30 OCTOBRE 2022

Participation d’Intermèdes Robinson à la 3ème biennale de l’éducation nouvelle

Samedi, de bon matin Jeanne et moi avons pris le train direction Bruxelles! Pour la 1ère fois mais certainement pas la dernière, Intermèdes Robinson, à l’initiative des ami.e.s de l’ICEM (Institut Coopératif de l’Ecole Moderne) à participé à Convergences! la 3ème Biennale pour l’Education nouvelle. Elle s’étendait sur 4 jours mais afin de préparer au mieux le Festival de pédagogie sociale qui aura lieu cette semaine(vendredi 4 et samedi 5 novembre), nous sommes restées uniquement le WE. 2 jours intenses fait de rencontres, retrouvailles et découvertes. Nous avons participé à la conférence de Bernard Charlot sur le thème de  » Qu’avons-nous à dire aux jeunes aujourd’hui? », des débats sur: la fabrique de l’échec scolaire et l’accueil des enfants migrants, la magnifique pièce de théâtre La république des enfants du Docteur Korczak proposée par le théâtre du Tiroir, fait une balade de Bruxelles entre urbain et nature où nous avons vu de magnifiques graffs et dimanche 30 octobre en soirée, au Centre Culturel Le Jacques Franck de Saint Gilles, nous avons assisté la projection du film « A la poursuite de mes rêves » suivie d’un débat bien animé. Nous avons également été actives pour la Pédagogie sociale. Jeanne a co-animé le débat sur la fabrique de l’échec scolaire avec Bruno Robbes, professeur en sciences de l’éducation à l’université de Cergy-Pontoise, j’ai animé un atelier de peinture sociale qui a eu du succès et nous avons également animé ensemble, l’atelier « Du CLAS à la classe, se réconcilier avec les apprentissages » qui a également remporté l’adhésion des inscrits. Si vous ne l’avez pas encore lu…nous vous engageons à lire le
manifeste 2022 « Le monde que nous voulons, les valeurs que nous défendons »

MERCREDI 2 NOVEMBRE 2022

Vacances familles automnales

Rendus peu disponibles par notre participation à 3ème Biennale pour l’éducation nouvelle et le 7ème festival de Pédagogie sociale, nous avons proposé 3 sorties aux Robinsons petits et grands pendant ces
vacances. Chacune a été une réussite, un moment passé ensemble a découvrir le monde, soi-même et les autres. Nous avons été au cinéma Truffaut où nous avons vu Le Peuple Loup. Nous avons fait été au Port aux cerises pour faire un pique nique et une séance d’accrobranche destinée aux Robinsons de 4 à 17 ans.
L’automne, c’est toujours le moment de la sortie accrobranche chez les Robinsons, une occasion d’évaluer année après année si notre courage face à l’épreuve s’amenuise ou s’est renforcé pendant le reste de l’année, si notre corps nous porte un plus loin face aux obstacles… Les vacances familles s’est toujours aussi une possibilité pour les pédagogues sociaux de voir où en est chacun de son autonomie et son lien au groupe. Momo, le jeune adulte déficient qui vit son quotidien parmi nous était de la sortie.
Il a montré une grande capacité d’intégration dans le groupe et une appétence pour le soin aux plus jeunes. Ça nous a permis de nous apercevoir que maintenant il est prêt à vivre un séjour l’été prochain avec nous. Et enfin à la plus grande joie des plus jeunes nous sommes allés ce matin voir le spectacle COULEURS! une petite pièce de théâtre burlesque, poétique.

Atelier au quartier de Saint-Eloi, Chilly-Mazarin

Coucou Saint-Eloi ! Aujourd’hui le froid est de retour mais rien ne nous fait peur. Nous avons fait un atelier bracelet brésilien ce qui m’a permis d’apprendre différentes techniques. Les plus petits ont créer un orchestre avec les instruments de musique. Les plus créatifs dont les mamans ont participé à l’atelier dessin libre. L’entraînement de foot a eu lieu sur le stade qui se trouve juste derrière la forêt. Au goûter ce sont les mamans qui ont eu l’honneur de servir le goûter pendant l’assemblé des présents ! C’est déjà l’heure de se dire au revoir. A la semaine prochaine !

Atelier à l’hôtel Astoria, Massy

C’est le 1er jour de Pierre, notre nouvelle recrue en tant que psychologue ! Il propose des collages afin de créer un premier lien avec les enfants de l’hôtel ; l’expérience est réussie, et les enfants sont très productifs. Afin d’aménager un temps calme aux enfants de l’atelier créatif et de la petite enfance, Marie sort avec les motivés pour faire un 1, 2, 3, soleil !, poisson pêcheur et tomate-ketchup, ainsi qu’un molkki durant lequel les enfants comptent les scores eux-même. Nous prenons le goûter sur les tapis, et nous nous disons au revoir et à la sem pro !

Atelier au bidonville de Champlan 2

De retour à Champlan cette semaine et on en est heureux de retrouver Johanna, Antonio et Raul dès notre arrivé. Alors que l’espace se remplit d’enfants, nous installons nos ateliers: petite enfance, billard hollandais, henne, peinture à gratter et volley. L’après midi prend une ambiance de fête lorsque Ricardo sort une enceinte et Amir nous montre ses meilleurs pas de danses.

Malheureusement une partie des enfants doivent nous quitter avant le goûter mais celui-ci se passe tout de même dans un calme appréciatif, un bon moment de partage avec une petite chanson pour finir.

Nos ghettos

No(s) ghetto(s)!

Nous sommes à J-7 de notre Festival de Pédagogie sociale, consacré cette année à Janusz Korczak.

Les informations sont ici

Nous ne sommes jamais sentis si proches de la pensée et surtout de l’énergie du pédagogue qui a connu le ghetto de Varsovie.

sdr

Sans commune mesure, nous partageons avec lui, la difficulté de vivre des temps contraires.

Cette semaine, notre Centre social a connu une agression de la part de riverains qui pendant plus d’une heure ont tenté d’empêcher une distribution alimentaire.

Violences, menaces, intimidations, provocations ont été pêle-mêle assénées à notre équipe tout autant qu’à nos usagers.

Ce n’est pas la première fois, ce n’est pas un coup d’essai. Nous assistons à la multiplication des exactions, des vexations, des humiliations subies par notre équipe, à l’occasion de nos actions envers les plus démunis: ceux qui ne votent pas, ceux dont on ne veut pas, ceux qu’on ne veut pas voir, ni reconnaître comme habitants.

Les enfants sont toujours en première ligne et malheureusement nous assistons également à la propagation d’une grande indifférence à leur égard , ou à l’égard de leur situation sociale, culturelle, éducative ou administrative.

Les traitements discriminatoires se banalisent, deviennent notre quotidien y compris de la part des structures, collectivités qui ont la mission de lutter contre ces phénomènes.

Nous avons l’impression que le Monde marche à l’envers; la victime est soupçonnée de tous les maux, tandis que les agresseurs sont écoutés, plaints, soutenus et que leurs points de vue et propos sont repris sans pincette par ceux qui sont en charge de l’égalité des droits et de la liberté publique.

L’intérêt collectif est méprisé et autorise aussi qu’on méprise ceux qui s’y emploient. Tandis que les intérêts personnels, les replis sur soi, la recherche du profit immédiat sont valorisés.

Nous voici assignés à un ghetto, d’une nouvelle forme, d’un nouvel âge: le Ghetto du social.

Il est coutume d’accuser ceux qui sont ghettoïsés , « d’entre soi », de dissidence , de troubles divers, alors qu’ils sont en fait victimes d’inaccès aux droits communs et aux structures.

Nous connaissons bien ce phénomène qui consiste à accuser les victimes. Nous nous inquiétons juste de sa vitesse de propagation dans les institutions, et collectivités.

Il est banal aujourd’hui de refuser ou retarder autant que possible, l’inscription scolaire d’enfants à la rue, ou d’enfants Rroms. C’est juste une « opinion », un « choix » , une option qui paraît acceptable, admise et légitime.

Ce qui nous a frappé dans l’agression dont a été victime notre équipe, qui est restée de marbre et qui a fait son travail (la distribution de denrées à plus d’une centaine de ménages) , sous les menaces et violences , c’est que le même traitement était en même temps appliqué à nos bénéficiaires. Les mêmes qui proféraient les insultes, invectivaient les femmes et les enfants qui faisaient calmement la queue , par nécessité.

Il est là le secret du Ghetto: associer les acteurs sociaux de première ligne, avec les populations dont ils s’occupent et les accuser des mêmes maux et fantasmes antisociaux.

Sans nous concerter, face à ces violences, notre public et nous mêmes, nous nous sommes sentis dans une proximité inédite. Jamais nous n’avons reçu autant de témoignages de reconnaissance et de soutien, de la part de ces familles, que durant ce moment de crise.

Tous tenaient à encourager nos salariés, les membres de notre équipe: jeunes , permanents, stagiaires, bénévoles impliqués plus que jamais dans leurs missions.

