Il est saisissant de voir comment et combien le souci de l’environnement , porté par les institutions, répercuté par les médias, repris par les collectivités et organes de décision publique, prend des accents moralisateurs et limitatifs dès lors qu’il s’agit de s’adresser au peuple, et aux groupes dominés. Alors on fait la leçon; il s’agit d’apprendre, de réformer ses habitudes. Il faut surtout savoir RE-NON-CER, s’adapter.

_SAM3884

Le pouvoir d’agir du peuple et des simples gens n’existe dans la représentation publique que comme occasion d’exiger sa limitation, des restrictions et des interdictions. Il s’agit toujours de lui faire “adopter” de nouvelles attitudes de tri, de consommation de recyclage. Le seul pouvoir accepté en provenance des milieux populaires, ne peut être qu’un pouvoir négatif, un pouvoir de renoncement, retourné contre sa propre “classe sociale”.

Evidemment pour les classes privilégiées et y compris leur jeunesse, le souci de l’environnement adopte volontiers des traits bien plus récréatifs. On va faire “de l’éducation à…”, de l’humanitaire; on va voyager , parcourir le monde… mais toujours au bénéfice de l’environnement; pour initier , éduquer et faire connaître de nouvelles manières de produire, travailler , habiter et vivre à des groupes toujours considérés avec charité et supériorité comme ignorants et dans le besoin d’être guidés.

Le souci de l’environnement est ainsi à bas bruit, porteur d’injonctions et prétextes à réformes qui n’auront pas les mêmes effets sur les groupes sociaux en fonction de leur appartenance socioéconomique.

Les limitations de circulation, par exemple, ou de possession de vieux véhicules considérés comme polluants auront évidemment un impact négatif et direct à commencer par ceux qui n’ont pas les moyens de se conformer aux nouvelles normes.

Et c’est ainsi que l’écologie peut aussi incidemment servir à limiter les possibilités de circulation des pauvres, ou préserver l’entre soi de ceux qui ne seront jamais vraiment gênés par les nouvelles règles sociales et environnementales (car ils trouveront toujours les moyens de les contourner).

Il y a ainsi bel et bien deux manières distinctes de matérialiser le souci écologique et environnemental. A destination des pauvres, ce souci vise à produire des normes et des changements de comportement. Ces normes vont toujours donner au moins en creux une image négative à ceux qui s’y conforment: ils consomment et polluent “moins”; tout au  plus.

Alors que pour les classes privilégiées, on est dans quelque chose de nettement récréatif et valorisant. Il s’agit de faire des “choix” (“Vegan”, “autoconsommation”, “zéro déchet”). Et ces choix au contraire vont donner en retour une image pleinement positive à ceux qui les adoptent. Ils deviennent dès lors, des exemples, des modèles, des pionniers.

“Normes” pour les uns, contre “choix”, pour les autres; il s’agit bien d’une forme de ségrégation nouvelle et en cours, au nom de l’environnement entre ceux pour qui la vie est et sera pleine d’injonctions et ceux pour qui elle est  pleine de choix et de possibles.

On ne mesure pas assez les effets délétères et négatifs sur des générations entières d’enfants pauvres et déjà exclus de nombreux services quand les dernières actions publiques et sociales qui s’adressent à eux , ne le font que dans une perspective de rééducation ou de correction de leurs attitudes supposées erronées ou inconséquentes en matière de vie ou de consommation. Il y a aujourd’hui un nouvel esprit colonial qui ne se propose plus d’éduquer les sauvages par respect de la civilisation, mais bien plutôt pour le nouveau respect de l’environnement qu’on oppose facilement à leurs mode de vie et à leurs goûts jugés erronés.

Je pense qu’en conséquence il ne faut pas s’étonner de l’attitude de défiance et de résistance de ces mêmes groupes face à la N-ième campagne destinée à leur apprendre ceci ou cela ou à les sensibiliser à ce qui importe à ceux qui se sentent propriétaires du Monde qui leur échappe.

Il faut par contre s’effrayer d’un manque complet d’esprit critique d’acteurs et de nombreux militants de nobles causes éducatives, écologiques, environnementales, alimentaires ou animales , qui par défaut de toute analyse socioéconomique, par absence de toute analyse politique vont militer pour imposer à tous, leurs propres goûts et leurs propres désirs.

