« Travailler avec … »

Travailler avec les familles (I)

L’expression « travailler avec des familles », ou plus sobrement « travailler avec les familles » (i.e des jeunes ou des enfants « pris en charge« ) n’aurait certainement pas signifié grand chose avant le début des années 1980. C’est à dire l’époque où les familles travaillaient encore. Il faudrait faire des études linguistiques et sémiologiques pour expliquer le glissement de sens de l’expression « travailler avec », appliqué dans le secteur du Travail social.

On s’interrogerait certainement alors sur cette coïncidence entre l’inflation du terme « travailler » durant la même période où les acteurs de ce secteur ont eu à faire et affaire avec des usagers de moins en moins concernés par l’emploi durable.

Le verbe « travailler », d’abord , que veut il dire? Des enseignants, des éducateurs des années 70 employaient beaucoup moins ce verbe qu’aujourd’hui. Il était en effet jugé  à l’usage trop « vague » et trop expansif. Les premiers préféraient « enseigner » et les seconds , « éduquer ».

Chaque métier avait son verbe et c’est quand l’emploi, au sens de spécialisation dans son propre « métier », a perdu de son prestige, de son importance,n de son évidence, de son universalité, que le verbe travailler, comme par réaction s’est trouvé promu à un usage généralisé. Aujourd’hui , tout le monde est censé « travailler » à quelque chose, ne fût ce qu’à sa propre employabilité.

 

Le travail est devenu obligatoire au fur et à mesure qu’il devenait rare et qu’il disparaît.

Disparaît aussi bien entendu , le sens de ce mot, surtout appliqué aux sciences humaines et sociales.  Célestin Freinet partait en guerre contre le mésemploi du terme « travail ». Il déclarait ce mot usurpé quand il s’appliquait au travail scolaire, au travail artificiel pensé et réservé de l’extérieur pour l’écolier.

Pour lui, l’école traditionnelle, au fur et à mesure qu’elle réclamait ou exigeait du « travail » de la part de la part des enfants et écoliers, perdait le sens véritable de ce mot. Pour Freinet en effet, le travail ne peut que viser à produire, à créer ou à transformer. Apprendre pour apprendre, obéir à un programme, se conformer à des exigences, s’activer sans but ni destination sociale, cela pour lui, n’était aucunement un travail, mais une simple « besogne » , un « labeur » qui abrutit forcément celui qui s’y livre.

Pour le pédagogue, le travail se spécifie en ce qu’il produit toujours de la valeur socialement reconnue; peu importe que ce travail soit économiquement viable, ce qui compte c’est qu’il fasse oeuvre et qu’il grandisse celui qui s’y emploie. On est bien loin du sens trivial de ce que ce verbe désigne, … surtout dans le secteur socioéducatif

A partir des années 80, donc, on s’est mis « à travailler avec les familles », puis très vite à « travailler avec les parents » , alors que ceux ci travaillaient de moins en moins dans le double sens que nous venons d’explorer:

  • d’une part ces derniers, surtout issus des classes populaires, accédaient de moins en moins à l’emploi stable, durable et reconnu, ce que l’on appelait encore à l’époque « une carrière ».
  • d’autre part, dans tous les aspects de leur vie , les parents des classes populaires accédaient de moins en moins à la possibilité d’influencer, modifier , transformer et améliorer leur propre environnement. Ils se déqualifiaient jusque dans leur vie personnelle, jusque dans leurs propres aptitudes sociales ou domestiques

Les adultes les parents des classes populaires ont perdu doublement leur « travail » c’est à dire à la fois leur emploi et le sens profond de ce mot.

Et c’est à ce moment là que le « travailleur social » a fait son apparition, non comme métier, mais comme fonction auprès des personnes dès lors en situation de précarité. Il ne s’agissait pas de produire quelque chose, mais d’amener les usagers, ces parents justement à « travailler sur eux mêmes », faute de pouvoir travailler sur autre chose.

Dès lors, le « travailleur social », à son insu s’est progressivement lui même « déqualifié », « prolétarisé » à son tour .Au fur et à mesure que l’acteur social se voit confier la mission de « travailler » (avec des familles, des enfants, des situations) , le voici qui se met au service de programmes, de mesures et de procédures qui limitent autant son champ d’action que celles- ci prétendent le préciser et l’objectiver.

Il en est ainsi: le travail, quand il est social, se perd toujours des deux côtés à la fois, aux deux bouts de la chaîne, autant du côté de l’acteur que de l’usager.

Ceux qui « travaillent avec » ( et particulièrement avec les familles) , travaillent ainsi de moins en moins véritablement, au fur et à mesure qu’ils ont de plus en plus de tâches, de contraintes, de besognes, de contrôles, d’évaluations et de surveillance. Ils travaillent de moins en moins , au sens de faire oeuvre. Ils travaillent de moins en moins du point de vue de donner d’eux mêmes dans ce qu’ils font . Ils ne transforment plus leur travail car celui-ci est pensé et décidé de l’extérieur. Ce travail ne les transforme plus et il a de moins en moins d’impact!

