Pass, passera pas…

Pass, passera pas

Qu’on ne se méprenne pas sur le titre de cette KroniK; il ne s’agit pas de prendre position dans le débat sur le pass, sanitaire, même si…

La crise, vécue par les précaires

Il s’agit plutôt d’en explorer le sens; d’analyser les conséquences d’un filtrage, d’un point de vue particulier, dont nous sommes spécialistes: du point de vue de la Précarité, et au regard de l’évolution historique de la situation sociale des publics précaires.

Imaginons une famille précaire qui a un été de vide,devant soi; un entre soi insupportable, s’installe dans la famille avec un torrent de crises, et de risques de violences. Les frustrations des uns et des autres se font écho et s’entrechoquent.

Voici que pour celle – ci le peu de possibilités qui subsistaient de se rendre sur une aire de jeu, une éphémère opération de plage estivale, demande à présent une préparation hors de possible. “Pass vaccinal”, tests de moins de 48h00, dispense (provisoire) pour les enfants, obligations pour les adultes.

La moindre impulsion, l’énergie du moment où on se décide enfin décide à “sortir”, voici que cela ne suffit plus; il faudra encore se confronter, en famille, à l’humiliation de voir tout plan spontané butter contre une interdiction, une barrière, un filtrage.

Obstacle à l’impulsion

Cette impulsion de sortir, cette aspiration collective pour tenter de vivre une joie collective, voilà ce qui faisait la force des familles précaires.

Or, c’est ce genre de situation qui aujourd’hui , par de multiples règlementations, sécuritaires ou sanitaires, est dorénavant voué à la déception et à la frustration.

Cette frustration est sociale; d’une part parce qu’elle cible les familles les plus fragiles et déjà les plus violentées économiquement, socialement, et culturellement; et d’autre part parce qu’elle contribue à les mettre encore plus à l’écart et à entretenir un découragement et un isolement savamment ciblé.

Il ne peut plus y avoir de loisir que planifié, que préparé; cela fait déjà longtemps qu’il est impossible de rentrer sur un site culturel, sans réservation préalable sur Internet. Difficile aussi de se procurer un moindre billet , directement à l’entré de tout événement. Tout est fait pour ne réserver les places qu’à ceux qui anticipent, et qui ont les moyens de la distance , à la fois dans l’espace et dans le temps.

C’est l’immédiateté , l’impulsion , l’expression d’un désir soudain et spontané qui est devenue aujourd’hui de l’ordre de l’impossible.

Exiler le “populaire”

C’est un mode de vivre populaire , qui est mis hors jeu; et ce , d’autant plus efficacement que le motif est toujours le même : la Sécurité.

Nous le répétons depuis plus de 20 ans, le Sécuritarisme comme idéologie d’anéantissement social a deux visages: l’un est policier, en lien avec Vigipirate, avec l’imposition de toutes parts de barrières, sas, filtrages, portes closes et interdictions de toute manifestation de vie publique; l’autre est sanitaire, avec une pluie de règlements qui empêchent toute activité conviviale, sociale et à présent, culturelle.

Mais l’idéologie reste la même; la méthode , comme la finalité entretiennent les acteurs sociaux dans l’impuissance, les confortent dans des postures de retrait ou d’enfermement vis à vis d’un environnement, de publics et de groupes de plus en plus identifiés à des sources de dangers, …ou comme des ennemis, du fait même de leur précarité.

Dans les centres sociaux, il s’agit de plus en plus de n’accueillir que des publics déjà acceptés, pressentis, sollicités par avance, ayant réservé, et confirmé, que l’on briefe par téléphone. Pour eux , les portes closes depuis l’extérieur, s’entrouvriront l’espace d’un instant.

Juste ce qu’il faut pour faire un alibi, pour feindre un fonctionnement, pour donner l’illusion d’une institution qui fonctionne.

Ceux qui sont à la porte sont toujours les mêmes; dès lors , ils vérifient les craintes et les appréhensions qu’on avait forgées pour justifier leur mise à l’écart: attitudes revendicatrices, ou de réclamations, quelques rares tentatives de pression; puis bientôt, plus rien.

Les institutions du Social, de l’Éducation, de la Culture, et des Loisirs sont en passe de parachever le fantasme absolu : celui de sélectionner et filtrer leur public, sans prendre garde qu’il s’agit d’un poison professionnel qui ronge le sens même de leur travail et leur propre statut image sociale.

Le filtrage tue deux fois

Le filtrage tue deux fois, socialement; d’une part ceux qui sont à l’extérieur et qui voient leur champ du possible rétrécir et leur propre vie, devenir une cage; une autre fois, ceux qui sont à l’intérieur , et qui une fois coupés du monde reproduisent des comportements ridicules, se croient élus et nantis, choisis pour une hypothétique distinction symbolique, alors qu’on ne les a choisis que pour leur passivité et docilité.

La Pédagogie sociale est la pédagogie des portes ouvertes, des barrières abattues, du décloisonnement et du mélange. Elle porte tout à l’inverse de cette tendance institutionnelle , pilotée depuis le Haut, à sortir des rôles et des postures qui sont imposées par notre condition, notre naissance, notre localisation et notre histoire.

Elle s’enracine facilement dans tous les espaces sociaux abandonnés, invisibilisés et se joue des impossibilités et des casse -têtes qui absorbent l’énergie de tant de lieu professionnels.

Cet été , nous emmenons des paquets de familles en vacances; nous réalisons des concerts, des spectacles, des expositions; nous accueillons tout un peuple d’enfants sans solutions et sans recours.

Le climat d’impossibilité sociale qui règne, pousse à l’inverse les pédagogues sociaux , à se lancer dans de nouveaux projets, à initier de nouvelles actions.

Concevoir et réaliser des actions “intégrales”

La contrainte est qu’il nous faut tout organiser de A jusqu’à Z, et créer par nous mêmes les événements qui vont nous voir paraître.

Si nous écrivons, il nous faut nous mêmes publier; si nous réalisons un film , un court métrage , ou documentaire, nous devrons aussi devenir réalisateurs, et diffuseurs. Si nous prenons des photos, ou des œuvres graphiques, nous organiserons nous mêmes l’exposition. Car c’est toute la chaîne de production culturelle qui est en panne et qui s’enferme dans la répétition de l’ancien et du même.

Nous devenons ainsi producteurs de ce qui nous est indispensable, renouant ainsi avec l’intuition même des grands pédagogues sociaux, dont l’œuvre nous guide.

MARDI: Atelier OPEL

Aujourd’hui nous avons pris un atelier petite enfance qui a beaucoup plu aux enfants. Il y avait également un atelier soutien scolaire avec Jeanne, les enfants ont été plutôt volontaire. Il y avait également un atelier pour préparer le goûter, ils ont demandé si c’était possible de faire un atelier crêpes la prochaine fois. Les enfants étaient également intéressés par la lecture avec Maïté. Ilyanna et Emma ont appris à un enfants les fruits et les légumes en français et l’enfant leurs apprenais en roumain ! 

 

Atelier Parc du Château 

Aujourd’hui nous sommes partis au parc du château avec un atelier petite enfance. Un atelier dessin, un atelier badminton avec Jeanne qui a beaucoup plu. Il y avait également un atelier tir à l’arc et un atelier foot. Nous avons rentré des jeunes qui ont été intéressé par les activités proposées et ils seront ravis de revenir la semaine prochaine. Nous avons a un moment perché le volant de badminton, nous avons essayé de le récupérer mais nous avons perché encore plus de chose. Les enfants et nous, avons coopéré pour tout récupérer, un vrai moment de fou rire ! Le goûter s’est très bien déroulé. 

ATELIER BEL-AIR

Aujourd’hui avec Laura, Sira, Fatoumata, Anita, Senad et Modou au Bel-Air nous accueillons une dizaine d’enfants.

D’abord avec Laura on a fait un jeu de de course avec chamboule, l’équipe gagnant remporte une barbe à papa. Ensuite avec Anita, elle se charge de faire la barbe à papa pour les enfants. Par la suite avec Sira, elle animait la petite enfance. Enfin avec Modou et Senad ils ont animé une partie de Football.

Une belle journée passé avec les enfant de Bel-Air.

Atelier St Eloi :

Aujourd’hui nous sommes partis à St Eloi. Plusieurs ateliers ont été proposer, un atelier petite enfance où les mamans ainsi que les enfants ont pu jouer. Un atelier bien -être qui consiste à faire des massages, de la manucure; cet atelier a beaucoup plu. Un atelier cuisine a été mit en place où l’ont a pu faire des crêpes avec les enfants pour le goûter. Le goûter s’est bien déroulé et s’est passé dans le calme et la bonne humeur.

Atelier à l’Astoria

Dès que nous sommes arrivés à l’hôtel, des enfants ont courus vers nous.

Nous avons installés plusieurs ateliers, un atelier peinture/dessin, un atelier petite enfance, un atelier cerceaux musicales… Les enfants étaient très réactifs. A la fin de l’atelier, nous avons pris un gouter préparé par Senad.

Atelier Skate Park

Aujourd’hui nous avons pu profiter du beau temps pour installer nos ateliers autour du skate park de Longjumeau. Les enfants, accompagnés par quelques parents, nous ont rejoint dans nos activités. Najamie, qui nous connaissons depuis longtemps, est arrivée pour nous voir depuis le début de l’atelier avec son bébé Enzo. Pendant qu’il jouait sur la magnifique petite enfance mis en place par Laura, j’ai pu faire une belle manucure à Najamie, qui en était très contente. Le coin thé et café spécialement concoctés pour les parents qui nous accompagnent sur nos ateliers aide à créer une ambiance conviviale qui était aujourd’hui couronnée par la préparation des beignets sur place par notre collègue Fatoumata. Mohammed a entrainé quelques garçons au foot. Nous terminons avec un délicieux goûter.

A la prochaine

Chiara

Atelier Massy : 

Aujourd’hui nous sommes aller à Massy. Différents ateliers étaient proposés comme un atelier cuisine où nous avons fait des crêpes. Un atelier bien-être où nous avons fait de la manucure ainsi que des massages et de la coiffure. Un atelier petite enfance était aussi présent. Un atelier jeux de société  à beaucoup plu. L’atelier sport à été apprécier, beaucoup d’enfant ont participé. Les ateliers ont globalement plu et les enfants étaient nombreux. Le goûter s’est dérouler dans le calme, c’était un moment agréable.

[gallery] shortcode not found inside [smart-grid][/smart-grid] shortcode

Atelier Balladins :

Aujourd’hui nous sommes partit en Atelier à Balladins. Différents ateliers étaient proposés comme l’atelier petite enfance où beaucoup d’enfants sont venus jouer. Un atelier bien-être à été proposer et à énormément plu surtout aux mamans. Un atelier dessin à eu lieu et a beaucoup plu aux enfants. Un atelier sportif à été mis en place où les enfants ont pu faire du tir à l’arc. Avant le goûter nous avons fait un jeu tous ensembles, un facteur n’est pas passé. Le goûter s’est dérouler dans le calme et ont a pu passer un moment agréable avec les enfants ainsi que les mamans.

[gallery] shortcode not found inside [smart-grid][/smart-grid] shortcode

 

Atelier Antony Pôle

Aujourd’hui nous sommes allés à Antony Pôle avec un atelier petite enfance avec Jeanne. Un atelier jeux de société avec Miruna, un atelier dessin avec Senad, un atelier origami avec Emma. Les enfants ont appris à faire des avions en papier, ils étaient super content. Il y avait également un atelier tennis de table pour les plus grands avec Chiara. Cet atelier leur a vraiment plu, une maman est venue jouer aussi au ping pong ! Jeanne a également lancé une partie de 123 soleil avec les enfants petits et grands, un vrai moment de rigolade ! Le goûter s’est bien déroulé.

Atelier La Rocade

Aujourd’hui nous avons fait un atelier bien être, l’occasion de discuter avec les mamans et les enfants, nous avons fait des perles avec une jeune maman Najami et son fils Mauri. Nous avons fait des jeux de société et des jeux plus physiques comme le tir à l’arc. Les enfants ont dégusté de délicieuses crêpes faites par Fatoumata! Et nous nous sommes dit à vendredi!

SAMEDI 31 JUILLET

Atelier Le Parthénon

Nous avons rencontré de nouveaux enfants arrivés il y a quelques jours. Nous avons joué en petite enfance avec Aïcha âgée de 3 ans que nous aimons beaucoup et avec qui nous travaillons l’apprentissage des règles de la vie collective. Nous avons aussi joué avec Ange âgée de 2 ans et Douga, un petit garçon qui a vraiment besoin de beaucoup d’attention!

Sira a proposé un atelier perles, dessins et jeux de société les enfants étaient enchantés!

Nous avons pris un super goûter convivial, l’occasion de nous retrouver pour nous donner des nouvelles!

Atelier à Bel-Air

Nous avons passé l’après midi au jardin de Bel-Air. Nous sommes parti-es avec une belle équipe : les permanent-es de l’association (Fatoumata, Modou, Laura, Jeanne), un bénévole (Basile), Eddy, un jeune qui fréquente l’association depuis qu’il est tout petit, et Kenza et Jugurta, deux enfants frère et soeur qui sont très souvent au local, et avaient envie de passer une après midi dehors. Ensemble nous sommes parti-es à la rencontre des enfants du quartier de Bel-Air, autour de différentes activités : jouets pour les plus petits, cuisine, soins de manucure, dessin et jardinage. En effet à Bel-Air nous avons notre potager et les enfants ont pu découvrir comme les courges et les potirons avaient grossi ! Ils ont aussi pu goûter des tomates ou couper de la menthe, comme Kenza qui voulait en rapporter pour sa maman. Nous avons travaillé la terre pour désherber mais un enfant s’est plaint : “j’ai l’impression de travailler en prison !” Alors nous l’entraînons vers des jeux : après avoir dessiné des dinosaures, joué à ni oui ni  non, construit des tours de Kapla, verni nos ongles et coiffé nos cheveux, nous nous sommes rassemblé-es pour déguster des aiguillettes de poulet panées et des gateaux au chocolat. Une belle après midi dans la douceur du soleil de Juillet 🙂

La Liberté a un coût

Axiomes de Pédagogie sociale: la Liberté a un coût – (III)

Souvent nous suscitons quelques commentaires envieux, ou acides lorsque nous rendons compte avec quelle liberté nous intervenons au plus près des gens et des publics.

Nous sommes familiers de cette attitude; c’est un peu comme si nous jouissions de quelque privilège inacceptable. Un peu comme si notre liberté apparaissait dans son plus simple appareil, comme un luxe, une richesse qu’on voudrait nous disputer.

Pourtant cette liberté a un coût et celui ci est connu depuis les Pères fondateurs de la Pédagogie sociale. Tous ont payé le prix de leur libération des mentalités, des institutions. Tous ont payé cher pour leur affranchissement.

Freinet a connu plusieurs exclusions , de l’Éducation nationale d’abord et même… du Parti communiste , par la suite. Freire a connu l’exil. Et Korczak a connu… Treblinka.

Sans aller jusqu’à ces extrêmes, nous remarquons chaque jour comment notre engagement auprès des publics les plus exposés à toutes les violences (économiques, sociales, affectives, sociales et… familiales) , nous exposent à notre tour à des violences supplémentaires.

La liberté se paie et elle se paie cash; elle se paie cher.

Insécurité des subventions; soutiens vacillants; absence de bouclier face à la violence sociale; privation des moyens élémentaires que sont l’accès à des locaux locaux , ou des locaux tout court.

Obligation de payer par nous même, pour tout ce qui se donne, se prête, s’octroie et se confie autrement.

Nous connaissons l’étonnante liberté de payer nous mêmes et de nous sentir ainsi riches.

Au milieu d’un climat de peurs, d’impuissance, d’empêchements qui tend à se dérégler, nous trouvons, parce que nous les payons ,des solutions, là où tant de professionnels et de structures s’arrêtent.

Le mouvement, la danse, le jeu, la joie n’ont pas de prix et méritent nos sacrifices.

La Liberté a un prix et ce coût nous permet d’agir; il nous permet d’être là où nous avons le sentiment, la certitude que nous sommes à la bonne place, au bon endroit. Là où la vie se fait et se défait; là où se défait et se refait la socialité de demain.

La Précarité est un système d’impuissance à grande échelle; elle est la buttée ultime et extrême des institutions. Elle est l’impasse, le point d’aboutissement des politiques et des pratiques qui ne mènent plus à rien. Elle est l’obstacle ultime et total, contre lequel toutes les anciennes solutions sont sans effet.

Apprendre à lutter contre elle commence par accepter de s’y confronter chaque jour, de la regarder en face; de la connaître dans sa logique, et dans son fonctionnement.

Et alors, à partir de là, on peut la faire bouger, y mettre et y puiser de l’énergie.

Avec nous, les bus sont pleins, nos sorties sont rejointes par tous les publics habituellement volatiles. Nos locaux, aussi exigus soient-ils , deviennent des centres, où il se passe et se produit toujours quelque chose.

Nous n’aurions pas pu bâtir, construire et réussir tout cela, sans vent contraire. Nous n’aurions pas pu faire pousser tout cela sur un terrain fertile ou dans un jardin anglais. Il y fallait de la difficulté, et la résistance de la réalité . Il y fallait du contact et l’inertie de la matière.

Et aujourd’hui nous voyons fleurir quantités de nouvelles expériences, et de références à ce que nos mettons à l’œuvre.

Impossible duplication institutionnelle

Nous assistons avec étonnement au fait que ce que nous réalisons depuis tant d’années, devienne une source de préconisations , d’inspiration , pour le pilotage des institutions … avec des réalisations plus tôt inégales.

