Les pratiques élémentaires en Travail social ont souvent été représentées par leurs propres acteurs comme reposant ou donnant une importance exceptionnelle à la notion d’adhésion. Classiquement et ce depuis la fin du XXème siècle, de très nombreux éducateurs affirment « avoir besoin » ou « rechercher » l’adhésion de leur public.

La loi de 2007 sur la Protection de l’Enfance enfonce encore le clou et fait de l’adhésion des usagers, la clef de tout projet et de tout accompagnement éducatif. Pire l’absence d’adhésion de la part des familles aux mesures éducatives qui leur sont « proposées » devient dès lors un motif des plus courants « d’information préoccupante » et de signalement.

Nous avons fait de l’adhésion la base même des relations familles / professionnels , à l’occasion des innombrables projets portés sur les premières par les seconds.  Là encore , le fait de ne pas adhérer « au projet » devient synonyme de manquement, déficit ou de faute. Nous avons nous même rencontré des jeunes , renvoyés de leur foyer ou de leur structure d’accueil au motif « qu’ils n’adhéraient pas à « leur » projet ».

L’adhésion est devenu ainsi le modèle même des relations usagers/ institutions, parents / professionnels et cette focalisation dépasse largement les pratiques professionnelles et institutionnelles  du secteur social. l’Ecole est par exemple par définition le lieu même de l’adhésion obligatoire des parents  , que ce soit vis à vis des règlements, des projets pédagogiques, et éducatifs, des orientations ou des « suggestions » portées par les équipes enseignantes. Là encore, à l’Ecole, il est particulièrement mal vu et mal considéré, pour un parent, pour un élève de ne pas adhérer aux conseils , aux orientations ou aux projets que l’enseignant ou l’institution, préconise.

Mais d’autres secteurs sont tout autant concernés d’une autre manière ainsi, le secteur de l’Education populaire, des centres sociaux et socioculturels, manie également la notion d’adhésion et d’adhérent et place ces concepts au coeur de leur projet de fonctionnement. On cherche des adhérents, des bénévoles, des gens convaincus ; on cherche des personnes conquises et acquises aux programmes sociaux ou culturels que développe la structure.

L’image même du travail des animateurs socioculturels , des agents de ces structures est d’aider à structurer cette adhésion préalable pour mener les personnes concernées vers plus de responsabilité, plus d’engagements encore, plus de « militance ». C’est l’idéal même des métiers concernés qu’ils soient de l’enseignement, de la culture, ou du secteur social qui est en cause. Un bien supérieur est défini et on l’appellera selon les secteurs , « intérêt de l’enfant » « vie sociale », « vie culturelle » , « Culture », « Citoyenneté » , « Laïcité ou valeurs de la République », et l’adhésion des « publics » des « bénéficiaires » apparaît comme « allant de soi », indiscutable, évidente.  On cherche des adhérents et si on ne les trouve pas , on recherche, puis petit à petit on exige « de l’adhésion », à quelque chose qui n’a jamais été remis en question, qui n’a jamais été défini ensemble et qui ne le sera jamais.

Tout cela paraît tellement évident, qu’on ne voit pas, qu’on n’imagine pas un travail éducatif, sanitaire, social ou culturel, qui ne reposerait pas à un moment ou à un autre sur « l’adhésion ».

Or, en Pédagogie sociale , justement , c’est ce que nous faisons chaque jour. Nous travaillons directement avec tous les publics, en commençant par ceux qui adhèrent le moins à quelque institution ou structure que ce soit, et nous ne recherchons jamais l’adhésion.

Nous ne recherchons pas l’adhésion comme un préalable. Nous préférons la libre circulation, des enfants et des adultes sur nos ateliers.  Nous ne cherchons ni des convaincus par le type de travail que nous faisons, ni à convaincre des indécis. Nous ne cherchons pas à recruter des adhérents ou à fabriquer de l’adhésion.  Nous avons une autre manière de mettre en oeuvre nos pratiques et nos idées:nous montrons et nous démontrons dans l’ici et le maintenant , le « mieux être » et le « mieux vivre » que nos pratiques apportent ; nous donnons une place à chacun; nous mettons en oeuvre un travail collectif où il n’y a  aucune importance à savoir si les gens qui travaillent ensemble seraient d’accord ou pas, sur quoi que ce soit. Car cela n’a du point de vue de notre pédagogie, aucune importance.