La Pédagogie sociale est une pédagogie d’oeuvriers , c’est à dire de ceux qui sont les auteurs de leurs oeuvres. C’est une pédagogie où le travail signifie toujours produire créer , autant que se créer, produire, autant que se produire, transformer (son environnement) autant que se transformer soi-même.

En Pédagogie social, on ne travaille pas avec les familles, ni avec la précarité, la misère, la violence ou la délinquance. On travaille « tout court » et ce travail est déjà le début d’une transformation.  En Pédagogie sociale, celui qui « travaille » avec des parents, avec des familles,  nettoie, répare, jardine, cuisine ou crée. Il ne travaille pas « sur l’autre », ni même « avec lui ». Il ne l’accompagne pas , il n’est pas seulement « avec ». On travaille « ensemble », c’est à dire à un ensemble.

C’est le travail qui fait l’ensemble. On ne peut être réellement ensemble que lorsque l’on travaille ensemble. On n’est pas « ensemble », quand on a la même opinion , qu’on appartient au même groupe, qu’on a  les mêmes « amis ». On n’est  pas ensemble quand on se contente de se reconnaître et de se regrouper entre soi, dans la vraie vie ou les réseaux sociaux. On n’est pas ensemble quand on « vit » ensemble, ou quand on est côte à côte.

Nous découvrons tous les jours d’ailleurs à quel point la simple; juxtaposition des gens, ne suffit pas à faire société, quand celle ci ne fonctionne plus. On découvre (et on n’ a pas fini de le faire) qu’il ne suffit pas de mettre filles et garçons côte à côte pour faire de « la mixité », ni de mélanger les origines sociales pour produire de « la mixité sociale ». Il apparaît que la juxtaposition des  groupes culturellement divers ne suffit pas non plus, à produire de la « diversité » et encore moins de « l’interculturalité ».

Seul le fait de travailler ensemble permet véritablement d’être ensemble et de produire un « ensemble ».

Faute de ce travail en commun, l’acteur social est condamné à s’éloigner de plus en plus, matériellement, affectivement, culturellement et politiquement de son usager. Au fur et à mesure qu’il travaille « pour » lui, ou « avec » lui, il le comprend de moins en moins. Il le perd de vue.

Il le soupçonne à présent de mille maux, de non sincérité, de dissimulation, de ruse, d’illégitimité, en attendant de croire à tous les complots, à toutes les confrontations et à toutes les guerres de « civilisation ». Et cela est aussi vrai pour l’enseignant face à l’élève des « quartiers », pour l’éducateur de foyer  que pour le travailleur social en « polyvalence » , « assailli » par les demandes des familles.

Faute de travailler ensemble, on se retrouve « assiégé », « dépassé ». On tente vainement de faire tenir ensemble toutes les tâches dont nous sommes chargés et qui ne formeront jamais elles mêmes, un « ensemble », c’est à dire une oeuvre, un métier.

 

Samedi

Atelier de la Villa Saint Martin

A la villa saint martin nous sommes allés faire plusieurs activités.

IMG_1789

Laura et Fatou, ont fait un atelier peinture, les enfants ont dessiné sur une grande fresque tous ensemble.

IMG_1791

Younes a fait des jeux musicaux comme une grande chaise musical, la statue musicale puis les enfants ont dansé sur leur chanson préférée.

IMG_1800

Farhana a proposé des jeux de société comme un Uno, un loup garou, le jeu de 7 familles …

IMG_1796

Puis, nous avons clôturé la journée par un goûter, les enfants ont mangé des gâteaux, des croissants, du chocolat et ont bu du sirop.

 

Atelier des hôtels sociaux

Parthénon

32925684_1507560192687884_6214056793790742528_n

Au Parthénon, nous avons proposé des jeux « petite enfance » tel que :

  • Trains, voitures, dinettes, puzzle, livres pour bébé, hochets …

Et des jeux pour les plus grands tel que :

  • Jeux de société (domino, cartes, jungle speed, coloriage …)

Et des jeux « moteur » avec un tunnel et une cabane et déguisement danse « orientale ».

33029258_1507560082687895_3899209127942946816_n

Il y a des nouvelles familles qui ne parlent pas français (perse, russe, géorgien, afghan, soninké).

Nous étions 3 : Elbera, Leika, Charlène.