“Aller vers”; “Pouvoir d’agir”; “travail hors les murs”; les incantations à ce que le travail social noue ou renoue avec la continuité et l’inconditionnalité …, nous observons, avec surprise que le travail institutionnel tente à son tour de se rapprocher de cette liberté que nous avons depuis l’origine, que nous avons depuis notre premier souffle.

Mais on tente de recréer cette liberté “in vitro”, hors sol et hors contexte et il ne faut pas s’étonner dès lors que les meilleures intentions aboutissent communément et paradoxalement au renforcement des pratiques qu’il s’agissait de réformer.

Ainsi le travail “hors les murs” aboutit- il couramment dans les pratiques pilotées par le haut, à transporter vers l’extérieur les cloisonnements et les rigidités qu’il était question de fuire.

Ainsi le mouvement “de désinstitutionnalisation”, aboutit-il le plus souvent à institutionnaliser la vie privée et sociale , et à rigidifier de nouveaux territoires. Ainsi le “développement du pouvoir d’agir”, s’épuise si souvent à renvoyer les gens à leur propre impuissance et à leur manque d’autonomie.

De même , dans le milieu de l’enseignement, la vogue de “la classe inversée”, mène à encore plus d’inégalités sociales et de discrimination scolaire,

De même qu’on ne fait pas l’économie du coût de la Liberté, on ne fera pas davantage l’économie des constats de faillite des institutions qui monopolisent et épuisent aujourd’hui tous les moyens disponibles, que celles ci ressortent du champ de la Culture, de l’Enseignement, de l’Éducation spécialisée et du Médico-social.

On arrivera bientôt à bout des logiques de renflouage et de colmatage des Titanics qui prennent l’eau de toute part. Le plus tôt sera bien sûr, le mieux.

MARDI 20 JUILLET 2021

Sortie à la ferme pédagogique de Longjumeau

Nous sommes partis à 25 découvrir la ferme. Il y avait des enfants vivant en hôtel “social”, d’autres vivant au quartier de Saint Eloi. Nous avons été très bien accueillis par le fermier. Nous avons pique-niquer tous ensemble à la ferme avant d’aller à la découverte de la ferme. Les enfants avaient peur au début des animaux mais petit à petit ils les ont caressés, portés et nourris. Une expérience qu’ils n’oublierons pas. Ils ont même pu monter sur un tracteur! Une petite chèvre nous a suivi toute la visite autant dire que les enfants ont été charmés! Les familles pourront y retourner toutes seules et c’est même gratuit un dimanche par mois ! Les sourires étaient sur tous les visages.

MERCREDI 21 JUILLET 2021

Atelier Saint Eloi

Aujourd’hui nous avons fait atelier cuisine de rue ! un vrai succès. Les enfants étaient aux rendez-vous comme d’habitude. Ils ont été ravis de  mettre la main à la pâte. Ils ont apprit à travailler la pâte. Nous avons fait frire nos beignets personnalisés et nous avons résisté jusqu’au goûter pour les dévorer tous ensemble. Le goûter a été un véritable moment convivial. Nous nous sommes rappelé la recette de la pâte et nous avons discuté de notre prochain atelier. Paul a demandé le “Quoi de neuf?” et les enfants veulent refaire d ela cuisine mercredi prochain.

Eden et Christelle deux mamans avec qui nous sommes partis en vacances familles sont venus nous voir pour nous donner des nouvelles. Les enfants qui sont partis avec nous en vacances familles étaient fiers de raconter tout ce qu’ils avaient fait en Bretagne à leurs copains.

Encore un bel atelier plein de vie!

 

Atelier Bel Air

Aujourd’hui c’était atelier petite enfance, les enfants étaient nombreux et ont adoré jouer aux jeux de société, les mamans nous ont accompagné et étaient ravis de partager un moment de loisir avec leurs enfants.

Nous avons mangé du bon pain avec de la confiture et nous nous sommes dit à mercredi!

 

Atelier Parc du chateau

Aujourd’hui nous avons fait un atelier petite enfance, un atelier peinture et un atelier sport qui a eu beaucoup de succès. Nous avons fait du tir à l’arc et de la boxe. Les mamans étaient réticentes à venir sur l’atelier mais à force de persuasion elles ont fait un pas vers nous et elles ont pu découvrir l’association des Robinsons! Nous espérons les revoir mercredi prochain.

 

JEUDI 22 JUILLET 2021

Atelier Astoria

Aujourd’hui nous avons fait un atelier petite enfance, un atelier sportif avec du tir à l’arc qui a beaucoup plu. Il y avait également un atelier dessin et un atelier perles qui a eu énormément de succès ! Le goûter s’est bien déroulé, les enfants était plutôt calme et nous ont demandé si nous pouvions encore ramener le tir à l’arc la semaine prochaine.

 

Atelier du Skate parc

Nous avons passé une belle après-midi! Nous avons joué à plein de choses différentes: nous avons fait un grand jeu collectif, des jeux de société, joué au jeux en bois et aussi à la petite enfance. Nous avons revu Najami et son fils de 1 an, Mori! Un vrai bonheur d’échanger avec elle et son fils. Nous avons distribué quelques denrées alimentaires et préparer notre gouter pain confiture. Le goûter a été très convivial!

Atelier au quartier de Massy

Aquarelle, petite enfance et jeux de société au menu de cet aprème. Une bonne ambiance malgré la chaleur, les parents sont nombreux à nous rejoindre avec leurs enfants. Laura a entreprit de donner aux familles des denrées alimentaires (cacao, purée mousline, boîtes de conserve diverses…) en parallèle de l’activité. Nous nous disons à jeudi prochain après un bon goûter, pain au lait et confiture arrosés de sirop !

VENDREDI 23 JUILLET 2021

Atelier au bidonville “Antonypôle”

Aujourd’hui nous partons au bidonville d’Antonypôle, où nous nous rendons tous les vendredi. Nous partons plus tôt que d’habitude car c’est les vacances et que nous devons être rentré-es tôt pour le concert d’Aven Savore qui a lieu ce soir à Athis Mons. Notre équipe se répartit les activités : Djema les jeux de société, Jeanne et Emma le dessin, Maïté la petite enfance. Nous emmenons Nassim, un enfant de Chilly-Mazarin qui vient très souvent au local, avec nous. Arrivé-es au bidonville nous avons le plaisir de voir Florin, Natacha, Sedan accourir vers nous et nous aider à porter les tapis.

Une fois sur la place où nous faisons nos ateliers, nous retrouvons nos habitué-es : Iermina, Raul, Rebecca, Marco, Lavinia, Beti et beaucoup d’autres… Maïté apprend à Ahem à faire des galipettes et lit des histoires avec Florin et Nassim. Jeanne et Emma sont sollicitées pour aider les petites à tracer des coeurs et à écrire les noms des membres de leur famille sur leur dessin. Djema joue au UNO avec des garçons, tandis que Natacha s’exerce à tracer des mots et des lettres sur des modèles apportés par les pédagogues.

Après une bonne heure d’atelier, tout le monde a très chaud et soif : il fait 32 degrés et il y a beaucoup d’enfants en bas âge ! Nous nous installons calmement en rond, Maïté fait chanter les enfants tandis que Lavinia et son amie distribuent les gobelets, l’eau et le sirop de grenadine. Jeanne donne les pains au lait préalablement tartinés de confiture de fraises avec Djema. Les mamans s’enquièrent de notre programme de l’été : allons-nous partir en vacances ? Les enfants auront-ils des jeux tout l’été ? Nous les assurons de notre présence jusqu’au 15 août, et nous nous quittons sur des “à vendredi prochain” et des “tchoumi” ! Les enfants ne veulent pas nous laisser partir, se roulent sur les tapis et les matelas de sol…

 

Atelier Rocade

Aujourd’hui nous avons fait des jeux de société (uno et autres jeux de cartes), des coloriages et des activités de la petite enfance (dinettes, construction) . Les enfants ont aussi pu déguster de bonnes crêpes à la confiture faites par Fatoumata. Comme nous sommes en vacances, on a eu environ 15 enfants qui ont participé à toutes les activités. Le goûter s’est très bien passé, les enfants se sont régalés. 

Atelier Parthénon 

Aujourd’hui Ilyanna et Emma ont fait un pôle petite enfance, une activité dessin et un espace canapé avec des livres. Le coin lecture a beaucoup plus aux enfants. Ils ont également beaucoup aimé jouer avec des avions en papier, certains étaient demandeur d’apprendre à en faire eux même. Ça serait sympa de faire un atelier origami pour leur apprendre à faire des avions et d’autres pliages. Nous avons danser et lu une histoire avant le goûter. Maïté s’est occupée de finir les inscriptions pour les colonies de vacances avec les mamans.

Importance sociale et distance institutionnelle

Axiomes de Pédagogie sociale (I) : Importance sociale et distance institutionnelle

Les invariants de l’empêchement

Les pratiques en Pédagogie sociale rencontrent partout où elles se créent et se développent à des difficultés semblables.

Certaines d’entre elles ont même été connues, vécues et “théorisées par les “Pères fondateurs”. Nous connaissons ces constantes; elles sont communes des actions sociales et éducatives qui n’ont été ni souhaitées , ni commanditées depuis les institutions, les collectivités ou la sphère politique.

Photo Claudine Cochet

Nous connaissons ces situations qui se répètent: manque de soutiens pérennes, difficulté à accéder à des locaux, déficit de reconnaissance.

Pour comprendre ces constantes, mais aussi la ténacité de ces obstacles , il faut en analyser les processus et découvrir quels points de vue, quelles logiques les sous-tendent.

Les pédagogues sociaux sont ainsi dans la double contrainte de devoir non seulement supporter mais aussi assimiler les logiques qu’on leur oppose. C’est une clef, une nécessité, pour trouver la force , comme la motivationde continuer .

En un mot, il faut des “modèles explicatifs”.

Modéliser les difficultés

Au travers de cette KroniK et des deux suivantes, nous allons tenter de modéliser ces difficultés. Nous allons en faire des “axiomes”, comme en théorie mathématique.

Le premier ce ces axiomes devrait servir à comprendre pourquoi et comment les Institutions, les collectivités, peinent à percevoir l’importance des actions en Pédagogie sociale et cherchent toujours à les assimiler à des actions locales, événementielles, et sans lendemain, en leur déniant leur qualité .

Qu’est ce qui fait que le champ de vision de l’institution soit toujours obnubilé, occupé, et peut être même au final, “bouché”, par de petites actions locales, placées en concurrence, et qui servent de référence?

L’explication est toute simple: les actions sociales souvent irrégulières , qui sont effectuées au plus près des institutions et collectivités, occupent tout le champ d’intérêt et de vision dont celles-ci sont capables, du fait de la proximité de leurs acteurs, avec ces mêmes collectivités et institutions.

Disons les choses différemment, sous la forme justement d’un axiome :

“L’importance éducative, sociale ou culturelle, d’une action, est indirectement proportionnelle avec sa proximité des institutions et collectivités, appelées à les soutenir”

Un simple schéma permet à la fois de comprendre et rendre compte de ce phénomène.

Ce schéma permet de rendre compte d’une disproportion , entre l’importance sociale d’une action et sa distance, relationnelle, sociale, culturelle , ou politique d’une institution ou collectivité.

Une action, même petite, même sans commune proportion avec une autre, peut très bien occuper tout le champ de vision de l’Institution.

A. Obturation du champ de vision institutionnel

Que veut dire , occuper le champ de vision? Il s’agit en fait de phénomènes très simples et très concrets : toutes les activités de l’action “A” sont sur-visibilisées, sur-communiquées; au même moment où les actions plus importantes de l’action “B” ne sont ni vues, ni relevées.

Cet axiome explique en fait pourquoi l’importance sociale d’une action n’est jamais significative, à elle seule, ou en tant qu’elle même. Aucune action n’ a de valeur en elle même, sauf si on la réfère à un champ d’intérêt ou de vision institutionnel, forcément précis et situé dans un point unique et spécifique de l’environnement.

On pourrait dire les choses autrement: on ne voit que ce qu’on éclaire.

B. Le changement vient de la distance

Le second enseignement , lié à ce schéma, sa seconde conséquence , pourrait-on dire , c’est que le changement social, culturel, éducatif ne peuvent se produire qu’à distance des institutions et collectivités. C’est sans doute la conséquence la plus révolutionnaire; celle qu’il est le plus difficile d’admettre et d’assimiler. Il ne peut y avoir de changement que dans la rupture et la faille.

Tant que l’on reste dans ce qui est souhaitable, admissible, attendu, proposé, on ne réalise aucun changement véritable. Tant que l’on reste dans ce qui est visible, on se contente de produire soit du symbolique, soit du “même”.

Il faut sans doute de l’invisibilité pour pouvoir créer. Et la création sociale n’échappe pas à la règle.

La vie a besoin d’obscur.

Mardi 6 Juillet

Atelier Bidonville Opel

Aujourd’hui une belle équipe des Robinsons s’est rendue comme d’habitude – depuis un peu plus d’un mois – sur le bidonville de Massy. Nous avons mis en place des différents espaces au sein desquels différentes activités se sont déroulées. Je me suis occupée de la peinture avec les grands et les petits. Quelques mamans nous a rejoints sur l’atelier qui s’est révélé être un bel espace d’échange. Erick et Rayane se sont mis sur le sport avec du tir à l’arc et un jeu de société. Marie était sur le soutien scolaire alors qu’Anita a réalisé un atelier de peinture pour les plus petits. Halima a crée un espace petite enfance. L’après-midi s’est terminé par un beau goûter en bonne compagnie.

A la prochaine

Chiara

 

Atelier de Bel Air

Aujourd’hui c’est le dernier jour d’école et les enfants sont impatients de nous retrouver sur les ateliers de rue avant de dire “au revoir” où sinon “adieu à leurs camarades de classe. Une belle journée qui est bel et bien couronnée de joie et de bonheur avant de nous joindre pour un court moment à l’atelier de rue pour des jeux de société et des petits travaux dans le potager. Un bon goûter, est partagées avec les présents afin de leur dire ” a bientôt”.

A plus!

MECREDI 7 JUILLET 2021

Atelier au quartier de Saint-Eloi

Magnifique atelier à Saint-Eloi, où les enfants s’appliquent à peindre à l’aquarelle. Je leur demande aujourd’hui de prendre leur temps, et le résultat est surprenant. Mathias propose un “Quoi de neuf ?” concomitant à un atelier perles. Djema et Emerson joue des parties de foot toute la journée avec différents enfants. Miruna quant à elle reste avec les plus petits : ils fabriquent des tours géantes en Kapla et réalisent des parcours avec les briques. On prend le goûter, et on se dit à mercredi prochain !

 

Atelier au parc du Château

Aujourd’hui nous sommes allés au parc du Château. Il y avait plusieurs pôles d’activités créatifs et sportifs comme les dessins, les jeux de société, le foot ou encore le tennis de table. C’était une bonne après -midi malgré le peu d’enfants présents. Des parents sont venus poser des questions sur l’association au moment du gouté. Ils seraient ravis de revenir avec leurs enfants à la prochaine activité.

Atelier au quartier Bel-Air

Cet après midi nous partons à Bel Air avec de nombreuses activités créatives (peinture sur soie, collages, décalquages, dessin…), un atelier petite enfance et une équipe de jardinage. Les courgettes, les tomates et les blettes sont en train de murir doucement et on peut déjà grapiller des cassis ou des petites fraises ! Fatoumata, Laura et Ricardo jardinent, bientôt rejoints par l’infatigable mamie Zora. Pendant ce temps, Jeanne invite les enfants à couper, coller, dessiner pour créer des univers fantastiques. Lionel anime la peinture sur soie et Fatou et Marane la petite enfance. Les enfants arrivent peu à peu et nous sommes un grand cercle pour le goûter. Chacun récupère son oeuvre et part tout excité !

 

JEUDI 8 JUILLET 2021

Atelier à Massy

Petite enfance géante, aquarelle, foot et jeux de société cet après-midi à Massy. Les enfants réalisent de superbes peintures, tandis que les mamans et leurs bébés renouent avec Laura, que nous avons le plaisir de retrouver à l’association. Le goûter pris, nous nous disons à jeudi prochain !

 

Atelier au Skate Park

Aujourd’hui super atelier au Skate Park de Longjumeau ! Les enfants étaient très contents de nous retrouver. Nous avons mis en place deux belles tables: une dédiée aux parents, dans laquelle pouvaient profite de thé et café, et discuter un peu avec nous, et une autre réservée aux enfants, pour créer des beaux dessins. Plus loin, un grand groupe a formé deux équipes, et les deux se sont défiées au foot, dans un match génial et rempli d’actions magnifiques! Sur un tapis, un autre groupe a crée des beaux CD colorés avec des fils de laine! Nous avons terminé avec un super goûter, et nous nus sommes dit à demain, pour le festival des droits des enfants à la Rocade!

 

Atelier Hôtel Astoria

Aujourd’hui nous sommes très attendus à l’hôtel Astoria et comme c’est le premier jour de vacances après les cours , les enfants sont impatients de commencer les activités. Des jeux collectifs bien animés par Erick et Anita avec de la joie et des moments de fous rires.

Un beau tapis de petite enfance animé par Halima et à côté d’eux,  Ricardo et Nicolae qui proposent du dessin et des perles en bracelets. Une belle après midi , couronnée de bonheur et de joie et en même temps nous fêtons l’anniversaire de Miguel et l’obtention du diplôme de ” CAP Petite Enfance”, de notre chère Anita et comme cadeau, on s’offre des glaces pour le plaisir de tout le monde.

