La production institutionnelle du décrochage scolaire (II)

La production institutionnelle du décrochage scolaire ( Partie II)

Nous entreprenons ici , dans un texte en plusieurs parties, de rendre compte du travail d’observation et d’analyse du développement de différentes formes de décrochage scolaire et de leurs causalités.

Second niveau : on réfute la qualité d’habitant aux familles précaires pour retarder ou empêcher la scolarité sur son territoire

Il est saisissant pour des acteurs de terrain de remarquer comment des partenaires d’échelon territorial différent (commune, département, État) emploient exactement la même rhétorique pour mettre en doute la qualité d’habitant d’un territoire pour des enfants et des familles bien réelles qui vivent sur ce dit territoire de manière constante et ce parfois depuis de longues périodes.

Une rhétorique commune du déni

Une formule qu’on pourrait résumer » ces gens ne sont pas plus des habitants d’ici que d’ailleurs », peut résumer un raisonnement que nous entendons partout et tout le temps à chaque fois que nous tentons, comme acteurs locaux de faire valoir les droits des enfants et familles précaires, en particulier pour ce qui touche à la scolarité.

C’est à l’appui de ce type de formule par exemple que les services sociaux et de protection de l’enfance de notre département refusent de prendre en compte et voire de recevoir des enfants et des familles sans domicile. C’est une manière de nier à la fois la réalité de leur présence sur le territoire et même de leur attache à ce même territoire, sous la forme de relations humaines, de liens avec des personnes, des associations ou des groupes que ces familles et enfants ont pu établir.

Des progrès juridiques dans l’affirmation des droits des personnes ou familles « à la rue », ont certes été mis en œuvre ces dernières années.

La solution ratée de la domiciliation administrative

Ainsi la plupart des administrations semblent enfin admettre la notion de résidence et domiciliation administrative pour les personnes et familles mal logées.

En tant qu’acteurs engagés dans la mise en œuvre des droits pour ces familles, nous pourrions ainsi compter sur la possibilité d’obtenir, notamment par les CCAS des villes importantes, une domiciliation administrative comme un levier pour ouvrir des droits.

Malheureusement les constats sur la mise en pratique de ce droit à la domiciliation laissent de la place à de nombreux biais, subterfuges ou lacunes quant à la mise en œuvre.

En particulier et comme il est fréquent en matière de droits de personnes ou groupes précaires, cette possibilité de domiciliation est régulièrement utilisée ou invoquée pour faire obstacle à des droits fondamentaux qui sont sans lien avec cette mesure.

Ainsi nous rencontrons de plus en plus d’employés d’administration communale qui s’opposent ou retardent des demandes de scolarisation d’enfants vivant sur leur territoire au motif que les parents n’y ont pas de domiciliation administrative et qu’il faudra attendre qu’ils en obtiennent une.

Parfois même quand les familles viennent d’un autre point du territoire national et qu’elles sont déjà titulaires d’une domiciliation administrative sur une autre commune, on utilise ce fait pour réfuter l’obligation scolaire.

De telles attitudes pourraient paraître peu dommageables s’il était aisé d’établir une domiciliation administrative ; c’est ce que laisse penser la loi qui en établit le droit assez largement dès lors qu’une personne sans domicile peut établir un lien quelconque avec le territoire de la commune où elle a trouvé abri.

Du mésusage de la demande de domiciliation : retards et détournement

Comme toujours la clarté des lois est vite encombrée de règles plus ou moins légales, implicites, verbales, ajoutées par les administrations municipales pour en restreindre le champ.

Ici pour prendre en compte une demande de domiciliation administrative on va réclamer aux personnes ou familles des attestations d’acteurs sociaux, associatifs ou caritatifs affirmant l’existence d’un lien de celles-ci avec le territoire.

Ailleurs on va demander des documents aberrants dans ce cadre, ou impossibles à établir comme des attestations d’hébergement ou des preuves de résidence sur la commune.

Certaines communes refusent à l’inverse toute attestation en provenance de structures sociales tierces et indépendantes. Certaines invoquent également les changements récents de la loi qui les autorisent à vérifier par tout moyen la présence des familles et personnes sur leur commune, pour charger leur police municipale d’un contrôle dont les modalités floues et ouvrent la voie à tous les abus.

