Contre le statut de minorité

La Pédagogie sociale oeuvre à l’encontre de tout statut de minorité, que celui ci soit attaché à un âge, un handicap, une catégorie sociale. Cette  critique , cette opposition est d’abord une critique en acte ».

Nous l’avons souvent mis en valeur; en Pédagogie sociale, on tourne le dos à tout raisonnement sur « la nature » (de l’enfant), ou les objectifs idéaux et on s’attache au contraire, à la matière, au concret , au travail.

Il n’est donc pas étonnant que l’enfant, en Pédagogie sociale n’est pas défini parce qu’il est (son statut, son âge, son niveau théorique- surtout scolaire) mais par ce qu’il fait. Ce qui suppose de passer du temps avec lui; ce qui se pose de vivre avec lui; ce qui suppose de partager avec lui.

La Pédagogie sociale permet ainsi par son refus des catégories, comme « de l’Âgisme » de lutter contre des ségrégations, des coupures (entre adultes, enfants, éducateurs / éduqués). Ces ségrégations sont spatiales (les lieux où sont confinés les âges) mais aussi plus profondes comme l’assignation de l’enfance aux apprentissages à l’exclusion du travail et l’assignation de la vie d’adulte au travail (au risque de lui faire perdre tout sens quand il n’y a  plus d’emploi), à l’exclusion de la recherche et de la créativité.

L’enfance arrange bien les choses; elle sert avant tout à justifier la mise à l’écart d’une partie essentielle d’une société donnée du pouvoirs de produire, des ressources, des décisions.

La justification de la mise à l’écart et de la ségrégation des enfants emprunte toujours les mêmes voies; ils s’agit d’une part de la justifier par l’incapacité , l’incompétence d’une part, et par le souci de la protection contre la fragilité d’autre part.

Or ces deux sources de justification n’ont jamais été aussi proches de l’absurdité; les arguments ‘appuyant sur l’incompétence par nature des enfants sont exactement de même type que ceux qui ont été employés pour les femmes, les noirs, les peuples colonisés , les handicapés de tout type…  La logique est toujours la même.

Quant à la justification des statuts de minorité par le souci de la protection des enfants eux mêmes, on touche également aujourd’hui à un véritable renversement alors que les enfants sont si souvent victimes des avatars, de leur propre protection:

  • victimes justement  de ceux qui sont justement censés les protéger (institutions ou individus) et qui du fait du statut de leur statut de  « protecteur » font la pluie et le beau temps et parviennent à faire le vide autour des enfants
  • victimes quand les enfants se retrouvent sans solution, déscolarisés, renvoyés continuellement vers l’incapacité du milieu dont on les a éloignés. Maintenus par leur statut mineur dans l’incapacité de se protéger eux mêmes ou de subvenir par eux mêmes à leurs propres besoins, ou d’opérer des démarches autonomes, comme de travailler,
  • victimes quand leurs proches ou leurs soutiens qui souhaitent leur venir en aide,  peuvent justement à leur tour être menacés ou tracassés … à cause de ce soutien, de cette aide, de cette mise à l’abri par principe, illégitime… parce que justement ce sont des enfants.

La lutte pour l’émancipation de l’enfance est ainsi souvent entravée par le développement d’une culture des « droits de l’enfant, toute empreinte de « naturalisme » (« l’enfant est… ») et d’idéalisme, et complètement coupée de toute matérialité et de concret.

On est évidemment bien loin d’une authentique culture des « droits de l’enfant en actes », quand ceux-ci sont justement inspirés par la Pédagogie sociale. On pense aux « Droits négatifs » définis par Koczak quand celui affirme que nous devons revendiquer pour l’enfant du droit pour lui, à mentir (quand il n’a  pas d’autre solution), ou de voler (quand il n’a rien)…

On est très loin aussi des droits politiques d’agir, de travailler à son rythme et selon ses possibilités, des droits de s’associer entre enfants, et d’intervenir dans l’espace politique et social, qui ont été prônés par Freinet.

Cet entravement au statut de l’enfance , renforcé par une sacralisation de l’image idéale, désincarnée et sociétale, de l’enfance , s’accommode paradoxalement très bien d’une augmentation des  fléaux qui s’abattent sur les enfants y compris dans nos pays dits riches : pauvreté , précarité , déscolarisation, absence de soins, renvoi permanent par les institutions censées les protéger  vers les supposées ressources de leur milieu, abandon, etc…

C’est qu’en réalité le statut de l’enfant ne sert pas tant à protéger l’enfant que l’ordre social et politique. Il s’agit ainsi de rationaliser et banaliser les restrictions de vie, ou d’accès aux ressources dont les enfants font les frais, en donnant de ces restrictions une image naturelle.  Il s’agit, à partir du statut supposé positif et protecteur de l’enfance de préserver en fait tous les statuts qui légitiment l’éviction, la non participation, ou l’exclusion à la participation pleine et entière de la vie économique, culturelle et sociale.

Bien entendu , on répètera à l’envi  que « les enfants ne sont pas des adultes » et en affirmant cela, on croira  avoir établi une vérité universelle et intemporelle. Ce que propose la Pédagogie sociale, par son adhésion à la critique de « l’Âgisme », va bien plus loin que la centration sur l’enfance.

Ce qu’il s’agit de mettre à jour en terme d’évictions et d’exclusions concerne tout autant les adultes et toutes les catégories de la société. Il s’agit d’affirmer l’exigence de ne plus être défini de l’extérieur, mais de pouvoir se déterminer individuellement et collectivement à l’intérieur de son propre groupe. Il s’agit d’affirmer la participation à la plénitude et l’intégralité de la vie sociale, politique , affective, culturelle, pour tous et sans préalable,

Il s’agit de retrouver les accents de la déclaration des « Droits de l’enfant », adoptée à Moscou par la jeune révolution russe en 1918 qui affirmait dans son point 4 (avant d’être démentie plus tard par la bureaucratie) « que l’enfant avait le droit de choisir ses éducateurs »; ou les accents du bref « Front de libération de la Jeunesse » qui , en 1971, en France précisait:

« Nous ne sommes pas contre les vieux mais contre tout ce qui fait vieillir ».

 

Ecologie punitive contre écologie récréative

Il est saisissant de voir comment et combien le souci de l’environnement , porté par les institutions, répercuté par les médias, repris par les collectivités et organes de décision publique, prend des accents moralisateurs et limitatifs dès lors qu’il s’agit de s’adresser au peuple, et aux groupes dominés. Alors on fait la leçon; il s’agit d’apprendre, de réformer ses habitudes. Il faut surtout savoir RE-NON-CER, s’adapter.

_SAM3884

Le pouvoir d’agir du peuple et des simples gens n’existe dans la représentation publique que comme occasion d’exiger sa limitation, des restrictions et des interdictions. Il s’agit toujours de lui faire « adopter » de nouvelles attitudes de tri, de consommation de recyclage. Le seul pouvoir accepté en provenance des milieux populaires, ne peut être qu’un pouvoir négatif, un pouvoir de renoncement, retourné contre sa propre « classe sociale ».

Evidemment pour les classes privilégiées et y compris leur jeunesse, le souci de l’environnement adopte volontiers des traits bien plus récréatifs. On va faire « de l’éducation à… », de l’humanitaire; on va voyager , parcourir le monde… mais toujours au bénéfice de l’environnement; pour initier , éduquer et faire connaître de nouvelles manières de produire, travailler , habiter et vivre à des groupes toujours considérés avec charité et supériorité comme ignorants et dans le besoin d’être guidés.

Le souci de l’environnement est ainsi à bas bruit, porteur d’injonctions et prétextes à réformes qui n’auront pas les mêmes effets sur les groupes sociaux en fonction de leur appartenance socioéconomique.

Les limitations de circulation, par exemple, ou de possession de vieux véhicules considérés comme polluants auront évidemment un impact négatif et direct à commencer par ceux qui n’ont pas les moyens de se conformer aux nouvelles normes.

Et c’est ainsi que l’écologie peut aussi incidemment servir à limiter les possibilités de circulation des pauvres, ou préserver l’entre soi de ceux qui ne seront jamais vraiment gênés par les nouvelles règles sociales et environnementales (car ils trouveront toujours les moyens de les contourner).

Il y a ainsi bel et bien deux manières distinctes de matérialiser le souci écologique et environnemental. A destination des pauvres, ce souci vise à produire des normes et des changements de comportement. Ces normes vont toujours donner au moins en creux une image négative à ceux qui s’y conforment: ils consomment et polluent « moins »; tout au  plus.

Alors que pour les classes privilégiées, on est dans quelque chose de nettement récréatif et valorisant. Il s’agit de faire des « choix » (« Vegan », « autoconsommation », « zéro déchet »). Et ces choix au contraire vont donner en retour une image pleinement positive à ceux qui les adoptent. Ils deviennent dès lors, des exemples, des modèles, des pionniers.

« Normes » pour les uns, contre « choix », pour les autres; il s’agit bien d’une forme de ségrégation nouvelle et en cours, au nom de l’environnement entre ceux pour qui la vie est et sera pleine d’injonctions et ceux pour qui elle est  pleine de choix et de possibles.

On ne mesure pas assez les effets délétères et négatifs sur des générations entières d’enfants pauvres et déjà exclus de nombreux services quand les dernières actions publiques et sociales qui s’adressent à eux , ne le font que dans une perspective de rééducation ou de correction de leurs attitudes supposées erronées ou inconséquentes en matière de vie ou de consommation. Il y a aujourd’hui un nouvel esprit colonial qui ne se propose plus d’éduquer les sauvages par respect de la civilisation, mais bien plutôt pour le nouveau respect de l’environnement qu’on oppose facilement à leurs mode de vie et à leurs goûts jugés erronés.

Je pense qu’en conséquence il ne faut pas s’étonner de l’attitude de défiance et de résistance de ces mêmes groupes face à la N-ième campagne destinée à leur apprendre ceci ou cela ou à les sensibiliser à ce qui importe à ceux qui se sentent propriétaires du Monde qui leur échappe.

Il faut par contre s’effrayer d’un manque complet d’esprit critique d’acteurs et de nombreux militants de nobles causes éducatives, écologiques, environnementales, alimentaires ou animales , qui par défaut de toute analyse socioéconomique, par absence de toute analyse politique vont militer pour imposer à tous, leurs propres goûts et leurs propres désirs.

Il en est ainsi de certains groupes de pression qui souhaiteraient éradiquer la viande des cantines scolaires, en fonction de leurs propres désirs, croyances ou assurances. Eux, comme leurs enfants, en effet ne risquent aucune carence alimentaire vu le soin et l’attention très spéciale, quasi obsessionnelle, qu’ils accordent à la qualité de leur alimentation, au  quotidien. Les mêmes n’ont à l’évidence aucune conscience des inégalités alimentaires et des carences qui frappent de plus en plus les enfants de milieu populaire. Qu’importe, ces derniers n’auraient qu’à faire et se conduire comme eux mêmes. Nous sommes ici dans le même genre de logique de la sentence:  « Ils n’ont plus de pain? Qu’on leur donne de la brioche », qui fut en son temps, attribué à Marie-Antoinette.

Il n’y a  ni morale, ni vertu, ni vérité supérieure à répéter  au peuple, les impératifs et les mots d’ordre, en matière de civilisation, de culture, ou d’alimentation; il y a d’abord et avant tout des fractures sociales et économiques à prendre en compte, à apercevoir et sur lesquelles il est urgent d’agir au préalable.

Le légitime souci de l’environnement ne peut être ni punitif, ni récréatif ; il ne peut être que socio-économique  si on veut aller un peu plus loin que des belles intentions, des malédictions ou des incantations.

En Pédagogie sociale, on ne commet ni confusion, ni inversion entre le respect des personnes et celui de l’environnement. On adopte une attitude matérialiste et  pragmatique qui accepte comme légitimes les besoins en termes d’alimentation, comme de consommation de ceux qui subissent déjà des conditions dégradées dans ces domaines.

Pour prendre réellement en compte l’environnement et son intérêt, il faut pouvoir encore avoir la possibilité d’y intervenir, de l’habiter , de l’occuper et même de le transformer. Ce sont donc ces premières tâches qui nous paraissent à la fois urgentes et essentielles.

L’appropriation de son espace de vie , mais aussi des espaces communs constitue pourtant un des principaux enjeux écologiques majeurs et durables, à l’échelle de l’humanité. Ni punitive, ni récréative, la véritable écologie ne peut qu’être transformative, pédagogique et politique.

DIMANCHE Jardin , en familles

Aujourd’hui nous sommes allés au jardin à Saulx. Comme d’habitude,  nous avons retrouvé Zohra sur le parking du carrefour qui nous a ramené des enfants du quartier. Nous sommes arrivés au jardin en bonne compagnie et d’autres personnes nous ont rejoint pour partager le repas.

_SAM3888

Un repas improvisé avec de la viande, de la salade et des pommes de terre fraîchement récoltées. Tout le monde a mis la main à la pâte, que ce soit pour préparer le repas, pour récolter les légumes ou pour entretenir les plantes.

_SAM3884

_SAM3878

Une bonne journée ensoleillée et partagée dans la bonne humeur !

_SAM3891

SAMEDI: Atelier Aux hôtels

L’atelier aux hôtels s’est déroulé avec une nouvelle famille qui a été très bien accueilli par l’ensemble de l’équipe.

IMG_0959

IMG_0956

A l’hôtel Parthénon, Alice et Laura  se sont occupés principalement de la petite enfance après avoir accompagné les plus grands jusqu’à l’hôtel F1, pour faire un grand jeu de parcours avec Élodie.

IMG_0934

L’atelier s’est d’ailleurs très bien déroulé. Pendant ce temps,  d’autres jouaient au UNO avec Ramona ou se faisaient maquiller par Iasmina.

 

IMG_0957

IMG_0968

Ces deux dernières activités ont rassemblé des groupes d’enfants très concentrés et coopératifs entre eux.

IMG_0970

 

Atelier Villa Sain Martin

Nous nous sommes rendus avec Nicolae, Laura et Elbéra à la Villa Saint Martin dans l’après-midi. Nous avons partagé un moment privilégié et  avons fait connaissance avec eux.

Nous avons apporté un espace petite enfance avec des jouets et de la dinette, un espace maquillage, des coloriages et un ballon. Il y a eu un petit jeu de balle, nous nous sommes fait du « body-painting » sur les mains et avons terminé en discutant et en dessinant tous ensemble.

 

VENDREDI

Atelier Rocade

Aujourd’hui, au quartier de la rocade, nous étions en compagnie de  Nicolae, Saman, Mariam, Elodie et Nelson et parmi tout cela une vingtaine d’enfants.

Nous avons proposé plusieurs activités dont : la petite enfance, des jeux de sociétés et des jeux collectifs (volley-ball et balle au prisonnier).

20170804_162141

Sur la petite enfance, les mamans et les enfants se sont bien amusés à jouer ensemble et discuter avec nous.

Le volley Balle et la balle au prisonnier a très bien marcher avec beaucoup de monde et était très attractifs et un mélange d’enfants et d’adultes.

20170804_162131

Et sur les jeux de sociétés, nous étions en compagnie de 7 enfants et nous nous sommes bien amusé avec les jeux de cartes.

Pour finir, nous avons fini cette journée sur le conseil de quartier et le goûter.

Atelier Cuisine, du Vendredi

Aujourd’hui, ce sont les mamans qui ont décidé du menu. Elles nous ont fait découvrir local un plat avec les feuilles de manioc, lait de coco, du poulet et du riz. En dessert, nous avons mangé des beignets à la banane faits avec l’aide des enfants présents.

IMG_0920

IMG_0919

Nous avons tous bien mangé et découvert un bon plat. Les grands et les petits se sont tous régalés tout en discutant dans la bonne humeur. Bon appétit et à bientôt

JEUDI  : Au Potager de Saulx :

Cette après-midi, nous avons travaillé sur le potager, sous une chaleur suffocante.

20170622_152118

Dans le puits,  il n’y avait presque plus d’eau, nous avons dû arroser les plantes sous la serre car elles étaient très sèches, conséquence d’une forte chaleur.

IMG_20170628_152338

Nous avons pu arroser les poivrons, le persil et les tomates.

Atelier Skate Parc

Aujourd’hui,  nous sommes allés au Skate Parc ; Najami et Yaëlle nous ont suivi pour proposer elles aussi des activités. En faisant le tour du quartier nous avons motivé les enfants, nombreux à  venir participer aux activités proposées.

20170803_155404

 

Sur les tapis, l’équipe a installé la petite enfance, les jeux de société et un petit atelier créatif d’Origami.

20170803_153452

Et les garçons motivés ont fait plusieurs parties de foot sur le terrain. Une personne de l’équipe d’Intermèdes dans chaque équipe de foot. C’est l’équipe d’Alice qui a gagné grâce aux 6 buts mis par Timothé !

20170803_162829

Le goûter a permis un retour au repos et à remplir les ventres des sportifs !

Atelier Massy.

Aujourd’hui, malgré un vent persistant, nous avons fait l’atelier.

Aux jeux collectifs, le volleyball a mobilisé un petit groupe qui est resté bien concentré dans le jeu. On a fini par un foot.

IMG_0907

A la petite enfance, l’implication  de Inès a attiré les petits qui se sont bien amusés.

IMG_0906

Atelier créatif où les enfants se sont adonné à la réalisation de papillons décoratifs.

IMG_0917

Atelier danse avec une super chorégraphie de Kung-fu Panda.

IMG_0908

Bel atelier, belle journée,

IMG_0918

A bientôt Massy

MERCREDI

 Atelier St Éloi

A st Éloi nous avons retrouvé bon nombre d’enfants que nous voyons toujours. Alice et Héloïse nous ont rejoint avec quelques enfants des hôtels sociaux.