 

MARDI 25 OCTOBRE 2022

Atelier à Antony Pôle

C’est les vacances et nous sommes présents au platz ! Les enfants sont très heureux de nous accueillir. Miruna fait une petite enfance avec un espace de coloriage d’halloween pour le plus grand plaisir des enfants : quelle est la couleur de la citrouille ? Quelle couleur pour le fantôme ? Et c’est quelle date halloween ? Alex fait une table de jeu de société et prend le temps d’expliquer les règles du puissance 4. Victoire ! Les enfants ont compris et peuvent réfléchir à la meilleure stratégie pour jouer. Cassandre fait une table scolaire, ce qui intéresse bon nombre d’enfants. On travaille le tracé, la tenue du stylo, on fait des petits jeux de formes, de chiffres et de lettres. On chante pendant le goûter et les enfants nous aident à ranger le matériel. Très bonne ambiance. Nous manquerons l’atelier de la semaine prochaine car c’est un jour férié mais nous marquerons le coup dans deux semaines pour la fête d’halloween !

MERCREDI 26 OCTOBRE 2022

CLAS Collège

C’est les vacances mais nous maintenons le rendez-vous du CLAS pour faire une sortie à la médiathèque : on fouille les rayons en cherchant un livre qui nous plait ! Les jeunes sont alors repartis avec un bouquin à la maison. Nous partons dans un second temps au parc du château pour partager un moment autour d’un molky : précision, stratégie d’équipe et calcul mental sont nécessaires ! Cette sortie ensoleillée a permis aux jeunes de se connaître un peu mieux en partageant rires et anecdotes. On réitère ça la semaine prochaine !

Atelier à l’hôtel Astoria, Massy

Aujourd’hui, nous nous sommes rendu-e-s à l’hôtel social Astoria pour un joli atelier composé d’une petite enfance, ou nous avons pu jouer aux kaplas, aux légos, lire des livres, nous avons aussi pu profiter de l’atelier henné avec Fatoumata. Les enfants ainsi que les mamans étaient nombreuses à arborer un joli tatouage temporaire à la fin de l’atelier. Dehors, l’énergie était présente pour un bel atelier sportif, jeu de ballons, 1.2.3 soleil, tomate ketchup, tir à la corde, tout y est passé pour le plus grand plaisir des petits et des grands. Nous avons beaucoup rit et beaucoup profité.
Le temps du goûter arrive et nous nous regroupons sur un grand tapis, ou nous chantons une chanson et faisons une assemblée des présents, avant de boire un chocolat chaud et manger une crêpe au chocolat. Vivement la semaine prochaine !!!

Atelier au quartier de Saint-Eloi, Chilly-Mazarin

Coucou Saint-Eloi ! Ravie de vous retrouver à notre rendez-vous habituel du mercredi. C’est le retour des entraînements de foot avec des exercices de dribles et de tirs au but avant de passer aux différents matchs. Pour les plus petits l’atelier petit enfance, pour les plus créatifs un atelier peinture sur le thème d’Halloween. Pour les mamans un coin thé/café avec des crêpes pour discuter et prendre un goûter ensemble. En parallèle il y a eu un atelier henné et le tournoi de jeux de société. Nous avons finit par faire un berret avant de prendre le goûter.

JEUDI 27 OCTOBRE 2022

Atelier au parc de la Corneille, Massy

On emmène deux jeunes du bidonville de la N20 ainsi qu’une jeune de l’hôtel Astoria avec nous à l’atelier de Massy pour qu’elles puissent proposer un atelier danse/découverte de la troupe Aven Savore ! Elles n’ont pas peur de chanter fort et de danser au beau milieu du quartier, et cela nous rend très fiers.

Zinora fait des crêpes au nutella aujourd’hui !! Mélina lui sert d’assistante pour touiller la pâte et tartiner les crêpes. Marie supervise l’atelier danse ainsi que plusieurs parties de chaises musicales, tandis que les jeunes font de belles montagnes en gouache à l’atelier peinture.

Sur le gazon, Piero entraîne les jeunes qui, nous le sentons, subissent les vacances plutôt qu’ils n’en profitent. Jefte et Elisa, qui habitent à Morangis, l’accompagnent et l’assistent pour mettre en place l’entraînement, et sont très contents d’être de sortie dans un autre quartier que le leur.

Atelier au skateparc, Longjumeau

Bel atelier au skatepark en ce jeudi de vacances ! Lionel a ressorti les rollers ce qui fait très plaisir à Alex et Florin qui vivent en bidonville et que nous avons emmenés passer l’après midi dans ce quartier de Longjumeau aujourd’hui. Les autres profitent des jeux de société, des légos, des livres, du henné, du badminton… Il y a beaucoup d’enfants et beaucoup de choses à faire, et pour faire un goûter un peu spécial Fatou, Amadeus, Madallin et des filles du quartier tartinent des pains au lait et des croissants de confiture de fraises. L’équipe du jardin de Bel Air nous rejoint pour le goûter, nous sommes très nombreux et nombreuses ! Nous invitons tous les enfants à venir le lendemain à notre fête à Bel Air…

Atelier au jardin de Bel-Air, Longjumeau

Rachid et Gul Pacha nous accompagnent au jardin cet aprem ! Et quelques enfants nous rejoignent pour prendre soin du jardin ! Rachid avait prédécoupé des planches de bois afin de monter une nouvelle parcelle ! Nous avons fixé la serre, semé des épinards dans la nouvelle parcelle et planté de nombreuses fleurs, des pensées et des cyclamens ! Les enfants ont également monté les roues de la poubelle que nous avons reçue pour ranger les outils ! Trop forts ! Nous rejoignons l’atelier du skate parc, pour prendre le goûter ensemble.

dav
dav

VENDREDI 28 OCTOBRE 2022

Atelier et soirée conviviale d’Halloween au jardin de Bel-Air, Longjumeau

Nous organisons une grande soirée conviviale à Bel-Air pour HALLOWEEN !

Au programme, soupe à la citrouille délicieuse, croque-monsieur monstrueusement bons, photophores et guirlande, maquillages terrifiants et déguisements horrifiants. Une petite enfance géante se transforme et au fur et à mesure que le crépuscule tombe, on s’installe tous sur les grands tapis pour écouter l’histoire de la bête du Gévodan, contée par LE loup-garou lui-même.

Des enfants de Saint-Eloi, de l’hôtel Parthénon, de l’hôtel Astoria et des quartiers alentours sont venus pour faire la fête avec nous, vivent les Robinsons !

Atelier au bidonville de la N20, Massy

Très bel après-midi en compagnie des enfants du bidonville de la N20 aujourd’hui : petite enfance dynamique, parcours sportifs et de la danse avec quelques filles de la troupe qui nous font l’honneur d’être là aujourd’hui pour une petite démonstration de danse tzigane : résultats, les parents sont ravis d’assister au petit spectacle et ils restent avec nous tout le long de l’atelier, souriants. Madalin fait peindre les petits qui épuisent tout notre stock de feuilles blanches. On prend le goûter après la rituelle assemblée des présents, la petite chanson des éléphants en roumain et la distribution des rôles !

SAMEDI 29 OCTOBRE 2022

Atelier à la Villa-Saint-Martin, Longjumeau

L’atelier foot se poursuit avec à la fois des enfants de l’hôtel Parthénon et des enfants du quartier. Après plusieurs exercices et jeux sportifs, le groupe termine par un match amical. D’un autre côté, l’atelier perles réunit beaucoup de monde. Un atelier petits jeux est organisé entre jeu de balle pour les plus petits et 1 2 3 soleil que réclament les enfants. Enfin, sur la petite enfance on fait des dominos, des mimes et de superbes constructions de villa de nos rêves ! Et c’est l’anniversaire de Cayo aujourd’hui ! Alors au goûter, nous lui faisons souffler les bougies sur un gros brownie !

Atelier au quartier de Saint-Eloi, Chilly-Mazarin

Nous avons retrouvé une quarantaine d’enfants aujourd’hui à Saint-Eloi. Un atelier de cartographie sociale a été proposé aux plus grands pour voir comment ils visualisaient leur quartier. Nous avons proposé un atelier jeux de société, le tir à l’arc et un atelier maquillage d’Halloween pour ce dernier week-end d’Halloween, qui a beaucoup plu. Certains d’entre eux ont aider à maquiller les autres. Nous avons aussi mis à disposition les cordes à sauter pour les concours de jump. Les aventuriers ont pu tester leur équilibre avec les pédalos. Pendant ce temps à la petite enfance on s’amuse dans le tunnel. Nous avons ensuite fait un petit parcours avec à la fin un dé ceux qui parvenaient à faire la totalité du parcours et qui obtenait un « 6 » en lançant le dé avait le privilège de servir le goûter. Nous avons finit par se rassembler et procéder à l’assemblée des présents avant de prendre le goûter dans une ambiance conviviale.

Dealer avec l’impossible – Cassandre

Dealer avec l’impossible

Dans 5 villes différentes, les Robinsons tiennent chaque semaine 22 ateliers (16 ateliers de rue, 2 CLAS, 1 répétition d’Aven Savore, 1 atelier FLE, 1 atelier couture, 1 permanence administrative) + 1 distribution alimentaire qui accueille 120 personnes. Dans ces ateliers, on retrouve entre 10 et 70 enfants/adultes (moyenne de 35).