 Baladin

Aujourd’hui, nous nous sommes rendues à l’hôtel Baladin pour proposer des activités aux enfants et aux mamans.32958027_10213237365462847_8053794266821951488_n

Nous avions prévu un atelier petite enfance où beaucoup d’enfants sont restés jouer à la dinette, un atelier jeux de société, un atelier jeux collectifs comme le foot et enfin un atelier beauté, où nous avons proposé du maquillage et de la manicure que les mamans ont adoré.32862219_10213237388623426_6001237109824815104_n

Nous avons clôturé cette belle journée avec un délicieux goûter que nous avons tous dégusté ensemble.

32845207_10213237389183440_2401060930927460352_n

Jardin de Saulx les chartreux

Nous sommes allés au jardin avec Yasmina et sa famille qui sont Zora, Bilel et Marvin.

IMG_7672

Nous avons préparé une délicieuse salade accompagnée de merguez. Nous avons désherbé et retourné la terre afin de planter des fraises.

IMG_7864

Le temps était en notre faveur puisque nous avons accompli notre travail sous les rayons du soleil, mélangeant ainsi travail, convivialité et bonne humeur.

IMG_7858

Vendredi

Atelier de la rocade

A la Rocade, nous avons proposé un atelier petite enfance, jeux de société, jeux collectifs, et maquillage.

IMG_0457

 

Comme d’habitude la petite enfance et les jeux de société ont eu un franc succès auprès des enfants mais aussi des parents.

Comme jeux collectifs nous avons proposé des jeux autour du foot et de la pétanque.

IMG_0445

 

A la fin, nous avons pris le goûter tous ensemble.

IMG_0487

 

Cuisine

Nous avons réalisé un repas à base de poulet avec l’aide de plusieurs mamans. Nous avons associé les poulets avec des pommes de terre, poivrons et salade de pomme de terre.

IMG_0609
Pour finir, nous avons réalisé un gâteau au chocolat pour clôturer ce délicieux repas.

IMG_0607

Le repas a été apprécié par l’ensemble des personnes adultes comme enfants.

IMG_0608

Champlan

 

 A Champlan, nous avons proposé différents ateliers pour les enfants, qui sont :

-un atelier petite enfance,

 -un atelier peinture,

IMG_7655

-un atelier écriture,

IMG_7665

-un atelier manicure.

IMG_7650

Ce fût une après-midi  calme, que nous avons clôturé avec un goûter.

Jeudi

Bel-Air

Nous sommes tous parti au jardin de Bel Air. Nous avons fait du jardinage et planté des légumes avec quelques enfants, des mamans et des bénévoles qui sont venu nous soutenir.

IMG_4568

Nous avons également décoré le jardin en faisant de la peinture, des dazibaos et en plantant des fleurs.

IMG_4527

Nous avons monté en parallèle un atelier cuisine où Laura, Cassandra et Younes ont préparé des beignets à la citrouille.

IMG_4570

A la fin, nous avons effectué un goûter tous ensemble.

Mercredi

                                                                                            Saint-Eloi

Avec la permanente Eloïse, Sarah, Elbéra, Lionel et Coline nous sommes allés à Saint Eloi.

IMG_20180516_153359

Il y a eu plusieurs activités :  petite enfance encadrée par Eloïse, jeux collectifs encadrés par Lionel et Sarah qui s’occupait des adolescents, atelier peinture avec Elbéra et atelier perles avec Coline.

IMG_20180516_152649

Enfin, nous avons pris un goûter tous ensemble : volvic pomme, pains aux lait et brioches au chocolat au programme !

C’était une belle journée même malgré le pollen, les enfants ont pris plaisir à aller d’activités en activités !

IMG_20180516_155244

 

Bondoufle

Nous avons animé 5 ateliers à Bondoufle. Beaucoup d’enfants ont participés et ont apprécié ces ateliers.

Les ateliers proposés étaient :

-atelier petite enfance,

IMG_0591

– atelier foot,

– atelier maquillage et peinture,

IMG_0564

– atelier craie et dessins,

– ainsi qu’un atelier beignet.

IMG_0568

Les enfants ont tous dansé, joué et mangé dans un moment très convivial.

Nous avons terminé par un goûter festif.

Baladin

Nous avons eu une trentaine d’enfants.

IMG_E7622

Nous nous sommes répartis en plusieurs groupes pour pouvoir raconter des histoires avec les enfants et les mamans.

IMG_E7609

Pour clôturer, nous avons fait un jeu collectif à l’extérieur avec un grand goûter tous ensembles.

IMG_E7616

 

CLAS

IMG_4449

Les enfants ont pris une collation en arrivant.

IMG_4454

Ensuite, nous avons fait un atelier aquarelle sur des feuilles mouillées qui consistaient à jouer avec les nuances de couleurs.

IMG_4446

Nous avons fini par aider les enfants à faire leurs révisions.

