Ce qui ne se donne pas

Ce qui ne se donne pas

(Texte de Jeanne Guien)

ll y a beaucoup de choses à dire, et beaucoup de choses dites, à propos du DON. Comment on donne, comment on reçoit ; comment on attend un don en retour, comment on le rendra par la suite… Comment le don crée des liens entre les gens, ou génère des conflits ; comment il engendre des relations, aussi bien que des dominations ; comment il comble, autant qu’il contraint…

A l’association Intermèdes-Robinson, nous passons beaucoup de temps à donner, et nous sommes nous-mêmes destinataires de nombreux dons. Certains nous sont destinés – du mobilier, du matériel d’atelier, des gâteaux préparés par des parents, gentiment laissés pour l’équipe à côté de la machine à café…

Mais la majorité de ces dons sont destinés à nos bénéficiaires – de la nourriture, des vêtements, des jouets, des livres, du matériel d’hygiène ou de puériculture, du matériel scolaire, des ordinateurs, des sorties, des goodies en tout genre… La liste est sans fin, aussi le local est-il régulièrement saturé de ces objets qui nous arrivent tantôt par sacs (quand ce sont des dons de particuliers), tantôt par cartons voire par palettes (quand ce sont des dons d’entreprise).

Nous avons même ouvert un espace spécial pour le don de vêtements, tant les arrivages sont réguliers et importants. Nos activités autour de l’alimentation, de même, ne cessent de croître : nous donnons des paniers alimentaires trois jours par semaine, nous cuisinons et mangeons ensemble tous les vendredi, nous amenons notre Food Truck trois fois par semaine sur le parking des hôtels sociaux, pour des ateliers de cuisine et des dégustations avec les habitant.es…

Dans ce contexte, comme dans beaucoup d’autres, on attend de nous que nous jouions un rôle de passation, de médiation : des gens nous demandent de donner, de leur part, des choses à notre public. Nous assumons ce rôle (notre nom n’est-il pas “intermèdes”?), mais tout l’enjeu est d’arriver à construire, autour de ces dons, de véritables activités et de durables liens. A quoi bon donner un livre à un enfant qui ne sait pas lire ? Qui déchiffre, mais ne sait pas manipuler un tel objet ? A quoi bon donner des cahiers et des stylos à des enfants, si on ne s’inquiète pas de leur inscription à l’école, de leur apprentissage, si on n’aide pas leurs parents à déjouer les pièges administratifs de l’institution scolaire ? A quoi bon déverser à l’entrée des bidonvilles ou aux pieds des HLM des tonnes de jouets, en plus ou moins bon état, si il n’y a personne pour expliquer la règle du jeu, personne avec qui jouer ?

Donner, ce n’est pas livrer, déposer, déplacer quelque chose d’un point A à un point B, et puis voilà. Donner, ce n’est pas seulement transférer un objet dans l’espace, c’est aussi accompagner son usage. Bien souvent, on nous livre des choses, on nous dépose du matériel, et on attend de nous que nous suscitions, accompagnons, maintenons l’usage. Ainsi, à Noël, nous recevons souvent des tonnes de ces jeux désordonnés, incomplets, auxquels personne ne sait jouer. On nous donne aussi des tablettes et des ordinateurs, plus ou moins obsolètes, en espérant réduire par là la “fracture numérique” chez notre public. Mais si personne n’aide ce public à s’en servir, à quoi lui servira un ordinateur, sinon à leur rappeler son illectronisme ? Nous avons même vu des associations déposer à l’entrée d’un bidonville, en plein confinement, des cagettes de patates, et partir : sans s’occuper de parler aux habitant.es, de répartir ces dons (sans même parler de proposer de cuisiner un repas collectif), les donateurs de ces patates les ont laissées là, et ont filé comme des voleurs… Eux qui se voulaient donateurs !

Un objet déposé est un objet abandonné. Pour un enfant qui ne sais quoi en tirer, qui ne sait comment en profiter, il crée plus de frustration qu’autre chose. Une frustration qui se termine souvent en destruction ou abandon de l’objet.

Un objet donné est un objet accompagné. Un objet qu’on fait vivre, qu’on explique, qu’on entretient, dont l’enfant apprend l’usage et qu’il peut s’approprier peu à peu. Un livre devient une histoire qu’on lit, des vêtements qu’on cherche deviennent l’occasion de parler de ses goûts et de ses besoins, un stock de la banque alimentaire devient un repas festif, préparé par 10 personnes et dégusté par 30. A la recyclerie gratuite, des femmes s’échangent leur numéro, pour que l’une donne directement à l’autre les affaires de son enfant qui a grandi. Lors des ateliers créatifs, les enfants fabriquent des cadeaux à offrir à d’autres : les pédagogues sociaux sont souvent les destinataires de bracelets ou de dessins réalises par les enfants, à partir du matériel que les pédagogues ont apporté pour l’atelier. Leurs fresques, mosaïques, affiches viennent orner les murs de l’accueil ou de la recyclerie gratuite de notre local.

Evidemment, ce quelque chose que nous apportons, il nous est difficile de le laisser, puisque l’accompagnement implique la présence, une présence que nous voulons régulière. Il nous est impossible de le donner, au sens de le laisser en dépôt. Cependant, il nous est possible de le transmettre : en accompagnant, par nos activités, l’usage de ce que nous donnons aux enfants, nous espérons à la fois leur donner quelque chose, leur donner l’occasion de donner, et leur enseigner cette manière de donner. Nous espérons transmettre un savoir-faire, qui comprend entre autres un savoir-donner.

C’est ainsi qu’en pratiquant la pédagogie sociale, nous enseignons la pédagogie sociale. C’est d’autant plus important que ce savoir-donner n’est pas un bien “rival”, comme disent les économistes : en le donnant, je ne le perds pas. Je ne l’appauvris pas, je le renforce.

Samedi 16 Octobre

Aven savore en spectacle/concert à la Courneuve

Haidouthi et Aven savore , partageaient un spectacle au Centre culturel Houdemont. Une belle scène, un public conquis.

Il y a eu trois parties et des moments mémorables.

Le spectacle de notre troupe d’abord: intense , plein d’énergie

Puis il y a eu des moments partagés avec la fanfare Haidouthi. Trois morceaux que nous connaissons bien et qui font partie de notre répertoire commun.

Enfin il y a eu des moments exceptionnels: Louisa et Alice qui ont rejoint sur scène la danseuse Nuria, pour une danse improvisée.

Et des moments de fête et de danse avec le public. Car nos enfants ne sont pas seulement chanteurs et danseurs. Ils sont aussi animateurs du public.

Samedi: Quartier sud de Longjumeau

Un atelier riche en activités et en public.

Un atelier “cuisine collective”, avec dégustation sur place.

Mais aussi des jeux; un accueil de la petite enfance et une Assemblée des présents.

MARDI 12 OCTOBRE

Atelier au bidonville “N20”

Maïté, Mathias, Alex, Emma et Jeanne partent au bidonville N20 proposer plusieurs activités : corde à sauter, réalisation de photophores, jeux de société et collages. Les enfants font de petits lampions à partir de bocaux, de papier crépon et de bougies. Ils font aussi des affiches pour la recyclerie gratuite que nous avons ouvert cet été, et que nous inaugurerons bientôt. Ils créent leurs propres posters pour afficher dans leur cabane. Nous rencontrons Constantin, un nouvel enfant arrivé récemment sur le bidonville, et beaucoup d’adultes restent pour nous aider, ou pour participer, comme Roméo qui réalise un roman photo romantique à partir de collages.

A la fin, nous prenons le goûter, qui se transforme aussitôt en séance de danses et d’acrobaties. Dur de partir ! Les enfants, comme à leur habitude, nous aident à ranger et nous accompagnent jusqu’à la voiture. Les enfants offrent des dessins à Alex dont c’est le dernier atelier à cet endroit, puisque son stage touche à sa fin. Les larmes lui montent aux yeux… Ce n’est qu’un au revoir…

Atelier Bel Air

Aujourd’hui nous avons fait un atelier au jardin de Bel Air. Nous avions un atelier petite enfance, des jeux collectifs avec du badminton et de la pétanque et des jeux de société. Les enfants nous ont rejoint à la sortie de l’école pour partager la goûter avec du chocolat chaud et des pains au chocolat.

à bientôt !

Atelier Parc du Château

Aujourd’hui, nous sommes parti-e-s au parc du Château avec Mathias, Mohamed, Miruna, Senad et Alex. Nous avons installé différents ateliers :
– petite enface
– badminton
– dessin collectif
– jeux de société.
Les ateliers se sont très bien déroulées, entre autre grâce à la participation des parents, à chaque fois nombreux-ses et impliqué-e-s sur cet atelier. Nous avons terminé par un goûter et une histoire racontée par Mathias. Un excellent moment.

Atelier de Bel Air

Aujourd’hui nous avons passé une chouette après-midi au jardin de Bel Air. Fatoumata a jardiné avec les enfants et les mamans. Fatou animait l’atelier petite enfance pendant que Jade a organisé une Bonne paye avec les enfants plus âgés. Pour se défouler, Ricardo a fait du badminton et du billard indien avec les jeunes et Sophie a fait un cours de boxe. Nous nous sommes ensuite tous retrouvés pour un grand goûter avec du chocolat chaud et des pains au chocolat.

à la prochaine !

[gallery] shortcode not found inside [smart-grid][/smart-grid] shortcode

Atelier Saint Eloi

Nous continuons notre cycle cuisine, aujourd’hui c’était confection de rouleau au chocolat et à la banane! Nous avons appris toutes les étapes de la recette avec Laura et nous les avons reporté sur les cahiers de recette que nous retrouvons tous les mercredis. La petite enfance a été animée par les mamans. Maite a animé deux séances de “Quoi de neuf?” et Marie a animé l’atelier street art, un autre arbre est décoré. Nous avons aussi inscrit les enfants à la sortie accrobranche et à la sortie mosaïque!

Avant le goûter nous avons chanté comme à notre habitude et dégusté notre préparation!

Atelier Skate parc

Aujourd’hui nous sommes allés au Skate parc avec un atelier sportif qui a plu aux enfants. Il y avait du badminton, du foot et du tir à l’arc. Il y avait également un atelier petite enfance, il y avait beaucoup d’enfants. Un atelier dessin et un atelier henné qui a attiré beaucoup de mamans. Le goûter s’est bien dérouler.

Une super journée ! A bientôt Emma

 

Atelier Balladins :

Aujourd’hui nous sommes allé au Balladins. Plusieurs ateliers étaient de la partie. Il y a eu un atelier petite enfance, un atelier collage où l’on a créer des affiches pour pouvoir les encadrer et afficher dans notre recyclerie. Il y a également eu un atelier cuisine où l’on a préparé le goûter, celui-ci étant composé de salade de fruits et crêpes au chocolat. Ce fut un agréable moment passé avec les enfants.

A la semaine prochaine !

Atelier Massy

Aujourd’hui nous avons réalisé un atelier bien-être, Anne Gaëlle et Mélina ont adoré et ont leurs habitudes avec Laura: masque du visage, soin de mains et vernis! Le coin parents a été très investi. A la petite enfance il y a eu beaucoup de mamans et d’enfants. Nous avons aussi fait de l’aquarelle et du sport!

Le goûter était très convivial et nous nous sommes dit à jeudi!

Atelier Antony Pôle

Aujourd’hui direction Antony pôle ! Il y avait un atelier petite enfance et un atelier perles qui a attiré petits et grands. Il y avait également un atelier pour faire des exercices, les enfants sont contents d’apprendre et s’appliquent beaucoup. Il y avait aussi un atelier sportif qui a fait venir les papas. Il y avait des compétions entre les plus jeunes et leurs parents, une bonne ambiance ! Pour finir nous avons fait des jeux comme 1 2 3 soleil avant le goûter, c’était sympa.

[gallery] shortcode not found inside [smart-grid][/smart-grid] shortcode

Atelier Astoria :

Aujourd’hui nous nous sommes rendu à l’hotel social Astoria. Plusieurs ateliers étaient de la partie. Il y a eu un atelier petite enfance, un atelier bien-être avec du vernis, du maquillage et de la coiffure. Un atelier jeux de société et un atelier perles ont également été de la partie. Les mamans étaient ravies tout comme les enfants. Le goûter c’est bien déroulé.

Chouette atelier !

Atelier de la Rocade

Aujourd’hui nous avons fait un grand atelier à la Rocade. Beaucoup d’enfants nous ont rejoint pour faire des jeux de société et tester le jeu collaboratif “magic maze”, jouer avec les jeux de la petite enfance et faire des activités sportives. Un grand match de foot s’est organisé avec les plus grands et d’autres enfants s’amusaient avec la slackline et le tir à l’arc. Nous nous sommes ensuite retrouvés pour un goûter partagé avec les enfants et leurs parents.

à la semaine prochaine !

[gallery] shortcode not found inside [smart-grid][/smart-grid] shortcode

Atelier Parthénon

Aujourd’hui il y avait la brocante au Parthénon, ce qui restreint notre espace de jeux car le parking était prit! Mais nous ne nous sommes pas découragés et nous avons fait des parties de tir à l’arc, de tir sur une cible et des jeux collectifs comme le cache-cache, le béret et l’épervier. Nous avons aussi fait un atelier cuisine : tout notre goûter a été fait sur place! En petite enfance nous avons joué à la dinette et aux constructions. Nous avons aussi réalisé un atelier bien-être avec thé et masque du visage pour les mamans sans oublier le soin des mains à l’huile d’argan!

Nous avons joué à ma maison sous terre pour nous retrouver dans une ambiance calme avant de déguster notre bon goûter.

 

Nous sommes en résistances

Nous sommes en RésistanceS


Mercredi soir,  un effroyable incendie touche la rue d’Athis, et emporte des enfants. Cette catastrophe aurait pourtant pu être évitée si ces familles avaient eu accès à un habitat social. Quand les droits humains ne sont pas, les conséquences sont dramatiques. Cette semaine, c’est encore un drame de la précarité qui nous frappe.

