La fable du Woke et du Zombie

La fable du Woke et du Zombie

Deux figures sont omniprésentes dans notre univers médiatique et culturel , et de premier abord on peine à les relier l’une à l’autre.

Le « Woke », figure fantasmée de la droite haineuse et décomplexée est censé représenter l’emprise d’une idéologie contraignante , envahissante qui nous empêcherait de parler et penser comme on veut, nous imposant une sorte de bien-pensance, inclusive et envahissante.

Si les Zombies inspirent films et récits depuis plus de 40 ans, on les retrouve aujourd’hui partout dans les films et séries. Ils représentent une masse inhumaine, incapable de penser , dangereuse face à laquelle seuls des individus libres et indépendants peuvent survivre.

Le « face au Monde ».

Ces deux mythes intronisent l’individu, qui ne doit sa survie mentale ou physique, que par lui même dans un environnement hostile. C’est un « face au Monde » qui nous inspire dans un environnement social,écologique, économique et politique inquiétant et déstabilisant.

La survie

Dans un tel contexte, il importe avant tout de survivre et pour cela toutes les règles de savoir-vivre, toutes les règles humaines et sociales sont comme suspendues dans un état d’exception. Il n’est pas répréhensible de massacrer une foule de zombies, c’est même un acte sain qui manifeste une énergie vitale positive.

Mis ensemble, ces deux mythes témoignent d’une histoire différente et de tendances qui influencent notre avenir. Le fantasme du Woke, nous parle de la chape d’injonctions, d’interdits, de contraintes qui s’accumulent chaque jour davantage sur les individus. Jusqu’à la limite du supportable, les individus d’aujourd’hui sont enjoints de se policer eux mêmes, comptables du moindre acte, de la moindre parole et incités à surveiller les autres.

Fracture sociétale

Ceux qui échappent à cette police sont en danger dès lors à être considérés comme des « zombies », c’est à dire des inhumains, ce qui autorise à leur encontre et à l’inverse toute violence et répression.

Dans « Malaise dans la civilisation », écrit depuis bientôt 100 ans, Freud avertissait déjà du danger propre à tout mouvement de civilisation. La société en se complexifiant, en s’individualisant fait peser sur les individus une somme considérable de violences et de pressions, au risque de provoquer la rupture de leur équilibre psychique.

Or ce mouvement de répression constante , présenté perpétuellement comme un progrès de la civilisation, est irréversible. Il ne peut dès lors provoquer que des ruptures individuelles, dépressions et passages à l’acte, mais il a également une seconde conséquence beaucoup moins analysée.

Répression et violence collective

La violence individuelle provoquée par la répression trouve à s’exprimer par le développement d’une violence collective anomique, toujours perpétrée contre les plus faibles, ceux qui paraissent les plus « étrangers », les plus invisibles.

Cette masse qui par la violence qu’elle reçoit , provoque un exutoire, est telle une armée de zombies, privée de parole, de mode d’expression, et de représentation.

Pire , la violence que subit « cette armée des ombres », auto-justifie en permanence ceux qui la commettent. Ceux que l’on veut enfermer dans le silence sont toujours perçus comme « hostiles », envahissants, et responsables de tous les problèmes sociétaux ou environnementaux.

Ainsi l’individu , occupé à parfaire son intégration sociale, sa conformité aux modèles qu’on lui tend s’éloigne toujours un peu plus de la perception et de la compréhension de ces « autres » qu’il ne comprend plus et qu’il ne peut plus que haïr.

Un besoin de Liberté

La civilisation révèle ainsi ses contradictions et ses « malaises », à chaque fois qu’elle abandonne le social et la perspective de progrès des libertés publiques, pour ne plus s’adresser qu’aux individus.

Le remède au malaise c’est l’aspiration à la liberté, à la liberté sous toutes ses formes, c’est à dire à la remise en cause des normes ou règles qu’on nous impose

Or , la Liberté n’existe pas sans expérience immédiate et elle commence toujours par l’acquisition des langages humains et l’expression sous toutes ses formes.