 

 

Ne jamais rechercher d’adhésion

Les pratiques élémentaires en Travail social ont souvent été représentées par leurs propres acteurs comme reposant ou donnant une importance exceptionnelle à la notion d’adhésion. Classiquement et ce depuis la fin du XXème siècle, de très nombreux éducateurs affirment « avoir besoin » ou « rechercher » l’adhésion de leur public.

La loi de 2007 sur la Protection de l’Enfance enfonce encore le clou et fait de l’adhésion des usagers, la clef de tout projet et de tout accompagnement éducatif. Pire l’absence d’adhésion de la part des familles aux mesures éducatives qui leur sont « proposées » devient dès lors un motif des plus courants « d’information préoccupante » et de signalement.

Nous avons fait de l’adhésion la base même des relations familles / professionnels , à l’occasion des innombrables projets portés sur les premières par les seconds.  Là encore , le fait de ne pas adhérer « au projet » devient synonyme de manquement, déficit ou de faute. Nous avons nous même rencontré des jeunes , renvoyés de leur foyer ou de leur structure d’accueil au motif « qu’ils n’adhéraient pas à « leur » projet ».

L’adhésion est devenu ainsi le modèle même des relations usagers/ institutions, parents / professionnels et cette focalisation dépasse largement les pratiques professionnelles et institutionnelles  du secteur social. l’Ecole est par exemple par définition le lieu même de l’adhésion obligatoire des parents  , que ce soit vis à vis des règlements, des projets pédagogiques, et éducatifs, des orientations ou des « suggestions » portées par les équipes enseignantes. Là encore, à l’Ecole, il est particulièrement mal vu et mal considéré, pour un parent, pour un élève de ne pas adhérer aux conseils , aux orientations ou aux projets que l’enseignant ou l’institution, préconise.

Mais d’autres secteurs sont tout autant concernés d’une autre manière ainsi, le secteur de l’Education populaire, des centres sociaux et socioculturels, manie également la notion d’adhésion et d’adhérent et place ces concepts au coeur de leur projet de fonctionnement. On cherche des adhérents, des bénévoles, des gens convaincus ; on cherche des personnes conquises et acquises aux programmes sociaux ou culturels que développe la structure.

L’image même du travail des animateurs socioculturels , des agents de ces structures est d’aider à structurer cette adhésion préalable pour mener les personnes concernées vers plus de responsabilité, plus d’engagements encore, plus de « militance ». C’est l’idéal même des métiers concernés qu’ils soient de l’enseignement, de la culture, ou du secteur social qui est en cause. Un bien supérieur est défini et on l’appellera selon les secteurs , « intérêt de l’enfant » « vie sociale », « vie culturelle » , « Culture », « Citoyenneté » , « Laïcité ou valeurs de la République », et l’adhésion des « publics » des « bénéficiaires » apparaît comme « allant de soi », indiscutable, évidente.  On cherche des adhérents et si on ne les trouve pas , on recherche, puis petit à petit on exige « de l’adhésion », à quelque chose qui n’a jamais été remis en question, qui n’a jamais été défini ensemble et qui ne le sera jamais.

Tout cela paraît tellement évident, qu’on ne voit pas, qu’on n’imagine pas un travail éducatif, sanitaire, social ou culturel, qui ne reposerait pas à un moment ou à un autre sur « l’adhésion ».

Or, en Pédagogie sociale , justement , c’est ce que nous faisons chaque jour. Nous travaillons directement avec tous les publics, en commençant par ceux qui adhèrent le moins à quelque institution ou structure que ce soit, et nous ne recherchons jamais l’adhésion.

Nous ne recherchons pas l’adhésion comme un préalable. Nous préférons la libre circulation, des enfants et des adultes sur nos ateliers.  Nous ne cherchons ni des convaincus par le type de travail que nous faisons, ni à convaincre des indécis. Nous ne cherchons pas à recruter des adhérents ou à fabriquer de l’adhésion.  Nous avons une autre manière de mettre en oeuvre nos pratiques et nos idées:nous montrons et nous démontrons dans l’ici et le maintenant , le « mieux être » et le « mieux vivre » que nos pratiques apportent ; nous donnons une place à chacun; nous mettons en oeuvre un travail collectif où il n’y a  aucune importance à savoir si les gens qui travaillent ensemble seraient d’accord ou pas, sur quoi que ce soit. Car cela n’a du point de vue de notre pédagogie, aucune importance.

C’est un point essentiel de différence entre nos pratiques , qui sont organisées, méthodiques et toutes les utopies éducatives qui fleurissent actuellement, comme les écoles démocratiques, les structures Montessori, ou autres. Toutes les structures alternatives littéralement « utopiques » dans le sens étymologique du terme, connaissent ici leurs limites.