Soit en 7 jours, nous touchons en moyenne 890 personnes.

Et nous sommes seulement 10 salarié-es pédagogues sociales. 10 pour 890 personnes à accompagner chaque semaine. Soit 89 personnes pour 1 pédagogue.

Certes, on est une bien belle équipe à l’énergie dynamique, mais lorsqu’on sait les problématiques colossales de notre public, on est nécessairement conscients de l’impasse, conscients de l’impossible sortie de secours directe et efficace.

Par exemple, quand on parle de la scolarité et activités des jeunes, les « acteurs locaux » d’une ville posent le même constat : dès le plus jeune âge dans les quartiers (pour ne pas évoquer les difficultés d’inscription scolaire dans les hôtels sociaux et les bidonvilles), les enfants sont en errance, zonent en bas des bâtiments alors qu’ils devraient être au centre de loisirs. Mais que font les parents ? Ne sont-ils pas au courant ? Pourtant peut-être que pour 10 euros « seulement », leurs enfants passeraient une bien belle semaine ! On devrait prendre une aprem, voir ces enfants et parler avec leurs parents afin qu’ils les y inscrivent !

Or, rien n’est aussi simple lorsqu’on deale avec la précarité. En effet, si on tape à la porte d’une de ces familles, on comprendrait au cours de l’échange (si toutefois il s’agit d’un échange et non d’une injonction), les divers empêchements au centre de loisirs. L’aspect financier bien sûr, on découvre d’ailleurs que de nombreuses familles que l’on suit sont endettées. L’aspect sanitaire, pour diverses raisons, on sait que de nombreux jeunes ne vont que très rarement voir le médecin, pourquoi iraient-ils alors au centre ? Les divers obstacles administratifs à commencer par l’inscription ! Cela paraît facile pour les institutions mais les papiers à remplir & à (r)envoyer sont de réelles difficultés pour les familles précaires. L’aspect alimentaire, manger à l’école, au centre de loisirs et même à la maison a un coût : combien d’enfants viennent à nos activités en milieu d’après-midi sans avoir mangé ? Les problématiques de parentalisation des enfants qui doivent garder les petits frères et sœurs lorsque les parents sont pris par le travail ou autre occupation pour le foyer. Ces facteurs ne sont évidemment pas exhaustifs. Et finalement, même si cette famille parvient à inscrire son ou ses enfants au centre, même si elle parvient à participer quelques fois aux événements du quartier, cela sera insuffisant pour pallier les lacunes sociales que reflète la précarité.

dav

Chaque semaine, on accompagne donc 890 adultes et enfants précarisés. Les situations semblent toutes aussi insolubles les unes que les autres. On le sait. On est conscients de l’impasse. Mais chaque semaine, on les accueille inconditionnellement ces situations insolubles. Et par notre présence vouée à durer dans le temps, par les liens et le soutien mutuel qui se créent au sein de notre public, on peut espérer & voir des situations insolubles s’améliorer, se transformer peu à peu, étape par étape. On ne devient pas jardinier à la première graine semée.

L’espoir et la joie du collectif contrebalance au quotidien l’amertume d’une disposition sociale inaltérable qui ne fera qu’empirer. On le sait : faire avec la précarité c’est dealer avec l’impossible.

Cassandre

MARDI 18 OCTOBRE 2022

Atelier au bidonville d’Antony Pôle

Aujourd’hui, nous sommes une grosse équipe pour aller à AntonyPôle. Miles, Cassandre ainsi que Windson organisent un parcours sportif, sauf dans les cerceaux, équilibre d’une boule sur une raquette, slalom, et finalement, on doit nommer l’illustration que l’on voit sur une petite carte. Développement de la motricité fine, développement du vocabulaire en français… les enfants sont ravis.
Emma, Illyanna et Lou organisent une jolie fresque sur le thème d’Halloween, on colorie, coupê et colle des citrouilles fantômes et araignées. On remarque que les enfants développent de belles compétences artistiques.
Du côté petite-enfance, avec Martin et Alex, on construit des légos, on empile des kaplas, puis on révise le français avec des imagiers. Puis on raconte aussi des histoires avec une marionnette.
Au moment du goûter, on commence par un jeu de rythme, une chanson, puis on s’asseoit et on mange tous ensemble.
Bonne ambiance ! A la semaine prochaine…

MERCREDI 19 OCTOBRE 2022

CLAS Collège / Lycée

Grosse aprem ici ! Depuis 2 mois, Wassim me rejoint pour que l’on partage un temps ensemble et cette semaine, nous faisons un atelier cuisine : un manqué au chocolat pour l’anniversaire d’Idrissa ! Wassim est très impliqué et se montre particulièrement généreux. L’après-midi, on travaille la lecture et la représentation mentale que chaque lecteurice doit faire pour comprendre une histoire, un groupe de jeunes se fait réviser le vocabulaire d’anglais et un autre s’entraîne à la grammaire et la lecture. On prend un copieux goûter pour l’anniv’ d’Idrissa et le départ d’Emma et Ilyanna. On offre à Idrissa un « So foot », magazine littéraire de football afin qu’il puisse parfaire ses connaissances !

On continue l’accueil CLAS pendant les vacances : nous irons à la médiathèque & autres activités en extérieur !

Atelier de Saint-Eloi à Chilly-Mazarin

Hello Saint-Eloi nous re voilà aujourd’hui comme tous les mercredis. On ne change pas les habitudes avec le coin privilégié des mamans avec une table avec du thé où nous profitons de discuter ensemble sur les différentes grèves qui ont eu lieu ces derniers temps et sur l’impact que ça a engendrer pour elles.

Du côté des enfants au programme atelier karaté chaussettes, tennis de table, tournoi de jeux de société et l’entraînement de foot. Pour les plus petits lecture de contes et ils nous préparent des œufs dur miam !

Pour finir nous avons un statut musical géant avec les ados et les enfants. Les gagnants servent le goûter.

Nous nous rassemblons pour l’atelier des présent et on se dit à samedi.

Atelier au bidonville de Champlan

Aujourd’hui, nous sommes allé-e-s avec Miruna, Miles, Selin et Alex au bidonville de Champlan.
Nous avons fait un tapis de petite-enfance et de jeux de société, nous avons pu jouer aux petites voitures, aux légos, nous avons aussi lu plein d’imagiers, pour apprendre des mots. Nous avons joué au Uno, au Tavukoi, au Batawaf…
Miruna a proposé des maquillages avec pochoirs aux enfants, ils étaient tout fiers de nos montrer leurs « tatouages » colorés. Selin quant à lui a animé le billard hollandais.
Nous avons fait un petit jeu, juste avant le goûter, puis nous avons partagé un moment calme avant de rentrer.

Plus qu’à se dire… A mercredi prochain les enfants !

Atelier à l’hôtel Astoria, Massy

Il fait un beau soleil, Marie et Zinora sortent dehors avec les grands pour s’essayer au tir à la corde, c’est l’équipe des « Tigresses » qui gagne ! Elles proposent également de s’exercer à la corde à sauter, au billard suédois et au badmington.

A l’intérieur se tiennent les activités les plus calmes : un bel atelier de peinture proposé par Madalin, des décorations au henné magnifiques avec Andra et une gigantesque petite enfance avec Fatou.

On discute pendant le goûter des envies de chacun pour le prochain atelier, et Marie fait signer les autorisations de sortie aux parents car les vacances se profilent ! Les enfants nous aident à charger le matériel et ne veulent plus nous quitter, mais malgré tout nous nous disons au revoir et à mercredi prochain.

JEUDI 20 OCTOBRE 2022

Atelier foodtruck à l’hôtel Balladins, Chilly-Mazarin

Aujourd’hui, nous sommes une belle équipe à nous rendre à l’hôtel Balladins. Emma et François jouent avec les petits sur le tapis de petite enfance. Sylvie propose un superbe atelier de création de bracelets. Nous proposons avec Ilyanna une variante de la balle aux prisonniers. Pour le gouter, les cuisiniers du Food truck nous ont fait un plat de pates, et nous fêtons l’anniversaire de Babacar accompagné d’un bon marbré !!

Atelier au parc de la Corneille, Massy

On continue le cycle photos posca ainsi que le projet calendrier des Robinsons, chacun écrit les mois avec les poscas. Marie parle avec Anne-Gaëlle et Mélina de leur stage à l’asso, qui débutera fin novembre.

Miruna propose des jeux co et Senad, Mohammed et Izac une grande partie de football. Le goûter se déroule dans le calme, et les enfants nous aident à ranger ! A jeudi prochain !

