Faillite de la distanciation éducative

Dans le drame de Conflans, on a analysé et dénoncé bien des facteurs; pourtant il en est un qui semble échapper à la réflexion.

Qu’est ce que ce drame révèle de la faillite, de la confiance , de toute confiance éducative et sociale, et des relations entre enseignants et enfants des quartiers populaires?

On nous explique que, face aux enfants et à la jeunesse, particulièrement populaire , il manquerait aux professeurs toutes sortes d’ingrédients étranges: une protection juridique, policière, un arsenal de mesures et de sanctions dissuasives qui porteraient tantôt sur les parents et tantôt sur les enfants eux-mêmes.

Curieusement, on ne mentionne nulle part qu’il leur manquerait surtout de la confiance , de l’intérêt, et de l’attachement, lié à leur engagement aux côtés .

Ce qui extraordinaire c’est qu’on n’y pense même plus , tellement on a répandu et banalisé l’idée que la confiance, que la rencontre, et que la relation éducatives, n’étaient plus d’actualité.

Car l’élève n’est plus vu comme un enfant; il est un ennemi potentiel, sournois, qui ne pardonnera aucune faiblesse, aucune erreur et aucune incartade. Il ne vient pas pour lui même mais parce qu’il y est contraint par une institution qui s’épuise et qui rêve de le soumettre ou de s’en débarrasser.

Jamais la relation éducative n’a été tant représentée que ce soit parmi les professionnels, ou vis à vis de l’opinion publique comme une situation à ce point frontale et guerrière.

C’est lui ou moi; c’est eux ou nous! Il n’y a plus de place pour la pédagogie, l’expérience, ou la sincérité de la rencontre. Tout cela serait naïf . Nous voici dorénavant condamnés et limités à une pensée “binaire”.

Les destinataires de l’éducation et de l’enseignement ne peuvent être que bons ou mauvais. Si ils sont bons, ils sont souvent vus comme des victimes potentielles, incapables de penser ou de se diriger par eux mêmes. Si ils sont mauvais, il n’y a pas d’autre alternative que de les repérer au plus tôt et de les neutraliser.

Qu’est ce qui a pu faire ainsi régresser la pensée éducative et sociale? Il semble que nous soyons revenus dans un siècle de “naturalisme” ( les bons et les mauvais milieux; les bons et les mauvais élèves) et de révélationnisme (l’enfant n’est que ce qu’il est et ce que son milieu fait de lui, et pour toujours; il importe seulement de révéler sa vraie nature).

Ce qui frappe aujourd’hui les enseignants et l’opinion publique, c’est cette confirmation apparente de leurs pires cauchemars et angoisses; leurs élèves, leurs “enfants” et leurs “jeunes” ne nourriraient plus à leur endroit que des sentiments malveillants, haineux, sournois, ou, au mieux, indifférents.

On ne mesure pas combien d’abandon, de relations refusées , de besoins des enfants non pris en compte et de défaut de reconnaissance il a fallu pour en arriver là!

On a désinvesti tout ce qui fait l’éducation au quotidien dans un quartier et un collège.

A force de mise à distance , d’ignorance et d’abandons on a assigné les enfants et adolescents d’aujourd’hui à la violence de leurs propres groupes et rapports de force.

Il n’est pas anodin que cette prise de conscience prenne place alors que les enfants de milieu populaire ont été abandonnés à eux mêmes pendant près de 3 mois cette année; il n’est pas anodin que cette situation se cristallise autour du collège, qui a été le lieu d’expérimentation le plus abouti de la déshumanisation des relations éducatives.

C’est en effet à cet échelon de la scolarité qu’on a le plus développé les technologies d’éloignement de la relation éducative, des enfants et des parents eux mêmes.