IMG_0894

Trois mamans des hôtels étaient présentes aussi avec leurs enfants. Il y avait quatre  ateliers, petite enfance, théâtre, peinture et création de pots de fleurs avec de la pâte à sel.

IMG_0898

C’était un atelier chaleureux, tout le monde a pu profiter des activités proposées. Pour le théâtre, c’était de l’improvisation et des jeux de mimes, les enfants étaient vraiment investis.

IMG_0890

IMG_0883

Du côté de la création de pots de fleurs, les jeunes avaient ramené des bouteilles vides et de la farine pour compléter le matériel.

IMG_0901

Nous avons ramené leurs créations au local, ils pourront les compléter la semaine prochaine.

A bientôt

Atelier Morangis

En arrivant sur le bidonville de Morangis nous avons fait un jeu collectif puis nous avons installés les quatre ateliers qui étaient l’écriture par des jeux interactifs,

20170802_151512

Il y a eu un atelier cuisine avec la fabrication du crêpes « spécial Laura », la petite enfance avec les instruments de musique et la danse avec Mariam.

20170802_145127

Les enfants semblaient vouloir faire tout en même temps donc nous avons concentré nos activités à la fin sur la danse et les crêpes.

20170802_150802

Pour finir, nous avons mangé les fameuses crêpes de Laura au goûter puis certains enfants se sont adonnés aux chants. C’était un bon moment de convivialité entre tous les enfants.

Atelier Sociolinguistique

Aujourd’hui, nous étions nombreuses pour l’atelier cuisine / langage/ pratique du français avec une vingtaine de mamans, et quelques bébés qui se sont amusés à nous regarder faire des pancakes.

IMG_0864

Nous penserons la prochaine fois à lire la recette en entier avant de commencer le mélange des ingrédients, mais on a aussi appris comment on peut rattraper quand on a fait les choses dans le désordre !

IMG_0863

IMG_0859

Comme d’habitude l’atelier s’est déroulé dans une atmosphère très conviviale favorisant les échanges, et terminé par une dégustation de notre préparation qui a bien plu.

IMG_0854

 

 

 

Autopsie de la précarité

La Précarité est mortelle; nous le savions tous.  Nous le voyons à présent sous nos yeux. Nous sommes familiers de la vie qui s’écoule, des âges qui s’écroulent, des adolescences volées et avortées, de passages violents des enfants vers une vie d’adultes, du vieillissement précoce de jeunes adolescents dont la santé dégradée les rapproche du mode de vie des personnes âgées .

_SAM2929

Nous connaissons la vie qui s’éloigne, les jeunesses éclair qui disparaissent ou fondent sous nos yeux. Meurent ceux que l’on abandonne; nous savons la détresse des adolescents sans couverture, sans soins, sans protections et sans avenir. Nous vivons auprès d’eux; ils vont et viennent autour de nos locaux, de nos repères.

C’est  cela le paradoxe de la précarité; d’un côté le temps est arrêté, les problèmes sont chroniques. Tout semble inamovible. De ce point de vue-là, le moindre mouvement paraît impossible; le moindre changement est trop coûteux…

Et puis il y a l’autre face, l’autre côté;  le temps s’enfuit, il dévale; il se fait la belle. On a cligné d’un oeil et telle enfant qu’on connaissait depuis ses plus tendres années est devenue une mère, une épouse préoccupée et débordée. On a cligné d’un oeil et ces autres enfants sont déscolarisés; et puis il y a ceux, « sous main de justice », qui  sont renvoyés à leur rue et leur errance. Un clin d’oeil et le peu de sécurité administrative de cet adulte isolé a fondu comme neige au soleil: trois téléphones plus loin, perdue la domiciliation, perdue la carte de retrait du compte dématérialisé; perdue l’allocation , le RSA, le chômage, perdue la couverture sociale même minimale…

Entre le temps inamovible et le temps insaissable, celui qui passe trop vite et celui qui s’est arrêté, la précarité tue.  Elle arrache, elle retire, elle abandonne…  Nous voyons nos adhérents s’éteindre sous nos yeux, décliner, se perdre, s’abîmer. Nous voyons leurs proches encaisser , compenser, prendre coups sur coups.

Et le même paradoxe est à l’oeuvre; la perte d’autonomie a commencé il y a bien des années. Les désastres ça se prépare; les naufrages ça se calcule. Le déclin physique est apparu si jeune, qu’il se poursuit inexorablement jusqu’à la fin.

La précarité tue, mais il faut préciser que c’est chaque jour qu’elle tue celui qui en est atteint.  Elle ne le tue pas seulement à la fin. Elle a auparavant tué tous ses possibles , tous ses rêves, toutes ses journées. Elle a obscurci son soleil et désespéré ses proches.

Ce n’est pas à la fin de sa vie qu’il a manqué au précaire , un peu de santé, un peu de moyens, un peu de chance, un peu d’énergie, un peu de soin. C’est chaque jour depuis tant d’années, que le manque a creusé son existence, grévé son avenir, percé ses rêves.

Très vite dans la vie de tout précaire, il a été trop tard! Cette révélation est tellement rapide , tellement forte, tellement puissante, qu’il faut toute une existence  pour en saisir la portée et la terrible vérité.

Contre la précarité, il y a le don, il y a le soin, il y a l’inconditionnalité; en bref , tout ce qui coûte trop cher, tout ce qu’on fait disparaître. Contre la précarité il y  la compréhension des situations politiques, sociales et économiques, et des conditions de vie qu’on nous fait. Contre la précarité , il y a  la compréhension des destins, la prise de conscience individuelle et collective. Contre la précarité il y a la créativité sociale, collective. Il y a la fantaisie et la convivialité.

Mais de toutes ces possibilités, de tous ces recours possibles, on éloigne les acteurs sociaux, éducatifs. On les encourage à ne rien savoir et ne rien apprendre de la précarité. On les éloigne de toute science du malheur commun. On les décourage parce que eux mêmes sont précaires ou ont peur de le devenir.

C’est pourtant la Science de ce malheur commun, de cette expérience accumulée depuis des siècles par les peuples pauvres et les groupes opprimés, qui peut nous apporter le plus; nous montrer la voie.

Cette science nous apprend des vérités de base: la Précarité est un désastre qui a déjà frappé; c’est pour cela qu’il ne faut plus en avoir peur; c’est pour cela qu’on peut agir; c’est pour cela qu’il n’y a plus rien à perdre; tout à entreprendre; tout à espérer. La plupart des gens passent leur vie à avoir peur de ce qui pourrait arriver; nous sommes tous invités à faire de ces peurs des logiques de vie, des adhésions de soutien aux puissants qui nous oppriment.

Et un jour , on réalise que tout cela a déjà eu lieu, que tout cela est déjà là. Alors , on respire; on ne fuit plus.

Le temps n’est plus arrêté; notre moment commence et nous trouvons enfin le temps de faire et d’agir.

DIMANCHE

Jardin Dimanche

Aujourd’hui   nous somme allés au jardin sous un bon soleil. Nous avons accompagné les personnes du quartier.

WP_20170730_13_59_26_Pro

Une fois arrivés, nous avons commencé à allumer le feu et préparer la table à manger. Les deux mamans ont cuisiné des pommes  de terre (de chez nous), avec de la viande qu’on a pu manger avec le pain cuit sur place;  ensuite nous avons pu commencer à ramasser les courgettes, les poires, des pommes et des prunes.

 

WP_20170730_13_00_03_Pro

WP_20170730_12_59_15_Pro

 

Nous avons aussi arrosé les plantations. Ensuite  nous avons pris le gouter avec les enfants.

WP_20170730_15_27_30_Pro

Cette journée étais magnifiques est très cool !

SAMEDI

Atelier Villa Saint Martin

Étaient présents sur l’atelier aujourd’hui : Laura, Nicolae, Marion, Daniel et Najamie.

Il y avait avec nous un peu moins de dix enfants au vu des départs en vacances.

20170729_153141

Un grand atelier petit enfance leur a été proposé ainsi que du maquillage et du volley-ball.

20170729_154447

Tout s’est fini dans le calme avec la distribution du goûter.

Atelier Vauhallan

Aujourd’hui, nous avons rassemblé les enfants autour de la danse et la musique puis ils se sont répartis dans les différentes activités qui étaient les exercices scolaires, le maquillage et la petite enfance.

20170729_161539

20170729_160555

En ce jour, il y avait moins d’enfants volontaires pour les exercices car il y avait davantage de choix d’activités, comme Yasmin par exemple qui s’est amusé avec le maquillage et les jouets.

20170729_160109

Il est important de laisser le choix aux enfants surtout les plus petits qui doivent aussi apprendre en s’amusant. La journée s’est terminée avec le goûter et des propositions pour la semaine prochaine comme faire la cuisine ou recommencer des jeux collectifs avec la musique.

Atelier des Hôtels

Aujourd’hui nous sommes allez aux hôtels en compagnie de 30 enfants.

Une fois arrivée aux hôtels, quelques enfants nous attendaient pour aller chercher les autres enfants dans les chambres.

Nous nous sommes partagés en deux groupes, le premier groupe au Parthénon il y a eu un atelier petite enfance et aussi nous avons raconté des histoires aux enfants. Les enfants de 1-3 an y ont imité les animaux et on a fait une belle cuisine (couscous, frite et poulet).

IMG_0835

IMG_0836

Tout le monde a bien aimé sur place . Quant à  l’hôtel Formule 1, nous y avons mis en place 3 ateliers dont le maquillage, la petite enfance et le foot.

20170729_153821

20170729_153809

Les enfants du F1 et quelques-uns du Parthénon ce sont bien amusez sur chaque ateliers présents a l’hôtel et même quelques grand ce sont mêler aux ateliers.

IMG_0840

Et pour finir cet atelier nous nous sommes fait rejoindre par les enfants du Parthénon au F1 pour le gouter.

 

VENDREDI

La Rocade

De nombreux d’enfants ont participé aux ateliers mis en place à la Rocade. Nous avons installé un espace petite enfance avec de la dinette et des jeux de construction qui ont attiré des enfants en fin d’atelier, du dessin et de la peinture.

IMG_0787

IMG_0789

Un atelier pâte à modeler a beaucoup plu, aux enfants de tous les âges, qui ont réalisé des formes et des animaux. Nous avons également mis de la musique, joué aux chaises musicales et à des jeux de cartes.

IMG_0790

L’atmosphère était assez paisible, nous avons terminé par un goûter au cours duquel nous avons pu discuter dans une bonne ambiance avant de nous rendre ensemble à la soirée conviviale à la Villa Saint Martin.

Soirée Conviviale des Robinson :

Aujourd’hui on se réunit au moment du briefing au local d’Intermèdes pour établir les dernières mises aux pointes des préparations de la soirée conviviale qu’elle aura lieu à la Villa Saint Martin.

IMG_0822

Nous nous attendions à accueillir à peu près 80 personnes, enfants et adultes des familles résidant des quartiers et des environs. Ils étaient plus de 100

Au menu : Des beignets des courgettes et des gâteaux à la courgette accompagnées par des brochettes des fruits et des frites avec les pommes de terre venant du jardin des Robinson. Laura Vasile et Laura Oita vont s’en occuper avec l’aide des mamans des hôtels, Léa ; Bintu et Marie de la préparation.

IMG_0817

A la table de mixage et de  musique c’est Dusko qui met une bonne ambiance tandis que les autres invites les familles et les mamans à danser avec eux.

IMG_0818

Nicolae et Daniel se sont occupés de la décoration du jardin; des pots de fleurs accrochés aux palettes et dans les pneus, pour embellir le jardin.

Iasmina a installé ensuite une expo de nos  photos à l’aide des deux piquets en noisetier et de la ficelle.

IMG_0806

Une très bonne ambiance, les familles sont contentes de se retrouver dehors pour discuter, danser, chanter et partager un beau moment, très convivial avec les autres.

En même temps elles peuvent admirer les belles photos d’ateliers, l’installation des pots des fleurs en hauteur des palettes ou simplement goûter aux préparatifs culinaires de ce soir.

IMG_0816

Tout ça étant dit, je vous laisse maintenant regarder nos photos pour vous rendre compte de l’ampleur de la Fête.

Le mois prochain, notre soirée conviviale se tiendra à la Maison COLUCCI

JEUDI

Sortie Paris Plage et la Villette 

Nous avons fait une grande sortie à Paris plage et au Parc de la Villette. Deux groupes séparés en fonction de l’âge. Les moins de 9 ans avec les mamans sont partis à Paris plage, pendant que les plus de 9 ans à La Villette.

Avec les plus jeunes nous sommes allés à Paris plage profité des activités proposés, tels que le pédalo, le carrousel et d’autres jeux sur l’eau. Nous avons pique-niqué d’abord au bord de la Seine puis direction les bateaux ! Tout le monde a pu profiter même sans trop de chaleur ! Beaucoup de sourires et de fous rires pour cette belle journée en famille !

Nous sommes allés au parc de La Villette, nous avons où nous avons joué avec des cartons. Nous les avons superposés les uns sur les autres pour que ça puise faire des monuments.

Après on à tous soulevé notre monument pour qui soit plus haut. Pour finir, on a pris le goûter et après on est parti s amusé dans un parc de jeux. Cette journée étai magnifique

Au Potager :

Aujourd’hui au jardin nous sommes prêts de nouveaux  à chercher des patates et du persil.

20170727_155623

On prend des bêches et des fourches et on se met à  creuser après les patates pour charger la brouette. Franck et Najamie avec Laura n’attendent plus et ils commencent à travailler. Nicolae désherbe les champs des fraisiers avec Hussein qui adore les fraises et qui commence à cueillir pour manger…hum… délicieux.

20170727_155554

Nicolae coupe des branches de noisetier et avec l’occasion  il profite pour gouter aux noisettes.

20170727_160204

Sous la serre Daniel et Eric remets des tuteurs aux tomates et puis  désherbent.

C’est le moment du goûter et ensuite on reprend le chemin de retour.

Atelier Skate Park

A l’atelier skate Park nous avons investie l’espace avec un parcours avec Elbera et Élodie qui a amusé les petits et les grands tandis que du côté du gymnase il y avait la petite enfance avec Louis, la danse avec Dusko? qui a fait apprendre aux enfants présents des pas de danse tsigane sur une musique  bien rythmée de Sandu Ciorba.

20170726_153932

Nous étions au skate park avec David, l’animateur de la ludothèque qui a apporté pleins de jeux de société, qui nous ont permis d’organiser ensemble de grands jeux avec des parcours d’obstacles, que les enfants et les adolescents présents ont bien aimés.

20170726_153941

Il y avait aussi une bénévole de la ludothèque, qui était présente pour faire lire et lire des histoires aux tous petits présents cet après midi là.La journée s’est très bien terminée avec le goûter et des propositions comme un tournoi de foot ou la cuisine.

20170726_154937

 

Atelier Massy

En cette belle journée, nous avons proposé une petite Kermesse sur les ateliers de Massy.

En attendant les Pop-corn, nous avons joué au chamboule-tout, les petits comme les grands ont pris plaisir à faire le meilleur score.

IMG_0738

IMG_0756

Nous avons défié la loi de la gravité à la fameuse Slackline que les enfants commencent à bien connaitre.

IMG_0730

Les jeux de la petite enfance ont séduit les tout petits, avec la présence des mamans à leurs coté.

IMG_0731

Aux jeux collectifs, badminton et volleyball ont bien fonctionné et la concentration était palpable sur le terrain.

IMG_0764

Le gouter c’est passé dans un calme quasi-olympien, et nous avons fait partir quelques sacs de pomme de terre.

MERCREDI

Atelier Jardin Mercredi

Aujourd’hui avec les enfants d’Epinay sur Orge, Denisa, Djidi, , eric, Franck, Elodie , Saman , Daniel et Nicolae on part pour récolter le plus des légumes et des fruits du jardin des Robinson.

IMG_20170628_152059

Nous avons creusé assez profond pour arriver a remplir deux grandes cagettes des pommes de terre: Charlotte et Bernadette. de l’autre côté , Franck et Daniel ramasse une brouette entières des courgettes de toute taille et en sous la serre les concombres , les cornichons et des petites tomates cerises.

IMG_20170628_152338

L’une des pommes de terre avait la forme d’un petit animal assez particulier. Elle est devenue la mascotte pomme de terre durant cette belle journée nuageuse au jardin.

Un bon travail que nous avons pu mème avec succès, sous cette chaleurs suffocante.

A bientôt.

Atelier Saint Éloi

Aujourd’hui,  les 25 enfants présents ont eu l’occasion de pratiquer des activités sportives telles que le badminton et le football, encore la création de ruban volant dans le sens du vent. Pour les plus grands, était proposé un badminton.

IMG_0710

IMG_0678

Tandis que les tout petits étaient à la petite enfance et on oublie pas un belle atelier de coloriage que tout monde a aime.

IMG_0712

Sur un fond de musique, des activités créatives ainsi que le slackline ont amusé les enfants.

IMG_0703

L’après-midi s’est terminé avec  un goûter.

IMG_0714

 

Atelier Morangis

Aujourd’hui  retour à Morangis pour l’atelier après 3 mois d’absence. Nous avons été accueillis très chaleureusement. Les mamans et les papas étaient ravis que nous venions faire quelques choses avec leurs enfants.

20170726_144633

_SAM2875

La plupart des enfants se sont installé sur les tables pour l’écriture, les mamans sont restées très présentes aussi.

_SAM2929

Sur les tapis,  du maquillage et de la petite enfance, les adolescents et les parents ont beaucoup participé aujourd’hui.

_SAM2893

Notre moment préféré c’était les jeux collectifs, nous avons appris le jeu du béret, c’était top !

 

MARDI

Atelier FLE

Nous étions nombreuses avec au moins 25 mamans pour l’atelier de pratique du français, dont certaines qui n’avaient pas encore participé à des activités de l’association.