C’est en ce sens que la Pédagogie Freinet, la Pédagogie sociale en général, constituent aujourd’hui une perspective d’espoir, pour tous les acteurs sociaux confrontés à des temps contraires.

La réalité est qu’en notre Monde, il n’existe pas plus de Wokes que de Zombies. Il n’y a que des individus isolés, en perte de sens qui peinent à faire Société.

MARDI 2 AOÛT 2022

Atelier au bidonville d’Antony Pôle

Un atelier super dynamique avec de l’aquarelle et une petite enfance qui a beaucoup plu: des livres, de la construction et de la dînette. Nous avons lu, appris des mots et joué avec les mots! L’atelier jeux de société animé par Miruna est un succès: les enfants raffolent des parties de Memory et de Uno et profitent de ce temps convivial pour rigoler ensemble. Au goûter Andréa lance une chanson roumaine pour les enfants que tout le monde reprends puis on profite d’un bon goûter avant de se dire à dans 3 semaines pour la rentrée. Nous prenons le temps de nous dire au revoir et surtout à bientôt!

Retour du séjour à l’île de loisir des boucles de seine…

Depuis jeudi 28 juillet, nous étions parties à l’île de loisirs des boucles de Seine, faire du camping avec des familles vivant en hôtel social. Nous étions en tout 45 personnes, issues de 3 générations, 20 nationalités, 4 hôtels sociaux ! Certaines familles étaient déjà parties l’an dernier et ont retrouvé avec plaisir un endroit qu’elles avaient déjà aimé et avaient pu anticiper. D’autres ont découvert ! L’espace est convivial, de grandes tentes en extérieur où l’on peut dormir à 7 ou 8. Nous avons aussi des tentes deux places, une tente spécial pour une famille dont la mère est en fauteuil roulant, bref tout le monde s’installe côte à côte, avec des duvets et des matelas. Dès l’arrivée tout le monde va se baigner, et à partir du lendemain les activités sont nombreuses : accrobranche, foot, escalade, radio, art-thérapie, pédalo, golf, et bien sûr baignades et jeux d’eau plusieurs fois par jour ! Il a fait beau tout le séjour et nous avons ressorti des piscines pour bébé, un bateau gonflable, des bouées licornes, des pelles et des seaux… Le matin et le midi nous déjeunons au self de l’île de loisirs, mais le soir c’est différent : suite à la demande des familles venues l’an dernier, chaque soir une équipe prépare un repas pour tout le monde. Cassandre a ainsi animé chaque jour de véritables ateliers cuisine, et chacun a pu manger de vrais plats : couscous, sardinade, pastels, poulet-riz, crêpes, salades de fruits et de légumes… Puis chaque soir c’est la veillée avec des jeux comme le loup-garou, ou la fête comme le jour de l’anniversaire de Mamadou, qui a fêté ses 17 ans pendant le séjour.

Bref, nous sommes tout le temps dehors et c’est très important quand on vit à l’hôtel, dans de petits espaces confinés et enclavés. Toutes nos activités sont collectives mais non contraintes, si des petits ou des grands sont fatigués ils et elles peuvent rester sur le tapis de petite enfance, dans de petites piscines que nous installons, ou sous la tente, à l’ombre, pour se reposer… Nous avons apporté notre matériel de l’ « atelier bien-être » pour ces moments de repos : crèmes, huiles de massage, vernis à ongles, henné, coiffures, perles… Miles a apporté sa guitare et on peut chanter ensemble – Bob Marley ou des impros avec Daps, « Les petits poissons » ou « Le matou revient » avec les plus petits…

Certains jeunes sont venus seuls, d’autres en fratries, d’autres avec toute la famille, parents et tatas comprises ! Il y a 6 encadrants et parfois leurs enfants, beaucoup se connaissent déjà grâce aux ateliers de l’association, d’autres se rencontrent ou apprennent à se connaître mieux. Nous voyons rapidement les effets sur les enfants et les relations : Aïcha, 4 ans, qui fréquente notre centre social depuis environ un an et qui a beaucoup de mal à parler et à gérer ses émotions, se met dès le premier jour à parler avec nous, à nous appeler par nos prénoms, à faire bien plus de phrases et d’interactions que d’habitude ! Le grand air fait du bien à tous et toutes, c’est palpable, nous le vérifions à la fin du séjour par des « assemblées des présents » de chaque génération, invitant tout le monde à dire ce qu’il a aimé, ce qu’elle voudrait améliorer, et quel souvenir il ou elle emportera.

