X définitions de la Pédagogie sociale

Il nous est souvent demandé de définir la Pédagogie sociale; ce qu’elle est, ce qu’elle n’est pas. En quoi elle diffère des autres types de Pédagogie.

La définition de la Pédagogie sociale est d’autant plus nécessaire, que celle ci reste nouvelle dans la pensée éducative et sociale, comme dans les pratiques.

Pour autant aucune définition ne peut suffire. Aucune définition ne peut être définitive.

Il est sans doute logique que quand un concept est vivant, c’est à dire tant qu’il opère dans la réalité, tant qu’il inspire des acteurs, sa définition et son sens , restent ouverts vers d’autres possibilités, d’autres manières d’exprimer des mêmes idées.

Des axes reconnaissables:

Pour autant dans la diversité des manières que les auteurs et les acteurs peuvent employer pour tenter de définir la Pédagogie sociale, on reconnaît quelques « invariants », quelques repères fixes, quelques grands principes, que l’on peut s’efforcer de décrire et réfléchir ci-dessous.

Définitions mettant en avant l’abord l’approche globale des personnes

La première définition, historique, est l’œuvre de la créatrice même du concept de Pédagogie sociale , Helena Radlinska.

C’est elle qui en 1910, définit la Pédagogie sociale comme « une Pédagogie de la totalité de la personne et de l’expérience humaine ».

Une des premières caractéristiques de la Pédagogie sociale est donc bien celle ci: sa globalité.

La Pédagogie sociale concerne tous les champs de l’activité humaine et de la personne. Elle ne se limite ni à un âge,ni à une seule institution, ni à un seul domaine. Elle les excède tous.

Définitions mettant en avant l’inconditionnalité et le hasard

« La pédagogie sociale est une tentative de théorisation des effets de la mise en pratique de deux principes sociaux essentiels, que sont l‘inconditionnalité ( il n’y a pas de condition nécessaire ou d’aptitude préalable avant d’exercer une liberté ) et l’acceptation sans réserve de ce qui arrive , comme de l’environnement tel que c’est. Cette démarche implique de quitter définitivement tout point de vue sur les situations éducatives et sociales, qui serait constitué depuis les institutions actuelles. « 

Une des définitions les plus simples de la Pédagogie sociale est son caractère pragmatique et concret.

La Pédagogie sociale est une pédagogie du « faire avec » , de la prise en compte inconditionnelle de la réalité, que celle-ci soit des circonstances, de l’environnement, des gens ou des événements.

A ce titre, la Pédagogie sociale se différencie de toute démarche basée sur la recherche d’un idéal.

On ne travaille pas en fonction d’une fin, mais à partir d’une base , en tenant compte de la conflictualité et de la complexité qui sont à l’oeuvre dans toute situation, même locale.

A ce titre, la Pédagogie sociale est matérialiste, ce qui ne veut pas dire qu’elle serait froide, ou indifférente aux choses, aux gens, aux sentiments et aux émotions; mais qu’au contraire elle tient compte de toutes ses dimensions comme faisant partie d’une réalité dans laquelle il faut agir.

Définitions mettant en avant le « hors institution » et le « hors les murs »

« Le terme de pédagogie sociale s’inscrit dans l’héritage de Janusz Korczak ; très employé dans les pays de l’Est, relativement peu connu en France, ce terme se rapporte au travail éducatif effectué auprès d’enfants, dans leur environnement naturel et direct . »

Il est une manière très concrète et très parlante de décrire la Pédagogie sociale pour des acteurs ou des professionnels sociaux; c’est d’insister sur le fait que celle ci se déploie « en dehors des institutions ».

Une variante consiste à définir les actions de la Pédagogie sociale comme étant « hors les murs »; à situer les actions comme se déroulant dans les « espaces collectifs » ou « publics ».

-Tous les acteurs sociaux comprennent alors ce qu’implique une telle caractéristique:

-On se porte directement au devant des publics concernés. C’est l’acteur social qui prend sur lui de rejoindre les « bénéficiaires » de ces actions.

L’acteur social ne maîtrise ni l’environnement, ni le cadre de ses interventions puisque celles-ci interviennent dans un territoire qui n’est pas le sien.

Dès lors, on ne saurait penser son action comme découlant d’un projet prédéfini ou d’un programme. Il faudra tenir compte de ce qui arrive…

Les acteurs sociaux, ressentent et comprennent l’inconfort fondamental de cette situation. C’est ce qu’ils redoutent; ils ne prendront conscience que plus tard qu’il s’agit aussi d’une libération.