Plus simplement encore, certaines communes exigent à l’appui des demandes de domiciliation des documents non prévus par la loi, difficiles ou impossibles à obtenir ou à détenir pour des familles à la rue ou récemment arrivées sur le territoire national.

Pour finir les délais d’instruction sont dans les faits à la discrétion des communes et sont fréquemment dissuasifs : de quelques semaines à plusieurs mois durant lesquels les démarches qui ont été subordonnées à la domiciliation seront justement impossibles à réaliser. C’est là un moyen très simple pour retarder des inscriptions scolaires, en attendant ou espérant le départ des familles et enfants concernés ou pour l’obtention de tout autre droit.

La culture verbale du refus administratif

Pour résumer les obstacles aux droits fondamentaux comme l’obligation scolaire qui se retrouvent mis en suspens de manière discrétionnaire par les municipalités, nous devons porter notre attention sur l’accumulation de règlementations qui restent dans le domaine informel et « verbal ».

Les demandes illégitimes de document, les refus de prendre en compte des dossiers ou même de donner des dossiers à remplir sont d’autant plus fréquents que ces limitations ne sont énoncées qu’à l’oral, toujours en invoquant la Loi, et ne laissent aucune autre trace que le possible témoignage des personnes intéressées.

Cette « culture verbale du refus » à prétexte juridique est malheureusement très commune au sein des administrations territoriales, où des employés souvent peu formés se contentent de relayer des affirmations tout aussi informelles qu’eux-mêmes ont entendu de la bouche d’élus ou de chefs de service.

MARDI 4 OCTOBRE 2022

PS Jeune lycée Jean Perrin, Longjumeau

Après-midi spécial pour moi car je vais à l’encontre des lycéens afin de leur présenter notre association, les actions que nous y menons et les missions du PS Jeune subventionné par la CAF. Certains nous connaissent de nom et me disent une phrase qui m’est beaucoup trop familière : « Ah je pensais que c’était juste une MJC qui faisait des jeux avec les enfants ». Nous qui sommes un Espace de Vie Social et un Centre Social, nous qui intervenons auprès d’un public précaire, notre travail est bien souvent minimisé. J’ai beaucoup apprécié cette conversation avec Oussama qui tournait autour des étiquettes qui nous sont collées dessus malgré nous et comment nous les portons. C’est le moments de remplir les fiches d’adhésion et de prendre des créneaux de « rendez-vous » pour que je puisse les recevoir et les accompagner dans leur différents projets : recherche de stage/recherche de parcours professionnel à suivre après le lycée…

Atelier au bidonville d’Antony Pôle

Aujourd’hui nous nous sommes rendu au bidonville d’Antony pôle. Plusieurs ateliers ont été proposé et animé. Un atelier créatif avec du dessin a énormément été apprécié cela a permis aux enfants de pouvoir s’exprimer tout en dessinant. Un atelier sportif avec un jeu ou il fallait attraper le chasuble de l’autre a plu. Un espace petite enfance avec un éveil musical a eu son effet : les petits ont adoré ! Un atelier jeu de société a été apprécié par les petits comme par les grands. Un goûter effectué dans le calme a permi aux enfants de se reposer après cette belle journée.

MERCREDI 5 OCTOBRE 2022

Atelier au quartier de Saint-Eloi, Chilly-Mazarin

Nous nous retrouvons comme tout les mercredis à Saint-Eloi. Aujourd’hui nous avions mis en place un atelier peinture sur le thème « Octobre rose », petit moment de sensibilisation au dépistage du cancer du sein qui touche 10% des femmes chaque année en France. Nous avons été ravis de voir certaines maman participer à l’activité. Nous avons également installé un coin privilégié pour les mamans avec du thé et des gâteaux pour favoriser le dialogue entre nous. Il y avait la petite enfance ainsi que les jeux de société. Le premier entrainement de foot a eu lieu aujourd’hui et les filles comme les garçons étaient contents. Nous avons ensuite finit par l’assemblée des présents et le goûter.

Atelier au bidonville de Champlan 2

Très bel atelier cet après-midi, sous un beau soleil, quelques enfants nous accueillent et nous aident à installer nos ateliers : une petite enfance avec legos, chemins de fer en bois et instruments de musique ; une table pour le coloriage, une autre pour le henné et un cercle de plots pour les duels de dossards. Après un petit quart d’heure, plus d’enfants nous rejoignent et l’ambiance joyeuse se répand. Nicolas et Rosa se régalent avec les xylophones à créer des mélodies et essayer de les retenir, ielles sont entourés de courses de voitures sur les rails. Enfants et ados sont fiers de montrer leurs « tatouages » et le tir à la corde réunit tout le monde autour d’une compétition saine.

