Générations contre reproduction

Toute sa vie Albert Jacquard a milité pour faire comprendre des idées si simples qu’on les croyait parfois naïves. L’une d’entre elles , revenait,it sans cesse: l’être humain ne se reproduit pas, il s’engendre. C’est à dire que tout être humain naît et est par définition complètement nouveau (ce à quoi s’oppose l’idée de reproduction).

Tout le monde le sait et pourtant nous faisons comme s’il n’en était rien. L’idée de reproduire,  que nous la déclinions sous forme de modélisation ou de multiplication, est partout: dans la pensée sur le Social ou l’Education, on cherche à reproduire les expériences, les fonctionnements, les modes de gestion, les méthodes efficaces, les mêmes objectifs, les “bonnes” pratiques. la moindre institution entend se reproduire elle même, se maintenir, se multiplier.

Les expériences de pédagogie sociale nous ont enseigné au moins une chose: l’absurdité et l’impossibilité de la reproduction. Tous les acteurs le savent: leurs expériences éducatives engendrent de la résistance, et se confrontent à des obstacles sans esse renouvelés. Il n’y a pas de reproduction possible, voire même d’institutionnalisation.

Que faire alors? Est ce une raison de renoncer face à autant de difficultés, face à la constance de tout ce qui s’oppose?

Freinet lui même avait réalisé cette difficulté et en avait fait son invariant N°29:

“L’opposition de la réaction pédagogique, élément de la réaction sociale et politique est aussi un invariant avec lequel nous aurons, hélas! à compter sans que nous puissions nous-mêmes l’éviter ou le corriger. ”

Malgré tout, la constance de cette “réaction”, ne parvient pas à expliquer cet autre mystère: la constante résurgence des pratiques de pédagogie sociale,  les éléments en commun de toutes ces expériences, les convergences entre acteurs et initiatives.

Comment rendre compte de l’étrange généalogie de nos actions qui trouvent année, après année de plus en plus d’écho?  Comment rendre compte de leur influence même déformée sur les institutions actuelles? Comment témoigner du fait qu’on y revient sans cesse, que pour résumer en deux mots, nos pratiques semblent à la fois tout impossibles et nécessaires

Il y a  bel et bien un essaimage en Pédagogie Sociale, et celui ci n’est pas sur le mode spatial, mais temporel. Ce n’est pas de la reproduction, mais de la génération:  première, seconde , troisième génération. Toutes nos actions suscitent des résurgences, des repousses , des avatars.

Les acteurs peuvent fort justement craindre d’être un jour dépassés par les difficultés. Difficultés en interne et en externe, qui communiquent entre elles. La précarité administrative imposée, renouvelée, les obstacles réinventés perpétuellement , suscitent parfois en interne découragement et tendances au renoncement, voire à l’autodestruction.

Ce ne sont là que des “répliques”, que des échos d’une plus grande violence qui est elle, descendante, et sur le cours et les causes desquelles il paraît trop difficile aux acteurs d’agir. L’impuissance où nous sommes conduits n’a souvent pas d’autres fins que d’alimenter la rancoeur et nos divisions.

Mais pour autant, rien de ce qui a  été fait n’est perdu. d’autres actions arrivent. Les axes de la pédagoghie sociale ne cessent d’influencer davantage à la fois les actions “hors les murs” que ce qui se fait dans les institutions. Toutes les difficultés qui s’accumulent sur les expériences (et leurs promoteurs) ont l’étrange effet de renforcer encore cette influence.

Dimanche au jardin: 

Un dimanche au jardin un peu spécial, car a lieu en même temps , la grande randonnée. Et si nous nous retrouvons à 3 Robinsons au jardin, c’est plutôt pour accueillir les groupe des 20 jeunes venus nous voir du Havres et passant quelques jours à Buno.

L’occasion pour eux de découvrir notre jardin, mais aussi notre méthode de travail. Un étonnement pour ces jeunes venus de zones en conflit ou en difficulté de voir que nous pouvons laisser nos récoltes sans défense et que nous arrivons à partager sans conflits.

Un bon coup de mains aussi pour désherber et même retirer les corps étrangers qui sont encore au fonds du puits .Merci et bravo !

Samedi et vendredi: Tournage d’Epiphanie

Après un an, c’est le retour de notre ami Victor et de son film en cours sur la vie d’une enfant rrom.  Tout ce temps a été nécessaire pour trouver des moyens, contourner des difficultés mais voici que son film avance bien et qu’il est revenu en France (d’où part l’histoire racontée) pour prendre du son et des dialogues.

Cela nous a donné l’occasion de passer du temps dans les camps , et de prendre le temps avec les familles d’écouter quelques chansons et de rire ensemble. Un moment magique d’écouter la grand mère de Laura chanter une berceuse…

Depuis vendredi: nos amis , les  jeunes du Havre sont à Buno

Nos amis de l’ASHETI (la vice présidente était liée à la première association Intermèdes) accueillent et accompagnent des mineurs étrangers , située au Havre. L’idée pour eux était d’organiser une semaine de vacances pour ces jeunes , de se retrouver entre eux, de vivre ensemble de réfléchir… et de rencontrer les Robinsons, au château de Buno

Au menu, soirées partagés, visite de notre jardin, sorties en commun, et un atelier au sujet de “comprendre la discrimination.”

 

DIMANCHE

Sortie randonnée entre Marolles-en-Hurepoix et Lardy :

Un vrai défi pour les Robinsons ce dimanche 9 août : 10 km de randonnée à travers deux forêts de l’Essonne (les forêts de Saint-Vrain et de Cheptainville) !

100_2211

Sans oublier, entre ces deux belles forêts, le petit ruisseau… dit « du Mauvais temps » !

100_2200D’ailleurs le début de la journée fut pluvieux mais le temps d’arriver en train au départ de la randonnée, le soleil avait pris la place des nuages…ce qui a redonné du courage à nous tous !!!

100_2191

Ce fut une belle et rude épreuve et tous se sont montrés très courageux malgré la difficulté de certaines parties du parcours en montée et la longueur du chemin parcouru.

100_2182

Nous sommes partis à l’aventure carte en main ; avons appris aux enfants à se repérer sur un chantier de randonnée avec le balisage, parfois discret.

100_2170

Petits et grands entre 5 et 63 ans se sont prêtés au jeu. On a tous eu le temps d’échanger, de discuter, de partager et de bien rigoler.

100_2167

Nous avons parcouru des paysages divers et dépaysants entre forêts, champs, petits villages, château et son domaine (même si c’était un tout petit château !), fermes, élevages de chevaux, de vaches…une vraie journée de vacances !

Bravo à tous ces courageux Robinsons, bien fiers d’arriver au bout du circuit !

SAMEDI

A Champlan :

Je ne suis pas venue depuis des lustres mais rien n’a changé ou presque. Lliana et son mari ont construit une sorte de véranda devant une caravane en plus de leur cabane à coté. Elle a trouvé de jolis tissus et rideaux pour habiller les murs.

DSCN0979

Son mari a jeté des gravas devant pour recouvrir la poussière produite par l’usine d’à côté. Je suis toujours étonnée de tout ce qu’ils sont capables de faire pour embellir leur lieu de vie si précaire.

On propose d’abord un jeu d’adresse aux enfants pour capter leur attention, il s’agit de ce jeu où il faut lancer des anneaux autour du cou de petits bonhommes en bois, posés au sol.

Après quoi, nous lançons l’atelier peinture où nous leur demandons de peindre des animaux ou des monstres. Pour ce faire, nous avons apporté des pinceaux, des rouleaux et des sortes de pochoirs.

DSCN0988

Je suis aussi venue avec un beau livre avec des dessins d’animaux, donné par François, un ami de l’association. Cosmin et Ronaldo dessinent des poissons, puis un éléphant. Il y aura aussi des étoiles de mer, dauphins et baleines. Le petit Florentin peint un dinosaure, qui se fera attaqué par une baleine.

DSCN0997

Au fur et à mesure que les artistes s’essoufflent, ils partent jouer au loto sur le tapis avec Iasmina. Je montre à Ronaldo comment peindre un nuage puis me retrouve à jouer aux dominos des animaux avec la petite Iasmina et Roberta.

DSCN0993

Le temps est passé incroyablement vite et quand Victor nous rejoint pour enregistrer des sons du camp pour son film, il est déjà temps de ranger. Les enfants sont très curieux de voir les câbles et les micros et lui mettent le grappin dessus. Il nous faut leur répéter qu’il faut faire comme si de rien n’était et continuer l’atelier comme s’il n’était pas là, et que ça ne sert à rien de rester planté devant lui. Notre chère mamie dragon s’inquiète qu’il filme ou ne prenne des photos et se met à crier comme à son habitude.

VENDREDI

Rocade :

Cette après-midi, nous avons mis les mains à la pâte, la vraie, la brisée !

Najamie et Khadidja ont chacune réalisé une belle pâte brisée pour en faire deux tartes à la crème d’amande, confiture de prunes cuisinée ce mardi, mures et fraises du jardin fraîchement cueillies…que de bonnes et gourmandes choses pour se régaler !

DSCN0957

Il y avait aussi un atelier petite enfance avec de très grands petits enfants (Sira et Hafsatou) avec qui nous avons évoqué quelques souvenirs s d’un weekend ados à Buno puis d’un séjour ados dans les pyrénéennesDSCN0953

…et c’est reparti, nous faisons une sortie randonnée, cette fois pour tous, ce dimanche ! Alors cette fois on pensera à s’équiper de baskets…plutôt que de sandalettes ou de tongs afin de ne pas souffrir et d’en profiter un maximum (les intéressés se reconnaîtront !).

DSCN0968DSCN0966

Il y avait aussi un atelier jeux de société avec Laura et Tito et un stand de vente de miel, courgettes et pommes de terre, que des productions Robinson

Jardin de Saulx:

Nous sommes très en forme cet après-midi  et avec le groupe des adultes renforcé  avec  des enfants et adultes de Ballainvilliers nous débutons notre séance avec succés et les petits comme les grands nous nous mettons tous au travail.

Comme la plupart d’entre nous connaisons bien ce qu’il y a à faire au jardin et chacun a ses marque, sans trop tarder nous commençons a cueillir une bonne quantité des courgettes , des harricots et puis tous ensemble un arrosage complet des plants et légumes déhors et sous la serre.

Puis tous on profite bien d’un verre bien frais de sirop bien citronné!

JEUDI

Au Skate Park :

Nous avons oublié les tapis; qu’à cela ne tienne,on s’assoit en tailleur sur le bitume pour commencer une partie de mikados, les tous petits pour changer.

DSCN0937Les géants sont restés au local. Abdoukarim joue tranquillement dans son coin avec les dinosaures, il se raconte sûrement une histoire car il place les œufs de la dînette, à côté, comme s’il y avait des bébés dinosaures dedans.DSCN0936

D’autres enfants organisent une partie de Monopoly et expliquent aux plus jeunes comment jouer.DSCN0934

Zorah est venue nous rendre visite et a acheté du miel. Je raconte aussi une histoire de sorcière à la volée.

DSCN0929 Eddy passe et nous dit qu’il va partir en vacances en Camargue demain. Hafsatou est là aussi mais reste assez discrète. C’est tout de même sympa de la voir.

Jardin de Saulx-les-Chartreux

Aujourd’hui nous commençons la journée avec plein d’envies de travail et comme d’habitude nous reprenons des forces en allant au jardin, a l’air frais de la nature. Nous sommes  entourés par des arbres fruitiers.

100_2155

La journée se passe bien, le soleil est a l’horizon et le travail de ramasage des courgettes ne tard plus et déjà deux grosses cagettes se remplissent vite. Puis  un  arrosage général s’impose sur presque toutes nos plantations car ils doivent avoir très soif, et comme je dissait …hmmm…j’ai oublié !

100_2161

C’est pas grave de tout façon nous avons beaucoup des choses a faire cet après-midi et nous avons aussi plein envie de le faire et vite.

ET c’est comme ça que les poivrons, les piments, les poireaux, les radis, les laitues , les salades, les haricots et les fleurs ont été toutes passé sous le jet d’eau de l’arrosoir.

100_2164

Bon , tout ça étant dit tout ce qu’il me reste a faire c’est de prendre le  goûter avec un bon verre de sirop bien frais!

Ca donne envie?

Atelier petite enfance a Ballanvilliers 

Uns très bel journée beaucoup, très chaude aussi, L’atelier à Ballainvilliers a ses coutumes. On chante en Français et en roumain. On écrit, on dessine, et nous parlons aussi. C’est un vrai atelier éducatif.

Les enfants y apprennent beaucoup de choses toute l’année et nous y retrouvons des enfants bien motivés!

Bravo à Laura qui anime ce temps!

SAM_6030SAM_6008

Après le jeu ‘tomates/ketchup”, les enfants ont voulu faire un  jeu; un parcours au cours duquel ils pouvaient d’arroser les uns , les autres.

SAM_5990

La première équipe a gagné et nous sommes passés au dessin sur les ardoises

SAM_5980

Nous disons des poèmes, nous chantons

SAM_5955

Au goûter je choisi Andréa et Ana Aniela pour responsables. Tout se passe bien. ,MERCREDI

A Bel Air :

Les travaux de réhabilitation des immeubles de la résidence Bel Air sont toujours en cours et nous faisons notre atelier au milieu du bruit et du polystyrène, qui s’envole dans tous les coins.

DSCN0907

Nous jouons d’abord au loto, puis en parallèle des circuits de billes sont construits et des puzzles assemblés. Nous sommes à l’ombre d’un arbre mais les tapis sont un peu en pente et les pions de lotos glissent de ma carte.

DSCN0909 Pour réaliser une construction en équilibre, je pars avec Chahinez m’installer dans la maison en bois sur l’aire de jeux. Ainsi, notre construction sera plus stable.

DSCN0912

Ce jeu attire d’autres enfants au fur et à mesure et tour à tour ils ajoutent une pierre à l’édifice, qui ne manque pas de s’écrouler, à chaque fois que l’on pense à aller jusqu’au bout. On essaye autrement.

DSCN0904

Chaque enfant essaye de réaliser la construction seul d’un bout à l’autre. Chahinez est sur le point d’y arriver… mais non….raté. Il faudra bien sûr rapporter ce jeu la semaine prochaine car tout le monde est resté sur sa faim.

Jardin de Saulx-les-Chartreux:

Le programme de cet après-midi avec les enfants a été bien chargé car nous avons ramassé encore un grosse partie des pommes de terre avec les enfants, qui se sont très bien intégré dans l’association Robinson et qui sont super chargé d’envie pour travailler dans le jardin et ramassée les patates.

100_2148

Des petits et des grands , tous ensemble nous sommes prêts a travailler, même si la chaleur du soleil nous décharge les batteries, et les sueurs presque noirs a cause de la terre sablée qui se montre sur nos visages nous n’ont pas arrêté de notre travail, et les petits Robinson, ne ressent même plus la chaleur et ni la fatigue car leurs cagettes sont bien rempli avec les pommes de terre et les enfants sont heureux et contents.

100_2142

Bientôt nous finissons le travail et nous regardons la récolte de chacun d’entre nous, et on se rendre compte que nous avons bien travaillé et que les petits ont réussi de ramasser plus que nous, et elles sont bien heureuses.

100_2137

Pour le moment on prends le goûter tranquille a l’ombre du prunier et un bon sirop frais d’orange avec une tartine au Miel de notre jardin!

Au revoir!

Wissous et Baloche :

Ce mercredi nous retrouvons nos petits nouveaux du camp de Wissous pour un atelier de dessin et écriture avec nos nouvelles ardoises noires…qui ont eu un vif succès auprès des enfants qui étaient ravis d’avoir chacun leur ardoise, leur crayon blanc, leur taille-crayon et leur petite éponge dans un petit boitier en forme de grenouilleSAM_5947

…wahou ! La classe !!! Malgré l’excitation face à ce nouveau matériel, les enfants ont su profiter de ce moment et se concentrer. Chacun devait dessiner des choses qui lui passaient par l’esprit puis on apprenait ensemble à écrire les noms de ces objets, animaux, plantes, etc.

SAM_5942

Après ce bon moment de jeu et de travail à la fois, nous avons partagé un petit goûter avec des tartines de confitures de prunes toute fraîchement cuisinée la veille à l’occasion de l’atelier production…mmm.

SAM_5902

Puis Laura et moi (Leila) avons repris la route pour quelques 500m pour rejoindre le tout récent camp de Baloche …impressionnant, un vrai village avec sa place et son Eglise pantecôtiste. Nous avons installé nos tapis juste devant l’Eglise pour faire 2 jeux collectifs avec 15 enfants entre 2 et 11 ans (le jeu du facteur et celui de la tomate). Il s’agissait de prendre un premier contact et de faire connaissance pour une première fois en jouant ensemble.

SAM_5895

Dès la semaine prochaine, nous y réaliserons un atelier plus « classique » et plus long comme nous avons l’habitude de le faire sur les camps avec un temps de jeux collectifs, un temps plus posé de jeux de lecture et écriture, éventuellement un temps de jeux de sociétés puis enfin un goûter.

SAM_5889

Nous avons partagé avec les enfants de Baloche un premier goûter avec 2 super responsables : Sebi et Regina ! µ

MARDI

Mis en pot du Miel:

Cet après midi nous avons donné rendez-vous à beaucoup de monde parce que aujourd’hui nous devrions mettre en pots le miel et ensuite faire des sacs de 1 kg de pommes de terre,  pour ceux qui le souhaitent dans le quartier et ailleurs.

100_2122

Nous commençons par les sacs de pommes de terre.

SAM_5853.

Puis c’est la mise en pots, avec l’aide d’enfants enthousiastes

SAM_5881

Pour tout le monde , c’est une première fois. Les pots se remplissent vite et bien.

SAM_5886

 

Il ne faut pas oublier ce qui reste nécessaire et bin plus difficile: le nettoyage de tous les outils. Mais de cela aussi, nous nous occupons avec succès.

Générations contre reproduction

Toute sa vie Albert Jacquard a milité pour faire comprendre des idées si simples qu’on les croyait parfois naïves. L’une d’entre elles , revenait,it sans cesse: l’être humain ne se reproduit p)as, il s’engendre. C’est à dire que tout être humain naît et est par définition complètement nouveau (ce à quoi s’oppose l’idée de reproduction).

Tout le monde le sait et pourtant nous faisons comme s’il n’en était rien. L’idée de reproduire,  que nous la déclinions sous forme de modélisation ou de multiplication, est partout: dans la pensée sur le Social ou l’Education, on cherche à reproduire les expériences, les fonctionnements, les modes de gestion, les méthodes efficaces, les mêmes objectifs, les “bonnes” pratiques. la moindre institution entend se reproduire elle même, se maintenir, se multiplier.

Les expériences de pédagogie sociale nous ont enseigné au moins une chose: l’absurdité et l’impossibilité de la reproduction. Tous les acteurs le savent: leurs expériences éducatives engendrent de la résistance, et se confrontent à des obstacles sans esse renouvelés. Il n’y a pas de reproduction possible, voire même d’institutionnalisation.

Que faire alors? Est ce une raison de renoncer face à autant de difficultés, face à la constance de tout ce qui s’oppose?

Freinet lui même avait réalisé cette difficulté et en avait fait son invariant N°29:

“L’opposition de la réaction pédagogique, élément de la réaction sociale et politique est aussi un invariant avec lequel nous aurons, hélas! à compter sans que nous puissions nous-mêmes l’éviter ou le corriger. ”

La constance de cette “réaction”, ne parvient pas à expliquer cet autre mystère: la constante résurgence des pratiques de pédagogie sociale,  les éléments en commun de toutes ces expériences, les convergences entre acteurs et initiatives.