Nous savons qu’il n’est pas l’heure de flancher. Nous devons redoubler d’efforts pour soutenir ces familles et mettre en lumière leurs conditions de vie. En pédagogie sociale on ne se laisse pas abattre  car nous avons bien conscience d’être en résistances. Nous allons au pied des immeubles, nous entrons dans les hôtels sociaux et nous arrivons jusqu’aux bidonvilles chargés d’activités socio-culturelles. Nous travaillons à faire connaître la réalité que vivent les familles dans ces lieux d’extrême précarité. Les expulsions ont pour conséquence, entre autre, de reléguer à toujours plus de précarité  les habitant.e.s sans cesse fragilisé.e.s. Ce système est à l’opposé de ce à quoi nous croyons : Face au “chacun pour soi” et à la loi du plus fort, nous investissons l’espace public pour créer une communauté solidaire. Face au contrôle, nous marchons en confiance grâce au lien fort de solidarité que nous construisons au quotidien. Les enfants et les familles nous attendent toutes les semaines. C’est notre régularité sans faille qui permet de créer de véritables changements. Nous construisons ensemble une autre réalité. Face à la solitude dans ces quartiers oubliés, nous nous retrouvons, toujours avec la même énergie, pour y mettre de la vie, en cuisinant, en décorant  le quartier, en l’investissant de multiples façons. On s’installe pour créer, jouer, lire, réfléchir, partager, communiquer… Autant d’apprentissages collectifs qui permettent à chacune et à chacun  de se sentir plus fortE face aux difficultés de la vie. Il n’y a qu’à  observer le quartier de Saint Eloi lorsque  nous arrivons le mercredi après-midi. Un groupe d’enfants qui ne manque pas un seul atelier, nous attend de pied ferme. Lorsque nous nous installons avec leur aide, la vie semble surgir. Les enfants et les familles sortent de chez elles et viennent participer aux activités qui sont gratuites et ouvertes à tous et toutes! Ils trouvent une équipe de  pédagogues sociaux qui, chaque semaine s’occupe d’eux, les accompagne, les écoute et les aide à grandir. Nous nous retrouvons pour construire ensemble d’autres possibles. Nos ateliers consistent à créer des outils pour entrevoir des solutions face à la misère, à la solitude, aux ruptures. Face à un individualisme de  plus en plus criant nous travaillons ensemble.  Au Quartier  Bel Air à Longjumeau, au jardin, un lieu où, là aussi, on se réapproprie l’espace public déserté. Dans les bidonvilles comme dans les quartiers et les hôtels sociaux, nous faisons l’interface avec la Mairie, le 115, la MDS, le CCAS, l’Éducation Nationale, l’hôpital, la CAF, la sécurité sociale… pour défendre les situations de celles et ceux qui se sentent abandonné.e.s face à  un panel de freins que rien ne pourrait lever. Nous sommes là pour inverser la tendance!

Cette semaine on remet ça, on contourne, on esquive, on enjambe les murs, les freins, les obstacles.

Texte d’introduction écrit par Maïté

Atelier N20

Aujourd’hui, nous nous sommes rendu à la N20 retrouver les enfants, Miruna, Alex, Zinora, Jeanne, Mohamed et Anaëlle. Nous avons pu leur proposer la continuité de la planche à photos, où les enfants d’Anthony Pôle avait pu coller leur photos et la décorer.

Ils se sont aussi amusé à découper des photos de leurs familles ainsi que de leurs amis et les mettre en image grâce à de jolis décorations.

Les enfants ont aussi pu jouer au Uno avec Mohamed ainsi que dessiner avec Miruna.

Les enfants ont également fait de beaux bijoux avec des perles et ont pu les offrir aux personnes de leur choix. Nous avons déguster tous ensemble un bon chocolat chaud, et les enfants ont pu apprendre la composition la provenance de cette boisson.

Nous avons pu avoir des embrassades de leur part et nous sommes partis après une promesse de revenir mardi prochain.

Anaëlle

Atelier à St Eloi

Aujourd’hui c’était karaté chaussettes : nous avons multiplié les duels : un seul but: attraper la chaussette de son adversaire! la concentration était à son maximum. Mais comme nous l’avons appris aujourd’hui les duels ça s’organise il y a plein de règles à respecter et les combats ce n’est que sur le tapis! Les enfants redemande cette activité la semaine prochaine. Il veulent se perfectionner! Marie est revenue pour le cycle street art, chaque semaine un arbre est décoré, les enfants s’appliquent et choisissent la laine qu’il veulent enrouler pour que ce soit joli et les enfants ont eu une superbe idée: rajouter des perles! l’atelier perles de Zinora y est pour quelque chose! Les enfants ont enfilé les perles grosses et petites et cet atelier était super convivial. Il y a eu aussi un bel atelier petite enfance avec des mamans qui sont maintenant des habituées! A la demande de certaines collégiennes, ces habitantes du quartier viendront réaliser du héné et nous avons aussi prévu collectivement d’organiser un atelier massage et beauté des mains.

Tous ensemble nous avons joué à “ma maison sous terre” avant de prendre un bon goûter avec du chocolat chaud et des pains au lait.

CLAS Primaire :

Aujourd’hui, gros programme pour le CLAS primaire… Après une super collation, composée de grenades, de bananes, de croissants et de chocolat chaud, nous avons divisé le groupe en 3. Un des groupes est allé à la médiathèque avec Alex, un autre groupe est parti avec Isabelle visiter un opticien pour découvrir ce métier, et le troisième groupe est resté pour continuer à travailler sur notre correspondance avec Jeanne, Emma, Ilyenna et Christine.

A la médiathèque, on a lu des livres tous ensemble et on a aussi choisi chacun un livre pour

Atelier du Parc du Château :

Cette après-midi nous sommes très attendues au parc du Château car comme d’habitude nos fidèles familles et enfants sont au rendez-vous. Des ateliers créatifs pour aujourd’hui car nous voulons donner la possibilité aux petits et grands de s’exprimer autrement par le biais de la peinture et du “tags” au bombe de peinture pour identifier et mettre en avant les compétences et réflexions de nos fidèles usagers sur l’association.

Une belle œuvre collective accompagnée des rires et de la joie !

A plus!

Atelier à Bel-Air

Nous sommes allé-e-s aujourd’hui, avec Fatoumata, Fatou, Mathias et Alex à Bel-Air pour partager un moment avec les enfants. Nous avons proposé du foot, avec Mathias et Alex, nous avons fait un grand match, jaunes contre bleus, que les jaunes ont gagné. Nous avons aussi fait un atelier cuisine ou nous avons fait des crêpes, et nous avons aussi eu de la barbapapa. Nous avons fait du badminton aussi et du tir à l’arc. Nous avons ensuite mangé les crêpes préparées tous ensemble.

[gallery] shortcode not found inside [smart-grid][/smart-grid] shortcode

JEUDI 7 OCTOBRE 2021

Atelier à Massy :

Très bel atelier aujourd’hui à Massy ! Sous un beau soleil d’automne, vers 15h45, tout le monde se rassemble autour de la table d’aquarelles : tout en discutant, Miruna, Najete et Maïté font des dégradés de couleur, tandis que Jeanne, Mélina, Anne-Gaëlle et Ricardo font des portraits les un.es des autres. Mélina et Anne-Gaëlle nous donnent leur moyenne en classe, à la décimale près, et racontent comment elles sont devenues “éco-déléguées”, ce qui fait bien rire tout le monde. Ricardo se lance dans une distribution de chewing-gums à la cerise et taquine Miruna par dessins et mots interposés. Jeanne fait un portrait d’Anne-Gaëlle pour qu’elle puisse l’accrocher dans sa chambre, qu’elle a décidé de décorer parce que “les murs blancs ça m’ennuyait”.

Quand les autres enfants et leurs parents arrivent, nous nous répartissons en plus petits groupes autour d’autres activités : jeux de société, perles, jouets de petite enfance et boxe. Anis et Younès apprennent à boxer sur un ring imaginaire, Mélina bat Ricardo au UNO, Emma grimpe aux arbres et Camélia fait des bracelets et des colliers avec Miruna et Najete. A la fin, nous sommes très nombreux.ses sur les tapis, des parents et des ados sont là aussi pour boire un chocolat chaud et bavarder au milieu des marronniers aux feuilles déjà oranges. Nous ne voyons pas le temps passer et repartons vers 18h !!

[gallery] shortcode not found inside [smart-grid][/smart-grid] shortcode

JEUDI 7 OCTOBRE 2021

 

Atelier Bel Air

Aujourd’hui, selon notre programme à Intermèdes, nous devrions faire notre animation et atelier à Bel Air, mais nous nous trouvons dans l’obligation humaine de porter notre soutien aux enfants qui ont subi le tragique évènement de l’incendie d’hier et qui ont été déménager vers la rue de l’Europe afin de partager un moment de vivre ensemble malgré les conditions. Notre équipe c’est composée de

Nous avons été accueillir par les responsable de l’école et la délégation mobilisée de la mairie en la présence de madame le Maire.

Nous avons trouvé la présence d’une solidarité de la part des responsable de l’école de ……. autour de ces familles qui à notre avis devra perduré.

 

Atelier a l’hôtel Welcomotel !

Une belle journée d’automne à l’horizon et des fous rires et de la joie  nous accompagne aujourd’hui lors de nos activités avec les enfants et jeunes de l’hôtel. Nous démarrons  un atelier de cuisine avec les mamans très aidantes et impatientes de le faire avec nous. Un open bar avec une bonne salade de fruit faite par les enfants et Annaëlle dans la joie et avec beaucoup de patience. A côté d’eux , Nicolae prépare avec le papa de Ysrra et Mohamed une grande marmite de chocolat chaud que nous allons tous déguster lors du goûter. Un atelier crêpes avec Mame et Mariam  s’est mis en place pour le plus grand bonheur des petits et grands qui sans cesse font des aller-retours pour en manger. Les ateliers pour la petite enfance et les jeux collectifs sont animée en partie par leanna et Lionel aidées par les ados.

Quel belle journée et quel bon goûter!

A bientôt;

Nicolae

Atelier Antony Pole

Aujourd’hui nous sommes allés à Antony Pole, il y avait pas mal d’enfants et de parents. Les activités proposées était badminton qui a attiré également les parents qui ont joué avec leurs enfants. Il y avait un atelier petit enfance qui a plu aux petits comme aux plus grands. Plusieurs mamans et un papa ont échangé avec nous et ont profité de ce moment pour jouer avec leurs enfants. Un atelier peinture et un atelier exercice dans lequel les enfants ont pu écrire, découper et coller sur le thème de l’alimentation.

Abdel a distribué les peintures pendant le goûter, et chaque enfant applaudissait à chaque remise des œuvres!

Emma et Maite

 

Atelier Astoria

C’est en cette belle après-midi, que nous avons rejoins les enfants à l’hôtel et nous avons pu leur offrir, comme promis la semaine précédente, des Barbapapas.

Tous ensemble, dans une ambiance conviviale, nous avons proposé plusieurs ateliers, notamment, du dessin, des jeux de sociétés et plusieurs petits ateliers pour la petite enfance.

Les enfants étaient très étonnés de nous voir aujourd’hui, et étaient pas conséquent un peu moins nombreux. Malgré cela, c’est dans la joie et dans la bonne humeur, que l’atelier s’est déroulé ainsi que le goûter.

Le bouquet final a été pour eux une distribution de petites surprises donné par l’agence de dons solidaires.

A bientôt !

Anaëlle

 

VENDREDI 8 OCTOBRE

Atelier à la Rocade

Aujourd’hui sous le vent léger et les nuages gris, notre équipe s’est composée de: Fatoumata et Fatou Beintou à l’atelier petite enfance, Ricardo et Zinaura au jeux de société, Sénad à l’atelier crayon papier, Lionel à l’atelier Pétanque, Mathias et Mohamed à l’atelier Footh. et un atelier de jeux de badmintone mit à la disposition des enfants un peu plus autonome ( adolescent.e.s et pré-adolescent.e.s). Tous les ateliers étaient animés avec la présence de plusieurs participants. Nous avons donc fini notre gouté dans le partage et la bonne humeur ensemble avec certain parents présent. Voici pour vous quelques images en espérant vous revoir parmi nous très prochainement.

[gallery] shortcode not found inside [smart-grid][/smart-grid] shortcode

Samedi 9 Octobre :

Atelier VSM :

Aujourd’hui nous nous sommes rendu à la Villa Saint Martin. Nous avons emmener diverses activités telle que un atelier petite enfance, un atelier jeux de société et un atelier peinture. Malgré le fait qu’il est eu peu d’enfant, ceux qui sont venus ont pu trouver leur plaisirs. Pour le goûter nous avons préparer du chocolat chaud qui a fortement été apprécier.

Atelier Parthénon

Aujourd’hui nous avons pris le food truck pour faire des crêpes et des brochettes de fruits. Cela a beaucoup plu aux parents y compris aux enfants. Nous avons eu l’aide d’une maman pour faire les brochettes de fruits. Maïté a fait un atelier aquarelle. Léo a fait un atelier petite enfance. Le gouter s’est très bien déroulé. 

A plus, Aymen.

Aven Savore à La Cigale !

Aven Savore à La Cigale : une expérience inoubliable

 

Pendant tout le mois de septembre, les enfants de notre troupe Aven Savore se sont préparés à monter sur les planches de La Cigale, invités par Ibrahim Maalouf et le Haidouti Orkestar XXL !

Deux jours par semaine, il fallait retravailler les chorégraphies apprises il y a deux ans de cela, à l’époque de notre grande tournée avec le trompettiste à l’été 2019.

A l’écoute des morceaux de l’album La Vache, les souvenirs reviennent aux enfants. La motivation est forte, une énergie toute particulière est retrouvée.

Même lorsque nous apprenons que nous devons faire des tests antigéniques à tout le monde, nous n’avons perdu personne, pas même ceux qui en auraient eu le plus peur ! Pas même ceux dont la santé est la plus précaire, ni ceux qui sont le plus réfractaires à tout dispositif covid. Ils nous font confiance.