A plus!

VENDREDI 9 JUILLET 2021

Atelier au bidonville d’Antonypôle

Le vendredi, c’est Antony ! Nous partons à 8 dans un bidonville situé le long de la A6, sur la commune d’Antony (92). Jeanne et Sénad animent la boxe, Erick le tir à l’arc, Fatou la peinture-aquarelle, Miruna les perles, Modou la petite enfance. Les enfants sont encore plus nombreux.ses que d’habitude car ce sont les vacances. Nous sommes une trentaine, accompagné.es pour cette fois de de Diana et Yasmine, une enfant et une adolescente qui fréquentent  notre centre social : pendant les vacances, elles ont envie de venir sur nos ateliers pour sortir et jouer l’après midi.

Tout le monde se répartit rapidement dans les différents ateliers pour apprendre à faire des directs et des crochets, des portraits et des paysages, des bracelets et des colliers, des châteaux et des dinettes… Florin réalise un paysage nocturne à la peinture et fait plusieurs combats ; Larissa se bat à poings nus ; Sedan et Diana réalisent plusieurs bijoux ; Iermina est très concentrée sur ses dessins, tandis que Vatican et Ahem écoutent Sénad leur raconter une histoire… L’après-midi se passe dans les jeux et se termine par un goûter pour tout le monde. A vendredi prochain !

Atelier à l’hôtel Welcome

Aujourd’hui belle journée à l’hôtel Welcome! Nous avons profité de la fin de l’école pour pouvoir faire un atelier beaucoup plus long. Nous avons installé les tapis pour les plus petits, qui se sont amusés en jouant avec plein d’activités différentes. A côté, les jeux de société ont eu beaucoup de succès ! Autour d’une table, des enfants ont commencé à faire des beau colliers avec les perles, avec leur maman, et au final les mamans sont restées toutes seules, et elles ont pu créer des magnifiques bijoux!

Nus avons terminé avec un bon goûter tous ensemble! A la semaine prochaine!

Atelier Rocade.

FESTIVAL DES DROITS DE L’ENFANT.

Ce vendredi 09/07/2021 à la Rocade, sous le ciel nuageux, nous avons accueillir plus de 70 enfants repartir sur des différents ateliers proposés par une équipe d’animation en partenariat avec l’association Evasoleil.

Notre équipe est composée des pédagogues, Animatrices et animateurs du champs social.

Notre travail de tous les jours et particulièrement aujourd’hui, consiste à mettre en place des ateliers participatifs et collectifs pour favoriser le lien social et de solidarité pour les enfants, avec les enfants et par les enfants eux mêmes.

Différents atelier on été mit en place par des animatrices et animateur de Intermède Robinson et de Evasoleil.

-Un premier atelier de jeu alimentaire dirigé par Narjisse de Evasoleil  Gréta de Intermèdes Robinson,

-Un deuxième atelier de jeu alimentaire dirigé par Théodor de Evasoleil et Halima de Intermèdes Robinson

 – Un troisième atelier Petite enfance dirigé par la Pédagogue Laura de Intermèdes dans la bonne ambiance

 – Un quatrième atelier de Ludothèque et /Jeux de société par Dominique de Evasoleil et Rayan de Intermèdes

 – Un cinquième atelier Hygiène et Propreté, dirigé par Lucie de Evasoleil et Djéma de Intermèdes .

Mathias coordinateur.

Après une petite démonstration de Capoeira par Lucie de Evasoleil et Mathias de Intermèdes, nous avons accueillir un publique de plus de 70 personnes à faire le gouté avec nous.

Notre festival de ce vendredi 09/07/2021 à prit fin à 18h30 à la Rocade dans une bonne ambiance par la distribution des colis alimentaire ; spécial ” Festival des droits de l’enfant

En espérant vous revoir très prochainement, voici pour vous quelques images de notre journée d’aujourd’hui.

Noté bien: notre Festival continu à l’hôtel social le Parthénon ce Samedi 10/09/23021 à partir de 15H15.

Suite du Festival à l’hôtel social le Partenan.

Ce samedi 10/07/2021 à L’hôtel social le partenan à partir de 16h, le ciel nuageux et les averses de la journée ne nous ont laissé d’autres choix que de mettre plusieurs de nos ateliers à l’intérieur. Malgré les condition météo nous sommes arrivé à rassemblé une cinquantaine d’enfant, d’autre accompagnés de leurs maman. 

Nous avons donc varié, adapté et remplacé nos animateurs en fonction des condition et besoin de ce public.

Djema et Lucie toujours à l’atelier Propreté et hygiène, Narjisse et Nattanael au jeux collectif, Francesca et Théodor à l’atelier création et sensibilisation au jeux alimentaire, Tha et Dominique à la petite enfance et jeux de société,

Mathias à la coordinateur.

Notre gouter c’est bien déroulé dans une bonne ambiance et à la fin du gouter, les sacs alimentaire spécial “Festival des droits de l’enfant” ont été distribués à des familles.

Voici pour vous quelque images en espérant vous revoir parmi nous très bien tôt.

Bien de choses à vous. *   Festival-droit-enfants-v1 Festival-droit-enfants-v2  

 

Atelier de la Villa St. Martin:

Malgré la pluie constante lors des activités dans le quartier sud, a la villa St. Martin, nous sommes rejoint par un petit groupe d’enfants qu’ont envie de faire des activités sportives et ludique avec nous. Un table avec du dessin et des craies, sont mis a dispositions par Ilanna et Nicolae, puis à côté d’eux, des jeux de ballons et un petit parcours avec Ricardo et Senad et deux autres adolescents.  Enfin, au moment du goûter nous avons tous partagée un bon moment avant d’aller rejoindre Laura et Fatoumata sur Bel Air , où elles avaient préparée du Iassa pour le plaisir des pêtits et grands.

Bon appétit !

A bientôt.

 

Atelier Bel Air

Aujourd’hui à Bel Air nous n’avons pas pu avoir beaucoup d’enfants car il y avait une fête à côté au skatepark. Malgré la fête on a réussi tout de même à avoir quelques enfants pour la cuisine, le tir à l’arc et le football ainsi que du jardinage en compagnie des mamans Zorha et Penda. Tout s’est très bien passé : nous avions mangé et bu un plat Africain du yassa préparé par Fatoumata. Par la suite l’autre équipe de la Villa St. Martin nous a rejoint pour partager un moment convivial.

[gallery] shortcode not found inside [smart-grid][/smart-grid] shortcode

 

 

 

 

Plus une structure est dotée, plus elle est coupée de son environnement

Plus une structure est dotée, plus elle est coupée de son environnement

Axiomes de Pédagogie sociale (II) : Plus une structure est dotée en moyens et locaux, et moins elle agit sur son environnement

Je me souviens de mon étonnement, quand , jeune en formation d’instituteur, je m’étais retrouvé à être spectateur d’un show incroyable, sur une scène nationale, complètement vide… au coeur d’une cité à l’abandon.

Pas un seul habitant dans la salle; pas un seul enfant d’immeubles d’en face, venu en curieux. Pas un seul passage, pas un seul passant. La Scène nationale tournait le dos à la Cité d’en face qui aurait pu la remplir.

Qu’est ce qui avait raté à ce point, pour qu’une oeuvre coûteuse, luxueuse, tourne ainsi le dos à l’nvironnement le plus immédiat?

Compulsion de discrimination

Plus tard, dans les années 90 et les années 2000, j’ai été témoin de l’ouverture de lieux majestueux, tous situés en quartier populaire, mais structurés comme des îlots au milieu des flots.

Plus tard, à partir des années 2015, j’ai vu des bâtiments orgueilleux, comme des petits structures de quartier, se barricader contre tout public immédiat. Depuis les grilles aux fenêtres, en passant par les sas “anti poussettes”, et les guichets d’accueil dissuasifs et obligatoires, tout y était fait pour tenir à distance d’hypothétiques visiteurs.

Le contratse est poussé à son comble si on jette un coup d’oeil sur les richissimes structures médico-sociales , dotées de parcs, de nombreux lieux, occupés des fractions infimes de temps, tandis que dans la Ville, dans le quartier, une structure populaire chercherait en vain à accéder à un garage, une cave, ou même une boutique abandonnée.

La guerre de l’espace a eu lieu et elle a été gagnée par les fantômes. Par ceux qui occupent sans habiter, qui monopolisent sans abriter , qui détiennent sans partage, par principe et par précaution.

Renversement des missions

Une inversion totale des valeurs a amené à attribuer une estime de principe aux salles de cinéma d’art et d’essai, désertes , aux salles d’exposition , fermées.

Plus que l’efficacité sociale, la capacité à mobiliser les personnes et les groupes, à les sortir de l’isolement où la précarité les conduit, on a mis en avant une éthique supérieure de l’image. Ce qui compte c’ets d’avoir “bonne image”, si possible culturellement prestigieuse, pour mettre à distance ceux dont les besoins sociaux pourraient la ternir, seulement par leur simple présence.

Bien sûr, il reste tant de nostalgiques des années glorieuses de l’Education dite populaire, qui rêvaient d’éduquer les publics mal instruits. Ces derniers des Mohicans, continuent à rejeter la faute de leur exclusion sur les masses supposées ignares, mal éduquées et mal préparées à la vraie “valeur”.

Mais ces derniers combattants d’une mauvaise guerre sont eux même en difficulté, quand il s’agit de justifier de leur simple présence , ou de leur propre activité. Dans un combat d’arrière garde, ceux ci prétendent aujourd’hui se battre pour la civilisation, contre la barbarie, pour la vraie culture , contre l’inculture supposée de ceux dont ils craignent que leur misère soit contagieuse.

Que vaut une salle de théâtre municipal, qui en définitive n’ouvre son espace, à un public lointain et déjà convaincu (certes prêt à “payer”)… que 40 soir par an?

Imaginons ensemble tout ce à quoi elle pourrait servir, si au lieu d’attendre du public, elle se mettait au service des publics?

Espace d’initiatives, d’entraînement à la mise en scène, à la création artistique et culturelle (plus qu’à sa distinction), outil de création collective, voilà que le sanctuaire culturel, en passe de devenir un cimetière, pourrait devenir un lieu vivant, en un mot, un centre de vie , social et urbain.

Donner des leçons de vie, par le simple exemple, par la mise en pratique indiscutable, n’enrichit pas son homme, ni son organisation. Mais c’est le seul fil rouge qui nous maintienne au contact de la réalité sociale et à ses transformations , à l’ère des cataclysmes.

Il en faut du courage pour ouvrir; il en faut de la peur pour fermer, pour préserver, enterrer, se faire oublier.

Mais nous sommes entrés dans une ère de l’oubli impossible, au stade limite du refoulement.

A force de mettre tout le monde dehors, il n’y aura plus personne dedans. Alors les moquettes moisies s’endormiront dans la poussière , et les scènes où devrait briller ce qui naît , ce qui porte la vie, s’endormiront dans l’obscurité.

l’Amour du vide

Une étrange fringale anime nos élus et nos institutions; il faut du vide. L’espace public, la vie publique ne sont jamais aussi belles, que quand elles se réduisent à des lieux privés (de vie), des murs clos, des barrières sociales.

Il faut que le quartiers soient vides de toute vie et de toute présence sociale, forcément dérangeante. Il faut que les façades soient belles, que les enseignes luisent, abritant des locaux vides de toute utilité sociale.

Il faut la paix des cimetières, la tranquillité de l’invisibilité des indésirables. Une ville ne sera belle que si , telle un décor de cinéma, elle se résume à des façades en carton coloré.

Les projets sont épais, les intentions culturelles , éducatives, mises en avant sont phraseuses ; le Social est objet de discours, de postures, d’alibis. Mais il ne vit plus; il n’invente plus; il ne fait ni vie, ni centre.

MARDI 13 JUILLET

Atelier au bidonville de l’Opel

Un temps particulièrement pluvieux (eh oui, nous sommes constamment tributaires de la météo) nous attend au bidonville de l’Opel, à Massy. Mais les habitants aussi sont là, souriants et heureux de nous voir ! Au beau milieu des maïs qui ont bien poussé, nous proposons aquarelle et perles sous la grande pergolas faite maison des roms. Je prend Rosa sur mes genoux ; elle est pieds nus, et son visage affiche un perpétuel sourire. Elle n’a qu’une hâte, c’est de peindre. Elle ne tiens pas bien son pinceaux, je lui montre comment il faut faire. Elle se marre en me voyant essayer de lui expliquer un truc avec mes mots de gadji.

Atelier de Bel Air:

Cette après-midi nous sommes de retour au Potager des Robinson, pour des nouveaux ateliers d’expression artistique et des jeux autour de la compétition, pour travailler en équipe mais aussi pour donner la possibilité a chacun( une) de nous émerveiller. A ce beau programme, on rajoute un pluie incessante, qui nous obligent a nous réfugier dans les locaux poubelle pour la continuité des activités.

Malgré tout ça, la bonne ambiance te la joie règne à l’intérieur du groupe et des belles œuvres sont produites et des belles histoires sont racontés, pour le plus grand plaisir des présents.

Le goûter viens clore l’activité, afin de se dire a bientôt.

[gallery] shortcode not found inside [smart-grid][/smart-grid] shortcode

Atelier Massy

Aujourd’hui il n’y avait pas beaucoup d’enfants sur l’atelier de Massy. Peut-être qu’une parti d’entre eux sont partis en vacance avec leurs famillles. Samy, le père du petit Sohane nous le confirme. Malgré le petit nombre inusuel, nous avons pu passer un très agréable après midi entre foot, petite enfance et… atelier cuisine. Plusieurs mamans et un papa nous ont rejoints dans la préparation de celles-ci et nous avons pu terminer par un bon goûter et une petite distribution alimentaire avec les pro fuits frais que nous avons reçu au local.

A la semaine prochaine

Chiara

Atelier a l’hôtel Astoria :

Une belle journée , très ensoleillée a Astoria.

Des enfants très impatients de nous retrouver et de faire des belles activités avec nous. A l’extérieur de l’hôtel, toute une meute d’enfants et jeunes se réunissent  pour passer une agréable journée en notre compagnie.

Des jeux de ballon et du tir-à-l’arc avec Ricardo et Erick. Pour le reste  Nicolae et Samira proposent des jeux autour de la petite enfance et des perles avec les adolescentes qui sont très impatientes de montrer leurs œuvres artistiques. La journée finit en beauté avec un bon goûter bien mérité.

A plus!

Mercredi 14 juillet

Tournée Aven Savore Jour 1

Aujourd’hui c’est le grand départ : notre troupe de chants et danses tsiganes Aven Savore part en tournée pour 6 jours et 5 nuits. Nous nous retrouvons à 10h au local et nous rencontrons notre chauffeur, Mickaël. Puis nous montons dans son car et nous partons direction Saint Jean Froidmentel, un petit village pas loin de Châteaudun. Là bas nous avons rendez vous au “Moulin Bleu” pour un concert. Nous commençons par un pique-nique, puis une répétition. L’endroit est très beau avec des gîtes, des animaux, une rivière, un grand potager et plein de gentils babas cool. Tout le monde va se baigner dans la rivière, à grands cris. Puis on mange, la soirée commence doucement et nous présentons notre spectacle. Le public est très encourageant, à la fin tout le monde vient sur scène et danse avec les enfants. Nous récoltons un beau chapeau et la soirée continue : les enfants font les DJs jusqu’à minuit !

Puis nous allons nous coucher dans les 2 gîtes mis à notre disposition : nous avons empilé des matelas, on dort serrés mais on dort bien !

Atelier Skate pack ce jeudi 15/07/2021

Aujourd’hui notre Atelier c’est bien passé malgré qu’un nombre conséquent est parti en vacance, nous avons vécu des moments tranquille et conviviales avec des différents atelier proposé par l’équipe.

Notre équipe est composée de Fatouma et Mathias à l’atelier créatif et jeux de société, Mirouna à l’atelier petite enfance, Marane et Emerson au foot .

Nous avons terminé le gouter avec un bon nombre d’enfants dans une très bonne ambiance.

Voici pour vous quelques images en espérant vous revoir très bien tôt parmi nous.

Tournée Aven Savore Jour 2

Nous réveillons au Moulin Bleu. Après un petit déj à base de pastèque et de pain fait maison par les habitant.es du lieu, nous repartons illico presto. Direction Dijon où nous attendent nos ami.es de la Maison Phare, une association qui pratique la pédagogie sociale dans un quartier situé à l’est de Dijon. L’accueil est très, très chaleureux. Nous arrivons au milieu des ateliers et sommes invité.es à partager le goûter et l’assemblée des présent.es. Ensuite nous chantons ensemble, tandis que Mathieu, Hélène, Clément et Hassania préparent un dîner pour nous : des salades de concombres et de pâtes, des pizzas, du gâteau au chocolat. Après ce dîner animé nous repartons pour dormir à l’hôtel Ethic Etapes où la Maison Phare nous a réservé des chambres de deux. Après la nuit serrés au gîte, c’est confort !

[gallery] shortcode not found inside [smart-grid][/smart-grid] shortcode

16 juillet 2021

ATELIER ROCADE

Aujourd’hui comme d’habitude, notre atelier c’est bien déroulé avec plus de cinquantaine enfants.

Notre équipe est composée de Fatoumata et Laura à l’atelier barbe à papa, Glory et Mathias à l’atelier chamboule-tout, Samira et Aissatou à l’atelier jeux de lancer au cerceau. Djéma et Marane à la surveillance encadrement et accompagnement ( Explication des consignes et l’accompagnement à la participation ).