Comment rendre compte de l’étrange généalogie de nos actions qui trouvent année, après année de plus en plus d’écho?  Comment rendre compte de leur influence même déformée sur les institutions actuelles? Comment témoigner du fait qu’on y revient sans cesse, que pour résumer en deux mots, nos pratiques semblent à la fois tout impossibles et nécessaires

Il y a  bel et bien un essaimage en Pédagogie Sociale, mais celui ci n’est pas sur le mode spatial, mais temporel. Ce n’est pas de la reproduction, mais de la génération:  première, seconde , troisième génération. Toutes nos actions suscitent des résurgences, des repousses , des avatars.

Les acteurs peuvent bien craindre d’être un jour dépassés par les difficultés. Difficultés en interne et en externe, qui communiquent entre elles. La précarité administrative imposée, renouvelée, les obstacles réinventés perpétuellement , suscitent parfois en interne découragement et tendances au renoncement, voire à l’autodestruction. Ce ne sont là que des “répliques”, que des échos d’une plus grande violence qui est elle, descendante, et sur le cours et les causes desquelles il paraît trop difficile aux acteurs d’agir. L’impuissance où nous sommes conduits n’a souvent pas d’autres fins que d’alimenter la rancoeur et nos divisions.

Mais pour autant, rien de ce quia  été fait n’est perdu. d’autres actions arrivent. Les axes de la pédagoghie sociale ne cessent d’influencer davantage à la fois les actions “hors les murs” que ce qui se fait dans les institutions. Toutes les difficultés qui s’accumulent sur les expériences (et leurs promoteurs) ont l’étrange effet de renforcer encore cette influence.

Dimanche au jardin: 

Un dimanche au jardin un peu spécial, car a lieu en même temps , la grande randonnée. Et si nous nous retrouvons à 3 Robinsons au jardin, c’est plutôt pour accueillir les groupe des 20 jeunes venus nous voir du Havres et passant quelques jours à Buno.

L’occasion pour eux de découvrir notre jardin, mais aussi notre méthode de travail. Un étonnement pour ces jeunes venus de zones en conflit ou en difficulté de voir que nous pouvons laisser nos récoltes sans défense et que nous arrivons à partager sans conflits.

Un bon coup de mains aussi pour désherber et même retirer les corps étrangers qui sont encore au fonds du puits .Merci et bravo !

Samedi et vendredi: Tournage d’Epiphanie

Après un an, c’est le retour de notre ami Victor et de son film en cours sur la vie d’une enfant rrom.  Tout ce temps a été nécessaire pour trouver des moyens, contourner des difficultés mais voici que son film avance bien et qu’il est revenu en France (d’où part l’histoire racontée) pour prendre du son et des dialogues.

Cela nous a donné l’occasion de passer du temps dans les camps , et de prendre le temps avec les familles d’écouter quelques chansons et de rire ensemble. Un moment magique d’écouter la grand mère de Laura chanter une berceuse…

Depuis vendredi: nos amis , les  jeunes du Havre sont à Buno

Nos amis de l’ASHETI (la vice présidente était liée à la première association Intermèdes) accueillent et accompagnent des mineurs étrangers , située au Havre. L’idée pour eux était d’organiser une semaine de vacances pour ces jeunes , de se retrouver entre eux, de vivre ensemble de réfléchir… et de rencontrer les Robinsons, au château de Buno

Au menu, soirées partagés, visite de notre jardin, sorties en commun, et un atelier au sujet de “comprendre la discrimination.”

 

Comprendre sans avoir à porter, dénoncer sans avoir à subir

Chercher à comprendre les phénomènes sociaux de déliaisons et de précarisation, impose d’être en mesure de percevoir les violences premières qui en sont l’origine.

Si on se contente d’enregistrer les difficultés sociales, et d’en tirer le constat sous forme de progression de l’insécurité , du décrochage institutionnel, du repli sur soi et de la non participation, on se condamne au cynisme et à l’impuissance.

La découverte des violence premières que subissent les groupes les plus fragiles de notre société, constitue  une étape primordiale pour qui veut et souhaite agir.

Mais c’est aussi une étape difficile, qui rompt  avec l’évidence du moment et qui isole l’acteur social vis à vis de tous ceux qui sont encore prisonniers de l’apparence des choses.

100_2102

“Le mythe de la caverne”  n’a peut être jamais été aussi moderne et aussi “vrai” qu’aujourd’hui où les moyens d’illusion, “d’informations”, de “communication” sont de plus ne plus invasifs et uniformes.

Dans les années 70, il était encore courant et paraissait naturel de politiser la vision de l’action sociale et éducative.

Aujourd’hui , c’est une situation inverse: celui qui produit la théorie de sa propre exclusion, celui qui explique les violences subies auxquelles il s’attaque , semble immédiatement entrer en polémique.

Par une espère de retournement idéologique et normatif exceptionnel, on  rend responsable celui qui les exprime et les explique, des difficultés et violences qu’il dénonce.

On ne lui pardonnera pas la vision plus dure et plus exigeante, qu’il amène, même si celle ci représente la seule chance d’accéder à un pouvoir d’agir sur les causes.

Toute vision globale, politique et institutionnelle des problèmes économiques, sociaux et culturels effraie les acteurs embarqués comme les institutions concernées.

La conscientisation,  prônée par la Pédagogie Sociale et la démarche de Paulo Freire (ou de S. Alinsky) semble se heurter ici sur un formidable obstacle.

Non seulement aujourd’hui la conscientisation est toujours aussi découragée , mais, dorénavant , elle ne permet plus à celui progresse sur son chemin d’obtenir de nouveaux moyens et de pouvoirs d’agir sur sa situation. Elle constitue d’une manière inattendue, une sorte de handicap supplémentaire.

La violence se renforce sans cesse, autour de celui qui la comprend;  les équipes, les structures qui souhaitent développer une forme d’intelligence sociale collective sont systématiquement minorées et ignorées au profit de toutes les autres qui se bornent à exécuter des programmes ou décliner des objectifs généraux et normatifs.

Il n’est plus acceptable d’avoir une image globale de son travail, de prendre en compte les contextes. Il est mal vu de connaître et de rappeler l’historique des situations.

Toute personne ou acteur qui propose une analyse est mise à l’écart comme un fâcheux. D’un même mouvement, le cadre institutionnel, comme le journaliste local, l’élu de passage, se détournent et l’évitent.

On a tellement renoncé à changer l’ordre des choses, que la plupart des politiques et actions sociales aujourd’hui ne se bornent plus qu’à gérer des situations qui , il y a  10 ans encore, nous auraient paru insupportables ou auraient suscité une indignation immédiate.

Nous voici aujourd’hui résignés, voire habitués à des situations inédites de déscolarisation, abandon , de pauvreté et de précarité en particulier des enfants, sans que nous puissions ni les reconnaître, ni les nommer, ni les comprendre ou les faire prendre en compte. La maltraitance peut commencer.

Comprendre sans se mettre en danger,  expliquer sans se faire accuser, se tenir auprès des populations les plus agressées, sans avoir à subir les mêmes violences  qu’elles; tels sont les enjeux de la définition d’une nouvelle stratégie pour notre temps.

Nous avons besoin d’une nouvelle ligne de conduite qui nous permettre à la fois d’agir , sans être relégués à la périphérie; d’être en première ligne, sans être tout en bas de l’échelle; d’agir efficacement et effectivement là où il faut sans être privé de tout moyen pour le faire.

La marge est étroite; elle consiste à renvoyer à l’agresseur ou à la structure qui monopolise tous les moyens et empêche tous les changements, la responsabilité de la non collaboration ou de la non coopération.

La stratégie de résistance n’aboutit qu’à renforcer au final celui contre qui on résiste. On le construit comme plus fort que soi au fur et à mesure qu’on le dénonce.

A l’inverse de cette attitude , il est plus sûr et plus juste d’affirmer une indépendance totale, une ouverture à toute alliance et toute coopération. C’est également conforme à la réalité.  Il s’agit de démontrer par l’action que la violence ne vient pas de ceux qui la dénoncent , mais bien de ceux qui cultivent la polémique pour justifier leur inaction.

Ce n’est pas de résistance dont nous avons besoin, mais de libération; car le constat est là aujourd’hui nous sommes occupés. Occupés par des objectifs obligatoires, par des pseudo débats de société ; occupés car tous les lieux, tous les espaces, tous les moyens sont occupés , monopolisés tandis qu’il manque tout pour innover, construire et créer.

Contre l’occupation, il ne faut pas de la résistance , mais de la résilience . Il ne faut pas expliquer et justifier son action en réaction de l’institution, mais le faire en son nom, l’impliquer malgré elle, dans les objectifs qui devraient être les siens.

Aujourd’hui face aux institutions et collectivités qui dénient, nous devrions les priver de tout moyen de nous nuire davantage et d’affirmer: notre pleine disponibilité à la coopération, à l’action commune (ce qui est vrai) et cesser d’expliquer l’absurde de leur position.

Leurs contradictions leur appartiennent; elles cessent de nous concerner. Notre ligne d’action est ailleurs ; au delà de la gestion des apparences , elle est dans le nouveau travail social et éducatif qui s’inventent.

Dimanche : patates pour tous (courgettes pour les autres)

Sous un soleil franc et massif, nous nous étions donné rendez vous avec deux camions.

Au terrain, nous étions 25 au total pour le premier dimanche d’aout.. On s’était dit:  “Aujourd’hui on récolte les patates”.

Petits et grands , nous voici sur le champ. On tarde à se donner une technique; il faut progresser dans le champ , mais de manière logique et coordonnée pour ne pas perdre de pommes de terre. Du fait de la sècheresse, les pommes de terre sont plutôt petites, mais notre jardin est généreux et il ajoute à ce total une belle récolte de blettes, de courgettes et même les tomates qui pointent leur couleur.

Jugez plutôt des récoltes du jour.

Et voici aussi ce qui nous avons eu en plus: un beau repas sur un coin de paradis avec les enfants enjoués et les adultes farceurs.

Pour finir , nous n’avons récolté que la moitié. Tout va être à  recommencer . Vivement dimanche!

En tournée avec les Kesaj Tchave !!!

Pendant quatre jours, quatre habitués de chez nous ont eu le privilège de se joindre à la troupe des Kesaj Tchave pour leur tournée dans toute la France.

Tout d’abord, nous mangeons et nous amusons ensemble pour la dernière soirée du groupe au château de Buno, encore une fois grâce à Lire C’est Partir donc Vincent. Foot, baignade, barque (sens de la collaboration et de la confiance indispensables !), repas. Attention tout-de-même pour ceux qui ne mangent pas de porc, les frigidaires remplis à craquer ne contiennent que du jambon dont le groupe raffole.

Le lendemain, le ménage se fait collectivement, et c’est parti pour huit heures de bus.

DSC_0092

En arrivant au Pouzin, près de Valence, l’énergie se lance, Ivan, le pére-professeur-responsable du groupe n’a qu’à appuyer sur un bouton psychique, et c’est parti. Nos deux frères du camp de Champlan sont sommés de mettre une chemise éclatante et de monter sur scène avec le groupe. Le trac et la fierté se mêlent en eux sous la forme d’un sourire radieux. Une cinquantaine de personnes âgées ont apprécié le spectacle, nous ont nourris et hébergés en petits groupes. Les échanges sont amusés et attendris entre les tziganes slovaques et les français de l’Auvergne.

DSC_0101

On repart pour huit heures de bus, direction la Charente, chez Fred,membre du fameux groupe Les Ogres de Barback, qui a une bien belle bâtisse à retaper dans la campagne. Il nous fait profiter de sa piscine, et nous met aussi à la tâche. Comme d’habitude, les repas ne sont pas une mince affaire : 40 couverts à assurer. Il y a des sessions épluchage et cuisson de patates, et confection de pâte à pizza car la maison de Fred s’est dotée récemment d’un four à bois à l’ancienne.

DSC_0119DSC_0113

Pour se détendre, vélo, piscine, promenade et bien sûr musique se succèdent.

La soirée est un vrai moment de bonheur. Après une des meilleures prestations des Kesaj Tchave, la fanfare Eyo’nlé termine leur concert avec difficulté. Ensuite, une équipe s’improvise avec Théo qui reste à côté du four. La confection et cuisson de pizza dure un bon moment, dans la joie et la bonne humeur des collaborateurs qui  rendent l’effort plaisant. Le contact est facile, les pizzas sont bonnes, l’équipe félicitée.

DSC_0136

Arrive l’heure de dormir, sauf pour certains survivants qui referont l’Histoire de la chanson avec Fred, Jojo et leurs amis jusqu’à épuisement.

Les au revoir ont lieu le lendemain matin. Nos quatre jeunes sont épuisés, Ionut et Ronaldo quittent une nouvelle famille. Certain feignent l’indifférence, mais tout le monde gardera en mémoire ces quatre jours pour un bon moment.

Avec les Kesaj Tchave, c’est une collaboration positive de plus, et sûrement pas la dernière !

Vendredi 31 juillet 2015

Soirée conviviale à la Rocade : « Courgette party »

Eh oui, nous avons stocké en très peu de temps une vingtaine de kilos de courgettes de toutes les tailles, formes et couleurs (vert foncé, claires et même jaunes) dans nos 2 frigos…et nous ne cessons d’en récolter de nouvelles, alors pas de gaspillage et un peu d’imagination pour une grande « courgettes party » à la Rocade ce vendredi 31 juillet !

100_2103

Nous sommes allés à la Rocade à 14h30 pour installer nos ateliers de rue hebdomadaires avec, pour cette fois, un atelier cuisine géant pour préparer pour une quarantaine de personnes attendues pour la soirée conviviale : une grande soupe courgettes-kiri-menthe (avec les courgettes et la menthe du jardin de saulx-les-Chartreux), de multiples plateaux de croquettes de courgettes aux herbes (beignets de courgettes rapées avec de l’ail, oignon, du persil, de la menthe et de la ciboulette)…et attention, la surprise du jour : plein de gâteaux au chocolat à la courgette !!!

100_2102

Une quinzaine d’enfants et plusieurs adultes ont participé activement à l’atelier cuisine tout l’après-midi sur la Rocade, avec plaisir et entrain !

Puis à partir de 19H, d’autres familles nous ont rejoint pour partager ces drôles de plats qui ont eu un vif succès ! Tout cela dans une ambiance très conviviale, en musique, au soleil, en prenant le temps de discuter ensemble et partager un bon repas et surtout un bon moment en bas de chez soi pour certains qui habitent dans les immeubles tout autour de l’esplanade sur laquelle nous étions installés. Les enfants, pour la plupart qui avaient été « en cuiine » tout l’après-midi avec nous se sont bien amusés et ont enchaîné les parties de « chaises musicales » !

100_2115

SAM_5802

Nous avons fini la soirée en dégustant une dernière part de gâteau chocolat-courgettes avec un thé à la menthe fait par Zohra avec des feuilles de plusieurs espèces de menthe toutes fraîchement cueillies par un petit groupe de Robinsons sur nos parcelles de jardin partagés à la Villa Saint-Martin, résidence voisine de la Rocade…une très bonne ambiance du début à la fin !

100_2121

Au jardin de Saulx-les-chartreux

Aujourd’hui comme d’habitude nous nous retrouvons au lieu de rendez-vous avec nos amis pour aller ensuite au jardin. On rigole bien sur le chemin et à notre arrivée sur le terrain et vite nous mettons tous la main à la patte pour ranger les objet et le matériel que nous n’avons pas utilisé pour laisser de l’espace dans le jardin.SAM_0013

Ensuite, après avoir rangé les objets et le matériel et ensuite ramassé la poubelle qui traînait, nous sommes prêts pour arroser copieusement les plantes.

SAM_0015SAM_0008

A la fin nous rangeons bien les arrosoirs dans la cabane et puis ramassons les branches des arbres coupées et nous faisons un tas pour le brûler plus tard.SAM_0011

Mais pour le moment nous sommes tous a la table et nous profitons d’une tartine au miel de nos abeilles….hmmmm…délicieux!

A plus tard!

Jeudi 30 juillet

Au Skate-Park :

Petit comité ce jeudi mais c’est pas plus mal car je suis toute seule pour encadrer l’atelier !

J’ai ressorti les petits élastiques pour faire des bracelets mais aussi le jeu de construction de circuit pour les billes. On se construit plusieurs parcours que les billes dévalent sous les yeux concentrés ou rieurs des enfants. On essaye aussi de faire un grand puzzle avec Riri, Fifi et Loulou dans un poulailler. On manquera de temps pour le terminer, mais c’était bien essayé. Mathis me raconte qu’il rentre d’une colo en Normandie et repart bientôt en famille. Les enfants parlent aussi de la rentrée. Certains connaissent déjà le planning de leur première journée en 6ème. Une nouvelle fratrie de deux sœurs et trois frères dont je peine à retenir les noms, mais qui connaissent déjà le mien, jouent entre eux avec les gâteaux colorés de la dînette. Il est temps de manger pour de vrai et aujourd’hui, c’est pains au lait et pâte à tartiner au chocolat noir !

DSCN0902

Au jardin de Saulx-les-chartreux

Pour aujourd’hui nous sommes prêts pour une nouvelle rencontre avec le groupe des adultes autour du jardin et du jardinage à Saulx, où se trouve notre jardin bien fleuri et riche en légumes. L’après-midi s’annonce fort en activité car nous allons bien arroser les plantations: poivrons, haricots, radis, salades, poireaux, pour que la récolte soit meilleure et qui sait peut-être plus abondante en légumes !

SAM_0006SAM_0004

Ensuite nous nous arrêtons pas là et nous retournons vite au travail après une petite pause pour réspirée, et cette fois-ci nous commençons a rammaser encore un peu des courgettes, et puis tous enseble nous avons nettoyé et ranger le matériel de jardinage dans le camion.

Au goûter pour le moment, on en profite !

Atelier petite enfance Ballanvilier

Une très belle journée je commence l’atelier un peu plus tard, les enfants m’attendent quand même.

Je vais sur le camp et on m’aide à installer l’atelier, je cherche sur le camp de nouveaux enfants, et je trouve trois enfants (Elvis,Sara et David ). Ces enfants parlent très bien français parce qu’ils vont à l’école ici. Enfin on a fait trois jeux collectifs ( tomate ketchup, le facteur et tic tac boom)SAM_5771SAM_5755

Les enfants connaissent bien les règles de ces jeux, on a beaucoup joué, ils ne veulent pas s’arrêter. Enfin je les assoie sur le tapis et je leur lis deux histoires (le petite ours brun et le petit portable ) Voilà même si j’étais toute seule (Laura) j’ai eu presque 15 enfants avec moi, le goûter s’est bien passé, ils étaient contents de la journée passée ensemble.

SAM_5789SAM_5777

Mercredi 29 juillet 2015

Sur le camp de Wissous :

Depuis ma dernière visite, le camp s’est peuplé pour être maintenant plein à craquer. Les expulsions sévissant alentours, les familles se réfugient sur les camps déjà existants. Tous les petits que les collègues avaient rencontrés la semaine dernière sont là. Ils ont de superbe prénoms comme Vénus ou Graziela.

On joue tous ensemble au facteur avant de se séparer en deux groupes.

SAM_5677

Laura propose un jeu autour des couleurs et des animaux sur les tapis, pendant que je recouvre le sol de dessin à la craie avec les autres.

SAM_5706

Amalia me fait comprendre qu’elle veut jouer à la marelle. Je lui dessine, elle sautille une fois ou deux et je joue ensuite avec des plus petits comme Mugurel, qui éclate de rire quand il essaye de sauter à cloche-pied. C’est dur mais c’est marrant.

SAM_5684

Je ressors de mon sac ma petite balle rebondissante, qui lui avait tant plu la dernière fois. Il court après comme un petit cabris toujours en se marrant. On revient vers les tapis, où les enfants chantent et récitent des poésies en roumain. Pour finir, je leur propose de jouer au jeu des anneaux, où il faut atteindre des petits clowns de couleurs, posés au sol avec les anneaux.