Puis le jour de la répétition générale arrive. Nous retrouvons avec plaisir les musiciens amis d’Haidouti Orkestar, et évidemment Ibrahim Maalouf ! Nous sommes trente-deux sur scène, musiciens, musiciennes, danseurs et danseuses, chanteurs et chanteuses confondus. A la fin de la répétition, Ibrahim est très content ! Il nous remercie d’être là.

Puis vient le grand jour.

Lundi 27 septembre, nous voilà devant la Cigale, un des plus beaux théâtres de la capitale. Nous qui le matin-même étions au bidonville ou à l’hôtel, ou encore dans notre quartier de Longjumeau ou de Chilly-Mazarin, nous nous retrouvons ici. C’est fort, c’est puissant !

Lorsque nous découvrons la scène, elle nous paraît un peu exigüe pour accueillir tout le monde que nous sommes. Mais les enfants relèvent le défi sans peur, sous l’égide d’Abdel.

 

Après les balances, nous partons nous balader pour aller voir Montmartre et canaliser les énergies. A notre retour, c’est déjà le moment de se mettre en costume et de se maquiller, de se coiffer.

Le moment fatidique arrive, enfin, tant attendu !

Sur “Paris, Paris”, la troupe monte sur scène dans une ronde endiablée. C’est à ce moment-là que nous découvrons la foule, immense, qui danse et bouge au rythmes des cuivres. Les robes virevoltent, les danseuses tournent à un rythme effréné. On entend les cris des spectateurs, agréablement surpris lors du final de cette chanson, lorsque nos trois garçons bondissent sur scène pour offrir leur moment solo au public.

Pendant “Ljuba”, une chanson plus mélancolique, les enfants sont en demi-cercle et dansent dans une ambiance tamisée. Vient ensuite et enfin “Ederlezi”, qui achève de mettre le feu à la salle ! Nous saluons, avant de disparaître en coulisse, sous les applaudissements et saluts de 1400 personnes !

C’était incroyable, génial ! Je veux y retourner !“, jubile Sarah, avec des étoiles dans les yeux. Cela tombe bien, nous retrouverons nos amis d’Haidouti le 16 octobre prochain !

MARDI 28 SEPTEMBRE

Visite de l’IMA

Ce mardi, par une belle journée ensoleillée, nous sommes allés, plusieurs adhérents de notre MJC-CS et moi, visiter l’Institut du Monde Arabe à Paris.
C’était une visite très riche et dépaysante grâce à la conférencière libanaise qui nous a reçu.
ça a aussi été l’occasion de faire un pique-nique au jardin des plantes et d’échanger sur les envies et réalités de chacun.
J’ai pu ré-entendre, une fois de plus, qu’on espère que j’organise une sortie pour tous au Château de Versailles qui pour nos adhérents est une possibilité de rêver et se lier à l’histoire de France.
Une maman, de confession musulmane m’a confiée aussi qu’elle avait déjà emmené son fils visiter Notre Dame avant son incendie.
Ces sorties sont aussi des moments privilégiés pour s’exprimer, échanger.
J’ai pu ressentir les pré-occupations, peurs et besoins de nos adhérents d’affirmer leur désir d’intégration dans ces temps socialement troublés.

Isabelle

 

 

Atelier bidonville N20
Nous sommes allé-e-s ce mardi au bidonville de la N20 ou nous avons retrouvé comme chaque semaine les enfants pour des activités. Nous nous sommes installé-e-s au soleil, avec une petite enfance, que Miruna animait, des jeux de société avec Maïté et un atelier “Pancarte/album photo” animé par Anaëlle et Alex.
A la petite enfance, les enfants ont fait des tours de Kapla, des constructions et se sont beaucoup amusé-e-s. Aux jeux de société, on a joué au Dooble, au Mémory et au Uno, les enfants adorent apprendre les règles de nouveaux jeux et retrouver ceux appris dans les ateliers précédents.
On a aussi peint une grande pancarte, découpé puis collé des photos des ateliers précedents, avec Anaëlle et Alex, avant de légender les photos, en écrivant des phrases pour les expliquer. On a aimé voir des souvenirs des ateliers d’avant.
Ensuite, c’est le goûter, on mange des croissants, des petits pains et on boit un bon chocolat chaud.
Vivement la semaine prochaine.

Le CLAS de ce mercredi matin :
Nous avons accueilli les enfants avec un goûter aujourd’hui. Nous avons mangé des fraises et des bananes avec des croissants.
Nous avons rappelé ce qu’on a fait la semaine dernière, notamment le début de la correspondance avec le centre social de Le Portel.
Un groupe d’enfants est allé à la médiathèque, nous avons arpenté les rayons manga, bande dessinée, documentaires, albums et romans enfants. Nous avons choisi chacun un livre et nous nous sommes installés pour lire une histoire tous ensemble : chacun a lu une page, en essayant de bien mettre l’intonation.
Les enfants restés au local de l’association ont fini la séance par des jeux éducatifs, entre autre par un baccalauréat qui leur a permis de travailler leur orthographe et leur vocabulaire.

 

Atelier Saint Eloi

Quel atelier! Nous avons fait du tiramisu et des brochettes de bonbons! C’était génial de tremper les gâteaux dans le café chaud! Chrismael a adoré mettre de la chantilly sur la préparation. Panati est déclaré être le rédacteur en chef du livre de recettes à venir! Les enfants s’appliquent à écrire les recettes sur leur cahiers qu’ils retrouvent chaque mercredi. Anaëlle a joué avec les enfants aux jeux de société: loup garou, Uno, Dubble…les ados ont beaucoup aimé. Ils étaient tous là: Babe, Kardiatou, Nazarina, Djeneba, Abdou, Amala, Josua, Mohamed…Edouardo a animé une belle petite enfance. Amna est venue me demander le “Quoi de neuf?”, nous avons fait un super atelier avec Bambo et Aya qui sont dans la même classe en CE1, Tewis en CM1 qui a pu nous parler du décès de son papa il y a 4 ans, mais aussi Chrismael, Taous, Malek, Neal, Imen, Alicia et Abi. Nous aurions bien continué à parler de l’école et des projets à venir mais l’heure du goûter a sonnée!

Avant de partir nous avons un nouveau rituel, nous jouons à ” dans ma maison sous terre!” et nous nous disons à mercredi ! Les mamans étaient présentes nous ont beaucoup aidé!

 

 

Atelier Parc du Château
Aujourd”hui, nous sommes parti-e-s avec Nicolae, Ilyanna, Sophie, Senad, Mégane, Rayane Rikardo et Alex au parc du chateau pour notre atelier de rue du mercredi après-midi.
Nous avons proposé aux enfants différents ateliers : perles, petite-enfance, boxe, slack-line, dessin… Nous avons bien profité. Senad a distribué des dessins de mangas qu’il avait promis aux enfants et a dessiné des personnages pour les petites présentes. Les enfants se sont essayé-e-s à la slack-line et ont testé leur équilibre, avant d’aller se confronter à la boxe. Mégane et Illyanna ont beaucoup joué avec les petit-e-s, en faisant des perles ou des légos. Nicolae a aussi proposé un atelier graffiti devant lequel nous avons posés à la fin de l’atelier. Ricardo a préparé et distribué le goûter aux enfants, un bon chocolat chaud, les premières gouttes se mettent à tomber : il est temps de rentrer !!
A la prochaine fois.

 

Atelier de Bel Air

Aujourd’hui nous avons été à Bel air pour les activités de l’après midi. Nous avons mis en place la petite enfance, un atelier de tir à l’arc et du badminton, bien qu’il y avait beaucoup de vent. Les enfants ont rejoins les activités de l’atelier, relativement tard pour un mercredi après-midi. Les petits ont investis les lieux rapidement, tandis que les adolescents sont arrivés beaucoup plus tard, une heure avant la fin. Certains enfants sont arrivés avec leur ballon “perso”, toutefois sans vouloir se mêler aux autres, ni engager un match. Le tir à l’arc a séduit les petits et les plus jeunes. Il y avait un certain besoin de construire quelque chose avec un adulte, et de dire “je suis là”. L’atelier “Peinture sur soie” s’est débuté avec une très jeune habituée de l’activité, alors qu’il semble que les ados n’ont toutefois pas réinvesties les lieux. De ce fait, les objectifs de mobiliser l’enfant plus jeune par le dessin, fait ressortir d’autres problématiques telles que : le découragement, le sentiment d’être en capacité puis après se rendre compte de son impossibilité à réaliser, et faisant transparaître du désespoir, un constat…plein de choses exprimées ! Les ados arrivés plus tard sur l’activité sont représentés par les filles. Elles savent tout au début ! Et puis en fait rien n’est facile dans le positionnement de la feuille dans le cadre. Elles montrent de l’assurance. Elles sont volontaires, mais aussi elles ont la maturité et ont grandis dans un univers sain : ce qui n’est pas le cas de tous. Le goûter s’est organisé autour d’une animation. Les préados, les ados, tous sont arrivés très tardivement et ont attendu le moment pour enfin, goûter ! Les habitués de l’entretien du jardin de l’association ont rencontré les habitants sur l’espace collectif convivial, l’entretenir, etc.

 

Jeudi 30 septembre 2021

Atelier Skate-Park

Nous avons mis en place l’atelier avec les activités suivantes : 2 terrains de badminton, 1 espace Tir à l’arc, 1 corde de force, 1 espace de foot. Nous avons mis en place l’activité “Petite enfance” avec les puzzles, les briques, les kaplas, et nous y avons ajouté des tapis doux de mousse. Nous avons mis en place le billard en bois puis l’activité “Perles”. Nous avons oublié les jeux de sociétés, mais qui ont été compensé par une forte participation au jeu de badminton chez les ados et pré-ados. Les petits ont été très actifs au tir à l’arc, en étant assisté pas à pas, avec une grande bienveillance. Les mamans ont assistés leur enfant sur les tapis en racontant des contes avec les livres présents, et elles ont également été très actives sur l’activité “Perles”. Au goûter, il y avait au menu des sandwichs de confiture de fraise. Tout a été avalé !

 

Atelier Astoria

Nous nous sommes rendus à l’hôtel social Astoria, et nous avons pu proposer différents ateliers : vernis, jeux de société, dessin, jeux de construction et lecture.

Tous les enfants, filles comme garçons, ont pu se mettre du vernis avec Laura et se décorer leurs ongles, les “normes” de genre sont changées.

Plusieurs jeux de sociétés ont intéressé les enfants, le memo, le uno et pleins d’autres jeux de cartes. Les enfants étaient très impliqués.

Les enfants de tout âge ont pu nous proposer toutes formes de dessins : des supers-héros, des formes, etc.

Et lors des jeux de constructions, ils ont fait de grandes tours en tentant de “leur faire toucher le plafond”.

C’était une après-midi riche en rebondissements avec une promesse d’un plus tard.

Anaëlle

 

Atelier de Massy

Bel atelier au quartier du parc de la Corneille aujourd’hui ! au programme : retour de Marie et de l’aquarelle, les enfants peignent des motifs de plus en plus étonnants et élaborés. On découvre un réel progrès dans leur technique et leurs expérimentations. Maïté propose aux mamans présentes du café, et à leurs enfants des parties de UNO, Dobble et la corde à sauter amuse tout le monde. Alex est à son poste de petite enfance, au taquet pour construire des histoires avec les petits, qui lui demande même d’écrire les récits qu’ils inventent au fur et à mesure de l’atelier. L’atelier est si riche que nous prenons le goûter en retard, aux alentours de 18h20. A jeudi prochaine !

 

Atelier Anthony Pôle

Ce vendredi pluvieux, nous nous sommes rendus, Maité Alex et Anaëlle, pour proposer aux enfants et aux parents qui souhaitaient s’y investir plusieurs ateliers.

Notamment, une continuité sur la planche à photos déjà commencé avec les enfants du bidonville N20. Les enfants ont pu y coller leurs photos à eux, écrire les mots qui s’y prêtaient, et ensuite décorer la planche de mosaïque. On a pu observer que les enfants reconnaissaient les autres enfants de l’autre bidonville et ont pu en débattre dessus. Cet atelier a pu permettre aux enfants de reconnaître leur identité, et se sentir valoriser par la mise en valeur de leurs photos et de leurs actions.

Sur un autre atelier, lui aussi créatif, les enfants ont pu réalisé une symétrie de peinture, en pliant leur création autour d’un fil. Ils étaient émerveillé de voir que les deux côtés de la feuille était identique.

C’est un atelier un peu plus sportif qui s’en est suivi après la peinture. 1,2,3 soleil a permis aux enfants de se réunir et de jouer dans la joie et la bonne humeur, et une petite compétition de courses s’en ait suivi.

Au coin petite enfance, les enfants ont aimé lire et apprendre des mots Romains à Maité tout en écoutant l’histoire en Français. Ils ont aussi beaucoup aimé les jeux en bois, et insérer les formes sur les planches.

Sur ces beaux moments de partage, nous nous sommes promis à la semaine prochaine.

Anaëlle

Atelier de la rocade

Malgré la pluie nous avons fait un très bel atelier à la rocade. Nous avions quelques jeux sportifs pour se réchauffer : badminton, foot,diabolo et tir à l’arc ! Lionel a appris les règles de la pétanque aux enfants présents pendant que Fatoumata préparait de bonnes crêpes au chocolat pour le goûter ! Quelques filles ont profité de l’abri relatif du camion pour faire une partie de Uno. Nous avions bien mérité notre chocolat chaud et notre crêpe après tout ces efforts !

à la prochaine !

[gallery] shortcode not found inside [smart-grid][/smart-grid] shortcode

Atelier du Parthénon

Nous avons pris un grand bol d’air toute l’après-midi, le temps gris et les quelques gouttes ne nous ont pas enlevé l’énergie pour déployer nos ateliers. Nous avons peint à l’aquarelle, les dessins étaient magnifiques! Marie a rencontré Aya qui vient d’arriver et n’est pas encore scolarisée et elle était ravie d’être écoutée et assurée que nous allions l’aider. Manon a animé une petite enfance très dynamique avec un tunnel un tapis de sport et plein de jeux! Il y avait aussi un coin mamans, c’était super, nous avons nettoyé la peau, nous l’avons hydratée. Maite à limé les ongles, mis du vernis et parlé de plein de sujets différents: les problèmes administratifs, les difficultés à parler en français, les enfants ….Léo et Emerson ont animé un atelier sport: Cerceaux, boxe, tir à l’arc. Le goûter nous a permis de nous retrouver tous ensemble et nous nous sommes dit à samedi prochain!