Nos ateliers était dans prévu pour une ambiance festive, vu que notre dernier passage à la rocade était lors du festival des droits de l’enfant que tout les enfants qui avait eu lieu le vendredi 09/07/2021 qui avait renforcé eu peu le lien social avec notre public.

Le gouter c’est aussi bien passé malgré la quantité insuffisant des aliments car nous avons prévu notre gouter pour une quarantaine d’enfants  au lieu d’une cinquantaine.

Les enfants étaient compréhensible et ont participé au bon fonctionnement des ateliers avec nous . Certains parents assistèrent nos ateliers avec bienveillance.  voici pour vous quelques image vous donnant une idée sur notre atelier d’aujourd’hui. 

 

Tournée Aven Savore Jour 3

Nous nous réveillons à l’hôtel Ethic Etapes à Dijon. Le petit déj est généreux : croissants, tartines, céréales et fruits pour tout le monde ! Dès que nous sommes prêt.es nous retournons à l’école “Alsace” où nous accueille l’équipe de la Maison Phare, et beaucoup d’enfants. En effet, cette association accueille tous les jours une centaine de jeunes, pour leur proposer des activités et aussi un grand déjeuner gratuit. Nous sommes invité.es à participer à cette action sociale en animant une “Master Class Aven Savore”, c’est à dire que nous présentons nos chorégraphies et nos chansons aux enfants du quartier, et nous leur apprenons à les refaire pour les intégrer au spectacle. Cette activité nous prend toute la journée, heureusement entrecoupée d’un déjeuner collectif, à base de melon et de couscous végétarien.

Toute la journée Hafsatou anime la Master Class, montrant des pas tsiganes traditionnels, la chorégraphie de notre chanson “Je veux voyager” et les paroles de “Zolda Zerdo”. Pour cette chanson chaque enfant d’Aven Savore prend un enfant de Dijon sous son aile et lui montre comment faire un petit solo, afin de participer au spectacle.

Le soir nous jouons notre spectacle devant les habitant.es du quartier, qui ont le plaisir de voir leurs enfants monter sur scène pour chanter et danser. Il y a du vent et beaucoup de monde mais les enfants ne se laissent pas déconcentrer. Il y a aussi une flash-mob animée par Hassania, qui apprend la danse hip-hop aux filles du quartier. “J’ai beaucoup adoré qu’il y ait des filles nouvelles qui viennent danser avec nous”, confie Sarah. Le concert est filmé par Shérazade, Martin et Louis, l’équipe de l’association Les Projos.

Après tous ces spectacles nous dinons et rentrons nous reposer à l’hôtel. Quelle journée !

[gallery] shortcode not found inside [smart-grid][/smart-grid] shortcode

Atelier à Welcomotel de Chilly Mazarin :

Quelle agréable journée ! Hum…

Il fait chaud, il fait beau et tout le monde est heureux!

Un atelier peinture avec Halima, qui à beaucoup de succès  parmi les ados, et à côté , Illyana propose des jeux de motricité et de la dinette pour les plus petits. Nicolae avec Adam et Moustapha, s’amusent bien et sont trop heureux de faire de la boxe ensemble. Quant a Ricardo et Toby, démarrent une partie de foot avec les garçons , dans la joie et dans la bonne humeur, en montrant leurs qualités de joueurs de foot.

Une belle après-midi qui finis avec un goûter bien frais, voir surgelé!

Des glaces…houpii!

[gallery] shortcode not found inside [smart-grid][/smart-grid] shortcode

 

17 JUILLET 2021

Sortie à la base de loisirs d’Etampes

Nous avons organisé une extraordinaire sortie avec les familles de l’hôtel “social” Le Parthénon.

Nous sommes partis avec 11 enfants de moins de 3 ans, et nous étions 72 en tout! de tous les âges. Pour la majorité des enfants il s’agissait de la seule sortie de l’été! Les enfants ont pu profiter de l’énergie positive des Robinsons pour jouer comme des fous dans l’eau. Nous avons vécu des moments très chaleureux avec les enfants et les familles! Nous avons aussi pu nous entrainer à nager un peu. Le goûter a été fabuleux et le soleil nous a réchauffé. Nous avons beaucoup échangé et parlé de nos prochaines aventures!

Tournée Aven Savore Jour 4

Nous nous réveillons de nouveau à Dijon, mais cette fois c’est pour partir. Une journée de folie nous attend : 4 heures de route jusqu’à Paris, concert express au parc Montsouris dans le 13e arrondissement, puis à nouveau 4h de route jusqu’à Coutances en Normandie.

Après une longue route, nous nous installons très vite dans le kiosque en face du restaurant. Le public se rassemble et les enfants qui ont à peine eu le temps de se préparer dans le car n’hésitent pas à s’élancer sans échauffement ! Une fois de plus, la troupe nous surprend par son efficacité, et surprend le public par sa joie et la beauté de l’ensemble.

A peine le spectacle achevé, nous repartons aussitôt pour rouler jusqu’en Normandie. Nous disons au revoir à notre violoniste Blandine qui reste à Paris. Le voyage est long alors en arrivant nous allons directement diner et nous coucher. Nous sommes hébergé.es dans l’internat du lycée agricole de Coutances, grâce au festival “Chauffer dans la noirceur” où nous jouerons demain…

18 JUILLET 2021

Tournée Aven Savore : Jour 5

Aujourd’hui c’est un grand jour, le dernier jour de la tournée, mais aussi le jour où nous avons 2 concerts, au festival Chauffer dans la noirceur. C’est un grand festival au bord de la mer, avec plusieurs scènes, beaucoup de musicien.nes et d’artistes du théâtre de rue. Nous avons rendez-vous à midi pour faire les balances sur une scène entourée de gradins, avec 1500 sièges ! C’est impressionnant, le son fait vibrer.

Après avoir balancé et nous être costumé.es, c’est notre tour ! Le concert se passe très bien et le public est très enthousiaste : une centaine de personnes sont rassemblées et applaudissent à tout rompre ; trois fois, le public rappelle les enfants qui finissent le spectacle dans la foule, faisant la ronde avec les spectateurs et spectatrices, au son des percussions. Nous recevons beaucoup de compliments du public et de l’équipe d’ingés son, et une journaliste de la presse locale interviewe Hafsatou, Greta, Abdel et Yaëlle.

Après avoir déjeuné, tout le monde a très envie d’aller se baigner : la plage est juste derrière le festival ! Nous prenons nos maillots et nous y allons, il fait très beau, nous restons presque une heure dans l’eau. Luiza apprend à faire de la brasse, tandis que Juliette et Kledjona essaient de couler Laurent.

Il faut bientôt repartir car certaines filles de la troupe ont rendez-vous à l’espace radio pour une interview. Pendant ce temps, les plus jeunes prennent le goûter et c’est déjà l’heure de se remettre en tenue : nous sommes attendu.es pour faire une performance sur le site du festival. Toute la troupe danse au son des batteries du groupe Nomad Men, puis au son de nos chansons tsiganes favorites. Le public se rassemble autour de nous et comme à notre habitude nous prenons les gens par la main pour les inviter à rejoindre la danse. Nous avons le plaisir de recroiser des gens qui était dans le public à midi, qui sont plein de compliments pour les enfants.

Mais la journée n’est pas finie… Après dîner, nous proposons aux enfants d’aller tou.tes ensemble écouter des concerts. Nous écoutons les concert du rappeur et beat-boxeur MK14, sur la scène où nous avions joué un peu plus tôt. Après, sur la grande scène, c’est Asaf Avidan, un chanteur israëlien que beaucoup d’entre nous connaissent et aiment. Enfin, un moment magique devant un spectacle de pyrotechnie, avec un jongleur de feu.

Quelle soirée ! Les enfants sont épuisé.es et s’endorment dans le car. Nous rentrons à Coutances les coucher…

 

 

LUNDI 19 JUILLET

Tournée Aven Savore Jour 6

On est dans le car, on rentre à Chilly Mazarin, on a trop chaud !!!!!

MARDI 20 JUILLET

Atelier opel

Cet après-midi, nous étions au soleil pour l’atelier sur le bidonville dit “opel”. Au programme, du dessin et coloriage avec Ilyanna et Glory, un poôle petite enfance avec des jouets et des livres animé par Maïté et Sira et un atelier “cirque” pour les plus grands avec Sophie. Les enfants ont pu s’essayer à divers jeux d’adresse et d’équilibre avec une slackline, un pédialier d’équilibre, des diabolos et un chamboul’tout avant de se retrouver pour un moment calme en préparant et partageant un goûter avec plein de fruits !

à la semaine prochaine !

Le but n’est pas de créer un endroit joli mais un lieu où les gens sont beaux

Le but n’est pas de créer un endroit joli mais un lieu où les gens sont beaux

En Pédagogie sociale, nous ne prenons pas nos rêves pour des réalités

Nous ne nous extasions pas sur la qualité ou la beauté de nos idées. Nous ne perdons pas notre temps à nous conforter de la justesse de nos objectifs, de la pertinence de nos projets , de leur adéquation avec les standards ou modes de pensée de notre temps.

Nous sommes au service.

Nous sommes au service de nos publics, des enfants, en priorité et surtout pour ceux que l’on ne voit pas, que l’on n’entend pas, et que l’on oublie.

Nous n’envisageons pas l’action sociale comme un plan déjà réalisé par la liste de nos belles intentions. Nous n’avons pas d’objectif, de but prédéfini, vers lequel on essaierait coûte que coûte, au forceps parfois, de faire adhérer nos “bénéficiaires”.

Nous n’orientons pas nos actions vers le futur, de toute manière, incertain; nous nous ancrons dans le présent.

Le but

Le but, c’est de permettre à nos publics de modifier le regard, l’image qu’on leur tend et dans lequel on les enferme. Le but est de modifier le regard , l’image que ces personnes se portent à elles-mêmes, par habitude, par servitude, par lassitude.

Le but est de devenir le centre, d’exister, d’habiter, de s’exprimer, de prendre la parole, le contrôle, le pouvoir sur ce qui se vit au quotidien , dans l’environnement actuel et réel.

Nous n’aimons pas les beaux lieux, car ceux ci excluent; car ceux ci donnent la mesure de l’écart qu’il y a entre les gens dominés et les standards dominants. C’est pour cette raison que nous n’emmenons pas les enfants au théâtre, dans les beaux musées, ou à l’opéra. Au pire, ils seront les spectateurs des répétitions, les visiteurs gênants d’un après midi ou d’un soir, la bonne action d’opérateurs culturels , socialement déconnectés.

De belles personnes

Nous aimons les gens beaux, les belles personnes, que l’on ignore, la beauté d’un moment d’interaction, de création. Des moments d’exception.

Ce qui nous est précieux, c’est l’enfant présent, c’est l’adulte fier de lui-même, l’habitant en action, le travailleur à l’œuvre.

Nous trouvons sens , en Pédagogie sociale, à produire de la beauté humaine; c’est à dire de personnes réelles qui n’attendent pas d’autorisation, d’habilitation , pour se risquer dans toutes les dimensions de leur vie.

Les moments que nous créons

Les moments, les lieux

Nous aménageons les espaces où nous intervenons, comme des lieux de fête. Si nous aménageons un jardin, celui ci devra donner une bonne image de ceux qui nous y rejoindront pour y vivre et y travailler.

Si nous prenons des photos, celles-ci présenteront leurs sujets , en majesté.

Chez nous, les bénévoles, les bénéficiaires , sont à l’œuvre et donnent la plus belle image d’eux- mêmes.

Les enfants, actifs, responsables, se mettent en valeur. Comme nous éclairons de mille feux nos petits chanteurs et danseurs d’Aven savore!

On y réussit si bien qu’on nous envie souvent nos gamins, nos habitués, nos fidèles, qui prennent une nouvelle dimension au sein de l’organisation que nous constituons.

La Pédagogie traditionnelle des institutions classiques ne connaît que des individus, fragmentés, isolés , esseulés, défaillants. La Pédagogie nouvelle promeut des personnes.

En Pédagogie sociale, ces personnes deviennent des personnages; des “au delà” de la personne, avec une dimension supplémentaire.

C’est celle du sens et du Social.

MARDI 29 JUIN 2021

Atelier au Bidonville d’OPEL

Aujourd’hui, nous sommes une grosse équipe puisque les étudiant-es de l’association AFERTES nous rejoignent sur le platz ! Nous faisons un peu d’aquarelle avec les enfants et les plus grands qui s’essayent au pinceau. D’un autre côté, l’animation est joyeuse autour des cerceaux que l’on s’envoie, que l’on fait tourner autour de soi (du moins on essaie !). Enfin, une petite enfance est mise en place avec une dinette, des légos, des livres… Naturellement, un atelier d’origami se met en place, et l’on crée son propre avion. Nous faisons ensuite un goûter bien agréable et les jeunes peuvent repartir avec leur peinture et/ou leur avion ! A la semaine prochaine !

 

MERCREDI 30 JUIN 2021

Atelier St Eloi

Aujourd’hui, sous le soleil gris, nous étions une équipe composée de sept personnes dont: Maïté et Mathias à l’atelier ” Quoi de neuf”, Julie à l’atelier petite enfance, Djema à l’atelier sportif, Nora et Rayan à l’atelier “jeux d’animation collective”.

Nous avons commencé nos activités à 15h15 avec environ une quarantaine d’ enfants, même si certains d’entre eux étaient partie avant l’heure du gouter. 

Voici pour vous quelques images vous donnant une idée sur nos activités d’aujourd’hui en espérant vous revoir très bien tôt parmi nous.

 

Atelier Parc du Château

Aujourd’hui moi, Francesca, Nicolae, Miruna, Senad et Lorella on s’est rendu.es au parc du château pour l’atelier du mercredi après-midi. Probablement à cause de la météo incertaine, nous n’avons pas eu beaucoup d’enfants. Mais cela ne nous a pas empêché de passer un très bon après-midi. Moi et Francesca on s’est occupées de mettre en place un atelier de réalisation de collages avec des très beaux magasins des années 2000. Senad et Nicolae étaient au ping-pong et ils ont fait un tournoi très compétitif. Miruna et Lorella onr mis à disposition leur savoir faire pour la réalisation de bracelets avec des bijoux. Nous avons terminé avec un goûter particulièrement gourmand avec les fameux beignets aux courgettes faits par Nicolae et du syrop.

A la prochaine

Chiara

 

JEUDI 1er JUILLET 2021

Atelier au quartier de Massy

Bel atelier où nous proposons “quoi de neuf” et laine, balle aux prisonniers et perles ! Un bon goûter, et nous nous retrouvons la semaine prochaine pour les grandes vacances, durant lesquelles nous seront évidemment présents.

VENDREDI 2 JUIN 2021

Atelier au platz de Antony pole

Aujourd’hui, nous sommes allés au platz de Antony pole, quand nous sommes arrivés, quelques enfants nous attendais déjà. Nous nous sommes répartis en trois ateliers; un atelier jeux créatifs où nous avons faits des cadres en cartons et en mosaïques, un atelier petite enfance et un atelier jeux collectifs où nous avons fais un parcoure. Au fils de l’atelier, nous avons enchainé sur un béret, le jeu des chasubles puis un 123 soleil. A la fin de l’atelier, nous nous sommes mis en cercle pour chanter une chanson et prendre le gouter. Pour le gouter nous avons eus des madeleines au chocolats et du sirop. Ce fut un bon atelier !!

A bientôt !!!

Yaëlle Beaufils Bard

[gallery] shortcode not found inside [smart-grid][/smart-grid] shortcode

SAMEDI 3 JUILLET 2021

Atelier VSM

Après avoir fait quelques tours du quartier pour prévenir les enfants de notre atelier, nous nous sommes aperçu.es qu’il y avait une fête organisée au skatepark. Tous les enfants étaient là-bas ! Nous nous sommes alors décalé.es afin d’être plus visibles pour les jeunes. Tapis installés, corde à sauter sortie, les enfants ne tardent pas à nous rejoindre ! Même les parents se prêtent au jeu ! D’un autre côté, les enfants défient Djema et Erick sur le terrain de foot ! Pour souffler un peu, nous nous retrouvons sur les tapis pour créer des bracelets, petit souvenir de ce moment partagé, puis nous prenons le goûter en discutant !

mercredi 30 06 2021
Atelier bel air

on a fait le jardinage avec les enfants de bel air mami zora et on a fait des perles du foot

Jeudi 31 06 2021
Atelier Skatepark
Fatoumata s’est occupé de la petite enfance, Laura a fait le café pour les mamans pendant le gouter, match de foot. Momo a fait des jeux de société

Vendredi 01 07 2021

Cuisine le matin au local de l’asso, couscous avec Fatou et les mamans.

Atelier de la Rocade
Laura était à la petite enfance, Djema au foot. Atelier perle et peinture avec Riccardo notamment.

Atelier à l’hôtel social Welcome

Super journée à l’hôtel welcome. Les enfants étaient contents de nous retrouver et de pouvoir jouer avec nous. Nous avons mis en place une belle petite enfance, dans laquelle les enfants se sont amusés avec des petits jeux et de jeux de société. À côté, un groupe un peu plus fatigué a profité d’un coin calme pour pouvoir se poser et se reposer. Autour d’une table, nous avons réalisé des beaux colliers avec des perles. Nous avons terminé la journée avec un bon goûter!


Samedi 03 07 2021
Atelier de Bel Air


Nous sommes partis à 8 éducateurs, en bus car les camions étaient en tournée avec Aven Savore.
Nous avions prévu des ateliers petite enfance, jeux de société, gants de boxe, perles et jardinage. Mais il y avait une fête organisée au skatepark voisin et tous les enfants du quartier y participaient. Nous avons échangé avec le nouveau jardinier de l’asso, discuté avec quelques passants qui admiraient le jardin et donné des tiges de rhubarbes à deux mamans. Quelques petits malins sont venus chercher le goûter en fin d’après midi !