SAM_5752

Au goûter, ils découvrent la confiture d’orange sur des tartines de pain de mie, ça ne plaît pas à tout le monde, le melon au contraire, fait l’unanimité. Pupic.

au jardin :

Nous nous préparons aujourd’hui pour un nouvel atelier au potager de Saulx-les-Chartreux, la séance avec les enfants, et comme nous sommes habitués on commence à travailler avec eux en leur montrant comment on ramasse les pommes de terre et avec quoi.

SAM_0020

Les enfants sont ravis de pouvoir apprendre, et en plus on commence une petite compétition de ramassage de patates le plus vite et l’équipe qui gagne va aller jouer tandis que l’autre ramassera encore des pommes de terre.

SAM_0028

La compétition commence et l’équipe des filles de Ballainvilliers, Adélina, Andrea et Denisa gagne contre celle de Nina, Alice, Sabrina et Julianne qui ont réussi à ramasser moins que les autres. Ensuite nous commençons à arroser copieusement les plants de légumes pour une belle et grande récolte.

SAM_0031

Les enfants rigolent, s’amusent bien et une relation de complicité s’installe et les enfants communiquent entre eux et une belle journée s’achève ainsi.

A bientôt!

 

 

Ceux qui ne trouvent pas de place doivent nous éblouir

Ceux qui ne trouvent pas de place doivent nous éblouir (Anonyme) 

Une démarche traditionnelle dans le travail social vise  toujours à chercher à aménager des petites places,  pour ceux qui n’en ont pas. Nous voici en quête quelques “niches” pour des incasables; des logements précaires, pour  les sans logis ; des petits Jobs et demis emplois  pour ceux qui n’y accèdent pas.

Obnubilés par la question de la place , nous en cherchons des plus petites, des plus faciles, des plus précaires. Des petites places , pour des petites gens. Des petits interstices , pour des oubliés, des espaces délaissés, pour des invisibles.

Et ce faisant , nous faisons fausse route. Celui qui n’a pas de place doit être au centre; ce qui est oublié doit être au milieu; ce qui est négligé doit retenir toute l’attention  et ce qui est dissimulé doit être mis en lumière.

Ainsi opère le renversement du social ; c’est de ce renversement que vient toute l’énergie qui petit à petit transforme l’ensemble et tout le système. Sans eux pas d’énergie sociale.

Il faut un retournement formidable pour rendre possible quelque changement que ce soit. Pas de demies mesures, pas d’ambitions minimales pour ceux qui n’ont rien; pas de demis rêves pour ceux qui n’ont pas d’espérance. Il faut des grands formats pour ceux qui apprennent à écrire et à dessiner; des grandes scènes pour ceux qui ne sont jamais montrés.

Ceux qui ont connu le désastre de la vie, doivent devenir des astres. Ceux qui ont déjà brisé leur existence, ébréché leur être  ne sont plus disponibles pour la routine , pour des relations sans profondeur,  pour une vie sans sens. Il leur en faut plus : plus d’exigence, plus d’existence.

“Etre plus” , disait Freire, est l’objet même de toute pédagogie émancipatrice. C’est plus qu’un but, c’est une nécessité , c’est une urgence.

En Pédagogie sociale, sur nos ateliers, nous travaillons à devenir visibles, quand d on est cachés; nous travaillons à être audibles, quand on est étouffés; nous travaillons à s’affirmer , quand on est ignorés.

C’est une école de manifestation, une doctrine d’affirmation , une pratique de la mise ne scène.

Mettre en scène, mettre en musique, mettre en lumière, tel est le rôle fondamental de tout pédagogue social. Il n’est pas ici pour instruire l’ignorant; il n’est pas là pour éduquer le sauvage, civiliser l’indigène , socialiser le proscrit.

Il est là pour révéler au monde, à tous, à la société , ceux qui ont le plus à dire, le plus à montrer.

Toute la difficulté de cette tâche provient du fait que la lumière ambiante est déjà occupée, et confisquée, à éclairer encore et toujours ceux qui ne nous apportent rien, n’ont rien de nouveau à dire; ceux dont le langage est déjà connu, le message déjà normé.

Toute la lumière déjà produite est mobilisée pour éclairer ce qui est déjà au jour. Il ne reste plus rien pour l’obscurité, d’où vient le changement.

Nos structures , nos associations , incitent à se détourner de ces lumières artificielles , et à en produire de nouvelles.

Celui qui se détourne de la lumière du réverbère, affronte l’obscurité de la nuit noire; celui là découvrira quelques astres.

De samedi à jeudi: générations en famille à Buno

Nous faisons aussi cela: grâce à Lire C Partir (et donc Vincent), nous installons des familles au château pour passer des vacances ensemble . Cette semaine c’est le tour de la famille d’Elizabeth avec 3 générations réunies et qui se retrouvent.

 

Jardin dimanche :

Très sympathique jardin ce dimanche en compagnie de Zohra, Fouzia et ses deux filles Sabrina et Alice, Jessica, Corinne, Philippe et leur fils Timothé, rejoints, puis plus tard, par Assia et ses 4 enfants. Eric Simon, bénévole essentiel et spécialiste d’apiculture,  est aussi passé nous rendre visite dans l’après-midi.

DSCN0890

Nous avons passé un dimanche très convivial et avons mangé comme des rois car nous avons fait des frites cuites sur le feu avec des pommes de terre tout juste sorties de terre…un régal !

DSCN0889

Nous avons récolté les innombrables courgettes, des prunes, des fraises, des mûres, des poires,du basilic et un peu de menthe. Une belle récolte qui fut partagée pour une partie à la fin de la journée et pour le reste (conséquent !), il sera utilisé lors de nos ateliers et transformé sous toutes les coutures ! Alors armons-nous d’imagination et échangeons nos recettes secrètes, traditionnelles ou inventées !

DSCN0897

Extraction du miel: Samedi 25-07-2015:

Ce matin il, il fallait être prêt très tôt avec le matériel. Je suis passé chercher mon beau père,  Relu, et mon père,  Mircea pour ensuite aller au terrain des abeilles pour faire la récolte de miel.

Nous sommes attendus sur place par Eric Simon, qui, depuis le début de l’année, s’occupe régulièrement des nos abeilles. Les essaums ont tous bien travaillé;  la récolte n’a pas duré trop longtemps car nous étions nombreux et nous avons vite récupéré le miel. Après avoir enlevé les hausses nous les installons dans les brouéttes et les accrochons bien avec les sangles car le chemin est dur et difficile a parcourir avec 30 kg de miel dans chacune.

SAM_0034

Mais nous arrivions avec succès à traverser les champs pour rejoindre les voitures, après (ultime vérification) avoir vérifié que nous n’étions pas envahis par les abeilles.

Tout ça étant fait et réglé, nous partons vers le local ou nous allons commencer le vrai travail d’extraction avec l’aide de deux extracteurs et beaucoup de manœuvre. Avec plaisir et attention nous arrivons à désoperculer les cadres pour les placer dans l’extracteu. Le  plaisir est de goûter directement le miel dans la cire des abeilles….hmmmm…délicieux!

SAM_0039

Dans une bonne ambiance , dans la rigolade et dans le bonne humeur nous travaillons tous ensemble et le miel commence a coulé et a remplir les matûrateurs. La journée est merveilleuse, les gens sont très sympas, l’ambiance elles est au sommet, tout ça ce passe de merveille et la journée ce résume excellente et fort en activité et en relation!

SAM_0040

Merci a ceux qui nous font passer les heures comme des secondes, et que la pire journée dévient la plus belle journée; merci e eux et a ceux qui nous promets pas d’être avec nous mais a ceux qui nous font de belle surprise et sont tout le temps a nos côtés, c’est à cause d’eux que nous existons aujourd’hui.

SAM_0042

Une belle journée , une belle récolte de 60-70 kg de miel et une belle rencontre entre les gens.

 

Sortie au domaine de Chamarande :

Une journée magnifique pour plus de vingt Robinsons !

SAM_5664

Quand nous sommes arrivés vers midi, le domaine était vide…nous avions l’impression qu’il nous appartenait ! Alors nous avons pris le temps de choisir un joli coin pour s’installer pique-niquer. Nous avons placé les tables de pique-nique sous les arbres les unes à la suite des autres afin de se faire une belle et grande tablée sous les arbres et tout près de drôles de hamacs…avec  vue sur le lac du domaine !

100_1965

Après un bon repas partagé, nous avons entrepris un tour des jardins à pied pour aller en découvrir les recoins et surprises…partout dans les jardins étaient disséminées des œuvres à toucher, tester et explorer faisant partie de l’exposition « Habiter ». Nous avons trouvé de drôles de cabanes sur une petite île …les enfants les ont investies avec grand plaisir ; puis encore d’autres drôles de formes d’habitat et installations incongrues nous attendaient tout au long de cette marche ! (baignoires en plein air,installations rocambolesques de chaises).

100_1976

Pour continuer à la fin de notre promenade pédestre, nous avons poursuivi la découverte du parc  en barque par petits groupes de 4 à 6 sur le fleuve « Amour ». Presque tous ont enfilé le gilet de sauvetage pour s’aventurer sur l’eau ; ce fut une belle partie de rigolade et les petits comme les grands qui montaient pour la première fois sur une barque ont pu apprendre à ramer ! Pas toujours facile mais à force de zigzaguer…on finit par prendre le coup de main ! Les animateurs qui nous accueillaient pour cette activité ont été fort sympathiques et nous ont prêté main forte lorsque certains groupes étaient en difficulté !!!

100_2017

Après toutes ces émotions, nous nous sommes tous dirigés vers le château pour visiter la partie intérieure  de l’exposition « Habiter »…et avons été accueillis comme des rois car on nous a tout de suite proposé de nous faire une visite guidé…nous avons accepté avec plaisir ! Nous avons alors suivi le guide et avons découvert tous ensemble 4 œuvres d’art contemporain (une maison labyrinthe aux murs penchés, une maison-fusée sonore en bois, une projection de papier paint mouvant avec des visages cachés à découvrir en prenant le temps d’observer et enfin une pièce obscure avec une installation-cerf-bidon qui fumait par les bois…bref, de l’art contemporain !).  Chaque découverte d’oeuvre était l’occasion de se poser  pour observer ,  se questionner, échanger nos interprétations, imaginer …Enfants et adultes étaient captivés ; ce fut un moment de concentration et de calme fort agréable pour finir notre visite !

100_2082

Nous avons donc passé une très belle journée ensemble…et toutes ces activités étaient gratuites, alors nous invitons les familles à y retourner par leurs propres moyens pour profiter des nombreuses activités que propose le domaine de Chamarande en libre accès.

100_1936

Vendredi La Rocade :

Dorénavant, pendant les vacances, les ateliers auront lieu de 16h à 18h pour toucher plus de monde. La chaleur faisant, nous avions constaté que le gros des enfants arrivaient souvent en fin d’atelier.Aujourd’hui, je me positionne sur la petite enfance et joue toute l’après-midi avec Ethan et Erwan, Ils sont un peu grands mais se plaisent à construire et détruire des tours, escaliers et diverses constructions. Ils se disputent un peu aussi, un kapla volera même dans la tête de Erwan. On enchaîne avec Hali Gali, que les garçons découvrent avec enthousiasme.

SAM_5629

Autour de nous, l’atelier vit. Leïla et Laura testent avec les enfants notre nouvelle extracteur de jus avec des poires et de la rhubarbe. Le résultat est succulent et chaud !

SAM_5628

Mathilde de son côté anime le coin des jeux de société et l’ambiance est bonne. D’où je suis j’entends les filles qui rigolent et se taquinent en jouant au Uno. Le groupe du jardin nous a rejoint et passe l’atelier avec nous. Nous vendons encore quelques sachets de courgettes !

SAM_5652

Jardin de Saulx:

Vendredi 24-07-2015

Cet après-midi nous sommes prêts pour une nouvelle séance de jardinage avec le groupe des adultes et nous sommes aussi accompagné par Tito qui viens nous donner un coup de main bienvenue.

SAM_0017

Et comme nous sommes déjà habitués, chacun commence a partir dans toutes les sens pour ramasser des courgettes, des rhubarbes, des poires, et ensuite avec un peu plus d’effort  de arroser bien abondamment notre belle récolte.

SAM_0019

Jessica et Franck aidé un peu par Eddy, commence a ramasser un bonne quantité des courgettes , des grosses et des petites, tandis que Nicolae semée en plein terre de la laitue  pommée et de la salade frisée, puis ils les arrose bien et aussi les radis.

SAM_0028

Cependant Tito de l’autre côté du jardin emmène de la rhubarbe pour le jus de cet après-midi et ensuite tous ensemble partons pour cueillir les poires qui sont tombes dans l’herbe pareil pour le jus.

Superbe journée qui finit avec un bien mérité goûter a l’ombre.

A bientôt!

Skatepark :

Aujourd’hui, nous avons commencé par faire un petit tour à notre tout récent jardin partagé de la Villa Saint Martin pour investir une nouvelle cave attribuée par les 3F juste en face avec un point d’eau à disposition ; nous avons installé notre tuyau…nous n’aurons plus de problèmes d’arrosage .

100_1927

Puis nous nous sommes rendues Aline et moi, Leïla au Skatepark avec une caisse remplie de beaux livres et de quoi mettre en place un atelier cirque (tapis d’acrobatie, diabolos et pédale).

100_1919

Rapidement, Enda, Maria et leur cousine Khadidja nous ont rejoints pour lire quelques histoires puis s’initier à la pédalette. Petit à petit d’autres enfants sont venus s’installer sur nos tapis, y faire quelques acrobaties , …

100_1924

Nous avons enfin partagé un bon crumble aux prunes du jardin …acides comme les bonbons qui piquent !

Jardin de Saulx:

Jeudi: 23-07-2015

Nous allons continuer aujourd’hui avec un nouvel atelier de jardinage , mais cet fois-ci, avec le groupe des adultes qui est bien impatient de recommencer une nouvelle séance avec plein d’envie.

Et comme d’habitude on fait notre petit numéro, parmi les voitures et ensuite dans les petits rues de Saulx, pour arriver enfin a notre destination bien connue par tout le monde: le jardin, un lieu de repos, ou la nature est reine et nous sommes les rois;

SAM_0011

Nous tardons pas plus que ça , et nous allons maintenant se mettre tous au travail et commencer de ramassé encore des courgettes, pour la récolte et ensuite un bon arrosage a nos plants des légumes qui chaque jour, grandisse et grandisse encore!

SAM_0015

Après avoir tout cueilli et bien arrosé, nous rechargeons les piles avec le bon sirop de fraise et le pain avec la confiture de fraise qui va avec!

SAM_0016

 

Petite enfance Ballainvilliers 23-07-2015:

Comme la semaine dernière, Laura et moi nous rendons à Ballainvilliers pour l’atelier petite enfance.

Aujourd’hui nous décidons tous d’apprendre un nouveau jeux collectif: le béret. Les enfants forment deux équipe qui s’installe chacune d’un coté du terrain. Au milieu des deux équipes il y a une assiette en plastique.

Discrètement nous nous donnons des numéro et lorsque Laura appelle un numéro, chacun des joueurs portant ce numéro se précipite pour attraper l’assiette et retourner dans son camp sans se faire attraper ! Au départ les plus petits n’avaient pas très bien compris ce jeux et au fur et a mesure tout le monde a bien joué et ça a beaucoup plu !

SAM_5581

Après cela, les enfants proposent de faire quelques parties du jeux qu’ils appelllnt “dimanche”. Nous apprenons donc les jours de la semaine en nous amusant.

Nous sommes tous en cercle et chacun notre tour nous tapons dans la main du voisin en disant un jour de la semaine. Lorsque nous arrivons a Dimanche le but est de réussir a ne pas se faire taper dans la main. Les petis comme les grands, les enfants comme les adultes s’amuse beaucoup a ce jeux ! Ils ont d’ailleurs continué lorsque nous sommes partis.

SAM_5603

Tout le monde s’assied maintenant sur les tapis, les enfants qui en ont l’age font un exercice pour écrire l’alphabet pendant que les plus petits font de coloriages. Beaucoup s’applique a écrire les lettres.

SAM_5609

Nous finissons par une partie de mikado géant et c’est maintenant l’heure du goûter ! Nous partageons un verre de sirop et des tartines de confiture de fraise.

SAM_5617

A bientôt les enfants !

Jardin de Saulx-les-Chartreux:

Mercredi, 22-07-2015

Une nouvelle journée commence aujourd’hui sous le bleu ciél de Longjumeau, et comme nous sommes habitués, la séance de jardinage avec les enfants reprend après une semaine ou nous n’avons pas pu être présents, et c’est ainsi qu’une belle journée tiens ses ailles au dessous de nous et avec des petits pas on se dirige vers le jardin de Saulx avec un groupe des six filles bien contents d’être là présents aujourd’hui.

SAM_0064

Pour deux d’entre elles c’était une première fois au jardin, et ça leur a beaucoup plu d’y être et de passer une après-midi dans notre compagnie.

Puis nous commençons un ramassage des poires tombés par terre en grande quantité mais heureusement pour nous dans un bon état, prêt pour la confiture!

SAM_0034

Ensuite, un arrosage général s’impose car les plants ont soif et besoin de se nourrir” et nous sommes là pour les aidée a survivre ” , exclame-t-elle, Allya, la petite fille de Zohra en rigolant: ” Oui, nous sommes là pour les aider a survivre car elles aussi vont nous aider pour nous nourrir, et c’est comme ça que on dévient grands.”

SAM_0044

Superbe journée, superbes sont aussi les filles, et nos légumes ainsi!

SAM_0051

Bel Air 22-07-2015

Nous voila parti Aline et moi, Mathilde, pour l’atelier de rue à Bel Air.

En arrivant, il y a quelques enfants nous aident a installer le matériel. Aline commence le mikado géant avec quelques enfants pendant que je cherche encore comment s’installe le badminton.

SAM_8111

Avec des enfants, nous faisons un puzzle, on commence par un puzzle de “oui-oui” que les filles on super bien réussi !

Pendant ce temps la, d’autres font un jeu de construction où il faut assembler plusieurs pièces en formes de toboggan et réussir à ce qu’une bille puisse passer dans tout le circuit.

SAM_8113

Nous avons aussi rapporté le “molky”, c’est un jeux que j’aime bien faire avec les enfants et eux aussi. Nous avons fait plusieurs parties, par équipe. Cela ce joue avec des quilles en bois portant un numéro, il faut renverser les quilles pour atteindre 50 points !

C’était la deuxième fois que j’allais à Bel air et je suis contente car j’ai revu des enfants et nous avons eu l’occasion de discuter ensemble.

SAM_8100

C’est maintenant l’heure du goûter, une fois tout le monde installer sur les tapis, les enfants responsable du goûter servent du sirops et du crumble ! C’est un crumble aux prunes du jardin, certains de nos Robinson le trouve trop acide a leur gout et d’autre aiment beaucoup ça.

SAM_8109

Pendant ce moment, quelques enfants ont pu dire vouloir refaire un atelier avec la “slackline” et une autre souhaite faire du maquillage.

Soirée Kesaj Tchave à Buno:

21-07-2015:

SAM_5497

Nous nous sommes rejoints dans l’après-midi de ce mardi pour une soirée avec nos désormais fidèles Kesaj Tchave. Une partie a commencé à profiter du ballon de foot, une autre s’est aussitôt mise à la cuisine car ce soir, c’est couscous Robinson.

DSCN0807DSCN0801

Au château, beaucoup de monde: la trentaine d’enfants du groupe, notre dizaine, et même une colonie de vacances venue de Montreuil. Tout ce monde cuisine, se baigne, fait de la barque, de la musique, joue au foot.

DSCN0847

Nous avons eu droit à notre spectacle perso des Kesaj Tchave, puissant et énergique comme d’habitude, puis nous avons mangé le couscous dehors ; L’ambiance, le monde et la météo étaient avec nous toute la soirée. Nous avons dû écourter pour rentrer chez nous, mais c’est à regret car la soirée battait son plein sur la piste de danse !