Atelier au Skateparc, Longjumeau

Gros soleil et température estivale aujourd’hui, de quoi mettre la bonne ambiance sur l’atelier ! En attendant que la cloche sonne l’heure de la fin de l’école, nous servons du thé aux parents et ados qui viennent chercher les enfants, c’est l’occasion de discuter. Puis les enfants arrivent et se répartissent sur les différents ateliers : basket, henné, jeux de société, dessin, jeux de petite enfance sur le tapis. Comme Madallin a apporté des instruments d’éveil musical, nous inventons une chanson avec le nom des enfants : « Jason, il joue du xylophone, Madallin il joue d’la mandoline, Maëlys, du trombone à coulisse, Enzo, il joue du piano ! » Au goûter nous sommes rejoints par l’équipe de Bel Air pour partager croissants et chocolat chaud… Et inviter tout le monde à notre prochaine fête, qui aura lieu le 28 octobre à Bel Air sur le thème d’Halloween !

Atelier au jardin de Bel-Air, Longjumeau

Gros chantier par ici : montage de 2 étagères dans le local, ce qui dégage beaucoup d’espace ! Au jardin, on se projette sur les installations à faire avec Rachid, bénévole qui vient de rejoindre notre team ! Avec les enfants, on cueille fruits et légumes, on s’espante des vers de terre, et on mélange du terreau à la terre avant de rejoindre le goûter du skate parc !

VENDREDI 21 OCTOBRE 2022

Atelier FLE

Environ 15 personnes en cours après le repas collectif ! Deux groupes pour l’alphabétisation se forment au sein desquels l’oral est principalement travaillé. Ismaël qui est en attente de scolarisation a la chance d’avoir un accompagnement personnalisé aujourd’hui, il travaille la temporalité, les jours de la semaine, les mois et saisons tout en découvrant les codes scolaires (page de garde, nom, prénom, écriture de la date à souligner, collage de documents…). Enfin dans le dernier groupe, on travaille le vocabulaire spécifique de la famille, de la santé et de la cuisine puis nous passons à l’écrit pour faire des exercices spécifiques aux besoins de chacun (présentation du mail, demande de rdv, faire une réclamation, entraînement à la lecture/écriture…). Comme toujours, il y a une super ambiance !

Atelier cuisine au local

Aujourd’hui, « C’est la Roumanie » qui s’invite dans la cuisine des Robinsons ! On remercie chaleureusement Andra, Zinora et Miruna de nous avoir concocté un magnifique « couscous roumain, mais avec du riz » selon les mots des deux sœurs. Et à la fin du repas, on souhaite un joyeux anniversaire à Besma !

Bravo les Robinsons !

Atelier au jardin de Bel-Air, Longjumeau

Atelier extraordinaire au jardin. Adultes et enfants se mettent très rapidement au travail : on monte une serre, on sème des radis, on retourne la terre en y ajoutant engrais et terreau. Quatre parcelles sont donc nouvellement installées dont une sous serre. On plante de nouveau des salades et de la mâche. Ambiance conviviale et musicale : après l’effort, on peut se poser sur le tapis ou avec les mamans qui discutent autour d’un thé. A la fin du goûter, on donne à Minhane, Sarah, Allia, Aïcha et Zyneb les flyers à distribuer au quartier : la fête se déroule vendredi 28 au jardin, venez en masse !

dav

Atelier à l’hôtel Parthénon, Chilly-Mazarin

Très bel atelier à l’hôtel social Parthénon pour cette veille de vacances, où nous retrouvons une trentaine d’enfants et de jeunes très en forme et partant pour faire du dessin au posca, une balle aux prisonniers à plusieurs équipes ou encore des jeux de société, de la petite enfance et du henné ! On prend le goûter dans le calme, et on se dit à bientôt pendant les vacances !

Atelier au parc du Château, Chilly-Mazarin

Aujourd’hui nous somme allé au skate park situé devant le chateau de la maire il y a eu plusieurs acivités comme Zinora qui s’occupait du héne ou encore Selin qui était sur le billlards hollandais ou encore Widson qui jouer au jeux de societé

Atelier au bidonville de la N20, Massy

Aujourd’hui nous sommes partis à la N20. Alex a proposé un atelier petite enfance avec des livres et des jeux de construction. Miles a fait

SAMEDI 22 OCTOBRE 2022

Atelier au quartier de la Rocade, Longjumeau

Aujourd’hui nous sommes allés à la Rocade, nous avons fait une petite enfance, un foot, de la cuisine… Il y a eu une trentaine d’enfants sur l’atelier. Nous avons goûter les bons beignets préparés par Fatoumata.
C’était un bel atelier.

Atelier au quartier de la Villa-Saint-Martin, Longjumeau

Belle aprem ici ! On rencontre de nouveaux enfants, ça fait plaisir ! On poursuit & clôture le cycle de la peinture : les mélanges de couleurs sont maintenant bien maîtrisés. Des jeux sportifs et un match de foot sont organisés. Puis du côté de la petite enfance, lorsque les constructions de légo sont terminées, on organise un cache-cache et un 1 2 3 soleil avant de prendre un bon goûter.

Atelier au quartier de Saint-Eloi, Chilly-Mazarin

De retour à Saint-Eloi tout le monde est impatient car l’atelier cuisine est attendu de pied ferme aujourd’hui. En effet j’avais promis deux choses pour aujourd’hui : le concours de déguisement d’Halloween et les crêpes ! Ravis de retrouver aux rendez-vous les mamans toujours fidèles au poste. Au programme pour les plus sportifs l’atelier foot, pour les plus petits constructions d’une grande tour en kapla et les petits cuistots préparent des plats. Pendant ce temps à l’atelier cuisine est en route et ce sont les enfants qui sont au commande sous l’encadrement des mamans. Une fois les cinquantaines de crêpes prêtent c’est l’heure du concours de déguisements. Les candidats défilent en solo ou en duo et les juges choisissent leurs candidats préférés selon deux critères le déguisement le plus effrayant et le meilleur défilé. Les candidats défilent sous un fond musical d’Halloween. Les juges délibèrent et tout les participants remportent un diplôme du déguisement le plus effrayant. Nous nous rassemblons ensuite pour prendre le goûter et procéder à l’assemblé des présents. Lors de nos échanges j’en profite pour noter leur différentes demandes pour les prochains ateliers notamment comme les ateliers cuisine, le loup garou ou le maquillage qui ressort beaucoup.

La production institutionnelle du décrochage scolaire (partie III)

La production institutionnelle du décrochage scolaire ( Partie III)

Nous entreprenons ici , dans un texte en plusieurs parties, de rendre compte du travail d’observation et d’analyse du développement de différentes formes de décrochage scolaire et de leurs causalités.

Troisième niveau : on tire parti de la multiplicité des partenaires institutionnels pour diluer les responsabilités

Une autre manière de dénier l’accès à la scolarité ou à la simple admission scolaire est permise par la double compétence des communes et des professionnels de l’Éducation nationale dans ce domaine.

En France, un directeur d’école, a tout à fait le droit si ce n’est le devoir d’inscrire sous sa propre autorité un enfant dans son école dès lors qu’il a la certitude que l’enfant vit sur le territoire de la commune.

Une difficulté administrative provient du fait que l’inscription en Mairie est également indispensable puisque le Maire est comptable de recenser les enfants de sa commune soumis à l’obligation scolaire.

Il y a donc un cumul d’autorité, mais du point de vue du droit et de la loi, l’inscription directe à l’école demeure dans tous les cas, possible.

Un déni d’autorité et de compétences de la part des acteurs « de première ligne »

Dans la réalité, les relations étroites entre les municipalités et l’administration scolaire, pour l’instruction primaire, ont imposé partout des procédures admises par les différents protagonistes, en vue d’organiser la scolarisation. Il est de coutume que la famille inscrive d’abord l’enfant à la Mairie qui procède ensuite à l’affectation vers un établissement scolaire.

Cet usage ne représente aucun problème pour les familles qui vivent dans des conditions de confort et de normalité administrative ; voire ces usages peuvent faciliter une administration efficace.

Toutefois en ce qui concerne les familles précaires, mal logées, hébergées chez des tiers, vivant en squat ou bidonville, ou sans abri, cet usage destitue dans les faits les directeurs d’établissement scolaire de leurs droits et devoirs pourtant inscrits dans la Loi.

Ce qui est surprenant c’est que la plupart des personnels de direction des établissements primaires (enseignement préélémentaire et élémentaire) ignorent ou préfèrent ignorer leur autorité en ce domaine par habitude ou souci d’entretenir de bonnes relations avec l’échelon municipal dont dépendent beaucoup de ressources nécessaires à la vie et au bon fonctionnement de l’école.

Une culture professionnelle et administrative de la peur

C’est une forme d’autolimitation de l’autorité propre à sa fonction qui n’est pas rare dans la culture professionnelle de l’Éducation nationale où on préfère toujours prendre le moins de risques possibles et surtout pas celui de déplaire à sa municipalité.

Du fait de ce contrôle implicite, les communes trouvent tout le loisir pour retarder, rendre difficile l’inscription ou la reprise scolaire des enfants en situation de précarité.

On peut toujours retarder une admission scolaire et le plus étonnant c’est qu’il ne semble pas y avoir de limite ou encadrement juridique à ce pouvoir de différer, qui reste ainsi à la discrétion des administrations.

Différer l’admission scolaire d’un enfant précaire n’apporte dans les faits que des bénéfices. La famille peut s’éloigner du territoire de la commune ; ou ne plus donner suite après un certain nombre de démarches infructueuses à sa propre demande.