Atelier à l’hôtel social Parthénon

Aujourd’hui belle journée à l’hôtel Parthénon!
Alors que Maïté terminait les inscription des enfants pour les colonies d’été et la journée à la base de loisirs, nous avons fait plein d’activités différentes avec les enfants! Lionel a amené sa fameuse activité de peinture sur soie au Parthénon! Les enfants étaient ravis de pouvoir découvrir cette technique et d’apprendre comment créer des belles œuvres.
Dans la petite salle, nous avons passé un super moment avec les plus petits, en partageant des beaux jeux, des coloriages pédagogiques et des lectures de livres! Dehors, un autre groupe a profité de l’absence de pluie pour dire plein de jeux collectifs et activités sportives. Nous avons passé un bon moment tous ensemble, en terminant par un bon goûter!

Compte-rendu du séjour familles à Saint-Brieuc

Du mercredi 07 au dimanche 11 juillet

            Le mercredi 7 juillet 2021, 6 familles venant du quartier St-Eloi débarquent en fin de matinée à la gare de St-Brieuc. Arrivés à l’auberge dans laquelle nous sommes très gentiment accueillis, nous nous installons, mangeons un bout et embarquons immédiatement vers la destination désirée : la mer !

Malgré la météo (rappelons-le, en Bretagne, quand il ne pleut pas c’est qu’il a plu ou qu’il va pleuvoir), les jeunes et moins jeunes profitent de la baignade, découvrent les coquillages que la Manche propose et s’émerveillent devant les différentes nuances de couleur que la surface de l’eau reflète. Nous rentrons et nous changeons en vitesse pour assister à un spectacle de circassiens. La compagnie SenCirk épate son public et les enfants, impressionnés par les acrobaties, saluent les artistes puis prennent place sur scène pour un instant photo.

            Le lendemain, nous proposons aux familles une excursion piétonne. Certaines optent pour la découverte du centre ville de St-Brieuc (visite du musée, d’une église, dégustation de kouign-amann), d’autres choisissent de se balader le long du port jusqu’à la côte et de savourer la recette typique du far breton. En rentrant, nous avons l’honneur de manger une excellente recette de riz au poulet concoctée par Janette ! La soirée se termine avec les fameuses chaises musicales familiales durant lesquelles les mamans sont acclamées par leurs enfants : Makan en sort victorieuse !

            Pour ce troisième jour, nous profitons de la météo plutôt clémente pour faire un pique-nique à la plage des Rosaires ! Baignades et recherches de coquillages sont de nouveau à l’ordre du jour. En parallèle, nous jouons au foot, à la pétanque, escaladons les rochers et nous construisons un merveilleux château de sable intitulé par Lassana « Le Temple des coquillages ». En rentrant, nous préparons en vitesse le repas à emporter car nous sommes de sortie à St-Brieuc ! Nous assistons en premier lieu à un spectacle de rue mêlant jongle et sensibilisation écologique autour des continents plastique. Après cette expérience, c’est le groupe Bélozidé que nous découvrons sur scène ! Tambour, accordéon, guitare, piano, xylophone, chants… ingrédients parfaits pour faire danser les jeunes et insuffler de belles énergies ! Ce soir-là, en rentrant à l’auberge de jeunesse, les premières effluves de nostalgie émanent des questions de certains enfants : « On peut pas rester encore une semaine ? ».

            Dernier jour complet de ce séjour ! Ce samedi, nous proposons deux activités aux familles pour la matinée : visite du marché pour un dernier tour dans la ville et festival de la BD aux bords du port. Mais avant cela, nous profitons d’un moment pour initier un « Quoi de neuf » avec les intéressé.es ! Lors du festival, pendant que nous découvrons le fort attrait de Lassana et de Fousseni pour les mangas et les bandes dessinées, Maïté et Chiara, restées à l’auberge avec certaines mamans, donnent de leur énergie pour que l’on puisse déguster le dernier déjeuner : moules frites ! Suite à leur demande, nous décidons d’emmener enfants et ados à la plage pour profiter une dernière fois de l’horizon marin. Cette après-midi, la température de l’eau est plus élevée, tout le monde se baigne et se rebaigne avec grand plaisir et Gabi se plaît à contrer les tentatives de certains visant à le mettre sous l’eau. Suite à quelques galères de transport (attention, l’abus de confiance envers les conducteurs de bus peut comporter des risques), les enfants les plus fatigués rentrent à l’auberge quand d’autres se retrouvent pour un dernier concert (et quel concert !) à la guinguette de Plérin ! Après avoir épuisé le reste de notre énergie sur la piste de danse, nous rentrons tranquillement à l’auberge pour notre dernière nuit.

            C’est le départ ! Nous rangeons nos affaires, défaisons les draps, bouclons nos valises et préparons nos sandwichs pour le voyage. Avant l’ultime départ, nous avons le temps d’effectuer une assemblée des présents avec les enfants : nous racontons nos expériences puis résumons ce séjour en énonçant un mot tour à tour. C’est le debrief avec les mamans qui s’ensuit pendant que les jeunes jouent au baby-foot, au uno, et découvrent la magie de la guitare. Midi sonne ! Les au revoir commencent et Rosemene s’émeut. Nous allons groupe par groupe à la gare et embarquons sans plus attendre direction l’Essonne. Beaucoup se reposent durant le trajet quand d’autres jouent encore et s’initient à la bataille corse. Nos chemins se séparent en gare de Massy.

Malgré la fatigue, une certitude : chacun repart avec un joli lot de souvenirs intenses à partager.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les plantes germent dans la nuit de la terre

Les plantes germent dans la nuit de la terre (R. Steiner)

Janusz Korczak est un pédagogue de la nuit. Témoin d’un monde qui chancelait, de l’ensauvagement de la société, de son temps, il a développé par réaction, une pédagogie des rescapés, une pensée de survie pour aujourd’hui et pour demain.

La Pédagogie sociale croît dans des terrains arides; elle se développe dans des moments défavorables. Elle apprend à se passer de tout ce qui est refusé ou inaccessible.

Elle a , pour y parvenir, la puissance “de l’Ici et du Maintenant” ; ce point zéro, ce temps zéro, où le possible revient.

La Pédagogie sociale se développe dans des temps hostiles; l’installation d’un climat sécuritaire, liberticide, la précarisation même de l’ensemble des couches de la Société, nous amène, par réaction des soutiens, des adhésions, et des engagements sans limites.

Rien n’est plus transportable, déplaçable, que des graines. Rien, non plus, n’est si résistant , ni si léger.

Les graines ne sont pas seulement l’avenir du vivant, dans l’attente de conditions meilleures; elles ne sont pas inactives, elles sont le lieu de création de la vie même.

Et c’est la vie qui explose , dans tous le lieux où se pratique la Pédagogie sociale.

Il suffit de pousser la porte de notre local, et tout un chacun pourra voir et comprendre ce qu’est un Centre social, quand il en est vraiment un.

Que ce soit autour de nos ateliers, ou de notre local, c’est toute l’activité sociale, éducative et culturelle qui se répand, qui croît, qui se développe aux yeux de tous.

Alors que les institutions se barricadent, et qu’elles traitent les problèmes sociaux en les coupant en petits morceaux dont la synthèse restera impossible, en Pédagogie sociale, nous ne pratiquons qu’un seul métier, nous ne nous attelons qu’à une seule tâche, qui les contient toutes: prendre terre, prendre place , s’ancrer dans un espace et un temps. Le reste est épanouissement.

MARDI 22 JUIN 2021

Atelier au Bidonville d’Opel

Malgré les nuages menaçants, nous pouvons faire nos activités sur le platz ! Il y a un peu moins d’enfants que la semaine dernière, ce qui nous permet de passer un peu plus de temps avec chacun d’entre eux. L’atelier perles fonctionne à merveille, les jeunes font leur bracelet et s’en offre à la fin de l’atelier. Certain.es viennent ensuite sur l’atelier petite enfance pour faire des puzzles et jouer avec les voitures. Nous passons un merveilleux moment avec les enfants lors du goûter grâce à leur fou rire communicatif. Du pain et de la purée ont été donnés aux familles présentes. A la semaine prochaine, en espérant que le soleil soit au rendez-vous !!

 

Atelier au bidonville du rond-point, Chilly-Mazarin

Nous arrivons sur le campement aujourd’hui pour notre atelier, mais aussi afin de parler aux familles de notre organisation de mercredi pour la sortie à Disneyland. Malheureusement, nous apprenons d’un père de famille que la police est passée ce matin-même pour dire aux familles de partir, une nouvelle fois sans avis d’expulsion ! Au cours de l’atelier, des agents de police reviennent et nous parlons avec eux ; le camp serait expulsé vendredi selon leurs dires… Cela refroidit plusieurs familles, qui nous disent qu’elles ne pourront pas venir. Nous continuons malgré tout nos activités avec les enfants, qui rient et font comme si de rien n’était. L’atelier peinture bat son plein, les enfants s’expriment avec allégresse sur leur feuille. La boxe permet aux jeunes de se défouler et de passer leurs nerfs sur le sac. Quant à la petite enfance, elle ne désemplit pas! Cette fois-ci, nous ne sommes pas sûrs de nous retrouver la semaine prochaine. Nous sommes tristes et déçus, et nous espérons pouvoir nous dire à demain pour la sortie à Disneyland.

 

 

jeudi 23 juin 2021

Atelier Bel Air

L’atelier s’est engagé avec un atelier perles, un atelier peinture à l’eau et un atelier petite enfance. Les plus petits ont participé aux deux ateliers, alors que les plus grands ont préféré jouer entre eux dans une autre partie de l’espace commun du quartier, plutôt que s’engager avec les deux animateurs présents pour le foot. Mais est ce qu’ils y ont été invité ? Le pédagogue social du jardin et un bénévole de l’association ont effectué un travail de désherbage, de ratissage. Un groupe de filles plus grandes ont joué au UNO sur les tapis. Les ados sont resté isolés et puis ils sont venus au moment du gouter.

Atelier Skate Park

Un bel après-midi avec les enfants et les parents du skate park. A la sortie de l’école, les enfants nous ont rejoint nombreux pour participer aux activités proposés. Ils ont ainsi pu réaliser des bracelets avec Miruna; jouer au foot avec Mohamed, et faire du tir à l’arc avec Riccardo. Fatoumata a mis en place une belle petite enfance dynamique.

On a terminé par un délicieux goûter avec des pains au chocolat, et des jus de fruit. En outre, un peu de bonbons pour ne se faire manquer rien !

A la prochaine

Chiara

Atelier à l’Astoria

Aujourd’hui, les enfants arrivent plus tardivement qu’à leur habitude. Lorsque les jeunes arrivent, ils ont le choix entre des activités sportives en extérieur, une activité créative consistant à créer des fleurs, une petite enfance et un atelier philo autour d’une activité de collage. Au fil de l’atelier, les enfants nous parlent de leur semaine, des problèmes qu’ils rencontrent, de ce qui leur plait ou déplait. Nous sommes très nombreux.ses à prendre le goûter, et lorsque nous partons, les enfants continuent à jouer sous un agréable soleil de fin de journée.

Atelier à Massy

Aujourd’hui belle journée à Massy! Les enfants étaient contents de pouvoir nous retrouver et de jouer avec nous! Autour d’une table, un groupe s’est lancé dans la construction de shuriken et d’origamis. Ils se sont tellement amusés qu’ils ont demandé de vive voix de pouvoir les faire à nouveau la semaine prochaine! A côté, un autre groupe a réalisé des bracelets avec des perles, en créant des motifs magnifiques, et en utilisant des techniques plus élaborées.

Sur les tapis, un autre groupe a participé au “Quoi de neuf”, nous avons pu discuter de ce qu’on a fait cette dernière semaine, de l’école, des bagarres et des expériences scientifiques qu’on peut faire avec les profs. Nous avons enchaîné sur un atelier philo, dans lequel nous avons discuté des droits des enfants! Plus loin, les enfants se sont amusés en jouant au ballon prisonnier et à d’autres activités sportives. Nous avons terminé la journée avec un bon gouter tous ensemble et à la semaine prochaine!

Francesca

VENDREDI 24 JUIN 2021

Atelier Antony Pôle

Aujourd’hui un bel atelier au bidonville d’Antony. Nous avons mis en place plusieurs ateliers et les bidonvillois nous ont rejoint au milieu de place pour prendre parti aux activités proposées.

Cassandre s’est occupé de mettre a disposition une belle petite enfance, avec des jeux divers et dans le but de travailler la motricité des enfants. Nicolae a monté une table de ping-pong où enfants et adultes ont pu jouer ensemble. Moi et Lorelle on s’est mises sur la peinture. Les enfants ont réalisé des beaux dessins que l’on a distribué au moment du goûter.

On a terminé avec de la grenadine et des compotes gourmandes, ainsi que des petites madeleines.

A la prochaine

Chiara

Atelier à l’hôtel social Welcome

Aujourd’hui nous avons fait un bel atelier à l’hôtel social Welcome. Les enfants sont arrivés après l’école, et ils ont trouvé plein d’activités en place pour passer l’après-midi. Ils se sont amusés en faisant des super œuvres avec la peinture aquarelle, et en les accrochant sur un fil pour les montrer à tous. A côté, un autre groupe a réalisé des bracelets et des colliers avec des perles, les petits étaient très contents de pouvoir avoir des bracelets très stylés ! Les plus petits se sont amusés sur les tapis en jouant avec des voitures, des livres, des briques… La pluie nous a un peu surpris, mais nous avons continué les activités, en s’abritant sous la toiture. Nous avons terminé l’atelier par un bon gouter tous ensemble !

 

 

Le “commerce” des enfants

Le “commerce” des enfants

Du point de vue d’un pédagogue social, ou d’un travailleur social, tel que nous sommes, la question de “la biffe”, de la revente, de la récupération et de l’économie alternative n’est pas un objet d’étude pour nous en tant que tel.

Nous ne sommes en rien spécialistes des questions économiques, ou des circuits alternatifs. Nous n’avons ni l’outillage théorique, ni pratique pour aborder d’une manière concrète de telles notions.

Pour autant, nous sommes en première ligne pour observer l’implication des publics, des familles et tout particulièrement des enfants, dans les actions économiques liées à la revente.

Les enfants que nous connaissons, ceux que nous côtoyons au quotidien, qu’ils vivent dans des hôtels sociaux , des bidonvilles, ou des quartiers dits sensibles, ont pour beaucoup en commun, une affinité extraordinaire avec les activités économiques.

Nous pourrions même affirmer qu’il s’agit pour eux d’un véritable point commun, entre tous les enfants connaissant avec leurs parents des situations de grande précarité.

Nous l’observons; ce sont les enfants qui sont toujours lespremiers et les plus enthousiastes pour tenir un stand, ou un coin de biffe ; pour revendre à la sauvette des objets collectés.

Nombre d’entre eux ont également contracté la passion de la ramasse, de la collecte et de la récupération d’objets que ce soit das les encombrants ou sur la voie publique.

C’est ce point particulier, cette passion enfantine du commerce qui motive notre intérêt. Il semble que pour les enfants que nous connaissons, la vie partagée avec leurs parents qui subissent des situations de grande précarité et de dénuement régulier , ait provoqué chez eux une forme d’alliance économique avec eux, dans la lutte pour la survie quotidienne.

Voici ces enfants qui se démènent , qui montrent un enthousiasme paryiculier vis à vois de toute tentative, de s’en sortir, de gagner un peu plus, d’améliorer le quotidien.

C’est un terrain d’entente , de coopération entre enfants et parents, dont nos observons la force, la vitalité et l’énergie.

A contre -courant de leurs camarades et de leurs pairs vivant dans des conditions plus aisées et secures, les enfants de parents précaires ont triomphé de tout complexe vis à vis d’activités que beaucoup d’autres enfants jugeraient peu reluisantes, voire même indignes.

Au contraire, ils sont souvent fiers de leurs activités marchandes; ils vantent souvent leur sens du commerce, leur habileté , leur débrouillardise, tant pour récupérer que pour vendre.

A les écouter, vendre est une action valorisante, qui les hisse au dessus du statut convenu de l’enfance, dans le monde des grands. C’est leur passeport pour la vie adulte; c’est ce qu’ils ont de mieux à montrer et à mettre en avant , qui est lié à leur connaissance de la vie et des réalités sociales et économiques, aussi dures soient-elles.

Les enfants de familles précaires, aiment le commerce; mais encore faut -il s’entendre sur le mot.

Ce qui plaît aux enfants, dans l’activité commerçante, est lié au sens profond et ancien, du mot “commerce”; comme on pouvait qualifier l’amour, autrefois de “commerce amoureux”, le sens profond de ce terme va bien au delà de la question de la recherche du profit et s’apparente fondamentalement à la relation sociale, et à la question de la place que l’on peut prendre dans la Cité.

Revendre, gagner quelques sous, pour un enfant, c’est avant tout se montrer aux yeux des autres, aux yeux de ceux que l’on se représente comme des étrangers; c’est prendre une place ferme , assurée , socialement exposée. C’est sortir de l’ombre, et aussi de l’invisibilité.

C’est prendre place au sein d’une société dont on se sent ou on sent ses parents, exclus.

Par leur activité commerçante, les enfants s’achètent ainsi une forme de dignité qui les affirme autant comme individus, que comme membres d’une famille.