Elles ont beau se doter d’un « volet social », de bonnes intentions démocratiques pour s’ouvrir sur d’autres « milieux », des enfants et des familles « d’autres horizons », elles échouent toujours à y parvenir . Les contraintes économiques mêmes de leur fonctionnement les ramènent à cette réalité: elles ne peuvent fonctionner qu’avec des « adhérents » , c’est à dire des personnes convaincues, et rationnellement conduites à s’investir et à investir dans ce qu’elles entreprennent.

Nous , nous travaillons avec tous les autres; ceux qui ne peuvent ni s’investir, ni entreprendre ; ceux qui ne sont ni convaincus , ni rationnellement conduits à « militer » , « prendre en charge », ni même parfois à « contribuer ».

Nous rejetons l’adhésion pour plusieurs raisons:

  • le concept même d’adhésion repose sur une vision d’acteurs libres au sein d’une société ouverte et plurielle. Nous constatons au contraire que la réalité des personnes que nous rejoignons est surdéterminée et contrainte.
  • le concept d’adhésion repose sur la notion d’opinion. Comment mesure-t-on en effet l’adhésion des gens et de publics, sinon en recueillant leur opinion conforme, favorable et acquise aux principes mêmes des engagements?  Or, en pédagogie sociale, on se méfie et/ou on n’ a que faire des opinions. Les opinions appartiennent rarement à ceux qui les professent. Elles ressortent bien davantage de « discours » et d’idéologies ambiantes. Nous nous fions au travail réalisé ensemble, à l’expérience vécue en commun, et non pas à ce qu’on en dit. Nous nous fions à ce que les gens découvrent chemin faisant, n’attendaient pas, ne savaient pas,ne disaient pas … encore.
  • L’adhésion suppose un paiement, une « cotisation », une capacité à donner et non pas à recevoir.  Or, nos public, enfants et adultes ont ceci en commun qu’ils se constituent  en groupes et en collectifs parce qu’ils reçoivent ensemble.

Enfin, et pour finir , nous nous gardons d’une société d’adhésion et d’adhérents, comme on nous en impose une . Une société d’adhésion, c’est une société de spectateurs, appelés régulièrement et au mieux « à participer »,  » à contribuer » , voire même à « se mobiliser », mais toujours de l’extérieur et selon un calendrier et un pilotage qui leur échappe.

Nous ne voulons pas d’une société d’adhérents; à ce concept, nous préférons , en Pédagogie sociale, celui de « Communauté » avec tout ce que cela implique de bouleversement des identités , de création et d’organisation collective.

 

Samedi

Atelier de la Villa Saint Martin

Aujourd’hui, nous avons proposé une petite enfance et des jeux collectifs (volley-ball, béret, épervier et balle aux prisonnier).

20180512_161014

Ensuite, les enfants du CLAS nous ont rejoint pendant la balle aux prisonniers. Puis nous avons pris le goûter.

20180512_15080120180512_152202

Atelier des hôtels sociaux

IMG_7595

Aujourd’hui, nous sommes allés à l’hôtel du Parthénon où nous avons proposé différentes activités telles que l’atelier lecture, atelier dessin, petite enfance.

IMG_7593

Les activités se sont déroulées parfaitement, les enfants étaient au rendez-vous.

IMG_7594

Pour clôturer cette journée nous avons partagé un délicieux goûter.

CLAS

Aujourd’hui, c’était la reprise du CLAS et nous avons eu 8 enfants.

IMG_4423

Nous avons fait des révisions de toutes sortes et l’aide aux devoirs.

IMG_4424

Nous avons fait des cartes de visite personnalisable. Ils ont pu les décorer avec des dessins leurs photos…

IMG_4425

 

Vendredi

Atelier de la rocade

Aujourd’hui, nous avons proposé un « puissance 4 » géant où les enfants se sont affrontés lors de plusieurs parties.

IMG_0457Nous avons fait une atelier maquillage. A côté, des enfants dessinaient des fleurs de printemps.

IMG_0445IMG_0487

Bel-Air

Aujourd’hui, pour l’atelier jardinage à Bel-Air, nous avons commencé par déplacer tous les outils dans le local à côté du jardin.

20180511_16593220180511_173655Une fois tous réunis, nous avons arrosé les plantes, désherbés, commencés à faire une allée de terreau. Les enfants ont bien participé, il y en avait une quinzaine.

20180511_173716

Après-midi sympathique au soleil ! Ensuite, nous avons fait un goûter tous ensemble.

20180511_170454

Cuisine

Aujourd’hui à la carte des vermicelles accompagné d’une sauce oignon et différents légumes tels que des carottes, des haricots verts, des petits pois, du poivron…

Pour le dessert, nous avons proposé un moelleux au chocolat que les enfants ont savoureusement dégusté.

Un repas convivial que nous avons tous partager ensemble comme tous les vendredis.