20170725_173030

20170725_170324

Après un tour de présentation, tandis que les enfants jouaient à l’étage nous avons appris à faire le pain à la poêle. Il a eu beaucoup de succès : c’est facile, pas cher, pratique et très bon !

20170725_165732

20170725_165302

L’atelier s’est une fois de plus déroulé dans une atmosphère très conviviale. Nous avons terminé en discutant autour d’un thé pendant que le pain cuisait, puis nous l’avons goûté ensemble et les mamans se sont réparties la pâte restante pour la faire cuire à la maison.

 

Le refus de payer pour le Social

Une nouvelle exigence semble s’être emparée du monde des puissants et descendre sur ceux qui les servent. Une opinion s’impose, depuis les moindres cadres institutionnels, les administratifs, les hommes politiques et jusqu’à l’homme qui a des biens: il ne faudrait plus rien payer!

Ne payez plus!

Trop aurait déjà été déjà dépensé pour les gueux, les misérables, les inadaptés à la vie. A coup de pensées courtes et stéréotypées sur la « misère du Monde, « l’assistanat », « le mérite », et même les « chances « , que les gens auraient eues ou qu’on leur aurait « données » à un moment hypothétique de leur vie; tout cela aboutit au même: « ça ne devrait rien coûter ». « Ca ne doit plus rien coûter ».

 

 

On va s’énerver contre l’acteur social qui réclame des moyens, exactement de la même manière qu’on s’énerve contre le pauvre qui réclame des allocations. Les riches et les puissants n’aiment pas parler d’argent; ils trouvent cela déplacé. Ils s’agacent contre ceux qui en parlent tout le temps.

A  une association comme la nôtre, qui réalise des missions réputées impossibles, et qui multiplie les actions auprès des publics « intouchables », on fera comme si elle avait des moyens exorbitants; on refusera de discuter, coûts, « finance »; on s’offusquera de la moindre comparaison avec la structure voisine opulente, et on répondra à toute demande, sans jamais douter,  « qu’il n’ y a  pas d’argent ».

Bien entendu , il n’y a que pour le Social et ceux qui le réussissent qu’il n’y a pas d’argent; il y en aura toujours par contre,  pour entretenir uj bâtiment sous -utilisé, construire des institutions désertes ou fermées,  gardienner   un terrain vide pendant des années, rendre un lieu inhabitable; pour mettre dehors, renvoyer à la rue, détruire, détruire et encore détruire…

 

IMG_20170722_162448

L’argent coûte de plus en plus cher pour le Social, et le coût des pauvres et des précaires devient de plus en plus insupportable à ceux pour qui l’argent ne devrait jamais servir qu’à en gagner davantage.

L’argent n’est pas un problème économique, mais idéologique; la revendication qu’il y en ait pour ceux qui ont besoin qu’on en dépense pour eux est idéologiquement inentendable.

A la place de ce qui devrait être et fonder une réelle économie sociale et politique, une nouvelle morale émerge ; c’est celle du « sans coût »; le travail social, tout ce qui fait société ne devrait rien coûter. Ce n’est pas une croyance , c’est une exigence, une urgence , une nécessité.

Deux visions de l’argent , deux visons du Monde

Cela n’est pas nouveau; le riche, de tout temps a été celui qui ne voulait pas payer lui-même, mais faire payer les autres. C’est une mentalité de pauvre que celle de vouloir avoir et claquer de l’argent ou de croire que l’argent serait là pour être dépensé. Le riche et le puissant savent, au contraire du pauvre, même »fortuné », le secret ultime: l’argent ne sert qu’à en produire plus encore.

Mais ce qui est nouveau par contre c’est que cette morale de classe se trouve promue au rang de vertu sociale. Il est fini le temps de la vague repentance, de la charité de rattrapage. Aujourd’hui, refuser les moyens à ceux qui produisent la relation et le soin , à ceux qui au plus près du terrain, réalisent le travail chaque jour, et le concentrer au contraire là où il ne produit plus rien de social et de capacité de transformer les destins, est devenu un  argument tellement envahissant qu’on s’étonne que l’acteur de terrain n’en partage pas l’évidence.  Pour un peu , on lui ferait honte, à cet acteur, de ne pas partager un tel impératif. Pour le Social et ceux qui le font vivre, on réinvente sans arrêt, à court d’idées,  l’appel au civisme , au bénévolat, à la citoyenneté…

Payer soi même sa rançon

L’exigence du « sans coût » devient ainsi  la nouvelle norme de vie de ceux qui reçoivent 100 coups, chaque jour. Ils doivent payer, mériter, se hisser, en un mot faire oublier, en en portant la culpabilité , tous les abandons qu’on va leur faire.

C’est une véritable théorie de la « rançon » qui se met à l’oeuvre. Le pauvre ou le précaire sont priés de payer pour eux-mêmes, pour leur salut, pour rembourser le coût de leur vie. Au comptant, ou à crédit, nous voici tous endettés d’une dette insupportable, insurmontable… On n’en finira pas de payer; la dette ou la vie! La dette c’est la vie.

 

Aujourd’hui, les institutions n’éduquent plus le jeune des cités, de la rue ou des bidonvilles pour l’épanouir , le grandir, ou prévenir ses égarements mais  pour qu’il se soumette, pour qu’il accepte sa dette, son joug, son fardeau interminables. Qu’il rembourse, qu’il rattrape, qu’il rachète, qu’il mérite enfin!

Il fut un temps où on kidnappait les riches, qu’on les enlevait à leur famille pour que celle-ci paye une rançon juteuse; aujourd’hui, il semble devenu plus rentable de kidnapper leur vie aux pauvres et de tout leur enlever, pour qu’ils paient leur rançon pour eux mêmes et chaque jour .

L’étrange conversion des travailleurs sociaux à cette nouvelle théorie de la rançon, s’opère par abandons successifs de toutes les manières de penser au coeur de leur activité, l’économie, la politique, ou le social lui-même. Un peu comme si les acteurs sociaux souscrivaient eux aussi à la théorie de la non valeur de ce qu’ils produisent, à l’exigence du « sans coût » pour ceux sur qui pèse la société toute entière.

Des vérités impardonnables

Le don et la gratuité sont les vecteurs du véritable travail social et éducatif; le dire c’est commettre un blasphème , un sacrilège inexcusable.   Vouloir donner c’est oblitérer l’autre de toute dette, c’est vouloir affranchir dans un monde qui nous veut tous serviles. C’est créer du don et du contre-don là où on ne voudrait que de la dette et de la rançon.

Pendant longtemps nous nous sommes demandés, dans notre association, d’où venaient toutes ces inégalités folles de moyens qui se concentrent là où on produit au final si peu de social et tellement d’institution.  Aujourd’hui les raisons d’un tel traitement deviennent de plus en plus visibles et claires: on nous reproche l’inconditionnalité qu’on offre à notre public, le fait qu’on ne le sélectionne pas, qu’on ne l’abandonne pas, qu’on ne le renvoie pas à d’hypothétiques ailleurs; le fait qu’on le suive; le fait qu’on puisse voir ce qu’il advient de lui; le fait qu’on puisse le dire, le décrire; le fait que ça se voit . Cela suffit bien comme raisons.

Est ce qu’on retardera encore longtemps la sortie de ces folies? Est ce qu’on maintiendra encore et encore ces illusions destructrices. Le refus de payer, comme le refus de donner conduisent à des catastrophes environnementales, sociales et humaines, tout court.

Le refus de payer , comme celui de donner de soi produisent les catastrophes individuelles et collectives et génèrent et généreront de plus en plus de violence.

Qu’on en s’inquiète pas! Celle ci sera gratuite.

 

Atelier Jardin Dimanche

Aujourd’hui nous sommes allez au Jardin ce dimanche en compagnie de : Iasmina, Lari, Zohra, Fouaizia, Laurent, Helene et Nelson ;

IMG_0649

Avec les enfants de quelques quartiers de Longjumeau Massy et les invités du jardin.

IMG_0647

Nous avons d’abord  préparé le bois et le barbecue avec les enfants et par la suite retirer les mauvaises herbe sur certaine passerelle de terrain.

IMG_0650

Après avoir repris des forces avec le repas tous ensemble nous nous sommes réparties les tâches comme ramassez les courges, la rhubarbe, betterave, un peu de potiron, persil et des patates etc…

IMG_0644

Et pour finir nous avons planté des haricots verts.

Pour finir cette belle journée de travail nous avons pris le goûter tous ensemble.

IMG_0657

VACANCES FAMILLES !!!!!!!

C’était des vacances de rêve pour 38 Robinsons, de mercredi à vendredi

Du 19 juillet au 21 juillet, l’association a organisé un séjour en camping au Château de Buno. Ce séjour s’est déroulé autour du thème de l’air, afin de commencer une approche a l’été loin de la ville. Les participants, au nombre de 38, ont pour beaucoup découvert le camping pour la première fois.

Nous avons donc proposé des ateliers de fabrication d’objets qui peuvent s’apprêter à l’usage dehors, comme des cerfs-volants, des manches a air et des rubans.

Malgré les aléas du temps (biens pour notre thème choisi!) le séjour s’est déroulé dans l’enthousiasme et la bonne humeur ! A la prochaine pour de nouvelles aventures !

 

Villa st. Martin :

Samedi 22

Aujourd’hui  à la Villa st. Martin nous avons préparé du matériel d’éveil, de la dinette et d’autres petits jeux pour les enfants, mais aussi le coloriage, et les jeux collectifs comme le badminton et le volleyball.

IMG_20170722_162448

Nicolae amène les palettes de Bel Air et avec l’aide des autres va les peindre et ensuite les fixer  dans la terre pour faire des plantations en hauteurs avec des plants aromatiques.

IMG_20170722_154820IMG_20170722_164307

Nous préparons aussi le jardin en le désherbant des mauvaises herbes et nous l’embellissons comme on le peut pour la future soirée conviviale qui aura lieu vendredi prochain.

IMG_20170722_164319

Atelier Vauhalan:

L’atelier de ce samedi 22 juillet était comme une  belle alternative à l’école où les enfants écrivaient et faisaient des calculs.

20170722_160942

Lari, Elodie et Laura ont fait les présentations et la chanson de « jean petit qui danse ».

20170722_145513

Puis chacun assis autour d’une table avec leur cahier,  a commencé à faire les exercices pratiques, en lien avec ce qu’on avait vécu ensemble.

20170722_152600

Atelier hôtel avec Iasmina, Jean-Marc, Mariam, Carolina et Yassine.

Il y a eu trois ateliers ; la petite enfance, jeux collectifs (foot) et une activité maquillage.

La petite enfance ; Il y a eu 5 enfants ils ont joué à la dinette aux petites voitures et on faits de la pâte à modeler.

IMG_0601

Les jeux collectifs ; il y a eu 10 enfants nous avons faits un mini tournoi ou il y avait des garçons et des filles puis un taureau.

IMG_0624

L’activité maquillage ; il y a eu 13 enfants qui ont participé a l’activité ils se sont fait maquiller et se sont maquiller entre eux.

IMG_0614

L’enquête ; Tous les enfants rencontres aujourd’hui été bien scolariser et aucun qui été mal scolarisé

IMG_0626

Cantine de Vendredi :

Aujourd‘hui  Iasmina et moi Mariam nous avons préparé des beignets à la courgette avec des pommes de terre, qu’on trempé dans la farine  et dans l’œuf.

IMG_0597

Ensuite Mariam a préparé une salade de légumes.

IMG_0593

Nous avons eu une seule maman qui nous a aidé à faire la cuisine. Le repas étais prêt à l’heure, cette très bon est très conviviale.

IMG_0585

Au potager de Saulx :

Vendredi:

Aujourd’hui au jardin je suis allé avec le groupe d’adultes car nous allons essayer de peindre les palettes pour embellir le jardin.

IMG_20170721_161640

En passage on ramasse des courgettes et des concombres mais aussi des betteraves afin d’arroser les plants sous la serre car dehors la pluie s’en occupe d’arroser.

IMG_20170721_160307

On continue de désherber le champ des framboisiers sans trop les abîmes et puis nous nous préparons pour le goûter.

IMG_20170721_163920

A bientôt.

Skate park: Jeudi

Aujourd’hui à l’atelier nous avons été rejoints par David qui travaille à la ludothèque de Longjumeau. En plus des ateliers que nous avions préparé il a également ramené des jeux de société, tous nouveaux, que nous ne connaissions pas, des échasses, le passe trappe qui a énormément plu au plus grand. Une trentaine d’enfants étaient présents et une dizaine de parents.

Une dame bénévole de la ludothèque s’est installée sur des tapis pour raconter des comptes aux enfants avant le goûter.

L’atelier était très agréable, entre les jeunes sur le terrain de foot, les jeunes sur le parcours d’obstacle installé par Louis et Laura, la petite enfance, les multiples jeux de société.

20170720_153631

Pour le goûter et le conseil de quartier tout le monde s’est assis en rond, nous avons échangé sur le ressenti de la journée et partager un bon goûter.

20170720_163940

Journée parfaite, pleine de partage, de joie et d’envie.

Merci à tous

Atelier Massy :

Jeudi:

C’est les vacances ! Comme la semaine dernière, nous avons les mêmes enfants, c’est intéressant pour eux de constater que nous venons chaque semaine et que nous proposons de nouvelles activités.

20170720_163304

Au menu, du volley, des jeux de société et la petite enfance ! Les activités qui ont eu le plus de succès étaient le volley et la petite enfance.

 

Plusieurs mamans ont joué au volley pendant une bonne heure avec leurs enfants. Nous nous sommes tous éclatés, les fous rires étaient de la partie !!

received_10213496286786722

Les plus jeunes étaient à la petite enfance avec Myriam. Après le match, les mamans ont fait une pause autour d’un thé avec Laura. Yacine, Coline et Marion ont continué les jeux collectifs mais cette fois-ci un peu de badminton avant de passer au goûter.

received_10213496285146681

Nous avons vendu des légumes du jardin à une maman qui était très contente d’en avoir. Plusieurs nous ont demandé de ramener d’autres sortes de légumes pour les prochaines fois.

Gouter animé par les plus jeunes qui nous font rire. Les enfants nous aident à ranger et à porter le matériel jusqu’au camion !

A la semaine prochaine !!

Atelier jardinage Vendredi:

Aujourd’hui nous somment allé au jardin, une très belle  et bien motives pour désherbées et de ramassé de légume. Une fois arrive nous avons commencé faire une visité de jardin  pour en savoir qu’est-ce que on doit travailler. Nous somment partage en deux groupe .Un groupe pour désherbé les framboises et le deuxième groupe a ramassé de légume et arroser les plante .En ont plus nous avons mis des cailloux pour faire une petite  route .La belle journée elle passe très vites  nous sommes heureux de cette journée.

Fête de Viry :

Jeudi:

Nous sommes arrivés à midi à la kermesse des MJC , nous avons pris le temps d’installer et décorer notre stand avec des photos de l’association, puis nous avons déjeuné avant que le public arrive.

20170719_13092520170719_152249

De très nombreux enfants ont participé aux deux ateliers que nous avons proposé, un de maquillage et un de préparation de beignets au citron, ils se sont bien amusés et se régalés.

20170719_151326

Nous avions également installé une table de presse pour présenter le travail de l’association. Le succès de nos ateliers ne nous a que peu laissé le temps de visiter les autres, mais c’était une bonne après midi.

20170719_152254

Atelier ST Eloi:

Aujourd’hui à St Eloi une vingtaine d’enfants étaient présent. Surtout des enfants que nous avons l’habitude de voir.

IMG_0543

Nous avons installé plusieurs ateliers, la petite enfance avec un concours de cuisine, un espace jeux de société avec en particulier un nouveau  jeux : multimoustiques qui permet aux enfants de travailler les tables de multiplication tous en alliant la rapidité et le plaisir de jouer.

IMG_0541

Un atelier coloriage puis comme jeux collectifs  du badminton du Mollki et du basket. Il y avait un large choix d’atelier, les enfants ont bien pu profiter.

IMG_0568

Le goûter et le conseil de quartier ce sont déroulé dans la joie et l’humour.

Jardin de Saulx : Mercredi

Aujourd’hui nous sommes allés au jardin avec Nicolae, Dusko, Daniel, Eric, Franck  et Jean-Marc. Nous avons récoltés beaucoup de courgettes petites et très grosses, des gros cornichons, des tomates, du persil, de la menthe et des poires.

IMG_20170719_152729

Il y a eu André et Delphine du camp d’Epinay qui sont venues nous aider. Nous avons aussi arrosé quelques plantes et nous avons protégés de la terre les potirons avec du carton.

IMG_20170719_153502

A la fin nous avons tous tranquillement pris le goûter autour de la table.

IMG_20170719_150725IMG_20170719_153547

C’était une très bonne journée même si à la fin nous avons eu du mal à porter tous les légumes tellement il y en avait !

Atelier cours de français:

Aujourd’hui, nous avons été assez nombreuses pour passer une belle journée ensemble. Nous avons commencé par préparer deux gâteaux au chocolat. Les mamans ont toutes manifesté du plaisir à participer à l’activité.

IMG_0540IMG_0539

Les tâches (préparation du matériel, lecture, exécution de la recette…) ont été réparties entre toutes.  Nous avons pris un bon goûté pendants que les gâteaux étaient au four et avons discuté du prochain atelier – ce sera un atelier crêpes.

IMG_0536

Il y a eu une bonne ambiance qui a favorisé les discussions.

Précarité et surdétermination

La Précarité , contrairement à ce que nous indique le sens commun, ne consiste pas à affronter des réalités dures et difficiles, mais à devoir les affronter en étant soigneusement et particulièrement affaibli.