Définitions mettant en avant l’engagement politique et la recherche de changements

Si on ne dispose pas des catégories de concept adaptées , il est généralement admis de définir certains pédagogues sociaux, tels que Freinet et Freire, comme des « pédagogues politiques ».

Faute d’être définie comme sociale , et en la différenciant radicalement de la pédagogie nouvelle, la particularité de la pédagogie sociale est souvent pressentie par sa nature « politique » et « contestataire ».

La Pédagogie sociale serait une pédagogie politisée, c’est à dire aussi une pédagogie politique, voire une éducation à la politique.

Ce que l’on comprend d’elle, en l’abordant par cette voie, c’est qu’il n’y a pas de séparation possible dans la société entre l’éducation, et la pratique, entre les institutions et les institutions politiques, entre la vie personnelle et la vie sociale (et politique).

Définitions mettant en avant une sortie de la « binarité »

La Pédagogie du 3ème type , définie par B Collot, a le mérite d’insister sur une répartition des catégories de pédagogie (et des outils qui y sont associés) en 3 catégories et non pas en 2.

On ne peut en effet entrevoir aucune particularité ou spécificité de la Pédagogie sociale si on se borne à une pensée « binaire ». Il n’y a pas d’un côté une pédagogie traditionnelle, opposée à une pédagogie nouvelle, mais bel et bien 3 catégories bien distinctes de Pédagogie.

Nous empruntons à B Collot, cette pensée ternaire qui permet de différencier selon lui 3 types d’école ( l’Ecole de la leçon, l’école des compétences et l’école des langages).

Nous appliquons juste cette pensée ternaire à la pensée de la Pédagogie.

Il y aurait ainsi 3 TYPES de Pédagogie et chacune ressortirait de structures mentales différentes et identifiables; ainsi la Pédagogie traditionnelle pourrait être définie comme une pédagogie du « faire pour »; une pédagogie dans la quelle le bénéficiaire est passif; réduit à l’état d’objet ou de pur destinataire ( un agent).

La Pédagogie nouvelle pourrait être définie comme uen pédagogie du « faire avec » ; une pédagogie dans laquelle le bénéficiaire serait actif; il aurait un statut d’acteur.

Et de fait, une Pédagogie sociale que l’on pourrait définir comme une Pédagogie du « faire ensemble » (communautaire) , dans laquelle le bénéficiaire serait auteur de ses apprentissages et actions .

Sortir de l’institution ou de la manière de penser propre à l’institution?

On pourrait certainement et utilement tenter de définir également la Pédagogie sociale comme un effort de la part d’un acteur social, pour penser « en dehors de l’institution ».

Il s’agit pour lui de prendre de la distance avec tout ce qu’on présente comme « évident », « inévitable », « indispensable », « non négociable » et qui compose en général le décorum d’une institution donnée, sa base.

Aucune institution n’arrive à réformer ses postulats. Tout au plus se contente t elle de vouloir apporter des petites améliorations à sa marge.

On ne peut pas découvrir l’ampoule électrique, en perfectionnant la bougie. Il faut penser en « dehors ».

Vers une définition complète?

Quelles définitions retenir? Lesquelles exclure? Peut être faut il admettre qu’il ne peut exister aucune définition complète ou exhaustive de la Pédagogie sociale; que cette dernière peut être abordée sous différents aspects.

D’ailleurs, un concept qui se résume à sa définition est probablement un concept mort.

Qu’en fait, il n’y a pas de définitions; mais qu’il y a des entrées EN Pédagogie sociale.

Chacun d’entre nous , chaque acteur a son histoire en propre avec cette pédagogie . D’aucuns rentrent du côté de la recherche d’une pédagogie globale et harmonieuse; d’autres du point de vue de la contestation politique; d’autres encore en découvrant l’inanité des aprioris et des principes institutionnels.

Ce qui est sûr c’est qu’il y a malgré tout , une véritable logique commune de la Pédagogie sociale; indépendamment de la manière dont on y entre, inévitablement, on va petit à petit se débarrasser de tous les oripeaux de la manière de penser et de faire des institutions classiques.

Tout le monde n’ira pas à la même vitesse, tout le monde n’ira pas aussi loin; mais ce qui est rassurant est que la destination est commune et que même si on chemine lentement, on ne saurait revenir en arrière.

Dimanche 5 Juillet : Concert à Chamarande

Pour la réouverture des spectacles au Domaine départemental , c’est Aven savore , qui a répondu à l’appel, en invitant à son tour, nos amis de Haidouthi Orkestar.