Il en est ainsi de certains groupes de pression qui souhaiteraient éradiquer la viande des cantines scolaires, en fonction de leurs propres désirs, croyances ou assurances. Eux, comme leurs enfants, en effet ne risquent aucune carence alimentaire vu le soin et l’attention très spéciale, quasi obsessionnelle, qu’ils accordent à la qualité de leur alimentation, au  quotidien. Les mêmes n’ont à l’évidence aucune conscience des inégalités alimentaires et des carences qui frappent de plus en plus les enfants de milieu populaire. Qu’importe, ces derniers n’auraient qu’à faire et se conduire comme eux mêmes. Nous sommes ici dans le même genre de logique de la sentence:  “Ils n’ont plus de pain? Qu’on leur donne de la brioche”, qui fut en son temps, attribué à Marie-Antoinette.

Il n’y a  ni morale, ni vertu, ni vérité supérieure à répéter  au peuple, les impératifs et les mots d’ordre, en matière de civilisation, de culture, ou d’alimentation; il y a d’abord et avant tout des fractures sociales et économiques à prendre en compte, à apercevoir et sur lesquelles il est urgent d’agir au préalable.

Le légitime souci de l’environnement ne peut être ni punitif, ni récréatif ; il ne peut être que socio-économique  si on veut aller un peu plus loin que des belles intentions, des malédictions ou des incantations.

En Pédagogie sociale, on ne commet ni confusion, ni inversion entre le respect des personnes et celui de l’environnement. On adopte une attitude matérialiste et  pragmatique qui accepte comme légitimes les besoins en termes d’alimentation, comme de consommation de ceux qui subissent déjà des conditions dégradées dans ces domaines.

Pour prendre réellement en compte l’environnement et son intérêt, il faut pouvoir encore avoir la possibilité d’y intervenir, de l’habiter , de l’occuper et même de le transformer. Ce sont donc ces premières tâches qui nous paraissent à la fois urgentes et essentielles.

L’appropriation de son espace de vie , mais aussi des espaces communs constitue pourtant un des principaux enjeux écologiques majeurs et durables, à l’échelle de l’humanité. Ni punitive, ni récréative, la véritable écologie ne peut qu’être transformative, pédagogique et politique.

DIMANCHE Jardin , en familles

Aujourd’hui nous sommes allés au jardin à Saulx. Comme d’habitude,  nous avons retrouvé Zohra sur le parking du carrefour qui nous a ramené des enfants du quartier. Nous sommes arrivés au jardin en bonne compagnie et d’autres personnes nous ont rejoint pour partager le repas.

_SAM3888

Un repas improvisé avec de la viande, de la salade et des pommes de terre fraîchement récoltées. Tout le monde a mis la main à la pâte, que ce soit pour préparer le repas, pour récolter les légumes ou pour entretenir les plantes.

_SAM3884

_SAM3878

Une bonne journée ensoleillée et partagée dans la bonne humeur !

_SAM3891

SAMEDI: Atelier Aux hôtels

L’atelier aux hôtels s’est déroulé avec une nouvelle famille qui a été très bien accueilli par l’ensemble de l’équipe.

IMG_0959

IMG_0956

A l’hôtel Parthénon, Alice et Laura  se sont occupés principalement de la petite enfance après avoir accompagné les plus grands jusqu’à l’hôtel F1, pour faire un grand jeu de parcours avec Élodie.

IMG_0934

L’atelier s’est d’ailleurs très bien déroulé. Pendant ce temps,  d’autres jouaient au UNO avec Ramona ou se faisaient maquiller par Iasmina.

 

IMG_0957

IMG_0968

Ces deux dernières activités ont rassemblé des groupes d’enfants très concentrés et coopératifs entre eux.

IMG_0970

 

Atelier Villa Sain Martin

Nous nous sommes rendus avec Nicolae, Laura et Elbéra à la Villa Saint Martin dans l’après-midi. Nous avons partagé un moment privilégié et  avons fait connaissance avec eux.

Nous avons apporté un espace petite enfance avec des jouets et de la dinette, un espace maquillage, des coloriages et un ballon. Il y a eu un petit jeu de balle, nous nous sommes fait du « body-painting » sur les mains et avons terminé en discutant et en dessinant tous ensemble.

 

VENDREDI

Atelier Rocade

Aujourd’hui, au quartier de la rocade, nous étions en compagnie de  Nicolae, Saman, Mariam, Elodie et Nelson et parmi tout cela une vingtaine d’enfants.

Nous avons proposé plusieurs activités dont : la petite enfance, des jeux de sociétés et des jeux collectifs (volley-ball et balle au prisonnier).

20170804_162141

Sur la petite enfance, les mamans et les enfants se sont bien amusés à jouer ensemble et discuter avec nous.

Le volley Balle et la balle au prisonnier a très bien marcher avec beaucoup de monde et était très attractifs et un mélange d’enfants et d’adultes.

20170804_162131

Et sur les jeux de sociétés, nous étions en compagnie de 7 enfants et nous nous sommes bien amusé avec les jeux de cartes.