Par nature, la précarité est déloyauté. Son concept même réfute la moindre idée, la moindre possibilité d’égalité des chances (ou des opportunités).   Elle consiste moins dans sa définition, en une différence des chances, des occasions , des environnements, que dans la possibilité d’être constitué pour s’en saisir.

Le précaire est comme un combattant entraîné au désastre ; un volontaire initié à l’abandon; un incroyant  au pays de la foi.

(photo de Lily Franey)

Sur-détermination

Il faut bien comprendre cet affaiblissement non comme une sorte de différence naturelle, ou, à l’inverse,  une posture adoptée dans la vie dont on pourrait être « responsable »,  mais comme le résultat d’une préparation , une sorte d’entraînement négatif qu’on aurait eu à subir. Le précaire est et a été préparé à sa perte ; il l’a été malgré lui, et il l’a été de manière intensive et active.

Sur le plan de l’histoire longitudinale, la précarité, pour celui qui la subit, fonctionne comme une accumulation d’expériences. C’est  bien souvent depuis le début , depuis la naissance que le développement moteur, que la  vitalité ont été atteints par quantité de manques de soins, quantité de compensations contreproductives: enfermement, gavage, malnutrition, etc.   Au fil des ans, la vie avec ses événements, l’accumulation de tels obstacles, plutôt que de contribuer au renforcement des défenses personnelles, ont pesé d’un poids énorme sur des bases fragiles.

Sur le plan de l’histoire transversale, c’est à dire de l’événement, la précarité agit comme une surviolence, une surdétermination.  La rencontre avec l’événement redouté, inévitable (la séparation , la perte d’emploi, la dette ou la faillite) ne se font pas de manière objective ou factuelle. Elle arrive , cette rencontre, au moment où le précaire est déjà vaincu, déjà affaibli, déjà coupable, par le fait que cela lui arrive à lui. Il n’y a pas de combat, peu ou pas de réactions, car le malheur a déjà été accepté, assimilé quasiment pour survivre.

Plus que tout autre phénomène social, la précarité est un processus et ne peut être observée , envisagée correctement que depuis sa propre dynamique. Faute d’une telle capacité à percevoir, on se condamne à rejeter le précaire dans l’irrationalité, l’archaïsme, l’anomalie, la monstruosité peut être. La répétition des situations qui l’affectent tout au long de sa vie, et au delà, dans les générations successives, apparaissent comme une aberration, une fatalité qui justifieront tous les cynismes, les racismes et les déterminismes.

On peut comparer la précarité à un empoisonnement progressif depuis la naissance parfois et tout au long du parcours, de la personne précaire et de son milieu. Il ne servira à rien à l’arrivée de juger d’un segment de la course, d’une épreuve particulière quand on a  constitué comme faible celui qu’on prétend jauger.

Comment lutter contre la surdétéremination? Comment lutter contre le désavantage non seulement provoqué, mais accumulé? Pas seulement sur soi, mais sur tous les siens ou sur tous ses semblables?

Le sur-avantage

Seul un entraînement peut aider à lutter contre les effets d’un autre entraînement; seuls des sur-avantages permettent de lutter contre des désavantages si anciens et tellement répétés.

Il ne suffit pas d’envisager la situation sociale du précaire sous la forme d’une série de handicaps, puis de leur éventuelle compensation.   Il ne s’agit pas de compenser des désavantages, des inégalités ou des handicaps, mais au contraire d’inverser des situations de pouvoir et de domination, dans  la vie quotidienne elle même et dans le lieu de vie.

C’est  tout le dispositif de domination et de découragement qui pèse pour lui, qu’il s’agit, par une pédagogie, de contrer et d’inverser.

La vie n’est  pas une course où le paysage se renouvellerait sans arrêt, et dans laquelle il existerait des secondes chances et des seconds souffles.  La vie met en jeu des rapports de pouvoirs et de domination dont le déroulement est sans surprise. Et les éléments qui surviennent ne servent  en général qu’à valider et vérifier ce qui était déjà inscrit au départ, sous forme de surdéterminations. On continue de dévaler tout l’escalier quand on a  raté la première marche.

Seule une pédagogie de la libération, une pédagogie sociale permettent de prendre la mesure des rapports de force à inverser dans la vie quotidienne, et de  proposer les changements nécessaires.  Il faut une théorie pour pouvoir justifier de tels renversements. Le sens commun, l’idéologie commune en effet s’y opposent.

Car il s’agit de tout renverser. Renverser la vision que le précaire a reçu de lui même et de son environnement, comme celle de la société. Il faut renverser le mythe de l’individu « valide » et sain par lui même qu’on oppose constamment au précaire. Il faut dénoncer l’absurdité des objectifs des programme éducatifs et sociaux qu’on lui impose et qui le constituent en difficulté. A quoi sert il d’enjoindre à l’autonomie et à la mobilité celui qu’on a  d’abord parqué et rejeté.

Il nous reste à surdéterminer l’aptitude au bonheur, la confiance en soi, en les autres et en la vie. Il nous reste à prouver jour après jour, à celui qui ne croit plus en rien, que les logiques qu’il assimile et véhicule sans mot dire, sont avant tout celles qui le tuent, et que ce n’est pas lui.

 

DIMANCHE

Dimanche au Jardin

Aujourd’hui nous sommes allés au jardin à Saulx Les Chartreux. Maman Zohra et d’autres mamans ont fait un couscous Tunisien pour 18 personnes !

20170716_141149

20170716_165726

Pendant qu’elles faisaient la cuisine les enfants jouaient à l’ombre sous les arbres. En plus elles ont utilisé des légumes du jardin pour mettre dans la sauce.

20170716_164118

Nous avons ramassé beaucoup de courgettes, concombres et poires pour ramener à la maison. Du désherbage a été fait dans la serre, sur la grande parcelle de courges et dans le champ de patates.

20170716_162844

Des familles nous ont rejoint un peu plus tard, malgré la forte chaleur pour profiter de la fraîcheur.

 

 

SAMEDI

Atelier VSM

Aujourd’hui nous sommes allés dans le quartier de la Villa Saint Martin en compagnie de : Daniel, Nicolae, Marion, Laura et Nelson.

20170715_151146

Notre groupe, plus réduit que d’habitude, nous a permis de mieux échanger.

20170715_153922

Il y avait un atelier petit enfance, des jeux de société ainsi qu’un filet installé où nous avons pu jouer  au volley-ball et au badminton.

20170715_161112

Nous avons fini par la distribution du goûter.

Atelier Vauhallan

Nous avons commencé par un tour de présentation avec la quinzaine d’enfants présents, suivi de petits jeux pour s’échauffer, un Jackadi et un chef d’orchestre.

20170715_150638

Puis nous avons mis en place un atelier petite enfance et un atelier d’écriture dont les enfants se sont saisis avec intérêt.

20170715_154935

L’atelier maquillage a également eu un franc succès tant auprès des enfants que des papas présents !

 

20170715_152416

Nous avons terminé cette belle après-midi par un goûter.

 

Atelier des Hôtels

Aujourd’hui nous sommes allés aux Hôtels sociaux de Chilly Mazarin, où l’équipe s’est divisée en deux pour faire un atelier dehors au Formule 1 et un autre, en intérieur, au Parthénon. Pour une première, les enfants sont allés chercher leurs amis dans l’hôtel ce qui nous a permis de gagner du temps. Au Parthénon nous avons proposé un atelier musique et coloriage dans la salle.

_SAM2265

Une bonne ambiance et beaucoup de bruit avec les chansons inventées par les présents. Au formule 1, nous avons proposé un grand atelier peinture que les enfants ont apprécié et les plus grands se sont joint aussi.

IMG_0486

Une belle partie de foot entre animateurs et enfants, (c’est eux qui ont gagné ! ).

IMG_0487

Un grand tapis de petite enfance où les parents et les enfants se sont installés pour jouer aux livraisons de repas imaginaire !

IMG_0489

Au moment du goûter, une maman a distribué le goûter de sa propre initiative. A bientôt !

 

JEUDI

Atelier Massy,

Aujourd’hui nous étions assez nombreux. Nous avons  commencé à mettre en place la petite enfance où la dinette avait un air de vraie cuisine.

IMG_0400

A la Slake-line, les enfants se sont entrainés à l’équilibre, les grands et les petits sont restés bien concentrés.

IMG_0382

Atelier pâte à modeler, on a fait pleins de figurines que les enfants ont emportées à la maison.

IMG_0391

Nous avons mis en place l’atelier danse et gymnastique tout le monde a participé, et nous préparons une démonstration pour la soirée conviviale.

IMG_0402

Aux jeux collectifs, les enfants se sont bien amusés ensemble, et nous avons fini par un béret et une sardine.

IMG_0416

Il n’y avait que des nouvelles têtes aujourd’hui, et nous avons partagé les courgettes du jardin avec les mamans.

 

Atelier Skate Parc

Aujourd’hui nous sommes allés au skate parc de Longjumeau en compagnie de Nelson, Yassine, Marion w, Louis, Laura, Dusko.

20170713_154213

Nous avons fait trois ateliers ; jeux collectifs (foot), jeux de société, grand jeux, petite enfance

20170713_160542

Jeux collectifs

Nous avons réalisé un mini tournoi de trois équipes de 6, les enfants se sont beaucoup amusé et ont été attentif aux consignes.

20170713_160701

Jeux de société

-Nous avons commencé à jouer avec les enfants pour leur donner les règles du jeu puis nous avons laissé les enfants jouer. Laura a pu discuter pendant ce temps avec des mamans dont une qui a pour habitudes de venir au jardin.

20170713_163234

Grand jeux

-Nous avons installé  le puissance 4 où des enfants puis des adultes ont participé à l’atelier.

Petite enfance

-Nous avons installé la dinette, les enfants ont joué avec puis ont commencé un jeu de rôles où ils étaient les adultes et nous les enfants

Nous avons fini cette journée par le gouter et le conseil de quartier

Jardin jeudi

Au potager de Saulx-les-Chartreux :

Aujourd’hui  nous allons avec  Nicolae, Eric, Franck, Daniel et Elbera au jardin pour continuer de désherber les tomates et les arroser mais aussi pour remettre des tuteurs pour celles qui n’ont pas de tuteur.

20170713_152645

Nous sommes en train de récupérer un peu de terrain envahi par les mauvaises herbes et on pourra en planter d’autres légumes.

20170713_152703

MERCREDI

Atelier saint Éloi

Aujourd’hui nous sommes allés à saint Éloi pour faire les activités. Nous avons  accueilli entre 20 et 25 enfants.

IMG_20170712_155209

Dans la petite enfance nous avons  improvisé un restaurant avec les enfants. En lien avec la thématique de l’air et du mouvement, nous avons proposé des ateliers créatifs et  sportifs qui ont eu du succès.

IMG_20170712_151107

La pluie est arrivée, nous nous sommes réunis dans la tente pour faire quelques jeux collectifs. Tout au long de l’après-midi  l’ambiance était chaleureuse et  les enfants très contents.

IMG_20170712_163121

Atelier Jardin mercredi

Aujourd’hui au jardin en compagnie de Louis, Nikolae, Eric, Franck, Daniel et Nelson.

20170712_165737

Nous avons commencé d’abord par enlever les mauvaises herbes dans la serre puis dans les autres potagers à l’extérieur.

20170712_151816

Nous avons aussi récolté des courgettes, des prunes, du persil et du concombre.

20170712_165704

Et nous avons terminé cette journée par un bon gouter malgré le temps pas en notre faveur.

Atelier Epinay

L’atelier d’Epinay s’est passé avec beaucoup de joie bien qu’il y ai des enfants en moins. Un petit je et des activités animés par Laura, Lari, Marion, Mariam, Jean Marc et Elodie.

20170712_145938

Les enfants tournaient ou restaient entre la décoration des masques, les jeux de construction,

 

20170712_152451

le puissance quatre et le mini parcours qui consistait à passer par une marelle et le mölkky où les enfants s’entrainaient à compter les points qu’ils avaient gagnés.

20170712_15353020170712_153618

En finition, le goûter qui s’est très bien passé. Puis chaque enfants nous ont aidés à ranger le matériel.

 

MARDI

Atelier cours de Français

Aujourd’hui il y avait une quinzaine de personnes qui ont participé au cours de français où il était question de discuter sur la recette du pain et de ses différentes manière de le faire à l’aide de plusieurs lexique au tableau.

IMG_0374IMG_0376

Puis nous avons demandé à chacun d’écrire une recette qu’il connait pour la partager à tout le monde et ainsi réviser des mots de français à l’oral et à l’écrit.

IMG_0378

Mardi prochain nous avons donc décidé de préparer un gâteau ensemble.

La preuve par nous

Des vérités qu’on impose

Il y a des opinions qui sont supposées vraies de toute évidence; il y en a d’autres qui s’imposent à nous comme victorieuses. Chaque jour, nous sommes impressionnés par l’annonce ou la confirmation de toute la réussite… que nous ne sommes pas. Le citoyen moyen, l’individu esseulés n’ont pas d’autre alternative que d’accréditer de loin des phénomènes sociaux sur lesquels on n’est censés n’avoir aucune influence.

« C’est comme cela et pas autrement ». Il y a  une sorte de jouissance médiatique, politique , des élites à faire la leçon au peuple et à lui rappeler qu’il n’a aucune alternative, aucun pouvoir, aucune mobilité, aucun jeu possibles.

La seule place raisonnable pour celui qui ne participe pas de ce mouvement obligatoire, de cette « marche là », c’est l’adhésion, le consentement et la satisfaction.  Là sont les illusions de participation à une société qui se fait sans nous.

Emotions populaires auxquelles nous sommes convoqués épisodiquement face à « la barbarie », « le terrorisme », la lâcheté » de nos ennemis intérieurs, invisibles et communs. Nous ne pouvons porter à la société et à notre pays qu’une adhésion de principe , de façade , un peu comme des supporters de stade de foot: une ola par ci, un hourra par là et quelques drapeaux qu’on agite.

Bien sûr, faire partie d’une société ou du moindre collectif c’est bien plus engageant, mais où l’apprendrons nous? A l’école qui ne connaît plus que l’individualisme, la concurrence et le challenge des « meilleurs »?  Dans l’espace public où le rassemblement, l’organisation en bandes et en collectifs sont soupçonnés et réprimés? Dans les structures de l’éducation populaire où on consomme de l’activité, du bien être et des biens culturels? Consommer voilà une action toujours individuelle.

Faire à plusieurs, se réunir, construire ensemble, produire ensemble sont devenues aujourd’hui des tâches impossibles, discréditées et dont on nous dissuade. N’aurions nous pas mieux à faire à entretenir notre employabilité et nos capitaux de jeunesse , de relations et de santé?

Travailler ensemble, produire, ouvrir créer; y croire quoi ! Rester un moment disponible à l’autre même si le retour sur investissement n’est pas assuré. Voilà qui est extravagant, voilà un risque démesuré.

Fatigue sociale

Pour nous en dissuader davantage on a inventé la fatigue sociale. Et nous voilà fatigués par avance de tout engagement, de toute implication, de toute durée. Fatigués de comprendre, fatigués de rester , fatigués de donner, fatigués d’écouter. A quoi bon revenir le lendemain si on est déjà venus la veille?  Pour tout ce qui est social, le doute est de rigueur. Ne sommes nous pas utilisés, exploités, et peut être même harcelés?

Pour tout ce qui est économique, et d’ordre de sécurité, tout ce qui nous ramène chez nous (tant qu’on en a un) et nous y faire rester, pour tout ce qui nous enferme, tout ce qui rend passif, prompts à accepter comme indiscutable tout ce qui se décide sur nous; pour tout cela, pas de doute, pas de fatigue ! Nous sommes requis. La moindre fatigue, la moindre hésitation, ce serait déjà un début d’abus.

Fabricants d’énergie

Et puis il y a  nous; il y a ces actions immédiates et gratuites. Ces actions précaires et qui durent. Il y a  nous et l’accueil inconditionnel. Il y a  nous et tous les terrains que nous faisons nôtres; toutes ces langues que nous nous mettons à bredouiller. Il y a  nous et la confiance dans les enfants , il y a  nous qui comptons sur tous le enfants et sur tous ceux sur qui on ne compte plus et qu’on ne compte plus.

Et puis il y a  nous et les obstacles qui se brisent, les barrières qui cèdent. Il y a nous et les soutiens et les subventions qu’on obtient de haute lutte.  Il y a  nous et la vérité qui éclate dans un jeu de dupes. Des photos éclatantes qui témoignent de la beauté de ce qui se passe.  Un peu de couleurs au milieu des « comités de pilotage » des projets en pagaille et des bilans gris.

Il y a nous avec un nous improbable , fait de personnes qui n’étaient pas censées être  ensemble, pas censées se connaître et certainement moins encore travailler ou oeuvrer de concert.

Il y a un nous têtu, alors qu’on ne veut que du « je » que du « ils » que du « on ». Il y a un nous comme une provocation.

Il était improbable que cela continue; il était impossible que cela cesse . Comment peut évoluer une telle équation? Dans quel espace géométrique trouverons nous la solution à nos problèmes? Nul ne le sait, nul ne le dit.

Alors on nous piège; nous ne savons pas toujours faire un spectacle parfait, un jardin à l’anglaise, un compte rond. Nous n’avons toujours pas trouvé, en cuisine le plat idéal et sans reproche. Mais nous avons tous les affamés de la terre. Et puis s nous savons faire quelque chose que tous les techniciens ignorent: produire de l’énergie là où il n’y en avait pas, là où il n’y en avait plus, là où on disait qu’il ne pourrait plus y en avoir.

Alors il y a tant à faire, tant à agir, qu’il nous revient cette phrase de Jacques Rancière: « Si vous êtes fatigué, tant pis pour vous! »

DIMANCHE

Dimanche au Jardin

WP_20170709_14_05_08_Pro

Aujourd’hui Zorha et Fusia prépare un Couscous. Les Kesai sont également de la partie pour aider au Jardin.