Atelier Bel-Air :

Aujourd’hui nous sommes partie à Bel-Air. Plusieurs ateliers étaient de la partie, il y avait un atelier petite enfance, un atelier sportif comme du tire à l’arc, du badminton et du football. Un atelier jeux de société, et l’ont, c’est occupés du jardin. Les ateliers ont vraiment plu malgré quelques intempéries. Le goûter à fortement été apprécié et attendu, ont a également saisi l’occasion pour célébrer un anniversaire.

Pédagogie du réel !

La pédagogie rêve’olutionnaire !

En pédagogie sociale ce qu’on s’apprête à vivre se détache de tout autre pensée existentielle, car la « Pédagogie sociale », c’est ce qui arrive, ce qui nous arrive à tous, acteurs et usagers du Social, dès lors qu’on apprend à se saisir de ce qui arrive, qu’on part de l’environnement tel qu’il est et non pas tel qu’on croit qu’il devrait être. Dans le cadre de nos actions et de nos pratiques sociales, éducatives et culturelles, les pratiques des grands pédagogues tél que Célestin Freinet excède naturellement l’école, dans laquelle les familles portent leurs grands espoirs d’émancipation de leurs enfants.

Une école pour tous, et pourtant, non !

Depuis la rentrée des écoles, on se rends bien compte comment c’est difficile, voire impossible pour les enfants des classes populaire et défavorisées de « faire leur rentrée ». Bien trop souvent, c’est une rentrée retardée, voir reculée.Mais que ce soit pour les enfants des milieux favorisée où ceux sont tributaires de l’Ecole traditionnelle, c’est en fait la relation d’aujourd’hui à la scolarité dans son ensemble qui est aujourd’hui en crise. C’est habituel d’avoir le souci de l’autre et de lui apporter de l’aide dans sa relation vis-à-vis des institutions, et de sa famille, pour réaliser ses objectifs. Dans la pédagogie réve’olutionnaire, c’est lui permettre de transiter pour favoriser un changement existentiel chez l’enfant, une sorte de passage d’un « état à un autre » que ce soit afin de vivre comme il le souhaite, d’être lui-même, de construire ou de développer un lien social avec la dernière, en l’occurrence l’Ecole. Parfois, c’est un des moyens pour accéder à une plus grande autonomie, à l’insertion choisie, en sortant l’enfant de sa solitude.

De lors que nous sommes témoins aux injustices qui leurs sont infligées dans leurs démarches d’intégration dans l’Ecole du peuple ; nous pouvons témoigner du déclin d’une institution qui jusqu’à lors constitue toujours le seul horizon permis. Les enfants du peuple ont besoins d’une autre culture, la leur ; celle qui plonge dans les racines des histoires collectives, individuelles : pour que le peuple s’émancipe il a besoin non pas de culture mais de la pluralité des cultures dont il est porteur. Il doit pouvoir s’approprier sa propre diversité, sa multiplicité, exprimer la richesse de ses mélanges.

L’institution de nos jours doit permettre aux enfants de tous milieux sociaux et culturels d’apporter à l’école traditionnelle, leur singularité et la valeur des choses bien faites dans la durée avec envie de dire « MERCI ». C’est pour cela qu’il existe des moments inoubliables, des choses inexplicables, et des enfants incomparables !

Nicolae !

[gallery] shortcode not found inside [smart-grid][/smart-grid] shortcode

 

Atelier au bidonville de la N20
Aujourd’hui, Miruna, Sophie, Maïté et Alex sont allé-e-s au bidonville de la N20 comme chaque mardi ou presque pour y retrouver les enfants.
Nous avons proposé aujourd’hui des ateliers calmes et créatifs, comme les perles, de la lecture, une petite enfance avec des kapla et des jouets ainsi qu’une fresque collaborative à la craie grasse.
Il y avait aussi des jeux de société, les enfants de la N20 adorant jouer au Uno et apprendre à leurs copains et copines à y jouer à leur tour. Il y avait aussi le grand jeu en bois avec les palets et les élastiques.
Les ateliers se sont tous très bien passés, les enfants étaient très calmes et voulaient jouer tous et toutes ensemble. Ils ont dessiné et colorié tous ensemble sur des grandes feuilles de papier, ils ont fait des bracelets et des colliers pour les uns et les autres, ils ont joué ensemble aux jeux de société, avant de prendre un goûter sur les tapis : des bananes, des brioches et des sirops.
Un atelier très agréable, à la semaine prochaine !

Atelier de Bel Air :

Le 21/09/2021

Cette prés-midi malgré le beau temps nous sommes arrivée a Bel air où le silence régnais partout dans le quartier, car les enfants et ados étaient à l’école. Après une longue attente vers la fin de l’atelier une dizaine d’enfants viennent prendre le goûter avec nous avec la promesse de se revoir demain à l’atelier.

A plus!

Atelier Parc du château : 

Aujourd’hui nous nous sommes rendus au parc du château. Différents ateliers ont été proposés comme l’atelier petite enfance, un atelier peinture et dessin, un atelier badminton et jeux de société  ont également été de la partie.  Un grand nombre d’enfants étaient présents et les ateliers ont plu aux enfants. Nous avons pu échanger avec les parents. Cette atelier fut un moment agréable passé en compagnie des enfants et des parents. Le goûter fut également un bon moment passer ensemble. 

Atelier de Bel Air

Aujourd’hui nous avons profité d’un beau soleil d’automne pour faire un super atelier au jardin de bel Air ! Fatou a jardiné avec les enfants et leurs mamans. Nous avions également des activités sportives : foot et badminton avec Mathias et Emerson. Ricardo a organisé une grande partie de Uno et Sophie a construit d’immenses tours de Kapla avec les enfants. Comme d’habitude, les tapis de petite enfance étaient fournis en jouets et animés par Fatima.

Nous nous sommes tous retrouvés ensuite pour un grand gouter ! A Samedi !

[gallery] shortcode not found inside [smart-grid][/smart-grid] shortcode

La rentrée du CLAS

Aujourd’hui, c’était la reprise du CLAS, Contrat Local d’Accompagnement à la Scolarité. Pour cette reprise, nous avons démarré, avec 23 enfants scolarisés en classes de primaire, par une bonne collation, des gateaux, des chips de maïs, de la limonade et du lait.
Ensuite, nous avons discuté de ce 22 septembre : c’est le premier jour de l’automne ! Nous avons écrit au tableau les saisons, nous avons expliqué l’hibernation et rappelé la date d’Halloween.
Juste après, nous avons présenté un nouveau projet du CLAS : une correspondance avec le centre social Espace Carnot de Le Portel dans les Hauts-de-France. Nous avons fait de la géographie en expliquant ou étaient Le Portel et Chilly-Mazarin, nous avons appris que la mer la-bas s’appelait La Manche.
Nous nous sommes ensuite séparé-e-s en groupe de niveaux et nous avons réfléchi à ce qu’on pouvait écrire dans une correspondance.
On continue la semaine prochaine !


Atelier Saint Eloi

Nous poursuivons notre cycle d’ateliers cuisine, les enfants les attendent avec impatience. En ce premier jour d’automne c’était soupe à la citrouille! Nous avons appris à éplucher, couper, assembler les bons ingrédients ensemble et bien-sûr assaisonner! Nous en sommes à notre 3ème recette, après les brochettes de fruits et les beignets. Nous voudrions créer un livre avec nos recettes, pour l’instant les enfants ont chacun un cahier qu’ils retrouvent à chaque atelier. Ils s’appliquent à écrire les recettes, ils et elles s’entraident, c’est un vrai moment de partage et de collaboration. Nous avons aussi fait pleins de petits jeux comme “dans ma maison sous terre”, un jeu qui nous permet d’être tous ensemble, attentifs aux uns et aux autres et de s’amuser. Nous avons aussi rempli des questionnaires très intéressants pour le renouvellement d’agrément de notre Centre Social, les mamans ont participé mais aussi les enfants, sans oublier l’atelier petite enfance. Nous y avons lu des livres, les enfants sont ravis de lire et que nous leur racontions de belles histoires. Ils demandent des livres à chaque atelier. Nous avons aussi pour projet de redémarrer le karaté chaussette!

Et nous nous sommes dit à mercredi prochain pour de nouvelles recettes et de nouveaux moments enrichissants à partager ensemble!

Atelier Astoria

Aujourd’hui, nous sommes allés à l’hôtel social Astoria pour un atelier avec Anaëlle, Nicolae, Anita et Alex.
Les enfants ont pu rebondir entre plusieurs ateliers : bracelets brésiliens, dessin collectif, jeux de société, constructions en brique et petite-enfance.
Les enfants étaient ravis de notre présence.
Les filles qui faisaient les bracelets brésiliens ont pu s’exprimer sur leur quotidien à l’école, Boubacar a expliqué à Dardi que leur école avait été rénovée et ils l’ont dessiné à la craie grasse avec le conseil des filles de la même école, les enfants s’amusent sur le tapis de petite enfance à créer leur maison avec les briques en carton et les kapla.
C’est déjà l’heure du goûter, avec une découverte… intéressante du sirop à l’anis. On déguste des pitchs et c’est déjà le moment de se dire “Au revoir, à la semaine prochaine”

 

 

Atelier Skate Park

Aujourd’hui, à la sortie de l’école, c’était atelier au skate park ! L’atelier petite enfance de Fatou a permis aux enfants et à leur mamans de s’amuser avec des legos et des jouets. Une grande partie de Uno et de jungle speed a été organisée par Ricardo et Sophie a animé un mini cours de boxe ! Nous nous sommes ensuite retrouvés pour un grand goûter tous ensemble !

à la semaine prochaine !

[gallery] shortcode not found inside [smart-grid][/smart-grid] shortcode

Atelier Antony Pôle

Les enfants comme à chaque fois, montrent leur joie de nous retrouver!

Nous avons déployé tapis et tables pour la petite enfance et pour un magnifique atelier mosaïque. Nous avons réalisé une œuvre collective avec parents et enfants. Nous la continuerons la prochaine fois. Nous avons aussi fait de la corde à sauter en comptant le nombre de sauts et nous nous sommes entraîné au cerceau et aussi plein d’autres jeux comme 1,2,3 soleil! Nous avons chanté et goûté et nous nous sommes dit à vendredi!

 

Atelier de la Rocade

Aujourd’hui c’était atelier à la rocade ! Comme la semaine dernière nous avions amené la slackline pour permettre aux enfants de s’exercer au funambulisme. Certains ont même réussi à faire quelques pas seuls ! Nous avions aussi une table de Uno, le billard indien et les tapis de petite enfance avec des jouets et un atelier perles. Nous avons terminé l’après-midi avec un grand goûter avec les nombreux enfants présents !

à la semaine prochaine !

[gallery] shortcode not found inside [smart-grid][/smart-grid] shortcode

Aujourd’hui, avec Laura, Nicolae, Sarah, Anita et Ricardo, nous sommes allés au Welcom hotel avec notre super food truc, pour un atelier cuisine, au menu;

tacos aux tomates, salade, saucisses halals et concombre et en dessert du yaourt et de la crème de marron

l’atelier c’est très bien passé, tout le monde était super content !!

A bientôt

Yaelle

[gallery] shortcode not found inside [smart-grid][/smart-grid] shortcode

[/smart-grid]

Atelier Parthénon

C’est en ce samedi ensoleillé que nous sommes donc rendu, Ilyana, Maité, Léo et Anaëlle, à l’hôtel social du Parthénon où nous avons pu retrouver les enfants ainsi que les mamans. Les mamans ont pu y trouver du sens autour d’un petit café ainsi que d’un thé et elles ont ainsi pu avoir différents échanges, sur leurs familles, et sur différents points de leur vie quotidienne.

Les plus petits pouvaient jongler entre plusieurs ateliers, l’atelier craie grasse où ils ont pu exprimer leurs émotions, l’atelier lecture et l’atelier construction.

Les plus sportifs, eux, se sont retrouvés autour de palets, de chamboule-tout, de tir à l’arc, et ils étaient d’ailleurs tous très concentrés pour visé au mieux. Ils ont pu se défouler !

Un autre atelier qui a beaucoup défoulé les enfants était celui de la peinture expressive. Les enfants ont pu être très créatif et laisser place à leur imagination à travers plusieurs de leurs représentations sur certains thèmes (famille, école, amour, peurs, etc.)

C’est alors qu’à travers ces divers ateliers, que nous avons vu des enfants créatifs, souriants, participatifs et motivés. C’était déjà le moment de partir, que nous avons pu leur dire au revoir avec le sourire aux lèvres.

[/smart-grid]

[/smart-grid]

[gallery] shortcode not found inside [smart-grid][/smart-grid] shortcode

Atelier Bel Air

Aujourd’hui, nous sommes parti-e-s avec Nicolae, Laura, Emma, Mohamed, Nora, Julie, Mohamed et Alex. C’était le festival de la maison Colluci. Nous y avons tenu un stand. Pendant le même temps, nous avons organisé notre atelier habituel du samedi à côté du jardin de Bel-Air. Nous avons fait des ateliers de petite-enfance, nous avons cuisiné des beignets et nous avons aussi joué sur le tapis petite-enfance. Vers la fin de l’atelier, nous avons fait du vernis avec les enfants qui étaient présent-e-s.
C’était un super atelier, la barbapapa était délicieuse, et les beignets aussi étaient aussi succulents.