Une belle journée au Parc , avec un public attentif et conquis ; l’occasion pour la troupe d’inaugurer quelques nouveaux chants et chorégraphies.

JEUDI 2 JUILLET « Journée étude Enfance, Précarité, et Education »

Grâce à la Municipalité de Massy, en lien avec celle de Chilly-Mazarin, Intermèdes Robinsona tenu à porter haut et fort, en cette période de Crise sociale et sanitaire, la question de l’enfance et des enfants (et familles précaires).

Plus de 80 personnes , acteurs sociaux, de tout âge et de tout statut, se sont retrouvés ce Jeudi 03 Juillet 2020, pour cette journée d’études sur le thème de la précarité.

Des participants et intervenants nous ont rendu visite d’un peu partout en France pour évoquer avec nous ce sujet vaste qui pourtant est si peu abordé dans le paysage médiatique. Intermèdes Robinson a fait le choix pendant cette journée de donner une place très importante aux jeunes et à leur témoignages.

Ainsi nous avons pu voir Hafsatou, Yaëlle, Kledjona, Rayane, Maïmouna, Ralouka, Soujoud, et bien d’autres enfants que nous connaissons bien, s’exprimer sur leur situation et notamment sur leur scolarité en période de confinement.


Des constats ont été établis, des institutions tantôt remises en question, tantôt défendues mais toujours dans le respect des avis et des expériences de chacun.

Nous avons par exemple pu voir des élues de la ville et Massy ou de Chilly-Mazarin s’exprimer, renforcer leur soutien, et nous prouver que les institutions sont capables d’agir pour aider les plus précaires.

Des membres de l’association ont également eu l’occasion de s’exprimer sur leur actions et leur quotidien.

Laurent Ott sur son expertise à propos de la précarité et sa façon de travailler avec et Abdelnasser Pochet sur la notion de peur souvent associée au travail social.

Génerali THSN, un de nos premiers soutiens, a également pris le temps de venir parler de notre action et de son importance à leurs yeux.

Un moment très émouvant a été offert par Hafsatou, à travers une performance corporelle et dansée , retraçant son parcours de transformation culturelle et sociale.


Nous avons enfin terminé cette journée en présentant ce que nous avions de plus beau à proposer :

Un magnifique concert des enfants d’Aven Savore, qui ravit tous les participants de cette journée qui fut une réussite.

(compte rendu et photos, de et par Martin )

Samedi 4 juillet

Atelier du Parthénon

Un atelier dynamique aujourd’hui ! Les enfants ont peint, les petits comme les grands, ils ont été maquillés aussi, un moment où on prend soin de soi !

On a joué aux billes et fait plein de petits jeux tous ensemble.

On a pris un bon goûter avant de se dire à très vite !

Maite

Atelier de Bel-Air

Aujourd’hui à Bel Air, atelier henné et tresses africaines ! Même Eddy s’est fait faire un joli tatouage au henné par Marie. Pendant ce temps, Hassan s’affaire au jardin et répare les barrières cassées. Mariama arrose avec les enfants.

Nous créons le temps d’un atelier un endroit chaleureux et sécurisant pour les enfants, qui se retrouvent avec et autour de nous. Nous terminons par un bon goûter !

Vendredi 3 juillet

Atelier Cuisine du matin…

Frites et poulet au menu de ce vendredi ! Mame et Mariama sont au fourneaux. Rapidement Mimade et Zohra les rejoignent.

Merci aux cuistots du jour pour leur travail ! A la semaine prochaine, et nous vous espérons nombreux à nous rejoindre autour d’un nouveau repas convivial.

Atelier de Bel-Air et de la Rocade

Ce vendredi, nous sommes allés dans un premier temps à Bel Air afin d’entretenir notre beau jardin. Chiara et Ingrid désherbent allègrement tandis que Mariama et Marie arrosent à tour de rôle et entreprennent d’éclaircir les plans de tomates et de fenouil.

Toutes les quatre, nous partons ensuite à la Rocade où des enfants sont déjà présents et attendent nos activités. Puis, en cette fin d’année scolaire, les enfants sont très excités d’être enfin en vacances. Nous sommes bientôt une vingtaine autour des ateliers maquillages de fête, tresses en tissus, pédalos et corde à sauter.

La plupart resteront au quartier cette année, nos ateliers seront d’autant plus les bienvenus.

Atelier du bidonville d’Antony

Aujourd’hui avec beaucoup d’impatience nous préparons le matériel éducatif que nous allons apporter avec nous pour travailler avec les enfants , les jeunes et les adultes roms du bidonville d’Antony.