Au goûter nous faisons un jeu rythmique tous ensemble et chantons la chanson de l’éléphant avant de partager sirop et gâteaux aux fruits.

Atelier à l’hôtel Astoria, Massy

Très bel atelier aujourd’hui à l’hôtel social Astoria ! Les enfants accourent pour nous rejoindre dans le petit salon de l’hôtel, on s’assoit aux tables pour faire des jeux de société, ou construire de grandes tours de Kapla pour jouer au jeu de Jenga. On fait des guirlandes avec du papier crépon de toutes les couleurs, et les filles jouent à se les mettre en grands colliers de princesses. Le goûter se passe bien, et les enfants se parlent pour décider de ce que l’on va faire la semaine prochaine : du « slime » fait maison, de la pâte à modeler maison et des jeux de parcours sportifs ! A mercredi prochain les jeunes !!

CLAS Collège / Lycée

On reçoit 14 jeunes cet après-midi ! Comme à notre habitude, nous aménageons différents espaces dans notre local afin d’accueillir au mieux tous ces jeunes en demande. Les émotions sont vives, on ressent un énorme besoin d’attention et d’écoute. Nous essayons de créer un temps de partage unique avec chacun.e alternant entre besoins scolaires & besoins personnels/affectifs.

JEUDI 6 OCTOBRE 2022

Atelier échange de pratique

Aujourd’hui à l’échange de pratique le thème était : « Quelles activités animer en atelier de rue ? »

Nous avons fait des demi-groupe pour réfléchir ensemble par différents pôles :

  • Pôle petite enfance
  • Pôle créatif
  • Pôle sportif
  • Pôle jeux de société

Nous avons ensuite mis en commun nos réponses et dialoguer ensemble. L’objectif est de créer un classeur avec des idées d’activités pour les futurs stagiaires/services civiques.

Permanence administrative

Nous avons accueillis une quinzaine de personnes aujourd’hui dans leurs démarches administratives.

Atelier au parc de la Corneille, Massy

On commence un cycle de foot « démocratique » sur la pelouse du parc, et c’est le grand retour de Cassian, Rayane et Seni, qui sont fiers de montrer leurs qualités de footballeur à Piero. Mohamed arbitre à l’aide du sifflet, il prend son rôle au sérieux et encourage même les jeunes sur le terrain. Au final on dénombre une vingtaine d’enfants sur la pelouse, filles et garçons confondu.es ! L’occasion pour Emma de renouer avec sa passion, elle qui est très vive et qui fait preuve d’un beau jeu de jambe. Ce 1er atelier foot démocratique est un succès, il permet aux jeunes de s’organiser entre eux pour former les équipes et organiser le grand tournoi interquartier de décembre qui se déroulera dans un lieu que nous vous révèlerons bientôt, ainsi qu’évidemment, la pratique du football.

L’atelier créatif de Marie est très apprécié, et rassemble une quinzaine de jeunes tout au long de l’atelier : nous dessinons au posca sur des photos des ateliers précédents en noir et blanc ; d’ailleurs, Mélina part en fou rire dès qu’elle voit des photos d’elle. Les photos prennent vie de manière très originales, et le résultat est très réussi.

A la petite enfance, Miruna propose des petits jeux d’eau qui fascinent les enfants. Senad propose un tournoi de jeux de société très apprécié par Anne-Gaëlle et Mélina. Ces dernières parlent aussi avec Marie pour convenir d’un rendez-vous pour venir signer leur convention de stage : toutes deux veulent faire leur stage de 3e à l’association Intermèdes Robinson, pour se diriger ensuite vers le social et plus particulièrement la petite enfance ! Cela fait des années que Mélina dit qu’elle veut devenir une Robinsonne, et cette concrétisation est une réussite pour elle ainsi que pour nous qui l’accompagnons.

Au goûter, ce sont Iness, Yousri et Jenna qui distribuent. Ils s’appliquent à bien distribuer à tous les enfants présents, et à ne surtout pas renverser de grenadine sur le tapis. Mission réussie, le goûter se déroule très bien et les enfants nous aident à replier les tables, et ramener le matériel dans la camionnette.