[gallery] shortcode not found inside [smart-grid][/smart-grid] shortcode

des Murs et des oreilles

des Murs et des oreilles

Plus le mois de Septembre passe, plus nous constatons les ravages du mois d’Aout. Que ce soit lors de nos séances d’aide administrative, ou la scolarisation des enfants des bidonvilles et hôtels sociaux, nous ne comptons plus les murs qui sont opposés à nos adhérents et à nous lorsque nous nous saisissons des situations. Ces murs n’ont pas d’oreilles, pas d’oreilles pour entendre les difficultés les souffrances, les incompréhensions, et tout ce qui sort des protocoles administratifs, nous nous retrouvons comme à l’accoutumée dans la position inconfortable de faire valoir les droits de nos publics auprès des institutions qui en sont pourtant responsables. Que ce soit les préfectures, et leurs guichets perpétuellement pleins, les municipalités où les services se renvoient la balle indéfiniment, le système scolaire et son administration gargantuesque; nous sommes les oreilles capables d’entendre ces douleurs, ces attentes, ces angoisses et dans le même mouvement nous revêtons par un tour de passe-passe intellectuel les même attributs que nos publics discriminés. Nous sommes sales, mal polis, incultes, indigne de confiance et d’écoute aux yeux des institutions.

Bel-Air, samedi dernier

Janusz Korczak nous dit que l’on peut supporter une situation qui s’améliore, même un tout petit peu, chaque jour, de même que l’on peut supporter une situation qui empire chaque jour, mais que ce qui est insupportable, c’est la stagnation, quand l’avenir n’apporte aucune promesse, ni du meilleur, ni du pire. Alors plutôt que de tomber dans une dépression catastrophiste en ce début d’année, encore, nous multiplions les projets et les actions. Notre Gratuiterie, nouvellement ouverte, prend son essor, notre Food-Truck fait ses premiers kilomètres dans les hôtels de Chilly-Mazarin, et le jardin de Bel-Air entame une nouvelle métamorphose. Vendredi, Kledjona et Anita, soutenues par Yaëlle, Laurent et Marie, sont allées chercher des oreilles attentives auprès de la Défenseure des Droits, et elles en ont trouvé ! Près de 900 personnes, qui les ont écoutées, saluées, remerciées de partager avec eux le quotidien des enfants précaires, les murs symboliques et physiques qui les enferment, et l’énergie qu’elles déploient chaque jour pour les dépasser. Comme quoi, au milieu de tous ces murs, nous finissons toujours par trouver le moyens de faire écho.

Abdelnasser Pochet

Atelier au Bidonville de la N7

Aujourd’hui, nous sommes parti-e-s, Maïté, Sophie, Miruna et Alex, au bidonville de la N7 afin de proposer un atelier aux enfants. Vers 14h30, nous embarquons jeux de société, jeu en bois, perles, matériel de petite enfance et fruits et nous sommes en route.
Arrivé-e-s, les enfants sont très vite attiré-e-s par les fruits et on joue à deviner leurs noms et à dire leur couleur. Quelques enfants se dirigent vers les perles et font des bracelets et colliers en discutant de la vie au bidonville. Pendant ce temps, on joue à empiler des blocs et lire des histoires sur le tapis petite enfance. Les garçons plus grands apprennent à jouer au UNO et ils jouent au jeu en bois qui consiste à envoyer des palets dans le terrain de l’adversaire avec un élastique.
Un groupe s’affaire toujours à préparer le goûter, on découpe les fruits, on les assemble sur des brochettes en variant les couleurs pour faire joli et pour que ce soit bon. C’est enfin prêt, on applaudit nos cuisinièr-e-s et on déguste les brochettes tous et toutes ensemble.

Atelier St Eloi

Aujourd’hui nous sommes allés à St Eloi ! Nous avons installé un atelier petite enfance, un atelier dessin et jeux de société. Il y avait également un atelier cuisine pour faire des beignets au chocolat. La pluie était de la partie, nous nous sommes tous réunis sous le barnum et avons continué nos ateliers. Les beignets étaient très bon et les enfants ont adoré. Superbe journée !

 

Atelier au Parc du château

Malgré la pluie, aujourd’hui nous avons organisé un chouette atelier au parc du château ! Riccardo et Miruna animaient un badminton avec les plus grands enfants pendant que Nicolae dessinait avec les plus petits sous le barnum. Nous nous sommes ensuite tous regroupés pour prendre le gouter à l’abri du barnum.

à mercredi prochain !

[gallery] shortcode not found inside [smart-grid][/smart-grid] shortcode

Remise du Prix de l’Inspiration par le Crédit Coopératif

 

I

Intermèdes-Robinson, Centre social , a été doublement distingué et récompensé pour la qualité de ses actions, par la Fondation et le Crédit coopératif.

Le Prix a été remi hier, lors d’une cérémonie , dans nos locaux.

A cette occasion, la troupe, Aven-savore! , en répétition sur ce moment là, a fait une petite démonstration de ses chants et danses.

Merci aux membres du Comité du Crédit coopératif, ainsi qu’à sa Fondation, pour cette reconnaissance!

Atelier à l’hôtel social Astoria

Aujourd’hui, avec Miruna, Senad, Nicolae et Alex, nous sommes parti-e-s à l’hôtel social Astoria pour un atelier. Nous avons attendu que les enfants rentrent de l’école et nous en avons profité pour installer nos ateliers :
– un atelier perles proposé par Alex
– un atelier petite enfance proposé par Miruna
– un atelier jeux de société proposé par Senad et Nicolae.
Les enfants n’étaient pas très nombreux-ses mais cela nous a permis de discuter avec eux tout en jouant ou en faisant des bracelets. On parle entre autre de l’école, des copains et copines, des difficultés à bien s’entendre…
Ensuite, c’est l’heure du goûter, et Dardi, Fatima et Rayna distribuent les sirops de fruit, les brioches… C’est déjà l’heure de rentrer, à la semaine prochaine !

 Atelier Skete Park

Aujourd’hui sous le ciel bleu, notre atelier c’est composée de Laura à l’atelier café échange avec les parents, Mathias à l’atelier foot , Fatoumata à l’atelier petite enfance et Mohamed à l’atelier jeux de société.

Nous avons accueillir du monde sur tous les ateliers à la sortie de l’école. Les enfants étaient très participatifs comme toujours dans une bonne ambiance.

Nous avons en suite terminé avec un gouter tous ensemble avec les enfants et les parents.

En espérant vous revoir très bien tôt parmi nous, voici pour vous quelque images.

A très bien tôt.

 

Atelier à Massy

Aujourd’hui nous sommes partis à Massy avec Maité qui animait le “quoi de neuf?” et la petite enfance, Sophie qui animait l’atelier perles et participait aussi au “quoi de neuf?”, Ricardo et Jeanne qui faisaient l’atelier boxe. Nous avons eu le plaisir de retrouver beaucoup d’enfants habitués, et de reprendre certaines activités là où nous les avions laissées la semaine dernière, comme la boxe. Nous avons aussi été très contents de voir que des parents restaient avec nous pendant l’atelier, sur les bancs ou sur les tapis que nous amenons, profitons de l’atelier petite enfance pour lire une histoire à leur enfant ou pour rester un temps dehors, après l’école. Ricardo a joué des jeux de société avec des ados, certains enfants ont improvisé une balançoire avec le sac de boxe… Puis nous avons invité tout le monde à se regrouper pour le goûter, l’atelier est passé très vite !!

Vendredi 17 septembre 2021

Atelier au bidonville “Antonypole”

Aujourd’hui nous partons en petite équipe au bidonville Antonypôle : Miruna, Mathias et Jeanne. Nous trouvons le bidonville étrangement calme : c’est que la rentrée a eu lieu, et que beaucoup des enfants qui vivent là ont été inscrits à l’école, par l’intermédiaire de l’association Romeurope Antony ou de l’association Intermèdes Robinson. Avec la quinzaine d’enfants qui est là, nous nous installons donc sur les tapis pour jouer aux cubes et lire des livres, pour faire de la corde à sauter ou du cerceau. Nous chantons des chansons, nous faisons des concours de sauts, du hula-hoop, des châteaux. Les parents sont autour et nous accompagnent, ils sont surtout très intéressés par l’enceinte bluetooth que nous avons apportée. Nous les laissons mettre la musique qu’ils aiment et nous proposons aux enfants de jouer aux statues musicales : dès que la musique s’éteint, tout le monde se fige ! On remue les épaules, on fait la ronde, on refait des concours de sauts, et après on mange des barres de céréales et on boit du sirop. A vendredi prochain !

Atelier à la Rocade

Avec Mohamed, Alex, Sophie, Fatoumata et Fatou, nous sommes allés à La Rocade.
Nous avons joué au foot avec deux enfants. Mohamed et Alex ont gagné le match. Les filles sont arrivées et ont joué au Uno avec Mohamed. Pendant ce temps, Sophie faisait de la slack line avec un groupe d’ados, qui a passé un moment à travailler l’équilibre. Fatou a animé l’atelier peinture et Fatoumata a été très occupée avec les petits sur le tapis de petite-enfance.
Alex est allé animer des concours de jeux en bois avec les enfants. D’autres garçons sont arrivés et ont rejoint Mohamed pour jouer au Uno. C’était bien, la partie était longue et animée.
Nous avons rencontré Antonin et sa maman et nous avons discuté longtemps, c’était chouette.
Les enfants se sont proposés d’aider à distribuer le goûter, nous avons manger du quatre quart et bu du sirop. C’était bien et nous avons hâte de revenir la semaine prochaine.

Mohamed et Alex

[gallery] shortcode not found inside [smart-grid][/smart-grid] shortcode

Atelier au baladin

Lorsque nous sommes arrivés, quelques enfants jouaient déjà sur le parking de l’hôtel, puis avec quelques mamans nous avons commencés à préparer la pâte à crêpe et un bonne salade. Au fil de l’atelier, les enfants rentrant de l’école arrivaient, et nous commencions le barbecue composé de merguez, de champignons et de piments. A la fin de l’atelier, nous mangeons tous ensembles le bon repas que nous avons préparés, au menu; des hot dog, de la salade et des crêpes pour le dessert !! A très bientôt !!

Yaelle

[gallery] shortcode not found inside [smart-grid][/smart-grid] shortcode

Atelier Parthénon :

Aujourd’hui nous nous sommes rendus au Parthénon. Plusieurs ateliers étaient proposés. Il y a eu un atelier petite enfance qui a beaucoup plu. Un atelier jeux de société où plusieurs enfants on appréciés d’y participer. Un atelier bien-être où enfants et parents étaient de la partie. Ce moment a fortement été apprécié. Un atelier un peu plus sportif à été proposé avec de la corde à sauter. Le goûter a été calme et fut un bon moment partagé tous ensemble.

 

Atelier VSM

Aujourd’hui nous sommes allés à VSM, il y avait un atelier badminton qui a beaucoup plu aux enfants. Il y avait également un atelier d’activités manuelles, les enfants ont pu faire des avions, des shuriken, des “cocottes en papier” Les enfants nous ont montré leur talents en football et en courses, ils sont très sportifs ! En atelier tir à l’arc, ils ont appris à viser sur la cible. Nous avons fait une petite ronde après le goûter et les enfants ont tous été dynamique pour chanter une petite chanson. Ils avaient hâte de pouvoir revoir l’association la semaine prochaine et la joie était de la partie !

La rentrée est annulée

La rentrée est annulée

C’est une tradition; chaque année , à la même période, j’écris une KroniK sur le thème de la rentrée scolaire.

A cela, deux raisons:

  • la première est que chaque rentrée scolaire est un événement incontournable de toute rentrée sociale; c’est également un rendez vous médiatique fort.
  • la seconde est que chaque rentrée scolaire est un événement pour les Robinsons. Nous y accompagnons quantité d’enfants, intervenant sur tous les plans: soutien familial, éducatif, aide aux fournitures, aide aux inscriptions, conseils, écoute et accompagnement.

Mais cette rentrée 2021 est un peu particulière; elle est celle de tous les dangers.

D’une part , nous avons vu tout au long de l’été se multiplier les expulsions de familles mal logées, que ce soit en “squats” ou en bidonvilles.

D’autre part, nous observons la situation catastrophique des familles en situation de précarité qui ont perdu une à une , l’ensemble des protections sociales élémentaires, qu’elles soient familiales ou personnelles.

Nous observons également l’impréparation à la rentrée de très nombreux enfants d’âge scolaire ou collège, qui ont perdu pied , progressivement, depuis près de 18 mois, dans le suivi de leur scolarité, en particulier du fait des divers confinements et des avalanches de mesures dites , sanitaires.

Pour eux, cette rentrée est vécue dans une forme d’indifférence , sans nouvel espoir, presque dans la résignation. Elle ne suscite ni sursaut, ni espérance ; elle ne donne lieu à aucun enthousiasme comme s’ils se préparaient à de nouveaux abandons, et à se retrouver dès les premiers jours en situation de contrevenants.

Saluons cependant la mobilisation de tous nos partenaires , pour tenter de donner de la valeur à cette rentrée et nous aider à motiver ces enfants et jeunes à y trouver du sens.

Nous avons reçu une grande quantité de matériels scolaires, de la part de la Voix de l’enfant, mais également du Samu social. Nous en avons également acheté en grand nombre et nous allons équiper par centaines nos enfants et nos jeunes.

Une rentrée en forme de point d’interrogation, pour les enfants des bidonvilles qui ont été pour certains expulsés plusieurs fois de suite durant l’été et pour qui tous les efforts d’inscription scolaire réalisés en 2020- 2021 ont été réduits à néant.

Pour tous les autres, ils ne sont pas les héros de cette rentrée scolaire. On parlera bien plus des mesures sanitaires, des limitations d’activités, des obstacles à la vie quotidienne, du débat des vaccinations de professionnels, que de ce que les enfants espéreraient de l’Ecole, ou de ce dont ils auraient besoin.

De Pédagogie, il ne sera pas question; exit le simple sujet , il n’ a plus cours.

On se soucie des sas, des contrôles, des barrières à l’entrée des établissements; on ne parle plus de ce qui se passe à l’intérieur. Comme si tout cela était désormais au delà de tout débat, coulé dans le marbre, hors de portée du débat démocratique.

Et pourtant c’est bien de pédagogie dont tous ces enfants auraient besoin. Une pédagogie du désir, qui donnerait pour eux du sens à apprendre, et à apprendre avec les autres.

Une pédagogie libératrice pour apprendre à penser par soi même, à se lancer dans la vie, à oser espérer bâtir et prendre une place dans la société.

Une pédagogie pour notre temps de toutes les crises, de tous les enjeux.

