A remplir: l’École buissonnière

A remplir: l’École buissonnière

Dedans / dehors

Il fut un monde simple dans lequel les réalités sociales pouvaient être perçues de manière assez binaire. On était scolarisé , ou bien on ne l’était pas. On était allocataire ou bénéficiaire de telle ou telle pension ou régime, ou bien on n’y avait pas droit. On fréquentait des lieux de culture, ou bien on faisait du sport et cela exprimait un accès durable, fonctionnel, et accordé une fois pour toutes.

Nous ne vivons plus dans un tel monde; aujourd’hui, le mode binaire ne permet en rien de rendre compte de la relation précaire, fragmentée, fragile, que les individus et les groupes, en particulier les plus précarisés, entretiennent avec les institutions.

On peut être scolarisé et étranger à sa scolarité, être allocataire, sans pouvoir recouvrir ses droits; on peut avoir essayé de multiples activités culturelles, sportives ou de loisirs, sans lendemain.

L’Institution donnait de la valeur, de la qualité ; elle garantissait des parcours. Cela n’est plus vrai aujourd’hui que pour ceux à qui la valeur, la continuité , la qualité … ont déjà été attribuées à la naissance.

l’Expérience fondatrice

Freinet ne croyait pas à l’Institution; matérialiste, il croyait en l’expérience , dans toutes les expériences de vie: collectives, sociales, de travail, esthétiques, artistiques ou poétiques. Il n’accordait de valeur à l’institution, que si on pouvait s’en évader, en subvertir les limites, et la raccrocher à un environnement vivant et authentique.

C’est le sens de son expression, intrinsèquement liée à sa pédagogie, à son histoire: “l’École buissonnière” .

On peut apprendre hors de l’école; on peut créer de nouvelles solidarités sociales hors des institutions historiques, on peut créer de l’art, de la culture, en dehors de tous les lieux dédiés. Cette possibilité qui existait déjà de son temps est devenue, aujourd’hui, une nécessité, un enjeu de survie pour la personne, pour le sujet, s’il veut être vivant dans son environnement.

A Intermèdes-Robinson, nous pratiquons l’École buissonnière, l’Éducation non formelle, au travers de nos 13 ateliers de rue, hebdomadaires, mais aussi dans toutes les actions que nous menons collectivement, en semble, avec les groupes et les individus, les familles et les enfants, que nous rejoignons chaque jour.

Prendre sa vie comme École

Nous prenons la Ville pour École, le petit bois, le terrain vague, comme centre social et culturel. Nous prenons le bas côté, le parking d’hôtel, le pied d’immeuble, le bidonville comme un espace où tout est à construire, tout est à apprendre, tout est à dire et tout à exprimer.

Notre rôle dans ce domaine est comme toujours celui d’organiser, de rendre possible, de sécuriser, d’inciter et de valoriser ce qui se vit et se produit ici et maintenant.

Les savoirs, les expériences qu découlent de cette pratique, ne se perdent pas. Ils sont utiles, mais ils ne dépendent pas d’une institution erratique et sclérosée. Ils ne dépendent pas de la place où on nous met, de la valeur qu’on nous attribue, des notes que l’on nous donne. Ils ne dépendent que de nous. Nous ne les perdrons pas.

Du rien à quelque chose

Jerry Rubin, l’auteur de “Do it!” , mythique ouvrage des années 70, disait couramment que sa vie avait commencé à 20 ans. Et si on lui demandait ce qu’il avait fait avant, il répondait : “Rien! c’est ce qu’on appelle l’éducation américaine”.

Trop souvent le vécu institutionnel des enfants , des jeunes, que nous croisons , tourne autour de ce “rien” là. Il ne reste rien des heures interminables, des années passées, des démarches interminables, des devoir harassants, des efforts perpétuels qui étaient voués au néant.

Il n’en reste rien, tout simplement parce qu’on n’était pas là, pas présent dans ce qui se vivait alors.

Être-là

Nos pratiques, nos ateliers , y compris “d’École buissonnière”, visent exactement l’effet contraire de ce gâchis ordinaire. Nous faisons peu, nous intervenons peu , mais ce peu là n’est jamais un “rien” mais toujours un “quelque chose” , qui pourra devenir à tout moment “un peu plus”.

Ainsi sont nos ateliers d’École buissonnière. Les enfants , les jeunes qui y participent et qui les animent , apprennent juste “à y être” . Ils apprennent à devenir des auteurs. Ils apprennent juste à être là.

L’école buissonnière ou créer des herbiers sensitifs avec des enfants dans leur quartier.

La pédagogie sociale s’inscrit là où vivent les habitants(enfants et parents),
un de ses objectifs est de permettre à ces habitants de transformer de façon durable leur rapport/relation à leur lieu de vie, de le percevoir différemment pour l’habiter autrement.

Ce printemps 2021, dans la période de confinement où les enfants étaient « privés » d’école,
nous avons choisi de faire faire des herbiers sensitifs aux enfants vivants dans les cités en rez du parc de la Corneille à Massy et à St Eloi à Chilly Mazarin.
La notion de sensitif comme adjectif qualificatif ajouté à herbier est primordiale pour réaliser notre but de transformation durable du rapport/relation au lieu de vie.
En amont, nous avions préparé de jolis carnets, tout exprès, car les enfants ressentent notre intention envers, eux évidemment et s’ouvrent ainsi encore davantage à la coopération.

 


Les enfants accompagnés de nous, sont partis en quête de plantes(feuilles et fleurs) répondant à des critères de qualités prédéfinis comme : une plante qui …colle, une plante qui… pique, une plante… fragile, etc .
Enfin, ensemble, grâce à des applications sur nos téléphones mobiles nous sommes arrivés dans un second temps à nommer ces végétaux.


C’est aussi se faire l’écho du « bon usage » des nouvelles technologies auprès des enfants.
Le 1er atelier a fini sur un collage des plantes dans les carnets et de l’écriture du nom de chacune par eux mêmes.
Puis, un second atelier a permis de dessiner ou de faire l’empreinte de la plante à l’aide de gouache.



Chaque carnet, comme chaque enfant et comme chaque plante est unique parce qu’il y a plusieurs plantes douces, foncées…
Les enfants ont été étonnés et émerveillés de découvrir la richesse, la diversité des plantes qui sont leur voisinage direct.
Maintenant, ce monde végétal ne leur est plus étranger, il leur est devenu familier.
C’est cette mise en lien par la relation directe par l’apprivoisement, domaine du sentiment et non de l’intellect seul, qui permet de protéger, respecter et tout simplement d’aimer.

Mardi 13 avril 2021

Atelier au bidonville du rond-point, Chilly-Mazarin

Magnifique atelier au rond-point aujourd’hui, où nous sommes accueillis par une trentaine d’enfants près à faire les activités. Nous proposons une petite enfance géante, et active, avec Loïka et sa fille, Emma, qui a 5 ans, ainsi que Lionel ; les tout-petits profitent des grands tapis et des jeux d’éveil, mais aussi des tunnels rouges qui font beaucoup rigoler petits et grands. Nous proposons également en parallèle un bowling ; les enfants font preuve d’une grande dextérité, et peuvent ainsi se défouler. Le tir à l’arc et la cible leur permettent aussi de s’entraîner à bien tirer.

De l’autre côté, Maïté et Sophie proposent des jeux collectifs aux enfants qui se prêtent comme toujours à l’exercice collectif avec grand plaisir. Cassandre et Marie de leur côté, on ramener des grosses pelotes de laine colorées, ce qui fait réagir Patera “On va faire du tricot ? Ou jouer avec comme des chats ?”. Avec des baguettes en effet, nous tricotons la laine pour faire de jolies tressages multicolore autour des baguettes.

Nous clôturons notre atelier sur un joli goûter au soleil, puis une fois les affaires rangées au camion, nous nous saluons !

 

MERCREDI 14 AVRIL 2021

Atelier au quartier de Saint-Eloi, Chilly-Mazarin

Nous continuons les herbiers avec Isabelle, elle emmène les enfants dans le petit bois une nouvelle fois, pour leur faire cueillir des plantes. Marie les attends en haut avec de grandes feuilles et de la peinture, afin qu’ils puissent “imprimer”, ou tamponner les plantes sur la grande feuille. Cela fait des compositions vertes intéressantes, et les enfants peuvent encore une fois identifier les plantes en les collant à côté de leur empreinte.

Rosy arrive un peu après, et fait dessiner des plantes aux enfants. Maïté et Francesca font un quoi de neuf spécial “ramadan” et des petits cadres avec les tout-petits. Nous faisons enfin les goûters, et nous disons à la semaine prochaine après avoir distribuer les herbiers aux enfants !

 

Atelier du Parc du Château

On se prépare aujourd’hui a lancer des nouveaux ateliers autours du soutien scolaire et parascolaire et des goûters sanitaires. Des parents et des petits enfants qui nous attendais très impatiemment pour commencer nos activités. Des activités autour de l’apprentissage et de la formation en dessin avec Senad, puis à côté Nicolae propose des activités collectives comme le badminton et le ping-pong avec des jeunes enfants. Au bout de quelques temps d’autres jeunes et parents se joins a nous , étant ravis de nous retrouver a chaque fois dans le parc pour de activités avec aux.

Une fois de plus nos goûters attirent beaucoup de monde et en plus la nouvelle proposition des “goûters sanitaires”, ça montre aux parents que nous faissons attention a ce que nous proposons comme idée nutritive. 

 A la prochaine!

 

Atelier au quartier de Bel-Air, Longjumeau

Nous sommes l’équipe de Bel-Air qui avait mit en place l’atelier de jardinage, d’accompagnement et soutien scolaire sous les rayons du beau soleil . l’atelier du jardinage fut responsabilisé par Fatoumata et Penda avec des enfant et des adolescents super motivés. L’atelier d’accompagnement et soutient scolaire Fut accompagné par Mathias et son superviseur Mohamed. Nous avions tous profité d’un moment de partage en lien avec la nature dans le respect des protocoles des mesures sanitaire. Quelques images pour vous donner une idée sur nos activité d’aujourd’hui en espérant vous voir parmi nous très prochainement .

 

JEUDI 15 AVRIL 2021

Atelier au quartier de Massy

Atelier très réussi aujourd’hui avec Mathias et Djema au foot, qui accueillent une trentaine d’enfants pour jouer des matchs endiablés. Puis les enfants ont repéré des diabolos dans une cagette ; ils s’entraînent à faire sauter leur diabolo en l’air et à le rattraper. Marie de son côté accueille une dizaine d’enfants sur le grand tapis afin de réaliser de jolis tissages avec des baguettes de bois et de la laine ; cela pourra servir à faire des corbeilles de fruit.

Nous prenons le goûter dans la bonne humeur, avec Mathias qui prend le rôle de conteur pendant que Marie et Djema servent les pains au choc, croissants, mandarine et sirop délicieux. A jeudi prochain !

 

Jeudi 15 Avril 2020

Atelier Skate-Park

Nous avons mis en place l’atelier henné, beaucoup de succès, jouer au frisbee, au billard, jouer à la balle avec les tout-petits. Nous avons tenté de jouer au badminton mais il y avait trop de vent. Il y avait du dessin pour les jeunes. Puis d’un seul coup une razzia d’enfants s’est emparé la corde de force. Et nous avons pris un goûter avec des fruits frais, des Oeufs de pâques, du chocolat au lait et des jus.

Atelier à l’hôtel social Astoria

Aujourd’hui super journée à l’hôtel social Astoria!

Les enfants étaient déjà dehors en train de nous atteindre, en jouant entre-eux, et en s’amusant avec des rollers.     Nous avons installé quatre pôles différents : 

Les plus petits ont profité du tapis pour pouvoir jouer à la dînette, construire des maisons avec des briques en carton, jouer à la poupée et jouer au bowling avec des quilles en peluche.

Autour d’une table, un autre groupe s’est amusé à peindre de belles œuvres avec l’aquarelle, qu’ils sont ensuite accrochés au mur du parking.

Un groupe d’enfants plus grand se sont amusé avec la boxe, ils ont appris à placer des coup sur le sac de frappe, accompagné par un adulte.

Un dernier groupe ont fait de jeux collectif : le facteur n’est pas passé, le chat…

Nous avons terminé l’atelier en jouant tous ensemble aux statues musicales, et après nous avons partagé tous ensemble un super goûter !

 

Atelier au bidonville d’Anthony Pôle

A la vue de notre arrivée, les enfants sautent de joie et nous rejoignent pour installer les activités. Sur l’espace petite enfance, on travaille la motricité avec un jeu de saut et on se plaît à construire des maisons et des tours. D’un autre côté, des activités plus sportives sont proposées comme le badminton et la corde à sauter. Mathias fait une démonstration d’acrobaties tout en sautant à la corde, cela épate la galerie et met au défi tous les enfants !!

Enfin, de nombreux jeunes viennent se poser sur l’atelier plus scolaire : on écrit des histoires dans son livre, on le décore, on découpe et colle l’alphabet, on écrit les lettres et on peint à l’aquarelle.

En fin d’atelier, l’énergie est explosive et la tension monte, et nous sommes obligé.es de passer au goûter pour la faire redescendre : bananes, mandarines et sirop sont distribués !

A la semaine prochaine jolie troupe !

Welcom Hotel

Lorsque nous sommes arrivés au welcom hôtel, il y avait déjà quelques enfants qui jouaient sur le parking. Dès que nous sortons du camions ils accourent pour nous aider à le décharger . Nous installons les atelier et les enfants commencent à faire de la peinture et du dessins tandis que d’autre sont à l’atelier petit enfance.

L’après midi passe dans une ambiance musicale. Puis nous retrouvons tous pour un bon gouter.

Yaëlle Beaufils Bard

Atelier à la Rocade

Très belle après-midi! Nous avons créé des cadres en mosaïque, fait plein de jeux collectifs et pris un délicieux goûter!

Comment le COVID sert à détruire le Social

Comment le COVID sert à détruire le Social

Nous avons tous lu les analyses qui présentent les mesures de contrainte qui s’appliquent au secteur du spectacle, comme une attaque en règle de la Culture ou de l’Éducation.

Or, s’il est certain que la répétition des mesures de fermeture impacte durablement ce secteur et amène à une restructuration économique , et certainement à terme à une forme de liquidation, ce n’est pas la Culture en tant que telle qui est attaquée, mais sa diffusion. Le rôle de la Culture comme apanage social n’est et ne sera pas remis en cause; de même que l’École à distance ne portera aucune atteinte à l’excellence scolaire des “élites”.

C’est le Social qui est attaqué derrière la Culture et l’Éducation

A l’École, ce qui a été supprimé, durablement affaibli, ce ne sont pas les cours, c’est le support relationnel qui rend les cours possibles pour les enfants des classes populaires.

Partout, le Social , comme mode d’intervention, comme pratique de transformation et d’adaptation de la société est directement et systématiquement ciblé non seulement par les fermetures, les empêchements, les interdictions, mais surtout comme horizon possible, comme espace où on pourrait encore s’investir.

L’urgence sanitaire a placé la société sous enfance ; elle n’est plus en mesure de s’occuper d’elle même. L’idée même de collectivité a constitué une victime directe de la période de pandémie dont les deux mots d’ordre ont été distanciation sociale et repli sur soi.

Au delà des mesures provisoires, des attaques durables

On pourrait minimiser le phénomène, le relativiser, en réduisant la pluie des mesures et règlementations, telles les périodes de couvre feu ou confinement, à elles mêmes. En soi, il s’agit de mesures temporaires et limitées. Et on pourrait croire que tout ce qui est de l’ordre de l’initiative sociale et collective ne serait pas durablement empêché, mais seulement reporté.

Or, ce n’est là que la face visible du phénomène. Plus profondément, c’est l’idée du Social qui semble plus sûrement et plus durement battue en brèche. C’est l’empêchement de se mobiliser qui affecte les acteurs et les collectifs, et ces derniers ont été efficacement démembrés et littéralement démobilisés.

Que peut devenir par exemple une troupe d’enfants , acteurs de leur Cité, ou un collectif engagé dans un projet de développement social, communautaire ou éducatif… après un empêchement de faire quoi que ce soit de significatif depuis plus d’un an? Qu’est ce qu’il en reste , sinon que les acteurs ont été par force engagés sur d’autres voies? L’espoir même sur lequel repose le Social, à savoir que nous pouvons nous occuper de Demain, est ,depuis plus d’un an détruite, chaque jour dans les faits. Il s’avère qu’on s’occupe de Demain à notre place , plus encore qu’hier et pour longtemps, très probablement.

Pénalisation de l’organisation

Le Social a donc été attaqué par des pluies d’interdiction: interdictions de se regrouper, de se rassembler, dès lors qu’il y a un but, une organisation, un sens à ce rassemblement.

Par contre il n’y a aucun problème à la juxtaposition des promeneurs, au flux des voyageurs , à la présence en masse dans les rues et les parcs , justement parce que ces phénomènes sont sans dessein collectif.

On peut aujourd’hui largement circuler dans les espaces publics, s’y promener, mais on ne peut pas les occuper, ni les habiter, ni y prendre aucune initiative qui ferait de n’importe qui , un organisateur ou un contrevenant.

Ce n’est plus la prison, mais ça reste de la liberté conditionnelle, un régime de semi-liberté. C’est la Cour de la Prison; en somme une sorte de “prison hors les murs”, dans laquelle nous résidons tous.

La répression, d’une manière inconnue jusqu’alors, ne vise que l’organisation, et la capacité des acteurs sociaux d’organiser quoi que ce soit.

Bien entendu, il reste un “Social de guichet” , un “Social d’institutions fermées”, qui n’ont plus à s’inquiéter de leur impact ou de leur désertion . Les structures qui en ressortent, peuvent à l’envi, se dématérialiser, réduire leurs capacités, et renvoyer leurs bénéficiaires à la gestion de leurs problèmes, dans la mesure où ces derniers ne sont plus que des individus isolés, des indices, des chiffres , sans capacité de réagir.

Discréditer les acteurs sociaux

Le Social est ensuite massivement pénalisé, dans les mesures en cours, par l’impossibilité totale où sont les acteurs de se projeter. Ces derniers sont dans l’impossibilité d’annoncer quoi que ce soit à leurs publics. Ils sont sans ressources et sans voix.

Cette impossibilité de se projeter, ou de projeter un avenir, entame directement la crédibilité des acteurs eux mêmes. C’est la confiance que les publics pouvaient avoir à l’égard des acteurs sociaux, qui est ici attaquée .