Pour des élus municipaux, élus souvent avec une faible marge de suffrages d’avance, l’enjeu électoral représenté par l’accueil d’enfants étrangers ou sans ressources est considérable.

La tendance inexorable à l’exclusion

Il n’y a rien d’étonnant à ce qu’une sorte de « pente naturelle » pousse perpétuellement ces mêmes élus à contrôler, limiter, complexifier l’accueil de nouveaux élèves dans leur commune. L’enjeu est évidemment également économique.

Dans les écoles, l’attitude est plus complexe. Les enseignants comme les directeurs d’école n’apprécient guère les arrivées de nouveaux élèves en cours d’année, car cela charge les classes sans crédit ou encadrement supplémentaire. Les enseignants, assez naturellement, redoutent l’arrivée de nouveaux élèves comme une source de travail supplémentaire et un alourdissement de la gestion du « groupe-classe ».

Par ailleurs l’administration de l’Éducation nationale au niveau élémentaire et départemental (les circonscriptions) est très soucieuse de la qualité des relations avec les municipalités et partage par ailleurs avec celles-ci un certain souci de limiter les effectifs pour des raisons budgétaires, cette fois ci du côté du Ministère.

De ce fait les municipalités peuvent compter sur une certaine adhésion de principe des équipes scolaires et de l’Éducation nationale en général pour retarder et limiter l’inscription scolaire de nouveaux enfants.

Toutefois, de notre expérience, quand les enfants précaires nouveaux arrivants, sont reçus dans les écoles, ils sont le plus souvent très bien accueillis et bénéficient même d’une mobilisation certaine et d’un soin particulier tant par les enseignants, que parfois par les parents d’élèves. Nous pouvons même témoigner de mobilisations régulières pour améliorer les conditions de vie de ces enfants, y compris en dehors de l’école et de véritables actions de solidarité envers les familles.

Se déresponsabiliser sur d’autres instances

Si la confusion des responsabilités entre les communes et les directions d’école joue en défaveur des enfants en situation de précarité, les relations et accords entre les municipalités et les services de l’Éducation nationale sont également propices à produire des empêchements et des difficultés.

Il y a quelques années, nous avons été témoins d’un accord plutôt étonnant entre une municipalité et la direction académique pour renvoyer les enfants vivant en hôtel social sur le territoire de ladite commune vers des communes extérieures et éloignées, en impliquant des temps de déplacement pour se rendre à l’école, parfois de plusieurs heures, chaque jour.

Nous sommes également informés de pressions reçues par des directeurs d’école, par leur propre hiérarchie, pour les dissuader d’accueillir des enfants du territoire tandis que la municipalité cherche à gagner du temps.

Des services municipaux décident ainsi d’ajourner des demandes d’inscription scolaire en bonne et due forme au motif que le service du 115 a déplacé une famille (avec un engagement limité à deux semaines) vers un hôtel social d’une autre commune.

Ce qui est intéressant dans ce dernier cas est un phénomène d’explication des décisions prises en invoquant toujours l’autorité d’un partenaire tiers : l’Éducation nationale, les services du 115, etc.

D’autres occasions de retard de scolarisation « pour le bien de l’enfant »

L’accueil d’enfants sans scolarité antérieure sur le territoire et ne parlant pas français, dits « allophones » donne lieu à la mise en œuvre de modalités adaptées pour leur permettre d’acquérir une maîtrise rapide de la langue.

Ce dispositif coordonné au niveau académique, par l’Éducation nationale, par l’intermédiaire du CASNAV, donne pourtant lieu à de nouvelles occasions de retarder le projet de l’enfant et de la famille d’intégrer réellement une école.

En effet, il faudra d’abord pour les familles concernées obtenir un rendez-vous dans une ville éloignée pour que l’enfant passe des tests scolaires spécifiques, tenant compte de sa langue.

La fixation de ce rendez-vous peut générer des délais parfois importants et la capacité des familles à amener leurs enfants dans un endroit inconnu, à une date lointaine, en particulier quand ces familles sont précaires et sans domicile, est aléatoire. Le manquement du rendez-vous entraîne évidemment l’ajournement concret du projet de scolarisation tant que la famille n’a pas repris contact, ni obtenu un autre rendez-vous.

La possibilité pour les enfants allophones d’être accueillis en séquences, dans une classe spécialisée, génèrera de nouveaux retards ; il faudra identifier la classe et l’école où « il y a de la place » et celles-ci peuvent être éloignées du domicile ou de l’hébergement familial.

L’attribution même de cette place peut prendre des semaines, voire un ou des mois, quand les congés scolaires s’intercalent.

Enfin, l’école et la classe d’accueil étant identifiées, il faudra encore obtenir un premier rendez-vous préalable avec la direction ou l’enseignant spécialisé.

Au final, la mise en œuvre d’un dispositif objectivement dédié à l’intérêt de l’enfant en demande de scolarisation, constitue fortuitement une suite d’occasions de retards considérables et de risques de décrochages pour la famille (dépassée par ces démarches et difficultés), qui compromet la réalité de l’insertion scolaire à terme.

Là encore, l’obligation de passer par ce dispositif d’évaluation et d’orientation pour les enfants et les familles les plus démunies face aux démarches administratives, et pour l’identification des structures, permet à la Commune, comme aux écoles de proximité de mettre en suspens l’obligation scolaire jusqu’au terme des démarches.

Point commun des modes de production institutionnelle du décrochage scolaire

  Les trois niveaux d’observation et d’analyse que nous avons identifiée, qui expliquent et modélisent la difficulté de très nombreux enfants pauvres et précaires, pour accéder à une scolarité suivie ,  sont souvent négligés ou minimisés couramment.

On a coutume de relativiser les dégâts des refus de scolarisation, de « parcours du combattant administratif », ou des ruptures après quelques semaines d’école, sur le motif qu’il ne s’agirait en quelque sorte , que d’une difficulté unique vécue dans le parcours scolaire et éducatif de l’enfant.

L’idée générale bien que rarement énoncée qui justifie la perpétuation des obstacles à l’accès à l’école pourrait se résumer ainsi : « Certes c’est dommageable de perdre du temps avant de permettre à un enfant précaire ou mal-logé d’accéder à l’école, mais ça n’arrivera qu’une fois ; après tout ira bien ».

Or, cette opinion est malheureusement inexacte pour de très nombreux enfants qui vont vivre et revivre les mêmes obstacles et les mêmes difficultés régulièrement. Il en est ainsi des enfants vivant en bidonvilles ou squats, qui d’expulsion, en expulsion, finiront par ne plus réclamer une école où de toute façon ils n’iront jamais ou si peu de temps.

La même expérience est également vécue pour les enfants et les jeunes vivant en hôtels sociaux, qui sur le temps de leur enfance connaîtront de nombreux transferts, déménagements, et déplacements. Il n’est pas rare que nous rencontrions des enfants qui ont connu jusqu’à 20 hôtels sociaux différents, dans différentes communes, …  à l’âge de 11 ans.

Même pour des enfants hébergés chez des tiers, ou simplement mal logés, le scénario de devoir recommencer régulièrement des demandes de scolarisation dans des communes où ils ne sont pas connus, est fréquent.

Ainsi, notre système institutionnel est une fois de plus déficitaire dans sa manière de se représenter les problèmes sociaux et éducatifs vécus par des familles dans la précarité.

Chaque institution, chaque collectivité, chaque établissement raisonne toujours sur un mode « ternaire » qui ne tient aucun compte de l’analyse de la réalité et de l’histoire vécues par les enfants et familles.

Tout démarre et redémarre régulièrement pour toutes ces instances par un « point zéro » qui est celui de la rencontre et de la découverte de la situation.

Ce point zéro en quelque sorte autorise de prendre du temps pour connaître la situation, analyser, traiter la demande, « à partir de zéro ».

De ce fait, il n’y a plus rien de choquant, semble-t-il à retarder l’entrée effective dans un établissement scolaire… même si c’est la quatrième ou cinquième fois que cela se répète pour un même enfant dans l’histoire de son parcours éducatif, dès lors haché et fragmenté.

Des préjudices graves sur les destins scolaires des enfants précaires

Qui veut comprendre le phénomène de la déscolarisation partielle ou totale de franges grandissantes de la population enfantine, se doit d’étudier l’économie fine de la production des freins à la scolarisation. Au-delà des grands principes et des lois, sans cesse réaffirmées, les procédures d’application mises en œuvre sont aussi étonnantes que discrètes. Elles produisent à une échelle non négligeable des retards et des échecs répétés de scolarisation qui pèsent énormément sur les destins scolaires des enfants et jeunes concernés.

Ce qui est évidemment le plus choquant c’est quand la production de ces freins et obstacles, propices au décrochage scolaire provient justement des administrations et collectivités qui sont censées lutter contre ce phénomène.

Des mesures qui s’imposent

L’analyse fine des motivations et justifications des acteurs institutionnels illustre des problèmes profonds de la compréhension du sens de l’action sociale, dans notre pays, pour les acteurs eux-mêmes, administratifs, éducatifs ou sociaux « de première ligne ».