MERCREDI 3 AOÛT 2022

Atelier au quartier de Saint-Eloi, Chilly-Mazarin

Aujourd’hui un goûter convivial avec des brugnons et des bananes, des pains au chocolat et du sirop!

Les enfants nous ont rejoint pour ce temps privilégié où nous avons pris le temps de discuter, prendre des nouvelles, organiser les sorties vacances… Et nous nous sommes dit à très vite pour une belle rentrée en perspective!

Atelier au jardin de Bel-Air, Longjumeau

Au jardin de Bel Air, sous un soleil de plomb, nous avons à nouveau désherbé, arrosé nos pieds de fruitiers et de citrouilles, qui ont soif sous cette canicule, et refait les grillages qui les protègent. Nous étions accompagnés par Kenza et Naoraz, 10 et 11 ans, qui vivent à Chilly-Mazarin et voulaient sortir, jouer. Nous avons retrouvé là bas Léa, qui nous a aidé à désherber et arroser et a pu profiter de la petite piscine que nous avions apporté pour que les enfants puissent se raffraîchir. A la fin de l’atelier elle est rejoint par Kenza, qui se met tout entière tout habillée dans la piscine ! Le tout en musique et arrosé de sirop pour ne pas se dessécher…

JEUDI 4 AOÛT 2022

Atelier au parc de la Corneille, Massy

Superbe atelier avec plein d’enfants, les inconditionnels mais aussi des nouveaux enfants comme Beny âgé de 4 ans et des plus grands qui ont adoré s’exercer à la boxe comme Rys, Ryed, Nambatoule, Tessa et Amina! Nous avons aussi fait du henné, les enfants étaient très heureux du résultat et du temps privilégié passé avec Marie! Il y a eu un atelier calme avec du dessin et des jeux de société! Les enfants voudraient pour notre retour, le vendredi 26 août faire des jeux de société, de la pâte à sel, de la boxe et du henné car ces activités leur ont vraiment plus! Ce sera un atelier spécial car nous ferons la fête avec une soirée conviviale, les enfants sont très impatients. Le goûter a été génial et calme avec des pains au chocolat et des fruits: brugnons et bananes! Un régal!

Atelier foodtruck à l’hôtel Balladins, Chilly-Mazarin

Les Robinsons organisent une grande fête à l’hôtel Balladins pour le dernier atelier avant la fermeture estivale. Brochettes de viande et légumes, et une grande salade sont au menu, avec boissons sucrées et petits gâteaux ! Les mamans sont ravies et les enfants aussi. A bientôt !!

JEUDI 4 AOUT : sortie à la Cité des enfants

28 Robinsons de tout âge, et la plupart en famille, sont partis visiter et expérimenter la Cité des enfants, à la Villette. Une journée pique nique, pleine de découvertes mis aussi de surprise, comme cette rencontre sur place avec des artistes de rue et des trapézites, qui a passionné les enfants.

L’équipe accompagnante, également nombreuse a permis à chacun de faire de nombreuses découvertes.

Le voyage, en transport en commun, en apprenant également à s’orienter dans Paris, élargit notre environnement.

1 tournée générale de glaces, a permis à chacun de savourer l’événement !

Fidèles à notre Pédagogie sociale, l’après midi s’est achevée par une Assemblée des présents, pour réfléchir ensemble à ce que nous ferons après.

VENDREDI 5 AOÛT et SAMEDI 6 AOÛT 2022

Rangement du local pour fermeture estivale. Nous ré-ouvrons le mardi 22 août, à bientôt !

Inscription à la newsletter

Réseaux sociaux

Flux Youtube

Nos principaux partenaires financiers



Nos principaux partenaires de terrain Banque Alimentaire Paris Ile de France