Champlan

Aujourd’hui, à Champlan nous  avons proposé comme activité la petite enfance.

IMG_7530Celle-ci a attiré beaucoup d’enfants avec la dînette et le circuit de train.

IMG_7510

Nous avons aussi fait des mathématiques et des dessins.

IMG_7526

Parallèlement, nous avons pratiqué la boxe et profité du billard sur place pour partager un moment.  Ensuite, nous avons pris le goûter tous ensemble.

IMG_7537

 

Mercredi

Saint-Eloi

Aujourd’hui, nous avons proposé des jeux collectifs (comme l’objet caché, dauphin/dauphine), de la peinture et la petite enfance. 20180509_152911

La peinture a été très appréciée ainsi que les jeux collectifs.

20180509_145520

Ensuite nous avons parlé tous ensemble de l’intervention d’Intermèdes-Robinson à Saint-Eloi. Puis nous avons pris le goûter.

20180509_160732

Hôtel du Baladin

Aujourd’hui, nous nous sommes rendus pour la première fois à l’hôtel Baladin.

IMG_8195

Nous avons proposé comme d’habitude plusieurs activités comme un atelier maquillage, manucure et henné pour les mamans qui ont adorées se faire chouchouter ; un atelier petite enfance que les plus petits ont découvert et enfin un atelier peinture sur lequel les enfants ont pris plaisir à dessiner.

IMG_8198

Pour clôturer ce bel après-midi, nous avons tous dégusté ensemble un bon goûter.

IMG_8201

 

Bondoufle

Aujourd’hui, nous nous sommes rendus à Bondoufle par une douce chaleur. Nous avons organisé une bataille d’eau, des jeux collectifs, une petite enfance, un atelier peinture et maquillage.

IMG_0413IMG_0419

Nous avons clôturé cette belle journée par un goûter convivial et de belles photos.

IMG_0432

 

Jardin

Aujourd’hui, au jardin de Saulx-les-Chartreux, nous sommes partis chercher les enfants de Champlan pour une après-midi de jardinage dans notre potager.

IMG_20180502_153835

Les enfants contents comme d’habitude de pouvoir nous joindre dans le camion, une fois arrivé sur place ont pris les outils et se sont mis à travailler dans le jardin. Certains arrosaient, d’autres débroussaillées, tandis que les derniers, désherbés les parcelles des mauvaises verdures.

IMG_20180425_153253

Afin de prendre le goûter tous ensemble dans la joie et la bonne humeur assurée par les gamins.

IMG_20180502_153832

Atelier CLAS

Aujourd’hui, dès l’arrivée nous avons fait le goûter. Après cela, nous avons commencé par des activités comme des jeux rythmiques, des pas chassé ainsi qu’un ballet de pas chassé à deux.

IMG_4375

Nous avons poursuivi par de l’aide aux devoirs.

IMG_4382

Pour finir cette matinée CLAS, nous avons pris le déjeuner spécialement préparé pour nous, pour poursuivre sur l’atelier de rue de Saint-Eloi.

IMG_4387

 

 

 

 

 

 

 

 

Survivance contre victimisation

Chacun aujourd’hui est invité à se considérer comme victime potentielle de plus en plus d’adversaires et de fléaux : terroristes, délinquants sexuels ou en tous genres, enfants rois, parents démissionnaires ou tracassiers, pervers narcissiques, « racailles » et prédateurs en tout genre, et même de catégories aussi absurdes que celle des musulmans ou des radicaux. Le Monde sous nos yeux, a tendance à se départager , sur ordre en deux catégories consternantes: les coupables et les victimes.

Dès lors , si l’on ne veut pas être coupable , apprendre à se désigner soi même comme victime potentielle ou avérée, est un ordre.

20180505_144641

Aucune tentative de problématisation, de réflexion qui mettrait par exemple en avant que chacun d’entre nous est sans doute coupable et victime de nombreuses choses, ne tient.   On serait aussitôt accusés de complicité, ou pire, de complaisance coupable. C’est à dire , pire encore que les coupables, puisque ceux qui sont accusés de les « soutenir », de les comprendre, ou de tenter de comprendre quelque chose dans ce qui nous arrive sont vite considérés par ceux qui communient dans l’émotion des victimes, comme « pires que le mal », comme étant pourquoi pas l’origine du mal, eux mêmes, à travers un quelconque complot contre « le Bien » ou « la Civilisation » (occidentale, cela va de soi).

On a  assez dénoncé cette tendance pour le piège qu’elle représente. On perdrait son temps à énumérer des évidences telles que les « coupables désignés » se considèrent le plus souvent eux aussi comme des victimes et commettent souvent ce qu’on leur reproche au nom de réparations ou de représailles dans ce contexte. On perdrait son temps à énoncer des vérités telles que « nul n’est purement victime ou coupable » en soi même et par soi même. Mais que nous ne pouvons être, ne serait ce que parce que nous ne naissons pas ainsi, qu’un mélange des deux.