On a automatisé la surveillance et la communication via des outils électroniques qui mettent à mal et infériorisent les parents de milieux populaires. Les “Pronotes” (parents et enfants) servent à tenir le compte de toutes les défaillances du milieu et à enregistrer sans intervention humaine, le parcours d’un élève qui est de plus en plus solitaire.

Les mêmes outils, associés à toute une panoplie permettent également aux professeurs de rester chez eux, ou d’afficher des cours qui n’ont pas vraiment eu lieu ou qui n’ont pas forcément eu de sens pour leurs élèves.

La “classe inversée” semble ainsi être devenue la nouvelle référence pédagogique; c’est à dire qu’on a renvoyé toute la tâche d’apprendre, de comprendre et d’évaluer, ce qu’on a compris… chez soi! On mesure le désarroi des familles des milieux populaires qui comptaient sur l’école pour tout cela!

Tout est fait pour démontrer que rien n’arrête la machine scolaire, qu’elle passe comme un train et que l’enfant, ou l’adolescent ne peuvent que la suivre sans la moindre défaillance, la moindre rupture, … sous peine de décrocher pour de bon et sans doute pour toujours.

Pour beaucoup de jeunes “d’âge collège”, la scolarité n’est plus que la salle d’attente de destins scolaires déjà tracés depuis longtemps. Désespérant d’y apprendre quoi que ce soit ou d’y faire une expérience qui change leur vie, il ne faut pas s’étonner qu’ils supportent de moins en moins de s’y sentir jugés ainsi que leur famille.

Pas étonnant à ce compte là que ce qui reste comme pouvoir aux enseignants et éducateurs relève dorénavant du domaine de la répression,de la menace ou de l’intimidation.

Comment peut on prétendre enseigner la liberté d’expression? Comme si ce n’était pas une pratique , un droit , une expérience à laquelle les enfants et les jeunes eux mêmes doivent pouvoir accéder?

Cette représentation de soi, comme détenteur du savoir face aux ignorants , de possesseur de la lumière face à l’obscurité va évidemment constituer et façonner l’autre comme le monstre que l’on fantasme et qu’on redoute.

On promet aujourd’hui aux enseignants l’armée et la protection policière , en attendant de se débarrasser vraiment de tous ces enfants et jeunes dont on ne veut décidément plus.

Mais qui réparera le désir d’apprendre, le désir de faire des expériences, le désir de vivre ensemble de véritables aventures pédagogiques et sociales?

Il faudra aujourd’hui d’autres lieux, d’autres méthodes, et d’autres temps pour apprendre , vivre ensemble et faire l’expérience de soi parmi les autres.

Il faudra surtout inventer d’autres moyens pour sortir de la haine, de la peur, de la déconsidération et de l’étrangeté qu’on a produites.

On produit la monstruosité à chaque fois qu’on construit l’autre comme un étranger et un monstre. Il en a fallu de l’ignorance et du désintérêt ; il en a fallu de la distance, du refus d’entrer en contact. Il en a fallu de l’abandon pour en arriver là où nous en sommes.

Nous n’en sortirons pas en renforçant les doses du poison qui nous ronge. Ce qui mettra en échec la haine des autres, les sentiments de persécution, c’est exactement le contraire : de la confiance , du soin et de l’attention.

Tel est l’objet d’une pédagogie de la transformation sociale

Samedi 17 Octobre

Brocante au Parthénon

Le samedi 17 octobre, l’association Intermèdes-Robinson s’est lancée dans une nouvelle aventure : la brocante !

Une fois par mois, de nombreux exposants et exposantes déballent sur le parking de l’hôtel Parthénon. Cette brocante a beaucoup de succès et les membres de l’association ont eu envie d’y louer un stand, afin de participer à cet évènement convivial, mais aussi dans un but social. En effet, sur notre stand, il n’y a pas que des membres de l’association : nous avons décidé d’inviter des bénéficiaires à participer à la vente, pour se faire un peu d’argent en revendant des objets de seconde main.