DSCN0809

 

Les enclaves nomades

Avez vous remarqué cette nouvelle frénésie sociale de fermer les locaux, de fermer les MJC , les centres sociaux? Avez vous remarqué comment les anciens locaux résidentiels sont de plus en plus barricadés, inoccupés avec méthode. Les rares espaces collectifs et sociaux qui existent sont immédiatement garnis de barrières. On y rentre par des portes à code , des grilles baissées;  on s’y fait filtrer par l’accueil, on butte sur des horaires de fermeture.

SAM_5333

Le déni et l’exclusion se manifestaient autrefois par le renvoi à la périphérie, la ghettoïsation, ou l’enfermement dans des structures de consolation, de tous les groupes, les classes, les castes qu’on ne voulait pas voir. Ces derniers  étaient poliment ou gentiment renvoyés dans des structures censées les contenir et les retrancher de la vie publique.

C’est cela qui aujourd’hui a été renversé. Tout espace pour ces publics, même à la marge, aussi réduit soit-il, est devenu insupportable. Il faut leur retirer jusqu’au moindre interstice de repli. On lutte aujourd’hui contre les mêmes groupes avec une nouvelle logique: les priver de lieu pour les priver d’existence.

Ces lieux qui hier encore étaient méprisés et n’intéressaient pas les puissants ont pris une importance stratégique. Il s’agit de les reprendre pouce par pouce et de les neutraliser. On présente comme une reconquête le fait de chasser les pauvres des lieux qui leur servaient de refuge. On présente comme inacceptable que les groupes exclus et dominés puissent être quelque part chez eux.

Alors ou bien on ferme, ou on récupère les structures qui étaient à leur nom. Et on met en oeuvre une pédagogie sécuritaire, qui les en éloigne .

Et tout est inversé: les devantures, les ouvertures sont là pour filtrer; tandis que l’accueil est là pour refouler. Les salles d’activité sont là pour être fermées et les groupes sans but ne retiennent plus personne.

Les équipements publics sont ou bien privatisés et payants, ou bien démolis et neutralisés. Et surtout la règle d’or est : on ne bâtit plus rien de public ou de social.

Les équipements collectifs sont comme les logements vraiment sociaux: on sait plus en produire, et on s’imagine toujours que le progrès passe par leur destruction.

Ce qui est institué aujourd’hui c’est bien la désapropriation de tous les espaces.  Nous sommes réduits à l’état d ‘usagers de nos espaces de vie que ceux ci soient privés, , publics ou professionnels. Nous pouvons y être accueillis, nous pouvons les fréquenter , nous ne pouvons pas vraiment les habiter, les détourner ,les transformer et encore moins les, créer.

Toutes les tentatives d’habitation véritable de l’espace , d’y laisser notre empreinte, de les vivre et de les utiliser même un  peu, sont plus ou moins vues comme de l’abus, de l’illégitime, de l’invasion.

Une nouvelle morale se forme, se répand, se proclame et s’impose; elle consiste à interdire d’habiter , à ne pas laisser de traces. Dès lors toute occupations devient temporaire ou fugace; nos enclaves de vie ne sont que nomades, à l’image des ateliers de rue, en pédagogie sociale.

Notre appropriation ne s’inscrit plus dans l’espace, mais dans le temps. Seul un temps défini et balisé peut nous autoriser à vraiment vivre l’espace et à en faire une possibilité de vivre ensemble.

La Pédagogie sociale est une pédagogie de reconquête du temps , pour une époque sans espaces à habiter.  ce que produisent nos ateliers c’est du temps d’habitation, du temps de vivre et produire ensemble .

Nous intervenons sur des espaces que nous ne possédons pas, mais auxquels , en revanche , on donne un sens nouveau : les friches deviennent jardins magiques, et les espaces publics ateliers de production collective.

On ne peut pas chasser ceux qui sont dehors, on ne peut pas fermer ce qui n’a pas de murs.

Nous habitons subrepticement, nous occupons à temps perdu; nous logeons à de nouvelles enseignes.

DIMANCHE 19 JUILLET 2015

Jardin

Aujourd’hui, le temps nuageux et quelques mésaventures chez nos adhérents ont réduit l’effectif prévu. Nous étions 12 au jardin.

DSCN0769
En ce moment, c’est l’été, donc il y a beaucoup à cueillir, beaucoup à aider à pousser, beaucoup à couper.DSCN0775

Nous nous sommes tous mis au travail, encore une grosse récolte de courgettes, un peu de désherbage, quelques carottes, quelques radis, des poires que nous avons tenté de faire en jus grâce à une nouvelle machine achetée par Laurent.DSCN0799
Au menu, merguez et salade. Nous nous sommes régalés comme d’habitude. DSCN0783

Après ça, avec les récoltes de rhubarbe et de poires, nous avons fait une compote sur le feu, que nous avons dégustée avant de rentrer.

SAMEDI 18 JUILLET 2015

Champlan

Nous sommes allées à 3, à Champlan (Laura,Leila,Ramona ) Nous avons fait fais le tour dans le camps pour chercher des enfantsSAM_5460

Certains étaient partis en Roumanie et lquelques autres (5-6 enfants)ils étaient avec leur parents faire la manche. SAM_5461

Nous sommes restées avec Roberta et Sami on a joué a la dînette ensemble et on a pris le goûter.

SAM_5463

Nous espérons retrouver les autres enfants la semaine à venir.

 

Villa Saint Martin
( Mathilde) Je raconte l’atelier de rue de la Villa Saint Martin.

Avec Quentin et Nicolae nous avons aménagé un coin pour les petits au coeur de l’atelier,  avec la dînette. Nous avons lancé un chantier pour  consolider la table du jardin et la décorer ainsi que, selon Nicolae, la “grande bataille du siècle”.
Quand nous sommes arrivés, les enfants présents se sont immédiatement investis dans le bricolage. Vous vous souvenez la table en palette que les enfants ont commencée, lors de l’inauguration du jardin? Il ne restait plus qu’a la consolider et bien sûr, la décorer selon l’envies des enfants !  DSCN0733
Nicolae et moi sommes resté avec les plus petits a déguster les bons gateaux préparés par les petits avec la dînette. Il n’y avait pas beaucoup de monde: mais au fur et a mesure d’autres maman et  enfants nous ont rejoints.

DSCN0742
Avec Nicolae nous avons proposé un grand jeux pour se rafraîchir ! Les enfants nous ont aidés a inventé les règles. Ils ont déposé le drapeau que nous avions apporté a un bout du terrain et nous étions a l’autre bout. Nous avons formé deux équipes: les bleu et les rouge armés de saladiers d’eau et d’éponges. Il fallait être réactif et tactique pour que notre équipe puisse aller attraper le drapeau sans se faire toucher par les éponges qui volaient !

DSCN0761
Nous avons fait plusieurs parti et a la fin l’équipe qui avait réussi a prendre le drapeau a courser l’autre équipe et tout le monde se mouillait avec les éponges d’eau. Cela a terminer l’après-midi avec des rires.
Les Robinsons qui étaient a la table sont revenus pour le goûter avec quelques éclaboussures de peinture !

Après le goûter, on se dit ” à dans deux semaines” avec des idées d’atelier a faire ensemble. Oh oui dans deux semaines, la semaine prochaine nous serons a Chamarande pour une sortie avec des familles.

VENDREDI 17 JUILLET 2015

Jardin et La Rocade 

En cette journée ensoleillé, nous décidons d’aller tous ensemble au jardin et ensuite, d’aller a la Rocade pour l’atelier de rue.

Nous arrivons au jardin où chacun se met a un travail. Il faut désherber sous la serre, arroser une grande partie du jardin, surtout les haricots qui pousse pousse et pousse a grande vitesse  ! Il faut aussi ramasser des courgettes et cueillir les poires et les fruits rouges.DSCN0728

Les petites poires sont très bonnes et il y en a tellement sur les arbres  ! Nous faisons une grande cueillette qui nous servira pour préparer le goûter à l’atelier cuisine de la Rocade  .

Les fruits rouges se font un peu plus rares, les framboises ont souffert de la chaleur mais il y a comme même des fraises et des mûres. Nous allons déguster de bonnes tartes au fruit tout a l’heure.DSCN0725

Nous avons réussi a faire tout ça et Nicolae a même pu semer de nouvelles graines de radis que nous avons bien arroser.

Nous repartons, les bras chargé de fruits et de courgettes et c’est maintenant le moment d’aller a la Rocade.

Puis ATELIER DE RUE

Avec l’aide des adultes qui étaient au jardin, nous installons l’atelier. Ce vendredi ce sera atelier petite enfance, jeux de société, cuisine et théâtre  !

Quand nous arrivons il n’y a pas beaucoup de monde mais nos Robinsons  : enfants et parents arrivent petit a petit partager cet après-midi.

La cuisine débute tout de suite, cela plaît à de nombreuses personnes, de préparer des bonnes tarte au fruit du jardin. Il se mettent a réaliser deux tartes dont je vous reparlerai plus loin.

.SAM_5413

Pendant ce temps, Tito et des enfants font des parties de jeux de société et surtout de «  uno  »  ! C’est un jeux que les petits comme les grands apprécient. SAM_5446

Le tapis de la petite enfance se remplit durant l’atelier: jeux de construction, dînette, hochet sont tous utilisé et certains s’installent même pour se reposer sous une couverture, a l’ombre.

SAM_5431

Théâtre de rue: Cinq enfants, Quentin et moi débutons du théâtre.

Aujourd’hui, Quentin a préparé une petite scène basique, sur le scénario de 3 personnes qui se disputent pour une histoire de ratatouille. On commence par lire la saynette tous ensemble et chacun a dit ensuite ce qu’il en avait compris.

Nous formons alors deux groupes  : l’un pense que la scène se déroule pendant un repas en famille avec une maman et deux frères de 5 ans. L’autre groupe dans lequel j’étais, avons fait cette scène avec une maman, un papa et une adolescente. Nous créons alors, chaque groupe, notre scène a partir du même texte. Seulement, nous ne prenons pas les même personnages et interprétons le texte de façon différentes. Nous nous sommes donc entraîner a jouer le théâtre, se créer et incarner un personnage. Nous avons décider de jouer cette scène comme une comédie et cela a fonctionné  ! SAM_5457

Il est temps de ranger le matériel et de s’installer pour partager le gouter. Nos robinsons cuistot nous ont préparer une bonnes tartes a la crème d’amande, aux poires et framboises  ! Mmmmmmh, nous nous régalons  !

Une fois la tarte dégustée,, les deux groupes de théâtre présente leur scène aux autres et nous avons ien réussi a faire rire tout le monde. Deux scènes au texte identique mais différentes et drôle  !

Voila, l’après-midi se termine a la semaine prochaine  !

JEUDI 16 JUILLET 2015

Atelier petite enfance Ballainvilliers

Bonjour !

Laura et moi, Mathilde, allons sur le camp de Ballainvilliers pour l’atelier avec les enfants. Il fait vraiment très chaud aujourd’hui et les enfants n’ont pas trop envie de courir.

SAM_5333

Nous commençons donc l’atelier, assis sur les tapis, par la confection d’un DAZIBAO. Nous prenons pour thème la nature et les enfants dessinent des fruits et légumes autour d’un grand pommier.SAM_5336

C’est aussi l’occasion d’apprendre le nom des fruits et légumes et leurs couleurs. Le désibao se remplit des dessins des enfants ! Et puis, nous ramassons des feuilles, des fleurs, des branches… Le DAZIBAO prend vie !SAM_5362

Nous collons ce que nous avons ramassé et aussi des graines de haricots. Les enfants ont aimé coller les graines et les feuilles. Parfois c’était un peu difficile de les faire coller, mais ils se sont bien débrouillé ! Après ce moment créatif, les enfants ont eu envie de faire un “tomate ketchup”, c’est un jeux qui leur plait beaucoup.SAM_5363

Nous partageons maintenant le goûter, de bon sirops frais et des madeleines au chocolat que nous ont donné Animakt. Mmmmmh un vrai régal !SAM_5385

 

Skatepark et jardin

Cet après-midi, la canicule était au rendez-vous et malgré cette grosse vague de chaleur, les enfants aussi…mais les plus grands seulement !DSCN0691

Hafsatou, une copine à elle, Najamie et Timothée nous attendaient de pied ferme puis toute une fratrie nous a rejoint et d’autres enfants ont passé un bout de temps avec nous. Au programme de cet atelier : lecture de contes, jeux de société et de logique, badminton et un peu d’acrobatie pour Hafsatou qui demande toujours à en apprendre davantage !DSCN0698
Après toutes ces activités, nous avons partagé un petit goûter pour prendre des forces avant de prendre la route du jardin et nous y avons trouvé de belles et succulentes petites poires bien sucrées que nous ne manquerons pas d’utiliser demain pour cuisiner ensemble sur l’atelier de rue de la Rocade une bonne tarte aux poires toute fraîche…kronik skatepark et jardin (6)

qui sera peut-être d’ailleurs agrémentée de quelques bonnes petites framboises jaunes et rouges…rendez-vous pour la confection et la dégustation demain sur l’atelier de la Rocade !

MERCREDI 15 JUILLET 2015

Bel Air

Il fait chaud aujourd’hui ! Le temps parfait pour profiter de jeux d’eau en extérieur ! Une bassine, des objets flottants, de quoi transvaser et c’est parti pour jouer tout en fraîcheur.SAM_5247

Les plus grands ont préféré jouer au badminton mais semblaient tout de même être tenté par les bruits de l’eau et les rires des enfants.SAM_5257

QUI VEUT FAIRE UN JEU COLLECTIF ? C’est avec un grand plaisir que nous nous sommes tous retrouvés, grands et petits, afin de pouvoir faire une balle aux prisonniers… Nous avons fait deux équipes, préparé deux bassines d’eau comportant des éponges…SAM_5264

Chacun son éponge en main… 3, 2, 1, BOOM ! La bataille d’eau a commencé… Tout le monde a su profiter, s’amuser en ce mercredi ensoleillé.SAM_5290

Nous avons tous beaucoup couru… Il est temps de prendre le goûter et de s’hydrater avec un verre de sirop frais.SAM_5313

Au revoir les enfants, à mercredi prochain ! Merci pour ces sourires et cette ambiance. Seul bémol : c’est passé trop vite !

Nous avons pu par la suite récupérer des gâteaux, du surimi, du jambon, offert par animakt. De quoi faire de bons goûters pour les jours qui viennent !

Vivre sans pourquoi

Vivre sans pourquoi (Alexandre Jollien)

” La Rose est sans pourquoi; elle fleurit parce qu’elle fleurit, n’a pour elle même aucun soin et de ne demande pas: Suis je regardée?” (Angelus Silesius , cité par A. Jollien)

Il y a  quelque chose de l’ordre du “Sans Pourquoi”, dans la Pédagogie Sociale. Cela réside dans l’absence totale de conditions, de réversibilité, de donnant / donnant, ou de contrat qu’elle met en oeuvre.

DSCN0665

Un atelier est un “sans pourquoi”. Ce qui empêche nombre de travailleurs sociaux, à commencer par les équipes de prévention, de les mettre en oeuvre  (inconditionnellement et durablement) est justement cela: il leur faudrait un “Pourquoi”; on pourrait même dire qu’il leur en faudrait 100, c’est à dire des “100 Pourquoi-s”…

Et puis il faudrait des “Pourquoi – Projets” ; des dossiers qui rendraient compte en long, en large , en longueur et en chiffres de ce “pour quoi”, on souhaite faire tout cela. Puis après avoir obtenu des moyens, il faudrait bien rendre compte du Pourquoi de ces moyens obtenus, dans un temps autre, encore une fois.

Et tout ce processus serait  soumis, à management, à travail en réseau ,  et gestion …

Il n’en reste plus beaucoup pour le “Sans pourquoi”.

Or , pour le faire cet atelier de rue, de Pourquoi on n’a nul besoin. On a besoin de “Comment”, essentiellement, c’est à dire d’une pédagogie de l’instant, du concret, de la rencontre et de la réalité.

Et puis on a  besoin du contraire du “Pour quoi”:  du “Pour rien”. L’atelier est un plus, un acte, une inauguration. Il n’a pas besoin de pourquoi”, car il sera justement le “pour quoi”, tout le reste va découler: les relations, les activités, les réalisations. En fait la pédagogie sociale est un “sur quoi” on peut compter, plus qu’un pourquoi agir.

Avez vous remarqué que “Pourquoi” en Français, cache deux questions? : Pourquoi ? et Pour quoi?  (en deux mots, dont pour qui? est la variante)).

La nuance est de taille et la confusion aussi car bien entendu ces deux questions ne sont pas de même nature.

La première interroge sur la génèse, la cause, l’origine de l’acte ou de sa motivation.

La seconde interroge la destination, le projet , l’intention, l’avenir.

C’est tout juste le contraire. Les deux s’emmêlent ensuite et cette confusion nous plonge dans  une vision de la vie et du monde où nous sommes toujours liés, où nous ne pouvons pas être libres, pas sortir des chaînes causes/ intentions, c’est à dire un monde , un univers sans gratuité. Un lieu où on ne peut pas offrir, où on ne peut rien donner.

La Pédagogie sociale est fondamentalement un don: un  don d’expression, un don d’organisation. C’est beaucoup moins pesant et  beaucoup plus libéré .  Elle n’a pas besoin de “Pourquoi?”, c’est à dire de se justifier, sans arrêt, de se règlementer … Elle n’a pas non plus beosin de “Pour quo?i”:  on se libère de l’hyperintentionnalité, des objectifs à court termes , de la fixation sur un but qui sera toujours inférieur à la réalité que nous atteindrons.

Cette “indirection” de l’acte en pédagogie sociale,  est décrit par Freinet comme étant “naturelle”,  et par F. Oury , comme étant “de surcroît”. Nous contribuons à un changement en cours; des destins seront transformés; une éducation collective prendra forme. Ces progrès ne découlent pas des objectifs que nous nous donnerions, mais des pratiques que nous mettons en place.

En renonçant à l’action ciblée sur les symptômes, sur les problèmes personnels ou sociaux, nous ouvrons la voie d’une action plus concrète, qui prendra en compte toute la complexité de la réalité , et des situations.

La Pédagogie sociale est sans pourquoi, car elle est aussi “sans maîtrise” . L’oeuvre sociale qui s’y rattache n’est pas reliée à un but ou une cause, mais à une pratique, une expérience, une activité qui pense et qui se pense.

Est léger ce qui est “sans pourquoi” ( ni pour quoi); on peut aisément le mettre en oeuvre malgré les résistances que cela suscite.

Mardi 7Juillet la Mer pour les enfants de Champlan

Avec l’accompagnement de Cailla et de sa famille et l’aide de la camionnette neuve des Robinsons, ce sont 11 enfants de Champlan qui sont partis à la mer, pleins de joie et d’émotion.

La destination, a été Houllgate pour une journée ensoleillée et réussie

Dimanche 12-07-2015

Jardin de Saulx-les-Chartreux:

Cet après-midi nous sommes au rendez-vous car nous avons envie de partager, d’être conviviaux, et surtout de passer un bon moment ensemble avec les familles qui ont décidé de nous accompagner aujourd’hui au jardin.SAM_5241
Comme prévu, nous retrouvons tout le monde devant le lieu habituel et sans trop tarder nous partons vers le jardin.
Avec plein d’envie et d’énergie et d’enthousiasme on commence par un ramassage des bois pour le barbecue et ensuite les enfants se mettent à éplucher les tomates, concombres pour la salade. Nicolae et son père, aidés par Zohra commencent à s’occuper des tomates sous la serre et celles de dehors qui commencent aussi à fleurir.SAM_5209

Puis avec les enfants on fait une petite cueillette des poires et pommes qui sont parterre et ensuite nos courgettes qui ne s’arrêtent plus de donner encore et encore des courgettes.
L’heure du repas est arrivé et tous restons assis autour de la table et partageons ce moment important de la journée tout en rigolant. La journée se passe merveilleusement bien et la bonne humeur et la rigolade sont à l’ordre du jour. Après ce bon repas, Nicolae prépare la débroussailleuse et commence à débroussailler des deux côtés du jardin et en dehors de celui-ci pour redonner un beau visage à notre jardin.SAM_5217
Après avoir fini, il annonce le moment du goûter et ensuite tout le monde commence à ranger le matériel mais pas avant de partager tous la récolte de la journée: courgettes, blettes, persil, basilic et carottes;
Bien à vous!
Au revoir!