C’est bien parce que le pire est tout humain, que la pensée du meilleur peut, elle-même, germer. Paulo Freire observait que seul l’humain est capable de monstruosité, là où l’animal en est incapable. Et c’est bien parce qu’il en est ainsi, poursuivait-il, et que rien de monstrueux ne lui était étranger, que l’Humain peut aussi développer en lui même et par lui même la plus haute des humanités. L’un ne va pas sans l’autre.

Ainsi, dans l’histoire de tout sujet il y a toujours une proximité naturelle et normale avec toutes les transgressions. L’enfant lui même,  que l’on considère comme forcément victime ou innocent, en passe normalement par de nombreux stades obscurs, avant de devenir un adulte fréquentable .

Mais le danger de cette injonction à se dire , à se montrer , à revendiquer en tout et pour tous le statut de victime va bien au delà encore.  La victime s’enferme dans une image d’elle même , où sa passivité, où sa revendication de reconnaissance , de réparations, et de pénalisation , la condamne à l’impuissance sociale et politique.

La voici contrainte de revendiquer encore et encore toujours plus d’enfermement, de pénalisation, de répression, de pistage, et de contrôles en tout genre.  Elle est vouée à militer corps et âme, pour en un monde qui se coupe en deux , entre « gentils et méchants » et entre le « Bien et le Mal » selon une ligne de partage qui paraîtrait caricaturale à un enfant de 7 ans!

Plus fondamentalement encore , la victime se condamne elle même à jouer être rejouer sans fin,  sa victimisation.  Ne va-t-elle pas avoir tendance à toujours revivre et reconnaître les mêmes situations, à reconnaître encore et toujours comme ses agresseurs tous ceux qu’elle rencontrera sur son chemin?

La même situation semble se réitérer pour elle et, partout, elle croit voir la répétition de son drame, chez elle, chez les siens, chez les autres.

Ce que nous amène la fréquentation des enfants les plus précaires, ceux qui ont plus connu les privations, les discriminations, les dénis de droits en tout genre, c’est un autre regard  à porter sur eux mêmes. ce ne sont pas des victimes, ou plutôt en un sens « pas seulement » (pas de « pures ») victimes, ce sont des SURVIVANTS. C’est à dire « des plus forts que des victimes ». ils apprennent à se regarder eux-mêmes, avec hauteur , avec reconnaissance . Ils ont été capables d’aller au delà, de traverser , de ne pas reproduire, de transformer les choses et la réalité. Ils ont fait preuve d’innovation et de créativité.  C’est cette force qu’ils se reconnaissent à eux mêmes, qui les tient et qui les soutient et qui leur permet de faire et de vivre de l’inédit.

Nous pourrions ainsi caractériser la survivance, en tant que processus,  comme distincte et alternative à la « victimisation », en mettant en avant par exemple les compétences sociales particulières des survivants, qui s’ouvrent plutôt que se replier sur eux mêmes, qui osent la confiance , au lieu de sombrer dans le soupçon; le survivant ne cherche pas à se représenter comme un individu seul face à une société à laquelle il réclame justice et protection. Il se voit, il se vit  plutôt lui même, comme pouvant être à l’initiative de groupes, de collectifs et de communautés possibles qui mettent en oeuvre des relations sociales protectrices. Il ne s’enferme pas, ni ne s’attache à une image misérable de lui même, mais prend en compte ce qu’il a acquis comme compétences et pouvoirs originaux de vie et de survie.

Naturellement, le survivant cherche à comprendre les processus de production des atteintes dont il a été victime;  naturellement, il s’attache à comprendre les racines des maux contre lesquels il s’attaque. Naturellement il s’inclue lui même dans l’équation , dans l’énoncé et dans les solution des problèmes. Il ne se représente pas comme coupé du Monde , des autres et du temps.

En Pédagogie sociale, nous favorisons chez les enfants et entre les enfants l’apprentissage du « survivre » et du « revivre », à partir des éléments positifs de leur histoire, des rencontres fondatrices qu’ils ont su réaliser au pire moment de leur trauma.

Il ne suffit pas, il ne s’agit pas de dénoncer la réalité, il s’agit d’en retrouver la diversité et la complexité. Il s’agit de s’y immerger, d’y prendre racine, d’y prendre puissance et pouvoir d’agir. A partir de là et dès lors, on entreprend et on met en oeuvre des transformations et des luttes nécessaires. Nous incitons les enfants qui ont vécu des choses terribles, à se reconnaître eux mêmes comme des « survivants », c’est à dire des sujets capables de lutter, mais aussi de créer , de réclamer , mais aussi de donner.