En Pédagogie sociale, nous abordons conjointement toutes les dimensions de la vie , que celle ci soit personnelle, ou collective, familiale, ou sociale, affective ou cognitive, politique ou économique.

La question de l’argent, du pouvoir de gagner quelques sous, de la part des enfants, comme d’adultes empêchés socialement ou administrativement de prendre part au travail régulier est toujours au centre des préoccupations dont nous sommes les témoins.

“La débrouille”, la “survie”, cette capacité à faire feu de tout bois, font partie de la vie réelle, concrète et quotidienne des bénéficiaires de nos actions. C’est à l’intérieur de ces activités que nous apprenons à les connaître au mieux.

C’est également en intervenant directement sur l’amélioration de leur situation économique et quotidienne, que nous sommes le plus en mesure d’établir une relation authentique et juste.

SAMEDI 12 JUIN 2021

Vernissage de l’exposition “Un autre regard sur Chilly-Mazarin” au Parc du Château

L’association Intermèdes-Robinson a organisé une exposition au Conservatoire du Parc de la mairie, qui rassemblait les oeuvres de la sculptrice et peintre Rosy Lamb, du photographe Thomas Bérard et du dessinateur Senad Adi Hasaj.
Tou-tes bénévoles, ces trois artistes accompagnent l’association Intermèdes-Robinson dans ses ateliers socio-éducatifs en bidonville, en hôtel social ou dans le quartier de Saint Eloi, depuis des mois voire des années. Leurs oeuvres réalisées au fil du temps passé avec nous montraient des portraits des enfants, des vues de leurs lieux de vie, des instantanés de moments partagés. L’exposition présentait aussi un clip de la troupe Aven Savore et une robe d’une des danseuses. Au fil de la journée, l’exposition avait déjà reçu la visite de la mairesse et de deux élus.
 
Pour le vernissage, nous avions prévu de nous rassembler vers 18h et d’organiser un spectacle de la troupe Aven Savore. Il faisait très beau et beaucoup de familles profitaient déjà du parc. Nous avions invité les enfants du quartier de Saint-Eloi pour découvrir les oeuvres qu’ils ont inspirées en posant pour des sculptures ou des peintures de Rosy Lamb, et beaucoup d’autres habitué-es de notre centre social. D’autres enfants avaient été portraituré-es par Senad Hasaj.
 
Vers 18h30 le public s’est rassemblé, et nous avons pu reconnaître des enfants qui assistent à l’atelier au parc le mercredi. L’adjoint au maire à la culture, Rosy Lamb et Senad Hasaj ont prononcé des discours. Puis Aven Savore a présenté son spectacle, lancé par la voix d’Hafsatou chantant “Zolda Zeurdo”. Puis toute la troupe est entrée sur scène, avec ses robes multicolores et fleuries. Les chorégraphies et les arrangements, inspirés de la musique traditionnelle tsigane, rencontrent beaucoup de succès : le public tape dans ses mains, filme, encourage, de jeunes enfants ont même voulu monter sur scène !
 
Après le concert, nous invitons tout le monde à partager un petit buffet convivial à l’extérieur. Nous dégustons le pain fabriqué par Eric et Isabelle, des boissons et des apéritifs salés, nous écoutons Anita et Hafsatou qui remettent de la musique, nous échangeons avec les ami-es et partenaires venu-es nous voir. Nous nous quittons vers 20h et le lendemain, Francesca, Senad, Isabelle et Yaëlle reviennent pour tenir l’exposition ouverte et recevoir de nouvelles visites des chiroquois-es. Une belle expérience, nouvelle pour nous, à recommencer !
 

MARDI 15 JUIN 2021

Atelier Bidonville OPEL

Nous arrivons tous-tes plein d’énergie sur le nouveau platz : les enfants ont bien compris que nous venions toutes les semaines, ils s’installent très rapidement sur la petite enfance, sur l’atelier créatif et l’atelier sportif ! Les jeunes enfants font des puzzles et apprennent l’alphabet, d’autres colorent les carnets et écrivent leur prénom enfin, d’autres se lancent des défis au tir à l’arc ! Avant de prendre le goûter, nous avons pu faire un peu de corde à sauter avec quelques adultes ! Au goûter : compotes et gâteau aux pépites de chocolat ! A la semaine prochaine !! 

 

Atelier bidonville du rond-point, Chilly-Mazarin

Aujourd’hui nous mettons en place de la peinture pour les tout-petits, petite enfance, jeu de tir à l’arc et palets et aquarelle pour les petits et plus grands. L’atelier est réussi, les enfants sont apaisés et le goûter se passe très bien. A samedi prochain pour le soutien scolaire !

 

MERCREDI 16 JUIN 2021

Atelier de Saint-Eloi, Chilly-Mazarin

A Saint-Eloi, nous faisons de l’aquarelle avec les enfants aujourd’hui ! Ils sont une quinzaine à se relayer autour de la table, et à vouloir discuter avec Mirona et Marie. “Qu’est-ce que c’est, la danse tzigane ?”, demande Christmael à Mirona, qui est elle-même tzigane. “C’est de la danse traditionnelle de chez moi”, puis nous parlons du concert d’Aven Savore qui se tiendra à la fête de la musique lundi prochain. Tous les enfants sont motivés pour venir, mis à part que le spectacle commence tard et que nous ne soyons pas sûrs qu’ils puissent effectivement convaincre leurs parents. Mathias de son côté propose une partie de pétanque dans le “trou aux fleurs”, nouvellement rebaptisé par les enfants. On se quitte non sans peine après le goûter, après avoir distribué les œuvres de chacun !

Atelier au jardin de Bel-Air

Aujourd’hui belle journée au jardin de Bel-Air! Objectif du jour : cueillir la rhubarbe pour permettre à Mamie Mimad de faire un gâteau pour le repas partagé du vendredi! Les enfants ont adoré jardiner, s’occuper des salades et des blettes, arroser…. et s’arroser entre-eux aussi, pour se soulager un peu! Le soleil était très fort, ce qui nous a un peu obligé à chercher de l’ombre et à déplacer nos pôles d’activité tous le temps. Cependant, nous n’avons pas cédé! Les enfants se sont amusés à fabriquer des tricots et des bijoux, les plus petits ont joué sur les tapis et un groupe très téméraire a même joué au foot! Nous avons terminé en partageant un bon gouter, en se disant “à la semaine prochaine!”

Atelier du Parc du Château:

Sous ce beau soleil bien chaud , nous allons a la rencontre des enfants et des familles de Chilly-Mazarin, dans le parc du Château.

Cette après-midi au menu : Slack-line pour petits et grands proposé par Sophie, des carnets personnalisées avec Nora et Dala , et tout un groupe d’enfants sur une logeur de deux tables et qui ont l’air de bien s’amuser en créant des beau carnets pour leur plus grands plaisir. A côté de leur table, Nicolae propose des jeux de société a plusieurs ados, qui finiront après avec les carnets personnalisées.

Quelques mètres encore plus loin les jeux collectifs et le ping-pong proposé par Alex et Kevin, accompagnées par Rayane marche de merveille et plusieurs tournois ont démarré et les paris sont finis! Bonne chance au gagnants.

On finit l’aprés midi avec un bon goûter et une promesse bien fraîche( des glaces), pour la prochaine fois.

A bientôt!

 

Vendredi 18 juin 2021

Atelier La Rocade,

Nous avons passé une belle après midi avec les enfants et les familles de la Rocade. Julie et Dieynaba ont fait de l’origami et des perles. Une des enfant est repartie avec un pingouin en origami qu’elle offrira dimanche pour la fête des pères! De leur côté Cassandre et Maite ont fait un super “Quoi de neuf?” avec du collage et du découpage. Les thèmes abordés ont été très profonds: le sentiment ou non d’être français, la couleur de peau, l’injustice de ne pas partir en vacances…La petite enfance a eu beaucoup de succès avec des jeux de réflexion comme le puzzle et des jeux de société!

Atelier à l’hôtel social Welcome

Belle journée à l’hôtel Welcome ! Les enfants étaient très contents de nous retrouver en rentrant de l’école. Nous nous sommes super amusés, en réalisant des belles œuvres avec la peinture, mais aussi des bagues et bracelets avec des perles. Les plus petits ont joué avec la dînette, les voitures et les bricks, et ils ont lu aussi des beaux livres. Autour d’une table à côté, un autre groupe a joué avec plein de jeux de société différents. Nous avons terminé l’atelier avec un super goûter, sous la pluie, mais toujours joyeux!

Atelier Antony-pôle

Un très bel après-midi à Antony. Les enfants nous ont rejoint nombreux pour participer aux activités que nous proposons toutes les semaines. Un atelier sportif a été mis en place par Jeanne et Lucille qui ont installé une table ping-pong autour duquel les bidonvillois de différentes générations se sont rassemblés pour passer un moment convivial. En outre, un atelier peinture réalisé par moi et Nora a attiré beaucoup de monde et a été la source de grande excitation. Enfin, Fatoumata et Miruna ont mis en place un atelier petite enfance très dynamique autour duquel enfants et parents se sont bien alusés ensemble.

Comme d’habitude, on a terminé par un goûter avec les jeunes et leurs parents;

A la prochaine !

Chiara

Samedi 19 juin 2021

Atelier soutien scolaire au bidonville du rond-point

Nous sommes accueillis par les enfants pour leur proposer de travailler les maths, la lecture et l’écriture, comme chaque samedi ! Finalement nous parlons des parties du corps : les enfants montrent et disent en roumain, puis Chiara leur dit le mot en français. Puis de l’autre côté, les enfants écrivent les lettres de l’alphabet sur les ardoises. Nous jouons également aux dominos. Puis vient l’heure du goûter, de délicieuses tartines à la confiture de fraise ! A la semaine prochaine les enfants !

Atelier du Parthénon

Nous avons fait des cerfs volants en laine, les enfants ont bien compris la technique! c’était super de se concentrer un long moment. Nous avons pris beaucoup de plaisir à lire des histoires et à jouer. Nous avons joué aux jeux de société et au billard hollandais et les plus petits avaient pour eux des jeux spécialement adaptés.

Nous avons pris pour finir un bon goûter en chantant!

Brocante à Chilly-Mazarin

Ce samedi 19 juin, nous avions décidé de participer à la brocante mensuelle de Chilly-Mazarin, qui a lieu sur le parking de l’hôtel Parthénon où nous animons aussi un atelier socio-éducatif. Jeanne et Jean-Paul, un bénévole chauffeur, partent à 6h du matin pour réserver une place et décharger le camion. Il y a déjà beaucoup de monde qui déballe, fait la queue, achète : c’est l’heure des profesionnels de la brocante, en quête des trésors cachés. Vers 7h30, nous sortons toutes les marchandises et installons notre stand. Tandis que Jean-Paul repart avec le camion, Senad, bénévole très engagé de 22 ans, rejoint Jeanne pour aménager le stand et faire les premières ventes. Nous croisons de nombreuses familles que nous connaissons du fait de nos activités : des habitant-es des bidonvilles du rond-point, d’Opel et d’Antonypôle, où nous animons des ateliers, sont là pour vendre ou acheter. Madalin, Sorinel, Dardi viennent dire bonjour passer du temps sous notre barnum. En face de notre stand, Anita et Greta, jeunes filles de la troupe Aven Savore et membres de l’équipe d’Intermèdes, sont venues vendre avec leur famille. Partout autour de nous, des familles de l’hôtel Parthénon ou de Chilly-Mazarin, habituées de notre local ou de nos ateliers, sont là pour profiter des bonnes affaires. C’est un plaisir de se voir et de participer à un même évènement. 

Il y a déjà beaucoup d’activités, heureusement nous sommes rejoints par Mohammed, 20 ans, bénévole et bénéficiaire des ateliers de l’association. Puis c’est Estera et son mari Denis qui arrivent : ce couple vit au bidonville du rond-point et recherche des occasions de travailler. La brocante, selon nous, répond à ce besoin, c’est pourquoi nous les avions invité-es. En fin de matinée, Rayane, 15 ans, habitué de toutes les activités de l’association, vient compléter l’équipe, et nous renflouer en marchandises.

Les ventes vont bon train, le soleil et les nuages jouent à cache-cache, ce qui n’est pas désagréable étant données les températures caniculaires de ces dernières semaines. Nous sympathisons avec nos voisins, un couple roumain venu vendre des vêtements et des bijoux. Nous pique-niquons et leur offrons des glaces. Grâce aux ventes, Estera peut s’acheter un téléphone, le sien étant cassé depuis quelques temps. Rayane avec ses talents d’orateurs fait des prouesses en vente. Nous remballons vers 15h et rejoignons l’équipe de l’atelier du Parthénon pour rentrer au local et tout ranger…

[gallery] shortcode not found inside [smart-grid][/smart-grid] shortcode

l’Utilitarisme de soi

l’Utilitarisme de soi

La vie moderne a fait de nous des nomades. Nous n’habitons plus vraiment les espaces où nous vivons et plus encore, nous ne possédons réellement que ce que nous pouvons emporter avec nous.

L’homme moderne , de plus en plus précaire voit souvent l’essentiel de sa vie réduite à son téléphone. Tout le reste est superflu, ou en tout cas remplaçable.

Tous nomades

La précarité c’est un peu ça: le détachement des lieux, et des objets; une roue libre, un morceau d’algue emporté par la vague.

Désinséré , l’individu d’aujourd’hui n’est plus retenu ni par son environnement, ni par son milieu, ni par son inscription sociale, ni par sa culture , ni par son histoire généalogique. Il se voulait au centre; le voici réduit à lui-même, c’est à dire, nu.

Que peut on faire quand on ne possède plus ce qu’on utilise, qu’on n’habite plus là où on est , qu’on n’a plus ni travail posté, ni relations de proximité? Que peut on donner, vendre à la limite , négocier, quand on n’a plus que soi?

Vendre de que l’on a, vendre e que l’on est

Une nouvelle économie occupe dorénavant tous nos contemporains et principalement les plus pauvres et précaires. On vend de soi.

Tant de nos voisins , de nos bénéficiaires, de nos publics, s’emploient au quotidien à la négociation et à la vente de ce qu’ils possèdent.

Tant de personnes isolées , de mères de familles, de personnes sans ressources passent leur journée à comptabiliser leurs biens et à les proposer sur “le Bon coin”.

Vendre ce que l’on a , c’est l’identité sociale de secours , quand on n’est plus inscrit nulle part.

Cette activité de revente a un double intérêt et répond à de nombreux vides. Ça occupe le temps de recenser, emballer, poster, photographier, négocier , ce qui est autour de nous. Et cela apporte en effet un petit bénéfice économique, qui donne l’illusion d’un surcroît de pouvoir d’achat et de consommation. Autant dire, un petit sens à la vie.

Nous voici donc tous devenus vendeurs et revendeurs, au sein d’une économie marchande qui nous a mis sur le côté.

Vendeurs mais non marchands

Ce n’est pas un métier, encore moins une identité; car ce que l’on vend, ce que l’on revend c’est toujours et d’abord , un peu de soi.

Du temps de Marx , le prolétaire vendait sa force de travail; le voici qui maintenant vend ses objets, et tout ce qui l’entoure.

La nouvelle économie nous propose de louer notre propre voiture, ou notre propre chambre et de vendre les objets de notre histoire ou quotidien.

Transformer n’importe quel individu en vendeur, c’est le réduire à ce qu’il possède ou acquiert; mais c’est surtout le soumettre, le convertir à la même logique de l’offre et de la demande, qui a fait de lui même, un déchet, un objet social. Il ne produit plus, ne crée rien; il vend et il ne vend que de lui-même.

Il fut une époque, où l’économie capitaliste projetait de transformer les travailleurs en tout petits propriétaires ; l’idée était qu’un propriétaire, même d’une soupente, ne raisonnait pas politiquement comme un travailleur. Aussi petit soit-il, le “travailleur-propriétaire” adopterait, sans même s’en rendre compte, la mentalité des riches, des possédants, des grands propriétaires. La peur de perdre , qu’on lui prenne ou dispute ou dévalorise le peu de bien foncier qu’il possédait, suffisait à transformer ce travailleur, … en réactionnaire.

Quand on fait mine de jouer le même jeu que les puissants, on est comme des enfants occupés avec des dînettes et des modèles réduits de voitures, qui se projettent dans des rôles au delà de leur réalité.

L’identification au Maître

On est un peu comme ces esclaves noirs du Sud de l’Amérique, que l’on surnommait “les nègres de maison”, et qui, au contraire de leurs congénères travailleurs des champs, adoptaient la manière de voir, les expressions, et les idées … de leurs maîtres.

Mais la nouvelle économie de soi-même va bien plus loin; il n’y a plus besoin de gardes, ni de fouets. Plus besoin d’injonction, de pression, et même plus besoin d’accorder un petit bout de toit auquel s’accrocher… Il ne reste plus que soi et soi seul qu’on vend morceaux par morceaux, petits bouts par petits bouts.

C’est de l’auto exploitation, car en quelque sorte nous voici devenus comptables, chefs d’entreprise et vendeurs de nous mêmes.

Auto-phagie

Mais c’est surtout de l’auto-consommation, car cette économie parasite plus que parallèle, nous enferme toujours plus dans le peu que nous sommes, dans le peu qui nous reste , et dans l’isolement le plus total.

Bien entendu , il y a pire; les vrais précaires n’ont ni le loisir, ni les compétences, ni les quelques biens nécessaires , pour se vendre eux mêmes ou pour vendre d’eux mêmes. Ceux là sont encore occupés à devoir collecter et ramasser , avant de revendre un peu. Cela s’apparente un peu plus à un vrai travail. Il nécessitera organisation collective, stratégies, déplacements et rencontres.