Or, un acteur n’est social que lorsqu’il est autonome; et les acteurs sociaux , à ce jour, n’ont plus aucune autonomie possible. Ils sont rendus dépendants, affaiblis et ne représentent plus aucun recours.

On chercherait à couper les acteurs sociaux de leurs publics qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

S’en prendre aux actions innovantes en priorité

Et plus particulièrement, au cœur même de cette action sociale affaiblie, ce sont les structures innovantes, les pratiques nouvelles et émancipatrices qui sont le plus pénalisées. Car celles ci sont déjà privées d’infrastructures, de fonds de fonctionnement; et elles n’arrivaient à survivre qu’en recourant aux projets , qui sont aujourd’hui impossibles à établir dans un climat d’incertitude soigneusement organisé et maintenu, comme une chape.

Aujourd’hui le champ est entièrement libre pour les institutions et collectivité, pour tout fermer, pour refuser de s’investir de s’impliquer même dans ce qui ressort du domaine de leurs responsabilités les plus lourdes.

Le prétexte est tout trouvé; c’est en singeant un discours de responsabilité , d’urgence citoyenne, que ces mêmes institutions et collectivités peuvent déserter le front des urgences sociales , éducatives et même, au final… sanitaires.

Le même prétexte fonctionnera à répétition, car il permettra à ces mêmes institutions et collectivités de se présenter dans un second temps, si et lorsque la vague d’interdictions sanitaires trouve une fin, comme des victimes elles mêmes, sur un plan économique. Il sera tellement facile d’arguer d’autres urgences pour continuer de ne pas s’occuper du Social.

Les mêmes structures, institutions et collectivités, après avoir liquidé et démobilisé tous leurs moyens pourront se présenter comme étant dans l’incapacité de soutenir les actions urgentes et nécessaires, dont on dresse par ailleurs et complaisamment, la liste.

Une lueur…

Pour autant, les acteurs institutionnels, voire administratifs ne sont plus dupes des politiques qu’on leur fait mener. Ils s’en font encore les relais , mais ils ne peuvent s’empêcher de voir les désastres en cours et en préparation. Ils appliquent de mauvaise grâce , ou en tout cas avec mauvaise conscience , des consignes de plus en plus injustifiables face au Monde.

De sorte qu’une petite note positive reste encore possible: celle qu’après nous avoir mené au naufrage, on ne laissera peut être plus la barre à ceux qui nous ont mené là; celle qu’après l’avoir si durement attaqué, le Social apparaisse comme le seul avenir possible d’une société ravagée.

MARDI 6 AVRIL 2021

Atelier au bidonville du rond-point

Dès notre arrivée, les enfants sont nombreux pour nous aider à  installer le matériel. Une petite enfance est installée, avec Maïté et Penda, sur laquelle les enfants discutent autour de divers jeux. Un espace artistique est créé, avec Marie et Léa. Les jeunes laissent leurs talents s’exprimer sur la toile. D’un autre côté, il y a l’atelier boxe de Jeanne sur lequel les habitué.es se retrouvent pour se dépenser. Enfin, un parcours sportif est agencé avec Marie, Cassandre et Victor pour que petits et grands puissent s’affronter joyeusement. Même certains adultes ont participé !

Après un débarbouillage et un lavage de main, nous avons pu déguster un petit gouter fruité. A la semaine prochaine !

 

MERCREDI 7 AVRIL 2021

Atelier de Saint-Eloi

Super atelier à Saint-Eloi ! Nous faisons un quoi de neuf, un atelier philo et du mikado ! Aussi, Isabelle est là pour confectionner des herbiers avec les enfants intéressés ! Nous partons dans le petit bois de Saint-Eloi afin de cueillir une plante douce, une plante fragile, une plante qui pique, etc. Les enfants sont très amusés par cet atelier, qui mêle sensitif et observation. On termine sur un bon goûter ! A la semaine prochaine les enfants.

 

Atelier de Bel Air:

Quel beau soleil à Bel Air!

Une après-midi ensoleillé malgré les rafales de vents qui nous rafraichisse. Des enfants et jeunes très impatients de nous retrouver et de faire avec nous les activités promises. cette fois-ci, du soutien parascolaire et des activités autour des goûters sanitaires avec les mamans présentes.

Mais malgré tout cela les enfants nous demandent de faire des activités collectives, et en se partageant en petits groupes et en petits ilots, nous parvenons à faire des jeux qui redonnent le sourire et la joie sur leurs visage.

Nous arrivons enfin au moment du goûter et en partageant les enfants en deux groupes on arrivent a faire une bon distribution des gâteaux et à la fin des légumes et du cordon bleu a ceux qui le souhaitent car nous avons récupéré 150 repas a la cantine à distribuer. Les enfants sont contents , les familles sont ravies.

Un très bel atelier riche en émotion et en joie.

A bientôt!

 

Atelier au parc du château

Cette après-midi, nous partons avec Elvio et Evy (enfants participant habituellement au CLAS) qui nous donnent un coup de main pour charger et décharger le matériel.

Sur place, une petite enfance est installée : divers jeux d’éveil sont disposés, un coin kaplas, et un coin plus artistique où nous expérimentons la peinture avec un doigt. Le sac de boxe est aussi installé auprès d’un arbre, les enfants s’échauffent et s’entraînent. Plus loin, un atelier foot et ping-pong attire quelques enfants. Enfin, un atelier artistique comprenant des fils à manier est effectué. Cet atelier regroupe quelques parents qui peuvent donc se rencontrer et discuter.

Après avoir rangé le matériel, nous nous sommes divisés en deux groupes afin de prendre le gouter au soleil avec les enfants et leurs parents dans une ambiance conviviale. Au plaisir de vous retrouver la semaine prochaine !!

 

JEUDI 8 AVRIL 2021

Atelier à l’hôtel Astoria

Très belle après-midi à l’hôtel social Astoria, les enfants étaient enchantés de nous retrouver. Nous avons fait des œuvres collectives avec de la peinture et du collage. Petits, moyens et grands ont collaborés et cela nous a permis d’avoir un moment de concentration pour discuter tous ensemble. Anita a joué à des jeux de société avec les enfants, Penda a ravi les enfants avec l’espace petite enfance et Alex s’est bien dépensé avec les enfants.

Nous avons proposé un goûter à tous les enfants et nous nous sommes dit à jeudi prochain.

 

Atelier Skate Park

Aujourd’hui un atelier très agréable au skate park. On a mis en place des activités pour tous les goûts: du badminton, du foot, du tir à l’arc, mais aussi un atelier mosaïque pour réaliser des jolis cadres et une petite enfance. Les jeunes ont circulé entre les différentes activités proposés dans une ambiance très calme et joyeuse et ils ont pu profiter d’une équipe active et réactive à leurs propositions. Quelques parents est resté tout au long de l’atelier, ce qui nous a permis de faire leur connaissance.

Quand l’heure est arrivé pour le goûter, les enfants nous ont volontiers aidé à ranger le matériaux et après ils se sont assis avec nous en cercle sur le tapis. On a partagé un très beau moment avec eux, accompagné, ça va sans dire, par du chocolat chaud, des croissants et des clémentines. on s’est dit à la prochaine et on est repartis vers le local de l’association pour terminer notre journée.

Atelier au quartier de Massy

Aujourd’hui à Massy, nous venons plus tôt que d’habitude comme c’est les vacances. Nous accueillons des enfants que nous n’avions jamais vu avant, bien qu’ils habitent dans les tours juste en face ! Les vacances sont aussi une opportunité pour nous de connaitre ces enfants qui ne viennent d’ordinaire pas aux ateliers.

Mathias propose un jeu de motricité avec de petites balles avec lesquelles il fait jongler les enfants, tout en se faisant des passes. Djema propose une grande partie de foot, et Senad est à la petite enfance. Marie propose aux enfants un herbier à composer avec les plantes présentes dans le grand parc de la Corneille. Une plante douce, une plante qui pique, une plante claire, etc. Les enfants s’amusent beaucoup à ramener les plantes à Marie. On termine par un bon goûter sanitaire, où chacun est séparés en groupe. Nous mangeons des bananes et des croissants, trempés dans un bon chocolat chaud. A la semaine prochaine les enfants !

 

VENDREDI 10 AVRIL 2021

Antony Pôle

Atelier bien lumineux cette après-midi sur le bidonville d’Anthony ! Les enfants et ados étaient bien énergiques et heureux de pouvoir effectuer les différents ateliers présentés. Des ateliers sportifs et centrés autour de la motricité ont attirés de nombreuses personnes (badminton et parcours pour les plus jeunes). D’autres parts, certains jeunes ont pu se poser autour d’une table pour écrire différentes lettres de l’alphabet et ainsi poursuivre d’une certaine manière leur travail scolaire en cette semaine de fermeture d’école. Sur la petite enfance, des histoires sont lues, des questions sont posées (sur les couleurs, les animaux…) et on se plaît à écouter Laris raconter l’histoire du Vilain petit canard ! A la semaine prochaine !

 

Atelier à l’hôtel Balladins

Sous les rayons du soleil doux, nous étions à l’Atelier Baladin plus tôt que d’habitude.  Plusieurs ateliers étaient prévu mais le manque d’effectifs ne nous laisse d’autre choix que de réduire les ateliers prévu.  Afsatou et Annita responsabilisé la petite enfance bienveillante, tandis que Mathias et Senad occupaient l’atelier de footh.

Voici pour vous quelque petites images de nos activités d’aujourd’hui sans oublier le respect des distanciation sociale.

En espérant vous voir très prochainement avec nous.

 

 

Atelier de la Rocade:

Une très belle après-midi, bien ensoleillé et chaude car aujourd’hui aux activités, et en plus de ça , les enfants et les jeunes nous attendait très impatiemment pour commencer les activités avec eux. En espaçant bien les tables et les tapis et en créant des petits groupes mixtes nous démarrons les activités dans la joie et dans la bonne humeur.

Alvarine et Nicolae proposent une activité artistique autour de la création des cerf volant en laine, et les enfants sont ravis et très intéressé par l’activité. A côté les jeux de société fonctionnent bien et le tapis de la petite enfance et bien peuplé par des enfants en bas age et quelques mamans autour.

Avant de fini,r une petite partie de cache-drapeau en équipe pour calmer les esprit avant de faire le partage des goûter sanitaires par ages lors de la distribution du goûter.

Une belle ambiance et des enfants tous contents de nous retrouver.

A la prochaine!

Atelier au quartier de la Villa-Saint-Martin, Longjumeau

Aujourd’hui, nous étions à l’atelier du quartier VSM. Nous n’avons pas eu beaucoup de participant(e)s à cause du temps humide et quelques goutes de pluies sans cesse poursuivie pas le vent. Après quelque minutes d’installation passé sans les enfants, Nous avions finalement eu la chance de mettre en place quelque ateliers.  Les ateliers sont occupés et responsabilisés d’une part, par Senad et Léonnel au dessin, Nicolae à l’atelier de pétanque et Mathias à l’atelier du Foot.  Le temps sombre d’aujourd’hui ne nous a pas favorisé la prise des photos.

Atelier soutien scolaire au bidonville du rond-point

Aujourd’hui nous accueillons une bénévole sur notre atelier de soutien scolaire. Il s’agit de la sage-femme de la PMI de Longjumeau, qui vient bénévolement pour rencontrer les familles, et plus spécialement parler aux femmes du campement de leur contraception, et leur proposer des rendez-vous si elles en souhaitent un. La rencontre, facilitée par notre présence, se fait de manière bienveillante et les femmes nous parlent ouvertement de leur problème avec la contraception, mais aussi de leurs maux éventuels.

En parallèle, le soutien scolaire s’effectue sous la cabane qu’ont bien voulu nous prêter une famille. Les enfants se succèdent, fratrie après fratrie, pour continuer les devoirs données par les maîtresses avant les longues vacances qui se profilent. Nous offrons à Mario son propre cahier, qu’il accueille avec énormément d’émotion. Il prend beaucoup de plaisir à le remplir ! Après une belle après-midi studieuse, nous prenons le goûter en plein milieu du campement, en tâchant de ne pas s’agglutiner les uns sur les autres. A la semaine prochaine les enfants !

 

Atelier à l’hôtel social le Parthénon

 

 

Chaleureuse après-midi à l’hôtel social Le Parthénon. Nous avons pris des nouvelles de tous les enfants, des parents aussi. Des moments précieux pour faire le point sur la situation de chacun et chacune! Nous avons aussi beaucoup ri en jouant! Sofi, une enfant géorgienne a profité pleinement de l’atelier petite enfance, nous la voyons grandir de semaines en semaines.

Atelier de Bel Air

Un très bel après_midi aujourd’hui au quartier de Bel-Air. Malgré la pluie, on a pu profiter d’une ambiance festive et chaleureuse avec les jeunes qui nous rejoignent comme d’habitude sur notre atelier du samedi. On ne s’est fait rien manquer: jeux de sociétés (djenga et mime), mais aussi du sport (foot et boxe) et un atelier dessin. On a terminé notre après-midi avec un goûter de bananes et chocolat chaud… et aussi des croissants pour les plus gourmands!

A la prochaine!

Sur-communiquer

Sur-communiquer

En Pédagogie sociale, nous pratiquons “la Sur-communication” ; cette sur-communication consiste dans un effort particulier, régulier et appuyé de communication bien au delà de ce qui se pratique dans les situations sociales de la vie ordinaire.

La sur-communication , pour les pratiques de Pédagogie sociale, est caractérisée par des engagements, des postures, des habitudes de travail que nous pouvons spécifier.

1- La sur-communication n’est pas la sur-information

Nous vivons dans un environnement sur-informé. Nous sommes débordés par une multiplicité de sources d’informations, déliées entre elles; à charge pour chacun d’en faire la synthèse.

Ces informations perpétuellement disponibles, mais également orientées agissent sur nous sans que nous en soyons les auteurs , et si rarement les émetteurs.

Leur effet est démobilisateur; nous ne sommes que les récipiendaires , les récepteurs, les usagers de ces informations qui nous traversent .

Or, paradoxalement, l’information et surtout la sur-information, nuisent à la communication et à la capacité de communiquer; nous confondons couramment ces deux domaines et nous pensons souvent communiquer en relayant des informations que nous prenons ici, ou là, mais qui ne nous expriment en rien, ne nous impliquent en rien… et qui au final , ne nous apprennent pas grand chose.

2-La sur-communication est tout sauf naturelle.

Telle que nous la concevons, la sur-communication que nous pratiquons est un effort, quelque chose qui coûte et qui ne nous vient ni spontanément, ni facilement. Dans nos vies quotidiennes, nous équilibrons nos communications; nous avons tendance à équilibrer ce que nous donnons , avec ce que nous recevons dans ce domaine. On ne sera pas étonné que, en Pédagogie sociale, on penche vers la dissymétrie. Il s’agit de communiquer sans retour, de communiquer sans condition, de communiquer sans certitude d’être entendu, de communiquer par principe.

3- la sur-communication dépasse la question du doute

Souvent, dans notre vie, nous nous demandons si ça vaut la peine, de dire ceci ou cela; nous avons tendance à limiter volontairement notre communication car nous sommes en attente de signaux ou d’indicateurs de la pertinence de ce que nous aurions à dire. Dans le cadre de nos pratiques, le doute joue autrement. Nous le voyons plutôt comme un indicateur d’opportunité. Si nous nous demandons si ça vaut la peine de dire ceci ou cela, le seul fait qu’il se pose la question , indique au pédagogue qu’il faut le dire. Nous pensons que ce n’est pas par hasard que la question s’est posée , que l’idée ait germé de pointer ceci ou cela, d’aborder tel thème. Le seul fait de douter , plaide en faveur de la nécessité de transmettre.

4- La sur-communication contribue à la sécurité globale de nos relations

Sur-communiquer met à l’abri; sur-communiquer protège, à la fois contre le ou les doutes, à la fois contre les peurs. La pratique de la sur-communication rassure et apporte la confiance dans la continuité même de nos relations et de ce que nous mettons en place. Ce n’est pas un cadre, c’est un pacte qui assure aux bénéficiaires, la certitude d’être pris en compte, dignes d’être informés.

5- la sur-communication est un principe général de toutes nos activités

La sur-communication n’est pas une chose qui serait réservée à nos bénéficiaires et qui ne nous concernerait pas. Cela n’aurait aucun sens en Pédagogie sociale. Une sur-communication orientée seulement sur les bénéficiaires pourrait être taxée de condescendance , mais plus encore serait inefficace si elle ne concernait pas en même temps notre propre équipe de professionnels et volontaires.

Nous pratiquons donc la sur-communication entre nous. Elle est une base de notre professionnalité. C’est le sens même de tous nos multiples briefings, de-briefings et “réunions debout”, quotidiens. Nous devons sur-communiquer sur tout; que ce soit sur les problèmes de nos camionnettes, que de ce qui se passe dans le quartier ou de nos doutes et suggestions par rapport à notre préparation, notre organisation. C’est la base de l’identité et de la fonctionnalité de notre équipe et donc aussi de notre travail.

6- Entre pédagogues, le principe de “communication acquittée”.

Entre nous, cependant nous ajoutons quelque chose à cette pratique communicationnelle: c’est l’acquittement. Toute information transmise, suggestion, ou consigne doit s’assortir d’un “retour”. Ce retour nous assure à la fois de l’efficacité de la transmission et en même temps de sa compréhension pour agir.

Ce que la sur-communication permet

En Pédagogie sociale, nous nous adaptons en permanence au Hasard, à l’imprévu, à ce qui arrive. Nous sommes disponibles, atteignables, adaptables, par principe.

Cette ouverture à l’imprévu nécessite une préparation, une véritable discipline, sinon nous serions désemparés et sans recours.

Ce qui nous permet de réagir à bon escient, au demeurant , c’est justement cette capacité que nous avons à communiquer entre nous sur tous les sujets, y compris ceux qui paraitraient à d’autres, secondaires. Cela nous met en mesure d’être toujours prêts, d’avoir “un coup d’avance” sur ce qui arrive; de ne pas être sans défense au contact, comme nous les sommes des réalités les plus dérangeantes.

Atelier rond-point

Grosse équipe cette après-midi qui décolle pour l’atelier hebdomadaire sur le bidonville du rond-point ! A peine sommes-nous arrivé.es que les enfants accourent en nombre pour nous aider à installer les ateliers :

Une grande petite enfance, animée par Ine et Anaïs, sur laquelle sont proposés des origamis, des jeux de transvasement, des livres sensitifs, et des jeux de constructions. Un atelier artistique, mêlant les plexis et la peinture, animé par Marie et Léa. Les œuvres sont exposées durant tout l’atelier et redistribuées après le goûter.