Samedi 11-07-2015

Champlan:

Cette après-midi nous sommes allés sur le bidonville de Champlan avec Laura et Mathilde et moi (Nicolae), car comme nous ne sommes pas nombreux nous allons essayer aujourd’hui de faire une bonne heure d’atelier avec les enfants et finir avec un goûter et un partage des sacs de vêtements aux familles du bidonville.SAM_5178

Dès notre arrivée les enfants très heureux nous reçoivent avec joie en sachant qu’ils vont bien s’amuser avec nous. Après avoir récupéré les enfants de l’autre côté, Iasmina , Florentin et Ionut, Ana nous accompagne pour encore une fois donner un coup de main sur l’atelier.SAM_5179
Ensuite, les jeux peuvent commencer, et là nous débutons avec “un, deux, trois, soleil!” pour donner envie et courage et on enchaîne avec “le berret” qui amène de la vitesse et du monde tout autour de nous, des adultes qui auraient bien aimé eux aussi jouer avec nous,  mais pour le moment ils se contentent de regarder les plus petits et leurs enfants prendre plaisir et s’amuser avec les Robinsons.SAM_5166
Tout ça se passe à merveille et le goûter leur éteint la soif avec un bon sirop bien frais et une tartine à la fraise!SAM_5195
Ciaw!

Villa Saint Martin:

Après être allé faire un petit atelier sur le camp de Champlan, Nicolae, Laura et moi nous dirigeons maintenant vers la Villa Saint Martin.

Lorsque nous sommes arrivés le terrain d’herbe était désert… Nous avons installé les tapis avec les jeux de la petite enfance et puis un grand tapis pour les jeux de société. Une fois tout installé, les enfants sont venus. Nicolae, Mathis et Timéo ont fait une grande partie de domino pendant que avec Laura, Nesrine et moi faisions de la dînette et des jeux de construction.100_1882

Nous en profitons pour discuter et se demander comment ça va.

Après cela, une grande partie de “Dobble” a commencé ! C’est une jeux que j’aime bien et les enfants aussi, il faut être attentif et réactif !100_1886

Au fur et à mesure plusieurs enfants sont arrivés. La semaine dernière, les enfants avaient proposé, au conseil de quartier, de faire un parcours dont le but est, par équipe, d’apporter un verre d’eau dans une bouteille, sans le renverser !

100_1910

Nous avons donc proposer à nos Robinsons d’organiser le parcours. Nous installons le parcours ensemble et commençons une partie. Je crois que les enfants ont bien aimé faire ça.

100_1911

C’est maintenant l’heure de ranger, “Allez les enfants on range tous ensemble” ! Nous partageons le goûter on faisant un petit conseil de quartier.100_1906

Une maman nous a rapporté plein de quartiers de pommes pour le goûter, c’est très gentil et nous sommes très contents parce qu’elles sont super bonnes..

Vendredi 10-07-2015

La Rocade et jardin: 

Aujourd’hui nous arrivons à La Rocade vers 15h et nous mettons en place notre atelier de cet après-midi avec un effectif très réduit nous arrivions quand même à s’en sortir avec le matériel.

DSCN0667

A notre arrivée nous somme surpris car le soleil qui tapait très fort a fait les enfants rester dans la maison au frais, mais nous perdons pas espoir car petit à petit les enfants commencent à arriver et l’atelier peut enfin commencer.DSCN0665
Nous débutons avec un ” magasin gratuit” des jeux de société et des peluches, et les enfants sont ravis de pouvoir prendre à la maison des jeux.DSCN0662

Cependant comme il n’y avait pas trop de monde , Nicolae part avec Tito, Cindy, Franck et Jessica au jardin de Saulx-les-Chartrreux, pour s’occuper un peu du jardin, de l’arrosage des poivrons, du basilic, des haricots,des piments et nos belles fleurs qui rendent beau le jardin.
Nous ne tardons pas beaucoup au jardin, c’était occasion de faire visiter aussi le jardin à ceux qui n’ont jamais vu notre potager et ça leur a beaucoup plu.DSCN0678
A notre retour à La Rocade, j’arrive avec des légumes frais, et plus exactement avec des courgettes directement mis dans des sachets de congélations et elles partent aussi vite que nous les avons cueillies et la journée ne pourrait pas se finir mieux que ça!
A très prochainement!

Jeudi 9-07-2015

Atelier petite enfance 3-6ans Ballanvilliers

Aujourd’hui j’ai été toute seule (Laura), je suis allée sur le camp, les enfants attendaient que l’on arrive.DSCN0616

On a mis les tapis ensemble ,d’abord je commence avec un jeu collectif (le facteur,et le tomate ketchup), après je joue avec les enfant aux constructions en kapla et legos.DSCN0612

Les enfants se sont bien amusés avec les jeux. Après on a commencé à chercher des objets sur le camp pour faire une traversée de rivière (un jeu d’équilibres ).DSCN0638

Les enfants ne s’arrêtent pas de jouer. Ils ont adoré. Ensuite on s’est assis sur le tapis pour un moment calme: chaque enfant a pris son cahier pour faire des coloriages.DSCN0628

Enfin le goûter qui a été un bon moment pour tout le monde.

Jardin de Saulx-les-Chartreux, Skate Park:

Aujourd’hui nous prenons la décision d’aller ensemble avec Leïla et les adultes du groupe du jardin, d’abord au Skate Park pour un atelier éducatif dans le quartier et ensuite enchaîner avec les plus partants au jardin de Saulx pour au moins arroser les plantations.
Malheureusement, après plus d’une heure d’attente et de patience, les enfants ne sont toujours pas arrivés. Le soleil tape très fort et la chaleur commence à nous fatiguer et tout doucement nous commençons à ranger le matériel, étant fort déçus.
Mais heureusement que le groupe de jardin et Hafsatou qui nous retrouve après une longue période d’absence, a envie de venir avec nous au jardin.SAM_5160

Sur le chemin on récupère Laura qui reviens plus ou moins épuisée de son atelier sur le bidonville de Ballainviliers où elle a eu une quinzaine d’enfants à elle seule et nous prenons ensuite le chemin pour arriver au jardin.SAM_5157
Quand nous sommes arrivés, nous commençons dès le début à arroser sous la serre les poivrons qui commencent à bien pousser et récupérer quelques piments car ils sont bien gros, et ensuite sur le terrain on récupère encore des courgettes et arrosons les haricots et le persil et le basilic, et encore quelques petits plants de citrouilles.SAM_5155
Le jardin est beau, tout a bien poussé, nous commençons bien à récolter et le plus important: il y a du monde qui a toujours envie de venir et de partager un bon moment ensemble!SAM_5154

Sortie avec les enfants de Champlan:
Aujourd’hui nous avons prévu une sortie à Paris ! Quentin, quatre enfants du camp de Champlan et moi nous dirigeons vers la Villette pour aller découvrir la Cité des sciences !

Les enfants ne connaissent pas cette endroit de Paris et après un trajet, un peu long à leur goût, nous arrivons dans le grand parc de la Villette. Nous commençons par aller voir l’aquarium et ça plait bien au enfants. Ils cherchent à reconnaître les poissons avec l’aide des panneaux descriptifs. Ils sont à la recherche des poissons un peu étranges et des étoiles de mer ! C’est déjà l’heure du goûter ! Nous nous installons dans le parc pour déguster un bon quatre-quart et une boisson.
C’est maintenant l’heure de la visite de la cité des sciences pour enfants. Il y a beaucoup de choses à découvrir alors les enfants sont tout excités d’aller voir tout ça ! On commence par le coin des jeux visuels.

il y a plein de petites activités pour découvrir comment fonctionne une caméra, comment on peut donner une impression, un décor en filmant.

Et puis nous passons au coin des jeux d’eau. Il y a des circuits avec des jets d’eau, dont les enfants doivent commander la direction ainsi que la puissance, afin de faire avancer des boulles dans le circuit, les faire tenir en l’air sur un jets d’eau… Il y a beaucoup d’expériences a faire ! Nous avons aussi fait des expériences avec l’électricité, la nature, le son, le corps…

Nos Robinsons ont fait toutes les expériences et ils ont beaucoup aimé ça ! Surtout celle avec l’eau et le son.
C’est maintenant l’heure de rentrer mais il y a tellement de choses à voir à la cité des sciences et dans le parc de la Villette que les enfants seraient bien restés encore ! Il sont intrigués par la Géode, vous savez, ce cinéma dans une grosse bulle argentée où il y a des films à thème.
Nous avons dû affronter quelques bouchons en jouant à reconnaître les voitures autour de nous. Et puis nous ramenons les enfants après cette grande journée !

Mercredi 8-07-2015

Sortie à la mer: 

Aujourd’hui c’est la grande sortie à la mer !

Nous nous retrouvons tous à 7h30 le matin pour prendre le car qui nous emmène jusqu’à Villers-sur-mer. Nous sommes une cinquantaine de Robinsons prêt à profiter d’une grande journée en Normandie. C’est parti ! Pendant les heures de car, certains finissent tranquillement leur nuit, pendant que d’autres discutent, font des jeux, lisent des journaux et bien sûr y font les mots croisés.DSCN0607

Ça y est, on voit la mer !!! Les enfants sont très excités de pouvoir jouer dans le sable et aller se baigner. Quand nous arrivons, il y a de gros nuages dans le ciel et un vent frais souffle. Certains se couvrent de leur serviettes pour ne pas avoir froid. Nous pensions retrouver le soleil qu’il y avait à Longjumeau ce matin mais celui-ci en a décidé autrement.

Nous nous installons tranquillement près de la mer pour partager le pic-nic. Au menu: sandwiches, salades, chips, ratatouille de Zohra, riz préparé par Fouzia et de bonnes bananes plantin frit cuisinées par Aminata ! On se régale tous et profitons de ce bon repas ensemble.

DSCN0484

Une fois le repas terminé, les enfants courent vers le sable pour faire des chateaux, jouer avec les raquettes…DSCN0500

Nous rangeons le déjeuner pour nous installer sur la plage. Le soleil pointe de temps en temps le bout de son nez, mais les adultes ont quand même trop froid pour se baigner. On va se tremper les pieds mais les enfants, pour la plupart, sont motivés pour jouer dans l’eau.

DSCN0532

Une fois en maillot de bain nous courrons jouer dans les vagues ! Les enfants, Quentin et moi, Mathilde, nous amusons beaucoup dans la mer. On se jette dedans, on se laisse emporter au bord par les vagues et bien sûr on s’arrose !DSCN0532

J’ai trouvé que la mer était très bonne et nous étions bien dedans mais les autres ont trouvé qu’il faisait trop frais pour la baignade.

Après la baignade, un groupe reste sur la plage pour faire des châteaux de sable et des jeux pendant qu’un autre groupe décide d’aller se balader dans la ville. Nous nous promenons dans de jolies petites rues piétonnes, nous regardons de petits magasins locaux en discutant.DSCN0555

Quelques gouttes de pluies tombent et le vent devient vraiment frais sur la plage, alors nous nous rejoignons et décidons d’aller nous promener dans un grand parc de Villers-sur-mer.

Il y a un lac avec beaucoup de canards et de cygnes, une balade autour de ce lac ainsi que des jeux pour les enfants.

Cette balade est sympa pour finir la journée et les enfants aiment y aller jouer. Il y a une tyrolienne et ça, ça amuse beaucoup les enfants !

Nous prenons le gouter et c’est maintenant l’heure de repartir, quelques heures de car nous attendent.

Sur le chemin du retour, c’est très calme dans le car. Je crois que nous sommes tous fatigués d’avoir fait plein de choses et par l’air de la mer comme on dit.

Ce fut une belle journée, malgré le temps !

 

Problèmes de positions et problèmes de relations

Une des tendances actuelles des administrations, institutions, établissements est de transformer les problèmes rencontrés avec les individus, comme avec les familles, les groupes, voire les communautés, en problèmes de relations.

100_1810

Relations contre positions

Cette tendance à qualifier et justifier toute rupture de service, tout refus de prise en compte, toute exclusion, au nom de problèmes relationnels rend de nombreux services et résout de nombreuses contradiction.

En effet, procéder ainsi permet:

1- de donner une image décontextualisée des situations conflictuelles; il n’y a plus d’historique, plus de temporalité. Il n’y a plus qu’un temps étal : celui où on ne s’entend pas. Celui-ci n’a ni début, ni fin, ni causalité, ni contexte. Cette rupture dans le fil historique concourt à rendre la problématique absurde, incompréhensible et conforte la mise en cause personnelle, tout y privant l’acteur social de toute prise possible.

2- Cette manière d’agir participe d’un mouvement bien plus large qui vise à l’individualisation de tout traitement, de toute relation. C’est un peu comme s’il n’y avait plus de droit commun, ou de droit général. Tout serait dorénavant soumis à bonne relation.  Individualiser des problèmes qui se massifient , cela permet d’éviter toute prise de conscience de nature sociale ou politique. On ne peut plus comprendre les grands contextes et les mouvements. Tout apparaît comme une somme d’histoires personnelles déliées les unes des autres. Chacun devient ainsi responsable de sa propre problématique et donc aussi de tous les avatars qui en découlent. La relation sert alors à valider et acter une série de jugements, d’aprioris et de limites qui étaient déjà inscrits à l’origine de celle-ci.

3- “de psychologiser” ce qui est sociologique. Les rapports institutionnels ne sont plus vus que comme des sommes de relations personnelles. Tout serait expliqué par les caractéristiques de la personne elle même sans que bien entendu on se pose la question de leur génèse , de leur répétition,  ou de leur prise en compte. Dès lors face à des dysfonctionnements institutionnels flagrants, il ne reste plus qu’à faire appel à des raccourcis  psychologisants ( Psychanalyse de Prisunic), ou de considérations pseudo philosophiques sur les égos, ou la supposée nature humaine… On n’est plus à un stéréotype près.

4- De s’éloigner de toute notion de Droit et de dériver lentement vers le règne inquiétant du dogme du mérite . Ceux qui devraient être comptables et responsables des droits publics, des libertés, de l’équité en matière de traitement de la part des institutions, se laissent petit-à-petit gagner par l’acceptation de l’idée qu’au fond, tout ne serait qu’une question de mérite. Les défauts de droits vis-à-vis de groupes, familles, individus jugés non méritants ne seraient qu’à moitié graves, qu’à moitié condamnables, qu’à moitié répréhensibles.  C’est la morale paresseuse et impuissante du 50/ 50 (de responsabilité) . On ne fait plus de différence entre celui qui devrait (être garant, juste, équitable) et celui qui pourrait (être plus efficace , plus compétent mais qui est un ayant droit). Cela signifie bien entendu qu’on ne sait plus faire de différence entre les positions des uns et des autres . Et on pourrait même postuler qu’il s’agirait là d’une règle que l’on pourrait énoncer ainsi

“Les problèmes de position, révélés par les manquements et dysfonctionnements des institutions et collectivités, sont occultés par l’invocation de problèmes de relations.”

5- Egarement au niveau de l’action

La focalisation sur la relation égare également l’acteur sur le plan stratégique. Ainsi nous sommes constamment portés à analyser les difficultés internes et externes de nos équipes en termes de communication. Nous croyons toujours qu’il faudrait communiquer davantage, mieux. Nous n’imaginons des solutions qu’en termes de médiations ou d’intermédiations. Mais ceci ne résout pas les problèmes; le plus souvent d’ailleurs, ça les empire. Car les problèmes rencontrés ne sont pas des problèmes de relations ou de communications, mais de position et d’organisation.

Le remède c’est l’organisation, pas la médiation qui n’est qu’un pis aller qui aboutit à lisser, dépolitiser, circonstancier et à rendre illisbles la vraie nature des difficultés.

Positions contre transitions nécessaires

Face à la nécessité de changer les pratiques les plus élémentaires ou à l’impuissance à soutenir une action innovante (ce qui supposerait de prendre des risques et de s’engager , et reviendrait à prendre conscience de positions insupportables de soumission et d’iniquité, en particulier) , il est évidemment plus facile de tout transformer en affaires de “relations” ou de “personnes”. Il y aurait ainsi les structures et les partenaires reconnus (ceux qui ne remettent rien en cause), et ceux qui ne le seraient pas.

Aux uns les moyens, les soutiens, aux autres les reproches … de ne pas avoir assez de moyens et de ne pas être assez soutenus.

L’incapacité pour les structures, les équipes, les professionnels, à aller au delà des considérations de relations, révèle en réalité l’impuissance de ces acteurs à être eux mêmes soutenants, c’est à dire à faire oeuvre d’engagement et d’endurance.

Il existe des relations difficiles, parfois épuisantes; mais il existe sans doute tout autant des positions impossibles, car remplies de doubles contraintes : entre vouloir faire mais sans que rien ne change; inciter à l’initiative tout en soutenant les mêmes; invoquer la participation et l’empowerment et tout règlementer, exiger l’autonomie mais la définir comme étant la soumission à un contrat ….

Faire face à ce faisceau de doubles entraves, ne peut passer que par la mise en cause des positions admises, et d’abord par la prise de conscience des acteurs sur ce qui se joue et ce qui agit au delà des anecdotes et circonstances.

Il faut comprendre, qu’en tant qu’acteur social, tant qu’on se contentera des pratiques d’accompagnement , voire de l’accueil ou de l’écoute, on ne changera rien à tout ce qui est de l’ordre du dur, de la structure ,  ni “des positions”.

Vouloir transformer les choses et à commencer par les rapports (avec les institutions, les collectivités notamment) par définition s’oppose aux cadres dans lesquels nous nous enfermons souvent (ou bien où nous sommes enfermés)

Et pourtant il ne peut y avoir ni changement, ni évolution, sans penser hors du cadre et apprendre à bouger les positions.

Relations, positions, transitions

Ainsi , nous en arrivons au véritable problème: celui de la transition. Cette transition entre les pratiques et postures issues des années 70 et celles à créer, aujourd’hui.

C’est toute une culture de la transition qu’il faut développer, qui met en cause les positions rigides et qui nous pousse à adopter un autre regard sur les relations qui en découlent.

 

Dimanche 5 juillet

au jardin

C’est sous un vent plus frais que ce matin, nous avons rejoint des familles pour partir ensemble, partager une belle journée au jardin.

Nous nous sommes retrouvés pour faire les courses afin de préparer un barbecue pour le midi ! Avec ce beau temps le menu a vite été décidé : poulet au barbecue, salade de tomate, melon et pastèques mmmmmmmh !

100_1862

Lorsque nous sommes arrivés au jardin, nous étions tous étonnés de voir à quelle vitesse tout avait poussé. Les haricots ont beaucoup grimpé sur leurs tuteurs, les tomates aussi et les courgettes sont maintenant bien grandes ! Les enfants se penchent un peu et s’aperçoivent qu’il y en a vraiment beaucoup ! Mais avant de cueillir toutes ces courgettes, il est temps pour nous de préparer le repas. Pour ça, une équipe s’est occupé de ramasser du bois pour le barbecue, pendant que les enfants ont préparé la salade.