Les auto-entrepreneurs d’eux mêmes peuvent toujours les regarder avec effroi, dégoût , ou pitié. Il n’est pas sûr que ce soient eux les plus à plaindre…

Dé-subjectivation

L’utilitarisme de soi consiste pour un individu à s’utiliser soi-même, comme un objet, faute de prise sur le Monde ou sur son Temps. Dès lors, sans barrière sociale , politique, ou culturelle propres, la vision libérale et utilitariste de la vie peut détruire toute intériorité, subjectivité et intimité.

La personne ainsi affectée ne peut plus se percevoir elle même que comme un ensemble de capitaux et compétences, qu’elle a la charge et l’obligation de gérer. Il ne lui reste plus qu’à spéculer sur des capitaux hypothétiques, sur lesquels elle n’a en réalité aucune prise: Capital santé, Temps de vie, Portefeuille de compétences , etc.

MARDI 8 JUIN 2021

Atelier au bidonville du rond-point, Chilly-Mazarin

Activités sportives au programme de cet après-midi : relais et corde à sauter. Pour se détendre après l’effort, atelier tressage en laine que Gabi attend depuis plusieurs semaines ! Les petits, n’y trouvant pas leur compte, s’entraine à manier les ciseaux en coupant de petits bouts de laine. La petite enfance accueille autour de livres et de jeux de construction, les plus petits qui ne peuvent pas participer aux autres ateliers. On mange le goûter après s’être bien frottés les mains sous l’eau fraîche.

En parallèle de l’atelier, nous avons invité Inès, journaliste-reporter au webjournal StreetPress. Elle interroge en périphérie de l’atelier les familles au sujet de la descente policière de jeudi dernier, sur le camp. Ivana, photo-journaliste, est également présente afin de réaliser des portraits des interviewés, de la situation globale du bidonville (emplacement, entre l’autoroute et les pistes d’Orly), et aussi de notre atelier de rue !

 

 

Atelier au bidonville “OPEL”, Massy

Depuis la semaine dernière nous avons décidé de créer un nouvel atelier hebdomadaire au bidonville “Opel”, situé dans une zone industrielle de Massy. Nous partons avec une belle équipe de 9 personnes : Nicolae et Cassandre organisent l’atelier création de cadres et de mosaïque, Djenebah et Julie sont sur les tapis d’éveil pour les plus petit-es, Mohammed anime des parties de billard hollandais, tandis que Dahla fait tirer à l’arc les enfants, et mêmes les ados. Pendant ce temps, Nora et Jeanne organisent une distribution de vêtements femme, enfant et homme, puis une distribution de pain. Nous rencontrons beaucoup de nouveaux enfants et les incitons à découvrir les activités, à s’assoir avec nous, à partager le goûter sans timidité. A la fin, nous sommes content-es d’annoncer que nous reviendront mardi prochain !

 

MERCREDI 9 JUIN 2021

Atelier au quartier de Saint-Eloi, Chilly-Mazarin

Ballade dans le quartier à la recherche de roses avec les enfants, qui nous permet de continuer nos herbiers qui sont de plus en plus fourni. Les enfants me font découvrir une plante qu’ils appellent “la plante Cléopâtre”, en rapport avec la colle Cléopâtre, car lorsqu’on coupe la tige, de la colle blanche en sort. Et ça colle vraiment ! Puis nous décorons nos herbiers sur les grands tapis. Les enfants tiennent ensuite à ce que l’on plante les graines de fleurs que Marie a rapporté. Nous creusons des trous avec des bâtons, au pied d’un arbre, pour y planter nos graines. Dans trois semaines et avec un arrosage intensif, elles verront peut-être le jour ? Le “quoi de neuf ?” bat son plein et accueille une dizaine d’enfants. Le foot rencontre beaucoup de succès également, et les petits proposent de jouer à chat pour se défouler un peu. On mange le goûter tous ensemble réunis sur les tapis ! “A mercredi prochain”, nous lance Amna, souriante.

Atelier du Parc du Château:

Une très belle après-midi, s’annonce  avec des jeux qui font venir les enfants sur le tapis de la petite enfance et les parents avec un œil toujours bienveillant et sécuritaire reste avec nous tout au long de l’activité.

Une table avec peinture et dessin apporté par Nicolae qui propose aux enfants de faire des dessins autour du saison et des activité du saison. les enfants apprécient et en très grand nombre ils s’y mets a le faire.

A côté les jeux collectifs attirent pas mal de monde et tout le monde et contents et les enfants et les familles sont joyeuse de nous avoir retrouver de nouveau.

Une belle après midi qui se clôture en beauté avec un goûter bien frais et des gâteaux pour tout le monde!

A bientôt!

Nicolae!

Atelier au jardin de Bel-Air

Aujourd’hui nous avons passé un super après-midi au jardin!

Le soleil nous a accompagné tout le long, nous nous sommes vraiment amusés ! Les enfants étaient contents de nous retrouver, ils ont profité de la journée pour continuer les bijoux de la dernière fois, et pour en créer des nouveaux. Un autre groupe a joué avec plein de jeux de société sur les tapis, alors qu’un autre s’est amusé sur un super parcours sportifs ! Dans le jardin, nous avons arrosé, et nous avons profité de la belle journée pour cueillir les épinards ! Nous avons terminé par un bon goûter tous ensemble.

A la prochaine,

Francesca

 

JEUDI 10 JUIN 2021

Atelier à l’hôtel social Astoria

Belle journée à l’Astoria ! Les enfants étaient contents de pouvoir jouer avec nous, en profitant du soleil pour faire plein de jeux sportifs à l’extérieur : du badminton, du pingpong, du foot… Dans la petite salle à l’intérieur de l’hôtel, un autre groupe s’est amusé avec d’autres activités. Les super perles en bois qu’on aime tant sont de nouveau avec nous! Les enfants ont crée des bracelets magnifiques, et ils continuent de nous demander cette activité pour la prochaine fois. Sur les tapis, les petits ont joué avec de la dînette, ils ont lu des beaux livres et ils ont fait un véritable grand-prix avec les voiture! Un autre petit groupe, sur un tapis, s’est amusé avec des jeux de société. Nous avons terminé la journée par un bon gouter collectif, en se disant “à la semaine prochaine!!”

Francesca.

 

Atelier au Skate Parc

Sous la belle cadence d’une équipe composée de sept personnes dont:

Mathias et Emmerson au foot; Lionel au tennis; Fatoumata et Julie à l’atelier créatif et manuel ; Dieynaba et Daula à la petite enfance, notre équipe à été ravis comme d’habitude de partager une journée comme celle ci avec les habitant du quartier. Dans une convivialité les plus remarquable, notre gouter à rassemblé plus d’une quarantaine de personne parmi lesquelles se trouve aussi quelque parents ravis de participer à la bonne réussite d’un gouter parfait.

Nous n’avons pas eu beaucoup d’occasion pour des belle photos mais voici pour vous quelques images.

En espérant vous revoir très bien tôt parmi nous.

[gallery] shortcode not found inside [smart-grid][/smart-grid] shortcode

 

Atelier Massy

Très bel atelier à Massy aujourd’hui avec des enfants trop contents de nous voir. Nous avons proposé un espace calme avec du sable et des outils pour faire des formes, des livres et de la peinture sous une forme originale. Nous nous sommes aussi dépensés avec de grands jeux collectifs. Le goûter nous a permis de nous retrouver tous ensemble avant de se dire à jeudi prochain.

Atelier du bidonville d’Anthony Pôle

Nous avons passé une superbe après-midi avec les enfants. Ils étaient très contents de nous voir arriver avec de grands tapis, des jeux qu’ils adorent à la petite enfance, le sac de boxe et les gants…Ahem a inventé plein de jeux rigolos avec Nora, stagiaire en filière Service de Proximité Vie Locale. Jeanne s’est fait coiffer par Anaïs et kasiana qui sont très affectueuses et qui ne ratent pas un atelier!  Les enfants ont boxé avec Sophie stagiaire Assistante Sociale qui fait de la boxe depuis de nombreuses années! Elle sait comment accompagner les enfants et les guider! Cette activité permet de se dépenser tout en s’amusant et en apprenant!

Nous avons aussi fait une très belle activité manuelle: nous avons fabriqué des cadres et nous les avons décorés avec de la mosaïque puis nous avons rajouté une photo de notre choix. Les enfants ont été très minutieux et impliqués! Même une maman a réalisé son cadre.

Le goûter a été très calme et chaleureux et nous nous sommes dit à vendredi prochain!

Atelier de La Rocade:

Cette après-midi, nous allons faire des activités socio-éducatifs et pédagogique avec les enfants du quartier de La Rocade. Une fois arrivées sur place, les enfants et mamans étaient au rendez vous comme d’habitude et nous attendaient impatiemment pour démarrer les activités. Malgré la chaleur beaucoup de mamans et enfants ont pu participer a l’atelier de Fatoumata qui proposait la couture avec la laine, pour fabriquer différents modèle pour poupées ou pour bébés.

Quant a Nicolae et Mathias , sont allées faire un tour au jardin de Bel Air pour planter les derniers plants que Nicolae avait acheter. Des plants de tomates, de poivrons , des courgettes, des piments et des potirons ont été planter en plus dans le potager de Bel Air après avoir retourner la terre à l’aide des outils et de Senad qui est venu en renfort. Une fois les plants en terre, nous allons rejoindre les autres pour goûter.

A l’atelier , les autres s’amusent bien car les jeux collectifs comme le badminton  où la corde a sauter fais venir beaucoup de monde et beaucoup de rires. Les enfants sont joyeux, les parents sont contents et nous sommes ravis de pouvoir contribuer à leur bonheur chaque semaine.

Un bon goûter et partagées avec tous les présents et en bonus des produits et aliments en pot pour bébés sont offerts aux mamans présentes.

A plus!

Nicolae

Atelier de la villa St. Martin:

Une belle après-midi bien ensoleillé qui nous donne des idées pour faire des activités qui plaisent, comme le parcours du combattant, du badminton où encore du foot avec les jeunes que Lionel a réussi a convaincre a faire des activités avec nous.

Des beau moments accompagnées par de la joie et des fous rires, ont pu marquer la journée.

Le dessin et les perles avec bracelets, ont apporter une touche d’expressions sur l’atelier avant la fin de l’activité.

Un bon goûter bien frais viens nous rafraichir à la fin de l’après-midi avant de partir rejoindre les autres.

A plus!

Nicolae!

FESTIVAL FREINET

FESTIVAL FREINET

Ce qu’est un FESTIVAL DE PEDAGOGIE SOCIALE

Un Festival, comme une fête

Un Festival de Pédagogie sociale, pour les Robinsons , c’est une fête qu’on se promet entre nous; qu’on prépare pendant des mois. Qu’on attend comme un Noël, qu’on espère comme une révolution.

C’est le moment où nous allons retrouver nos partenaires, nos amis, nos compagnons et celui où de nouveaux venus vont sans conteste, nous rejoindre.

Une rencontre , des retrouvailles.

Tous nos amis, tous les acteurs en Pédagogie sociale, de toutes les régions de France , se retrouvent à Chilly-Mazarin, dans les locaux qu’on nous prête, ceux auxquels nous pouvons accéder .

Et alors, nous faisons ce que nous savons faire de mieux : nous habitons.

Pendant deux journées , le Festival est une VIE ; c’est un lieu où on se rassemble, où certains se rencontrent enfin après avoir tellement entendu parler les uns des autres …

C’est le lieu où on se retrouve comme masse, comme groupe, comme collectif . Le moment où on se compte, le moment où on compte… enfin!

Un Festival: une Fête pour tous les sens

Un FESTIVAL, c’est aussi un SPECTACLE; le moment où chacun réalise son chef d’oeuvre .

Et de ce point de vue , le Festival “Freinet Hors les murs” des 28 et 29 Mai 2021 a été spectaculaire: performances d’enfants, improvisations, tout nouveau spectacle d’Aven savore!

Une tempête de couleurs, un orage émotionnel…. Mais aussi un moment d’intense sérénité. Chacun s’applique, chacun se révèle, chacun SE DONNE en spectacle, pour un moment, pour un court instant.

Nous vivons, nous le savons, un moment d’exception, un de ces “moments pédagogiques” chers à Korczak.

Nos visions du Monde s’exposent , comme les dessins de Sena Hajaj qui frappent le visiteur dès l’entrée par la gravité des visages d’enfants et d’adultes , marqués par leur histoire, leur vie, leur place dans le Monde…

On se photographie, on se filme les uns et les autres , car un Festival en Pédagogie sociale, c’est aussi une FABRIQUE: un éphémère atelier de production sonore, culinaire, visuelle, cinématographique et photographique.

Un Festival: un lieu où on se transforme

C’est un lieu où on prend: où on se comprend, où on se forme. Enfin on comprend les bases, on comprend tout ce qui réunit ces acteurs de Centres sociaux, d’Ecoles de Travail social, de collectifs militants, d’acteurs engagés dans des ateliers de rue, des jardins communautaires, d’artistes de rue.

C’est un lieu où échange ses pratiques, où on assimile de nouvelles techniques, où on confronte nos expériences, nos principes, nos postures.

L’ambiance d’un Festival de PS, est étrangement familière à tous. Nous venons avec ce qui nous a porté là, mené ici. Nos options sont si différentes, mais la Réalité sociale, le constat d’un Monde qui se dégrade , nous réunissent. Nous parlons un même langage, que nous venions de Belgique, d’Italie ou d’Espagne.

C’est celui du Monde qui souffre, de la précarité qui assaille.

Point zéro, An I

Le Festival devient ainsi le Point zéro de nos actions , de nos projets. Nous nous y ressourçons, nous produisons l’énergie sociale et humaine, nécessaire pour poursuivre, là où nous sommes , et tenir nos actions, dans un environnement institutionnel et politique, contraires.

A Chilly-Mazarin, les festivaliers présents ont adopté un Manifeste commun: le Manifeste des acteurs en Pédagogie sociale. Que celui-ci essaime!

VENDREDI 28 – SAMEDI 29 FESTIVAL “FREINET HORS LES MURS”

Nous l’avions préparé depuis des mois; reporté, imaginé dans différents lieux. Nous avions désespéré de pouvoir le tenir. Puis espéré encore ! Enfin le voilà!

Deux jours de rencontres, échanges, exposés, performances d’enfants, projection de “nos” films (“Une histoire sans fin” ; “Enfance invisible”, le clip Aven savore (la Romjansa)

Mais il y a eu aussi des débats, et une liste énorme d’ateliers en lien avec l’expression et la création en contexte de rue :

  • Atelier de fabrication de pain, au Parc, Atelier de rue à l’hôtel social, peinture sociale, atelier d’échanges de pratiques, présentation d’expériences pédagogiques (former les travailleurs sociaux à la Pédagogie sociale, “école Bricabrac”). Des stands des expos, le tournage sur place d’un documentaire, des photographes en embuscade, des enfants artistes prêts à intervenir à tout moment, etc…
  • Tout cela dans nos locaux , et dans le beau cinéma Truffaut de Chilly (que son équipe et la municipalité soient remerciés de leur accueil).
  • Mais aussi beaucoup à l’extérieur , dans le parc, à l’hôtel social, dans la cour du restaurant inter-générationnel, etc.

Vendredi 28 Mai – Premier jour du Festival de Pédagogie Sociale

En cette matinée spéciale, toute l’équipe des Robinsons se retrouve à 11h au local pour amener le matériel au Cinéma Truffaut. Une fois sur place, nous exposons les œuvres de Senad Hasaj, et les photographies de Thomas Bérard qui sont maintenant éditées dans son livre Vendredi aux Robinsons. A notre plus grande joie, Kalidjatou et son fils Latif sont avec nous dès les préparatifs !

13h30 : Les participant.es arrivent, les inscriptions sur les différents Ateliers s’effectuent, les retrouvailles sont chaleureuses et les rencontres jaillissent.      Laurent ouvre la réunion plénière, évoque Freinet, Korczak, et la question de la réappropriation de l’espace public se pose très rapidement. Comment agir dans et hors les murs ? La parole est passée à Catherine Hurtig, membre de l’ICEM, puis aux collectifs venus de la France entière : Tous les maquis, Ancrage, Terrain d’entente, Bric à Brac…

Après la réflexion, place à l’art : Kledjona Rhexa et Hafastou Saindu dansent sur scène et par ce biais, nous racontent leur intime relation avec Aven Savore.

Il est 16h30 quand les Ateliers débutent. Selon les goûts, on peut dès lors imaginer une chorégraphie dans l’atelier danse, créer sa propre lessive, faire son pain, visionner des courts-métrages, débattre et échanger nos pratiques de pédagogue, fabriquer des carnets originaux, ou encore participer à l’atelier de rue hebdomadaire organisé dans l’hôtel social du Balladin.

Après-midi riche qui se termine avec un merveilleux concert de la troupe Aven Savore ainsi qu’un petit buffet à partager !

Samedi 29 Mai – Deuxième jour du Festival

Comme la veille, nous retrouvons les festivaliers aux alentours de 13h. A ceux du vendredi s’ajoute un atelier de Peinture Sociale animé par Isabelle ainsi qu’un atelier de réflexion autour de la Pédagogie Sociale organisé par le collectif Bric à Brac. Les participant.es se retrouvent en fin de journée pour suivre une intervention d’Abdel à propos du travail social, et écoutent par la suite les témoignages de Kledjona, Yaëlle, Kenza et Hafsatou, jeunes qui grandissent aux côtés d’Intermèdes Robinson. Un dernier temps collectif est consacré aux retours des festivaliers. Les remerciements sont enthousiastes, plein d’émotions, et ne peuvent que donner la force pour les prochaines actions sociales qui sont à mener… ensemble !