Atelier au jardin de Bel-Air, Longjumeau

Le soleil brille sur le jardin de Bel-Air ! Nous commençons l’après-midi avec un voyage à Truffaut pour acheter des graines de radis, d’épinard et des plants de diverses salades d’hiver ainsi que de l’ail, de l’échalote, et de l’oignon à planter. En arrivant sur le jardin, Hassan se met à l’installation d’une parcelle pour les salades, Miles continue sa réorganisation du local, et Cassandre, Andra et Mamie Zorha désherbent, arrosent et plantent nos nouvelles acquisitions. En plus de ce travail, une merveilleuse récolte de courges et autres légumes est faite ! A vos soupes !

Atelier au skate park de Longjumeau

Aujourd’hui nous avons fait un atelier au skate parc,ou Jeanne a fait des déguisements sur la petite enfance, Fatou a elle fait un atelier collage et découpage en même temps. Selin a ramené un ballon de basket et a fait suer les enfants jusqu’à les fatiguer, de l’autre coté Widson a fait un billard hollandais qui a très bien marché : il y a eu beaucoup de rageurs !

Atelier foodtruck à l’hôtel Balladins, Chilly-Mazarin

Aujourd’hui, au programme de l’atelier au Balladins, une petite-enfance animée par Zinora, renforcée par une étudiante de DUT Carrières Sociales. Aussi, Sylvie a proposé une activité maquillage. Alex et Morgane, du DUT Carrières Sociales ont animé une grande partie de poules-renards-vipères.
Au repas pour le goûter, une omelette thon œuf avec de la tomate et du fromage, miam. Un bon sirop pour accompagner le tout.
A la semaine prochaine les enfants.

VENDREDI 7 OCTOBRE 2022

Cantine du vendredi au local

Merci Hassan pour ce merveilleux tajine ! On reçoit une trentaine de personnes pour ce repas collectif. Et bonne nouvelle : Mohamed a participé à la cuisine ce vendredi matin, c’est une activité qu’il apprécie particulièrement !

Atelier FLE au local

On n’a un peu moins de monde aujourd’hui, Assetou a accouché la semaine dernière & Nadège n’a pas pu déplacer son heure de ménage par exemple… Mais cela nous permet de prendre un temps particulier de qualité avec chaque participant.e. Fatima progresse intensément en lecture et en écriture, c’est d’ailleurs avec Yassine, adolescent qui vient régulièrement nous voir, qu’elle travaille avant le début du cours. J’ai pu travailler les temps du passé autour de session d’écriture avec Bouzidia et Rachid, pour finir sur l’étude d’une séquence de Aya de Yopougon. « Il y a des fautes dans la BD » me dit Rachid. Remarque sur laquelle je reviendrai la semaine prochaine. D’un autre côté, Senad travaille principalement l’oral avec Selin afin qu’il prenne confiance lors des échanges qu’il a avec les enfants sur les ateliers.

Atelier au jardin de Bel-Air, Longjumeau

Merveilleux atelier au jardin ! Les enfants sont en nombre pour nous aider à jardiner ! On récolte, on sème, on plante, on bêche, on arrose, on découvre que la terre est bonne en observant les nombreux vers de terre, on goûte les petites courgettes crues, et pourquoi pas les courges ? On fait la différence entre terre, compost et terreau, on mélange le tout, on pousse la brouette, on rit beaucoup et puis, après ce bel atelier, on finit par ranger le matériel au local… Nous avons passé l’atelier avec des mamans qui nous aidaient à récolter et à désherber et avons dégusté au goûter le plat de pâtes agrémentées de tomates cerise du jardin cuisiné par Fatoumata. L’ambiance est belle, les enfants nous assurent leur aide pour la semaine prochaine, Minhane a même déplacé son cours du judo pour se rendre disponible… Merci à vous jolie troupe !

D’un autre côté, au City du squate park, c’est l’atelier foot qui bat son plein ! Énormément de jeunes rejoignent Piero pour débuter les entraînements. La plupart le connaissaient et sont heureux de le retrouver pour poursuivre les exercices footballistique.