Jeanne a pu poursuivre son atelier boxe : à sa grande surprise, les habitant.es du platz ont accroché leur propre sac de boxe. Enfin, Maïté et moi animons le parcours avec des jeunes et moins jeunes pour finir avec une série de petits jeux que les enfants adorent.

Un petit atelier lavage de mains et débarbouillage s’est effectué avant de prendre le goûter sur les tapis, abrités du soleil par un parasol déplié par les habitant.es ! Moment chaleureux qui regroupait certaines mamans avec leurs enfants ainsi que quelques adolescents. Avant de partir, nous avons bien sûr rappeler l’évènement spectacle de ce samedi avec la troupe Aven Savore !!

 

MERCREDI 31 MARS 2021

Atelier au quartier de Saint-Eloi, Chilly-Mazarin

Magnifique atelier au quartier de Saint-Eloi aujourd’hui ! Les ados sont présents en force pour faire de la peinture aujourd’hui. Nazarina, Alin et Kardiatou s’installe sur les tapis et se fabriquent leur propre table en brique de carton pour pouvoir peindre, car l’atelier peinture n’a plus assez de place pour accueillir tout le monde. Idem pour la poterie, où la participation est dense. Cela fonctionne toujours très bien sous la houlette de Rosy, qui nous fait le plaisir d’être là avec sa fille Meena ! Les impressions en peintures s’accumulent sur le fil tendu entre deux arbres, les œuvres sont très recherchées et les enfants comprennent que si l’on veut imprimer un message correctement, il faut peindre les lettres… à l’envers ! Sinon, cela ressemble à du russe… Maïté accueille une dizaine d’enfants sur le grand tapis pour son atelier philosophique. A l’ordre du jour, plusieurs questionnement piochés aux hasard dans la boîte à questions, comme par exemple : “Si nous étions tous pareils, le monde serait-il meilleur ?”. Djema propose une grande partie de football, qui suscite toujours beaucoup d’énergie chez les enfants. Quant à Senad, il tire le portrait de plusieurs enfants dans la petite forêt en bas. On termine sur un bon goûter calme, et on se dit à la semaine prochaine !

Atelier du parc du Château à Chilly Mazarin:

Une très belle après-midi, bien ensoleillé et très chaude nous offre aujourd’hui la possibilité de faire une “Chasse aux œufs” au parc du château.

Dés notre arrivée nous sommes super bien accueilli par les enfants et les parents que nous avons l’habitude de voir et de revoir à chaque fois quand on fais nos activités. Un monde fous étaient présents dans le parc et ont pu participer aux différents activités proposées. Un bel tapis d’éveil avec plein des jeux et des enfants et parents qui s’approchent et qui reste avec nous tout au long de l’activité. Les parents sont très contents et les enfants sont super enchantées de jouer avec nous. A côte de la petite enfance Nicolae déplie les table pour faire dessiner aux participants le lapin et les œufs dorées et bien adorées avant la chasse aux œufs. plus tôt à notre arrivée avec Alexandre et Nicolae ont a placer les énigmes et les œufs en chocolat pour la fameuse chasse au trésor.

Jeanne déplie le badminton et s’apprête a lancer une partie-concours avec les jeunes filles, dans la joie et dans les fous rires.

Quelques temps plus tard Nicolae et Alex réunisse tout le monde pour lancer la chasse aux œufs en partageant en quatre groupes : Les Génies, les Merveilleux, les Dominos et les Badmintons, afin de lancer une partie endiablé de chasse au chocolat dans le parc.

Une très belle ambiance règne tout au long de la partie et les enfants prennent beaucoup de plaisir et de joie en participant à la chasse aux œufs. Les meilleurs ont pu montrer leurs talents en répondants aux énigmes et en trouvant les cachettes et tout au long du parcours ont pu retrouver des petits œufs en chocolats pour leur plus grand plaisir.

Au moment du goûter, on à passée un moment très agréable dans la joie et dans la bonne humeur tout en partageant avec petits et grands, jeunes et parents un bon goûter bien mérité et rafraichissant.

A la prochaine!

Atelier au jardin de Bel-Air

Aujourd’hui nous avons passé une très belle journée au jardin de Bel-Air!

Il faisait 26 degrés, le soleil brillais très haut dans le ciel bleu! Nous avons installé les tapis à l’intérieur de l’enclos du jardin, les plus petits se sont de suite installés, pour pouvoir continuer les histoires de Monsieur Lapin, commencés la dernière fois. Ils ont continué à créer des belles constructions pour le lapin avec les briques en cartons, en lui préparant aussi des repas sublimes grâce à la dînette.

Autour d’une table à côté, un autre groupe a réalisé des super attrape-rêves, en utilisant des vieux CD, des la laine, des perles… alors qu’en même temps, un autre groupe d’enfants s’occupait du jardinage, en plantant des laitues et en arrosant les plantations.

En dehors de l’enclos du jardin, les enfants ont pu profiter des activités sportives: du foot et de la boxe!

Nous avons terminé la journée en partageant tous ensemble un super goûter et… en dansant!

A la semaine prochaine,

Francesca

 

JEUDI 1 AVRIL 2021

Atelier au quartier de Massy

Bel atelier aujourd’hui ! Confection de poissons d’avril avec les plexiglas, on en imprime des dizaines et des dizaines à découper puis scotcher sur le dos de son copain. On rigole bien, puis on va jouer au foot, au UNO et à la petite enfance : briques en cartons, tunnel pour des balles colorées, kaplas…

On termine par un bon goûter, sans oublier de se dire à tout vite !

 

Jeudi 1er avril 2021

Atelier de Skate-Park

Nous avons engagé un atelier très complet en mobilisant un grand nombre de génération. La petite enfance a proposé un panel très large d’activités ludiques, des tunnels, une cuisinière et ses ustensiles, des cubes souples pour les plus petits, des assemblages de legos géant et de tapis puzzle. Nous avons mis en place une activité tir à l’arc double qui a engagé des très petits jusqu’à des jeunes hommes et jeunes filles. A côté des minis trottinettes assistées des adultes ont permis à des très jeunes filles d’être prises en mains ; ces mêmes filles qui n’ont plus l’âge de jouer à la poupée et qui veulent participer à d’autres activités que de dessiner. Le badminton a permis aux adolescents présents jeunes puis moins jeunes de prendre le terrain du badminton ainsi que du terrain de foot. Tous les enfants, les jeunes, les adolescents tiraient d’un camp comme  de l’autre de la corde de force, tandis qu’ils ont voulu continuer plus loin en tirant encore et encore. L’activité dessin avait pour but d’attirer des jeunes désirant leurs portraits, grâce à un grand dessinateur présent sur cet atelier. Nous avons mis en place un gouter double, d’un côté les adolescents et jeunes hommes, de l’autre les petits et les plus grands. Chaque enfant s’est proposé spontanément afin de faire la distribution des gobelets, des jus, des gâteaux, des compotes, des Smarties, de l’eau. Le billard en bois a regroupé les mêmes habitués tandis que des jeunes se sont mis à pleurer après avoir perdu. Il a fallu faire de la pédagogie et leur faire prendre conscience des choses graves et de celles sans importances.

Atelier a l’Hotel Sociale L’astoria

Le soleil est à 24 degrés aujourd’hui, nous allons donc profiter de nos activités à l’extérieur.

Bienvenue à l’astoria
Au menu de nos activités
ping pong comme entrée en matière sur un lit de badminton.
En guise de plat principal, vous trouverez sur nos tapis l’espace pour les tout-petits, avec des blocs, des legos, des livres et un tapis puzzle.

Pour le dessert, il y a une activité créative pour les poissons d’avril.

Et tout cela accompagné d’une belle musique et d’une petite danse.

Avant la fin de l’activité, vous pouvez rejoindre les enfants sur le tapis pour un goûter et un jus de fruit.

Une activité savoureuse et nous sommes de retour la semaine prochaine.

ps : les photos ont été dessinées par les enfants.

Proença Alvarine

.

Les photo de l’atelier on es ete pris par les enfants de l’atelier

VENDREDI 2 MARS 2021

Atelier au bidonville “Antonypôle”

Comme chaque vendredi nous partons au bidonville Antonypôle et nous y retrouvons une bonne trentaine d’enfants. Nous avons prévu plusieurs activités : la boxe, les livres pour enfants, les kapla, le tissage de bracelets, et le parcours sportif qui a beaucoup de succès. Les enfants courent, se faufilent dans un tunnel, sautent dans des cerceaux, rattrapent des balles, tapent dans des cibles… Une fois bien essouflés, ils peuvent venir s’étendre sur des tapis, écouter une histoire, regarder des images, reconnaître des lettres et des mots, et lire pour quelques-uns. Certains et certaines préfèrent le hoola-hoop, ou la peinture. Autour de la table à dessin il y a beaucoup de confidences, et partout on se dépense joyeusement au soleil. Les enfants nous aident à ranger et à tout remettre dans le camion. Ils font de grands signes de l’autre côté de la route, font une chaine pour nous empêcher de sortir : on a bien du mal à se quitter !

Atelier à l’hôtel social Balladin

Aujourd’hui bel atelier à l’hôtel social Balladin!

Les enfants étaient déjà en train de jouer dehors dans la cours, et ils nous ont accueilli avec beaucoup de joie, en courant vers le camion. Quelque maman nous a rejoint aussi, en s’installant avec nous sur les tapis, posés pour permettre aux enfants les plus petits de jouer.

Accompagnés par la musique, les enfants ont profité des jouets sur les tapis : de la dînette, des briques en carton, des livres, des peluches et plusieurs personnages!Pas loin du coin petite-enfance, un deuxième groupe s’est amusé en se défiant à plein de jeux de société et de plateaux! En même temps, un autre groupe a profité d’une table pour pouvoir dessiner, mais aussi apprendre les techniques sur comment dessiner le corps humain!

Nous avons terminé l’atelier en partageant un bon goûter tous ensemble!

A la semaine prochaine!

Francesca

Rocade

aujourd’hui nous avons passé une belle journée dans le petit parc de Rocade où nous avons joué avec des enfants.
Au programme d’aujourd’hui, la peinture sur tissu satiné et l’effet du noir et blanc.également présent aujourd’hui, usine de vêtements : fabrication de robes pour poupées, donc apprendre à coudre et à couper / tricoter mais aussi pour nos tout-petits de gros blocs de carton et de Lego où ils peuvent construire des tours ensemble. Et enfin des jeux en cercle, comme le jeu de l’espion, le jeu de cache-cache, le jeu du ninja.

Après une si belle journée, il est temps de manger un biscuit et de boire un délicieux lait au chocolat sur le tapis, puis de dire au revoir à nos charmants enfants.
Et jusqu’à la semaine prochaine

ps: Toutes les photo de l’atelier on été prise par les enfants ^^

Proença Alvarine

SAMEDI 3 AVRIL 2021

Atelier de la villa St. Martin:

Aujourd’hui au menu: Chasse aux œufs!

Les enfants comme toujours, bien présents et impatients de démarrer cette chasse aux œufs, qui s’annonce très chocolaté. Mais appart cela, un parcours du combattant leurs est préparé par Alexandre et Alvarine pour les chauffer à la chasse au trésor chocolaté. Nicolae après avoir passe une bonne demi heure avec les petits sur l’activité créative, en annonce le début de la chasse aux oeufs , pour le plus grands plaisir des présents. Une fois que les équipe sont faites l’aventure commence et dans la joie et dans la bonne humeurs et la rigolade, ils commencent à chercher partout le trésor caché du pirate Robinson!

Les plus douées ont pu profiter de leurs parcours du chocolat trouver et caché un peu partout sur la plaine, en se montrant très intelligents. La fin de la chasse aux œufs arrivent vite à sa fin et tous ensemble on partage un bon goûter bien riche en sucre. Le plus malins ont eux une “Poule aux œufs en chocolat”, et les plus douées ont trouver le trésor du pirate Robinson.

A plus!

Nicolae

Atelier soutien scolaire au bidonville

Aujourd’hui au soutien scolaire au bidonville du rond-point, nous sommes passées dire un mot aux familles afin de vérifier que tout le monde avait la bonne information : suspension des cours jusqu’au 26 avril, et de fait, trois semaines à passer au camp. Cela signifie pour les enfants du bidonvilles, plus de classe, plus de cantine, aucun contact avec l’école. Notre présence éducative est d’autant plus nécessaire en cette période compliquée. Nous avons eu la bonne surprise de voir aujourd’hui les pochettes de devoirs de vacances concoctées par les professeurs de l’école du Château. Pour les autres, nous lisons des livres données par les maîtresses, ou nous nous entraînons à l’écriture et à la reconnaissance des syllabes.

Nous fonctionnons par petits groupes, et le calme règne relativement bien. Florin nous épate par sa lecture de mots à plus de 4 syllabes, comme par exemple “multitude”. L’histoire, il la comprend car elle le fait beaucoup rire : il explique à Marie ce qu’il comprend à chaque page. Nous terminons l’après-midi sur un bon goûter, à la semaine prochaine les enfants !

Atelier à l’hôtel social Parthénon

Aujourd’hui nous avons passé une super journée à l’hôtel social Parthénon!

Les enfants nous attendaient dehors, heureux de nous retrouver. Nous nous sommes amusés autour d’un parcours sportif et de motricité, les enfants se sont divisés en deux équipes et se sont défiés sur des jeux de précision et d’agilité.

A côté, les plus petits ont profité des tapis d’éveil, d’un tunnel de motricité, de livres sensoriels, de dînette et des Lego mais aussi d’un espace dédié à la créativité!

Autours d’une table, avec un groupe de mamans, nous avons pris le temps d’échanger sur de thèmes variés: l’école, les dernières annonces gouvernementales… Nous avons pu nous éloigner des thèmes d’actualité pour parler aussi de leur vécu et de leurs histoires.

Nous avons terminé la journée avec un bon goûter partagé, entre enfants et mamans!

A la prochaine,

Francesca

 

Atelier a jardin bel air

Nous avons passé un bel après-midi à Bel Air aujourd’hui.

Les enfants ont travaillé ensemble dans le jardin. En plus de travailler dans le jardin, les enfants ont également eu l’occasion de fabriquer des bracelets et des colliers. ils ont profité au maximum de cette opportunité. tout le monde s’est réuni autour de la table et a réalisé sa propre création.

Ensuite, nous nous sommes réunis en deux groupes pour déguster des gâteaux et des boissons, une belle conclusion à un après-midi amusant !

Nous avons apprécié.

A la prochaine

Ine

Des murs partout!

Des murs partout!

Un Monde ouvert?

On nous l’avait annoncé avec triomphe ! Nous vivions dans un monde ouvert , sans murs et sans limites. Les murs appartenaient à un passé lointain et ténébreux de confrontations idéologiques entre pays enfermés.

Dorénavant, la terre entière nous était ouverte; les frontières devaient disparaître; la libre circulation devenait la règle, que ce soit celle des marchandises, des bénéfices et des hommes.

Et puis voici que dans ce monde sans limite, sans entraves, les murs se sont mis à pousser de tout côté comme des champignons.

Des murs comme s’il en pleuvait!

Des vrais murs d’abord, entre les zones fortunées et les zones infortunées des mondes et des peuples. On a érigé des clôtures, des limites entre les quartiers populaires et les quartiers favorisés.

On a transformé les murs en forteresse pour que les hommes infortunés ne puissent plus les franchir. On a clôturé les bidonvilles, les quartiers pauvres .

La forme des murs est devenue multiple. Il y a les murs réels , d’abord comme ceux de Gaza , ou de la frontière mexicaine.

Mais les murs virtuels, informels , ont proliféré: à coup de vidéo-surveillance, de contrôles policiers, on a érigé des murs invisibles. Tout aussi efficaces; d’autant plus redoutables, qu’ils sont censés ne pas exister.

Les murs qui rassurent

Emmurés, les groupes et les publics exclus doivent avoir en plus le sentiment de s’être enfermés tout seuls , par leur propre faute ou à cause de leurs propres manquements.

Les murs invisibles dorénavant se dressent de tous côtés: entre nous et les autres, avec la distanciation sociale; entre nous et nous mêmes, avec le repli sur soi; entre nous et la société avec l’injonction à ne devoir plus nous préoccuper que de nos propres faillites.

Les murs poussent entre nous et la compréhension du monde. Coupés de l’extérieur et des autres groupes, nous ne comprenons plus le monde qui nous arrive que par les interprétations toutes faites, que nous servent jusqu’à l’écœurement les médias et les réseaux sociaux.

Et voici que l’actualité s’emballe; on nous enferme dorénavant dans nos propres murs. Nos sorties sont limitées. Le monde extérieur n’est plus perçu que comme un “espace de balade”, c’est à dire comme un environnement sans qualité , sans identité , sans potentialité. Un simple espace récréatif de circulation, sans regroupement, ni occupation, et encore moins à habiter.

Nous grandissons dans des murs; ces murs sont bâtis par ceux qui nous aiment, comme autant par ceux qui souhaitent nous contrôler. Ces murs sont érigés au nom de notre sécurité: sécurité intérieure, policière ; ou sécurité sanitaire …

Détruire les murs

Qui pourra démolir des murs que nous ne voyons pas? Qui pourra empêcher que selon la prophétie des Pink-floyd, nous devenions juste d’autres briques dans le Mur ( “Just another brick in the wall” ! )

Les premiers murs que nous avons à abattre sont EN NOUS; ils sont dans nos têtes; dans nos empêchements d’agir; dans notre propension à obéir, à anticiper les interdits, les réserves; à abandonner toute prise de risque.

Les seconds murs que nous avons à abattre , sont ENTRE NOUS; ce sont nos défiances, nos préjugés, notre passion des oppositions, des distinctions, des exclusions. Ils sont dans les mise à distance réelles, symboliques , culturelles et sociales, auxquelles nous consentons par paresse, facilité, habitude ou plus simplement encore parce que nous avons peur.

Enfin les troisièmes et derniers murs que nous avons à abattre sont CONTRE NOUS; ce sont nos cages, nos quartiers, les ghettos dans lesquels nous sommes confinés.

Les murs sont des portes closes à ouvrir, comme celles des lieux sociaux et de culture , fermés, barricadés contre leur public ou contre les habitants; espaces sous- employés du social , bâtiments neufs, salles magnifiques et vides, protégées de la fréquentation du monde.