 

20170709_12062820170709_120413

On mange ensemble, puis tout le monde se met a désherber les parcelles et arroser sous la serre.

SAMEDI

Atelier de la Villa Saint-Martin

 

20170708_150625

Un grand atelier petit enfance était installé ainsi que des jeux de société. Pour jeu collectif il y avait du volley-ball.

20170708_152941

Les enfants ont adorés, malgré la chaleur ils étaient très participatifs.

20170708_153155

Le conseil de quartier a engagé tourné autour du « racisme » au vu des conflits perpétuels entre les petites filles du quartier.

Pour finir, le goûter a pu être distribué dans la calme.

Spectacle Kesai/Aven Savore

 

_SAM2171

_SAM2134

Pour clôturer cette semaine en Beauté ce n’est pas un mais deux spectacles que nous préparons pour cette journée! Le premier à lieux sur le parking de l’hôtel F1 et de nombreuses familles font le déplacement depuis les hôtels alentour.

_SAM2137

C’est un franc succès et on regretterais presque de remballer aussi vite pour se rendre à Epinay sur Orge,  au bidonville, pour le deuxième concert. une foule nous y attend et le spectacle est grandiose!

_SAM2208

VENDREDI

Atelier du Jardin

IMG_20170705_161506

Nous partons aujourd’hui juste après  le briefing avec  l’équipe au jardin avec ceux présent, pour continuer un peu le désherbage mais surtout arroser les plants dans cette chaleur suffocante de 40°C.

IMG_20170707_140633

Comme nous nous attendions dans le puits il n’y avait plus beaucoup d’eau, on voyait le fond et le sable et avec beaucoup de mal on arrive à peine à arroser sous la serre.

Nous allons cueillir de nouveaux quelques légumes et en même temps désherber un peu.

IMG_20170707_142008

 

Atelier de la Rocade

IMG_0354

L’atelier de la Rocade s’est tout de même déroulé en parallèle du spectacle des Kesaj Tchavé à Evry avec cinq personnes dont Lary, Elodie, Samman, Iasmina et Nelson.

IMG_0347

Nous avons pu mener la petite enfance et différents jeux de société et collectif pour finir avec une bataille d’eau qui nous as tous rafraichit et a beaucoup plus aux enfants.

Dans ce temps paisible nous avons pu faire la connaissance d’une nouvelle mère de famille qui s’est déplacé exprès jusqu’à la Rocade pour nous rencontrer et être mise en relation avec l’association.  Cela fait un mois qu’elle habite à Longjumeau et désir participer à toutes les activités que propose Intermède Robinson avec ses enfants.

En conclusion nous avons séché sous le soleil avec le goûter.

IMG_0355

Spectacle Kesai/Aven Savore

_SAM2044

Aujourd’hui Nous allons au camps d’Evry pour y faire un spectacle, en arrivant, on négocie avec le propriétaire du terrain pour jouer dans le hangar car la chaleur est torride! Le spectacle est un franc succès et c’est la concrétisation de 3 jours de travail intensif! A la fin Ivan propose de faire une photo avec tout les gens du camps pour garder une trace car il est menacé d’expulsion.

Cantine

20170707_125324

Les mamans ont pu proposer et réaliser le repas de leur choix.

20170707_101847

Certaines participaient pour la première fois, elles étaient très contentes d’y être conviées.

Les enfants s’occupaient  tranquillement de leur côté.  Ils ont pu profiter des jeux mais également du beau temps en jouant dehors.

20170707_104323

Très bonne matinée !

20170707_125423

JEUDI

Atelier de Massy

IMG_0288

On commence à voir que c’est le début des vacances, il fait chaud aujourd’hui.

IMG_0315

Nous proposons comme ateliers, peinture, petite enfance, éveil musical, jeux collectifs et grands jeux.

Cela se passe très bien, Elodie propose de chanter lors du goûter, c’est sympa, certains enfants se prennent au jeu.

IMG_0316

Bel atelier, belle journée.

IMG_0325

Atelier du Skate Park

20170706_164533

Il y avait une vingtaine d’enfants avec nous.

20170706_170346

Un atelier petit enfance était sur place, des jeux de société ainsi que du maquillage.

Les enfants étaient ravis de pouvoir repartir en « chat » et en « papillon ».

20170706_165645

Les mamans ont pu passer un petit moment entre elles.

La distribution du goûter fut simple et rapide.

20170706_173004

Agréable journée !

Jardin du Jeudi

IMG_20170705_152055

Comme hier et comme demain, le temps nous prépare des surprises suffocantes car il fait presque 40°C, et sous cette chaleur c’est presque impossible de travailler…j’ai dit presque, car nous on travaille car on est « les Robinson », et les Robinson se mets a désherber avec Nicolae. Tandis que Daniel démarre la débrousailleuse pour couper l’herbe et Franck et Eric après avoir monté une cinquantaine des seaux d’eau s’apprête à arroser sous la serre mais aussi quelques plants des légumes plus assoiffées.

IMG_20170705_161451

La récolte d’aujourd’hui n’est pas mauvaise et comme d’habitude on vas la partager.

IMG_20170707_140648

A plus.

Repetition Kesai/Aven Savore

_SAM2030

Aujourd’hui dans le cadre de la résidence des Kesaj, ce sont eux qui nous rejoignent au local. Ils ont sollicité 2 metteurs en scène de la compagnie « Ta mère en Tongue » pour arranger une mise en scène avec la chanson « Je suis Tsigane ». Comme d’habitude avec Ivan, la repet finit en grande Fête avec tout les gens présents dans le local

MERCREDI

Résidence à Buno

DSC_7895-Modifier-Modifier

Deuxième jour de résidence a Buno avec les Kesaj-Tchavé. Aujourd’hui on met a profit les apprentissages d’hier, les danseuse ont plus de latitude pour improviser, et trouver leur place dans le spectacle, on s’entraine également a une nouvelle version de « Je suis Tsigane » qui mélange 3 langues, le Tsigane, le Slovaque, et le Français.

Jardin du Mercredi

IMG_20170614_154935

Aujourd’hui le soleil est au rendez-vous et comme nous sommes prêts à l’affronter on se prépare d’aller au jardin avec les enfants. On passe d’abord pour déposer les autres collègues a Epinay où se déroulera l’activité. Dehors il fait très chaud mais nous arrivions quand même à arroser sous la serre les plants mortes de soif. On va cueillir des légumes et des fruits rouges pour le régal de tout le monde.

IMG_20170628_152252

A présent nous avons une belle récolte et nous sommes prêts pour partir.

IMG_20170628_152338 IMG_20170628_152059

Atelier de Saint-Eloi

20170705_153251

Ce mercredi à Saint Eloi, le vent était au cœur de nos ateliers. Il y a des ateliers manuels comme de la création de BD, ou encore la création de ruban volant dans le sens du vent. Pour les plus grands, était proposé un badminton. Tandis que les tout petits étaient à la petite enfance.

20170705_160943

La trentaine d’enfants présents se sont alors réunis en rond pour le conseil de quartier. Chacun à pu donner son point de vue, avant de prendre le goûter.

20170705_161005

Atelier d’Epinay

20170705_144949

Nous sommes accueillies avec grand enthousiasme par les enfants.

20170705_145544

Nous commençons par des jeux collectifs tous ensemble. Cela se passe dans la joie et la bonne humeur.

20170705_150240

Au programme, atelier maquillage, pâte à sel , Bolas, et la petite enfance. Les enfants sont nombreux aujourd’hui. Tout se passe bien même si nous sommes un peu débordé car pas assez nombreux pour gérer tous les enfants.

20170705_150301

Le gouter se passe dans le calme et la bonne humeur.

20170705_150306

MARDI

Résidence à Buno

Aujourd’hui les Kesaj débarquent en France pour une semaine de résidence à Buno! Il sont venues uniquement pour nous voire, donc on compte bien mettre ce temps a profit, pour nous améliorer en travaillant avec eux, et apprendre de nouvelles musiques et chorégraphies. Nous constituons un petit groupes d’habitués d’Aven Savore, et nous les rejoignons à Buno pour 2 jours. Ce mardi, nous apprenons beaucoup de nouvelles chorégraphie que Ivan,  secondé par Stefan, nous fait répéter inlassablement. Notre troupe est constitué principalement de filles, tandis que celle d’Ivan exclusivement de garçons, les Aven Savore trouvent donc naturellement une place importante dans le spectacle qui se créée sous nos yeux.

DSC_7810-Modifier

 

Essai sur la nasse

« La nasse » est le nom d’une technique policière , qui, quoi qu’ancienne, s’est largement répandue ces dernières années. La nasse est à l’origine, littéralement, un « piège à rat » qui a la particularité de laisser passer le rat dans un sens pour attraper un appât et de l’empêcher par la suite de sortir du piège.  Une nasse, symboliquement c’est  un passage irréversible.

La technique policière qui porte le même nom, consiste à regrouper, puis séparer, puis encore bloquer un groupe plus ou moins important d’opposants ou de manifestants agités, au sein d’une foule plus grande, pour ensuite appliquer différents types de répression collectifs et violents. Ce qui fait la particularité de cette technique répressive, c’est qu’elle tourne le dos aux principes traditionnellement admis quant au traitement à appliquer aux trublions et contestataires. Traditionnellement, l’effort policier consistait à empêcher ces individus de se regrouper, ou d’occuper une position dans la foule ou le cortège. Il s’agissait au maximum d’éviter toute situation  d’opposition frontale et collective.  Ici il s’agit exactement de l’inverse: le mouvement est provoqué, accompagné, puis bloqué jusqu’à ce qu’il soit réprimé collectivement.

Auparavant, il s’agissait de minimiser le phénomène, d’empêcher les militants désireux d’en découdre de se regrouper, et de se compter. Dans la logique policière, actuelle, de la nasse, on cherche au contraire à identifier et visibiliser le groupe, mais c’est  pour le couper des autres à la fois physiquement et symboliquement: il s’agit de désigner les moutons noirs et de les stigmatiser comme étant les instigateurs de la violence … qu’au final ils recevront contre eux mêmes.

Par un retournement de la logique répressive, « être nassé » constitue en soi même une sorte de délit et partant, une justification anticipée de la répression que l’on recevra probablement.  La nasse fait ainsi oublier qu’elle constitue comme inévitable l’affrontement qui en découlera. Que peuvent faire en effet les groupes « nassés » et bloqués sinon tenter d’attaquer le point de la nasse qui leur apparaît comme plus faible pour s’en sortir?   Par une inversion logique et temporelle c’est « cette attaque pour en sortir » qui justifie a posteriori la nasse qui a provoqué (ou au moins attisé) le phénomène. On constitue ainsi des ennemis intérieurs qui deviennent visibles et visiblement violents et qui peuvent donc participer à une politique générale de découragement, d’intimidation ou de stigmatisation.

Si on considère la technique de la nasse en dehors et de son contexte policier et qu’on s’intéresse à ce qu’elle exprime comme mode de traitement collectif des minorités indésirables, on peut aussi entrevoir que son registre n’est pas seulement sécuritaire, mais concerne aussi le social. Dans le social aussi , on est passé d’un mode de traitement basé sur le mouvement, l’accompagnement, la prévention de l’aggravation des situations et la dispersion dans la société globale, vers d’autres modalités d’action qui compartiment, bloquent et déterminent un parcours de confrontation violente et inégale.

Aujourd’hui, il n’y a pas besoin d’être grand clerc pour comprendre comment des catégories entières de la population se retrouvent « nassées », c’est à dire à la fois regroupées, bloquées et visées par l’évolution des politiques sociales. Etre Rrom aujourd’hui, jeune des citées, RSA-ste, ou chômeur de longue durée, constitue bien une position d’isolement au sein de la société et plonge chaque individu dans une catégorie désormais visée par nombre de mesures, ou projets de réformes « offensives » ou violentes en ce qu’elles ciblent leur catégorie.

Il ne s’agit plus de faire sortir les gens de leur catégorie mais qu’ils y restent et qu’en quelque sorte ils y pourrissent comme dans un piège. A force d’être bloqués, les groupes sociaux « nassés » perdent toute relation globale (et tout soutien) du reste de la société. Leur position, leur posture, leur situation perd progressivement tout sens. Ils ne font plus partie d’une catégorie sociale arbitraire, du fait de difficultés spécifiques ou de processus de marginalisation économiques et sociaux; ils font partie de la « nasse », par fatigue et décomposition: ils ont fait le mauvais choix; ils sont passés dans la nasse. Ainsi on décourage progressivement tout phénomène d’identification et de sympathie entre les catégories stigmatisées et le reste de la société.

Ainsi les « jeunes des cités » sont ils condamnés à rester « jeunes » pour tant d’entre eux jeunes jusqu’à 40 et 50 ans; ainsi les Rroms et les mal-logés, retombent -ils régulièrement à la rue et à l’insolvabilité ; ainsi les « sans-droits » sociaux reperdent le peu qu’ils ont acquis à toute occasion.

Bien entendu, une idéologie individualiste mettra toujours en avant des cas de promotion exceptionnelle, de sortie magistrale des situations socialement marginalisantes. Ce sont des « sorties » de la nasse, littéralement des exfiltrations, au cas par cas, qui ne changent rien au dispositif par lui même. Le but de la valorisation de la sortie de ces individus, sert à donner du poids à la « théorie du (mauvais) choix », qu’auraient fait tous les autres, pour rester dans une nasse dont la principale fonction reste cependant, bel et bien l’irréversibilité.

Aujourd’hui les catégories dans lesquelles on enferme les gens sont en effet tout autant irréversibles que promises à la dégradation de leur situation.

Après guerre, et jusqu’à la fin des années 60, on « excluait » les marginaux , c’est à dire qu’on les tenait « dans un ailleurs social », voire sociétal,  une irréductible altérité qui empêchait toute participation . On les mettait en quelque sorte dans un dehors dont on ne savait rien et dont on ne voulait rien savoir.  Les marginaux d’aujourd’hui, à l’inverse,  sont « inclus », c’est à dire qu’ils sont parqués, surveillés, connus, bloqués. C’est le véritable sens à retenir de cette notion d’inclusion souvent présentée comme l’aboutissement de la générosité sociale , mais qui dans les faits, constitue des « prisons de l’intérieur ».

On comprend où est le piège , ou la difficulté pour l’acteur social , désireux de lutter contre ces violences, ces blocages et ces enfermements.  Il ne peut en effet entrer en contact avec les groupes et les individus « nassés » qu’en contribuant indirectement à leur propre enfermement ou blocage.  Plus il les cible, plus il fait des projets pour eux, …plus il les enferme. Il peut, lui aussi, à force d’accompagnements affaiblir un point de la nasse, mais celle ci se reconstituera un peu plus loin , car « l’effort pour en sortir » justifie et provoque le renforcement du dispositif et de l’assignation.

Que faire alors? D’abord, il faut se reconnaître comme « nassé », apprendre à voir la nasse, pour ce qu’elle est: la condition irréductible, première , indispensable pour travailler à toute modification de la situation.

Comprendre les rouages des facteurs d’exclusion, apprendre à reconnaître comment ils s’agencent et se renforcement les uns, les autres, constitue le préalable à toute difficulté d’agir. On découvre pourquoi le désir de comprendre est tellement réprimé, découragé au nom de la vindicte d’une « pseudo culture de l’excuse »; car quand on commence à voir et à comprendre, on ne voit plus du tout le monde de la même manière que les journalistes, les politiques et les médias et tous ceux qui s’arrogent le monopole de sa représentation.

La Pédagogie sociale , depuis Freire, est école de compréhension de « sa » condition.  C’est la tâche même de tout ce que l’on met en oeuvre dans nos ateliers et auprès des publics les plus « nassés »: activités d’expression de soi (dans la dimension individuelle et collective du « soi »), propositions d’organisation.

On ne se sort pas de la nasse en attaquant ses limites mais en l’occupant, en l’organisant, en  en faisant un « centre désirable » par l’expression et la communication,  et en convainquant les autres de venir nous y rejoindre.

C’est comme cela que les clôtures cèdent toujours: quand elles sont simultanément attaquées des deux côtés.

Au jardin, aujourd’hui le dimanche 02 juillet 2017 :

Nous avons commencé par déjeuner, le temps était couvert et il pleuvait. Nous avons désherbé avec les enfants et une maman qui était présente avec Iasmina et Nathalie. Des concombres et courgettes ont été ramassés.

IMG_0237

Un temps d’échange s’est organisé naturellement entre les adultes et les enfants. La cabane a été réparée et on y a fait un ménage de printemps en été ! (sous une pluie d’automne).

IMG_2366

Le goûter nous a fait reprendre des forces pour reprendre la route vers d’autres aventures !

IMG_2365

A très vite Saulx-les-Chartreux 😉

Villa Saint Martin:

Aujourd’hui a la Villa Saint Martin, la pluie est tombée toute l’après midi et s’est arrêtée juste avant qu’on arrive, ouf !

20170701_160742

Des  enfants pointent le bout de leur nez, et nous allons faire un tour du quartier pour aller à la rencontre des autres!

20170701_155818

En revenant nous jouons au jeu des 100 pays, où il faut deviner le nom d’un pays a partir d’information que l’on a dessus, on fait de la balançoire, on joue au jeu des sept familles, et l’on va faire un petit tour au jardin, pour voir si ça pousse et faire des bouquets de fleur.

Atelier Vauhallan du 01.07.2017

Étaient présents sur l’atelier : Laura, Marion, Lari et Daniel

Il y avait un vingtaine d’enfants de tous âges.

20170701_151624_001

Nous avons commencés par une petite présentation en cercle suivi du légendaire « tomate-ketchup » sous les yeux amusés des parents.