C’est un point essentiel de différence entre nos pratiques , qui sont organisées, méthodiques et toutes les utopies éducatives qui fleurissent actuellement, comme les écoles démocratiques, les structures Montessori, ou autres. Toutes les structures alternatives littéralement « utopiques » dans le sens étymologique du terme, connaissent ici leurs limites.

Elles ont beau se doter d’un « volet social », de bonnes intentions démocratiques pour s’ouvrir sur d’autres « milieux », des enfants et des familles « d’autres horizons », elles échouent toujours à y parvenir . Les contraintes économiques mêmes de leur fonctionnement les ramènent à cette réalité: elles ne peuvent fonctionner qu’avec des « adhérents » , c’est à dire des personnes convaincues, et rationnellement conduites à s’investir et à investir dans ce qu’elles entreprennent.

Nous , nous travaillons avec tous les autres; ceux qui ne peuvent ni s’investir, ni entreprendre ; ceux qui ne sont ni convaincus , ni rationnellement conduits à « militer » , « prendre en charge », ni même parfois à « contribuer ».

Nous rejetons l’adhésion pour plusieurs raisons:

  • le concept même d’adhésion repose sur une vision d’acteurs libres au sein d’une société ouverte et plurielle. Nous constatons au contraire que la réalité des personnes que nous rejoignons est surdéterminée et contrainte.
  • le concept d’adhésion repose sur la notion d’opinion. Comment mesure-t-on en effet l’adhésion des gens et de publics, sinon en recueillant leur opinion conforme, favorable et acquise aux principes mêmes des engagements?  Or, en pédagogie sociale, on se méfie et/ou on n’ a que faire des opinions. Les opinions appartiennent rarement à ceux qui les professent. Elles ressortent bien davantage de « discours » et d’idéologies ambiantes. Nous nous fions au travail réalisé ensemble, à l’expérience vécue en commun, et non pas à ce qu’on en dit. Nous nous fions à ce que les gens découvrent chemin faisant, n’attendaient pas, ne savaient pas,ne disaient pas … encore.
  • L’adhésion suppose un paiement, une « cotisation », une capacité à donner et non pas à recevoir.  Or, nos public, enfants et adultes ont ceci en commun qu’ils se constituent  en groupes et en collectifs parce qu’ils reçoivent ensemble.

Enfin, et pour finir , nous nous gardons d’une société d’adhésion et d’adhérents, comme on nous en impose une . Une société d’adhésion, c’est une société de spectateurs, appelés régulièrement et au mieux « à participer »,  » à contribuer » , voire même à « se mobiliser », mais toujours de l’extérieur et selon un calendrier et un pilotage qui leur échappe.

Nous ne voulons pas d’une société d’adhérents; à ce concept, nous préférons , en Pédagogie sociale, celui de « Communauté » avec tout ce que cela implique de bouleversement des identités , de création et d’organisation collective.

 

Samedi

Atelier de la Villa Saint Martin

Aujourd’hui, nous avons proposé une petite enfance et des jeux collectifs (volley-ball, béret, épervier et balle aux prisonnier).

20180512_161014

Ensuite, les enfants du CLAS nous ont rejoint pendant la balle aux prisonniers. Puis nous avons pris le goûter.

20180512_15080120180512_152202

Atelier des hôtels sociaux

IMG_7595

Aujourd’hui, nous sommes allés à l’hôtel du Parthénon où nous avons proposé différentes activités telles que l’atelier lecture, atelier dessin, petite enfance.

IMG_7593

Les activités se sont déroulées parfaitement, les enfants étaient au rendez-vous.

IMG_7594

Pour clôturer cette journée nous avons partagé un délicieux goûter.

CLAS

Aujourd’hui, c’était la reprise du CLAS et nous avons eu 8 enfants.

IMG_4423

Nous avons fait des révisions de toutes sortes et l’aide aux devoirs.