Sites monopolisés par des entités économiques, sociales , culturelles, qui se réduisent à leurs enseignes. Locaux collectifs maintenus soigneusement fermés au public. Infrastructures à but décoratif…

Il faut ouvrir, rouvrir , toutes les portes qui nous manquent.

Les murs sont des portes qui s’ignorent.

MARDI 23 MARS 2021

Atelier du bidonville du rond-point

Super atelier au rond-point, au programme aquarelle, petite enfance (dînette, jeux de construction en carton), parcours combattant et boxe ! L’atelier se déroule avec en fond une musique de manélé magnifique. Les enfants sont heureux de passer l’après-midi à travailler avec nous. On prend un bon goûter dans le calme, pendant que Marie distribue les magnifiques peintures “pollockiennes” des enfants. A la semaine prochaine !

 

MERCREDI 24 MARS 2021

Atelier au quartier de Saint-Eloi, Chilly-Mazarin

Sous le beau soleil printanier, nous nous rendons comme tous les mercredis au quartier de Saint-Eloi, où nous retrouvons aujourd’hui une trentaine d’enfants motivés ! Mosaïque avec Marie : création de cadre pour une belle photo de groupe prise par Thomas B. lors de nos nombreuses séances de stree-art ou de “Quoi de neuf ?”. Les ados se prêtent à l’exercice durant tout l’atelier, leur patience et leur créativité a tellement évoluée ! Leur progrès sont impressionants. Maïté propose son habituel “Quoi de neuf”, qui se transforme peu à peu en jeu de société puis en mosaïque avec les petits sur le grand tapis. Les tout-petits font preuve d’une grande patience, et surprennent Maïté par leur habileté à écrire leur prénom en lettres attachées. Alvarine quant à elle propose des jeux collectifs géants ! Les enfants aggrandissent leur terrain de jeux au quartier entier, faisant des caches-caches, des “citron citron” pour apprendre à mieux se connaître. Kévin et Senad proposent tir à l’arc et pétanque, ce qui rencontre aussi un certain succès auprès des enfants. Rosy est là aujourd’hui : elle scultpe le portrait de Wayat et de Malek, et commence à parler aux enfants de l’exposition qu’elle souhaite faire dans une belle salle à Chilly-Mazarin, où tous les enfants de l’atelier de Saint-Eloi seront invités ainsi que les membres de l’association ! Le goûter se déroule dans une ambiance calme et apaisée. A la semaine prochaine les enfants.

Atelier au Parc du Château, Chilly-Mazarin

Aujourd’hui nous nous rendons au parc du château accompagné d’un beau soleil, nous avons eu la chance d’avoir énormément d’enfants motivés ainsi que les mamans très contentes de nous voir un mercredi de plus ! Mathias et Lisa ont fait une très belle petite enfance avec 5 ou 6 enfants rempli d’enthousiasme et d’imagination pour faire un grand château avec des briques en carton; Jeanne occupait l’atelier badminton avec 3 ou 4 enfants qui ont motivé les adultes à faire une partie avec leurs enfants; Djema qui était au football avec mohammed, a fait des jongles et des passes avec 3 petits enfants malgré la chaleur. Un atelier qui a très bien marché aussi; Mathias, rempli d’énergie, nous a rejoint ensuite au football et a même impressionné les enfants avec des saltos arrière. Nous terminons cette magnifique après-midi avec un gouter en mettant les enfants en rond sur le tapis. Nous avons apaisé les enfants avec une très belle chanson de Mathias qui nous a permis de poursuivre le gouter paisiblement et dans la joie.

Atelier au quartier de Bel-Air

Aujourd’hui nous avons installé nos activité dans le jardin de Bel-Air!

Les enfants étaient très contents de pouvoir investir cet espace, et de pouvoir faire des atelier dans l’enclos du jardin. Un petit groupe d’enfants a profité du soleil pour pouvoir travailler la terre: ils ont ainsi planté des fraises, des haricots et ils se sont amusés à jouer autour des plantations.

Autour d’une table pas loin, un deuxième groupe a créé de belles oeuvres grace à l’atelier de peinture sur soie! Certains adolescents, qui avaient pas envie de peindre, se sont regroupés pour jouer avec des jeux de société: du Uno, du Time’s Up et le jeux des 7 familles!

Les plus petits se sont amusés sur les tapis, en créant les histoires de monsieur Lapin, un petit lapin rose en peluche. Ils sont partis en voyage avec lui, à la plage, à la montagne… Un plein d’aventures!

Nous avons terminé l’après-midi en partageant un bon goûter, à base de jus d’orange, gâteaux et compôtes!

A la semaine prochaine,

Francesca

 

 

Atelier Skate Park

Notre équipe était composée de cinq personnes ( FATOUMATA MOHAMMED SENAD MATHIAS PENDA)

Lorsque nous sommes arrivé.es sur l’atelier, les enfants nous attendaient.

Un premier atelier de jeux de société a été proposé par Senad. Un second autour de la couture géré par Fatoumata aux côtés d’une petite enfance animée par Penda. Et enfin, un atelier plus sportif réunissant deux activités : La boxe et le tir à l’arc.

Lors du goûter, nous avons partagé des contes et chanté des chansons pour un retour au calme. Les enfants sont repartis avec le sourire.

Vous pouvez vous faire une idée de nos activités à travers ces quelques photos.

A la semaine prochaine !!

[gallery] shortcode not found inside [smart-grid][/smart-grid] shortcode

 

Atelier à l’Astoria

Nous prenons la route à 15h30 pour installer les Ateliers, et attendons que les enfants rentrent de l’école. Pendant ce temps, Riva et son frère Riyan participent à l’atelier « contes improvisés ».

Dès que la jeunesse jaillit, l’énergie s’embrase soudainement. Les plus jeunes se retrouvent à la petite enfance pour y construire maisons, parkings, tours pour y faire vivre des personnages. Cela accompagné par une grande dînette participative !!

Un Atelier créatif était aussi proposé avec poscas, gommettes, collage et feutres. Des œuvres en 3D ont été concoctées en guise de cadeau pour deux maîtresses ! Enfin, les plus grands ont pu se retrouver autour d’un jungle speed.

A la semaine prochaine !!

[gallery] shortcode not found inside [smart-grid][/smart-grid] shortcode

 

Vendredi 26 mars 2021

ATELIER AU BIDONVILLE “ANTONYPôLE”

Comme tous les vendredis nous partons partager un morceau de l’après-midi avec les enfants du bidonville Antonypôle. Ils sont très nombreux et de plus en plus enthousiastes face à nos interventions : dès qu’ils aperçoivent le camion, ils courent à notre rencontre, nous aident à porter le matériel, réclament des câlins… Aujourd’hui nous avions prévu plusieurs ateliers : l’atelier “cadres” avec Chiara, Cassandre, Alvarine et Nicolaé a eu beaucoup de succès, car nous avions apporté des photos des enfants et de leur famille, et nous les invitions à réaliser un cadre en carton et mosaïque, et à les garder. Les familles étaient ravies d’avoir une photo d’elles à afficher dans la maison, et les enfants qui participent à l’atelier se sont montrés très concentrés et minutieux !

Pendant ce temps, Jeanne animait des parties de ping-pong et Alexandre s’occupait des plus petits, qui ont joué à se déguiser et à voler comme Superman. Quand l’excitation fut à son comble, et que les jouets commencèrent à voler eux aussi, on a décidé qu’il était de prendre le goûter, et de retrouver un peu de calme. On se serre les uns contre les autres, on chante des chansons, on vérifie que tout le monde a reçu sa part et on aide les plus petits à déguster…

Atelier à l’hôtel social Welcome

Aujourd’hui bel après-midi à l’hôtel social Welcome!

Malgré le vent, nous avons choisi d’installer quand même les tapis et de créer des petits îlots d’activités au sol: d’un côté le coin dédié aux plus petits, avec des legos, des briques en carton, des voitures et plein d’autres jouets, de l’autre un coin artistique.

Nous avons pu réaliser plein d’avions, bateaux et canards en papier, qu’on a ensuite décoré avec des perles. Peu loin, une partie de notre troupe de chant et danse tziganes, Aven Savore, a mis en place un super atelier de danse. Les enfants se sont amusés a apprendre des chorégraphies, et les danseurs ont découvert des véritables talents!

Avant de passer à un moment plus convivial, nous avons fait une petite séance de sport en musique! Les enfants étaient très contents, ils ont profité du moment! Nous avons terminé l’après-midi avec un bon goûter!

À la semaine prochaine,

Francesca.

Atelier au Rocade

Nous somme le mercredi 26 03 2021

Sous le ciel bleu éclairé, nos activités on commencés au Rocard par une équipe composée de :

Senad au tire à l’arc, ChristeLaure à la petite enfance , Mathias au footh, Ine à l’atelier créatif et décord, Fatoumata à l’atelier de la couture, accompagnée une heure plus tard par l’arrivé de sa coéquipière Penda.

Toute l’équipe remercie Penda d’être parmi nous, malgré ces occupations personnelles.

Nous avons donc finir nos activité par un gouter séparé en deux groupe. Le groupe des adultes et adolescents juste à côté du groupe des petits autour d’une histoire raconté par Mathias sur le son des chanson des enfants afin de d’apaiser l’agitation de l’énergie avant le gouter.

[gallery] shortcode not found inside [smart-grid][/smart-grid] shortcode

 

SAMEDI 27 MARS 2021

CLAS au bidonville du rond-point, Chilly-Mazarin

Superbe atelier CLAS avec Jeanne, Ine et Marie aujourd’hui : au programme, on continue les révisions de maths (additions, soustractions et multiplications), l’apprentissage de l’écriture et de la lecture, et on apprend à faire des pliages avec du papier magasine sur les tapis. Les enfants sont comme toujours très nombreux et motivés pour travailler avec nous. Les bateaux en papiers s’amoncellent sur le tapis avec Ine, à la fin au “pôle” maths, on a envie de respirer un peu donc on fait des dessins et des cadavres exquis, ce qui fait beaucoup rire Alexandro et Senti. Côté lecture, c’est très studieux, on revoit les cours appris à l’école ! Les enfants veulent tous nous aider à ranger les cagettes dans la voiture, puis on retourne sur le lieu de l’atelier pour prendre le goûter. On se dit au revoir, et à samedi prochaine les enfants !

Atelier à l’hôtel social Parthénon

Aujourd’hui super atelier à l’hôtel social Parthénon!

Nous sommes arrivés avec une super équipe et nous avons mis en place nos activités. Une fois terminé, nous sommes parti appeler les familles, ils étaient très contents de nous revoir!

Les enfants sont arrivés nombreux sur les activités. Les plus petits se sont amusés sur les tapis. Ils ont pu jouer avec des briques en carton, de la dînette, des voitures… et nous avons lu des belles histoires ensemble!

Peu loin, un deuxième groupe a profité des jeux sportifs. Ils se sont amusés en jouant au foot, mais aussi avec la boxe!

Un autre groupe a participé à des super jeux de motricité, accompagnés par des belles chansons. Une qui ne peut jamais manquer: la “Souris Verte”!

Nous avons terminé la journée en partageant un bon goûter, comme d’habitude.

A la semaine prochaine,

Francesca.

Atelier à la Villa Saint-Martin

Bonjour à tous alors aujourd’hui après-midi nous étions présent a la Villa Saint Martin (VSM) !

Comme atelier nous avions le parcours réalise par Lisa et Alex avec des jeux comme saut dans sac à patate, tir à l’arc, slalom et galipette.

Petite enfance toujours présente sur le tapis, lego, livre, poupée, briques en cartons avec lesquels les enfants ont pu jouer et s’en donner à cœur joie

Atelier de créations panier de Pâque fabriqués en tissage de papier. Même les parents ont participé à l’atelier.

Aussi nous avons quelques jeux libres tels que pingpong, jeux de pédale …

Pour clôturer notre fin d’après-midi :  goûter sur le tapis ! Au menu : chocolat chaud et pain au chocolat, entre enfants de toute-âge et parents. Les enfants ont aussi reçu leur diplôme de participation au parcours !

 

 

Atelier de Bel-Air

Un très bel après-midi ensoleillé à Bel-Air aujourd’hui. on en a profité pour travailler le jardin et le décorer avec des nouvelles mosaïques réalisées par les enfants. Les enfants sont désormais nombreux à nous rejoindre sur cet atelier et sont bien falmiliarisés avec le jardin et le travail qu’il entraine. Asni nous a mis en place un atelier sportif, alors que Penda et Fatoumata se sont occupées de la petite enfance. 
On a terminé par un goûter beaucoup participé… on était une soixantaine!!! Du chocolat chaud, des crêpes et beaucoup de convivialité.

A la prochaine !

[gallery] shortcode not found inside [smart-grid][/smart-grid] shortcode

Comment peut-on à la fois?

Comment peut-on à la fois?

Larmes de crocodiles

Comment peut-on à la fois s’indigner et se lamenter sur la violence dans laquelle s’enfonce la jeunesse, dans ses rapports sociaux et ne pas soutenir les actions qui créent du lien , fabriquent le vivre-ensemble, en dehors des familles et des institutions?

Vœux pieux

Comment ose-t-on répéter inlassablement qu’il faudrait “aller vers” , se porter au devant des publics, aller rejoindre les familles les plus reléguées avec leurs enfants, et continuer à ne pas soutenir les rares structures qui sont capables dans la durée de travailler “hors les murs”?

Comment peut-on inlassablement asséner qu’il faut créer du lien social, faire de la proximité et au même moment, fermer toutes les structures ouvertes à tous, soutenir uniquement celles qui multiplient les obstacles, ou limitent en permanence leurs activités?

Mots d’ordre convenus

Comment se faire le chantre de la créativité et de l’innovation et continuer à retoquer tout ce qui n’est pas conforme aux quelques idées dans l’air du temps, qui tournent en boucle?

Comment peut on appeler de ses vœux des actions dynamiques, fortes et efficaces et ne s’entourer que des structures les plus dociles et les plus craintives?

Comment peut on appeler à un changement nécessaire des pratiques , et continuer à ne soutenir que celles qui soutiennent le passé?

Fais ce que je dis, pas ce que je fais

Comment peut on à la fois déplorer l’absence d’acteurs de terrain, en continuant à déconsidérer les structures qui ont fait le choix de la présence plutôt que de la représentation?

Comment peut on à la fois regretter l’absence de suivi, l’absence de continuité du travail éducatif , social et culturel dans la durée et continuer à ne soutenir que les structures qui organisent des événements sur des thèmes convenus, au détriment de celles qui tiennent des engagements constants et durables?

Combien de temps pourra-t-on encore soutenir ce qui a déjà été soutenu, tenté, ce qui monopolise tous les locaux et les moyens et retarder les changements nécessaires?

Combien de temps, enfin, pourra t on encore invoquer des objectifs souhaitables , et dans la pratique, toujours faire le contraire?

Crises et ruptures

Aucun changement ne sera possible sans rompre avec ce pratiques quasiment instinctives des institutions et collectivités: pratiques clientélistes avec des associations “fourre tout” et “paravent” ; entêtement à n’offrir des moyens qu’aux structures qui les ont déjà tous; à ne réserver les locaux qu’aux structures qui passent leur temps à les fermer; à monopoliser les espaces publics, pour les conserver vides; à réserver les meilleures places qu’aux structures qui vendent des prestations sans jamais faire de social; à réserver tous les moyens pour le contrôle, à la surveillance, à la répression.

Aucun changement ne sera possible sans rupture avec les habitudes du passé qui nous ont mené au désastre social en cours.

MARDI 16 MARS 2021

Atelier au bidonville du rond-point, Chilly-Mazarin

Aujourd’hui au bidonville, nous proposons des jeux collectifs qui fonctionnent du tonnerre ! Les plus grands ainsi que quelques petits se retrouvent avec Maïté et Cassandre pour des parcours du combattants.

 

Un autre atelier animé par Marie et Ine avec les perles de rocailles invoque le potentiel de motricité fine des enfants, avec confection de crocodiles en perles et bracelets avec fermoirs en perle : succès assuré !

 

Un autre atelier créatif est mis en place avec création de carnets, gomettes et normographes en formes d’objets et animaux divers.

 

On termine par un délicieux goûter équilibré, avec chocolat chaud, clémentines et savane, miam ! A la semaine prochaine les enfants !

 

MERCREDI 17 MARS 2021

Atelier CLAS du mercredi matin

Aujourd’hui… un « Vent de fête » balaye le CLAS !

Nous avons laissé les cartables de côté et après une bonne collation composée de brochettes de fruits, nous nous sommes rendus au cinéma Truffaut avec notre groupe d’enfants.
Nous avons assister à une séance de résistance culturelle, gratuite et solidaire : la projection de Petit Vampire de Joann Sfar.

Chacun a apprécié et nous allons pouvoir en faire un objet de CLAS grâce aux bandes dessinées d’où le film d’animation est tiré.

[gallery] shortcode not found inside [smart-grid][/smart-grid] shortcode

 

Atelier au quartier de Saint-Eloi, Chilly-Mazarin

Bel atelier aujourd’hui, malgré la pluie qui menace de tomber. Sous le barnum, un atelier mosaïque bien rempli se profile : 10 enfants sont attablés avec Marie, et crée leur propre carte postale en mosaïque et papier crépon. L’atelier rencontre un franc succès, les enfants souhaitent continuer leur carte la semaine prochaine !

 

Christi propose un atelier percussions aujourd’hui, qui marche du tonerre dès les premiers instants d’atelier. Lui aussi accueillle une dizaine d’enfants très intéressés pour jouer en groupe. Il s’agit de se coordonner, et pour ce faire, le plus important est de s’écouter !

 

Chrislaure propose des jeux de société, et Maïté organise son “Quoi de neuf ?” et atelier philosophie avec Imane. Une activité ludique d’une part, donc, ainsi qu’un espace et lieu d’écoute privilégié pour les enfants les plus introvertis, qui souvent n’arrive pas à trouver leur place à l’école. De beaux échanges sur notamment la journée du 8 mars, journée internationale du droit des femmes, qui a beaucoup marquée Imane. Alvarine quant à elle propose aux enfants un kamishibaï d’un autre genre : à l’aide d’images, les enfants sont invités à inventer leur propre conte ! Cette activité fonctionne bien avec les plus petits.

 

Un bon goûter équilibré composé du fantastique chocolat chaud de Hassan, de clémentines et de savane est partagé dans une belle énergie propre au quartier de Saint-Eloi. A la semaine prochaine les enfants !