Accompagnés par Eddy et son enceinte, et dans une bonne ambiance et de la bonne humeur on se lance pour l’activité de cette après-midi.

Nicolae et Lionel apporte une activité « peinture sur soie », qui a pu permettre a tous les enfants et les adultes de s’y coller pour créer des œuvres assez originales et en même temps, qui leur à permis de laisser vaquer leur imagination. A la fin de l’activité, les créateurs ont pu récupérer leurs œuvres.

Cependant Eddy avec quelques jeunes, mettent de l’ambiance pendant l’activité avec leur son. Pendant ce temps Alice défile les parties de « Puissance 4 » avec les jeunes ados Ana Maria et Larisa ainsi que quelques enfants en bas âge.

Le tir à l’arc à enfin trouver son meilleur archer, c’est Armando, un gamin de 6 ans qui pendant plusieurs minutes gagne les parties contre ses adversaires avec des tirs de dix points à plusieurs reprises. Antonio est bien surpris par ses aptitudes et Thomas ne tarde pas à immortaliser ce moment. Katy passe une bonne partie de l’atelier en s’occupant des filles/femmes du bidonvilles qui se mette à chanter et discuter des différentes soucis « de filles », ce qui à permis à Katy de recueillir quelques témoignages de leurs travail hebdomadaire au sein du bidonville.

A la fin de la journée, on finit par un bon goûter bien mérité.

A plus !

Nicolae

Jeudi 2 juillet

Journée d’étude « Enfance et Précarité Scolaire »

Ce jeudi, toute l’équipe se réunit pour animer une journée particulière d’étude sur le thème de la précarité, la scolarité et l’enfance des jeunes constituant notre public, à la Bourse du Travail de Massy.

Le soutien de Béatrice Beloqui, adjointe à l’éducation de la mairie de Massy, et son intervention du matin, nous fait chaud au cœur.

Une journée riche qui place les enfants au centre des débats. Hafsatou, Yaëlle et Kledjona, animent dans un premier temps la journée en nous racontant leur expérience de l’école pendant le confinement.

Ensuite, nous écoutons diverses interviews des enfants de l’association. Ils parlent de leurs difficultés à accéder à l’éducation durant le long confinement, et leur tristesse d’être écartés de la vie.

La journée se poursuit sur une magnifique performance qu’Hafsatou révise depuis des mois, et qui émeut beaucoup l’audience.

Nous clôturons sur un spectacle d’Aven Savore, puissant comme toujours.

Mercredi 1er juillet

Atelier de St Eloi

Aujourd’hui à l’atelier de Saint-Eloi, nous avons animé des ateliers de carrelage peint. Nous avons également organisé un « Quoi de neuf ? » qui est un atelier philosophie et un coin maquillage au henné.

L’atelier était bien encadré aujourd’hui avec une équipe dynamique et pleine de surprise ! Une artiste peintre dessine les enfants d’un côté, Maïté résout les problèmes que les enfants lui confient, Marie et Ingrid font découvrir la peinture sur carrelage aux enfants et Gratiela et Julie dessinent de magnifiques motifs au henné.

L’atelier se clôt par un bon goûter ! A la semaine prochaine !!

Atelier du parc des champs fous

C’est aujourd’hui le deuxième atelier du parc des champs fou !

Les enfants sont aux rendez-vous ! Nous partons du local pour nous rendre au parc ! Après avoir débuté par un béret tous ensemble, on installe les ateliers. On prépare l’atelier de tir à l’arc et les enfants se pressent pour montrer leur talent ! Sur les tables on installe la peinture et un peu plus loin la Slackline. De nombreux enfants nous rejoignent en cours d’atelier et nous sommes finalement une bonne vingtaine au moment du goûter. Beaucoup d’enfants découvrent les ateliers et sont ravis d’apprendre que nous venons toutes les semaines dans le parc de Chilly-Mazarin !

Atelier de Bel-Air

Aujourd’hui à Bel-air, nous avons une fois de plus créé une œuvre collective avec différents outils : crayons couleurs, feutres, et poscas. Les enfants ont expérimenté diverses techniques pour remplir toute la feuille et ils ont beaucoup apprécié cela.

Pour se bouger un peu, nous avons aussi sauté à la corde puis nous avons organisé des compétitions de limbo qui ont été très amusantes.

L’après-midi s’est terminée autour d’un goûter à l’intérieur de la salle à l’abri de la pluie. Pour la prochaine fois, nous pensons faire des ateliers plutôt dans le jardin pour que les enfants puissent découvrir la cueillette et apprendre plein de choses sur les plantes.

A la prochaine !

Chiara