Atelier au bidonville de l’Opel, Massy

Au programme de cet après-midi où nous décidons d’ouvrir un nouvel atelier au bidonville de l’Opel à Massy, boxe, aquarelle et décoration de l’alphabet, et bien évidemment petite enfance active ! Les enfants sont très contents que nous venions désormais sur leur lieu de vie. Nous terminons par un bon goûter, et nous nous disons à mardi prochain.

Atelier au bidonville du rond-point, Chilly-Mazarin

Aujourd’hui une équipe d’Intermèdes Robinson est intervenue dans un bidonville. Le programme du jour était la distribution de vêtements et la mise en place de divers ateliers. Dès notre arrivée, nous avons installé un stand avec les différentes cagettes de vêtements. Nous avons séparé les vêtements en trois catégories ; les enfants, les femmes et les hommes. Le stand de vêtements a été très vite pris d’assaut, et les personnes se sont très vite servies. Nous avons remarqué qu’il y a eu un manque de vêtements pour homme par conséquent un grand nombre d’hommes n’ont pas trouvé de vêtements à leur taille. En parallèle, nous avons installé les ateliers pour les enfants. Les enfants ont pu jouer au badminton, faire des origamis, dessiner et se divertir autour de livres et de jeux de construction durant toute la journée. La journée s’est clôturée par un goûter convivial avec les enfants et les parents.

 

MERCREDI 2 JUIN 2021

Atelier au quartier de Saint-Eloi, Chilly-Mazarin

Les enfants nous attendent à la place où l’on gare le camion, nous klaxonnons, tout le monde sourit ! Puis on transporte le matériel jusqu’à l’emplacement de l’atelier, tout le monde est très souriant. Marie part avec un groupe de 7 enfants dans le parc pour récolter de jolies plantes à coller dans son carnet ; le parc nous fournit une diversité de plantes assez incroyable. Nous passons également à côté du “mur de la honte” avec Amna, qui m’explique qu’il a été (enfin) détruit. On en profite pour prendre une photo ! De l’autre côté de l’atelier, on lance des questions philo aux enfants, qui sont avides de discuter entre eux : “à quoi sert la police ?” et “qu’est-ce qu’un ami ?”. De grands jeux sont mis en place dans le “trou” au milieu des arbres, où on entend crier et rigoler dans tout le quartier ! On prend le goûter, distribué par les enfants, et on se dit à la semaine prochaine tout le monde.

Atelier au Parc du Châteaux de Chilly Mazarin :

Cette après-midi, un monde fou dans le parc du Châteaux !

Des familles et des jeunes qui nous attendaient très impatiemment pour commencer les activités socio-éducatives et scolaires. des jeux qui bougent et qui font bouger beaucoup d’enfants très énergiques, des jeux comme la balle au prisonnier où un badminton sans limités dans l’espace, apportent de l’ambiance et des fous rires sur le visage des enfants et des jeunes.

Une petite enfance bien géré par les pédagogues sociaux mais aussi par les parents qui sont fidèles au rendez-vous et à leurs poste.  Des activités de dessin et de peinture  avec les jeunes passants leurs ont permis de s’amuser avec nous et de libérer un peu leurs imagination.

Un bel goûter clos notre journée et on se dis ” A bientôt” !

 

Atelier au jardin de Bel-Air

Aujourd’hui super atelier au jardin de Bel-Air! Les enfants étaient contents de nous retrouver, même s’ils étaient tristes pour le départ de Piero. Un petit groupe a réalisé des tricots en laine, en utilisant des couleurs super belles. A côté, un deuxième groupe s’est amusé en créant des bijoux avec des perles en bois : des bracelets, des colliers, des bagues…

Le jardin commence a donner ses fruits: nous avons récolté des radis, des blettes et des herbes aromatiques! Les enfants étaient très contents de pouvoir profiter de la récolte en la partagent avec leurs familles. Nous avons terminé la belle journée en profitant d’un bon gouter tous ensemble.

A la prochaine,

Francesca.

 

Atelier à l’hôtel social Astoria

Aujourd’hui nous avons fait un bel atelier à l’hôtel social Astoria à Massy!

Les enfants, en rentrant de l’école, ont trouvé plein d’activités à faire. Les plus petits se sont amusés sur les tapis de petit enfance, avec de la dînette, des livres et des briques en cartons. Plus loin, un autre groupe a réalisé des bracelets, des colliers et des bijoux variés avec les perles. Les plus grands ont profité des jeux de société pour se défier, et pour rigoler ensemble.

Nous avons terminé en partageant un super gouter et en discutant de l’école: plein de questions intéressantes ont été posées!

A la prochaine,

Francesca

 

Atelier à Massy

Aujourd’hui nous avons fait un atelier en plein air à Massy.

En rentrant de l’école, les plus petits ont pu jouer sur les tapis de petite enfance avec des voitures, des dominos et divers jouets pendant que les enfants plus âgés participaient à un atelier créatif autour de la réalisation d’un herbier avec les fleurs trouvées dans le parc. Pour se défouler une partie de foot a démarré et d’autres ont pu se mesurer au billard suédois.

Nous avons terminé l’atelier autour d’un goûter avec tous les enfants et quelques parents. Au programme de l’après-midi plein de discussions et de belles créations !

A la semaine prochaine !

Sophie

Vendredi 4 juin

Atelier au bidonville d’Antonypôle

Aujourd’hui nous retournons au bidonville d’Antonypôle, après 2 semaines d’absence du fait du festival de pédagogie sociale. Les enfants nous accueillent avec beaucoup de joie, font de grands signes, nous appellent par nos prénoms, nous prennent le matériel des bras pour tout de suite installer l’atelier. Au programme ce vendredi : un atelier de dessin, un atelier de création de bijoux avec des perles, beaucoup de légos pour les plus petits, un atelier de boxe et une initiation à la slack line. Les enfants sont nombreux-ses, et tout cela leur permet de tester beaucoup de différentes activités. Des jeunes hommes et des adultes s’intéressent aussi, font des vidéos d’eux en train de boxer pour la poster sur leurs réseaux sociaux. Les plus petit-es apprennent à enfiler des perles pour créer des bagues, la petite Natacha montre à ses amies comment dessiner un paysage de soleil couchant derrière des sommets montagneux. Le petit Ahem se lance pour la première fois sur la slack line, main dans la main avec Sophie. Giovanni et Armani, de nouveaux arrivants, montrent leur savoir-faire à la boxe, qu’ils ont déjà pratiqué en Roumanie. A la fin, tout le monde joue au jeu de la corde, chaque équipe tirant de chaque côté pour faire tomber l’autre. Nous rangeons, nous goutons, nous re-rangeons, et repartons, à nouveau aidé-es par les enfants.

 

Atelier du Parthénon

Aujourd’hui nous avons beaucoup discuté avec les familles. Nous avons pris des nouvelles. Ousmane un enfant fidèle à nos activités m’a demandé si nous pouvions parler aussi avec les enfants! Un prochain “Quoi de neuf?” s’impose samedi prochain! Nous avons pris un grand goûter collectif dans une ambiance chaleureuse et nous nous sommes dit à samedi!

Atelier au jardin de Bel-Air

Aujourd’hui nous avons fait un super atelier au jardin! Les enfants ont profité des jeux collectifs, ils se sont amusés dans plusieurs match de baseball, ils se sont vraiment défoulés! En même temps, nous avons récolté les radis, et planté des salades. Nous avons réalisé aussi des colliers, des bagues et des porte-clés! Les enfants se sont beaucoup amusés, et, après avoir partagé ensemble un bon goûter, ils sont partis chacun avec quelques rais, histoire de gouter les fruits de leur travail!

A la prochaine!

Collecte Alimentaire de Printemps à Massy – Quartier Grand ensemble :

Ce matin nous sommes prêts à aller faire la Collecte alimentaire dans le cadre de notre partenariat avec la Banque Alimentaire Île de France. Nous sommes très bien accueillis par le directeur du magasin qui comme d’habitude se montre très amiable et à l’écoute de notre demande.

Avec Senad, Djema et Nicolae , nous avons essayer de donner envie aux familles et aux personnes sensibles à la situation actuelle malgré le fait que nous savons que la situation financière des familles pauvres est de plus en plus précaires.

Nous avons pu rencontrer des familles, des jeunes et de enfants qui ont l’habitude de nous voir lors des ateliers de rue à Massy et qui se sont montrés sensibles et qui pu faire des dons malgré la situation précaire de la famille.

Une belle après-midi avec des beaux gens et des gens bienveillants qui nous ont donner envies de s’investir encore plus.

Merci a tous les donneurs et au personnel qui nous a accueilli!

A la prochaine.

Pas de bras, pas de chocolat

“Pas de bras, pas de chocolat”

L’expression est devenue commune, mais on ne se souvient pas toujours qu’elle provient d’une blague un peu cynique.

Mauvaise blague

En effet, l’histoire “drôle”d’origine mettait en scène un enfant manchot qui se présentait parmi d’autres enfants à une distribution de chocolat. Arrivé à son tour, l’adulte est censé dire cette phrase affreuse , sous couvert d’une certaine logique… “Pas de bras, pas de chocolat!”

En Pédagogie sociale, dans nos rapports avec les institutions, les collectivités, les acteurs engagés dans de nouveaux projets peuvent facilement reconnaître cette même logique à l’œuvre , au travers des discours institutionnels.

La preuve par zéro

A ceux qu’on a déjà privé de locaux (pourtant si nombreux et si souvent vides), on prétextera par exemple l’insuffisance de leur espace disponible, pour refuser telle action, tel dispositif ou telle mesure.

A ceux qui n’ont ni parking, ni place de stationnement réservé, on reprochera les mauvaises relations avec le voisinage grincheux , qui se sent encouragé à remettre en cause le stationnement des véhicules dans leur rue, ou devant leur porte et grille.

A ceux qui visiblement, n’ont pas le soutien concret des collectivités, on discutera toute initiative ou toute légitimité.

A ceux qui ne disposent d’aucune salle , on critiquera leur demande d’accéder à des locaux. Ou on se servira de cet argument pour dire qu’ils ne sont visiblement pas compétents en culture, ou en social, puisqu’ils n’ont aucun équipement.

Nous connaissions cette étrange logique des institutions et collectivités de réserver tous les moyens à ceux qui les ont déjà.

Nous connaissions cette étrange logique qui pousse les institutions à refuser des subventions à ceux qui en ont vraiment besoin.

Effet de tenailles

Mais cette tendance bien ancienne, commune avec tous les porteurs de projets et d’initiatives sociales, va beaucoup plus loin quand elle fonctionne comme une tenaille , quand on la saisit dans s logique profonde: refuser les moyens pour ensuite disqualifier le manque de ressources; refuser les locaux pour obliger celui qui n’en a pas à les revendiquer, et ensuite fustiger cette posture de revendication.

Renvoyer la structure à laquelle on n’accorde rien, à la concurrence avec des petites structures “clientélisées” , qui viendront renforcer le reproche de cette attitude revendicatrice: “Pourquoi vous, et pas tout le monde?”

Le cynisme est à son comble quand on reproche aux structures en Pédagogie sociale d’avoir trop de public, d’avoir un impact , et que cela dérange les structures vides, silencieuses et impeccablement rangées.

La surenchère du vide

Bien entendu cette morale inversée du “Pas de bras , pas de chocolat” est semblable à ce que subissent les millions d’enfants et leurs familles, en situation de précarité.

Depuis le début des années 2000, l’ancienne logique de modération, de compensation des inégalités sociales , culturelles, éducatives, politiques qui fondait notre société, s’est transformée en son contraire: la pénalisation ddes besoins sociaux.

Aujourd’hui les acteurs sociaux sont ouvertement pénalisés, non par simple négligence, ou indifférence , mais justement du fait du contenu social , de leurs actions. Au même moment les opprimés sociaux, sont également pénalisés , du fait même de la situation d’exclusion qu’on vient leur reprocher.

Les dénis, les pertes de droits, s’enchainent les unes aux autres. Si vous n’avez pas de toit, vous ne serez pas considérés comme un habitant, et vous n’aurez pas de droits comme tels. Si vous n’avez pas de revenus, les allocations sont en risque perpétuel d’être suspendues.

Aspirateur social

Une trappe s’est ainsi ouverte au dessous des groupes, des acteurs qui subissent toutes les violences économiques, culturelles, politiques, sanitaires et éducatives. Elle vise à la disparition et l’invisibilisation des parties indésirables de la Société.

Mais il arrive aux machines diaboliques , d’échapper régulièrement au contrôle de leurs créateurs; elles s’emballent et provoquent mille dégâts.

A force de pénaliser les besoins , ils explosent. L’énergie déployée pour dissimuler, contrôler, réduire, épuise toutes les ressources, et rend impuissants ceux qui s’y emploient.

Il n’y a plus d’idée, plus de créativité, plus de réactivité, car justement on a fait taire les forces qui pouvaient apporter du changement.

Les ressources monopolisées par tout ce qui est mort, manquent au moment d’agir et les censeurs n’ont plus les moyens de créer quoi que ce soit.

MARDI 25 MAI 2021

Atelier au bidonville du rond-point

Nous arrivons aux alentours de 14h30 sur le platz et installons les divers ateliers : une grande petite enfance avec un espace peinture à la main, un atelier boxe, et un atelier sportif mêlant corde à sauter et jeux collectifs. Des parents se joignent à nous pour sauter à la corde.

Après une bonne heure d’activité, nous prenons le goûter : chocolat chaud, madeleines avec un petit chocolat ! Le goûter et convivial et permet d’apaiser les enfants après les nombreuses activités !

A la semaine prochaine !!

 

MERCREDI 26 MAI 2021

Atelier au quartier de Saint-Eloi, Chilly-Mazarin

Peinture, foot, petite enfance et jeux de société au programme de cet après-midi ; la peinture se transforme en promenade d’observation et de cueillette dans le parc attenant, où Imane, Abi et Keny prenne un sacré plaisir à me montrer leur terrain de jeu. Il y a le petit banc “noyé” dans les plantes, où même des pissenlits poussent dans les planches ; il y a le coin de “la fleur qui ne dit pas son nom”, puis “le marécage”, où Keny s’est une fois embourbé alors qu’il croyait la piste glacée praticable cet hiver. Nous cueillons de jolis bouquets colorés pour la fête de nos mamans, dimanche prochain. Aby et Imane préparent aussi des cartes pour leur mère chérie, avec la gouache et le papier ; elles confectionnent de jolis carnets à offrir. Nous goûtons sous un ciel menaçant, mais dans une ambiance toutefois apaisée. A mercredi prochain !

Atelier au Parc du Château de Chilly- Mazarin

Aujourd’hui belle journée au Parc du Château!

Avec notre super équipe, nous avons assuré un bel atelier. Les enfants sont arrivé un peu au compte-goutte, mais ils ont quand même profité des activités proposées. En particulier, la boxe anglaise a eu un grand succès, les enfants ont appris comment esquiver, donner des coup… et ils ont pu discuter un peu de la violence et des bagarres dans leur quotidien.

A coté, un autre groupe a pu créer des super bijoux avec les perles, des bracelets, des colliers et des accessoires pour le téléphone portable.

Nous avons terminé la journée en partageant un bon goûter tous ensemble.

A la semaine prochaine,

Francesca

JEUDI 27 MAI 2021

Atelier à l’hôtel social Astoria

Aujourd’hui belle journée à l’hôtel social Astoria. Beaucoup de classes fermées à cause des cas de Covid, les enfants étaient déjà sur le parking en train de jouer en nous attendant..

Nous nous sommes très amusés en faisant des origami et des shuriken avec des feuilles de papier toutes colorées. Les plus petits ont profité des tapis pour jouer avec des marionnettes et feuilleter des beaux livres. A côté, un autre groupe a découvert des planches sensorielles avec de la peinture, qui leurs a permis d’expérimenter avec les différentes sensations du toucher et de mélanger les couleurs. D’autres enfants ont joué à Uno et à Puissance 4.

Nous avons terminé l’atelier en discutant un peu de la journée passée ensemble et en partageant ensemble un bon goûter.

A la prochaine,

Francesca.

 

 

Atelier Massy

Nous avons fait des cartes pleines de couleur pour les offrir dimanche pour la fête des mères! Cassiane qui ne voulait pas se poser pour une activité créative s’est finalement prit au jeu et était très fier du résutlat! Cette activité lui a donné confiance et il s’est épanoui tout au long de l’après midi. De nombreux parents étaient avec nous et ont participé aux activités : ping pong, peinture, petite enfance! Le goûter nous a permit de nous retrouver tous ensemble et de se dire à jeudi!

Inscription à la newsletter

Réseaux sociaux

Prochains événements

  1. Session formation bases Pédagogie sociale – Cycle I

    octobre 19 @ 9:30 - octobre 21 @ 4:30
  2. Formation de base à la Pédagogie sociale – Cycle 2

    novembre 16 @ 9:30 - novembre 18 @ 4:30
  3. Formation en Pédagogie sociale – Niveau 2

    novembre 16 @ 9:30 - novembre 18 @ 4:30
  4. Formation de formateurs en Pédagogie sociale – Première rencontre

    1 février 2022 @ 9:30 - 4:30
  5. FORMATION DE FORMATEUR EN PEDAGOGIE SOCIALE 1: Faire comprendre les bases de la Pédagogie sociale

    8 février 2022

RSS Youtube

Nos principaux partenaires financiers

Nos principaux partenaires de terrain Banque Alimentaire Paris Ile de France