Atelier au Parc du Château

Aujourd’hui nous avons fait un atelier au Parc du Château!

Le froid et la pluie ne nous ont pas arrête, nous sommes débarqués en force, avec une super équipe et plein d’activités pour les enfants!

Dans le coin dédié au plus petits, nous avons installé les tapis pour permettre aux enfants de jouer avec les briques en cartons, les Lego, la dînette et lire des beaux livres.

A coté, nous avons installé des tables avec des jeux de société, mais aussi des activités artistiques: des petits carnets fait maison, un atelier “création de marionnettes”, et du matériel pour faire des beaux dessins!

Le ping-pong, la boxe et le foot sont toujours super appréciés!

Nous avons terminé avec un super goûter à base de pain fourré avec du chocolat, des clémentines et du chocolat bien chaud, histoire de nous réchauffer un peu!

A la semaine prochaine!

Francesca

Atelier à l’hôtel Astoria:

Cette après midi nous allons a la rencontre des enfants dans l’hôtel Astoria pour une belle rencontre autour des jeux et des ateliers artistiques de dessin et d’expression. Nicolae est entourée par plusieurs adolescents qui veulent faire des dessins en imaginant leurs maison et puis une statues musicale qui finira au moment de ranger dans le camion. Tout le monde est contents et les filles et les garçons sont très impatients de nous retrouver la prochaine fois. Les tout petits s’amusent sur le tapis d’éveil et cependant Alex et Kevin proposent un tournoi de ping-pong, car les enfants étaient très demandeurs.

Senad s’amuse avec les garçons à une partie de jeux de société et ensuite se mets a préparer la distribution du goûter avec Ayana et Alexa.

Un bon goûter se partage dans l;a joie et dans la convivialité.

A bientôt!

Vendredi 19 mars 2021

Atelier à Anthony Pôle

Comme d’habitude, nous avons eu droit à un accueil particulièrement chaleureux (mis à part le petit chien qui ne cesse d’aboyer…) ! Avec Chiara, nous disposons les tapis et les fauteuils pour la petite enfance. A peine installés, les enfants s’emparent des déguisements amenés (vampire, sorcier.ère, panda etc.), et entrent progressivement dans leur rôle. Nous cherchons également Charlie sur le livre, nous travaillons la motricité autour du château à construire et des sauts à effectuer sur les dalles cartonnées pour les plus petits.

A nos côtés se déroulent deux autres ateliers. Un atelier hebdomadaire autour de la boxe, filles, garçons, petits et grands y trouvent leur compte accompagnés de leur coach Jeanne ! Enfin, Nicolae et Senad animent un atelier plus artistique autour du dessin. Quelques adolescentes ont pu repartir joyeusement avec un dessin de Senad en poche.

A la fin de ce moment de partage et de jeu, nous prenons un goûter convivial et chocolaté. D’un côté, les plus jeunes assis sur le tapis et de l’autre, les ados regroupés autour d’une table. Au moment de partir, de nombreux.ses enfants nous aident à ranger et, de manière inattendue, forment une chaîne humaine afin que l’on reste avec eux.

Nous finissons alors cette belle journée avec bons nombres de câlins échangés.

A la semaine prochaine !

Cassandre

 

Atelier de la Rocade

Aujourd’hui nous avons fais comme activités jeux de sociétés ,petite enfance ,jeux collectifs avec un foot et tir à l’arc .

Au début de l’atelier la petite enfance était beaucoup sollicité. Les plus grands nous ont rejoints lorsque que l’école est finis et à ce moment là les jeux de sociétés et les jeux collectifs ont pu ce mettre en route. Le gouter s’est bien passé a la semaine prochaine !

 

Atelier à l’hôtel social Welcome

Aujourd’hui nous avons passé une super après-midi avec le social Welcome.

Les enfants nous attendaient avec impatience. Nous avons eu le plaisir de retrouver aussi une bénévole américaine, Lisa, qui est venue partager avec nous l’après-midi, et qui nous a amené des oranges pour le goûter des enfants.

Ces derniers étaient très contents de pouvoir continuer l’activité “attrape rêves” sur des CD, qu’on avait commencé la semaine dernière, en complétant leur CD en y rajoutant des tresses en laine et des perles.

Pas loin de cette activité artistique, un autre groupe a pu profiter du coin jeux de société, avec plein de jeux différents. Les plus petits se sont amusés sur les tapis avec plein d’activités: dînette, livres, peluches, tapis d’éveil, briques en carton…

Nous avons terminé la journée en partageant tous ensemble un bon goûter à base de crêpes, jus de fruit et bien sûr des oranges!

A la semaine prochaine,

Francesca

 

SAMEDI 20 MARS 2021

CLAS au bidonville du rond-point

Aujourd’hui, nous entassons le matériel dans la voiture et hop, c’est parti pour une heure et demi d’apprentissage au bidonville ! Cassandre fait réviser les syllabes simples, l’écriture et la lecture à l’aide de méthode empruntés dans des livres de classe. Cela fonctionne bien, certains enfants progressent très vite dans cette matière. A côté, Marie apprend les multiplications aux plus grands ; ce qui est magique c’est qu’ils comprennent très bien sans même l’avoir appris au préalable à l’école, grâce à la méthode des kaplas. C’est très encourageant pour la suite ! Sur un grand tapis, Jeanne s’occupe des tout petits et leur apprend à tenir correctement leur stylo et leur feutre afin de colorier l’alphabet. Quand cela devient trop agité, eh oui, pas évident de se concentrer aussi longtemps, on fait des jeux collectifs afin de se défouler : course avec Robert, qui court vraiment très vite, et “1,2,3, soleil !” avec une dizaine d’enfants. Nous prenons finalement le goûter au milieu du camp, sous le beau soleil de printemps. A samedi prochain les enfants !

Atelier de la Villa St. Martin:

Aujourd’hui sous le beau soleil de Longjumeau, nous avons mis en place des activités ludiques et des jeux collectifs et de compétitions pour le plus grands plaisir des présents. Des mamans sur les canapés nous regardent avec confiance et ils se restaurent avec des gâteux et des boisons mises a leur dispositions ce jour la.

Senad s’en charge de leur faire faire de la boxe tandis que Nicolae propose de faire une pétanque avec les adolescents. Timothée propose un tournoi de ping-pong avant de finir avec un concours de tir-à-l’arc dans la joie et dans la bonne humeur. Un bon goûter clos la journée mais nous sommes contents car les parents ont pu profiter d’un moment de liberté et d’intimité avant de se dire au revoir.

A plus!

 

Atelier à l’hôtel social Parthénon

Aujourd’hui nous avons passé un bel après-midi à l’hôtel social Parthénon.

Nous avons profité du beau soleil pour installer les tapis dehors, en créant des petits îlots d’activités.

Les enfants les plus petits ont profité d’un coin lecture et tapis d’éveil, puis un peu plus loin, un coin dînette, briques en cartons et voitures.Autour d’une table, les enfants ont pu profiter des dessins et coloriages sur le thème du printemps! Un peu plus loin, un autre groupe a participé à un gros parcours physique, divisés en équipes. Ils se sont grave  amusés!

Les parents ont pu profiter d’un coin dédié pour pouvoir partager un peu de temps ensemble autour d’un verre de thé ou café.

Nous avons terminé la journée avec une belle histoire racontée par Mathias, qui est venu découvrir le milieu, en envisageant peut-être un stage dans le futur. Nous avons ensuite partagé un bon goûter ensemble!

A la semaine prochaine,

Francesca.

 

 

Atelier de Bel-Air

Aujourd’hui un très bel moment avec les enfants et les jeunes du quartier Sud de Longjumeau. Un atelier mosaïque voué à la réalisation de cadres pour photos a eu beaucoup de succès. En plus, un atelier sportif avec tir a l’arc et foot a été mis en place ainsi que une petite enfance. Les activités se sont déroulées dans le jardin et quelques enfants nous ont aidé à désherber et à arroser. On a terminé par un goçuter tous.tes ensemble avec des gâteaux et du jus.

A la prochaine!

Le travail dans le bidonvilles

Le travail dans le bidonvilles

Nous sommes rentrés dans les bidonvilles par hasard. Nous faisions, bien avant 2006 des ateliers de rue, en Pédagogie sociale, mais nous ne savions pas que cette manière de travailler, convenait également à d’autres enfants, c’est à dire à tous les enfants qui ne trouvent plus dans les institutions des espaces pour grandir.

C’est un étrange paradoxe qu’une seule pédagogie fonctionne avec des publics, tous différents. familles et enfants des hôtels , des quartiers, des squats, hébergées chez des tiers ou des “vendeurs de sommeil” … et des bidonvilles.

Ce qu’il advient de nos actions dans tous les sites où nous nous déployons, est toujours unique ; mais les principes d’intervention restent les mêmes . C’est cette base, cette constance , qui sont nos “invariants” au sens que Freinet donnait à ce mot. C’est notre implication inconditionnelle dans l’environnement réel, qui constitue notre socle, notre posture, notre savoir-faire.

Nous sommes rentrés dans les bidonvilles par hasard, pour expérimenter, pour tenter d’y mettre en œuvre nos actions qui sont à la fois éducatives, sociales, sanitaires et culturelles .

Et nous y sommes restés par amitié!

Nous y sommes restés parce que nous étions bouleversés. Bouleversé par tous ces enfants plein de vie et privés de possibilité. Bouleversé par ces familles courageuses et entreprenantes .

Nous pensions être bouleversés par la précarité et la misère ou par les problèmes sociaux. Mais, en réalité, nous avons été pris de vertige par toutes les possibilités éducatives et sociales, et la richesse de toutes les actions à faire, qui étaient dorénavant à portée de nos mains.

Au début , nous ne parlions pas les mêmes langues, tant avec les adultes, qu’avec les enfants. C’est à dire que nous partagions entre nous le langage primordial. Celui de l’échange, du don, de l’attention et de la disponibilité.

En si peu de temps, les enfants ont appris à parler notre langue et en si peu de temps tout cela n’a plus eu beaucoup d’importance , car notre équipe, s’agrandissant , parlait également toutes les langues.

Nous sommes rentrés dans les bidonvilles en 2006, et nous y sommes restés, comme si nous y étions chez nous.

Nous pensions avoir tout à enseigner et c’est nous qui avons appris. Nous avons appris comment ces enfants avec une relation atypique et précaire vis à vis de l’école, pouvaient entre eux et avec nous … apprendre et apprendre ensemble.

Nous avons appris avec eux, qu’il y avait de la vie en dehors des institutions, que l’on pouvait forcer et modifier les destins.

Nous avons compris au contact de tous ces enfants et de tous ces jeunes, la valeur du moment, du temps présent, que nous pouvons toujours bâtir, dans une époque noire , sans certitude des lendemains, ou parfois avec celle que le pire est à venir.

Il n’y a pas besoin d’avenir pour entreprendre, pour espérer ou pour se lier. Il y a ce que nous pouvons faire, là tout de suite et qui vaudra pour toujours, car ce sera vécu; ce sera acquis.

Aujourd’hui Intermèdes-Robinson déploie des missions dans de nombreux bidonvilles. Nous travaillons pour la socialisation, pour la scolarisation, mais il y a aussi cette forme d’éducation directe et interactive que nous déployons sur nos ateliers de rue, ou dans le cadre de notre troupe d’enfants, Aven savore.

Nous n’arrêtons pas d’agir aux premières difficultés. Nous ne croyons pas que notre travail soit terminé la première fois qu’un enfant rentre à l’école, u qu’une famille a un logement.

Nous savons que la précarité se joue de tels objectifs. Qu’il faudra bien plus; il faudra agir conjointement sur les conditions matérielles de vie, sur la santé, sur les accidents de la vie, sur les problématiques administratives.

Nous savons que nous changerons la donne, que nous bousculerons les destins tout tracés, parce que nous sommes autonomes, que nous agissons sur la globalité des problèmes et que nous ne posons pas de conditions!

Aujourd’hui , Intermèdes-Robinson a une grande expérience du travail dans les bidonvilles et que nous sommes prêts à partager avec nos partenaires.

Mais nous savons également que tout ce que nous avons appris à travers cette expérience vaut dans bien d’autres lieux, et nous est utile également pour notre travail dans les quartiers sensibles ou les hôtels sociaux.

Nous avons appris à travailler dans des situations complexes, alors même que les pratiques traditionnelles éducatives, culturelles, et sociales, traditionnelles , sont devenues inopérantes, dans un contexte de précarisation croissante des milieux populaires.

SAMEDI 14 MARS 2021

CLAS au bidonville du rond-point, Chilly-Mazarin

Super CLAS aujourd’hui au bidonville du rond-point ! Cassandre, Jeanne et Marie partent pour le bidonville afin de faire du soutien scolaire aux enfants. Apprentissage de l’écriture, de la lecture et mathématiques sont au programme de ce jour. Les enfants sont nombreux à participer, et très heureux que nous soyons là. Nous partageons un bon goûter à la fin de la séance, qui dure 1h30 ce jour. A samedi prochain les enfants !

Expliquer les enfants aux parents

Expliquer les enfants aux parents

Je me souviens de ce reportage , au milieu des années 70, alors que j’étais enfant moi même, et où je voyais une bande de joyeux saltimbanques, chevelus et survoltés , organiser des initiations de cirque pour enfants, et expliquer aux parents , en quoi cette activité était importante leurs “rejetons”.

Avoir quelque chose à dire sur l’enfant d’autrui

C’était évidemment une époque qui n’avait pas encore “inventé”, ni mis sur le “devant de la scène”, la question de la parentalité.

Les parents pouvaient encore avoir des enfants qu’ils ne connaissaient pas tout à fait; des enfants pour lesquels ils n’étaient pas encore comptables de tout, et à qui ils pouvaient encore laisser vivre des “aventures”.

Aujourd’hui bien entendu , cette simple idée de liberté ferait frémir. Nous nous enfonçons depuis trente ans dans une conception de l’enfance qui doit être en tout point contrôlée non seulement par les adultes , mais surtout par les parents. Ces derniers sont priés de répondre de tout. Et pour cela ils ne prendront jamais assez de précautions; il seront toujours défaillants alors même qu’ils sont censés tout prévoir, surveiller, tout vérifier, tout interdire, tout tester, tout valider…

Les enfants, otages de la parentalité

Bien entendu , tous les parents ne s’acquittent pas de même, des injonctions au contrôle que leur dressent les institutions, les médias, et les pouvoirs publics. Les parents de milieu populaire, plus rétifs, plus instables sont taxés inexorablement au fur et à mesure que leur enfant grandit, de laxisme; voire pire , de connivence.

Mais revenons à cette simple idée; cette idée révolutionnaire. Un artiste peut apprendre quelque chose à un parent sur son enfant.

Un enfant connu par d’autres

Nous n’avons pas dit un spécialiste, ou un enseignant, un médiateur, ou un travailleur social; même ces derniers ne rencontrent, ne connaissent plus suffisamment les enfants qu’ils croisent, pour prétendre révéler quelque chose au sujet d’un enfant; quant transmettre une nouvelle manière de le voir, aux parents…

Ils se bornent donc non pas à révéler, ou à proposer d’autres manières de considérer ces mêmes enfants, mais à transmettre des appréciations, des évaluations, des avertissements et des jugements. Ce qui n’est absolument pas la même chose…

Devenir autre grâce aux autres

Or, en tant qu’enfants, nous devenons ce que les autres nous ont appris sur nous. Plus ces autres sont autres, plus ils sont nombreux et plus nous sommes riches de complexité, de possibilité et de talents.

Les enfants, les jeunes d’aujourd’hui , ne rencontrent plus ces autres là; ils ne rencontrent plus des autres comme ça. Juste des intervenants de passage, des contrôleurs de cadre, et des agents de validation de la vie quotidienne. Les intervenants de l’enfance versent dans le mécanique , le systématique.

L’aventure de soi

Or , il y faudrait de l’Art. Non pas de la culture à consommer, ou à pratiquer; mais de l’art comme aventure de soi, comme rencontre de l’étrange et de l’étranger, en soi même et chez les autres.

Ces rencontres gratuites, non planifiées, non réglées sont à créer comme pratique sociale de base, comme expérience de vie dans son prope environnement.

Tel est l’objet de la Pédagogie sociale, justement , de ramener de l’Art dans l’Ordre, de l’aventure et du désir dans la vie de tous les jours.

Une vie sociale pour permettre la rencontre

Encore faut-il , pour cet espace qu’une vie sociale soit d’abord possible, qu’elle soit restaurée, là où elle a disparu sous l’effet de la peur et des préoccupations sécuritaires et sanitaires.

C’est ce à quoi, nous nous employons.

MARDI 2 MARS 2021

Atelier au bidonville du rond-point, Chilly-Mazarin

Un bel atelier au bidonville du Rond Point de Chilly Mazrin. Les enfants étaient au rendez-vous, nous avons continué notre cycle autour de la boxe. Nous avons créé des cartes postales avec de la mosaïque, la petite enfance a été riche avec du dessin et des gommettes, des livres et des constructions. Mohamed a animé un bel atelier avec des jeux de société!

Nous avons chanté comme à notre habitude avant de prendre le goûter.

 

MERCREDI 3 MARS 2021

Atelier au quartier de Saint-Eloi, Chilly-Mazarin

Mosaïque, parcours du combattant et portrait en argile au programme de ce beau mercredi de rentrée. Taous qui visite sa grand-mère à Saint-Eloi et qui habite à Palaiseau m’explique que dès la rentrée, sa maîtresse est en arrêt maladie pendant 15 jours. Dans ces temps d’incertitudes et de décrochage de l’école, car c’est plutôt l’école qui décroche de ses élèves que l’inverse, nos actions hebdomadaires revêtent un caractère de plus en plus nécessaire et déterminant dans la vie de ces jeunes et de ces enfants.

Nous continuons notre cycle de mosaïque à Saint-Eloi, et les enfants produisent de magnifiques mosaïque sur des supports épais cartonnés, pour pouvoir ramener un beau souvenir de cette journée chez eux.

 

De l’autre côté du parc, un grand parcours du combattant permet aux enfants de tester leur rapidité, leur adresse et leur dextérité ainsi que d’être fiers d’eux-même ; en effet, à chaque bout de parcours réussi, les enfants gagnent une médaille !

 

Rosy nous fait le plaisir d’être parmi nous pour sculpter le visage de Christmael avec de l’argile ; quelques enfants intéressés par l’argile font eux aussi leur propre œuvre d’art.