Pour finir, nous avons fini cette journée sur le conseil de quartier et le goûter.

Atelier Cuisine, du Vendredi

Aujourd’hui, ce sont les mamans qui ont décidé du menu. Elles nous ont fait découvrir local un plat avec les feuilles de manioc, lait de coco, du poulet et du riz. En dessert, nous avons mangé des beignets à la banane faits avec l’aide des enfants présents.

IMG_0920

IMG_0919

Nous avons tous bien mangé et découvert un bon plat. Les grands et les petits se sont tous régalés tout en discutant dans la bonne humeur. Bon appétit et à bientôt

JEUDI  : Au Potager de Saulx :

Cette après-midi, nous avons travaillé sur le potager, sous une chaleur suffocante.

20170622_152118

Dans le puits,  il n’y avait presque plus d’eau, nous avons dû arroser les plantes sous la serre car elles étaient très sèches, conséquence d’une forte chaleur.

IMG_20170628_152338

Nous avons pu arroser les poivrons, le persil et les tomates.

Atelier Skate Parc

Aujourd’hui,  nous sommes allés au Skate Parc ; Najami et Yaëlle nous ont suivi pour proposer elles aussi des activités. En faisant le tour du quartier nous avons motivé les enfants, nombreux à  venir participer aux activités proposées.

20170803_155404

 

Sur les tapis, l’équipe a installé la petite enfance, les jeux de société et un petit atelier créatif d’Origami.

20170803_153452

Et les garçons motivés ont fait plusieurs parties de foot sur le terrain. Une personne de l’équipe d’Intermèdes dans chaque équipe de foot. C’est l’équipe d’Alice qui a gagné grâce aux 6 buts mis par Timothé !

20170803_162829

Le goûter a permis un retour au repos et à remplir les ventres des sportifs !

Atelier Massy.

Aujourd’hui, malgré un vent persistant, nous avons fait l’atelier.

Aux jeux collectifs, le volleyball a mobilisé un petit groupe qui est resté bien concentré dans le jeu. On a fini par un foot.

IMG_0907

A la petite enfance, l’implication  de Inès a attiré les petits qui se sont bien amusés.

IMG_0906

Atelier créatif où les enfants se sont adonné à la réalisation de papillons décoratifs.

IMG_0917

Atelier danse avec une super chorégraphie de Kung-fu Panda.

IMG_0908

Bel atelier, belle journée,

IMG_0918

A bientôt Massy

MERCREDI

 Atelier St Éloi

A st Éloi nous avons retrouvé bon nombre d’enfants que nous voyons toujours. Alice et Héloïse nous ont rejoint avec quelques enfants des hôtels sociaux.

IMG_0894

Trois mamans des hôtels étaient présentes aussi avec leurs enfants. Il y avait quatre  ateliers, petite enfance, théâtre, peinture et création de pots de fleurs avec de la pâte à sel.

IMG_0898

C’était un atelier chaleureux, tout le monde a pu profiter des activités proposées. Pour le théâtre, c’était de l’improvisation et des jeux de mimes, les enfants étaient vraiment investis.

IMG_0890

IMG_0883

Du côté de la création de pots de fleurs, les jeunes avaient ramené des bouteilles vides et de la farine pour compléter le matériel.

IMG_0901

Nous avons ramené leurs créations au local, ils pourront les compléter la semaine prochaine.

A bientôt

Atelier Morangis

En arrivant sur le bidonville de Morangis nous avons fait un jeu collectif puis nous avons installés les quatre ateliers qui étaient l’écriture par des jeux interactifs,

20170802_151512

Il y a eu un atelier cuisine avec la fabrication du crêpes “spécial Laura”, la petite enfance avec les instruments de musique et la danse avec Mariam.

20170802_145127

Les enfants semblaient vouloir faire tout en même temps donc nous avons concentré nos activités à la fin sur la danse et les crêpes.

20170802_150802

Pour finir, nous avons mangé les fameuses crêpes de Laura au goûter puis certains enfants se sont adonnés aux chants. C’était un bon moment de convivialité entre tous les enfants.

Atelier Sociolinguistique

Aujourd’hui, nous étions nombreuses pour l’atelier cuisine / langage/ pratique du français avec une vingtaine de mamans, et quelques bébés qui se sont amusés à nous regarder faire des pancakes.

IMG_0864

Nous penserons la prochaine fois à lire la recette en entier avant de commencer le mélange des ingrédients, mais on a aussi appris comment on peut rattraper quand on a fait les choses dans le désordre !

IMG_0863

IMG_0859

Comme d’habitude l’atelier s’est déroulé dans une atmosphère très conviviale favorisant les échanges, et terminé par une dégustation de notre préparation qui a bien plu.

IMG_0854