Nous nous mettons alors tous au travail et il y a du désherbage en vue ! Nous commençons par désherber les haricots et les poivrons puis ensuite nous nous attaquons aux tomates. Chacun à sa façon, à la main ou avec des outils, s’atèle à arracher les mauvaises herbes. Nous étions nombreux et avons fait un très bon travail d’équipe !

100_1856

Après avoir dégusté un bon repas, les enfants jouent un peu dans le jardin pendant que les plus grands finissent le travail commencé.

C’est maintenant le moment de ramasser les courgettes et il y avait du travail pour tout le monde ! Un peu comme une chasse au trésor, nous soulevions les feuilles des plants pour découvrir toujours plus de courgettes ! Cela a  amusé aussi bien les petits que les grands !

100 kg pour une première récolte Qui dit mieux?

Nous avons aussi ramassé quelques piments et des herbes aromatiques.

Nous nous relayons alors pour remonter des seaux d’eau du puits et les parents comme les enfants se mettent à arroser les plantes qui en ont le plus besoin. Quelques gouttes de pluies  tombent et nous espérons que cela dure un peu pour arroser le jardin !

100_1849

Il est temps de prendre le goûter avant de se quitter. Nous partageons le bon gâteau de Laurence et repartons les bras, et la brouette chargés de courgettes !

A bientôt !

Samedi 4 juillet
au Village Alternatiba aux Ulis
Notre association a participé au forum associatif du collectif Alternatiba, qui s’est formé autour de la certitude qu’il est possible de vivre autrement, en respectant la Nature et l’Humain, et sans modifier le climat !
Nous étions dans le quartier “Culture et Éducation” et partagions notre stand avec “Questions de Classe”, qui produit des revues sur les modes d’éducation émancipatrice. Avec Magali, nous avons exposé les dessins et phrases recueillis auprès des enfants et des adultes du quartier sur : “si tu pouvais changer le monde, quel est la première chose que tu changerais ?”, “Quel serait ton monde imaginaire ?”
SAM_5147
Nous avons également exposé notre petite tapisserie, réalisée dans le cadre du projet du contre sommet climatique de novembre. Elle représente une partie de la grande tapisserie que nous tissons actuellement sur “la 5ème saison”.
Nous avons aussi installé un tapis avec des gros légos et des livres pour montrer un échantillon de nos ateliers et de notre vision de l’éducation.
SAM_5144
Nous avons rencontré Julie et sa famille, réfugiés ukrainiens, qui ont fuis la guerre et sont en hôtel social depuis 3 mois. Ils souffrent de solitude et d’ennui en attendant de pouvoir travailler et aller à l’école. Alors je leur ai proposé de venir nous voir. Ils devraient venir au jardin ce dimanche !

Villa Saint-Martin

C’est parti pour les ateliers à la Villa Saint Martin, encore sous un soleil éclatant !

Nous arrivons Iasmina, Yannick et moi, Mathilde et aujourd’hui nous avons prévu des jeux avec de l’eau. Au dernier conseil de quartier les Robinsons avaient discuté de faire une grande bataille d’eau ensemble !

Alors nous avons apporté des bidons d’eau et du matériel et les enfants ont ramené de l’eau. Nous avons commencé par faire des jeux avec les plus petits: des constructions dans l’eau, des legos, des puzzles et aussi des livres que Yannick a apportés.

DSCN0476

Et puis le grand jeu a commencé ! Nous avons organisé une balle aux prisonniers mais à la place de balles nous avons joué avec des petits morceaux d’éponge trempés dans l’eau. Nous avons fait deux équipes avec les enfants et hop c’est parti !

Tout le monde a bien participé et respecté les règles du jeux et nous nous sommes bien amusé ! On commençait alors a être un peu mouillé.

DSCN0454

Après une super parti de ce jeu, nous avons fait une grande bataille d’eau. Beaucoup d’enfants sont venu participer et nous avons fini tout trempés ! C’était très agréable avec cette chaleur.

C’était vraiment génial, avec les enfants on se coursait partout sur le terrain et on a beaucoup ri. A la fin du jeu, Rachida, une maman, et les enfants ont coursé Iasmina qui a fini toute mouillée !

C’est maintenant le temps de ranger les jeux tous ensemble et puis le conseil de quartier est ouvert. Les enfants ont parlé des jeux d’aujourd’hui qu’ils ont beaucoup appréciés. Ils ont fait plein de propositions pour préparer l’atelier de la semaine prochaine: de la cuisine, un atelier réparation de vélo avec les familles, un parcours pour remplir des bouteilles d’eau sans en faire tomber une gouttes… Les enfants ont écrit toutes leurs idées dans le cahier du conseil de quartier et la semaine prochaine nous préparerons ensemble ces ateliers.

DSCN0477

Cette journée était super et on pouvait voir de grands sourire sur les visages de nos Robinsons.

Après des “au revoir” et “à la semaine prochaine” pleins de bisous, nous sommes repartis.

Bidonville de Champlan

Nous arrivons sur le camp sous la chaleur ! Nous commençons par aller prendre des nouvelles sur le camp voisin puis nous installons les ateliers. Laura propose une activité de reproduction d’animaux en pâte à sel. Les enfants commencent à préparer la pâte, puis ils se mettent à la création.Ce n’est pas toujours facile d’obtenir le résultat que l’on souhaite.

100_1845

A côté, nous mettons en place un atelier de jeux de construction, nous essayons de faire des maisons et des grandes tours en kapla.

100_1823

Nous finissons l’après-midi autour d’un bon goûter.

100_1848

 

Vendredi 3 juillet

La Rocade

C’est encore une journée très chaude qui nous attend. Nous mettons en place les ateliers et nous attendons que les enfants arrivent.

Nous commençons par faire des jeux de société :croque-carotte, hally gally, jeu de mémo, de questions de culture générale.

100_1764100_1789

Benjamin et Mathilde mettent en place une activité cirque : assiettes chinoises et slac-line.

Aline a continué son activité d’écriture et de dessin sur des thématiques adaptées à chacun : « si je changeais le monde qu’elle est la première chose que je changerais ? » pour les plus grands et « dessine ton monde imaginaire » pour les plus jeunes. C’est pour le projet « autre climat » et aussi pour décorer le stand qui sera mis en place au forum alternatiba.

Nous terminons l’après-midi par un goûter.

100_1810

Jeudi 2 juillet

Skate Park

Sous la chaleur écrasante, Iasmina, Aline et moi installons les ateliers pour les enfants. Aujourd’hui Aline continue le “porteur de parole” avec le thème: ” si je pouvais changer le monde, quelle est la première chose que je changerais ?”. Cela a bien interessé les enfants ! Ils écrivaient ce qu’ils changeraient dans le monde avec des craies de plein de couleurs.

SAM_5133

Iasmina était avec les plus petits qui jouaient a la dinette et aux jeux de société. Les enfants avaient très envie de faire des jeux de société !

Avec plusieurs enfants, nous avons fait des parties de Monopoly, de “tic, tac, boom” et c’est un jeux un peu difficile il faut connaître plein de mots !

SAM_5132

Et puis on a terminé l’après-midi par une partie de mikado entre filles, Sarah est très forte a ce jeu !

C’est maintenant l’heure du gouter, il n’y a plus beaucoup d’enfants mais nous partagons de bonnes tartines de pain frais. Et puis on se dit “au revoir” et “à la semaine prochaine” !

A partir de la semaine prochaine on fera un grand atelier, parce que, comme c’est les vacances nous arriverons 1h plus tôt pour partager de bon moments !

Camp de Ballainvilliers

Aujourd’hui, nous commençons par déposer Franck et Eric au jardin, puis nous partons direction le camp de Ballainvilliers. Nous proposons des activités calmes vu qu’il fait grand chaud ! Nous commençons donc par une activité peinture pendant laquelle nous réalisons une jolie fresque. Les enfants s’en donne à coeur joie, il est vrai que c’est amusant de mettre ses pieds et ses mains dans la peinture.

100_1722

Nous enchaînons sur un atelier dessin écriture, les enfants collent dans leur cahier les travaux qu’ils ont réalisés. Puis nous terminons l’après-midi sur un jeu de mains.

100_1741

100_1714

Viens l’heure du goûter, que nous savourons avec grand plaisir ; puis nous repartons direction le jardin pour récupérer Eric et Franck, qui ont arrosé les légumes !

Très bon après-midi sous le signe de la chaleur !

Mercredi 1er Juillet

Wissous

La chaleur nous casse en deux. Lorsqu’on arrive sur le camp, nous trouvons non loin du portail des enfants tous nus. En contrebas de la grille, il y un tout petit ruisseau asséché, mais allez savoir comment, il y a un peu d’eau boueuse. Un Monsieur patauge dedans et arrose les enfants. Nous rentrons sur le camp et nous installons à l’ombre sur nos 2 grands tapis. Pas de table aujourd’hui mais un atelier, assis sur le sol comme à la bonne époque !

SAM_5116

Nous avons apporté une grosse caisse de gros legos colorés qui est bien vite vidée sur le sol pour laisser place à des constructions artistiques. Un bébé nous rejoint sur le tapis, elle s’appelle Isabela, et comme deux autres petits, elle est toute nue. Elle découvre le poisson et la vache et pour être bien sûre de ce que c’est, elle les porte à la bouche. Une partie de « croque carotte » s’organise avec les plus grands, et Ahmed ne lâche plus le puzzle « 1,2,3 » pour apprendre à compter.

De toute façon, depuis qu’il va à l’école, Ahmed s’intéresse à tout. Il regarde la planche avec les souris et cherche à y associer les pièces de puzzle où sont représentées les mêmes quantités : il y a 9 souris, 9 doigts et 9 fromages. Aujourd’hui, pas de jeu qui bouge, nous restons tous ensemble sur les tapis jusqu’au bout du goûter.

 

Je t’envole

“Je t’envole, tu l’envoles, elle m’envole”; faire du social c’est conjuguer. Conjuguer le sujet avec le verbe; conjuguer par tous les temps et à tous les moments. Conjuguer avec le passé , tel qu’il est , et le présent tel qu’on l’a, pour un futur compliqué.

Eduquer c’est conjuguer le singulier et le pluriel .

100_1609

Eduquer c’est transitif: il faut un complément direct. Eduquer lui ou elle et non pas à quelque chose.  Tout est adressé à quelqu’un, qu’il faut impacter , choquer.

Eduquer c’est tout autant  intransitif comme le social. Aucun complément ; seul éduquer est essentiel. C’est une action sur persoenne en particulier et tout le monde, en même temps. Elle  agit indifféremment et au même moment, sur toi, moi, nous.

Eduquer c’est réflexif: c’est une action sur soi, c’est un verbe pronominal. : je M‘éduque. S‘éduquer. Je grandis avec cette action et en la grandissant. On n’en est pas seulement les sujets; encore moins les objets. On ne peut en être qu’auteurs.

Et enfin le pronominal aussi se fait collectif; il est naturellement un nous: “on s’éduque alors” veut dire qu’on est une communauté d’éducation; Eduquer  est un “se” qui permet le “ça”. Ca interagit, ça se partage, ça nous constitue en collectif.

Mais la vraie conjugaison, c’est le mélange, c’est à dire quand les personnes s’emmêlent, quand elles s’en mêlent, quand elles s’impactent, quand elles s’impliquent: “Je t’envole et tu m’atterres, je me tiens et tu nous libères. Je te suis et nous te sommes. Rien que le dire, c’est me taire; rien que te dire c’est le faire”.

Conjuguer c’est avoir le même jougs, connaître le même poids, les mêmes contraintes, la même condition, se connaître soi mêê, se connaître comme un “nous”. On y  découvre que ce qui nous enferme et nous détermine, et qu’il  faut apprendre la science de ses chaînes.

Enfin conjuguer c’est aussi s’associer, se coordonner, s’appuyer. Alors , là, bien rivé au sol, de toutes ses chaîne set de tout son poids on se décolle. Lâche toi, je t’envole.

Dimanche : partager le soleil 

Jardin : dimanche

Aujourd’hui, nous arrivons au jardin sous le beau soleil !SAM_5078

C’est une belle journée qui nous attend. Nous commençons par préparer le repas, en attendant que les dernières familles nous rejoignent.SAM_5072

Puis nous passons à table, nous sommes une bonne tablée : 29 personnes ! Après le repas, les choses sérieuses commencent : débroussaillage, désherbage, arrosage… Il fait très chaud, des pauses boissons s’imposent.SAM_5077

Puis nous prenons le goûter tous ensemble et c’est déjà l’heure de repartir.SAM_5064

Nous avons passé une très bonne journée.

Samedi:  Violations des droits des enfants Roms : l’Etat mis en accusation

C’était le procès; c’était le grand jour. Nous nous préparions, nous les Robinsons et les Rom’binsons depuis plus de deux ans. Dans l’impatience de ce jour, nous avions même réalisé (souvenez vous) , l’année dernière notre propre film d’un même procès… tourné dans deux bidonvilles.

Mais samedi, c’était le bon. Le VRAI procès symbolique certes. Mais qui dira que les symboles ne font pas partie de la réalité? Qui prétendra qu’ils n’agissent pas sur nos vies?

Il y avait donc de vrais juges et avocats, une vraie cour, et des témoins plus vrais que nature et des experts de vie, mais aussi de misères, d’injustices et de discriminations.

Un  grand procès avec beaucoup de monde et les Robinsons qui ont travaillé dur pour proposer à tout le monde , toute la journée, les délicieux “Cozonacs” , le café roumain , et notre bonne humeur.

Impliqués, nous l’avons été , dans le public avec notre équipe complète mais aussi des adhérents, membre du CA, des habitants des bidonvilles venus avec nous ou nous rejoindre.

Nous l”avons été en “off” du procès , mais aussi dans l’audience elle même; nous étions experts et témoins, engagés en nos noms et pour les autres.

Ainsi Laura a expliqué avec sensibilité  notre travail à la Cour et ce que nous découvrions.

 

Nicolae a partagé avec humour la dure question de l’accès aux soins.

Au nom de notre association, j’ai rapporté (Laurent) le compte rendu d’enquête préliminaire.

VENDREDI

La rocade 26-06-2015

Sous un soleil éclatant, nous arrivons a la rocade ! Nous installons les ateliers sous les arbres: un grand tapis pour la petite enfance, un coin jeux de société et le porteur de parole avec pour thème: “Si je devais changer le monde, la première chose que je changerai serait…“. Ouf, nous sommes à l’ombre et pouvons profiter des différents ateliers ensemble.100_1676

Le porteur de parole, animé par Tito, a du succès et les enfants laissent place a leur imagination. Certains changeraient le monde pour que tout le monde soit gentil, un autre voudrait savoir voler, une autre aimerait que les choses que nous achetons soit moins cher pourque tout le monde puisse en acheter…100_1675

Pendant ce temps la, un groupe de garçon commence une partie de uno et les plus petits s’installent a la dinette, aux jeux de constructions et bien sur dans la piscine a boulles ! Les plus grands viennent au fur et a mesure jouer avec les plus petits et ils font bien attention a eux !100_1673

Trois enfants et moi avons jouer au “croque carottes”, c’était une belle partie et les enfants sont très fort mais quelque fois c’est difficile de perdre a un jeux alors il y a eu quelques larmes qui se sont vite transformer pour redonner place a un beau sourire !

Plus tard dans l’après-midi, nous avons commencer le théatre. Beaucoup d’enfants sont venu pour faire des petites scènes. Aujourd’hui ils ont décider de faire des pièces sur le thème de l’école. Les idées fusaient et nous avons bientôt une scène ! Il fallait se mettre tous d’accord sur les personnages que chacun jouait. Nous n’avons pas terminé la scène alors les enfants ont préféré attendre la prochaine fois pour faire leur représentations.100_1681

Allez ! C’est l’heure du gouter, instalons nous tous sur les tapis !

Nous avons dégusté de bonnes tartines de pain a la confiture et bien sur de bons verres de sirop.

A bientôt !

Jardin 26-06-2015

Jour très chaud , aujourd’hui il n’y a pas beaucoup de travail .DSCN0367

Nous avons d’abord pris des forces à l’ombres des arbres pendant un petit moment , nous avons ramener un sac dans le quel il y a des ficelles accroché a des disques , chacun a pris un disque pour l’accrocher aux arbres pour que les oiseaux n’aillent pas dans les arbres .DSCN0402

Une fois cette tache terminé deux personnes se sont occupés de tirer l’eau du puits et les autres se sont chargé d’arroser les plantations .DSCN0389

Après l’effort le réconfort , nous nous sommes installés bien au frais pour prendre un bon goûter .

DSCN0424

Retour au local se fut une belle après midi !!!!

JEUDI

Balainvilliers petite enfance 25-06-15

Aujourd’hui il fait chaud , nous nous sommes installés à l’ombre des arbres .100_1616

Les enfants étaient très contents de nous voir , nous avons commencé par le téléphone arabe pour développer leurs compétences à s’écouter entre eux , puis nous avons fait “un atelier mime”, les enfants ont toute suite bien compris le principe de ce jeu , ils sont même passés, un par un, pour mimer à leur tour .100_1609

Une fois le jeu terminé nous avons fais des activités avec les lettres de l’alphabet puis sur les chiffres , les enfants ont été très coopératif !100_1641

Les filles ont réclamé à Magali ( stagiaire) des tatouages au feutre en guise de henné , elles étaient très contente !100_1653

A 16h nous avons pris le goûter et nous avons terminer par une petite séance de yoga qui a détendu tout le monde .

Belle journée !!!

Skate Park 25-06

Ça cogne sur nos caboches. Courage à celles et ceux qui font le Ramadan !

A l’ombre sur nos tapis, les jeux s’enchaînent. Je découvre le jeu des senteurs et celui de la souris avec les enfants. Les senteurs me retournent un peu le cœur alors que les enfants, eux, sentent c’est petite boîte d’odeurs synthétiques, à plein nez.SAM_5053

Ils reconnaissent le champignon, la pomme ou encore le muguet. Le chocolat et la fraise, quant à eux, ont une drôle d’odeurs. A côté les petites souris se construisent au gré de la roulette tournée. Je suis entourée de la petite Divine et de Ayoub.SAM_5056

Le tapis de la petite enfance est bien rempli et coloré. Des nounous blanches avec des petits enfants noirs, de jolis voiles de couleurs portés par des femmes, des robes à fleurs et des sandalettes.

Pour Glawdys, c’est le dernier atelier car son stage se termine et elle propose aux enfants de faire des fleurs en origami.SAM_5051

Nous partageons des crêpes maison pour le goûter et nous disons au revoir.

Jardin jeudi 25-06-15

Cela faisait quelques temps que je n’étais pas allé au jardin avec les adultes Robinson et encore une fois nous avons bien rigolé !
Phillipe, ancien professeur du mouvement Freinet, était avec nous aujourd’hui. Nous lui avons donc fait visité le jardin avec tout ces légumes et tout ces fruits.
Comme il faisait très chaud c’était difficile de travailler au jardin, du coup nous avons commencé par discuter un peu a l’ombre et évidement les blagues ont commencé a surgir !

DSCN0333

Et puis, chacun s’est occupé de désherber les tomates, les piments et tomates de la serre…

DSCN0329

Avec Jessica, nous avons été cueillir quelques cerises pour les goûter mais il n’y en avait plus beaucoup. Je crois que nous avions déjà tout cueilli dimanche.
L’ambiance était très bonne et la journée tranquille. Nous avons fini en arrosant beaucoup de jeunes plants et la il y avait du travail ! Chacun notre tour nous avons sorti des sauts d’eau du puits afin de tout pouvoir arroser.DSCN0336
Bien sûr il ne faut pas oublie le goûter ! Nous avons partagé un bon goûter de crêpes et de sirops.
C’est maintenant l’heure de rentrer, alors on se dit: “a bientôt” car nous partagerons a nouveau de bon moment au jardin. On vous racontera tous ça !