Une Pédagogie pour un avenir possible.

(Cité par Catherine Chabrun- ICEM- Freinet)

MERCREDI 1er SEPTEMBRE 2021

Atelier de la rentrée à St Eloi

Alors que le local réouvrait, nous sommes allé-e-s à quelques un-e-s à St Éloi pour le premier atelier depuis la fermeture estivale. Nous n’avons pas eu le temps de nous garer que des enfants étaient déjà présent-e-s et attendaient que nous arrivions. Avec autant de bras volontaires pour nous aider, les ateliers ont été vite installés.
Au programme pour ce dernier jour de vacances, Maïté a proposé un quoi de neuf, Laura a proposé des jeux collectifs, et Rose et Alex ont proposé un tapis de lecture et un tapis petite-enfance. Nous avons eu la bonne surprise d’être rejoint-e-s par Mohamed.

Sur l’atelier Quoi de Neuf, on échange tout en faisant des perles, on discute, on se passe le bâton de parole. Ça se raconte les vacances, les enfants qui sont allé-e-s en séjour pendant l’été sont content-e-s de nous dire tout ce qu’ils et elles ont fait. On discute aussi de la rentrée, de l’entrée au collège pour certain-e-s…

Sur l’atelier Jeux collectifs, on fait un chamboule tout et des courses de sac, même si le vent rend le chamboule tout un peu difficile.

En petite-enfance, les grands s’occupent de la fille de Rose et lui proposent des jouets. Alex lance ensuite un concours de Kapla et on se défie : celui qui fera tomber la tour de Kapla perdra.

C’est ensuite le moment de prendre le goûter, du quatre quart et du sirop, posé-e-s sur les tapis. On souhaite une bonne rentrée aux enfants, on a hâte qu’ils et elles nous racontent leur première semaine mercredi prochain.

 

JEUDI 2 SEPTEMBRE 2021

Médiation scolaire

On y est, c’est la rentrée !… Nous repartons sur les routes de l’Essonne afin de prendre des nouvelles, de distribuer du matériel scolaire ou d’inscrire les enfants. En effet, beaucoup d’entre eux ont dû changer d’école, après les nombreuses expulsions de ces mois d’été. Nous remplissons également les premiers documents collés dans les cahiers de correspondances par les maîtresses. Bientôt, nous reprendrons les ateliers de rue dans les bidonvilles !

Atelier Massy

Quelles belles retrouvailles! surtout après le 1er jour de rentrée scolaire pour la plupart des enfants. Pour beaucoup c’était l’entrée en 6ème. Nous avons échangé sur cette rentrée qui n’a laissé personne indifférent.

Nous nous sommes réunis sur les tapis pour jouer à des Quizz de culture générale, à des jeux de société et nous nous sommes aussi dépensés en jouant à des jeux collectifs.

Et comme à notre habitude nous avons pris un bon goûter convivial et nous nous sommes dit à jeudi!

 

Atelier au skatepark de Longjumeau

En ce jour de rentrée scolaire, nous sommes parti-e-s vers 15h30 direction le skatepark de Longjumeau, ou nous avons installé 5 ateliers en attendant que les enfants sortent de leur première journée d’école.

Très vite, ils et elles arrivent en nombre, et s’installent soit sur le tapis petite enfance, à la table d’arts créatifs (dessin, craie grasse), à la table perles ou bien aux jeux de société. D’autres enfants rejoignent les cibles de tir à l’arc un peu plus loin et s’entraînent à viser la cible.
On discute beaucoup de la rentrée, de cette première journée, et il est déjà l’heure du gouter. On s’installe tous et toutes sur le tapis et on discute tout en buvant du sirop et en mangeant du quatre-quart.
A la semaine prochaine.

Atelier à l’hôtel social des Balladins

Ce vendredi, nous sommes allé-e-s, comme chaque semaine, à l’hôtel social des Balladins afin de proposer un atelier aux enfants à leur retour de l’école. Les tout-e-s petit-e-s profitent que les grand-e-s ne soient pas encore rentré-e-s de l’école pour jouer sur le tapis Petite Enfance avec Nicolae et Ricardo, tandis que les mamans s’installent avec Laura pour discuter tranquillement sur un tapis.

Vers 16h45, les grand-e-s rentrent de l’école et il commence à y avoir du monde. Les filles dessinent avec Alex pour créer un imagier des mots des enfants de Chilly-Mazarin, elles s’appliquent et légendent leurs dessins à la craie grasse. Les garçons et quelques filles jouent au football avec Momo et Rayan, alors que Ricardo propose un atelier Tir à l’arc. On s’amuse bien et il est déjà l’heure du gouter, nous rapprochons les tapis et nous nous installons tous et toutes ensemble pour manger avant de rentrer au local.

VENDREDI 3 SEPTEMBRE 2021

Atelier à la Rocade

Nous avons installé notre atelier à la Rocade avec les enfants, nous avons fait des jeux de société et des perles sur les tapis, les mamans se sont jointes à nous.

SAMEDI 4 SEPTEMBRE 2021

Atelier à Bel-Air

Aujourd’hui nous partons à Bel-Air avec Fatou, Jeanne, Rose et Fatoumata. A notre arrivée nous sortons les perles, le badminton, les jeux de petite enfance, les jeux de société pour les plus grand.es et bien sûr les outils de jardinage. En ce moment, le jardin de Bel-Air porte bien son nom : il a bel air avec ses tomates, ses framboises, ses gros potirons qui mûrissent lentement et ses premiers piments rouges. Nous invitons une bande de petites filles de la Rocade à jardiner, elles nous racontent qu’elles viennent souvent cueillir et manger des tomates, et on continue à en manger, en expliquant celles qui sont mûres et celles qui ne le sont pas. Pour les tomates jaunes, ce n’est pas évident ! Pour le piment non plus !!

Pendant ce temps Aïcha, Kenza et Phylli ont commencé à jouer sur les tapis de petite enfance, elles sont bientôt rejointes par les jardinières. De nouveaux enfants arrivent, ainsi que notre bénévole Mamie Zohra. Nous jouons au badminton, au tir à l’arc et au UNO, jeu dans lequel Maïssen se distingue. Nous finissons par un grand goûter : grenadine, madeleines et abricots secs. A la prochaine !

Festival Freire – la Pédagogie des opprimés

Festival Freire – la Pédagogie des opprimés

S’inscrire: festivaldepedagogiesociale@intermedes-robinson.org

(événement gratuit- inscription indispensable)

Un Festival partenarial : Présentation , par Renaud Rogez du Tiers-lieu “Libertà “- Avion (62)

Cette année, entre en résonance avec les travaux de Paulo Freire qui avec ses expériences sur l’alphabétisation présentait cela comme : « Promouvoir chez le peuple touché par une action éducative une conscience claire de sa situation objective ». Mais également de permettre aux usagers de pouvoir avoir les clés de réflexion pour transformer le monde dans lequel ils vivent : « le but de l’éducateur n’est plus seulement d’apprendre quelque chose à son interlocuteur, mais de rechercher avec lui, les moyens de transformer le monde dans lequel ils vivent».

Il ne s’agit donc pas d’accompagner uniquement par l’apprentissage des bonnes pratiques professionnels mais également de donner des clés réflexives pour que l’usager reprennent le pouvoir d’agir localement. C’est un des objectifs du festival de la pédagogie sociale qui cette année sera consacré au pédagogue social : Paulo Freire.

     I.         Déroulement du festival

Le festival de la pédagogie sociale c’est quoi ?

            C’est un festival qui se déroule chaque année en région parisienne sur la commune de Chilly-Mazarin. Il est à l’initiative de la MJC Intermède Robinson et en partenariat avec l’Institut Helena Radlinska.

            Chaque année, un pédagogue social est mis en lumière par des ateliers, des conférences sur ses pratiques, sa démarche auprès des publics après Célestin Freinet, Héléna Radlinska c’est au tour de Paulo Freire et de la pédagogie de l’opprimé.

            Suite à l’inauguration-hommage du 25 juin 2021 dans le Tiers Lieu Libertà, la MJC a proposé à l’association des Amis de Mandela de porter le 5ème festival de la pédagogie sociale.

            Sur le territoire du Pas de Calais, de nombreuses institutions sont déjà formées à la pédagogie sociale : Les centres sociaux de Mazingarbe, l’AFERTES, l’association SOLILLERS, …

Qui est Paulo Freire ?

Paulo Freire 1921 – 1997 : né dans une des régions les plus pauvre du Brésil, il fût sensibilisé aux difficiles conditions de vie des classes populaire. Il travailla tout d’abord au Sesi (Service social de l’industrie) ainsi qu’au service du développement culturel de l’université de Recife. Il fut tout ce que peut et doit être un éducateur, de professeur d’école à créateur d’idées et de méthodes. Il exprima pour la première fois sa philosophie en matière d’éducation dans sa thèse universitaire, en 1958, et par la suite dans son cours d’histoire et de philosophie de l’éducation qu’il assura à l’université de Recife avant de la mettre en pratique dans ses premières expériences d’alphabétisation.

C’est ainsi qu’il se fit connaître et que l’on parla bientôt de « méthode Paulo Freire ». En schématisant, on peut dire que cette méthode consiste en trois moments d’apprentissage agencés dialectiquement sur un mode interdisciplinaire :

  • L’investigation thématique, par laquelle élève et professeur cherchent, dans l’univers de l’élève et de la société où il vit, les mots et les thèmes centraux de son existence.
  • La thématisation, au cours de laquelle les thèmes sont décodés et recodés pour faire apparaître leur signification sociale et prendre ainsi conscience du monde vécu.
  • La problématisation, où professeur et élève cherchent ensemble à dépasser une vision magique par une vision critique, point de départ pour la transformation de la réalité vécue.

Les principes de la pédagogie de l’opprimé

Cette pédagogie des opprimés n’est pas une pédagogie pour les opprimés, ce n’est pas une recette pour partir à la conquête du peuple, l’éduquer selon un programme préétabli en suivant une méthodologie figée… C’est à la fois, dans le même mouvement, une démarche de conscientisation des opprimés et une éducation révolutionnaire et émancipatrice où l’éducateur apprend autant de ses élèves qu’il leur apporte, où le chemin vers la connaissance se fait ensemble dans l’expérience de la rencontre entre deux consciences et le monde.

Une éducation où les opprimés deviennent pédagogues pour eux-mêmes autant que pour ceux qui les enseignent.

Une pédagogie enfin qui fait de l’oppression et de ses causes un objet de réflexion des opprimés d’où résultera nécessairement leur engagement dans une lutte pour leur libération, à travers laquelle cette pédagogie s’exercera et se renouvellera. Un projet qui rompt totalement avec tout ce qui s’est fait jusque-là, c’est à dire ce que Freire appelle la conception « bancaire » de l’éducation. Il n’y a plus celui qui sait et celui qui ignore : « Personne n’éduque autrui, personne ne s’éduque seul, les hommes s’éduquent ensemble, par l’intermédiaire du monde ».

Comment ça se passe ?

Le festival de la pédagogie sociale se déroule sur deux jours. Mêlant temps de discutions, de conférences, d’échange et d’apports collectifs à des temps d’expérimentations pratiques.

Les temps d’expérimentation pratique seront sous formes d’ateliers pédagogiques répartis sur les communes de la communauté d’agglomération Lens-Liévin et de Hénin Carvin. Ces ateliers seront proposés aux institutions qui font vivre les quartiers politique de la ville (CCAS, Associations, PRE, Club de prévention, Centres sociaux…). Les ateliers se déroulement dans les murs et hors les murs.

Ces ateliers sont en cours de préparation et seront présentés ultérieurement. Le nombre d’ateliers proposé évoluera avec le nombre d’inscrit.

L’ensemble du festival est accessible aussi bien pour les institutions que pour la population sensible à la question du développement du pouvoir d’agir.

En fonction de l’évolution de la situation sanitaire, des dispositions seront prises pour un accueil dans la sécurité et le respect des règles sanitaire en vigueur.

Les journées types :

Voici le programme des journées du festival de la pédagogie sociale. Le programme est donné à titre indicatif et il est susceptible d’être modifié.

Jour du 25 octobre 2021

9h00 – 10h00 : café convivial et présentation/inscriptions aux conférences du matin et atelier de l’après-midi

10h00 – 11h30 : temps de conférence, débat, …

11h30 – 13h00 : Repas commun

13h00 – 14h00 : Départ et préparation des ateliers

14h00 – 16h30 : temps des ateliers

16h30 – 17h00 : temps de débriefing à chaud des ateliers

17h00 – 18h30 : temps d’échange collectifs sur les ateliers

18h30 – 21h00 : apéritif-spectacle avec la troupe d’Aven Savore

Jour du 26 octobre 2021

9h00 – 10h00 : café convivial et présentation/inscriptions aux conférences du matin et atelier de l’après-midi

10h00 – 11h30 : temps de conférence, débat, …

11h30 – 13h00 : Repas commun

13h00 – 14h00 : Départ et préparation des ateliers

14h00 – 16h30 : temps des ateliers

16h30 – 17h00 : temps de débriefing à chaud des ateliers

17h00 – 18h00 : clôture du festival


Texte de motivation: “Notre FREIRE” ( L.Ott)

 Texte consécutif à la Journée de Pédagogie sociale du 7 JUILLET 2018, à Longjumeau (91)

   Paulo Freire fut un éducateur, un initiateur empêché d’agir par des forces violentes,  tout au long de sa vie; en butte aux politiques répressives, aux dictatures, à l’exil.  Il s’est heurté à des dominations et des oppressions objectives, violentes et concrètes.

Mais sa préoccupation s’étendait bien au delà; les répressions et les dictatures ,ça ne dure qu’un temps. Il était bien davantage préoccupé par les effets idéologiques portés sur les individus et les groupes . Il s’inquiétait particulièrement de l’offensive ultralibérale sur la pensée elle même.

Partout dans le Monde , se développe en effet une entreprise idéologique et mentale destinée à faire accepter comme naturelles , les pires violences économique set sociales. Partout les médias, les institutions économiques et  sociales inculquent et renforcent l’idée qu’il n’y a pas d’alternative, que l’individualisme est la condition humaine, son horizon indépassable et que la concurrence, les marchés, et les inégalités seraient le quel système d’organisation possible et souhaitable entre humains.