Cette semaine, c’est un père de famille, habitant en bidonville, qui a pu profiter de cette opération. La journée a été intense avec un début à 6h30, et un remballage 10 heures après, une fois vendus une bonne partie des vêtements, bibelots, jouets, bijoux, chaussures réunis pour l’occasion. L’après-midi, nous avons même sorti notre nouvelle star : la machine à barbe à papa ! Elle a un grand succès auprès des enfants, et cette brocante est l’occasion d’en voir certains que nous connaissons bien, car nous faisons un atelier chaque semaine à l’hôtel Parthénon. Parmi les vendeurs et vendeuses, nous reconnaissons aussi beaucoup de nos bénéficiaires : cette journée est l’occasion d’échanger dans un contexte nouveau, où ils sont pleinement acteurs de l’animation de la vie chiroquoise.

Atelier du Parthénon

Super atelier aujourd’hui!

Nous avons préparé les vacances, avec la sortie accrobranche, la sortie au cinéma et le stage cinéma au cinéma Truffaut!

Nous avons pris beaucoup de temps pour discuter avec les familles.

Nous avons réalisé une super petite enfance avec des constructions, des jeux d’imitation, des perles et du dessin.

Nous nous sommes rassemblé pour le goûter et nous nous sommes dit à samedi prochain!

Maite

Atelier de Bel-Air

Aujourd’hui, avec Mariama, Alex, Cyril, Penda, Armand et Francesca, nous avons fait un atelier au jardin de Bel-Air.

Cette fois si il n’y avait pas de soleil mais il ne faisait pas non plus trop froid.

Nous avons installé les tapis, une table pour pouvoir dessiner, le tir-à-l’arc et le ballon.

Mariama, à l’intérieur du local de rangement, a préparé des crêpes pour tous le monde.

Alex et Cyril ont joué au foot et au tir-à-l’arc avec certains enfants. D’autres enfants ont choisi de faire des petites scènes de théâtre.

Tout le long de l’après-midi, Penda a réalisé des tatouages avec du henné pour certains enfants, et au même temps, Armand faisait des dessins.

Nous avons terminé la journée en partageant un bon goûter, avec les crêpes cuisinées par Mariama et du bon chocolat chaud!

À la prochaine!

Francesca!

Vendredi 16 Atelier Cuisine

Atelier Hôtel Balladin

Aujourd’hui au balladins avec Anita, Gratiela, Alex et Modou nous accueillons une quinzaine d’enfants. Nous avons mis en place diverses ateliers pour les enfants : sport collectif (Football), un coin petite enfance animé, dessin Henna dans le bras des petites filles.

Une trés belle journée de partage avec les enfants. D’abord avec Anita, un coin de petite enfane a été mis en place pour les enfants de bas age. Ensuite avec Gratiela, elle a réalisé un dessin Henna avec les petites filles sur leurs bras, pour se faire belle. Par la suite, avec Modou et Alex un atelier de sport collectif a été fait avec les enfants et des jeux de cartes UNO. Enfin, on a pris le gouté ensemble, discuté avant de se dire au revoir.

On a partagé ensemble un moment agréable et on s’est fait de belle souvenir et on a procédé à l’immortalisation de ces bons moments.

Atelier du rond point.

Aujourd’hui au campement du rond-point, on fabrique des masques d’Halloween et on joue les Robin des Bois avec le jeu de tir à l’arc.

Armés d’aquarelle, pinceaux, perforatrice, assiettes en carton et ficelles, on dessine des monstres dégoûtants pour Halloween ! Sorcières, citrouilles, vampire, ou juste moultes visages moustachus colorés et bizarres s’empilent sur les tables. Marian se marre en voyant qu’il a coupé sa ficelle trop courte, Florin recommence 10 fois son masque mais fini par faire quelque chose qui lui semble convaincant. Noris Ionut est super fier de son monstre, qui le fait bien rigoler ! On fini sur une bonne touche chocolatée avec un goûter énergique, comme d’habitude !