MERCREDI

Wissous :24-06
Le camp semblait désert et sinistre quant nous sommes arrivés les bras chargés de nos caisses de jeux et de cahiers habituelles…la moitié des familles sont parties en Roumanie, certaines prévoient de revenir, d’autres non. L’atmosphère qui règne ces derniers temps avec le maire de Wissous et la police municipale qui ne cessent d’intimider les habitants du bidonville de façon quotidienne n’y est certainement pas étrangère, même si ça n’est pas l’argument qui a été avancé par les familles restantes.SAM_5039
Avec les  enfants qui étaient présents, nous avons installé un espace petite enfance ; en effet ce sont surtout les familles avec des enfants en bas âge qui sont restées. Puis quelques plus grands entre 10 et 13 ans nous ont rejoints un peu plus tard alors nous leur avons proposé une partie de badminton, des exercices d’écriture et des puzzles.

SAM_5044
Enfin nous avons parlé aux familles du « procès de défense des familles rom et roumaines contre l’Etat français» qui aura lieu ce samedi 27 juin à l’université de Saint-Denis et auquel nous participons afin que les familles intéressées puissent se joindre à nous.SAM_5027
Plusieurs familles sont intéressées et nous rejoindront directement en voiture, c’est une bonne chose !

Bel air 24-06-15

Aujourd’hui le soleil nous a accompagnés tout au long des activités , nous avons commencé par des jeux de sociétés ; croque-carottes , blocus , ni oui ni non et monsieur patate et les échecs géantes.DSCN0314

Les enfants étaient un peu moins nombreux que d’habitude , avant le goûter nous avons proposé à un petit groupes d’enfants des jeux collectifs comme le béret et une balle aux prisonniers .DSCN0321

Les enfants se sont bien amusés, malgré des petites tensions existantes avec les grands garçons qui ne voulaient pas partager leur terrain de foot avec nous pour nos jeux collectifs. Nous les avons tous réunis pour prendre le goûter où nous en avons profité pour parler du problème de partage de terrain entre les enfants.DSCN0324

Nous avons convenu que mercredi prochain nous discuterons ensemble de qui se met où pour que chacun ait sa place. Une fois terminé nous avons tout ranger pour retourner au local.

Nous avons passé une belle après midi !!

Jardin mercredi 24 juin 2015

Aujourd’hui, en l’absence de Nicolae, c’est moi Quentin qui m’occupe du jardin. Nous récupérons Nesrine à Bel-Air puis les enfants du camp de Ballainvilliers. La vision de ce camp est une épreuve difficile pour Nesrine qui ne connait pas ces conditions.En lui expliquant, elle comprend que tout le monde ne peut pas vivre dans un appartement.100_1587 - Copie

Au jardin, on se met à la balançoire, les enfants de Ballainvilliers cueillent des pommes de la taille de cerises. J’ai beau leur dire que ce n’est pas bon, ils persistent et continuent de cuiellir. Avec Nesrine nos passons un bon moment à récolter les framboises, il y en a de bien belles et elles sont nombreuses.100_1590 - Copie

Madalin s’occupe de l’arrosage.
Nous allons tous ensemble aux fraises pendant que Renaldo nous prépare des tartines. Nous ne trouvons que trois grosses et bonnes fraises qui seront mangées au goûter.100_1599 - Copie

Au goûter, nous nous délectons de la performance de chant de Renaldo qui s’accompagne en tapant sur la table. Une jolie après-midi, donc.

 

 

 

Adieu à la banalisation urbaine

Depuis une vingtaine d’années dans la catégorie des mots d’ordre, mais aussi des doctrines sous jacentes aux réformes éducatives et sociales, qu’on nous impose, un seul dogme domine et s’impose: seul vaudrait le droit commun !

2014-01-01 00.00.00-27

Le renvoi au droit commun: finalité ou tombeau du Social?

Et il faudrait que cette invocation au droit commun (nous ne parlons nullement ici du réel accès aux droits, plus introuvable que son invocation) empêche dans la réalité, toutes les reconnaissances: individuelles, collectives, statutaires, des discriminations.

Il ne peut plus y avoir de légitimité pour quelque groupe, catégorie, ou communauté que ce soit, fût elle constituée de l’extérieur par l’imposition de mauvais traitements.  Toute entorse au droit commun, toute référence à une condition, un vécu particuliers, serait le mal.

Les discriminations, les effets de séparation et d’isolement de toutes les violences économiques, administratives, politiques,  ne sont plus vues sur le mode du “handicap”. Il ne s’agirait que de simples désavantages individuels à évaluer et compenser.

Tout ce qu’il en est de la construction de ces soi-disant désavantages et de ces vraies discriminations qui ciblent réellement des groupes bien précis ; tout ce qu’il en est du vécu qui accompagne cette discrimination … est dénié , interdit de représentation, de pensée et d’expression.

On ne peut pas mener de politique de soutien à quelque groupe discriminé puis qu’aucun groupe discriminé n’existe “de droit”, en tant que tel.

C’est ainsi pour les  roms, groupe à la fois bouc émissaire de l’opinion publique mais auquel au même moment on dénie toute réalité de traitement… et qui ne peut même pas bénéficier , par exemple, des fonds européens mis à disposition de la France , pour les soutenir.

Du côté des sans logements, le renvoi au droit commun permet d’ignorer les modes de vie en famille élargie, et l’attachement réel et fondamental des personnes à leur territoire.  Tout sera traité “de loin” , par des processus normalisés et banalisés qui vont perdre en cours de route les familles et les groupes les plus en difficulté (qui sont aussi les plus inventifs et créatifs).

La banalisation, le recours au “droit dit commun”, ça permet commodément de tamiser les demandes. Seules passeront les plus petites,  les plus standard, les plus mobiles.

Mais elle permet, également, cette banalisation, par un tour de passe-passe, d’ignorer les discriminations de tous types dont sont victimes groupes et communautés … puisque celles-ci se trouvent invisibilisées dans une masse où il est devenu impossible de les repérer comme tels.

La banalisation, ça sert aussi à la déresponsabilisation.

Et pourtant, cela en impose (cela fait bien),  de prendre un air grave et d’exiger le “droit commun pour tous”. On peut sous couvert d’universalité des droits plus élevés, tenir pour négligeables et détruire toutes les petites tentatives d’aménager la vie ici et maintenant. “Mais enfin, on n’est pas chez les chiffonniers du Caire” , dira-t-on à ceux qui travaillent à faire reconnaître l’apport économique des biffins.

“On ne peut pas accepter que des enfants vivent en bidonville”, assènera-t-on, la veille de les mettre à la rue!

En politique de la Ville, la banalisation aussi fait rage et fait nombre de victimes. Il s’agit de “normaliser”, banaliser les quartiers. Entendez: effacer de leur physionomie toute trace de vie de leurs habitants; faire disparaître ces derniers des espaces publics ; rendre familles et individus étrangers à leur environnement.

En bref , de les “résidentielle”.

Supprimer le symptôme, cacher les thermomètres, feindre l’homogénéité dans une société qui se fragmente et qui se délite, tels sont les remèdes des apothicaires modernes et urbains.

Plutôt que toutes ces entreprises de banalisation, c’est à la tâche inverse, qu’il faudrait s’employer:  Reconnaître les identités, les parcours de vie qui créent “du différent”, de la valeur et du spécifique.

Reconnaître l’altérité, le conflit, les divergences d’intérêt, de classes, de cultures, de points de vue. Accepter de comprendre qu’il y a  d’autres rationalités que la seule qui est promue par ceux qui nous administrent.

Valoriser l’intelligence des solutions non conformes trouvées par ceux qui subissent de plein fouet la précarité et les violences sociales.

C’est ce chemin que notre petite équipe et tous ceux qui s’aventurent en Pédagogie Sociale, explorent, semaine après semaine. Nous aménageons la vie, nous faisons crédit à la valeur de nos différences. Nous inventons de nouvelles manières de vivre ensemble à la Cité et dans la Ville.

Nous créons des rencontres improbables mais nécessaires entre ceux qui partagent la même précarité mais qui sont renvoyés les uns contre les autres.

 

Dimanche 21 juin:  Un jardin comme on aime

Ce matin, sous un ciel un peu couvert, nous avons rejoint nos robinsons au point de rdv afin de faire des courses pour une grande journée qui s’annonce ! A notre grande surprise, les familles que nous attendions ne sont pas arrivées.

Mais cela n’est pas grave, Eddy, Théo, Gabriel, Laurent, Hélène et moi-même sommes là, prêt à attaquer les cueillettes, le désherbage, le débroussaillage… C’est parti !

Chacun a participé à cueillir les cerises (elles étaient bien haute et heureusement que Théo et Gabriel ont pris l’escabeau !), les framboises jaunes et rouges (hé oui certaines framboises sont jaunes mais elles sont comme même mur !), le cassis et beaucoup de betteraves. Les robinsons pourront en déguster ce soir ! Nous avons fait beaucoup de choses au jardin mais avant de vous raconter la suite il faut dire que nous avons bien déjeuné ! Laurent et Gabriel ont préparé un barbecue avec au menu : merguez, poulet marinés, chips, pain aux olives fait par Hélène et cerises du jardin ! On a vraiment bien mangé et discuté.

 

 

Et hop, nous nous remettons au travail pour désherber les plans de tomates et de citrouilles, nous arrosons bien les plantes de la serre car elles en ont bien besoin ! Et puis pendant ce temps-là, Théo armé de la débrousailleuse, s’attaque au fond du jardin. Il y a du travail car au fond du jardin les mauvaises herbes, les orties et les ronces ont bien envahi les arbres fruitiers. Au bout de quelques temps je suis parti le relayer mais ce n’était pas si facile avec toutes ces hautes herbes et ronces. Nous avions de l’herbe collée partout !

Nous étions peu nombreux mais c’était une journée très agréable au jardin et nous avons bien travaillé !

Samedi 20 juin

à la Villa Saint-Martin

Aujourd’hui avec un temps favorable nous sommes allés à la Villa saint martin. Nous avons mis en place les ateliers: petite enfance, jeux de sociétés, etc…

SAM_4999

Les enfants ce sont mis à faire des pochoirs pour décorer la table de pique-nique du jardin. De jolies fleurs, de belles poupées,bref, tout pour embellir notre oeuvre. De plus ils ont consolidé la table pour qu’elle soit plus résistante et qu’elle ne soit plus bancale. Ce fut difficile mais tout le monde était heureux d’aider Aline.

SAM_4984

De l’autre coté une teck fit courir nos Robinson et bien rigoler les jeunes qui nous regardaient en train de courir. Ce fut très sportif !! Juste à coté de la teck, Marie et Leïla jouèrent aux jeux de sociétés pendant que Laura surveillait la petite enfance.

SAM_4994

Juste après est venue l’heure de la réunion de quartier, des idées d’atelier proposées par les enfants auront lieu la semaine prochaine.

SAM_5014

L’après-midi fut conclue par le goûter pris avec tous les autres!!

Bidonville de Champlan

Avec Quentin et Magali nous avons fait de belles activités à Champlan aujourd’hui ! Nous avons proposé aux enfants de faire un jeux collectif et c’est parti pour un épervier ! Les éperviers vont dans leur camp et puis 1, 2, 3 ils courent rejoindre le camp d’en face. Mais attention au loup qui veut les attraper ! Cela a plu aux enfants alors nous avons fait plusieurs parties.

Après ça, l’atelier musique démarra, chacun leur tour les enfants jouaient des percussions pour faire danser tout le monde. Les garçons ont montré à Quentin comment ils bougeaient sur la musique et c’était vraiment marrant !

100_1568

Certains ont continué l’après-midi à faire des percussions ensemble pendant que d’autres enfants et Quentin jouaient au molky. C’est un jeu un peu difficile mais les enfants étaient très intéressés, ils ont beaucoup joué, les uns après les autres et ils comptaient leurs points pour réussir à faire 50 points !

100_1566

Pour finir la journée nous avons partagé le goûter avec au menu du pain frais avec de la confiture et des fruits. Tout le monde voulait se servir et c’était un peu le bazarre mais les enfants en charge de distribuer le goûter ont réussi leur tâche et tout le monde s’est posé pour déguster le goûter,

Vendredi 19 juin

La Rocade

Par ce bel après-midi, nous nous sommes tous rendus à La Rocade.

Laura s’est mise au fourneau et nous a préparé, accompagnée de ses associées, une délicieuse salade orientale que nous pourrons déguster ce soir! J’ai hâte !!!

Glawdys c’est installée sur l’espace jeux de société. Les enfant ont adoré le jeu où il faut attraper les tartines qui sautent du grille pain !

DSCN0283

Mathilde, Quentin et Benjamin ont animé l’atelier théâtre. Le thème du jour: la fraternité ! Nous avons fait deux petits sketch: Le premier: un repas de famille où l’on discute fraternité, seulement, les opinions divergent. Le second: un jeune alpaguant deux filles pour leur demander leur numéro se cachant derrière la fraternité pour justifier sa familiarité. On s’est vraiment bien amusés ! Bref, c’était un super moyen d’appuyer le projet d’Aline concernant la Fraternity Cup de 2016 !!!

DSCN0292

Magali, quant à elle, s’est occupée des plus petits sur l’atelier petite enfance, dînettes et grandes tours de cubes ont été de la partie! Nos bambins ont bien rigolé! 😉

Tito, pour sa part, a fait un atelier dessins et coloriages, c’était vraiment magnifique, et l’atelier a très bien fonctionné !

DSCN0269

Pour finir, Nous avons pu admirer les sketchs de l’atelier théâtre tout en dégustant notre bon petit goûter !

Soirée conviviale

La soirée conviviale de ce mois-ci s’est déroulée sur le bidonville de Wissous. Une organisation pas évidente car le camp se trouve à 30 min de voiture de Longjumeau et nous voulions en faire profiter les familles du quartier pas toutes véhiculées. Nous avons réussi à amener 4 familles.

100_1551

En arrivant, nous avons été accueillis en fanfare ! On nous a installé tables, chaises, canapés etc… Lorsque nous avons sortis la sono, ça a tout-de-suite plu, un téléphone nous a mis ce bon vieux Florin Salam après Michael Jackson (valeur universelle !) et certains ont commencé à danser pendant que d’autres discutaient.

100_1542

Les enfants d’ici et d’ailleurs ont adoré jouer ensemble avec le caddie des gens du camp, les femmes se sont mises à la cuisine.

100_1539

La soirée ne plaisait pas à tout le monde et il n’a pas fallu longtemps pour que la police municipale nous demande de baisser le son (à 20h30), ce que nous avons fait.

100_1532

Puis le maire de Wissous est venu une nouvelle fois montrer son hostilité à ce camp. Les gens du quartier et nous-mêmes avons beaucoup appris à nos dépends des difficultés de la vie en bidonville à travers cette venue intempestive.

100_1528

Nous nous en sommes retrouvés d’autant plus soudés. Quartier et bidonville.

Jeudi 18 juin: Tapisserie du destin/ La 5 ème saison

Notre tapisserie avance. Ce travail titanesque progresse. Mille mercis à Noëlle et Pascale qui le soutiennent et le rendent possible.

Mille mercis à tous ceux de nos adhérents, enfants ou adultes qui se succèdent sur le métier.

La tâche est énorme; le résultat en vaut la peine.

Qu’on se le dise, cette 5ème saison, bonne ou mauvaise, sera la nôtre.

Skate parc

C’est sous un ciel gris,  que nous arrivons sur l’atelier. Nous mettons en place les différentes activités ; un groupe fait des origamis avec Aline, un autre joue aux jeux de société avec Glawdys.

DSCN0261

Un petit groupe fait une partie de Molky avec Mathilde et un autre essaie de construire une maison avec des Legos.

DSCN0266

Ensuite nous jouons au restaurant, et des jeunes construisent des dinosaures avec les Legos. Nous clôturons l’après-midi par un bon petit goûter.

Jardin de Saulx-les-Chartreux

Cette après-midi nous allons passer encore une séance de jardinage avec les adultes, une après-midi un peu plus fraîche que celle d’hier où le soleil nous a réchauffés.

Avec un peu plus d’envie que les autres fois nous commençons le travail de cet aprèm avec un passage dans les bois où nous allons ramasser  des branches pour faire des tuteurs pour les haricots grimpants.

100_1514

Avec un peu de mal à faire enfoncer le tuteur dans la terre nous avons réussi à compléter la parcelle et , ensuite,  avec l’aide de Jessica nous avons aussi arrosé les plantes.

100_1511

Sous la serre les tomates commencent à faire des fleurs, on prend très soin d’elles car cette année on veut avoir des tomates pour la récolte. Même les arroser, il faut le faire avec délicatesse.

100_1508

Après avoir fini de les arroser, nous nous asseyons à la table pour prendre le goûter.

Ballainvilliers

Aujourd’hui, le temps était un peu frais et quelques gouttes tombaient sur le camp de Ballainvilliers. Nous avons donc supprimé de nos esprits l’idée de faire un jeu en plein air, pour favoriser les activités bien au chaud en intérieur.

SAM_4969

Laura et Magali ont commencé tranquillement en faisant un atelier création, le but étant de décorer la fresque “Intermèdes Robinson” créée par Laura avec l’aide des enfants du camp. Ils ont pu écrire leur nom, faire de jolis dessins etc, le résultat est vraiment joli! 😀

SAM_4930

Pendant ce temps, Benjamin s’est occupé de la petite enfance, il a construit, avec l’aide de ses petits acolytes, de grandes tours avec des cubes, qu’ils ont pu détruire et reconstruire à volonté.SAM_4915

Suite à cela, nous avons fait une activité visant à apprendre les lettres de l’alphabet. Nous avons affiché une grande affiche avec toutes les lettres. Le but étant de dire le nom de la lettre et trouver un mot commençant par celle-ci lorsque c’était notre tour. Nos bambins s’en sont très bien sortis !!!

Nous avons ensuite sorti la peinture et avons décoré cette affiche en faisant du body-pantin. Pas de pinceau ! Seulement nos mains et nos pieds, c’est tellement plus rigolo ! L’affiche est juste magnifique !

SAM_4979

Pour finir, nous avons pu prendre notre bon petit goûter, nous avons tout rangé et nous avons pu partir!

La journée s’est bien passée dans l’ensemble, malgré quelques petites difficultés par moment. C’était très amusant de se faire filmer et de voir la réaction des plus jeunes devant la caméra! Vivement que le reportage passe, que l’on puisse admirer cela !

Mercredi 17 juin

Bel Air

Nous sommes arrivés sous un beau soleil. Nous avons installé les ateliers et les enfants ont souhaité jouer au badminton.

2014-01-01 00.00.00-162014-01-01 00.00.00-6

C’est parti pour un grand match, les garçons contre les filles ! Pendant ce temps là, un petit groupe joue avec les mikados. Puis nous avons décidé de faire une course et le vainqueur a eu comme récompense le droit de choisir la prochaine activité : un foot ! Encore une fois les filles affrontent les garçons.

2014-01-01 00.00.00-272014-01-01 00.00.00-4

Puis nous avons refait une course pour déterminer la prochaine activité et cette fois-ci, nous voilà partis pour jouer au jeu de la gamelle. Nous clôturons ce bon après-midi par un bon goûter !

Très bonne journée !

Wissous

Sur le camp de wissous les enfants étaient super impatients et nous attendaient de pied  ferme. Ils nous ont même aidés à ramener le matériel nécessaire pour les ateliers.

SAM_4889

Nous avons commencé par un grand jeu chat couleur et tout les enfants ont couru dans tous les sens pour trouver la couleur que le chat demandait. Rouge, bleu, vert…Ensuite nous avons fait un cache-cache où ce sont les plus grands qui ont eu du mal à être retrouvés.

SAM_4891

Peu de temps après nous avons pris place dans les ateliers mis en place. Aline s’occupait de la petite enfance et Mathilde et moi (Glawdys),  nous nous sommes mis à l’écriture. Les jeunes prenaient leur temps et faisaient de belles lettres.