Des logiques institutionnelles et idéologiques profondes « surdéterminent » en quelque sorte les conduites et les réponses de ces acteurs au quotidien, qui, parfois à leur insu, reproduisent des situations d’exclusions et de discriminations par impuissance ou ignorance.

En quelque sorte, nous pourrions dire que les enfants exclus, privés, ou empêchés d’accéder à une scolarité et un accompagnement éducatif stable, nous apprennent moins sur eux-mêmes, sur leurs éventuels problèmes sociaux ou culturels… que sur le fonctionnement de nos propres institutions.

A l’observation de leur expérience, des freins, des empêchements qu’ils rencontrent, nous découvrons des dysfonctionnements et lacunes dans l’adéquation des structures et administrations face aux problèmes sociétaux actuels.

Pour autant, la situation des enfants en situation d’exclusion scolaire et éducative pourrait être améliorée rapidement par l’affirmation politique de quelques principes conformes à la fois à notre Droit et aux conventions internationales sur les droits des enfants.

De notre point de vue et à partir de notre expérience, nous identifions trois mesures immédiates et utiles pour lutter contre une véritable « précarité éducative », produite par nos modes de fonctionnement administratifs actuels :

1- Imposer la scolarisation immédiate de tout enfant, résidant sur le territoire d’une commune quel que soit son statut d’habitation

2- Reconnaître l’autorité des acteurs sociaux de terrain, tels que les centres sociaux pour attester de la présence d’une famille sur le territoire

3- Garantir aux enfants qui ont été accueillis dans une école, la continuité de leur scolarité dans le même établissement scolaire, s’ils le désirent, même si les circonstances éloignent leur famille dans une autre commune.

MARDI 11 OCTOBRE 2022

Accompagnement PS Jeune

Aujourd’hui quelques rendez-vous pour ma part avec des jeunes pour le suivi de leurs projets.

Atelier au bidonville d’Antony Pôle

Les enfants sont nombreux cet aprem au platz ! On propose un atelier sur tapis durant lequel de grandes tours sont construites, et on lit posément quelques livres en nommant fruits, légumes et couleurs. Un atelier badminton est animé, d’un côté les petits, d’un autre les plus grands. Enfin, l’atelier artistique est novateur à Antony, c’est l’imagination des enfants qui se reflètent sur de l’argile à modeler puis à décorer à l’aide de posca ! On organise une belle ronde rythmique avant de prendre le goûter sereinement. A la semaine prochaine !

MERCREDI 12 OCTOBRE 2022

Atelier au quartier de Saint-Eloi, Chilly-Mazarin

Nouvelle semaine à Saint-Eloi aujourd’hui. 72 enfants/mamans et ados confondus ont répondus présent aux ateliers. Au programme pour les mamans thé + débats sur la grève actuelle. Et pour les enfants et les ados entraînements de foot, jeux de société, créations de bracelets en élastiques, jeux musicaux et petite enfance avec les instruments de musique. Nous avons finit par un jeu calme « dans ma valise » avant de prendre le goûter tous ensemble.

Atelier au bidonville de Champlan 2

Aujourd’hui au bidonville de Champlan, comme toutes les semaines nous sommes bien accueillis par des enfants qui nous aident à installer nos ateliers: une petite enfance ou Sonya et Rosana se régalent à la dinette et le petit Raul construit des avions en kaplas. Certains enfants font des échanges de badminton mais le grand succès de l’après-midi c’est l’atelier bien être, sur lequel Andra et Miruna maquillent et « tatouent » au henne.

Au goûter nous chantons une chanson et discutons dans une ambiance calme et chaleureuse.

Atelier à l’hôtel Astoria, Massy

Aujourd’hui, Selin a animé un atelier de peinture où sont venus une dizaine d’enfants, et cela s’est très bien passé. Fatoumata a animé la petite enfance où sont venus jouer une quinzaine de petits enfants, et enfin Isac a proposé aux jeunes divers jeux de société. Le goûter s’est bien passé, nous nous sommes dit au revoir et nous avons nettoyé la salle derrière notre passage, et ramené les enfants dans leur chambre.

CLAS Collège / Lycée

Il y a une petite dizaine d’enfants au local ce qui nous permet d’avoir un temps d’échange et d’accompagnement de qualité. Belle surprise alors : Gephte a de beaux talents d’écriture. Il apportera l’histoire qu’il rédige la semaine prochaine !

JEUDI 13 OCTOBRE 2022

Atelier au parc de la Corneille, Massy

On continue le football (pas de photos hélas), sous la pluie mais une dizaine d’enfants motivés rejoignent Piero, Mohamed et Fallou sur la pelouse. Aujourd’hui on parle de respect des coéquipiers et de montrer l’exemple lorsque l’on est capitaine d’équipe. L’herbe offre aux joueurs de belles glissades et des éclats de rire, tout en restant sérieux.

Sous le hall, l’autre partie de l’équipe continue le cycle « posca-photos » avec aussi des essais sur feuilles blanches pour dessiner ce que l’on veut. La petite enfance attire beaucoup d’enfants malgré le froid, ainsi que beaucoup de mamans aujourd’hui. Le goûter se déroule bien, à base de pain au choc’ et chocolat chaud délicieux. A jeudi prochain !

Atelier au skateparc, Longjumeau

Malgré un crachin digne des confins de la Bretagne nous avons fait un atelier très sympa, bien serrés sous le barnum. Tatouages au henné, dessin à la craie, jeux de petite enfance, tir à l’arc et billard hollandais ont du succès aussi bien avec les ados qui sortent du collège ou partent au foot, qu’auprès des tout petits qui sortent de la maternelle en face de laquelle nous nous étions installés. Au goûter nous étrennons le premier chocolat chaud de la saison, hé oui l’été c’est fini…

Permanence administrative

16 personnes sont venues cette après-midi pour des papiers, des dossiers, des déclarations et autres problèmes administratifs…

Atelier au quartier de Bel-Air, Longjumeau

Cet après-midi, nous faisons encore un arrêt à un magasin de jardinage avant l’atelier, pour se procurer du terreau, des plants de salade et des graines d’épinards. Une fois arrivés, Hasan continue de poser des nouvelles parcelles, aidé par Selin. Zorha et Miles travaillent la terre en plantent de l’ail. Dans un deuxième temps nous aménageons le jardin, on ratisse le sol, on taille un arbre.

En fin d’atelier une habitante du quartier nous aide à faire une récolte!

VENDREDI 14 OCTOBRE 2022

Cuisine au local & Atelier FLE

Comme d’habitude, on retrouve de nombreuses personnes au local pour partager un repas collectif ! Bonne ambiance conviviale ! On enchaîne à 14h avec le cours de français en accueillant Angelina et Samy qui viennent d’arriver. Nous sommes une dizaine en cours.

Atelier au jardin de Bel-Air, Longjumeau

Il pleut, ça mouille, mais on jardine quand même ! On plante de l’oignon, de l’ail, des épinards, et de la mâche ! Trop bon de mettre les mains dans la terre et d’y découvrir asticots et vers de terre ! Nous regardons également les petites pousses des radis plantés la semaine passée !

Atelier au parc du Château, Chilly-Mazarin

Malgré cette pluie nous faisons tout de même l’atelier henné qui plaît toujours ! Nous profitons pour discuter de la journée et hop c’est déjà l’heure du goûter. A vendredi prochain !

Atelier au bidonville de la N20, Massy

Le temps est contre nous cet après-midi, sous la pluie nous ne manquons pas de motivation et les enfants non plus! Une flaque traverse le tapis de la petite enfance par dessous mais nous construisons un pont de légo et kaplas par dessus, à côté les cris de joie et condoléances aux perdants se font entendre sur la table du billard hollandais. Et sur l’atelier créatif nous dessinons le mois d’Octobre, parlons d’Halloween et des peurs.

Nous prenons le goûter debout dans une bonne ambiance!

SAMEDI 15 OCTOBRE 2022

Atelier au quartier de la Rocade, Longjumeau

Un atelier particulièrement convivial aujourd’hui, car Fatou avait décidé de préparer un tiep complet pour les nombreux enfants de Longjumeau. Pendant qu’elles cuisinaient avec l’aide des plus grandes, Martin apprenait le jonglage avec des balles et des massues à d’autres plus petits. Izak animait un atelier peinture et Jeanne proposait différents jeux sur le tapis de petite enfance : circuit de voitures, puzzles, marionnettes, et surtout la pâte à modeler qui a eu beaucoup de succès, plusieurs sculptures sur le thème de la plage, des filles en train de faire bronzette ! A l’heure de manger il y a tant de monde que nous devons faire deux cercles. Les enfants dégustent riz, poulet, salade composée. Il n’en reste pas un grain !

Atelier au quartier de la Villa-Saint-Martin, Longjumeau

Atelier foot au quartier avec quelques jeunes du de l’hôtel Parthénon qui nous rejoignent Amadou, Ismaël, et Moussa. Les jeunes ont pu s’entraîner autour de divers exercices et effectuer un relais-foot avant le match clôturant l’atelier. D’un autre côté, on s’expérimente à la peinture et on dessine en discutant.