Sortie Vacances Familles à Paris au Plus Petit Cirque du Monde

Ce vendredi, “en l’attente du confinement”, il nous a été donné de vivre une grâce.

Le PPCM nous a invité à venir voir la création d’Arthur Sidoroff, Robert n’a pas de paillettes.

Une soirée magique pour la 20ème de Robinsons, petits et grands, qui ont pu y participer.

Un spectacle sur la recherche d’équilibre et de verticalité qui nous a fait écho.

Jeudi 15 Atelier Skate Park

Aujourd’hui avec Elma, Alex, Mariama et Modou au Skate Park nous avons accueilli une trentaine d’enfants.

Une belle journée malgré le froid, pleine de bonne humeur entre un atelier dessin haut en couleurs, un coin petite enfance animé, des jeux de cartes (UNO) et quelques parties de Tennis.

D’abord avec Elma un atelier dessin a été réalisé avec les enfants atelier qu’ils ont bien apprécié et dans lequel ils se sont bien investis.

Ensuite avec Modou un atelier sportif (parties de tennis) a été réalisé avec beaucoup d’engagement, tandis qu’Alex s’occupait des jeux de carte (UNO) .

Par la suite avec Mariama un tapis petite enfance a été mis en place, qui s’est transformé en plateau de jeux géant.

Enfin nous avons pris le gouter ensemble, discuté longuement avant de prendre congé.

Mercredi 14

CLAS primaires

L’automne est là, chacun le ressent et nous avons marqué cette image saisonnière dans notre CLAS en goûtant de raisins et de pommes.
Nous nous sommes ensuite lancés dans la production d’attrapes-rêves que nous achèverons après les vacances.

Les enfants étaient ravis de ce moment de fabrique artistique, artisanale et l’esprit coopératif était de mise.

Enfin, nous nous sommes répartis par groupe de niveaux et chacun a pu travailler sur ses difficultés scolaires.

Atelier de St Eloi

Quel bel atelier aujourd’hui à St Eloi!

Nous avons continué le street art avec Benie et Ali. Les arbres sont trop beaux! Nous réfléchissons aux couleurs, aux tailles du crochet pour que le rendu soit harmonieux, puis nous cousons à la main le tout pour ça tienne. Une super activité qui nous demande patience et concentration et pendant laquelle nous prenons le temps de discuter!

Rosie a initié des enfants qui ne connaissaient pas encore la poterie, d’autres ont continué à explorer toutes les facettes de cette activité et ont réalisé de très belles choses : des pots, des vases, des visages. Rosie a représenté Ali: quel beau moment d’échange entre eux! Ali a participé aussi en faisant les finitions: un beau travail d’équipe. Ali a pu discuter de son parcours de vie avec Rosie. Ali, depuis que nous avons réussi à ce qu’il soit scolarisé, parle de mieux en mieux le français et les discussions sont très fluides avec lui. Les enfants ont aussi demandé le “Quoi de neuf?” c’est une activité très importante pour les enfants maintenant et qui nous permet de faire le point sur la semaine écoulée. De nombreux sujets sont abordés qui comptent pour eux: les relations avec leurs camarades de classe, les réseaux sociaux, les vacances….C’est aussi l’occasion de préparer nos différentes sorties pendant les vacances, le musée de la mosaïque et l’accrobranche.

Nous avons terminé par un bon goûter avec une super ambiance.

Avant de partir nous avons affiché des panneaux sur les arbres pour expliquer notre démarche de street art et pour que notre travail soit préservé par les habitants.

Maite

Atelier Parc du Château

Cette après-midi, malgré les petites goûtes de la matinée ne nous ont pas êmpécher de nous rendre au parc du Chateau pour les activités qui plaisent et qui font des heureux toutes les mercredis.