Un atelier petit enfance a pu être installé avec de petits coloriages.

20170701_152625

Pour les plus grands, du match de foot. Les filles comme les garçons étaient réunis pour l’occasion.

20170701_151140

De plus, deux adolescents se sont joints à nous en cours de route.

Cette journée s’est achevée avec la distribution du goûter qui s’est faite dans le calme.

Atelier Parthénon:

Étaient présents sur l’atelier : Iasmina, Élodie, Mallaury, Nathalie et Céline, Annick.

Une petite trentaine d’enfants cet après-midi ont été accueillis par l’équipe sans compter les six parents qui ont tous joué avec leurs enfants.

IMG_2351

Nous avons proposé un atelier musique : tout le monde a participé, les petits et les plus grands. Nous avons aussi joué à des jeux de société. Les coloriages sur le thème du voyage ont bien plu.

IMG_2348

Le goûter s’est bien déroulé, nous étions nombreux ce jour car tous réunis au Parthénon.

IMG_2359

Merci à tous et à samedi prochain !

La Rocade :

Le 30/06/2017

Étaient présent sur l’atelier, Goundo, Mathilde, Nathalie, Julien, Abdel et Saman.

Entre les averses de pluie,  nous réalisons un atelier Marionnette sur la petite enfance, les enfants  se prennent au jeu.

IMG_2336

L’atelier Cerf-volant  se passe très bien, autour des constructions on discute et on s’amuse bien.

IMG_2338

Le jeu collectif se passe bien surtout en fin d’atelier.

Belle journée à la rocade

Skate park :

Le 29-06-2017

Aujourd’hui au Skate Park, la pluie est au rendez-vous, et pour cette fois-ci, il y a moins de monde que d’habitude. On s’abrite un peu avec l’espoir que la pluie s’arrêtera bientôt, et Laura accueil pour une courte durées quelques gamines qui veulent jouer avec elle sur la petite enfance.

20170629_165142

Les autres malgré ça, commence un match de foot sous la pluie avec les gamins pour s’échauffer et oublier le mauvais temps qui fait.

20170629_165712

A bientôt .

Au jardin de Saulx :

LE 29-06-2017

 Aujourd’hui le ciel est couvert des nuages, il fait un peu frais mais nous sommes présents au jardin comme d’habitude.

20170615_16011920170629_154348

Avant que la pluie commence à tomber on décide de mettre tous la main à la pâte et de commencer à butter le reste des pommes de terre  et avec l’occasion de désherber aussi. Larry s’apprête à débroussaillés tout au long des grillages et Franck avec la brouette suis Nicolae et Daniel pour charger les mauvaises herbes, et avec l’occasion on ramasse aussi quelques patates.

20170629_154351

Massy Parc  :

Quel vent aujourd’hui à Massy ! On installe la tente car le temps menace de virer au grain !

IMG-20170629-WA0002

A l’intérieur on installe la petite enfance, où l’on raconte des histoires, et l’on remplit des coloriages thématiques.

IMG-20170629-WA0001

Dehors on a sorti la Slake-line et le Molki. Sur les tapis on fait des crocodiles en perles.

IMG-20170629-WA0007

Tout à coup, c’est le drame ! Une pluie diluvienne s’abat sur nous ! Vite on se réfugie dans la tente, quelques courageux restent à la slake line et au molki ! Heureusement, l’averse est de courte durée et l’atelier reprend son cour.

Au potager :

Le 28-6-2017

Depuis ce matin la pluie s’impose et elle n’est pas prête pour s’arrêter.

Nous on prépare le camion et on charge le goûter puis on prend le chemin vers le jardin mais pas avant de passe à Epinay pour récupérer quelques gamins.

20170623_170011

Une fois arrivées au jardin nous allons cueillir les courgettes. Sous la serre comme on a libéré de la place Nicolae plant encore une quinzaine des pieds de tomates, et il complète les autres sur la parcelle du milieu.

20170623_173407

Les autres arrosent sous la serre car la pluie elle s’en occupe de l’arrosage du  terrain.

20170623_173539

Avant de partir on met les courgettes et quelques salades dans une cagette et nous partons.

Atelier Résidence Fontaine Augère Chilly Mazarin:

Aujourd’hui nous sommes allés à la résidence 3F Fontaine Augère à Chilly Mazarin.

Nous étions invités à faire une animation sur le développement durable et la citoyenneté pour la fête des HLM.

Nous avons mis en place 3 ateliers, très prisés par la quarantaine d’enfants qui nous attendaient pour l’évènement.

IMG_0069

Nettoyage des murs de la résidence avec des éponges et un sceau et des produits d’entretiens écologiques

IMG_0051

, mémory de l’éco-tri et grand tri des emballages avec épreuve de rapidité ont fait la joie de tous.

IMG_0063

Un gouter pris dans le parking a prolongé la fête malgré la pluie battante.

IMG_0093

 

Atelier d’Évry:

 

Aujourd’hui nous sommes allez voir les enfants du camp d’Évry en compagnie de : Daniel, Laura V, Lary, Elodie, Mariam et Nelson.

Nous sommes arrivés et avons commencé par se présenter puis par un « Tic-Tac Boom ! ».

20170630_153010

Puis nous avons installé plusieurs ateliers comme la petite enfance ou il y a eu 5-6 enfants qui se sont amusé à la dinette et au jeu de construction avec les kaplas.

20170630_154137

Comme autre atelier il y avait le coloriage et anti-coloriage et des dessins avec une suite de chiffres pour à la fin nous montre un animal ou il y avait beaucoup d’enfants qui tourner entre le coloriage et l’autre atelier.

20170630_163054

L’autre atelier qui est de la peinture sur des cartons ou les enfants ont écrit des mots et d’autres choses.

20170630_161311

Nous avons fini cette journée malgré le temps avec un petit jeu collectifs et le gouter.

 

Atelier d’Epinay

Aujourd’hui nous sommes allez à Epinay voir les enfants du bidonville en compagnie de Yassine, Laura V, Lary, Marion W, Mariam, Gundo et Nelson.

20170628_151511

Nous avons commencé cette journée par une présentation de chacun d’entre nous et avons enchainer sur un « Tic-Tac Boom ! »

20170628_160732

Nous avons installé un atelier coloriage et jeux de sociétés ou les enfants se sont amuser.

20170628_152143

Un atelier peinture ou les enfants ont pu montrer leurs créations.

20170628_153455

Et un atelier crêpes autant convier par les enfants.

Et nous avons fini par le jeu du « chef d’orchestre » avant de prendre le gouter et de finir cette journée et de dire au revoir aux enfants.

Saint Eloi :

17_06_28

Aujourd’hui, le temps est menaçant à l’atelier de Saint-Eloi, aussi nous installons 2 tentes, Une pour la petite enfance, l’autre pour la peinture.

Les enfants nous attendent nombreux à l’atelier et nous aident a installer le matériel et monter les tentes

20170628_150938

A la petite enfance on fait des coloriages thématiques de différents pays.

20170628_150931

A la peinture, on fait de grandes fresques collectives qui finissent en gros gribouillage !

20170628_150923

Aux jeux collectifs, on fait du basket et de la boxe. Medhi, un nouveau bénévole, coach les enfants pour leur apprendre à jouer collectif.

 

Nous sommes plus grands que nous

MAGNIFICAT !

Le Pédagogue social s’apparente souvent à un « Magnificateur » , c’est à dire un acteur qui cherche à « magnifier », à la fois les personnes, leur contexte et les situations.

Ce que nous appelons alors, « magnifier » regroupe au moins trois significations: valoriser , embellir, donner de l’importance.

 

Donner de la valeur

En Pédagogie sociale, il s’agit de magnifier ce qui était considéré comme petit, sans valeur et sans intérêt. « Magnifier », terme rare , veut dire « grandir » et « agrandir » à la fois.  Mais en Pédagogie sociale, ce terme qualifie parfaitement l’attitude particulière du pédagogue. Celui ci ne cherche pas à faire « grandir » de l’extérieur quelque chose vers quoi on tend; il ne cherche pas à, à coups de projets, à avancer vers des objectifs prédits. Non, il se contente de donner du poids, de la valeur  et de l’importance à ce qui est déjà. En un premier sens , « magnifier », se rapproche du sens du verbe valoriser.

Traquer la Beauté

Magnifier a aussi donné l’adjectif magnifique, pour rendre compte de sa dimension esthétique. En Pédagogie sociale, on cherche une esthétique sociale, autant que politique. Il s’agit de rendre compte de la Beauté là où elle pousse, là où elle se crée. Le pédagogue social  repère dans le dessin d’enfant ce qui est magnifique mais qui n’est pas mis en valeur. Il l’incite à le faire ressortir , à lui donner plus d’importance. Il met à jour la beauté , partout où elle pousse: dans le quotidien , là où on ne l’attend pas; là où on ne l’attend plus.

Donner de l’importance

Magnifier peut aussi vouloir donner du poids, de l’importance , de l’épaisseur à ce qui était considéré comme négligeable. Rendre compte du courage de l’enfant, de l’économie du pauvre, de la force de l’invalide . Rendre compte de l’importance sociale de ceux dont on a dit qu’ils n’en avaient aucune, qu’ils étaient superflus.

En éducation  classique, le travail de l’éducateur consiste en une critique du bénéficiaire, de l’agent supposé déficitaire. Son éducation est son procès.

En Travail social, l’usager est lui aussi défini par ses manques, ses insuffisances , y compris et c’est un comble quand il est question de développer son pouvoir d’agir.

En Pédagogie sociale, ce n’est  pas le destinataire qui est critiqué, mais la situation, l’environnement, la réalité.  Seule la critique de la Réalité permet à chacun de prendre place dans une société humaine. La réalité qu’il s’agit de critiquer, est à la fois éducative, sociale, écologique, économique et politique

En Pédagogie sociale, l’éducateur, avons nous dit,  est un « Magnificateur », Il « grandit », l’importance , la valeur et la beauté des acteurs et des oeuvres possibles. C’est dire qu’il rompt avec toutes les racines les postures et les réflexes éducatifs et sociaux qu’on nous a inculqués.

C’est dire qu’il n’est pas populaire au sens où il commet ce que le Travail social et éducatif classiques considèrent explicitement ou implicitement comme une infraction: apporter un soutien inconditionnel à ceux qui sont censés être mineurs d’une manière ou dune autre.

Il est courant et permis en Education ou Travail social de valoriser en effet , mais toujours de manière restrictive et conditionnelle. On valorise un parcours, un contrat, des progrès , mais il est très mal vu d’être simplement « du côté de ceux auprès de qui nous travaillons ».

Jeune instituteur, je me souviens encore des conseils de mes premiers collègues qui  disaient:  « Ne dis jamais aux enfants qu’ils sont bons à quelque chose.Trouve toujours une atténuation: « C’est pas mal, mais… »    Toute valorisation était vue, par eux, comme un désordre, un péril, une mise en cause de leur propre importance.

En Pédagogie sociale, nous nous accrochons à ce qui est beau et grand chez l’autre , en particulier chez l’enfant. Nous prenons le risque de valoriser sans retour, sans regret et sans condition. Nous ne pratiquons ni le détour, ni le découragement, ni la limitation. Nous ouvrons grand la vie!

Dimanche: Au jardin, 

Il y a près de trois ans, notre jardin était victime d’actes de vandalisme et on avait  jeté au fond du puits des plaques de béton, des vieux bidons et tout le mobilier du jardin. On n’avait jamais pu récupérer les plaques de béton et les bidons.

C’est chose faite, grâce à Jules et Alice qui se sont coordonnés pour une superbe et efficace « mission de repêchage ».

Le puits en a regagné près d’un mètre supplémentaire de fonds (et donc d’eau agricole) . Grand merci à eux!

Tous les jours ou presque : des Briefings chez les Robinsons

Le briefing est un élément central de notre pédagogie ,mais aussi un rituel d’équipe quotidien , qui nous permet d’assurer la continuité de nos ateliers sur quelques lieux qu’ils se portent.

Merci à François Phliponeau d’ATD Quart Monde, de ces photos prises, jeudi dernier.

 

SAMEDI

Atelier d’Epinay

20170621_150448 - Copie

Aujourd’hui, nous avons fait des jeux collectifs dont le chef d’orchestre et tic-tac boum avec un ballon remplit d’eau. Puis nous nous sommes installés exceptionnellement dans une cabane non habité pour faire les activités de petites enfances et écriture avec les plus grands par le moyen de jeux interactifs.

20170621_152152 20170621_151301

Puis nous avons finit par un jeu collectifs qui consistait à attraper des ballons dans l’eau.

Ces ballons étaient remplit d’eau dans une baignoire elle-même aussi remplie d’eau.  Puis l’autre jeu consistait à viser des baignoires.

En finalité nous avons tous pris un gouter et la plupart des enfants et adolescents ont joué avec l’eau car il faisait très chaud.

20170621_152856 20170621_154125

 

Atelier de la Villa Saint Martin

20170624_145741

Aujourd’hui nous sommes allez à la VSM en compagnie de Daniel, Nicolae, Mathilde, Laura V et Nelson.

Nous avons proposé aux enfants de faire le jardin en premier temps, où nous avons passé un bon moment.

Puis nous avons installé la petite enfance avec le coloriage et les legos ou les enfants ont pu faire de la créativité avec les lego et montrer leurs imaginations avec le dessin.

20170624_152216

Avec le filet de volley, nous avons pu faire de beaux matchs avec les enfants qui étaient très heureux de jouer.

20170624_151821

On a fini cette journée avec le conseil de quartier et le gouter ou les enfants étaient apaisés.

20170624_155624

Atelier des Hotels

20170624_151330

Aujourd’hui aux hôtels, nous nous séparons entre le Formule 1 et le Parthénon.

IMG_2297

 

Au Parthénon nous installons la petite enfance, avec  un coin dinette, un coin conte, un coin voitures, et des coloriages sur les tables.

IMG_2300

 

Au Formule 1 on sort le puissance 4 géant, on joue au foot et à la dinette aussi. On termine par une balle au prisonnier avant d’être rejoint par les enfants du Parthénon pour prendre le gouter.

WIN_20170624_15_42_21_Pro

 

VENDREDI

 

Atelier du Jardin du Vendredi

IMG_20170524_165817

Nous partons aujourd’hui juste après  la réunion d’équipe au jardin avec ceux présent, pour continuer un peu le désherbage mais surtout arroser les plants dans cette chaleur suffocante de 40°C.

Comme nous nous attendions dans le puits il n’y avait plus beaucoup d’eau, on voyait le fond et le sable et avec beaucoup de mal on arrive à peine à arroser sous la serre. On ramasse aussi les premiers courgettes de cette saison au jardin avec quelques salades pour les ramener au local , si quelqu’un(une/s) en veut.

A bientôt.

IMG_20170623_185411

Cuisine du Vendredi

20170623_130216

Aujourd’hui à la cantine Laura Vasile et Lari avec quelques mamans sont aux taquets très tôt le matin pour nous préparer un délicieux »Gulas », avec des courgettes farcies et n’oublions pas le poulet….hmmm, délicieux !

Une trentaine de personnes autour de la table avec  une seule demande : Est-ce-que je peux en avoir encore, s’il vous plaît ? Et bah oui, bien sûr. Nous avons bien mangé, et ceux qui ont pu, ont aussi participé avec une petite contribution.

A bientôt !

20170623_130214

Atelier de Evry

 

Etaient présents sur l’atelier : Laura, Iasmina, Nathalie, Eloïse, Marion, Elodie et Ionut.

Une trentaine d’enfants étaient sur place.

IMG_0143

Nous avons commencé par un jeu collectif « tomate ketchup »

IMG_0177

Il y avait un atelier créatif avec des petits carnets d’histoire à créer, de la petite enfance avec ses coloriages ainsi que de la cuisine avec des beignets.

IMG_0181

Une agréable journée qui s’est fini par la distribution du goûter aux enfants mais également aux familles des camps.

IMG_0178

 

Atelier de la Rocade

20170620_165030

Grand soleil aujourd’hui à la Rocade, on a sortie l’atelier cerf-volant !

20170620_165020

Juste à côté on a installé le petit train dans la tente petite enfance.

20170620_170023

Sur l’aire de jeu, on joue au foot et au handball.

Sous la tente, on fait des jeux de société, on a aussi sortie le puissance 4 géant !

20170620_174123

 

JEUDI

 

Atelier du Jardin du Jeudi

20170622_152011

Ouf …. Il fait chaud, trop chaud, aujourd’hui le mercure saute des thermomètres car il fait presque 40°C et nous sommes au terrain, pour essayer d’arroser les plants sous la serre et sur le terrain avec la peu d’eau que nous reste dans le puits, car le sable fait son apparition.

20170622_152118

On se mets tous vite pour arroser, Franck et Daniel commence a monter les seaux d’eau , tandis qui Eric , arrosait, et Nicolae et Laura enlevais les mauvaises herbes autour des plants des courgettes et des salades.

20170622_152106

 

Atelier du Skate-Park

20170604_164106

Aujourd’hui il fait TRES chaud donc nous décidons avec les enfants de partir en vacances ! Nous voyageons donc à bord de robinsonairline J

20170619_163530

Au programme : jeux de coloriage sur les pays du monde, football, maquillage, jeux de dînette. Le jeu coloriage qui a été le plus choisi est celui de la Tunisie où il fallait colorier tous les tajines en jaune et aussi colorier les tapis du souk de toutes les couleurs.

20170619_163454

Merci à tous les enfants pour la distribution du goûter et l’après-midi en Tunisie car dans nos têtes on s’y voyait déjà !!! la plage, etc

20170619_172551

 

Atelier de Massy

Aujourd’hui à Massy, étaient présents, Abdel, Louis, Mariam, Iasmina, Larry, Ionut et Saman.