 

Un atelier confection de brochettes de fruits se passe dans un grand calme et une grande sérénité, avec l’aide d’enfants volontaires. Un délice pour le goûter !

 

 

A la semaine prochaine les enfants !

 

Atelier au Parc du Château

Aujourd’hui super atelier au parc du château!

Beaucoup des familles étaient déjà en train de profiter de la belle journée. Les enfants les plus petits ont profité du tapis avec les jeux, et ils ont passé l’après-midi à jouer ensemble avec les briques en carton, les puzzles et la dînette.

Autour d’une table peu loin, d’autres enfants, accompagnés par leurs parents, ont créé des belles œuvres en peignant sur de la soie. Le badminton et le tennis de table ont donné lieu à des tournois passionnants.

Autour d’une autre table, nous avons créé des petits carnets personnels, en collant et en les décorant avec des confettis, de la laine et du papier crépon.

Nous avons terminé l’après-midi en partageant un bon goûter et en discutant des envies des enfants pour le prochain atelier.

À la semaine prochaine.

Francesca

 

Jeudi 4 Mars 2021

Atelier Skate-Park

Il y a eu une grande activité Foot sachant que la plupart des enfants sont arrivés plus tard. Ils étaient entourés d’Alex et Wendy. Nous avons mis en place l’activité petite enfance puis dessin en mettant à disposition les boites multi-graphique. Les enfants ont dessinés. Il est prévu de calquer la prochaine fois des photos plutôt que leur donner des modèles sans un peu de création de soi. Une très grande activité autour de la corde de force a permis de solliciter au départ deux enfants, puis trois puis quatre puis cinq puis six de chaque côté ; une chaine humaine de mères et d’enfants s’est formé. Zacharia et d’autres, des filles des garçons, des petits des moyens, tous se sont engagés avec force, détermination, compétition, engagement, joie en donnant tout ce qu’ils pouvaient pour ne pas perdre. La ligne limite à ne pas dépasser se trouvait être la bouche d’égout de la pelouse. La maman de Zacharia est la seule maman du groupe des mères à être venues prêter main forte avec acharnement. C’était impressionnant de voir à quel point- un jeu très ludique a pris rapidement une forme de participation très engagée par toutes les générations confondues. La mise en place du billard en bois a donné place à une forte participation des CM1 et CM2 dont certains restaient pour regarder en spectateur. Nous avions alors beaucoup de jeunes avec ceux du foot en plus. Les bananes en remplacement ou en complément des granolas ou des croissants ont eu du succès. Des jeunes qui arrivaient après ont eu affaire à Fatoumata. A voire un des jeunes qui arrivent lorsque le gouter a pris fin et dont la tendance est de faire du chantage sur Fatoumata…de tout casser si…

L’activité a été vécue avec intensité.

Atelier à l’hôtel social Astoria.

Aujourd’hui nous avons fait un atelier à l’hôtel Astoria.

Il y avait un peu de tension dans l’air suite à un feu qui a déclenché pendant le week-end. Nous avons choisi de faire un atelier un peu festif, afin de remonter le moral des enfants.

Nous avons installé les tapis avec les jeux pour les enfants les plus petits: des voitures, de la dinette, des briques en carton… Autour des tables, les enfants ont pu profiter des jeux de société et de couleurs et crayons, en créant des beaux dessins!

Tout au long de l’atelier, accompagnés par des belles musiques, nous avons préparé des barbe-à-papas, qui ont été dévorés par les enfants, très contents de pouvoir le manger!

Vers la fin, nous avons été rejoints par les volontaires de l’association Soli’pal de Palaiseau, qui ont distribué des vêtements aux familles de l’hôtel. Nous avons, comme d’habitude, terminé l’après-midi en partageant un bon goûter!

À la semaine prochaine,

Francesca

 

Atelier au quartier de Massy, Parc de la Corneille

C’est la rentrée à Massy ! Nous attendons les enfants en étant beaucoup moins assaillis que la semaine passée ; nous mettons en place notre activité mosaïque et papier crépon afin que les enfants confectionnent leur petite carte pour ramener leur création à leurs parents.

 

De l’autre côté, un atelier musical se tient au lieu de la petite enfance ! On apprend à taper des rythmes avec les percussions, et on se coordonne avec les autres pour former un orchestre harmonieux.

 

Mohammed s’entraîne au tir à l’arc tandis que quelques enfants viennent lui proposer de faire un tournoi ; ce qui est rigolo, c’est que même une des mamans vient concourir !

Atelier Antony Pôle

5 mars 2021

Un très bel après-midi avec les enfants et les jeunes qui nous ont rejoint au milieu du platz pour célébrer notre petit rituel hebdomadaire autour des nombreux ateliers mis en place par l’équipe avec l’aide de quelques enfant bien motivé à commencer les activités.

Comme la semaine dernière, les activités autour de la photographie ont attiré beaucoup de monde. On a commencé par exposer les belles photos de la semaine dernière sur une corde au milieu de l’espace, ce qui a créé une belle ambiance festive autour des portraits imprimés. Un atelier créatif très animé s’est occupé de réaliser des cadres personnalisés avec du carton et des décorations variées. Les enfants, ainsi que les parents, se sont engagés dans l’activité, en s’occupant d’écrire leurs prénoms. Au même temps, on a pu réaliser des nouveaux portraits, soit individuels, soit de famille, qui nous servirons comme matériaux pour la prochaine fois pour une nouvelle activité créative autour des photos imprimées.

Un atelier boxe a tenu occupés les enfants les plus actifs qui se sont entrainé et ont pu se confronter avec l’encadrement de l’équipe. A côté (…mais pas trop!) une petite enfance a été mise en place pour engager aussi les plus petits dans nos activités.

Pour bien terminer, un chocolat chaud préparé sur place avec les enfants et des crêpes pour notre goûter collectif.

[gallery] shortcode not found inside [smart-grid][/smart-grid] shortcode

Atelier à l’hôtel social Welcome

Aujourd’hui nous avons fait un super atelier à l’hôtel social Welcome.

Nous avions envie, sans une raison particulière, de faire une fête avec les enfants. Nous sommes arrivés bien équipés: de la barbe-à-papà, de la musique, un buffet de bonbons, chips et gâteaux… et plein d’activités différentes! Les enfants se sont vraiment régalés!

Les plus petits se sont installés sur les tapis et ils ont joué ensemble. D’autres enfants se sont lancé dans un super match de foot, qui nous a tous très passionné! Autour d’une table, un autre groupe a créé et décoré des petits carnets en papier aquarelle, en rajoutant de la laine, des découpages et du papier crépon.

Ils étaient très contents, et ils nous ont demandé de ramener ça la prochaine fois, avec de la peinture et des aquarelles. Nous nous sommes très amusés et nous avons tous profité du moment festif.

À la semaine prochaine,

Francesca

SAMEDI 6 MARS 2021

Atelier à l’hôtel social Parthénon

C’est sous un beau soleil de mars que l’équipe d’Intermèdes Robinson est arrivée ce samedi au Parthénon.

Les plus petits sont restés à l’intérieur, à l’abri du vent, pour profiter des activités aux côtés de Francesca, Fabienne et Cassandre. Dessins, coloriages, jeux de construction et lecture, autant d’opportunités pour s’éveiller, apprendre et s’amuser ! Une touche de musique (de hautbois !) est aussi venue satisfaire les petites oreilles.

Pour les plus grands, on profite du soleil ! Concentrés, les enfants ont pu utiliser leurs mains, pour malaxer, pétrir et donner vie à de la pâte à modeler qu’ils ont fabriquée eux mêmes. Concernant les jeux collectifs, l’activité volley-ball a beaucoup plus, tandis que les plus artistes d’entre eux s’émerveillaient devant les tatouages fait au henné.

Une belle journée au Parthénon, une petite bouchée d’air pour ces enfants qui a son importance.

*

CLAS Bidonville

Aujourd’hui nous prenons 5 enfants du bidonville du rond-point afin de travailler les lettres, apprendre à lire des syllabes simples mais aussi faire nos propres cartes postales en mosaïque et papier crêpon.

Nous jouons ensuite à quelques jeux de société et au ping-pong et à la boxe pour se défouler après des moments de grande concentration.

Un bon goûter et nous repartons pour le bidonville après 3 heures passées ensemble.

 

Atelier à Bel-Air

Aujourd’hui nous avons fait des crêpes avec les enfants. Nous avons jouer avec les plus petits, et nous nous sommes très bien grâce a des activités sportives.  

Atelier de la Villa St. Martin:

Aujourd’hui nous allons à l’encontre des enfants et des mamans à la Villa St. Martin pour proposer des activités pour petits et grands et des activités artistiques. La petite enfance avec des jeux de dinette et constructions a donner envie aux petits de jouer sur les tapis avec Nicolae et Lisa. Cependant les jeux du “Chat”et la peinture fait l’unanimité parmi les enfants. Kevin et Senad sont a fond avec les enfants et les jeux collectifs. Les parents nous regardent et veillent sur les enfants et les papas nous aident a faire la cuisine pour le gouter.

Un très bon goûter partagé entre nous tous dans une bonne ambiance !

A la prochaine!

Jeudi 11 mars 2021

Atelier Skate-Park

Nous avons mis en place les ateliers créatifs : “henné”, pompon. Ensuite l’atelier de la Petite enfance autour des jeux ludiques, train, voiture, et il y avait des plaids pour les tout-petits. Ensuite la Slake-line (corde de force) ainsi que le billard en bois ont eu chacun un vif succès auprès d’un nouveau public : les adolescents. Ils ont investi la corde de force ensuite et avec énormément d’enthousiaste. Les enfants plus jeunes étaient minoritaires car le temps était pluvieux et que les mamans avaient hâte de mettre à l’abri. L’atelier a manqué de places assises permettant aux mamans de suivre leurs enfants. Nous avons mis en place le goûter en rassemblant les jeunes sur les marches. Nous avons failli enlever les tapis dès le début, tellement le vent était fort.

Atelier à l’hôtel social “Welcome”

Aujourd’hui nous avons passé un bel après-midi à l’hôtel social “Welcome”.

Même si d’habitude la pluie ne nous arrête pas, nous étions contents de pouvoir profiter de la petite salle à l’intérieur. Même si l’espace était réduit, nous avons installé les petits pour les enfants les plus petits. Ils se sont amusés avec des voitures, de la dînette et des livres.

Autour d’une table, un groupe d’enfants a profité des activités artistiques: nous avons crées des attrape-rêves avec des vieux cd, de la laine et des feuilles.

Autour d’une autre table, un deuxième groupe s’est amusé avec les jeux de société. Ils étaient très contents de partager un moment un plus intime que d’habitude.

Nous avons terminé l’atelier en fêtant l’anniversaire de Andrea, qui a eu 9 ans hier, en partageant un bon goûter festif.

A la semaine prochaine,

Francesca

Atelier à la Rocade

Aujourd’hui, cause pluie, on a été accueillis dans une cabane qui avait été rangé à l’avance pour une dame qui avait prévu la difficulté que nous aurions rencontré face à les conditions météo. On a pu réaliser nos atelier au chaud de la poêle et dans un ambiance très convivial. L’atelier photo n’a pas arrêté d’être un grand succès. Les gens sont venues récupérer leurs portraits et les enfants se sont vouées à leur décoration. Cette fois-ci on a réalisé des collages dont le but était celui de se plonger dans des nouveaux paysages: savane, plage…monde de peppa pig ! Une petite enfance et des jeux des sociétés ont aussi été mis en place dans la salle. La pluie s’étant arrêté, une belle séance de boxe a eu lieu à l’extérieur et a inclus aussi les adultes. Le goûter s’est très bien passé autour des gâteaux et chocolat chaud!

[gallery] shortcode not found inside [smart-grid][/smart-grid] shortcode

SAMEDI 13 MARS 2021

Atelier à l’hôtel social Parthénon

Aujourd’hui, comme chaque samedi, nous étions à l’hôtel social Parthénon. Les enfants nous attendaient avec impatience, ils étaient contents de pouvoir jouer et s’amuser avec nous! Même si la météo n’a pas été trop gentille avec nous, nous avons quand même pu profiter de l’espace extérieur de l’hôtel pour un match de foot.

Un autre groupe s’est lancé dans les activités artistiques: ils ont dessiné et peint des images magnifiques, en profitant du moment pour expérimenter avec les couleurs et la peinture.

Autour d’une table, nous avons assisté a des passionnants jeux de société: du uno, du mikado, de la puissance 4…

Dans la petite salle, abrités du vent et de la pluie les enfants les plus petits ont profité des jeux, des livres et des crayons.

Nous avons terminé en partageant tous ensemble un bon goûter!

A la semaine prochaine,

Francesca

Mercredi 17 mars

Atelier de Bel Air

Nous avons mis en place un atelier petite enfance dehors sous la tonnelle dans le jardin communautaire, une activité graphique de Peinture sur soie, une activité foot et avec énormément de participants. Le temps pluvieux est arrivé et a beaucoup bouleversé toutes les activités extérieures. Il y a eu peu de participants à la peinture, malgré la journée de libre ce jour-là. Tous ce sont réfugiés à l’abri de la pluie dans le local et puis nous avons tous goûter avec les enfants très investies dans la partie de foot.

Jeudi 18 mars  2021

Atelier de Skate Park

Nous avons effectué un atelier très complet, avec un jeu de tir à l’arc avec les plus jeunes. Nous avons mis en place la corde de force qui est resté isolé jusqu’à ce que des enfants de la primaire s’en emparent et se comparent. L’atelier Carte a  vu le jour pour la première fois, les enfants ont très vite compris les étapes de déroulement : l’histoire se déroulant au fur et à mesure, sachant que les enfants racontaient leur propre histoire en faisant eux-mêmes le choix des cartes. Nous avons mis en place le billard en bois, puis l’atelier “henné” qui grandit en succès, le badminton puis le foot au niveau plus bas, une distribution de couches aux mamans présentes, un atelier Petite enfance autour de la dinette. Au cours du goûter nous avons proposé les légumes frais du potager, de la collecte.

Je ne pense COVID qui nous sépare

Je ne pense COVID qui nous sépare

(la Dactylo)

Nous sommes occupés, telle une terre conquise. Notre pensée est occupée, notre temps est occupé , nos actions sont limitées par de multiples restrictions.

Et ce qui résiste encore à l’occupation devient un objet de préoccupation, d’inquiétude, d’hésitation, en tous genres.

Mais il est toujours étrange de réaliser que ce qui nous occupe , ce qui nous préoccupe , c’est avant tout du vide, de l’évitement, de la peur, de la précaution… de la distance.

C’est le vide qui s’impose partout, comme une habitude , une norme. Ce qui ne fonctionne plus, ce qui est remis; ce qui cesse à partir d’aujourd’hui ou de demain… voilà notre quotidien!

C’est un paradoxe que l’on peut comprendre en astrophysique, comme en psychologie. Le vide peut tout remplir. Si on le laisse faire, il rompt toutes les barrières et envahit la vie entière.

Le vide peut être débordant, et sur le mode de la distance , il peut se décliner infiniment.

Distanciation sociale

Il y a d’abord , la distanciation sociale, le vide social. Il est devenu banal d’ériger des barrières, de limiter les contacts, de rendre difficile, voire impossible toute visite, toute rencontre. Le but est de se mettre à l’écart et de tenir l’acteur social à l’écart d’une réalité et d’un terrain , que faute de vouloir impacter, on prend le parti d’oublier.

Distanciation culturelle

Puis vient la distanciation culturelle, c’ets à dire le vide culturel. On ne produit plus rien, mais on préserve les boîtes vides, on défend ceux qui accaparent, monopolisent ou résument la culture … à leurs propres besoins, à leur simple fonctionnement. De production , la culture passe à la distinction; c’est la seule chose qui sépare encore, comme l’écrit Franck Lepage, le citoyen de classe moyenne, du précaire qui n’est plus concerné. Cette culture “barrière” n’a évidemment plus rien de populaire, encore moins de social. Elle n’est plus là que pour dire: “il y a ceux qui en font” et “d’autres qui n’en font pas”. Dès lors la Culture de “ceux à qui il en reste” n’est plus recherchée au fond, que pour la distance qu’elle maintient vis à vis de ceux qui sont censés ne pas en avoir, et qui sont dès lors soupçonnés de “barbarie”..

Distanciation politique

Et puis le Vide devient politique; c’est cette distance qu’il y a dorénavant entre “la mise en scène de la politique”, qui n’intéresse plus personne et qui n’apporte plus d’espoir … et la plupart des gens qui sont censés ne plus s’occuper de politique du tout; ne plus en être les sujets, mais les objets… Objets de préoccupations, destinataires de décisions et de gestions qui les concernent et les excluent en même temps.

Distanciation géographique

Puis la distance, puis le vide se font géographiques. On déserte les espaces publics, le terrain et tous les lieux non institutionnels,où on pourrait voir autre chose que ce qu’on s’attend à voir; autre chose que ce que l’on a décidé.

Il y a deux manières pour mettre les gens à distance géographiquement: on peut ériger des barrières pour ne plus les voir; mais on peut aussi les rendre instables, nomades, à force de précarité. Et ce sont eux mêmes qui disparaissent et se font disparaître… régulièrement.

Distanciation relationnelle

Pour finir la distance se fait relationnelle. On s’imagine alors qu’on va se préserver soi même; c’est à dire qu’on “sera plus”, si “l’autre est moins”. Dans la réalité , la distance relationnelle c’est d’abord et surtout de la distance à soi; de la difficulté pour se percevoir, se connaître soi même . A force de ne pas se reconnaître dans l’autre, on ne se connait plus.

Forteresse vide

La forteresse qu’on a monté , ne protège plus que le vide. Toute l’énergie, toute la vie ont été épuisées à soutenir et bâtir des murs. Une fois que tout est clos, au centre de cette belle citadelle, comme le pressentait Bettelheim,… ne restera que le Néant.

Mercredi 24 février

Ateliers créatifs des mercredi, jeudi et vendredi…

Quel bonheur de se retrouver une matinée de plus au local avec des enfants et une maman pour « bidouiller » ensemble.
Au programme suite et fin de l’atelier perles de rocaille et petit artisanat enfantin autour du lainage.
Création de cordelières, pompons et autres chainettes, bracelets brésiliens…
De quoi délier les doigts et les langues, discuter de nos envies de productions communes pour les ateliers de rue à venir.
Les autres présents ont simplement passés un moment tranquille et agréable à faire des jeux de société
ou bien encore découvrir la machine à écrire, objet d’un temps passé et toujours aussi actuel.