Atelier au quartier de Saint-Eloi, Chilly-Mazarin

Aujourd’hui c’est notre rendez-vous quotidien du samedi. Les mamans sont ravis de nous retrouver pour notre petit thé entre nous. Les enfants et les ados font des tournois de jeux de société, du henné du foot et pour les plus petits on prépare à manger à la petite enfance. Nous faisons une énorme chaise musical avant de prendre le goûter tous ensemble. A samedi

La production institutionnelle du décrochage scolaire (II)

La production institutionnelle du décrochage scolaire ( Partie II)

Nous entreprenons ici , dans un texte en plusieurs parties, de rendre compte du travail d’observation et d’analyse du développement de différentes formes de décrochage scolaire et de leurs causalités.

Second niveau : on réfute la qualité d’habitant aux familles précaires pour retarder ou empêcher la scolarité sur son territoire

Il est saisissant pour des acteurs de terrain de remarquer comment des partenaires d’échelon territorial différent (commune, département, État) emploient exactement la même rhétorique pour mettre en doute la qualité d’habitant d’un territoire pour des enfants et des familles bien réelles qui vivent sur ce dit territoire de manière constante et ce parfois depuis de longues périodes.

Une rhétorique commune du déni

Une formule qu’on pourrait résumer » ces gens ne sont pas plus des habitants d’ici que d’ailleurs », peut résumer un raisonnement que nous entendons partout et tout le temps à chaque fois que nous tentons, comme acteurs locaux de faire valoir les droits des enfants et familles précaires, en particulier pour ce qui touche à la scolarité.

C’est à l’appui de ce type de formule par exemple que les services sociaux et de protection de l’enfance de notre département refusent de prendre en compte et voire de recevoir des enfants et des familles sans domicile. C’est une manière de nier à la fois la réalité de leur présence sur le territoire et même de leur attache à ce même territoire, sous la forme de relations humaines, de liens avec des personnes, des associations ou des groupes que ces familles et enfants ont pu établir.

Des progrès juridiques dans l’affirmation des droits des personnes ou familles « à la rue », ont certes été mis en œuvre ces dernières années.

La solution ratée de la domiciliation administrative

Ainsi la plupart des administrations semblent enfin admettre la notion de résidence et domiciliation administrative pour les personnes et familles mal logées.

En tant qu’acteurs engagés dans la mise en œuvre des droits pour ces familles, nous pourrions ainsi compter sur la possibilité d’obtenir, notamment par les CCAS des villes importantes, une domiciliation administrative comme un levier pour ouvrir des droits.

Malheureusement les constats sur la mise en pratique de ce droit à la domiciliation laissent de la place à de nombreux biais, subterfuges ou lacunes quant à la mise en œuvre.

En particulier et comme il est fréquent en matière de droits de personnes ou groupes précaires, cette possibilité de domiciliation est régulièrement utilisée ou invoquée pour faire obstacle à des droits fondamentaux qui sont sans lien avec cette mesure.

Ainsi nous rencontrons de plus en plus d’employés d’administration communale qui s’opposent ou retardent des demandes de scolarisation d’enfants vivant sur leur territoire au motif que les parents n’y ont pas de domiciliation administrative et qu’il faudra attendre qu’ils en obtiennent une.

Parfois même quand les familles viennent d’un autre point du territoire national et qu’elles sont déjà titulaires d’une domiciliation administrative sur une autre commune, on utilise ce fait pour réfuter l’obligation scolaire.

De telles attitudes pourraient paraître peu dommageables s’il était aisé d’établir une domiciliation administrative ; c’est ce que laisse penser la loi qui en établit le droit assez largement dès lors qu’une personne sans domicile peut établir un lien quelconque avec le territoire de la commune où elle a trouvé abri.

Du mésusage de la demande de domiciliation : retards et détournement

Comme toujours la clarté des lois est vite encombrée de règles plus ou moins légales, implicites, verbales, ajoutées par les administrations municipales pour en restreindre le champ.

Ici pour prendre en compte une demande de domiciliation administrative on va réclamer aux personnes ou familles des attestations d’acteurs sociaux, associatifs ou caritatifs affirmant l’existence d’un lien de celles-ci avec le territoire.

Ailleurs on va demander des documents aberrants dans ce cadre, ou impossibles à établir comme des attestations d’hébergement ou des preuves de résidence sur la commune.

Certaines communes refusent à l’inverse toute attestation en provenance de structures sociales tierces et indépendantes. Certaines invoquent également les changements récents de la loi qui les autorisent à vérifier par tout moyen la présence des familles et personnes sur leur commune, pour charger leur police municipale d’un contrôle dont les modalités floues et ouvrent la voie à tous les abus.

Plus simplement encore, certaines communes exigent à l’appui des demandes de domiciliation des documents non prévus par la loi, difficiles ou impossibles à obtenir ou à détenir pour des familles à la rue ou récemment arrivées sur le territoire national.

Pour finir les délais d’instruction sont dans les faits à la discrétion des communes et sont fréquemment dissuasifs : de quelques semaines à plusieurs mois durant lesquels les démarches qui ont été subordonnées à la domiciliation seront justement impossibles à réaliser. C’est là un moyen très simple pour retarder des inscriptions scolaires, en attendant ou espérant le départ des familles et enfants concernés ou pour l’obtention de tout autre droit.

La culture verbale du refus administratif

Pour résumer les obstacles aux droits fondamentaux comme l’obligation scolaire qui se retrouvent mis en suspens de manière discrétionnaire par les municipalités, nous devons porter notre attention sur l’accumulation de règlementations qui restent dans le domaine informel et « verbal ».

Les demandes illégitimes de document, les refus de prendre en compte des dossiers ou même de donner des dossiers à remplir sont d’autant plus fréquents que ces limitations ne sont énoncées qu’à l’oral, toujours en invoquant la Loi, et ne laissent aucune autre trace que le possible témoignage des personnes intéressées.

Cette « culture verbale du refus » à prétexte juridique est malheureusement très commune au sein des administrations territoriales, où des employés souvent peu formés se contentent de relayer des affirmations tout aussi informelles qu’eux-mêmes ont entendu de la bouche d’élus ou de chefs de service.

MARDI 4 OCTOBRE 2022

PS Jeune lycée Jean Perrin, Longjumeau

Après-midi spécial pour moi car je vais à l’encontre des lycéens afin de leur présenter notre association, les actions que nous y menons et les missions du PS Jeune subventionné par la CAF. Certains nous connaissent de nom et me disent une phrase qui m’est beaucoup trop familière : « Ah je pensais que c’était juste une MJC qui faisait des jeux avec les enfants ». Nous qui sommes un Espace de Vie Social et un Centre Social, nous qui intervenons auprès d’un public précaire, notre travail est bien souvent minimisé. J’ai beaucoup apprécié cette conversation avec Oussama qui tournait autour des étiquettes qui nous sont collées dessus malgré nous et comment nous les portons. C’est le moments de remplir les fiches d’adhésion et de prendre des créneaux de « rendez-vous » pour que je puisse les recevoir et les accompagner dans leur différents projets : recherche de stage/recherche de parcours professionnel à suivre après le lycée…

Atelier au bidonville d’Antony Pôle

Aujourd’hui nous nous sommes rendu au bidonville d’Antony pôle. Plusieurs ateliers ont été proposé et animé. Un atelier créatif avec du dessin a énormément été apprécié cela a permis aux enfants de pouvoir s’exprimer tout en dessinant. Un atelier sportif avec un jeu ou il fallait attraper le chasuble de l’autre a plu. Un espace petite enfance avec un éveil musical a eu son effet : les petits ont adoré ! Un atelier jeu de société a été apprécié par les petits comme par les grands. Un goûter effectué dans le calme a permi aux enfants de se reposer après cette belle journée.

MERCREDI 5 OCTOBRE 2022

Atelier au quartier de Saint-Eloi, Chilly-Mazarin

Nous nous retrouvons comme tout les mercredis à Saint-Eloi. Aujourd’hui nous avions mis en place un atelier peinture sur le thème « Octobre rose », petit moment de sensibilisation au dépistage du cancer du sein qui touche 10% des femmes chaque année en France. Nous avons été ravis de voir certaines maman participer à l’activité. Nous avons également installé un coin privilégié pour les mamans avec du thé et des gâteaux pour favoriser le dialogue entre nous. Il y avait la petite enfance ainsi que les jeux de société. Le premier entrainement de foot a eu lieu aujourd’hui et les filles comme les garçons étaient contents. Nous avons ensuite finit par l’assemblée des présents et le goûter.

Atelier au bidonville de Champlan 2

Très bel atelier cet après-midi, sous un beau soleil, quelques enfants nous accueillent et nous aident à installer nos ateliers : une petite enfance avec legos, chemins de fer en bois et instruments de musique ; une table pour le coloriage, une autre pour le henné et un cercle de plots pour les duels de dossards. Après un petit quart d’heure, plus d’enfants nous rejoignent et l’ambiance joyeuse se répand. Nicolas et Rosa se régalent avec les xylophones à créer des mélodies et essayer de les retenir, ielles sont entourés de courses de voitures sur les rails. Enfants et ados sont fiers de montrer leurs « tatouages » et le tir à la corde réunit tout le monde autour d’une compétition saine.