Au Programme de cette chaleureuse journée, atelier Danse avec les enfants pour chorégraphe ce qui change la donne. Ensuite gymnastique avec Yasmina.

IMG_0090

A la petite enfance Ionut c’est bien amusé. Louis et Saman ont proposé un Porteur de parole sur le thème de l’art et des ateliers de rue, cela à bien fonctionné, pas mal de réponses intéressantes.

IMG_0104

Avant le gouter, bataille d’eau avec combat d’éponges pour se rafraichir. Le gouter se passe bien malgré un peu de dissipation.

IMG_0107

Belle journée, bel atelier.

IMG_0110

MERCREDI

 

Fête de la musique

_SAM1664

Aujourd’hui à l’occasion de la fête de la musique, c’est un atelier très spécial que nous organisons à Saint-Eloi. Nous démarrons l’atelier exceptionnellement à 16h (au lieu des 14h30 habituelle) et à la suite de l’atelier de rue et de la fameuse « balle au prisonnier à eau » qui a eu beaucoup de succès nous enchainons avec une soirée conviviale et musicale !

On met la musique à fond et c’est partie pour des jeux musicaux, Battle de danse ect…

_SAM1675

Juste à côté, on fait de la glace dans notre nouvelle sorbetière, tout le monde met la main à la pâte ! Puis c’est l’heure du spectacle d’Aven Savore, accueillie par une foule en délire ! Malgré la chaleur, les danseuses tiennent bon !

_SAM1728

20170621_183826

On remet ensuite la musique, et viens l’heure du buffet dansant !

20170621_200326

Atelier de Vauhallan

20170624_144921 20170624_161621

 

Aujourd’hui il y a eu atelier Vauhallan y avait Laura , Duchco, Lari, Goundo( stagiére). Nous avons commencé pas faire des jeux collectifs (chaise musical, statue musical ect..)

Ensuite nous avons fait trois activités différente, musique, maquillage et petite enfance, puis nous avons pris le goûter tous ensembles les enfants été très content de cette journée .

WP_20170624_15_13_38_Pro WP_20170624_15_29_54_Pro

 

MARDI

 

Atelier de FLE

IMG_20170620_170713

Aujourd’hui  nous étions une petite quinzaine, et les personnes présente au cours de français demandaient à s’exercer à l’écriture, la lecture et comment placé les mots dans un texte. C’est pour cela que nous avons donné la possibilité à chacune d’écrire et lire et de parler du texte qui a été mis à plat au tableau.

Convoqués à s’apprendre

L’Ecole n’en finit plus de déraper et de se scinder en deux traitements distincts selon qu’on est pauvres et précaires, ou non. Pour les  seconds, l’Ecole peut être récréative, ouverte sur les langues et cultures du passé ou du présent. Pour les premiers, l’Ecole se doit être punitive, une école des « devoirs » faits ou  à faire. Une Ecole obligatoire dont on n’a jamais décroché aussi facilement qu’aujourd’hui.

 

20170615_164115

Notre constat : nous n’avons jamais autant vu , ni compté autant d’enfants sans école, déscolarisés, non inscrits, refusés ou exclus , dans nos communes de banlieues, qu’aujourd’hui ! Plus d’une centaine, probables, rien que dans la commune de Chilly-Mazarin où nous sommes en mesure de faire ce comptage … qu’aucune administration n’est à ce jour, en mesure de réaliser.

C’est qu’on a  tellement perdu de vue  la réalité des conditions de vie et d’existence des enfants du peuple. C’est un monde, un public, tout un peuple d’enfants qui s’éloignent et qu’on entend « gérer », contrôler et parquer à distance.

Pour eux cette école qui s’éloigne de leur vie , est de moins en moins le lieu ou le milieu de leurs apprentissages. Ceux ci s’organisent de plus en plus dans leurs autres expériences de vie.

received_473176269694988

Pour nous qui rencontrons et partageons temps et énergie avec ces enfants et ces jeunes au fil des ans, nous pouvons témoigner de la manière peu ordinaire et hétérodoxe , avec laquelle les apprentissages opèrent pour ces enfants et jeunes qui n’ont jamais été accueillis à l’Ecole qu’avec exception et réserves.

Nous constatons chez ces enfants des apprentissages libres et inespérés. Un tel apprend une langue rien qu’en suivant des séries télévisées; d’autres s’apprennent entre eux à lire et à transcrire dans une ou plusieurs langues.

Soutenir l’Ecole?

Pour ces enfants, nous avons voulu par le passé et dans un premier temps, OUVRIR L’ECOLE; c’est à dire les y accompagner et quand ils y étaient de les y soutenir et de les motiver.

Puis nous avons dû prendre acte de l’impasse et du peu d’utilité d’une telle entreprise; dès lors notre propre action devenait liée et dépendante d’une institution que nous n’étions pas en mesure de transformer ou d’adapter aux besoins de ces enfants. A quoi bon ajouter notre propre échec à celui d’une institution qui a  abandonné de longue date toute ambition d’ouverture?

Les relations que nous avions, que nous avons avec ces enfants sont trop précieuses pour être hypothéquées.

Faire école par nous mêmes?

Alors, dans un second temps, nous avons voulu faire école, par nous mêmes et avec nos faibles moyens. Nous avons ainsi inventé et ouvert en 2015, « la Ruche » à Champlan; nous avons conçu certains de nos ateliers , comme des « mobile schools », allant de quartiers en bidonvilles.

Mais nous nous perdions dans des incertitudes et contradictions. Nous n’étions en effet pas la vraie école, et il était par ailleurs difficile ou impossible de transposer la situation scolaire à la diversité des enfants, des lieux, des origines, des rencontres et ressources de tous ceux, qui sur les ateliers… nous accueillent.

l’Adieu à l’Ecole

Nous avons alors fait un ultime progrès; nous avons renoncé, … renoncé à maîtriser le fil des apprentissages; nous avons renoncé à maîtriser des programmes et des projets. Nous avons renoncé au décorum, aux méthodes, … Nous ne pouvions ni singer , ni faire l’Ecole…

C’est alors que nous avons observé comment, autour de nous, à partir de nous s’organisait « la Skol »; c’est à dire tout autre chose que l’Ecole; ce sont les enfants qui se sont mis tout simplement à s’apprendre les uns aux autres… tout ce dont ils étaient ignorants.

Nous avons ainsi vu des enfants lire à d’autres, à voix haute et en tzigane , des livres…  écrits en Français . Nous les avons vu s’apprendre à écrire et à tracer des lettres dont ils ignoraient le son. Nous les avons vu s’expliquer le Monde, la nature et la vie, avec leurs mots et inventer pour l’autre , un instant, des clartés dont ils ne se savaient pas capables.

Pour nous , le véritable apprentissage a été de revoir et de comprendre nos places; nous n’étions pas ou plus  les canaux de la transmission de la connaissance ; nous n’avions pas le monopole du savoir , ni de l’autorité de celui ci. Nous ne sommes plus que les organisateurs de sa mise en scène, les causes externes de cette réunion improbable d’ignorants qui s’apprennent naturellement tout.

On peut participer à ces ateliers et demeurer aveugles à ce qui s’y joue. On peut choisir de n’y voir qu’agitation et divertissement. Mais si on se risque à connaître et devenir proches de ces enfants, de leur rapport et de leur vision du Monde, alors on peut découvrir qu’il existe des manières « naturelles » et vivantes d’accéder au savoir et aux connaissances par la communauté des pairs et des autres.

Telle jeune fille de 17 ans, que nous avions connue à 8 ans , ne parlant pas un mot de français est recrutée 6 ans plus tard, par les écoles élémentaires de sa ville pour servir d’interprète avec certains  parents d’élèves étrangers. La voici qui se voit elle même aujourd’hui comme une « traductrice » au service une école qui n’a pas su la retenir.  La voici  devenue experte grâce à cette étrangeté qu’on avait constituée chez elle, comme handicap. La voici qui vient en aide aux enseignants qui la jugeaient incapable.

Nous savons maintenant notre rôle, notre mission. Nous avons à convoquer les enfants au travail non pas d’apprendre , mais de s’apprendre à eux mêmes autant qu’aux autres… en même temps qu’aux autres. On ne peut s’apprendre à soi même que par autrui.

Il n’y a dans cette posture, aucune illusion spontanéiste ou idéaliste. Pour apprendre , il faut de l’obstacle , de la contrainte et du travail. Nous y pourvoyons en créant une organisation et en y convoquant les enfants.

De ce point de vue là notre rôle est  donc bien de diriger sans contrôler nos ateliers d’apprentissage , notre école à nous qui n’est pas une école, mais l’Ecole de la Vie.

 « Destituer le Monde,
Destituer, ce n’est pas d’abord attaquer l’institution, mais le besoin que nous avons d’elle.

Ce n’est pas la critiquer, […] mais prendre à cœur ce qu’elle est censée faire, hors d’elle.Destituer l’université, c’est établir loin d’elle des lieux de recherche, de formation et de pensée plus vivants et plus exigeants qu’elle ne l’est -ce n’est pas dur- […]

Destituer la justice, c’est apprendre à régler nous-mêmes nos différends, y mettre de la méthode […]Destituer le gouvernement c’est se rendre ingouvernables.

Qui a parlé de vaincre ? Surmonter est tout.Le geste destituant ne s’oppose pas à l’institution, il ne mène pas cotre elle une lutte frontale, il la neutralise, la vide de sa substance, fait un pas d’écart et la regarde expirer. »  –Tiré de  »Maintenant » du Comité Invisible 

DIMANCHE

Dimanche au Jardin

_SAM1513

Aujourd’hui nous sommes allés au jardin à Saulx les Chartreux. Etaient de la partie Iasmina, sa famille, Daniel, Zora et sa fille et ses enfants, Najami, Eddie et Alice et sa famille et une famille de plus.

_SAM1519

Un beau soleil nous a accueillis. Nous avons préparé à manger au barbecue, merguez, poulet et une belle salade cueillie au jardin, avec pour dessert, de belles framboises cueillies juste avant ! Nous avons tous travaillé  à désherber les patates et les pauses étaient les bienvenues à l’ombre. N’oublions pas que nous avons désherbé toute la serre ! Les enfants biens chauds ont lancé une bataille d’eau pour bien finir la journée avant un goûter de melons ! A bientôt !

20170618_115904

 

SAMEDI

Atelier de la villa Saint Martin

20170617_154316

Aujourd’hui nous sommes allés à la Villa Saint Martin. Le soleil nous attendait avec les enfants pour l’atelier. Nous avons commencé par installer les tapis et le terrain de volley ball.

20170617_154809

Il y avait de l’activité partout. Dans un coin un match de volley, de l’autre côté le tapis petite enfance et coloriage et sur l’autre tapis des jeux de société et du maquillage.

Malgré toute l’énergie que nous avons dépensée et la chaleur, certaines personnes ont trouver de la force pour commencer une bataille d’eau ! Les adultes étaient plus trempés que les enfants !! A la semaine prochaine !

20170617_161322

 

Concert à Chevreuse

 

IMG_2099

 

Aujourd’hui, la troupe « Aven Savore » au grand complet est en route pour Chevreuse, où elle est invité pour un concert dans le cadre de la Fête de la Saint-Jean, organisé par l’ALC Chevreuse.

IMG_2107

Sur place nous installons un stand, faisons une petite répet, et profitons des activités des autres stands avant de monter sur scène. Le spectacle est un franc succès, beaucoup de gens viennent danser avec nous.

IMG_2128IMG_2195

VENDREDI

Atelier de la Rocade

PART_1497701722114

Il y avait une trentaine d’enfants.

PART_1497701737477

Nous leur avons proposés un atelier petit enfance, un atelier créatif, des jeux de société, de la peinture,  ainsi que du foot en jeux collectif.

Les enfants étaient particulièrement agités.

Nous avons distribués le goûter après cette belle journée.

 

PART_1497701746537

 

Atelier cuisine

IMG_0715

C’était Iasmina qui était aux commandes de l’atelier. Savez vous qu’un atelier cuisine c’est une équipe de préparation, et l’accueil de nombreuses familles pour nos ateliers linguistiques, mais aussi des ateliers pour les enfants?

Une journée quasi complète pour des familles et de nombreux enfants !

Nous avons commencé par éplucher les pommes de terre ensuite les couper en deux, puis nous les avions mis dans de l’eau à bouillir. Ensuite nous avons recouvert les pommes de terre de farine puis d’œuf, ensuite nous les avons fait frire. Nous avons fait des Kriks et des beignets de pommes de terre . C’était succulent 

Puis nous préparé une enter composé de tranche de fromages, jambons et tranche de saumons.

Ensuite nous avion cuit les pâtes, peux-nous avion rajouté de la crème fraiche et quelques épices.

Enfin nous avons tous manger ensemble les personnels étaient comptent et satisfait du repars.

IMG_0722

Atelier d’Evry : Un nouveau bidonville pour nos interventions 

20170616_150052

C’est le deuxième atelier que nous faisons ici alors nous rencontrons les enfants nous apprenons leur prénom, le but est de faire connaissance et de se présenter. Nous avons réuni tous les enfants que nous avons trouvés en cercle, chacun a pris la parole en disant son nom et son âge. Puis ensuite nous avons fait un jeu avec une petite balle, cela consiste à envoyer la balle à une personne  dont on se souvient le prénom.

Le soleil tapait fort, direction l’ombre pour les ateliers petits enfance et écriture.

C’était une super journée que on a clôturé par de la musique et le jeu des statuts et un super goûter !!

Également un énorme plaisir de retrouver les enfants de l’ancien camp de Champlan

A très vite pour de nouvelle aventure à Evry

20170616_152211

Atelier du Jardin

20170614_153913

Nous allons partir avec Franck, Eric, Daniel et Nicolae au jardin de Saulx, pour finir le désherbage et le débroussaillage mais aussi pour arroser les plants car ils en ont besoin sur cette chaleur insupportable.

20170614_154127

Eric et Franck remplissent à tour de rôle le réservoir d’eau et ensuite commencent à arroser sous la serre. Daniel s’en occupe de débroussailler et de donner les formes aux parcelles tandis que Nicolae enlève les mauvaises herbes du champ des framboises et ensuite à cueilli de la menthe pour le Bissap de demain.

C’est le moment de s’assoir pour le goûter avant de reprendre la route vers le local.

A plus.

20170614_151934

JEUDI

Atelier du Skate Park

20170615_164115

C’est par une très chaude journée que nous nous rendons au Skate Park.

Ateliers petite enfance, au programme lecture et dinette  la pâte à rêves a beaucoup de succès.

Ateliers maquillage avec des fleurs des papillons et plein de couleurs.

L’atelier mandala avec craies attire pas mal d’enfants  qui s’amusent également à faire des dessins au sol.

Le gouter se passe dans le calme et la bonne humeur.

20170615_164035

Atelier du jardin du Jeudi

20170615_153101

Aujourd’hui nous sommes allés jardiner. Une belle journée pleine  de soleil, nous sommes bien motives pour arroser les plantes sous la serre et sur les parcelles.

20170615_153103

Un groupe s’est occupé de désherber les potirons, et aussi à arroser (radis, persil, les salades et les concombres). Pendant q’ une partie du groupe était en train de désherber Franck remplissait les brouettes avec les mauvaises herbes et ensuite il s’amuse à remplir la poubelle avec les seaux d’eau.

Tous contents de cette belle journée avant de partir nous avons récolté des fraises et bien profite à l’ombre de notre goûter.

A bientôt !

20170615_160119

 

Atelier de Massy

20170615_161657

Nous avons accueilli un grand nombre d’enfants.

20170615_165956

Il y avait un atelier petite enfance, un atelier maquillage ainsi que des jeux collectifs.

Les enfants étaient en général contents de leur après-midi.

Lors du conseil de quartier les enfants   ont réclamé une bataille d’eau, gymnastique et de faire un handball pour la semaine prochaine.

MERCREDI

Atelier de Saint-Eloi

_SAM1371

Aujourd’hui  il fait chaud, et nous avons prévu une bataille d’eau avant  le gouter.

  A Saint Eloi, nous retrouvons un nombreux public d’enfants, mais nous n’oublions pas non plus d’y emmener les enfants les plus isolés des hôtels sociaux !

_SAM1392

Ateliers coloriage avec cahier personnel en cadeau. Jeux collectifs mais il fait trop chaud du coup tout le monde aide à l’atelier Sorbet ou un sorbet coco est préparé avec l’aide de tous les enfants.

_SAM1487

Le gouter se passe bien, malgré que  les enfants soient excités à cause de la bataille d’eau. Belle journée, bel atelier.

_SAM1489

Répétition Aven Savore

20170614_150222

Aujourd’hui, répétition (comme chaque semaine) de la troupe Aven Savore au local. Cette semaine nous avons beaucoup de nouveaux, que nous sommes allé chercher au camp de Vauhallan, à l’hôtel Parthénon et au bidonville d’Epinay.

Nous travaillons donc les classiques pour mettre à niveau nos nouvelles recrues, avant les spectacles de samedi et mercredi prochain.

Atelier du Jardin du Mercredi

20170610_152324

Nous nous sommes repartie quelques taches comme par exemple : arroser les plantations dans tout le jardin et voir les mauvaises herbes.

Puis du côté des fruits, (Framboises et groseilles) Nous avons enlevé les mauvaises herbes et créer des passages puis nous avons cueilli quelques framboises et groseilles.

Et pour finir nous avons pris le gouter.