IMG_4424

Nous avons fait des cartes de visite personnalisable. Ils ont pu les décorer avec des dessins leurs photos…

IMG_4425

 

Vendredi

Atelier de la rocade

Aujourd’hui, nous avons proposé un « puissance 4 » géant où les enfants se sont affrontés lors de plusieurs parties.

IMG_0457Nous avons fait une atelier maquillage. A côté, des enfants dessinaient des fleurs de printemps.

IMG_0445IMG_0487

Bel-Air

Aujourd’hui, pour l’atelier jardinage à Bel-Air, nous avons commencé par déplacer tous les outils dans le local à côté du jardin.

20180511_16593220180511_173655Une fois tous réunis, nous avons arrosé les plantes, désherbés, commencés à faire une allée de terreau. Les enfants ont bien participé, il y en avait une quinzaine.

20180511_173716

Après-midi sympathique au soleil ! Ensuite, nous avons fait un goûter tous ensemble.

20180511_170454

Cuisine

Aujourd’hui à la carte des vermicelles accompagné d’une sauce oignon et différents légumes tels que des carottes, des haricots verts, des petits pois, du poivron…

Pour le dessert, nous avons proposé un moelleux au chocolat que les enfants ont savoureusement dégusté.

Un repas convivial que nous avons tous partager ensemble comme tous les vendredis.

Champlan

Aujourd’hui, à Champlan nous  avons proposé comme activité la petite enfance.

IMG_7530Celle-ci a attiré beaucoup d’enfants avec la dînette et le circuit de train.

IMG_7510

Nous avons aussi fait des mathématiques et des dessins.

IMG_7526

Parallèlement, nous avons pratiqué la boxe et profité du billard sur place pour partager un moment.  Ensuite, nous avons pris le goûter tous ensemble.

IMG_7537

 

Mercredi

Saint-Eloi

Aujourd’hui, nous avons proposé des jeux collectifs (comme l’objet caché, dauphin/dauphine), de la peinture et la petite enfance. 20180509_152911

La peinture a été très appréciée ainsi que les jeux collectifs.

20180509_145520

Ensuite nous avons parlé tous ensemble de l’intervention d’Intermèdes-Robinson à Saint-Eloi. Puis nous avons pris le goûter.

20180509_160732

Hôtel du Baladin

Aujourd’hui, nous nous sommes rendus pour la première fois à l’hôtel Baladin.

IMG_8195

Nous avons proposé comme d’habitude plusieurs activités comme un atelier maquillage, manucure et henné pour les mamans qui ont adorées se faire chouchouter ; un atelier petite enfance que les plus petits ont découvert et enfin un atelier peinture sur lequel les enfants ont pris plaisir à dessiner.

IMG_8198

Pour clôturer ce bel après-midi, nous avons tous dégusté ensemble un bon goûter.

IMG_8201

 

Bondoufle

Aujourd’hui, nous nous sommes rendus à Bondoufle par une douce chaleur. Nous avons organisé une bataille d’eau, des jeux collectifs, une petite enfance, un atelier peinture et maquillage.

IMG_0413IMG_0419

Nous avons clôturé cette belle journée par un goûter convivial et de belles photos.

IMG_0432

 

Jardin

Aujourd’hui, au jardin de Saulx-les-Chartreux, nous sommes partis chercher les enfants de Champlan pour une après-midi de jardinage dans notre potager.

IMG_20180502_153835

Les enfants contents comme d’habitude de pouvoir nous joindre dans le camion, une fois arrivé sur place ont pris les outils et se sont mis à travailler dans le jardin. Certains arrosaient, d’autres débroussaillées, tandis que les derniers, désherbés les parcelles des mauvaises verdures.

IMG_20180425_153253

Afin de prendre le goûter tous ensemble dans la joie et la bonne humeur assurée par les gamins.

IMG_20180502_153832

Atelier CLAS

Aujourd’hui, dès l’arrivée nous avons fait le goûter. Après cela, nous avons commencé par des activités comme des jeux rythmiques, des pas chassé ainsi qu’un ballet de pas chassé à deux.

IMG_4375

Nous avons poursuivi par de l’aide aux devoirs.

IMG_4382

Pour finir cette matinée CLAS, nous avons pris le déjeuner spécialement préparé pour nous, pour poursuivre sur l’atelier de rue de Saint-Eloi.

IMG_4387