Au goûter nous faisons un jeu rythmique tous ensemble et chantons la chanson de l’éléphant avant de partager sirop et gâteaux aux fruits.

Atelier à l’hôtel Astoria, Massy

Très bel atelier aujourd’hui à l’hôtel social Astoria ! Les enfants accourent pour nous rejoindre dans le petit salon de l’hôtel, on s’assoit aux tables pour faire des jeux de société, ou construire de grandes tours de Kapla pour jouer au jeu de Jenga. On fait des guirlandes avec du papier crépon de toutes les couleurs, et les filles jouent à se les mettre en grands colliers de princesses. Le goûter se passe bien, et les enfants se parlent pour décider de ce que l’on va faire la semaine prochaine : du « slime » fait maison, de la pâte à modeler maison et des jeux de parcours sportifs ! A mercredi prochain les jeunes !!

CLAS Collège / Lycée

On reçoit 14 jeunes cet après-midi ! Comme à notre habitude, nous aménageons différents espaces dans notre local afin d’accueillir au mieux tous ces jeunes en demande. Les émotions sont vives, on ressent un énorme besoin d’attention et d’écoute. Nous essayons de créer un temps de partage unique avec chacun.e alternant entre besoins scolaires & besoins personnels/affectifs.

JEUDI 6 OCTOBRE 2022

Atelier échange de pratique

Aujourd’hui à l’échange de pratique le thème était : « Quelles activités animer en atelier de rue ? »

Nous avons fait des demi-groupe pour réfléchir ensemble par différents pôles :

  • Pôle petite enfance
  • Pôle créatif
  • Pôle sportif
  • Pôle jeux de société

Nous avons ensuite mis en commun nos réponses et dialoguer ensemble. L’objectif est de créer un classeur avec des idées d’activités pour les futurs stagiaires/services civiques.

Permanence administrative

Nous avons accueillis une quinzaine de personnes aujourd’hui dans leurs démarches administratives.

Atelier au parc de la Corneille, Massy

On commence un cycle de foot « démocratique » sur la pelouse du parc, et c’est le grand retour de Cassian, Rayane et Seni, qui sont fiers de montrer leurs qualités de footballeur à Piero. Mohamed arbitre à l’aide du sifflet, il prend son rôle au sérieux et encourage même les jeunes sur le terrain. Au final on dénombre une vingtaine d’enfants sur la pelouse, filles et garçons confondu.es ! L’occasion pour Emma de renouer avec sa passion, elle qui est très vive et qui fait preuve d’un beau jeu de jambe. Ce 1er atelier foot démocratique est un succès, il permet aux jeunes de s’organiser entre eux pour former les équipes et organiser le grand tournoi interquartier de décembre qui se déroulera dans un lieu que nous vous révèlerons bientôt, ainsi qu’évidemment, la pratique du football.

L’atelier créatif de Marie est très apprécié, et rassemble une quinzaine de jeunes tout au long de l’atelier : nous dessinons au posca sur des photos des ateliers précédents en noir et blanc ; d’ailleurs, Mélina part en fou rire dès qu’elle voit des photos d’elle. Les photos prennent vie de manière très originales, et le résultat est très réussi.

A la petite enfance, Miruna propose des petits jeux d’eau qui fascinent les enfants. Senad propose un tournoi de jeux de société très apprécié par Anne-Gaëlle et Mélina. Ces dernières parlent aussi avec Marie pour convenir d’un rendez-vous pour venir signer leur convention de stage : toutes deux veulent faire leur stage de 3e à l’association Intermèdes Robinson, pour se diriger ensuite vers le social et plus particulièrement la petite enfance ! Cela fait des années que Mélina dit qu’elle veut devenir une Robinsonne, et cette concrétisation est une réussite pour elle ainsi que pour nous qui l’accompagnons.

Au goûter, ce sont Iness, Yousri et Jenna qui distribuent. Ils s’appliquent à bien distribuer à tous les enfants présents, et à ne surtout pas renverser de grenadine sur le tapis. Mission réussie, le goûter se déroule très bien et les enfants nous aident à replier les tables, et ramener le matériel dans la camionnette.

Atelier au jardin de Bel-Air, Longjumeau

Le soleil brille sur le jardin de Bel-Air ! Nous commençons l’après-midi avec un voyage à Truffaut pour acheter des graines de radis, d’épinard et des plants de diverses salades d’hiver ainsi que de l’ail, de l’échalote, et de l’oignon à planter. En arrivant sur le jardin, Hassan se met à l’installation d’une parcelle pour les salades, Miles continue sa réorganisation du local, et Cassandre, Andra et Mamie Zorha désherbent, arrosent et plantent nos nouvelles acquisitions. En plus de ce travail, une merveilleuse récolte de courges et autres légumes est faite ! A vos soupes !

Atelier au skate park de Longjumeau

Aujourd’hui nous avons fait un atelier au skate parc,ou Jeanne a fait des déguisements sur la petite enfance, Fatou a elle fait un atelier collage et découpage en même temps. Selin a ramené un ballon de basket et a fait suer les enfants jusqu’à les fatiguer, de l’autre coté Widson a fait un billard hollandais qui a très bien marché : il y a eu beaucoup de rageurs !

Atelier foodtruck à l’hôtel Balladins, Chilly-Mazarin

Aujourd’hui, au programme de l’atelier au Balladins, une petite-enfance animée par Zinora, renforcée par une étudiante de DUT Carrières Sociales. Aussi, Sylvie a proposé une activité maquillage. Alex et Morgane, du DUT Carrières Sociales ont animé une grande partie de poules-renards-vipères.
Au repas pour le goûter, une omelette thon œuf avec de la tomate et du fromage, miam. Un bon sirop pour accompagner le tout.
A la semaine prochaine les enfants.

VENDREDI 7 OCTOBRE 2022

Cantine du vendredi au local

Merci Hassan pour ce merveilleux tajine ! On reçoit une trentaine de personnes pour ce repas collectif. Et bonne nouvelle : Mohamed a participé à la cuisine ce vendredi matin, c’est une activité qu’il apprécie particulièrement !

Atelier FLE au local

On n’a un peu moins de monde aujourd’hui, Assetou a accouché la semaine dernière & Nadège n’a pas pu déplacer son heure de ménage par exemple… Mais cela nous permet de prendre un temps particulier de qualité avec chaque participant.e. Fatima progresse intensément en lecture et en écriture, c’est d’ailleurs avec Yassine, adolescent qui vient régulièrement nous voir, qu’elle travaille avant le début du cours. J’ai pu travailler les temps du passé autour de session d’écriture avec Bouzidia et Rachid, pour finir sur l’étude d’une séquence de Aya de Yopougon. « Il y a des fautes dans la BD » me dit Rachid. Remarque sur laquelle je reviendrai la semaine prochaine. D’un autre côté, Senad travaille principalement l’oral avec Selin afin qu’il prenne confiance lors des échanges qu’il a avec les enfants sur les ateliers.

Atelier au jardin de Bel-Air, Longjumeau

Merveilleux atelier au jardin ! Les enfants sont en nombre pour nous aider à jardiner ! On récolte, on sème, on plante, on bêche, on arrose, on découvre que la terre est bonne en observant les nombreux vers de terre, on goûte les petites courgettes crues, et pourquoi pas les courges ? On fait la différence entre terre, compost et terreau, on mélange le tout, on pousse la brouette, on rit beaucoup et puis, après ce bel atelier, on finit par ranger le matériel au local… Nous avons passé l’atelier avec des mamans qui nous aidaient à récolter et à désherber et avons dégusté au goûter le plat de pâtes agrémentées de tomates cerise du jardin cuisiné par Fatoumata. L’ambiance est belle, les enfants nous assurent leur aide pour la semaine prochaine, Minhane a même déplacé son cours du judo pour se rendre disponible… Merci à vous jolie troupe !

D’un autre côté, au City du squate park, c’est l’atelier foot qui bat son plein ! Énormément de jeunes rejoignent Piero pour débuter les entraînements. La plupart le connaissaient et sont heureux de le retrouver pour poursuivre les exercices footballistique.

Atelier à l’hôtel Parthénon, Chilly-Mazarin

Aujourd’hui nous sommes partis à l’hôtel du Parthénon. Abdel et Amandine ont animé un pôle petite enfance avec des kapla, des livres et toutes sortes de jouets. Les enfants se sont amusés à faire des tours et le premier qui faisait tomber la tour avait perdu ! Abdel a aussi animé un petit coin dessin sur le tapis avec des craies. Emma et Ilyanna ont animé un pôle créatif, les enfants ont créer une fresque sur le thème de la mer et les animaux marins. Ils ont pu les dessiner et les coller sur celle-ci. Zinora a animé un pôle sportif, il y avait du badminton et du tir à l’arc. Un atelier vraiment sympa ! A la semaine prochaine !!

Atelier au parc du Château, Chi