[/smart-grid]

 

ATELIER BEL-AIR

Pour cette belle après-midi ensoleillée, nous avons préparé trois ateliers. Un coin petite enfance dans lequel les jeunes ont pu construire des circuits pour les automobiles avec Fatoumata ainsi que quelques mamans qui passaient avec leurs enfants. Un coin plus sportif avec diverses activités (tir à l’arc, pétanque, jeu de palets, jeu d’adresse et de raquette) animé par Timothée et Djema. Et enfin, un coin de création (décoration, cadre…) au sein duquel diverses techniques artistiques étaient utilisées (collage, dessin, découpage, recherche d’images, perles etc.).

Les jeunes étaient nombreux.ses et alternaient entre les différents ateliers proposés.

Nous avons pu terminer cette après-midi autour d’un goûter chocolaté accompagné de madeleines. Au vu de la situation météorologique, il me semble que nous pourrons bientôt abandonner le chocolat chaud pour passer aux jus bien frais !!

A très bientôt !

Cassandre

Atelier au Parc du Château

Aujourd’hui super atelier au parc du château!

Le soleil nous a accompagné tout au long de l’après-midi, les enfants étaient trop contents de pouvoir profiter de cette super météo. Nous avons passé un bel moment en réalisant des magnifiques petits carnets, où les enfants ont pu dessiner et écrire tous ce qu’ils avaient à l’esprit.

En même temps, un peu plus loin un passionnant tournoi de box, et un autre de tennis de table ont eu lieu, en passionnant tous les joueurs et les spectateurs. Les enfants plus petits ont pu profiter d’un coin petite enfance, avec des briques en carton, de la dînette et des voitures.

Les mamans présentes étaient contentes de voir une présence constante et hebdomadaire dans le parc pour leurs enfants.

Nous avons terminé l’après-midi en partageant tous ensemble un bon goûter.

À la semaine prochaine!

Francesca.

Atelier au quartier de Saint-Eloi

 

Saint-Eloi, sous un magnifique soleil qui évoque le printemps, nous sommes accueillis par une ribambelle d’enfants aujourd’hui qui nous aident à décharger le camion. Notre présence était attendue, si bien qu’on nous reproche nos quelques minutes de retard !

Un parcours gigantesque se dessine à la petite enfance : tentes, tunnels, balles en plastiques bariolées, toiles de jutes et plots, et des dizaines d’enfants qui courent partout en respectant les règles données par les Maïté, Ine et Alvarine. Si l’on veut discuter et se ressourcer, il y a l’activité mosaïque avec Marie. De nombreux enfants viennent parler des mosaïques dans les fissures du chemin, un peu plus loin, que nous avions posé en juillet dernier. L’atelier se déroule, les enfants posent leur petites mosaïques, partent pour gagner une belle médaille au parcours, puis reviennent finir leurs œuvres. Alex et Nassim propose une grosse partie de foot sur le terrain en lisière de la forêt, cette activité remporte toujours un franc succès.

Aussi, après un si bel atelier, il est bon de tous nous retrouver pour discuter sur les tapis autour d’un bon verre de jus de multi-fruit et de quelques madeleines. A la semaine prochaine tout le monde !

Atelier Skate Parc Jeudi 25 Février

Aujourd’hui au Skate Parc nous avons organisé un tournois de foot avec les jeunes 5 contre 5 deux buts sortant, sa a bien marcher beaucoup de jeunes nous ont rejoins. Pendant que Timothée a fait du tir a l’arc et du puissance 4. Fatoumata avec animé la petite enfance. Nous avons fait le gouter avec pleins d’enfants.

Atelier à l’hôtel social Astoria

Aujourd’hui belle journée à l’hôtel social Astoria!

Les enfants étaient très contents de nous voir. Même avant notre arrivée, ils nous attendaient déjà devant la petite salle de l’hôtel, avec grande impatience. Une fois les activités installées, ils se sont lancés dans les jeux!

Les jeux de société ont eu un grand succès, nous avons pu assister à des passionnantes parties de Uno, de puissance 4 et de Jungle Speed!

Au même moment, dans une autre partie de la salle, autour des tables, nous avons créé des magnifiques petits carnets, dans lesquels nous avons collé des belles images, des fleurs en papier crépon…

Les plus petits ont pu profiter d’un petit coin calme et ils se sont amusés avec la dînette, les livres, les voitures et les briques en carton!

Nous avons terminé l’après-midi en partageant tous ensemble un bon goûter!

A la semaine prochaine!

Francesca.

Atelier au quartier de Massy

Aujourd’hui à Massy, nous nous retrouvons avec une trentaine d’enfants pour nous accueillir au quartier ! Petite enfance, UNO, foot et… CERF-VOLANTS !!! Mélina est ravie, puisque cela fait des semaines et des semaines qu’elle nous demandait cette activité. La journée se déroule dans la bonne humeur, et nous terminons la journée avec un bon goûter.

A la semaine prochaine tout le monde !

Atelier à Anthony Pôle

Dès que nous arrivons sur les lieux, les enfants nous accueillent chaleureusement avec de grands sourires et câlins.

A la demande des enfants et des familles, nous amenons de nouveau des photos prises la semaine passée. Les jeunes sont tout heureux de devoir trouver leur photo. Ils prennent la leur pour ensuite la customiser sur l’atelier de Jeanne. Dessin, écriture, collage d’autocollants ou de paillettes sont proposés pour agrémenter l’image choisie.

Tout au long de l’atelier, les enfants viennent pour se faire prendre en photo. Nombreux.ses sont celles et ceux qui utilisent le cadre apporté pour créer des photos stylisées.

D’autres parts, un atelier boxe fonctionne à merveille avec Cristi ! On y retrouve à la fois des filles et des garçons, sans oublier les parents autour, coachant leurs enfants qui mettent les gants !

Nicolae vogue d’atelier en atelier, et se plaît à partager un moment convivial à la fois avec les enfants et les adultes autour d’une table de ping-pong.

Chiara anime un atelier cuisine près d’une cabane au sein duquel les enfants vont et viennent. Ils discutent toustes ensemble et prennent le temps de se retrouver.

Nous goûtons toustes ensemble par la suite ces crêpes préparées avec amour et enthousiasme !!

A la semaine prochaine pour de nouvelles activités…

Cassandre

Atelier la Rocade

Aujourd’hui a la rocade nous avons organiser un Tennis-ballon. Ceci consiste a prendre un ballon de foot avec un filet de Tennis. Une petite enfance animé par Fatoumata et un atelier de perle animé par Ine. Le gouter c’est bien passer avec beaucoup d’enfant son venu nous voir.

Atelier à l’hôtel social Welcome

Aujourd’hui nous avons passé un bel après-midi à l’hôtel social Welcome! Les enfants nous attendaient avec impatience, en nous guettant depuis leur balcon.

Une fois les jeux mis en place, les enfants se sont amusés avec les activités proposées. Dans un coins, les plus petits ont réalisés des belles constructions avec les briques en carton, ils sont partagés des repas préparés à la dînette et fait des courses avec les voitures.

Dans une autre partie de la cour, un deuxième groupe d’enfants ont créé des portraits en utilisant plein de matériaux différents: de la laine, des morceaux de magazine, des perles…

Ceux qui ne voulaient pas réaliser les portraits, se sont lancés dans la création d’œuvres d’art avec les aquarelles. Un dernier groupe a participé à des beaux jeux collectifs: des cerceaux, du tir à l’arc, du football…

Nous avons terminé la journée en partageant un bon goûter ensemble.

À la semaine prochaine!

Francesca

 

SAMEDI 27 FÉVRIER 2021

Atelier à l’hôtel social Parthénon

Aujourd’hui nous avons fait un bel atelier à l’hôtel social Parthénon.

Un beau soleil nous a accueilli aujourd’hui, ils nous semblait trop dommage de ne pas profiter de l’occasion, nous avons donc installé plusieurs activités à l’extérieur! Les jeux sportifs ont eu un grand succès, les enfants se sont amusés en faisant des beaux combats de box et avec du tir à l’arc.

Dans un autre coin du parking, les enfants ont exprimé leur créativité en fabriquant des petits carnets, qu’ils ont ensuite décoré avec des dessins, des phrases ou bien des collages d’images provenant de plusieurs magazines.

À l’intérieur de l’hôtel, dans la petite salle, comme d’habitude, les enfants les plus petits ont profité de plusieurs jeux: la dînette, les briques en carton, les petites voitures, les livres et les dessins.

Nous avons partagé tous ensemble un bon goûter à base de crêpes fait maison, de quatre-quarts et de chocolat chaud!

À la semaine prochaine.

Francesca.

Atelier de la Villa St. Martin:

Cette après-midi, une journée ensoleillé une bonne ambiance règne et les enfants sont au rendez-vous pour une activité qui adorent: faire des crêpes avec Nicolae.

Ils et elles sont très ravis et très impatients de commencer les activités autour de la petits enfance et des cartes postale en 3D mosaïque avec Alvarine et Ine.

Les papas du quartier étaient présents et ont pu aider à la préparation des crêpes tout du long de l’atelier. les enfants et les adultes ont pu partager un moment convivial et amusant ensemble. Le foot à pu les aider à dépenser leurs énergie avant de prendre place sur les tapis pour partager un très bon goûter.

A plus.

Les décrochés invisibles

Collège: les “Décrochés invisibles”

A Intermèdes-Robinson, notre Centre social est un témoin privilégier de la dégradation des conditions de vie des enfants et des jeunes.

Nous ne comptons plus dans le Nord de l’Essonne, parmi ces derniers, ceux qui ne se soignent plus, ne déjeunent plus ou pas tous les jours, et ceux qui sont en charge d’eux mêmes ou de leurs frères et soeurs encore plus jeunes.

Nous assistons avec inquiétude , non pas à l’abandon des institutions, ou à l’agrandissement de l’écart entre les établissements d’enseignement, sociaux ou de la culture, d’avec ces enfants de plus en plus nombreux, mais à leur … invisibilisation.

L’invisibilisation est un processus actif, pas un effet induit

Non seulement le fossé se creuse entre les publics et les possibilités de fréquentation, mais ce sont les institutions elles mêmes qui ne sont plus en mesure de voir et percevoir leurs usagers. Ces derniers s’enfoncent dans une invisibilité d’autant plus grave , que celle ci n’est ni perçue, ni analysée, ni reconnue.

Depuis près d’un an et le début de la période COVID, ce sont des cohortes d’adolescents , de collégiens qui ont perdu le contact avec leur scolarité.

Après les périodes de confinement, ce sont les établissements eux mêmes qui sont rentrés en crise. Les administrations se sont barricadées. Il n’y a plus ni réunions, ni rencontres. Les profs se sont éloignés des réalités de vie de leurs élèves et se sont réfugiés dans leurs préoccupations d’ordre professionnel, ou corporatif.

Un décrochage de masse pour les enfants les plus précaires

La distanciation sociale a réussi! Ce sont ces enfants et ces jeunes qui sont aujourd’hui trop loin pour être raccrochés, ou pour se raccrocher eux mêmes, avec le moindre espoir scolaire.

Et tout se délite… Ce sont des groupes entiers de collégiens des quartiers sensibles, qui ne fréquentent plus le collège que sur le mode de l’absentéisme, en perlant et distendant leur temps de présence dans l’établissement.

Il s’agit bien d’un processus: les absences pèsent sur un plan disciplinaire , mais aussi sur la capacité et l’intérêt des jeunes eux mêmes, autant que celui des enseignants à leur sujet.

Les messages condamnatoires reçus sur leurs absences , rendent toute reprise de contact difficile et conflictuelle. Un contentieux se renforce entre les établissements et les familles.

Non seulement absents, mais encore inconnus…

Ces enfants peu présents sont encore plus mal connus par leurs profs. D’une certaine manière , dans leur esprit ils ne relèvent plus d’eux, mais d’un traitement dorénavant administratif de “la vie scolaire”.

Mais même quand ces jeunes sont présents dans l’établissement, le projet scolaire, le sens du travail qui s’y passe est à ce point perdu qu’ils y enchainent des absences en interne, qui ne sont mêmes pas perçues par les adultes, ou avec grand retard.

l’absentéisme “en interne”

Pour un oui ou un non, ils quittent les classes, trainent dans les couloirs, se cachent et il n’est pas rare qu’ils arrivent à sécher plusieurs cours dans une même journée , sans que quiconque s’en avise.

D’invisibles , ces jeunes collégiens, sont ainsi devenus des fantômes qui vivent leur temps éducatif, au jour le jour , sans perspective , ni peur, ni espoir.

Et qu’en est-il des plus précaires encore, vivant en hôtels sociaux , chez des marchands de sommeil, en squats ou bidonvilles? Ils ont disparu entre deux affectations scolaires; ils sont inscrits dans un établissement éloigné où ils ne vont plus.

Les accrochages impossibles

S’ils y retournent ou s’ils intègrent un nouvel établissement, c’est encore sans lendemain. Il suffira d’une journée de grève, de quelques cours annulés (il est fréquent pour des collégiens ordinaires, d’avoir chaque semaine entre 5 et 6 heures de cours qui n’ont pas lieu), pour qu’à leur tour, ils sèchent les cours qui leur restent pour banaliser une demie journée ou une journée complète.

Ce qui frappe, en plus de l’invisibilité de cette situation, c’est son irréversibilité . Le phénomène n’est ni compris, ni perçu, ni analysé. Il n’y a aucun changement en vue des fonctionnements, des pratiques, des conduites, ou de la pédagogie. Envisager la voie de la réforme, ou du changement des pratiques, est dorénavant considéré comme une idée farfelue. Le enseignants ne font plus équipe? En ont-ils constitué une un jour? En tout les cas, chacun gère la défaillance du jeune , dans la plus grande improvisation et sans aucune concertation générale.

Une gestion sans vision

En lieu et place, on multiplie les procédures administratives et les sanctions. Il n’y a jamais eu autant d’enfants précaires, sanctionnés, punis, renvoyés parfois pour des jours entiers dans une seule et même classe.

La gestion des sanctions est devenue une activité en elle même dans laquelle , toute l’énergie disponible de l’institution du collège, semble s’être “abîmée”.

Les “colles”, les punitions, les avertissements, les exclusions s’ajoutent les unes aux autres, contribuant à en banaliser le sens et la survenue. C’est devenu “normal”…

Ces jeunes adolescents des quartiers ont récemment intégré en grand nombre les trafics dont les spots et points d’accès se sont multipliés. Nous les rencontrons tous les jours en pied d’immeuble , dans les caves ou les cages d’escalier. Ils mènent désormais une double carrière: collégiens sur le papier , apprentis délinquants , aspirants à un parcours risqué , mais à leur portée, dans la réalité.

Une présence inévitable à instaurer

Ces enfants et jeunes ont besoin aujourd’hui de structures, d’acteurs et d’actions dont on ne puisse pas décrocher. Nous n’avons pas besoin de médiateurs en plus, d’ambassadeurs ou de concertation supplémentaires. Toutes ces mesure sont prouvé leurs limites.

C’est le sens des “ateliers ados” mis en place par Intermèdes Robinson- MJC-Centre social, dans le Nord de l’Essonne.

C’est parce que nous pouvons nous porter au devant de ces publics directement sur leur lieu de vie pour établir des relations durables, inconditionnelles et portant sur tous les aspects concrets de leur vie (éducation, santé, scolarité) que nous pourrons agir efficacement sur leur orientation et devenir.

MARDI 16 FÉVRIER 2021

Atelier au bidonville du rond-point

Aujourd’hui les Robinsons proposent un atelier riche à tous point de vue. Au programme : danse tzigane, atelier création de petit livret et perles et petite enfance géante ! En somme, un atelier qui libère les énergies ! Hafsatou apprend les percutions corporelles et certains pas de danse tzigane aux enfants, sous le regard amusé des parents. En parrallèle, nous continuons à filmer pour notre prochain clip d’Aven Savore “La Romnjasa” ; une chanson qui parle d’un homme tzigane qui rêve d’une éventuelle future épouse, dont l’image l’obsède au point de l’empêcher de dormir !

De l’autre côté du camp, on se télescope auprès de l’atelier livre et perle, qui fonctionne du tonnerre également. Les dessins sont accrochés entre deux arbres, pour former une grande lessive d’œuvres diverses et variées. Si on se télescope un peu plus loin, on aperçoit une magnifique petite enfance avec des M. et Mme Patates à rhabiller, des tours Lego construites avec une certaine ferveur par plusieurs enfants à la suite, et Mario et Isabella qui font les fous sur les canapés en mousse !

On termine par un délicieux goûter fruité et chocolaté. See you next week pour des vacances endiablées !

MERCREDI 17 FÉVRIER 2021

Ateliers Vacances Familles

Cette année pour ces vacances d’hiver un peu « spéciales » les vacances familles se font courtes mais intenses : petits ateliers créatifs et jeux, 3 matins par semaine, les mercredi, jeudi et vendredi, dans nos locaux à Chilly Mazarin.

Avec les enfants et leurs mamans, quand elles ne font pas ensemble une bonne cuisine à offrir en partage,
nous bricolons et créons avec la matière et les mots… : Scrabble, rencontre de couleurs en aquarelles sur papier mouillé, atelier argile-poterie, s’autonomiser avec les perles de rocailles…

De bons moments partagés !

 

Splendide atelier ensoleillé, il y a beaucoup d’enfants qui pointent le bout de leur nez. Christmaël, Wayat et Aby sont les premiers et nous aident à ramener le matériel du camion au quartier. On se met en place avec bonne humeur, tandis que les autres enfants arrivent. On propose aujourd’hui une petite enfance avec les jeux de construction en carton, un atelier “impression de ma fenêtre” avec les plexiglas, un foot géant qui accueille petits et grands et une pétanque, un billard suédois pour un accueil ludique de nos jeunes.

L’atelier impression fait fureur : tout le monde y va de son joli dessin à la gouache à imprimer, de l’arc-en-ciel au monstre qui dort sous notre lit, les enfants sont très inspirés par cette nouvelle technique ! L’intérêt de cette technique est de pouvoir superposer les couleurs, comme en sérigraphie. Cela parle beaucoup aux petits comme aux plus grands, qui créent des formes de plus en plus abstraites au fur et à mesure de l’atelier.