Une grande frésque collective faite par les enfants se déroule sous les régards des parents qui ne peuvent rien pour empecher les enfants d’utiliser les peintures qui salisent bien les vêtements.

De l’autre côté du parc , Nicolae et Alex partagent des moments de rires et joies avec les jeunes qui se poussent les coudes pour y gagner au tournoi de ping-pong.

La petite enfance accueilli quelques parents avec enfants en bas age, pour le plus grand plaisr de tout petits qui rayonnet de bonheur à la vue des jeux.

Nous avons aussi célébrer deux anniversaire, celle de Adam qui nous a fait connaisance avec sa maman, et celui de Yllan, un habitué de la petite enfance.

Une ambiance conviviale et très joyeuse mets fin à notre rencontre avec un bon goûter.

A bientôt!

Nicolae

Atelier Bel-Air

Aujourd’hui nous avons fait un atelier au jardin de Bel-Air, avec Mariama, Cyril, Armand et Francesca.

Un beau soleil nous a accueilli sur place. Nous avons installé les tapis sur la pelouse, les tables avec les chaises à côtés et le tir-à-l’arc dans un coin.

Les enfants nous ont rejoint pour jouer ensemble.

Une foulée de vent a perturbé une partie de Uno tout à fait passionnante.

Dans la table à côté, les filles et les garçons aussi, ont fabriqué plein de colliers et bracelets.

Dans le jardin, d’autres enfants, accompagnés pas Cyril, ont cueilli des merveilleuses tomates vertes. Soudain, la pluie commence à tomber!

Nous nous sommes tous réfugiés à l’intérieur du local de rangement à côté du jardin, et nous avons donc partagé tous ensemble un bon goûter et un verre de chocolat bien chaud.

Nous nous sommes dit au revoir, avec l’espoir d’avoir un peu de soleil la semaine prochaine!

Francesca.

 

Mardi 13 Octobre

Facilitation éducative

La semaine commence sur les chapeaux de roue : dix nouveaux enfants ont pu être inscrits dans les écoles de Chilly Mazarin et Champlan, ainsi qu’au collège de Longjumeau. Certains ont fait leur rentrée aujourd’hui, équipés de leur cartable tout neuf et bien rempli, fourni par l’association, grâce aux nombreux dons qui affluent ou à des achats d’appoint.

D’autres élèves commenceront l’école jeudi. Ces inscriptions, c’est un vrai soulagement pour les familles : certains parents les attendaient depuis des semaines, d’autres depuis des mois. En effet, à Champlan, les familles avaient déjà été éconduites par la mairie, car elles ne pouvaient présenter d’attestation de domicile sur la commune. Un tel refus est désormais inconstitutionnel, c’est pourquoi l’association Intermèdes-Robinson leur a fourni aux familles des attestations d’habitation, et les a accompagné à la mairie.

Mais d’autres obstacles restent à lever, puisque le bidonville sur lequel vivent ces familles est menacé d’expulsion, du fait d’un arrêté de péril imminent promulgué fin septembre par la mairie, et confirmé hier. On fait face à une véritable incohérence : comment suivre sa scolarité de façon continue et sereine quand on craint d’être mis à la rue le lendemain ? Une exclusion en entraîne une autre…

 

Atelier Antony Pole

Super atelier aujourd’hui au Bidonville d’Antony Pôle!

Nous avons beaucoup joué à la petite enfance avec les jeux en bois, les voitures, les personnages et les animaux. Nous avons feuilleté des livres, réalisé des coliers et des bracelets et nous avons peint,

Nous avons accroché nos oeuvres, toutes plus belles les unes que les autres, Nous avons aussi déssiné avec les craies grasses.

Nous avons pris un bon goûter en chantant comme à notre habitude!

Nous avons aussi pris beaucoup de temps pour distribuer des vêtements pour bébé et jeunes filles eainsi que des sandwichs et des gâteaux.

Nous avons hâte de nous retrouver mardi prochain.

Maite