20170616_160040

Atelier d’Epinay sur Orge

20170614_155326

Aujourd’hui à Epinay, nous avons installé notre atelier traditionnel  puis nous sommes allés chercher les enfants. Tous ensemble, on a fait une ronde et nous nous sommes présentés chacun à tour de rôle. Nous avons fait le jeu du Tic Tac Boum et aussi le chef d’orchestre.

received_473176276361654

Nous avons joué au foot dehors, dessiné des mandalas par terre à la craie, fait des coloriages. Les jeux de construction étaient aussi proposés sur le tapis sans oublier des livres. Le goûter s’est bien déroulé et on s’est dit au revoir, à très vite !

received_473176349694980       received_473176269694988

MARDI

 

Cours de FLE

20170613_170012

Aujourd’hui  les mamans sont arrivées les unes après les autres par groupe.

Nous avons finis la séance avec une quinzaine de personnes.

Nous avons continué comme thème de discussion de parler ensemble au sujet d’une situation classique:  le dossier de demande du RSA.

20170613_170024

Certaine ne savent pas lire et ont du mal à écrire donc elles ont copié l’exemple donné.

Mais elles ont une bonne volonté et on fait leur possible pour remplir les papiers.

Pour la semaine prochaine nous avons prévu que chacun puisse écrire au tableau.

DSC_0049

Le mauvais usage de soi

Foucault distinguait l’existence de normes de « mauvaise disposition de soi’; il dénommait ainsi les règles de ce qu’il était permis de vouloir, ou de ne pas vouloir dans la société. Ce qui caractérise ces règles c’est ce « allant de soi », une adhésion indiscutable, une évidence commune et partagée. Pourquoi? Parce que cette évidence repose sur des règles implicites mais autoritaires de la Société.  La mauvaise « disposition de soi » est d’autant plus refoulée qu’elle mettrait en danger la Société sur ses bases, sur le socle même de son fonctionnement.

Plus de 30 ans plus tard, nous constatons que le choses ont changé, dans le sens d’une accentuation. Il n’est plus seulement question d’une mauvaise disposition de soi, c’est à dire de ce que l’on ne peut raisonnablement ni désirer , ni vouloir, par soi même et par principe de disposition. Notre histoires contemporaine, nos actualités sont aujourd’hui pleines de nouvelles théories aussi discutables qu’indiscutées, aussi invraisemblables qu’imposées comme une évidence que l’on n’a pas le droit de mettre en doute.

20170609_160852

Aujourd’hui ce ne sont plus des disposition mais des « usages de soi même » dont on n’a pas le droit d’être auteur. Il y a des actes, des choses dont il est dit qu’on ne peut pas vouloir les faire. Il est interdit dans certains cas de vouloir faire ce que l’on fait. Et ces cas sont de plus en plus nombreux.

Ainsi les terroristes nous sont-ils FORCEMENT  présentés comme des « gens normaux », bougés et manipulés de l’extérieur par des rencontres aussi fantastiques que virtuelles; ils ne peuvent exister dans nos histoires sociales que comme des pantins, des marionnettes improbables, des sujets sans volonté propres, manipulés à distance.  Peu importe que pour soutenir de telles thèses qu’on n’a pas le droit de mettre en doute, il faille inventer des fables invraisemblables de rencontre suggestives , hypnotiques, « quasi magiques », aussi virtuelles qu’efficaces, surFacebook ou Internet.

Tout est donc possible, sauf une chose: chercher des causes, tenter de comprendre, qui expliqueraient ce qu’il est interdit de penser. Comment un sujet peut vouloir ce que la Société décrète comme impossible à vouloir.

Il n’y a pas que chez les terroristes; dans de nombreux milieux et selon de multiples médias, il est impossible pour une femme ordinaire de vouloir porter le voile par soi même. Il faut forcément quelque part être l’objet de la manipulation d’autrui. Il en est de même pour la prostitution qui ne pourrait idéologiquement en aucun cas être une activité exercée de soi même et par soi même.

Cette  « théorie » du « jamais par moi même », préserve quand on y réfléchit deux illusions : la première chargée de faire consensus social que nous avons évoquée, « d’impossibilité de vouloir ce que l’on fait »; l’autre , non dite, peut être plus étonnante encore, que nous serions donc par conséquents parfaitement libres de toute contrainte dans le domaine normal du reste de nos actions.

L’irresponsabilité de certains actes posée comme un dogme, n’a-t-elle pas pour fonction de nous faire admettre à l’inverse que tout le reste, nous l’aurions choisi? Qu’il n’y aurait nulle contrainte, nulle détermination économique , sociale, politique dans le fonctionnement ordinaire de notre société »?

Il n’y a pas de mauvais usage de soi au sens de l’impossibilité de l’être humain de vouloir ce qu’il fait, mais il n’y a  pas plus d’égalité des chances, de mérite de ce qui nous arrive, de liberté de choisir. Or on construit notre société, et ses évolutions sur ces deux mythes symétriques.

La Liberté disait Sartre n’est pas dans le choix. Celui ci est toujours une illusion. Tout ce que nous croyons choisir a été choisi depuis longtemps par ce qu’on est , par d’où on vient, par ce dans quoi nous nous sommes engagés. L’activité de choisir à quoi nous occupe la vie moderne est récréative et destinée à nous divertir. L’action de choisir nous est assignée comme occupation, consolation, « consommation », quand faire, décider, produire, occuper et transformer deviennent des actions d’autant plus rares, voire impossibles.

Cette déformation de la Liberté nie toute possibilité ou forme d’engagement. Or c’est par l’engagement et l’engagement seul qu’on peut transformer la réalité et par là même arracher un peu de Liberté. Mais tout est fait pour faire admettre sans discussion, ni pensée , le contraire. C’est l’engagement qui serait « mauvais usage de soi », c’est l’engagement qui représenterait aujourd’hui cet impossible « vouloir ce que l’on fait ».  L’engagement est en voie de pénalisation, de diabolisation, en s’appuyant sur les principes sécuritaires et l’invasion  du complot terroriste dans notre vie quotidienne.

Il ne reste plus à l’individu moderne qu’un ersatz d’engagement sur le modèle du choix. Un tel « engagement taisible, mutique, qui ne dérange personne, commencerait par soi même: la révolution intérieure, le colibris… C’est à dire un ersatz d’engagement qui repose sur une option un choix réalisé dans l’absolu parmi ce qui est indiscutablement préférable: mieux vaut être pour la paix que pour la guerre et manger bio qu’être gros et carnassier. Cela ne se discute pas. C’est juste un « choix » épuré de tout contexte, qu’on nous tend et qui, comme tous les choix, est déjà tranché.

IMG_8848

Nous avons à apprendre à vouloir ce que l’on  fait et faire ce que l’on veut, tel est l’objet d’une Pédagogie sociale. Cela va bien au delà de l’antique conseil démagogique d’apprendre à vouloir ce qu’on fait, à défaut de l’avoir choisi.

Le sens est beaucoup plus profond que cela; il s’agit en fait d’apprendre à s’engager dans ce que l’on est, dans sa propre activité, dans la connaissance de nos passions, de ce qui nous bouscule, nous pousse, nous porte.

Apprendre à faire avec conscience ce que l’on ne voulait pas connaître de soi, par manque de disponibilité ou de courage.

Dans nos activités, nos ateliers, dans notre travail, nous ne partons pas de ce qui est évident, des objectifs imposés qu’on nous présente comme indépassables.  Nous essayons au contraire d’aider les enfants , les jeunes les personnes, à comprendre ce qui est réussi, dans ce qu’ils ratent, ce qui les exprime dans ce qu’ils ne font pas.

Il s’agit d’apprendre à être « auteur » de soi, de ses actions, y compris dans ce qui nous différencie, et nous éloigne du mouvement commun, des normes, des injonctions.

Samedi: dernier Chantier de Pédagogie sociale de la « saison »

C’était le dernier chantier de Pédagogie sociale de cette saison; et nous nou sommes une nouvelle fois réunis dans les locaux si agréables de la Fédération régionale des MJC.

Ce chantier au format d’une journée prolongée a été l’occasion, pour nous,  de faire le point sur notre fonctionnement de cette année. Un constat: notre réseau augmente, évolue, nos projets progressent. Nous relevons aussi une hausse de la demande de formation en Pédagogie sociale. Celle-ci provient de toutes sortes de structures (bibliothèques , centres sociaux MJC, etc…) mais aussi collectivités.

Nous avons fait le point sur nos plus gros projets en commun: le Congrès ICEM du 22 au 25 Aout où notre « chantier » sera « En force ».  … Et le Festival de Pédagogie sociale , « spécial Korczak », qui se tiendra les 17, 18 et 19 Novembre en la MJC d’Orsay (91).

Nous avons aussi pris toutes nos dates de chantier pour la nouvelle saisons 2017/2018.  Qu’on se le dise , on est sur la brèche!

DIMANCHE

Journée au Jardin

WP_20170611_12_16_51_Pro

Nous avons eu le plaisir de recevoir une dizaine de personnes, qui ont pu partager un repas et ainsi qu’une journée jardinage avec nous.

On a désherbé, planté et arrogé les plantes.

WP_20170611_16_39_30_Pro

Les enfants ont également participé au ramassage de déchets car il est important d’entretenir notre beau jardin.

Et pour finir nos petits jardiniers ont eu le droit à un petit goûter.

WP_20170611_12_15_41_Pro

 

SAMEDI

 

Atelier de la Villa Saint-Martin

20170610_160804

Une dizaine d’enfants ont pu participer aux activités.

Un grand atelier petit enfance était sur place ainsi qu’un atelier jeux de société et du coloriage.

20170610_164115

Nicolae et Daniel étaient pour leur part sur le jardin avec Zohra, accompagné par des enfants. Ils ont pu planter des courges.

20170610_161500

La distribution du goûter a marqué la fin de cette petite journée.

 

Atelier de Vauhallan

20170610_144614 20170610_150735

 

Une très belle après midi à Vauhalan. Nous sommes allés chercher des enfants dans leurs cabanes pour qu’ils viennent jouer avec nous. On a démarré l’atelier avec des jeux collectif et ensuite la musique qui a super bien marché. La petite enfance aussi, avec du maquillages et ensuite on a pris le gouter tous ensemble.

20170610_155342 20170610_151108

 

Atelier des Hôtels

20170610_144004

Aujourd’hui, à l’atelier des hôtels, nous inaugurons notre nouvelle tonnelle que l’on a reçu le jour même ! On installe la petite enfance, des coloriages et du matériel de jonglage. Les enfants nous attendent déjà et d’autre nous rejoignent de l’hôtel Parthénon accompagné par Alice.

20170610_151949

On joue à l’ombre de la tonnelle, on met de la musique, on danse, puis on fait du jonglage. Juste avant le gouter, on se rassemble tous pour faire un béret !

20170610_152044

VENDREDI

Atelier de la Rocade

Quel cagnard ! On installe les trois tentes en triangle pour faire un maximum d’ombre et on terre nos ateliers à l’intérieur, à la cool ! Au programme, jardin du vent avec Samane, on fabrique des éoliennes en papier, des parapentes, et des mini cerfs-volants.

20170609_170654 20170609_163625

Dans la tente adjacente c’est l’atelier jeux de société, on a sorti les classiques : Dubble, Uno, jeu de dames ect…

20170609_160133

Juste à côté, comme on a le plaisir de recevoir la bibliothèque municipale pour une journée de formation aux techniques d’ateliers de rue, on a apporté des beaux livre de chez eux, et Nathalie déploie  tous ses talents de conteuses au profit des plus petits et même de leurs parents !

20170609_170648

 

Atelier du Jardin du Vendredi

 

IMG_8851

Sous un beau soleil, nous sommes partis au jardin. Nous sommes tous motivés pour aller travailler !

On a commencé par désherber les pommes de terre qui en avaient besoin.  Le terrain est grand alors nous n’avons pas tout terminé mais ça a bien avancé. Encore un peu de courage et les pommes de terre seront superbes !

Pendant ce temps-là, un autre groupe s’est attelé au désherbage des potirons et le résultat est la !

Après avoir pris un gouter dans la bonne humeur et la rigolade, nous avons ramassé de belles salades et les premiers concombres.

A bientôt pour les nouvelles aventures du jardin !

IMG_8854

 

Atelier d’Evry

20170609_151815

Le premier atelier d’Evry s’est déroulé cve vendredi de juin où nous avons pu revoir certaines familles que nous connaissions déjà et rencontrer notamment d’autres. Nous avons donc fais connaissance tous ensemble en ronde puis nous avons entamé par des jeux simple qui plaisaient à tout le monde comme tomate ketchup et le jeu du ninja dansant.

20170609_154808

Ensuite nous avons principalement mis en avant les talents de danseur de chacun avec des musiques de Sandu Ciorba ou Florin Salam. Puis, nous avons conclu par le goûter et avons donné rendez-vous à chacun le vendredi prochain.

20170609_160852

Atelier de Cuisine

20170609_11332920170609_115359

Aujourd’hui moi Laura et Mariam nous avons préparé   pour la cantine d’aujourd’hui avec les mamans du poulet mariné au four et des pommes de terre en salade avec des oignons, des œufs, de vinaigre etc…

20170609_115359

Le repas était prés à l’heure tout le monde c’est assis et ils se sont régalé.

20170609_130228

JEUDI

Atelier du Skate Park

IMG_20170608_164218 - Copie IMG_20170608_164943 - Copie

L’atelier au skate-park s’est bien déroulé, sous un soleil radieux. Nous avons pu proposer différentes activités telles que la peinture qui a réuni une dizaine d’artistes. Ionut et Gundu ont animé cet atelier et de belles couleurs ont été utilisées. Le groupe était fier de ses créations. Les jeux collectifs avec Laura et Dusko ont amusés tous les enfants : 1,2,3 soleil ; tic, tac, boum…et le foot ! Les jeux de société nous ont fait partager un bon moment tous ensemble : awalé ; domino, devine tête… avec Elodie et Nathalie. Enfin, Mecles sur son tapis d’Aladin a joué avec les enfants et ils se sont tous invités au restaurant pour de faux avec de la jolie dinette. Des jeux de construction étaient aussi proposés. Un bon goûter a permis à tous de s’hydrater car il faisait très chaud au soleil pour les footeux !

IMG_20170608_171615 - Copie IMG_20170608_165740

 

Jardin du Jeudi

20170608_153234

Aujourd’hui nous sommes prêts avec nos amis du groupe d’adultes, Franck, Eric, Jessica, Nicolae et Lari au jardin pour nettoyer des mauvaises herbes le terrain.

On va aussi compléter les rangées où il y a des plants des courgettes qui manquent avec d’autres plants courgettes qui ont poussé dans nos bacs. Avec Lari et Nicolae on s’en occupe. Franck et Eric commencent à arroser les plants et sous la serre.  Nous avons aussi planté les tomates sous la serre et désherber les autres plants.

A la fin de la journée avant de partir on fait 6, 7 bottes de persil pour l’emmener au Skate Park pour le partager avec les mamans.

A plus !

20170608_171453

 

Atelier de Massy

 

IMG_8828 IMG_8848

Aux jeux collectifs, Volley- Ball qui a eu du succès. Atelier ballon Fléchettes  a bien fonctionné malgré le vent qui décrochait les ballons. Du coup l’atelier c’est transformé en atelier course aux ballons.

IMG_8845

La petite enfance et le maquillage ont fusionné et une des filles a participé pour maquiller les autres avec également une maman.

Le gouter c’est bien déroulé, sous un soleil éclatant, très bel ateliers ce jour.

IMG_8832

MERCREDI

 

Atelier de Saint Eloi

IMG_8802

Nous avons pu proposer aux enfants un atelier petit enfance qui s’est fait dan sla joie. Un atelier créatif où des petits carnets ont pu être fabriqués.

IMG_8816

Un autre dans lequel de la pâte à sel était confectionnée  ainsi qu’un grand jeu, le puissance 4.

Les enfants ont adoré malaxer leur pâte et ont pu faire divers formes avec celle-ci.

Le conseil de quartier et la distribution du goûter se sont déroulés dans la joie et la bonne humeur.

IMG_8825

 

Atelier du Jardin du Mercredi

20170607_145715 20170607_150429

Nous avons tous enlevé les mauvaises herbes tout autour des plants de potiron sur toutes les parcelles emblavées. Nous ensuite nettoyer à l’intérieur de toutes les parcelles afin de permettre aux plants de mieux respirer. Sous le soleil ardent, nous avons pris un goûter bien mérité après quelques heures de travail sous la grande tente.

20170607_150500

Atelier d’Epinay

20170607_150311

En ce jour où l’été avait disparu, nous nous sommes rendu sur le platz d’Epinay, en groupe de 8 personnes dont Marion, Saman, Elodie, Lari, Laura, Mecles, Dusko et Lili la photographe. Nous étions accompagnés de deux adolescentes, Siera et Mariam.

 

20170607_151707

Les activités de jeux collectifs se sont passées directement en musique grâce à Dusko et Mecles : chansons, chef d’orchestre, jeux de la danse figée…  Puis nous avons installé les tapis pour accueillir les plus petits et les invités à jouer de la musique avec nos deux musiciens. Certain ont continué pendant toute l’heure à danser, à jouer des maracas  et autres instruments pendants que certain s’adonnaient aux coloriages et aux jeux de constructions avec les kaplas et les legos.

20170607_150615

Les parents accompagnaient ceux qui dansaient. Et nous avons terminé par manger les crêpes préparés par Laura, Saman, Marion et les enfants qui s’impatientaient, ce que nous pouvions comprendre avec l’odeur qui humait dans tout le bidonville.

20170607_162108

MARDI

Cours de français

20170606_170029

Nous étions nombreux pour l’activité aujourd’hui et motivé.

Nous avons commencé par simuler le remplissage d’un dossier caf  afin que les personnes puissent remplir seul un dossier.

Les mamans ont parfois eu du mal à écrire et à comprendre les dossiers.

Nous comptons continuer la semaine prochaine car les mamans ont dit que cela était utile pour elles.

IMG_8789

Une fois sortie du cours de français, nous avions préparé un « marché » pour les mamans.

IMG_8791