Maïté s’entretient avec Christmaël lors d’un “Quoi de neuf ?” toujours bienvenu pour nos enfants, qui n’ont pas de réels espaces de parole au quotidien, que ce soit au sein de leur foyer ou à l’école. La pétanque fonctionne très bien aussi, des parties amusantes se dessinent tout au long de l’atelier. Rosy de son côté est venue tirer le portrait de Kardiatou avec de l’argile, tandis que Kardiatou elle-même modèle la terre pour faire le visage de quelqu’un d’autre. Angèle se prête elle-aussi au jeu, et modèle l’argile avec brio. Alex et Wendy s’éclate avec une bonne dizaine d’enfant en jouant une partie de foot “interminable”, jusqu’à ce que sonne l’heure du goûter !

Chocolat chaud et gâteaux délicieux sont au menu de ce jour. Bon apétit, et à samedi pour la grande journée Olympiades interquartiers organisées par notre association au stade de Longjumeau. Début des activités à 14h00 et fin de journée à 17h30 : Venez tous !

ATELIER BEL-AIR

Nous arrivons autour de 14h45 au quartier de Bel-Air dans lequel des rayons de soleil nous attendent. Les ateliers, rapidement installés, attirent peu à peu des jeunes de tout âge venant se joindre à nous.

Un atelier de peinture, animé par Piero, suscite de nombreuses créations, affichées par la suite dans le local. Les jeunes s’amusent à manier bombes et pinceaux et finissent par une toile peinte à la main.

Un deuxième atelier créatif, animé par Fatoumata et Penda, est proposé. De nombreux.ses jeunes sont venu.es fabriquer des bracelets, pour soi et/ou pour offrir. A l’heure du goûter, les enfants ne veulent plus s’arrêter ! Cet atelier se poursuivra très probablement la prochaine semaine !

Entre ces deux ateliers créatifs, tir à l’arc, pétanque, jongle et football sont proposés par Thimothée et Mohamed, ainsi qu’un espace pour la petite enfance que j’anime en alternant entre jeux de construction, jeux symboliques (dinette), et lecture d’histoires.

Nous prenons par la suite le goûter ensemble et chantons en chœur un bel anniversaire pour Kenzah qui fête aujourd’hui ses 6 ans !!

Cette belle après-midi se termine avec une distribution de tracts afin que personne n’oublie les Olympiades interquartiers qui se préparent samedi…

A très vite !

Cassandre

JEUDI 18 FÉVRIER 2021

Atelier skate Park

Aujourd’hui au Skate Park nous avons organisé un foot avec des jeunes animé par Djema, Mohamed. Nous avons aussi fait une petite enfance animé par Fatoumata et des jeux de société animé par Timothé et Kevin. La pluie nous as empêché de mètre a bien nos activés. Le gouter c’est très bien passe. Chocolat chaud, des granola.

Atelier de Massy

Aujourd’hui, dans le cadre des rencontres Inter-quartiers, une délégation d’enfants du quartier de Saint-Eloi nous accompagne sur l’atelier.

Atelier Rocade

Fatoumata, Kevin, Alexandre, Penda, Tim, Aziz, Nassim, Chiara, Mohamed

Atelier très performant. Un nombre important d’enfants et de familles. De nombreux ateliers mis en place: peinture, petite enfance, tir à l’arc, foot, pétanque. Couscous préparé par les mères de famille. Bonne ambiance de bonne augure pour les olympiades de demain.

[/smart-grid]

SAMEDI 20 FÉVRIER 2021

Olympiades Interquartiers à la Plaine de Longjumeau

Ça y est, c’est le grand jour tant attendu par les enfants des trois quartiers où nous intervenons, à savoir Parc de la Corneille à Massy, Bel-Air, la Rocade et la Villa Saint-Martin à Longjumeau, et Saint-Eloi à Chilly-Mazarin.

Nous retrouvons 150 personnes en ce beau samedi à la Plaine de Longjumeau, pour de multiples activités : boxe, arts (graff, impression avec plaque de plexiglas, fabrication de carnet et aquarelle), parties de football géantes, gigantesque distribution de barbe à papa, beignets et crêpes, et petite enfance géante ! Une exposition des œuvres “Le quartier vu de ma fenêtre” réalisées durant les mois de janvier et février dans les trois quartiers se tient à l’entrée de notre grand évènement Interquartier.

C’est une journée réussie, dans une ambiance conviviale et chaleureuse ! L’occasion pour l’équipe de resserrer les liens entre les enfants et leur famille et l’association, mais aussi de montrer que, d’un quartier à l’autre, nous nous ressemblons tous !

 

Ce qu’ils en disent…

Ce qu’ils en disent …

Il paraît que vous êtes financés par ailleurs…

Les représentants des institutions, comme des collectivités, ont toujours cette étrange croyance, que les gens, ou les collectifs peuvent se débrouiller par ailleurs ; qu’ils auraient des moyens occultes, des soutiens étranges, des ressources cachées.

Il faudrait donc tout naturellement se méfier de leurs demandes, immédiatement soupçonnées d’illégitimité.

Ne seraient ils pas les uns et les autres, les publics précaires (comme ceux qui s’occupent d’eux) des dissimulateurs et en quelque sorte des profiteurs?

Qu’il est doux de s’imaginer que ce que l’on refuse ici, serait donné par d’autres ailleurs! que les manquements de ceux qui sont en charge, seraient compensés par ceux qui ne le sont pas?

Étrange paradoxe de vouloir toujours identifier, dans le traitement qu’on leur fait, les acteurs sociaux… avec le public qu’ils prennent en charge.

Les uns et les autres pourraient en effet témoigner d’une réalité sociale qu’on n’a pas envie de regarder en face.

D’autres font déjà ce que vous faites (en mieux, bien sûr!)

On n’en sait rien, mais “il paraît”, ou on le laisse croire. Ou alors on vous déclare , que ce n’est pas à vous d’agir; que ce que vous faites n’est en rien nécessaire; que ce devraient être d’autres acteurs. D’ailleurs ils le font sûrement…

Ne ferions nous pas notre travail à la place des autres? Pour un peu , on verserait rapidement dans l’accusation. Peut être que ces missions essentielles que vous remplissez , auprès de publics prioritaires, seraient indues, seraient presque du travail au noir?

N’est on pas en train de faire écran vis à vis de “vrais” professionnels, du Social, de la Culture, ou de l’Education?

N’est on pas en train de priver, les publics que nous avons rejoints de la chance d’aller vers de “vrais” professionnels, efficaces, … et surtout payés ailleurs?

Là encore, la question porte toujours en creux une accusation, un soupçon.

Le but ici rejoint le moyen employé : dénier la réalité de la crise des institutions et des pratiques; dénier le fossé qui s’est constitué entre familles, enfants précaires et structures classiques; et accuser le témoin, le volontaire , le citoyen, de l’avoir creusé!

Vous pouvez peut être demander de l’aide, “entre vous”?

Le troisième réflexe découle des deux premiers; tous ceux qui ont des besoins , qui nécessiteraient qu’on crée pour eux, que l’on fonde quelque chose, qu’on construise ou soutienne, … ne pourraient ils pas se soutenir entre eux?

Pourquoi ne pas les renvoyer les uns vers les autres, pour qu’ils puissent mutualiser les soutiens qu’ils n’ont pas reçus?

Ce serait un rêve merveilleux que les précaires, comme les structures qui les accompagnent , se prennent en charge entre soi, sans plus rien demander.

Supposer que celui qui demande, pourrait donner quelque chose à celui qui demande encore plus fort, est une bonne astuce, une belle affaire.

On fait un peu “d’une pierre deux coups” en renvoyant les uns vers les autres, ceux qui sont dans le besoin; on se pose en coordinateur, en médiateur, en chef d’orchestre , à bon compte.

Celui qui pilote n’a pas payé l’avion!

Si vous faisiez de la culture, ça se saurait

Arrive alors le quatrième réflexe et celui là use de tautologie et d’évidence; si les soutiens ne viennent pas; si on ne finance pas; si on ne bâtit, pas… c’est bien la preuve que ce qui était demandé n’en valait pas la peine.

Ce qui n’est pas financé, ne mérite peut être pas de financements? De même que ce qui n’était pas hébergé, a fait la preuve de ne pas avoir besoin de toit.

Et comment avez vous fait jusqu’ici? Pourquoi auriez vous besoin de ce dont vous vous êtes passés jusqu’alors?

Seules les activités hébergées, celles qui monopolisent les murs et les moyens, ont fait la preuve de leur valeur, … et donc, méritent ce qu’elles coûtent.

Pour elles, on ne compte plus; il n’est besoin de nulle méfiance, et même pas du moindre petit doute, ou de la simple interrogation sur ce à quoi elles servent et sur qui elles servent.

La Culture devient ainsi un argument majeur. Elle vaut en elle même à partir du moment où elle est clivante ; quand elle ne concerne plus tout le monde…

Et si elle est excluante de pans entiers de la population, c’est bien justement ce qui confirme sa valeur à défendre et à préserver.

Faire des pauvres choses pour les pauvres gens

Car ce qui est fait pour les pauvres et les précaires, quand bien même c’est de la pure création artistique et sociale , doit nécessairement être pauvre et précaire, à son tour.

C’est de la “culture d’accès”, de la culture adaptée, un peu de la culture de seconde zone, … afin de préserver le brillant et le lustre de la Culture principale (avec un grand C) .

Il faut que ce qui est vivant, plein d’énergie, en plein essor, paraisse secondaire ; car sinon que resterait-il aux institutions, en place, celles qui se ferment si facilement, qui vieillissent mal, ou qui tombent en désuétude?

La vie, c’est toujours un peu sale.

Le renoncement à fonder

Le point commun de tous ces réflexes mentaux, publics ou politiques, c’est toujours de trouver une excuse à ne rien faire. A ne pas changer, à continuer de même; à ne pas bâtir et à ne pas fonder.

Or, pour faire société, il faut bâtir, il faut faire du neuf, il faut faire naître de nouvelles possibilités.

C’est un acte créateur, qui nécessite ce qu’il faut de critique sociale, de critique de l’existant et de vision des changements nécessaires.

Il y faut du risque, de l’aventure ; pas de la gestion.

Or, seuls des bâtisseurs pourront faire une société qui a du sens.

MARDI 9 FÉVRIER 2021

Atelier au bidonville du rond-point

Rond-point ! Dans un froid glacial nous retrouvons tous les enfants du rond-point, malgré tout, pour un atelier bien sportif aujourd’hui.

Éperviers, sortez !, le jeu des fruits, le jeu du foulard, etc. Les jeux collectifs  nous réchauffent, et en plus on rigole vraiment bien tous ensemble. Pour se calmer après l’effort, on va peindre une cabane, ou encore faire du Pollock sur sa feuille comme Gabriel, qui est un adepte de la technique. Enfin, on boit un chocolat chaud bien mérité par ce froid glacial, et on mange des bananes et des madeleines. Les enfants nous aident à ranger, et on se dit à tout bientôt pour le prochain atelier !

MERCREDI 10 FÉVRIER 2021

Atelier à Saint-Eloi

Aujourd’hui bel après-midi à Saint-Eloi!

Malgré qu’il faisait très froid et que tout le quartier était recouvert de neige, les enfants nous attendaient déjà sur place. Ils avaient hâte de savoir quelles activités nous avions prévu pour passer l’après-midi ensemble!

Afin de se réchauffer tous un peu, nous avons préparé des crêpes: deux groupes différents ont préparés deux pâtes à crêpe! Un autre petit groupe à partagé un beau moment convivial autour du feu, en cuisinant les crêpes et en discutant de leurs journées.

Un peu plus loin, des passionnantes parties de Uno et de puissance 4 ont eu lieu…

Nous avons partagé un beau moment tous ensemble, très calme et convivial, entourés par un magnifique paysage enneigé et réchauffés par des supers crêpes aux sucre et du chocolat chaud!

A la semaine prochaine!

Francesca

Atelier de Bel Air, Longjumeau:

Cette après-midi à Bel Air, nous avons de la belle neige et des idées des jeux pour la plus grande bonheur des enfants .

Malgré le froid les enfants et les jeunes sont très impatients de faire des activités comme la boxe, où le foot en neige, qui défoule et qui donne des fous rires et de la joie au petits comme aux grands.

Pour rechauffer un peu l’ambiance Fatoumata et Kaltoum  préparent des beignets avec du chocolat et au fur et à mesure elles sont distribuées pour leurs plus grand plaisir.

Nicolae s’en occupe de la boxe et en tant qu’animateur et commentateur du match, ça donne encore plus envie aux enfants et aux adultes de s’impliquer.

Le foot sur la neige fonctionne de merveille mais malgré tout ça, chute après chute, les enfants continuent de jouer et de s’amuser. Lionel assure le badminton avec Awa et Adama, afin de prendre une pause car les doigts des mains sont gelées.

Le goûter clos une très belle journée pleine de joie et de bonne humeur.

JEUDI 11 FÉVRIER 2021

Atelier au quartier de Massy, Parc de la Corneille

Aujourd’hui à Massy, nous continuons notre session graff et cette semaine nous savions que c’était l’anniversaire de Cassian ! Une belle occasion de laisser un beau message pour lui dans le quartier. Nous découpons aussi de beaux flocons de neige dans des feuilles de papier, que nous utilisons pour faire de magnifiques pochoirs. Une technique que les filles connaissent bien, maintenant. Un peu de boxe pour se réchauffer (on en a bien besoin, il fait 0° aujourd’hui !), quelques boules de neige qui volent, un gâteau d’anniversaire pour Cassian et puis à la semaine prochaine les enfants !

Atelier de Astoria, Massy:

Une après-midi très frileuse, mais nous espérons se rechauffer à l’intérieur de l’hôtel Astoria, où les enfants avaient l’habitude de nous attendre impatiemment, mais nos plans sont tombé à l’eau car la salle est refaite en entier, la peinture et les meubles encombre toute la pièce.

Sans trop attendre on se réfugie à l’extérieur sur le parking de l’hôtel où nous accueillons quelques enfants pour les jeux collectifs et un peu de dessin,malgré le froid. Après s’être rechauffer un tout petit peu nous proposons le jeux de “Chat”, pour courir un peu afin de se regrouper pour partager un chaud goûter tous ensemble.

Brrrrr…je vous laisse et à la semaine prochaine!

Atelier de Skate-Park du Jeudi 11 Février 2020

Nous avons mis en place l’activité Boxe avec le champion toutes catégories “MoMo”, puis percursion avec Fatoumata, jeu de boules et corde de force, qui a rencontré un grand succès car il mettait les jeunes en compétition, chacun enroulé dans la corde. Un des jeunes qui avait participé au tir de corde a préféré finir par la pratique du tir à l’arc plutôt que de goûter. Etant donné le froid qui saisissait ainsi que les quelques enfants présents, nous avons laissé le choix aux enfants de terminer en mangeant leurs gâteaux ou de terminer leurs parties de jeu. Nous avons fait le briefing dans le camion.

[gallery] shortcode not found inside [smart-grid][/smart-grid] shortcode

Atelier de Anthony Pôle:

Une belle journée à l’horizon, malgré une matinée glaciale sous le bleu ciel d’Anthony, et au bidonville c’est plutôt calme, il y a presque pas d’enfants quand on arrive sur les lieux.

Mais dès notre arrivée, les enfants nous ont accueillis très chaleureusement, car on en avait besoin, tellement il faisait froid…mais bon, nous décidons de sortir les grands jeux et la boxe car c’étaient très demandé par les enfants.

Nicolae s’occupe de faire le goûter sur place, le chocolat chaud, aidé par Ermina , Isaura et Lavinia et on rajoute un peu de chantilly, pour le plus grand plaisir des enfants et des adultes. Les enfants réclament aussi le pop-corn salé, et ce qui est dit est vite fait afin d’atterrir dans les verres joliment dessinés par chacun et chacune à l’atelier de Cassandre. Djemma et Wendy tournaient un peu sur les activités de badminton et de cuisine, afin d’encourager les filles à participer à la boxe, car pendant ce temps Jeanne mène un combat de boxe sur plusieurs fronts, afin de faire comprendre aux garçons les plus excités , comment utiliser les gants de boxe et ne pas se blesser ou blesser les autres. Ils sont tout ouïe. La joie et le bonheur c’est les mots de la journée car tous les présents étaient très contents de goûter et de participer à l’ensemble des activités. Larisa m’interpelle afin de me demander de ne pas oublier l’activité boxe pour la semaine prochaine.

Une belle journée qui finit dans la joie et avec des fous rires et tout le monde est content.

A la prochaine.

Nicolae.

Atelier du Balladin

Aujourd’hui au Balladin nous arrivons en force ! On installe la petite enfance, les craies de sol, on installe un super parcours du combattant a base de course en sac et de dégommage de plot !On installe aussi un atelier de danse orientale. Les enfants arrivent petit a petit, les enfants rentrent de l’école et arrivent sur l’atelier. Avec les craies de sol, on dessine un serpent géant de toutes les couleurs, on dessine aussi un parcourt pour les petites voitures. A l’atelier danse on met des foulards ornés de fanfreluche qui sonne quand on bouge, les enfants adorent ! A la fin de l’atelier, on danse tous ensemble et on fait le jeux des statuts musicales avant de prendre un gouter bien mérité !

[gallery] shortcode not found inside [smart-grid][/smart-grid] shortcode

SAMEDI 13 FÉVRIER 2021

Atelier au quartier de Bel-Air à Longjumeau

 

Les Robinsons ramènent cette semaine de l’aquarelle a.k.a. “peinture granita”, je vous expliquerais après pourquoi, et le ballon de foot pour des passes endiablées.

En effet après une demi-heure de peinture avec les filles, nos réalisons que l’eau dans nos pots en verre a gelé, et que la peinture aussi ! Cela ne nous empêche pas de dessiner ce qu’on aimerait voir dans le quartier : des fleurs, un arc-en-ciel, des boites multicolores (cela me fait penser au local où nous entreposons le matériel de jardinage…). On arrête le granita-painting, et on rejoins les garçons qui faisait du foot pour faire un “épervier, sortez !” avec tout le monde. Une fois bien fatigués, on se regroupe autour de la table et on mange le goûter.

Atelier de la Villa St. Martin:

Un très agréable après-midi aujourd’hui à Villa Saint Martin. Les jeunes, de toute âge, nous ont rejoint nombreux autour des activités mises en place. Beaucoup de sport pour souffler et se rechauffer: un badminton, la pétanque, corde à sauter. Mais aussi des jeux de société et de la musique… ! On a pu bénéficier d’un délicieux goûter avec quelques mamans et des jeunes autour des gâteaux et du chocolat chaud, éléments incontournables pour un bel après-midi d’hiver.

A la prochaine!