Le pire flic que nous connaissions est donc dans notre tête et c’est dans la tête également qu’il convient de lutter contre les désastres libéraux, politiques, économiques et sociaux. Cette entreprise d’abandon à toute initiative politique et sociale , est une entreprise de colonisation des esprits. C’est ce que Paulo Freire qualifiait « d’invasion culturelle »; nous sommes amenés à penser avec des mots, avec des concepts qui ont été préalablement piégés et qui ne savent mener que dans un sens unique: l’acceptation, la résignation face aux inégalités, aux injustices , l’insensibilisation face aux souffrances du Monde.

La libération culturelle est logiquement l’objectif de toute pédagogie émancipatrice et pour laquelle Paulo FREIRE a théorisé sa « pédagogie des Opprimés » que nous faisons nôtre et que nous intégrons dans le champ de la Pédagogie sociale comme une composante majeure.

A la base de la Pédagogie sociale, comme dans toute la pensée de Freire, règne en effet cette intime conviction: jamais la réflexion éducative , sociale ou politique ne doit être séparée de l’action.  Nous ne libérerons rien à terme, ou à long terme, quand nous ne le libérons pas dès à présent, ici et maintenant.

Il ne saurait y avoir d’objectif qui s’affranchisse d’une pratique immédiate; aucune séparation , même temporaire, n’est concevable entre l’étude et l’action , la compétence et la pratique  car chez l’être humain ces deux mouvements, ces deux « moments »  ne sauraient s’affranchir l’un de l’autre.

Cette conviction, ce manifeste, déterminent et contraignent la pédagogie sociale , comme une pédagogie cohérente, efficace et … inévitable.

Il est inévitable en pédagogie sociale de faire  avec ce qui arrive, d’accepter celui qui vient; il est inévitable de prendre en compte ce qu’on attend et ce qu’on fait de nous.Il est indépassable de faire acte de présence et de compétence dans les domaines où nous sommes convoqués par les autres.

Il est indispensable en Pédagogie sociale, alors que les rapports de force sont contre nous , comme contre nos publics de faire « comme si » ; comme si le progrès était possible; comme si l’évolution  de nos conditions de vie, d’amour et de travail, comme si notre l’avenir politique ou économique des uns et des autres, comme de nos structures… ne pouvait aller vers un mieux.

Ce « Comme si » correspond exactement au concept de « Als ob » qu’Emmanuel Kant proposait comme soubassement théorique et doctrinal, à l’action. Ce n’est pas un acte de foi, pas un pari sur l’avenir, pas un pronostic rationnel ou savant.

C’est tout au contraire une condition nécessaire, un point d’appui indispensable sur lequel appuyer toutes nos actions efficaces, et qui toutes, à un moment ou à un autre feront inévitablement « mouche ».

Notre journée de Pédagogie sociale,  consacrée à FREIRE ne nous donc pas donné uniquement l’occasion de réaliser une journée d’étude supplémentaire sur un grand pédagogue , avec des apports universitaires et des approfondissements théoriques de spécialistes.  Cette journée nous a donné l’occasion d’une performance, d’une fête.

Elle nous donne la possibilité d’investir , non pas dans un sens économique, mais dans un sens stratégique, un territoire, un quartier, un temps , une collectivité.

Les  trois principes « d’Action  immédiate », de « Comme si » et de « Faire avec » , constituent ainsi trois piliers, trois repères pour tous ceux qui souhaitent agir dans leur environnement qu’ils n’ont pas choisi, dans un contexte d’exclusion politique et sociale généralisée,  pour bâtir une communauté et les bases d’une action éducative, collective et sociale, durable.

Peu importe par quoi on commence: investir un jardin, une cantine, un bas d’immeuble, une friche urbaine, un bidonville ou un bout de territoire à l’abandon. Peu importe que les actions que nous mettons en avant ciblent l’éducation, la petite enfance , ou les familles; à partir du moment où on s’appuie sur ces trois piliers, toutes ces entreprises convergent et convergeront dès lors, dans un même sens … commun.

Un été aux Robinsons

Un été aux Robinsons

Cet été était l’été de tous les abandons; entre les mesures sanitaires, les restrictions, et le développement de la précarité des familles, ce sont (sur notre territoire) des centaines d’enfants, et de familles , qui se retrouvaient sans loisirs, sans projets et avec des moyens d’action et de mobilité encore plus contraints que d’habitude!

Il fallait un projet d’action d’été pour les Robinsons, à la hauteur de la crise!

Et c’est ce qui a été fait grâce en particulier à l’implication d’Isabelle Bard, membre du Bureau et bénévole (parfois à temps presque plein), ainsi que grâce à l’équipe des Robinsons (services civiques, service volontaire européen, stagiaires, pédagogues sociaux)

Pour ce plan d’été , nous avons été fidèles à nos principes d’intervention:

  • Gratuité totale de nos actions pour les bénéficiaires,
  • Inconditionnalité , par rapport au statut, à la situation administrative des participants
  • Accompagnement de bout en bout, pour préparer le départ, amener sur site, ramener , rappeler les rendez vous, les échéances et effectuer les démarches indispensables.

Voici donc un bilan à cette date:

28 personnes (essentiellement des familles qu quartier Saint-Eloi, de Chilly) sont ainsi parties vivre un séjour collectif, en Bretagne à Saint Brieuc; vie en commun, loisirs découverte de l’environnement, organisation coopérative du temps

40 enfants et jeunes , vivant en quartiers , squats, hôtels sociaux ont bénéficié d’un séjour de vacances , organisé par nos partenaires d’Eva-Soleil et des PEP-découvertes

38 personnes ont bénéficié d’un séjour de vacances , à la Base de loisirs des Boucles de la Seine

Une sortie à la ferme a été organisée pour une trentaine de personnes

76 personnes, principalement vivant en hôtels sociaux ont bénéficié, d’une sortie à la base de Loisirs d’Etampes

Enfin 80 enfants ont été accompagnés par nos soins à la journée à la Mer, à l’initiative du Secours Populaire

3 tournées Aven-savore se sont déroulées durant ces congés, emmenant 21 enfants, dont beaucoup vivent dans des conditions précaires

Durant l’été , nous avons également maintenu nos ateliers socioéducatifs dans les quartiers, sur les 3 villes (Massy, Longjumeau et Chilly) mais aussi dans les hôtels sociaux, et bidonvilles, malgré les expulsions qui se sont accumulées.

Nous avons également organisé des événements: comme le Festival des droits des enfants, que nous avons organisé sur deux journées à Longjumeau, à la Rocade-Bel Air, en partenariat avec nos amis d’Eva-Soleil

N’oublions pas également la tournée d’Aven-savore , qui a permis à une quinzaine d’enfants de la troupe (dont la plupart vivent ou ont vécu en hôtels sociaux et bidonvilles) d’aller sur des sites de concerts et de festival, dans toute la France , sur 10 jours au total.

Notre philosophie pour les vacances

Les vacances , pour les enfants et familles précaires, quel que soit leur habitat sont des périodes de tous les dangers. Ce sont des béances, des trous, dans tout ce que l’on tente vainement de créer comme continuité et sécurité tout au long de l’année.

Ce sont également des périodes d’invisibilité vis à vis de tous les groupes sociaux qui échappent aux radars. Ainsi les municipalités peuvent toujours se rassurer sur le fait que les structures classiques de loisirs ou d’animation soient pleins. Elles peuvent toujours afficher un programme d’événements. Il n’en reste pas moins que dans cette période, plus encore que le reste de l’année, il n’ y a tout simplement plus moyen de savoir où sont passés les cohortes d’enfants et familles sans solution, encore plus limitées dans leur mobilité et possibilités en période de crise sanitaire.

On ne les voit plus, car tous les yeux sont en vacances; car c’est aussi le temps de fermeture ou de passage au ralenti des institutions et administrations.

En Pédagogie sociale, nous savons que ce que nous ne parvenons pas à montrer est accusé d’inexistence; de là notre première mission qui est d’être là, où il n’y a pas de regard.

Notre seconde mission en découle: elle consiste à montrer tous ces publics qu’on a invisibilisés et à leur permettre d’accéder aux moyens de loisirs de leur environnement, pour réellement en faire partie.

Nous connaissons les 1000 obstacles , les mille trappes, les 1000 sources d’échec à tout projet, que constituent les insécurités sociales, vécues par les enfants et familles, pour accéder à tout loisir.

Seule une démarche volontariste et sans conditions de notre part permet de lever un à un tous les obstacles à la mobilité, à la disponibilité et à la découverte. C’est à ce prix et à ce prix seul que nous ne laissons personne sur le trottoir.

Nous prenons également en compte l’insécurité psychologique des familles et enfants précaires qui les pousse si souvent au renoncement, à l’abandon, et à l’échec de toute tentative d’évasion. Notre tâche est alors simple: répondre aux angoisses, proposer des solutions aux 1000 problèmes matériels qui n’ont pas été anticipés et qui surgissent, et surtout maintenir la motivation, par cet esprit communautaire , que nous entretenons et par la confiance qu’on nous porte.

Il n’est de liberté que libération

Il n’est de liberté que libération

Une habitude de penser hante les institutions en général; c’est l’idée que les conditions doivent être réalisées avant de tenter et de mettre en place la moindre action.

Il faut des conditions, il faut des moyens, et des validations infinies avant de mettre en œuvre quoi que ce soit. C’est un peu comme au jeu des “1000 bornes”, quand on attend un feu vert!

De là, l’importance exorbitante de la notion de projet; il ne saurait justement y avoir la moindre action, sans projet préalable; le projet s’impose justement car il permet de vérifier que toutes les conditions sont réunies.

Le possible doit ainsi prévaloir sur l’acte; il est sa condition, sa limitation, son tombeau.

La revendication pour plus de libertés exprime ainsi un double discours, un discours trouble. Elle sert à attester de ses bonnes intentions, à affirmer un pouvoir créatif; mais c’est pour le limiter et le frustrer immédiatement, en invoquant complaisamment la moindre règle, le moindre obstacle pour s’excuser de ne rien faire.

Or, dans aucune situation sociale, économique, politique, il n’existe de liberté, si on entend ce mot comme une marge commode qu’il suffirait d’investir. Il n’existe par définition que ce qui a pu exister, que ce qu’on a fait exister. Il n’y a pas plus de marges que de réalités alternatives.

La croyance en la liberté, l’attachement théorique, platonique à ce concept constituent souvent des consolations ou des renoncements.

Il n’y a que la Matière et pour le Travailleur social, le Social est matière, c’est à dire par définition, quelque chose qui résiste, un obstacle, jamais un possible.

Il n’y a pour lui, comme pour chacun d’entre nous, aucune liberté; les contraintes sont énormes, notre condition est un obstacle. Il n’y a que de la libération, c’est à dire cette capacité humaine à faire violence à la matière, à la faire bouger, à la façonner, à la transformer.

Toute création est violence contre l’ordre des choses; il s’agit de faire naître une action, une situation qui n’existaient et que rien, dans le cours naturel des événements, n’allait produire.

Telle est la puissance, mais aussi la tragédie de l’humain. Sur lui repose la responsabilité de produire la forme dont le Chaos est incapable.

Kant relevait que le vent, sur le sable du désert, pouvait effacer ce triangle tracé par un homme ; mais que ce même vent serait incapable de produire ou de dessiner un triangle à son tour.

L’ordre institutionnel est semblable au vent ou à l’ordre des choses; nous pouvons attendre toute une vie qu’il nous donne la possibilité de produire les innovations dont notre société a besoin. Nous pouvons attendre qu’il les crée lui-même. Nous pouvons attendre longtemps.

Ou alors nous pouvons nous mêmes, dessiner aujourd’hui la forme qui manque, et commencer dès à présent à rendre possible ce qui ne l’était pas.

MARDI 10 AOUT 2021

Goûter au bidonville “OPEL”

La semaine dernière, nous avons appris que le bidonville Opel, situé à Massy, était menacé d’expulsion. Aux dernières nouvelles, celle-ci devait avoir lieu après-demain, et les habitant-es étaient occupé-es à organiser leur déplacement, à chercher un nouveau lieu de vie. Nous avons quand même décidé de leur rendre visite, pour discuter et comprendre la situation, et d’emporter avec nous un goûter pour partager un moment spécial avec les enfants. Arrivé-es sur place, nous parlons avec Ileana, une habitante qui confirme ce que nous avions entendu, mais nous dit qu’elle n’a pas reçu d’avis d’expulsion. Autour de nous, tout le monde démonte sa cabane et fait ses valises ; les enfants sont là aussi. C’est alors qu’arrive la police nationale, qui présente des documents relatifs au jugement et enjoint les habitant-es à partir par elles et eux-mêmes avant la destruction de leur cabane. Une habitante leur rappelle que le camp est composé de personnes âgées, de malades, d’enfants et nourrissons. Nous ajoutons qu’aucune solution d’hébergement d’urgence n’a été proposée aux habitant-es.

Quand la police part, nous proposons aux enfants de se changer les idées en prenant un goûter. Nous mangeons des m&ms, des pains au chocolat et de la compote de pommes. Nous mangeons, blaguons et discutons, puis Laris propose une partie de cache-cache. Nous jouons à nous cacher entre les cabanes et les planches que les habitant-es rassemblent pour leur déménagement. Puis, à la demande de Lupka, nous jouons à chat glacé. En partant, nous promettons de nous revoir en septembre, mais nous quittons les familles avec le cœur lourd. Cette expulsion n’est pas un cas isolé, les expulsions se sont multipliées tout au long de l’été et sont particulièrement nombreuses en cette période de vacances, alors que beaucoup d’associations, d’institutions, de médias sont en vacances.