SAM_4897

Au bout d’un moment Aline a décidé de jouer à la balle rebondissante avec les enfants et les touts petits couraient comme des fous après la balle. Ils se mettaient tous à la chercher partout, à courir dans tous les sens en espérant être le premier à la retrouver.

Après tout cela est venue l’heure du goûter, passée dans la bonne humeur !!!

Jardin mercredi 17-06-15

Un beau soleil pour démarrer la journée, nous sommes allés chercher des enfants au camp de Balainvilliers pour aller au jardin .

100_1489

Les enfants sont partis s’amuser un peu avant que l’on commence à arroser les légumes. En arrivant devant la poubelle dans laquelle nous prenons l’eau, il y avait un corbeau mort, nous l’avons donc retiré.100_1487

… Comment est-il arrivé là ?

Nous avons donc tout bien arrosé, une fois l’arrosage terminé, nous avons pris le goûter à l’ombre des arbres .100_1495

C’était une belle journée !!!

MARDI

Cuisine 16-06-2015

Aujourd’hui avec nos Robinson nous avons commencé l’atelier cuisine en se répartissant les recettes entre les différentes personnes. Pendant que certains d’entre eux faisait un cake aux pommes d’autre préparaient les moelleux au chocolat.

DSCN0212

Les bonnes odeurs envahissaient le local et donnaient l’eau à la bouche à nos Robinson. Frank, Eric, et Leïla nous ont monté les blancs en neigs comme des professionnels. Les différentes pâtes prêtes, nous avons avons mis au four et nous avons entamé la fabrication des madeleines.DSCN0202

Tout le monde y a mis du sien en mélangeant soigneusement chacun des ingrédients et en suivant bien la recette. Ensuite tous ensemble on les a mis dans leurs moules et décorés avec du chocolat.DSCN0201

Le tout fait et bien emballé, nous avons dégusté un gâteau au chocolat avec une crème anglaise afin de bien finir la journée !!!

 

 

Administration de la confiance

Paul Virilio utilise l’expression “administration de la peur” pour nous expliquer comment le climat de peur personnelle, sociale , familiale et politique qui nous entoure est soigneusement entretenu par une accélération perpétuelle de la vie de tous les jours. La nécessité de réagir et de s’adapter en permanence en temps réel et en temps présent nous prive de toute perspective et nous rend comme des enfants .

SAM_4882

Cette  peur qui envahit l’espace social est alors un peu comme celle des passagers d’un véhicule devenu fou et hors de contrôle.

Aucune vison “du dessus”,aucune visibilité vision du cap et de la destination ne sont dès lors possibles:  la temporalité s’est aplatie dans un présent sans fin qui change sans arrêt.

Nous pouvons également mentionner comment la croyance dans le progrès a disparu surtout si on parle ici de progrès humain, social ou politique.

Mais au même moment, la nécessité de changer est devenue permanente. Sans arrêt, il faut s’adapter; à tout moment, nos outils, nos référentiels, notre organisation , notre statut mutent.  Le changement perpétuel a remplacé le progrès introuvable.

Parler d’administration de la peur nous renvoie aux deux sens du mot “administration”:

– à la fois organisation, ordonnancement, ensemble de procédures, formalisation obligatoire

– à la fois le fait de se voir administrer un traitement, une potion (amère), un “médicament”.

C’est bien dans ce double sens qui’l faut comprendre cette “administration de la peur”. Elle perfuse, elle diffuse, elle s’introduit partout.

Cette administration  a des effets individuels et collectifs , mais elle a également une autre fonction, que ne manque pas de souligner P Virilio. Celui qui a peur s’en remet facilement à quiconque prétend le conduire ou le protéger. Il évite toute prise de risque supplémentaire et a tendance à être docile.

Ca aide, en ces périodes troublées.

En Pédagogie Sociale, nous cherchons des remèdes pour une époque sans remède et des maux sans remèdes: politiques existentiels,…  essentiels

A l’administration de la peur, nous répondons par administration de la confiance et chez nous aussi , elle prend les deux sens du verbe, “administrer”.

Nous administrons la confiance comme un aliment essentiel.

-Confiance sociale: nous allons en tout lieu et vers tous. Nous ne contrôlons, ni ne dominons, mais nous installons au sol. Nous ouvrons nos tapis, déployons nos outils, mettons à disposition qui nous sommes et notre matériel.

– Confiance relationnelle, par notre engagement inconditionnel, immédiat

– Confiance économique, politique, par la prise en compte que nous opérons de la réalité des gens, des oppressions et discriminations qu’ils subissent

Nous arrivons ainsi à devenir sécurisants, nous qui travaillons avec toutes les insécurités. Nous assurons nos activités. Ce n’est pas nous qui amenons du changement perpétuel; par contre, nous sommes plutôt attentifs aux petits changements qui viennent des gens eux-mêmes, qui s’opèrent en eux et par petites touches.

Cette confiance que nous distribuons, nous l’organisons également; nous en faisons même notre propre mode d’organisation.

En Pédagogie Sociale l’organisation du travail est toujours marquée par le refus de toute hiérarchisation. Chez nous , il n’ y a pas de petit boulot, de tâche infamante. Le travail d’un petit , comme chez Korczak, vaut toujours celui d’un grand.

La confiance c’est ce qui règne aussi dans la spontanéité de nos réunions, des groupes que nous formons; c’est cette confiance qui est l’élément qui frappe le plus , en général les nouveaux venus, sur nos groupes et nos lieux d’action.

Nous opposons ici et maintenant l’administration de la confiance comme principe de nos actions et contre toute la culture du soupçon systématique, social, institutionnel, administratif, qui nous étouffe progressivement.

"Mais moi je suis resté
suis resté longtemps là
les bottes bien ancrées dans le limon doré
rôdeur ensorcelé
trop ébloui
pour oser faire un pas"
Nicolas Bouvier, Le dedans et le dehors

 

Jardin de Saulx-les-Chartreux:

Dimanche:

Le soleil monte haut dans le ciel et une faible brise t nous rafraichit.  Car  même les nuages se sont mis a l’ombre de cet soleil époustouflant!

Mais les petits Robinsons ne manquent pas à l’appel de la matinée qui commence. Avec beaucoup de douceur, et avec les sacs bien remplis des légumes , salades et viandes ….etc, nous prenons la route pour retrouver nos amis et ensuite prendre le chemin qui mène au jardin.

100_1454

Très heureux dès le matin, on arrive vite au jardin où beaucoup de travail nous attend, Sans peur ,nous allons l’affronter tous ensemble comme une vraie équipe. Eric et ses parents nous rejoignent “On sentais l’odeur du barbecue” s’exclame Eric en nous disant “Bonjour” a la fois. Nous sommes au jardin dans une belle compagnie, un barbecue de merveille a l’ombre du vieux prunier, Qu’est ce que nous pourrions désirer d’autre???

Bon, bah….rien! On est bien là!

On commence a s’éparpiller dans toutes les coins du jardin et chacun commence a désherber avec Magalie et Romain; mettre des tuteurs et couper les branches des tomates avec Nicolae, Saina et Alia; planter des courgettes et potimarrons avec Hélene et Laura, puis arroser avec Laurence.

100_1453

Sous la serre, et tout autour de la serre le mari de Fatima, Franck, aa fait un travail extraordinaire car il a enlevé toute la mauvaise herbe qui était sous la serre et autour  et puis il a retourné la terre….un bon travail fait avec beaucoup d’effort et d’envie : Merci a ce Papa (Franck) !

100_1414

Puis le travail a continue car après le repas, Laurent a fait une petite escapade sur le champs des framboises et toute les ronces ont été enlevées,.

Nous avons continué le travail en mettant en pleine terre 12 plants des poivrons et 18 de courgettes , 12 potimarrons, avec Nicolae Héléne et Laura.

100_1442

!Villa saint martin

Une dizaine d’enfants à la Villa Saint-Martin pour ce beau samedi.

Une partie s’est posée à l’ombre, jeux de société et piscine à boules pour les plus petits. Notre Thibault regretté est passé à l’improviste nous aider sur cet atelier, avec Benjamin et Iasmina, ils ont fait un jeu de passe de ballons où il faut trouver des mots commençant par une lettre donnée avant d’envoyer le ballon au voisin. Magali, à la cuisine nous a fait de bonnes vieilles crêpes.

DSCN0194

Une deuxième équipe était à la parcelle jardinée pour finir la table de jardin. A sept personnes, nous avons bien avancé, la table est presque terminée, elle tient debout ! Il reste à la consolidée un peu car les planches qui relient la table aux bancs sont au centre et la table bascule un peu sur cet axe. La prochaine fois, ce sera consolidation, ponçage et décoration.

DSCN0186

Au conseil de quartier, tout le monde était content d’apprendre la naissance de cette table. La proposition principale pour un prochain atelier, l’été arrivant, c’est une bataille d’eau. Nous en organiserons une façon Robinson, avec des règles du jeu, des équipes et des objectifs.

DSCN0195

Les crêpes étaient bonnes.

Champlan 13-06-15

Nous sommes arrivés au camp sous un beau soleil. Aujourd’hui, nous avons proposé des olympiades comme activités. Nous avons fait deux équipes, les rouges et les bleus. Pour la première épreuve, nous avons joué à « lance le bâton dans le cercle », c’est l’équipe bleue qui a remporté la première victoire.

SAM_4886SAM_4865

Puis nous avons fait une course, ici aussi l’équipe bleue a gagné. Pour finir les olympiades, nous avons fait une partie de football.  Ces olympiades ont été très appréciées par les jeunes, très bon après-midi !!!!

SAM_4882SAM_4852

 

Vendredi 12 juin

La Rocade

Alors que le soleil étincelait dans le ciel, les Robinsons ont installé leurs ateliers.

Laura s’est mise à la cuisine et a proposé de délicieux petits beignets,malgré le fait qu’il faisait très chaud, l’activité à bien fonctionné et le résultat est fabuleux !

Iasmina à créé un terrain de badbinton et de nombreuses personnes ont pu s’amuser ! Il faudrait d’autres filets et raquettes encore pour pouvoir jouer plus nombreux !

DSCN0149

Quentin et Marie ont proposé un atelier théâtre, l’activité à trop bien fonctionné, si bien que cela est devenu un peu chaotique car chaque enfant voulait faire quelque chose de différent. Au final, nous avons assister à un mariage entre un voleur et une policière, très réussi !

DSCN0166DSCN0162

Tito et Aline étaient présent pour l’atelier porteur de parole! Aujourd’hui le thème était la fraternité, je vous laisse méditer là dessus…

DSCN0156

Glawdys quant à elle, a proposé aux plus jeunes un atelier petite enfance avec une piscine à boule, une dinette etc. Cela à permis aux plus petits de beaucoup rigoler! 😀

En fin, Leïla et Benjamin se sont occupés de l’atelier jeux de société, celui-ci a eu des hauts et des bas, mais le bilan reste positif, et les petits ont bien ris en jouant au Uno! 😉

Tout cela finis, nous avons pu manger nos beignets arroser de petits sirops, puis nous sommes partis tranquilement au local. :p

A la semaine prochaine! 🙂

Jardin

Aujourd’hui il fait beau, nous avons eu un peu de vent, ce qui était bien agréable. Nous avons commencé dans la serre en faisant quatre rangées en longueur pas trop profondes pour y mettre des graines de persil. Un photographe est venu à notre rencontre pour nous prendre en photo pendant notre travail, nous avons donc continué nos tâches comme si de rien n’était !

SAM_4841

Des branches d’arbres ont été coupées afin de les utiliser en guise de tuteur et pour terminer nous avons arrosé ce qu’il y avait dans la serre le temps que le goûter se prépare à l’ombre des arbres . Nous avons pu échanger avec le photographe autour des bon gâteaux faits ce mardi à l’atelier cuisine et nous détendre un peu avant de ramasser les affaires et de retourner au local.

SAM_4845

 Jeudi 11 juin

Petite enfance à Ballainvilliers

Journée ensoleillée, en arrivant au camp nous nous sommes directement installés à l’ombre . Aujourd’hui les petits étaient majoritaires, nous avons donc adapté les activités ; mikado , parcours des chiffres pour leur apprendre à compter, nous avons séparé les enfants en deux groupes, pour les petits du coloriage, pour les grands écriture de poème en roumain.

DSCN0107DSCN0058

Avant le goûter, nous leurs avons laissé un petit temps libre pour jouer à la dînette pour apprendre les noms des fruits et légumes . Le goûter s’est bien passé , les enfants ont bien aimé cette journée et nous aussi.

DSCN0083

Jardin

Cet après midi était un très joli après-midi avec un grand soleil à l’horizon. Une parfaite journée pour travailler ! On s’est donc vite mis au travail !

2015-06-11 13.49.32 Hahaha !!

Avec nos outils dans les mains, on commence à retourner de petites parcelles pour planter des salades, laitues, radis !

Pendant que Benjamin et Nicolae ont planté les légumes cités ci-dessus, les autres ont désherbé le terrain se trouvant à côté, nous permettant de mieux reconnaître les plants de courgettes, citrouilles et haricots.

2015-06-11 13.52.50

Pour que tout cela pousse bien, nous avons copieusement arrosé la terre et les plantes!

Nous avons également profité de l’ombre du prunier pour s’accorder une petite pause afin de finir notre séance de jardinage en dégustant notre petit goûter, pour enfin prendre le chemin du retour !

2015-06-11 14.14.07

A la semaine prochaine pour de nouvelles aventures! 😉

Au Skate Park

Un bon moment partagé cet après-midi, à la sortie de l’école. Beaucoup de femmes avec leurs enfants, mais aussi des plus grands venus seuls, des enfants dont les parents discutent un peu plus loin et nous ont confié leur marmaille. Les lunettes de soleil sont de sortie avec les poussettes, les sandalettes et les jupettes. Il y a de nouveaux visages, des tous petits, nés cet hiver, que nous découvrons, maintenant qu’ils ne sont plus emmitouflés dans leur manteau.

SAM_4813

Sur mon tapis, on commence par se raconter des histoires : C’est Youssra qui nous raconte l’histoire d’une chipie du far west. Elle est en CE1 et lit déjà drôlement bien. Je profite du temps des coloriages, toujours très attrayant pour faire connaissance avec les nouveaux minois ! Pour les prénoms il me faudra un peu plus de temps pour les retenir.

SAM_4784

Iasmina propose son activité de confection des livres en tissus : une jeune fille continue son ouvrage commencé il y a 2 semaines : c’est une histoire autour d’un jardin. On y voit une parcelle de terre, entourée de perles mais pour en savoir plus sur l’histoire, il faudra attendre la prochaine fois.

SAM_4792

Mercredi 10 juin

A Bel-Air

Quel beau temps aujourd’hui, nous étions gâtés ! A peine arrivés, de nombreux enfants nous attendaient déjà.

Nous avons donc rapidement installé les ateliers pour pouvoir commencer.

Glawdys a proposé un atelier jeux de société: Croc Carottes, Blocus, échecs, les plus jeunes se sont bien amusés.

SAM_4770

Isasmina, pour sa part, a jouer à “chat” à la demande des enfants. C’était vraiment très sympathique de les voir courir et rigoler !

Benjamin, quant à lui, a installé un atelier football. Au début c’était un petit peu laborieux pour lui car les petits jouent très bien, cependant, il s’est bien rattrapé sur la fin!

Une fois ces activités terminées, Glawdys, Iasmina et Benjamin ont proposé un grand jeu collectif: “accroche-décroche”. Ici encore l’activité à très bien fonctionné et nos petits bambins ont beaucoup ri ! C’était super !

SAM_4779

L’atelier allant à sa fin, nous avons pu déguster un délicieux gâteau à la noix de coco préparé la veille, ainsi que de bons petits sirops !

Nous avons ensuite plié bagage sur un bilan très positif, la journée s’est bien passée, ainsi que toutes les activités proposées !

SAM_4781

A Wissous

Aujourd’hui à Wissous on était trois: Laura ( Pédagogue social ) Yannick ( Bénévole ) , Magali ( Stagiaire de 2de Service de Proximité et de vie locale ) . Nous sommes arrivées vers 14h , il y avait trois ados et dix enfants de 4 à 10 ans . Activités proposées : Jeu de l’élastique , chat couleur , cache cache , Baccalauréat simplifié ( prénom ,animal , pays ) , mime des animaux . Tous ces jeux ont été mis en place afin de développer leur maîtrise de la langue française pour les 8-10ans

DSCN0029DSCN0007

Yannick s’est occupée des enfants de 4 ans qui ont joué avec les kaplas , les cubes de construction, la dînette et les dessins, le coloriage , découpage , tout cela en essayant de communiquer et de se comprendre entre le roumain et le français .

DSCN0017

Nous avons terminé la rencontre par un goûter .

La journée s’est bien passée .

Tapisserie

Zohra, notre mamie préférée, voulait venir à l’atelier tapisserie depuis un bon moment, mais voilà, quand on est mamie, on a des enfants et des petits enfants. Et souvent, ses enfants lui demandent de garder ses petits enfants ! Mais cette fois-ci, elle est des nôtres ! Mais pour bien faire Zohra, il aurait fallu apporter tes lunettes ! Tous ces petits fils, ça fait mal aux yeux et on finit même par loucher.

IMG_20150610_154953508

Noëlle lui prête une paire de « loupes » et elle apprend à faire des  « flottés » pour le fond bleu derrière notre bête laineuse qui flotte parmi les étoiles… Si c’est vrai : la preuve en image !

IMG_20150610_145325859_HDR

Ana est très appliquée et travaille avec Noël quand tout-à-coup, quelqu’un frappe à la porte. C’est Franck qui nous fait la surprise de sa visite ! Il était venu mercredi dernier mais avait un rendez-vous cet après-midi et ne pensait pas venir. C’est chouette qu’il soit venu par lui même : je crois qu’il a vraiment accroché à la tapisserie !

IMG_20150610_154938761_HDR

Jardin

Nous allons cet après-midi commencer une nouvelle séance de jardinage avec les enfants du quartier et ceux des camps pour renforcer les liens, créer des amitiés, et apprendre et comprendre les différentes cultures. Nous ne tardons pas à faire encore une fois connaissance par l’intérmede d’une petite chanson que nous avons apprise aux enfants ” Bonjour, Bonjour, je m’appele……!”

C’est ainsi que nous avons appris et les enfants aussi une façon très amusante de faire connaissance et nous découvrons aussi qu’ils adorent chanter.Mais nous sommes aux jardin et nous devrions aussi travailler un peu, et du coup on se sépare en deux groupes et un groupe avec Leïla, qui s’est mis à désherber la parcelle des citrouilles.

100_1368

Et un autre avec Nicolae qui a retourné une petite parcelle et on a mis en pleine terre des haricots et des salades.

100_1362

Puis comme il faisait très chaud nous avons pris une petite pause à l’ombre du prunier et avant de partir nous avons arrosé sous la serre nos belles tomates qui commencent à grimper tout le long du tuteur.

Enfin le moment de goûter arrive et tous assis a la table nous profitons d’un bon frais verre de sirop bien citronnée!

100_1376

A plus!

Mardi 9 juin

Intermèdes cuistots

Accompagnés de nos robinsons et munis de nos bols et de nos fouets nous avons commencé à cuisiner. Nous avons choisi de faire des gâteaux à la noix de coco qui nous ont demandé beaucoup de patience et de muscles. En effet, mélanger toute la pâte fut une épreuve de muscles. Après tout cela la pâte à madeleine prit place en attendant que les gâteaux cuisent. Eric et Franck ont ensuite pris les moules à madeleines et les ont remplis comme des chefs. De vraies œuvres d’art !!!!

SAM_4744

Nous avons fait fondre du chocolat afin d’en enrober le dessus de nos gâteaux. Nous avons aussi préparé une tarte aux fraises avec Zohra que nous avons tous partagée en fin d’atelier.

SAM_4755