Atelier à l’hôtel Parthénon, Chilly-Mazarin

Aujourd’hui nous sommes partis à l’hôtel du Parthénon. Abdel et Amandine ont animé un pôle petite enfance avec des kapla, des livres et toutes sortes de jouets. Les enfants se sont amusés à faire des tours et le premier qui faisait tomber la tour avait perdu ! Abdel a aussi animé un petit coin dessin sur le tapis avec des craies. Emma et Ilyanna ont animé un pôle créatif, les enfants ont créer une fresque sur le thème de la mer et les animaux marins. Ils ont pu les dessiner et les coller sur celle-ci. Zinora a animé un pôle sportif, il y avait du badminton et du tir à l’arc. Un atelier vraiment sympa ! A la semaine prochaine !!

Atelier au parc du Château, Chilly-Mazarin

Notre rendez-vous habituelle du vendredi es arrivé ! Les familles sont ravis de nous retrouver. Au programme aujourd’hui une des courses de voitures avec des marionnettes à la petite enfance. Un atelier peinture pour les plus créatif. Les sportifs étaient très enthousiastes de faire un tournoi de ping-pong et un match de foot. Pendant ce temps des parties de « Batawaf » se sont lancés dans le coin de jeux de société. Nous avons ensuite terminer par e goûter sous une ambiance musical. A vendredi !

Atelier au bidonville de la N20, Massy

Très bel atelier à la N20 cet après-midi, nous sommes accueillis par les enfants toujours aussi enthousiastes pour nous aider à nous installer. Une fois en place, les enfants jouent dans le calme au legos et au circuits en bois sur le tapis de la petite enfance, la compétition est de mise sur la table de billard hollandais, et sur l’atelier créatif, les enfants dessinent les contours d’étoiles, de licornes, de chats et de chiens, et par leur propre initiative les découpent et accrochent de la ficelle pour en faire des sortes de cerfs-volants.

Au goûter tous sont calmes et joyeux, nous discutons tranquillement autour d’un sirop et d’un pitch.

SAMEDI 8 OCTOBRE 2022

Atelier au quartier de la Rocade, Longjumeau

Très grand soleil aujourd’hui à la Rocade et surtout beaucoup d’enfants, entre 50 et 60 au point culminant de l’atelier ! Nous avions prévu de la pâte à modeler, un atelier cuisine, des jeux de petite enfance et d’adresse, mais comme les enfants ont demandé à faire du roller nous sommes aussi allés chercher des rollers dans notre local à Bel Air juste à côté. Et ça a bien marché, certains en faisaient pour la première fois, sous l’oeil de Miles et Jeanne. Beaucoup d’autres sont déjà des championnes et relevaient les différents « défis » qu’elles nous demandaient : rouler en slalom, en rond, en passant sous un obstacle, faire un aller retour le long de la rue en moins d’une minute… Pendant ce temps Hassan animait l’atelier pâte à modeler et Fatou préparait des tacos et des bananes plantain frites. A l’heure de les déguster il y avait tant de monde que nous avons dû faire deux cercles pour le goûter. Les 72 barquettes sont parties en un éclair !

Atelier au quartier de la Villa-Saint-Martin, Longjumeau

Une quinzaine d’enfants nous retrouvent cet aprem pour l’atelier foot : cette fois-ci, ils sont plus jeunes et durant l’entrainement, ils apprennent la règle du hors-jeu. Un atelier henné attire particulièrement Camélia et Riyana. Emma joue longuement avec Aron sur la petite enfance qui semblait très timide au départ, et un atelier artistique sur les arbres et les couleurs de l’automne attire de nombreuses créations. Délicieux goûter au soleil en fin d’atelier. Plaisir !

Atelier au quartier de Saint-Eloi, Chilly-Mazarin

Aujourd’hui nous nous sommes rendu au quarter de Saint-Eloi où nous avons accueillis une trentaine d’enfants. Nous avons mis en place un espace petite enfance qui a beaucoup plu. Les enfants ont été intéressés par les livres et la dinette. Nous avons eu un atelier créatif où nous avons réalisé des bracelets. Un atelier avec du henné qui a énormément plu. Un atelier sportif avec du tir-à-l’arc et du football ont fait leur effet. A disposition nous avons mis du thé et du café pour les parents, ce qui nous permet de pouvoir échanger avec eux. Avant le goûter nous avant organisé un concours de déguisement.

Un bel atelier, à la semaine prochaine.

Inscription à la newsletter

Réseaux sociaux

Flux Youtube

Nos principaux partenaires financiers



Nos principaux partenaires de terrain Banque Alimentaire Paris Ile de France