 

MERCREDI 11 AOÛT

Atelier de St. Eloi

Cet après-midi ensoleillé nous avons rejoint les habitant.es de Saint Eloi pour partager un dernier moment ensambe avant que nous partons en vacances. Alex a mis en place un badminton autour duquel nombreux enfants – dont Giugurta, Massi et Wayatt sont restés tout au long de l’atelier en perfectionnant leurs techniques. Hassan a formé deux équipes qui se sont disputés dans un match de foot très dynamique, alors que loi et Fatoumata étions sur l’atelier dessin. Plusieurs d’entre elles et eux ont essayé des nouvelles techniques avec les aquarelles. Fatoumata a dérooulé les tapis pour y faire une petite enfance autour de laquelle nous avons pû accueillir le petit Adam, qui a à peine un an

Nous avons clôturé notre après midi ensamble avec un délicieux goûter distribué par Christmael, Amna, Panati et Malek. A la prochaine fois !

Chiara

[gallery] shortcode not found inside [smart-grid][/smart-grid] shortcode

 

JEUDI 12 AOÛT

Atelier Skate-Park, Longjumeau

Un magnifique atelier cuisine sous l’égide de Fatoumata et Marie, les enfants sont nombreux aujourd’hui à confectionner des beignets avec nous. D’autres préfèrent jouer au UNO avec Miruna, ou se désaltérer sur les tapis avec Alex à la petite enfance. Aïcha par exemple, se fait des amis, surveillée par sa mère Fatoumata Bimbou (rencontrée à l’hôtel Parthénon), qui vient bénévolement nous aider tous les jours pendant le mois d’août. Bonne vacances les enfants, nous nous retrouvons à la rentrée de septembre pour de nouvelles activités.

Le nouveau printemps de la punition

Le nouveau printemps de la punition

La punition serait -elle devenue le véritable sport national et populaire?

On l’avait cru désuète; longtemps, les réactionnaires de tout type se sont plaints et ont sangloté sur sa prétendue disparition des salles de classe et des établissements scolaires.

L’opinion publique a été dressée depuis trente ans à s’insurger contre une soi-disante impunité de tous les petits,de tous les opprimés, de tous les dominés.

Nous avons été abreuvés de couplets et de complaintes autour des notions d’enfants rois. Nous avons été conditionnés à accepter des notions aussi absurdes, comme la tyrannie des faibles, le repli sur soi des exclus et même le racisme anti-blancs.

Chacun a été encouragé à endosser des missions aussi incroyables que “redresseur de torts” ; il faut coûte que coûte apprendre la politesse à ceux qui se font insulter depuis toujours, enseigner le respect à ceux qui ne sont jamais respectés .

L’idée court que les précaires et les discriminés, devraient se montrer dignes des lieux et des espaces dont ils sont exclus.

Et le plus incroyable est que ceux qu’on met en première ligne pour ces entreprises belliqueuses , sont souvent eux mêmes issus des milieux stigmatisés, à peine plus haut, juste “au dessus”.

De même que la police la plus violente du régime d’apartheid , était elle même composée d’agents noirs; de même que les vigiles de la plupart des lieux commerciaux , sont eux mêmes issus des minorités ethnicisées; ce sont les petits employés, les animateurs de base, les préposés aux postes les plus difficiles, à commencer par l’accueil qui se sentent encouragés à administrer des leçons de morale, des rappels à toutes les règles, des discours “préventifs” et des remarques blessantes.

Punir est redevenu une évidence pour tous.

Que faire d’autre? Ne pas punir est vu comme une forme de connivence inexcusable; bref un défaut de responsabilité , un manque de professionnalisme, une attitude légère et condamnable.

Punir , réprimander, réprimer, exclure, faire la morale, permet en effet à bon compte de réaliser et revendiquer une distance entre celui qui opère et celui qui subit.

Cela met fin, à une proximité inadmissible ; au risque d’être identifié au public qu’on rejette. Rien n’est plus terrible qu’un miroir, pour celui qui ne s’accepte pas.

Et c’est ainsi que nos groupes d’enfants, adolescents, adultes précaires sont continûment stigmatisés dès qu’ils réussissent à entrer dans un lieu de loisirs ou de culture.

En vérité, c’est le groupe qui fait peur. La masse révèle et réveille les marques du rejet.

Tant qu’on ne s’envisage que comme un individu, comme l’entrepreneur de soi – même, l’unique responsable de soi, on peut tout oublier de ses origines, de sa condition. On peut oublier ce qui a laissé des traces cuisantes , de mauvais souvenirs, jusqu’à que d’autres les réveillent en nous.

Le défaut de conscience de soi, se traduit toujours par l’adhésion au discours du vainqueur.

La véritable exclusion vient toujours de soi, de l’intérieur; elle est le résultat de l’intériorisation sans analyse ni rejet de ce qu’on a vécu et subi, collectivement, familalement.

A l’inverse le véritable travail de conscientisation se réalise et s’épanouit toujours en collectif, au milieu de pairs, de compagnons d’infortune, issus de toutes part, mais partageant la même condition, la même oppression.

MARDI 3 AOUT 2021

ATELIER AU BIDONVILLE “OPEL”

En ce moment, avec les fins de contrat et les départs en vacances, les activités et les équipes sont restreintes. Nous partons donc à 4 au bidonville dit “OPEL”, situé dans la zone industrielle de La Bonde à Massy. Yanis propose du tir à l’arc et cela plaît beaucoup à Mario, Laris et Lucas. Chiara a apporté de la pâte à modeler et attire les plus petits et les plus petites, qui se mettent à confectionner de fausses brochettes pour le barbecue. Jeanne a dressé une table pour faire travailler l’écriture et la lecture, et cela intéresse aussi les adultes, comme Lari, 27 ans, qui s’exerce à lire et à écrire avec succès, et Cornelia, 48 ans, qui préfère faire de la conversation libre en français. Senad soutient ses collègues sur tous les ateliers et l’après midi se termine par un bon goûter et une distribution de pain reçue le matin même au local. A mardi prochain !

 

ATELIER AU QUARTIER BEL AIR

Aujourd’hui, nous sommes allé-e-s au quartier Bel Air pour un atelier de rue. Au programme, nous avions prévu des jeux de société pour les plus grand-e-s, ainsi que des dessins pour les plus petit-e-s.

Pendant que Fatoumata et quelques mamans présentes s’occupaient du jardin, Miruna et Greta proposaient à quelques enfants de jouer au Uno. D’autres ont démarré une partie de Jungle Speed. Les plus petit-e-s se sont installé-e-s sur les tapis pour faire quelques dessins et empreintes de fleurs et de feuilles à la craie grasse.

Il était déjà l’heure de partager un goûter tous et toutes ensemble et de repartir.

 

MERCREDI 4 AOÛT 2021

Atelier au quartier de Saint-Eloi

Nous faisons un atelier beignet aujourd’hui, et les enfants sont très contents de nous retrouver. Ils font différentes formes, des étoiles, des cercles, ou encore des formes imaginaires très belles qui ressemblent parfois à des anémones ! Nous dégustons tout cela tous ensemble sur les tapis, et les enfants demandent s’ils peuvent prendre “à emporter, s’il te plait Laura !”. A mercredi prochain les enfants !

 

Atelier Parc de Château

Aujourd’hui au parc du château, en raison du mauvais temps et probablement des vacances, on n’était pas très nombreux. Cela ne nous a pas pourtant empêché de passer un très bel après-midi en compagnie des enfants qui sont venus nous voir. Abdel a mis en place un atelier peinture pour après se dédier à l’escalade…du grand arbre ! L’audacieuse Kenza l’a suivi avec enthousiasme et nous saluait depuis sa position surélevée. Jeanne et Mohamed (Momo pour les amis) se sont dédié à la réalisation de décorations pour notre nouvelle recyclerie. Miruna et Yanis ont animé des matchs de ping pong, alors que j’étais prise dans un “chat/policier perché” avec Raphael et Urian.

Nous nous sommes dits au revoir avec un bon goûter de pains au lait et grenadine.

A la prochaine

Chiara

VENDREDI 6 août 2021

REPAS COLLECTIF AU LOCAL

Tous les vendredis nous faisons la cuisine collectivement au local. Ce vendredi on a fait des sarmalé, un plat traditionnel roumain, organisé par Laura et Fatoumata avec beaucoup de mamans et d’autres personnes du local. Les bénévoles ont aussi fabriqué du pain et du thé à la menthe, et en dessert des beignets et une tarte aux prunes. Au moment du repas beaucoup de familles et d’enfants étaient déjà réunies au local et ont pu profiter de ce plat. Beaucoup le goûtaient pour la première fois ! Il a fallu 5 tables pour faire tenir tout le monde, ce qui est d’autant plus chaleureux 🙂

 

ATELIER AU BIDONVILLE “ANTONYPOLE”

Nous sommes parti-e-s à cinq au bidonville Antony Pôle pour le dernier atelier avant les vacances. Alex avait prévu un parcours sportif, Chiarra un grand jeu de puissance 4, Miruna un atelier cuisine et Jane et Mohamed se sont mis-e-s sur la petite enfance. Dès notre arrivée, tous-tes les enfants nous aident à installer. En quinze minutes, les enfants ont déjà préparé tout le goûter avec Miruna, qui lance alors une partie de chat glacé. Chiarra et Alex lancent un concours de Houla Hoop, le gagnant est Laris avec 1mn45 de Houla Hoop. Pendant ce temps, Anais et Sedan découvrent les dominos tandis que Vialis s’entraîne à lire l’alphabet sur un des livres apporté par l’association. Ensuite, tous-tes les enfants s’affrontent en deux équipe dans une partie effrénée de Tara tara vrem mostasi, un jeu roumain qui consiste à se donner la main et à tenter de briser la chaîne de l’équipe adverse en courant. Pour finir, nous prenons le goûter avec ce que l’atelier cuisine a préparé : des pains au lait à la confiture et du sirop. Pendant le goûter, nous parlons des vacances, Sedan et Marco nous racontent qu’ils vont partir en Allemagne. Nous annonçons aux enfants qu’il n’y aura pas d’atelier pendant trois semaines. Cette triste nouvelle déclenche une bataille de câlins. Tous-tes les enfants attrapent les pédagogues sociaux et leur montrent leur affection. On se revoit en septembre !

ATELIER A LA ROCADE

Nous sommes arrivé-es à la Rocade (Longjumeau), sur place il y avait déjà le cirque de la mairie qui faisait des activités jusqu’au soir. Mais comme les enfants nous connaissent, ils ont participé à notre activité (les perles, la petite enfance, le tir à l’arc et le foot). Et tout le monde a bien participé au goûter !

ATELIER DU BALLADIN

Magnifique atelier au Balladin aujourd’hui, à la petite enfance, en plus des livres et des jeux, on propose un atelier de beauté et un atelier de pastelles ! Sur les tables un peu plus loin, on installe l’atelier d’aquarelle, et les enfants se donnent à fond ! On a de magnifiques peintures d’arbres et de paysages !

SAMEDI 7 août 2021

Atelier Hôtel Parthénon

Aujourd’hui nous étions en force pour l’atelier hebdomadaire du Parthénon. Fatoumata, la maman de Aicha que nous avons rencontré pendant nos ateliers au Parthénon nous a accompagne et nous a aidé à mettre en place les ateliers. J’étais sur la petite enfance où on a pu lire beaucoup de livres. Jack, Saida, Yasmine et Ismael se sont amusés à reconnaitre les animaux et à en expliquer les caractéristiques. On a ainsi découvert que les abeilles piquent, mais elles font aussi le miel, que nous tous aimons beaucoup. Nous avons enchainé avec la dinette, pour laquelle Sarah, Yasmine et Yasnoor nous ont rejoint. Nous avons partagé les fruits et les légumes, préparé des bon repas et servi des belles asiettes aux autres enfants autour de nous. Entretemps, Senad et Yanis ont joué avec les enfants à Uno et Jungle Speed; alors que Laura était avec des enfants autour d’une table en train de faire des coloriages….et de discuter des amours juvéniles.  Nous nous sommes enfin mis en cercle pour le goûter, nous avons chanté une chanson et nous nous sommes dits au revoir.

Nous nous rencontrerons à nouveau en Septembre !

Chiara

Atelier au jardin de Bel-Air

Très bon atelier aujourd’hui ! Arkman, Billal, Massi et Jugurta ont découvert comment cueillir des tomates, des haricots et des blettes. Ils ont aussi pris de la menthe et se sont régalé avec les dernières framboises, directement sur l’arbuste. Avec l’aide Mamie Zohra, Jeanne et Fouad, ils ont rassemblé leur cueillette dans de petites cagettes, constituant un marché gratuit dans lequel chacun a pu se servir à la fin de l’atelier. Rachid, un plombier venu réparer la chaudière de l’immeuble à côté, se joint à nous pour goûter quelques tomates, et admirer le jardin qui regorge actuellement de potirons et de courgettes.

Pendant ce temps, Alex a installé l’atelier perles avec l’aide de Massi, qui a pu faire un collier et 2 bracelets tout en parlant de ses vacances. Il est rejoint par 3 enfants et tous discutent ensemble de l’école et des vacances. Tout ça sur fond de musique, parce que Mohammed et Eddie ont apporté des enceintes qui jouent à fond.

De leur côté, Fatoumata et une fille du quartier préparent des beignets frits. Fouad joue au ballon avec des enfants, et Penda s’occupe du tapis petite enfance. Pour finir nous dégustons les beignets tou-tes ensemble, et nous partageons les fruits (et les légumes!) de notre cueillette !

Inscription à la newsletter

Réseaux sociaux

Prochains événements

  1. Festival “Paulo Freire et la Pédagogie des opprimés”

    octobre 25 - octobre 26
  2. Concert AVEN SAVORE à AVION (62) Dans le cadre du Festival de Pédagogie Sociale

    octobre 25 @ 8:00 - 5:00
  3. Spectacle AVEN SAVORE au Gala du Resto du Coeur du 77 à l’espace Lino Ventura de Torcy

    novembre 6 @ 8:00 - 5:00
  4. Formation de base à la Pédagogie sociale – Cycle 2

    novembre 16 @ 9:30 - novembre 18 @ 4:30
  5. Formation en Pédagogie sociale – Niveau 2

    novembre 16 @ 9:30 - novembre 18 @ 4:30

RSS Youtube

Nos principaux partenaires financiers

Nos principaux partenaires de terrain Banque Alimentaire Paris Ile de France