Par la reconnaissance que nous leur apportons, nous les incitons à prendre conscience de leur vie, et à se considérer eux mêmes comme riches de complexité, et de potentialités d’être.

 

Samedi

Atelier de la Villa Saint Martin

Aujourd’hui, nous sommes allés à la villa saint martin, nous avons proposé plusieurs activités comme une grande petite enfance avec des jeux de dinette, kappla et voiture.

20180505_160838

Puis, nous avons fait un jeu de glissade très apprécié par les enfants.

20180505_144641

En parallèle, nous avons mis en place un parcours d’obstacle, les enfants devaient traverser un chemin avec des obstacles et de l’eau dans la bouche.

20180505_151314(0)

Et on a fini par un grand jeu collectif le béret. Il y avait une ambiance très festive avec de la musique en fond sonore et on a fini par le goûter.

20180505_144255

Atelier des hôtels sociaux

Aujourd’hui, à l’hôtel Parthénon nous avons proposé une activité petite enfance, un atelier lecture.

20180505_154633IMG_8115

A l’hôtel F1, nous avons proposé une activité peinture, une activité petite enfance et des jeux collectifs. C’était une super journée de partage dans la joie et la bonne humeur.

IMG_8118

 

 

Jardin de Saulx les chartreux

Aujourd’hui, au jardin on a fait du désherbage, on a arrosé les plantes.

IMG-20180505-WA0000

Ensuite, on a fait un grand barbecue avec les mamans et les enfants présent.

IMG-20180505-WA0004

Les enfants ont profité du beau temps pour faire de la balançoire. Le beau temps et la bonne humeur était au rendez-vous.

IMG-20180505-WA0003

 

Vendredi

Atelier de la rocade

Aujourd’hui, à l’atelier Rocade, nous avons proposé de la petite enfance, de la peinture, du maquillage, des jeux du cirques et des jeux collectifs.

IMG_20180504_171608

Les beaux jours, nous permettent de retrouver beaucoup de famille qui n’étaient pas venue depuis longtemps.

IMG_20180504_172512

Nos ateliers se sont bien passés, avec un beau soleil et de la bonne humeur. Pour finir, nous avons pris un goûter dans le calme avant de nous séparer.

IMG_20180504_175041_1

Bel-Air

Aujourd’hui, avec Mariama, Gabriel et Cassandra nous avons eu une dizaine d’enfants.

Nous avons mis en place une petite enfance, un atelier mosaïque et un atelier jardinage avec les enfants.

Et on a fini cet après-midi avec un goûter tous ensemble.

 

Cuisine

20180504_111305

Aujourd’hui, à la cuisine nous avons préparé avec les mamans du poulet pané des haricots verts avec des oignions, tomates, ails et poivrons. Pendant ce temps, on a proposé des jeux aux enfants et de la lecture. Tous le monde a pris le repas dans la joie et la convivialité.

20180504_111300

Champlan

Aujourd’hui,  à Champlan, nous avons eu une journée paisible et ensoleillée.

IMG_1385

Nous avons organisé un atelier peinture, boxe et un atelier musical.

9cae3ddf-556b-438d-a808-2db8f8d14d7f

Nous avons conclu avec un goûter festif sous la bonne humeur et la musique.

48b4cd30-9782-4088-a0cb-eff66ff96139

 

Jeudi

Massy

Aujourd’hui, à Massy, on a proposé un jeu collectif, le foot, de la pâte à sel, une petite enfance qui a attiré du monde comme la peinture.

20180503_162308

Et des jeux de sociétés comme le uno, doodle.  Ensuite on a fait les valeurs de la république avec comme question « à quoi sert une famille ? »  Les enfants étaient très intéressés et participatifs.

20180503_164837

Puis on a pris le goûter.

20180503_172653

 

Skate-Park

Aujourd’hui, par une journée ensoleillée, l’association Intermèdes Robinson s’est rendu au Skate Park pour animer cette chaleureuse après-midi.

20180503_164139

Nous avons proposé une activité ‘ Dazibao ‘, une petite enfance, des jeux collectifs, ainsi qu’un atelier peinture et fresque.

20180503_164938

Nous avons conclu cette journée par un grand goûter qui a plus aux plus petits comme aux plus grands.

20180503_164718

 

CLAS

Aujourd’hui nous avons eu une dizaine d’enfants, nous avons commencé l’atelier par un goûter. Nous avons séparé le groupe en trois parties, l’aide aux devoirs, atelier musical et un atelier écriture.

IMG_20180503_164739

IMG_20180503_174240

 

L’atelier musical consistait à faire chanter et jouer au piano certains enfants. L’atelier écriture tournait autour du pendu, et du morpion.

IMG_20180503_165749

 

Mercredi

Saint-Eloi

Aujourd’hui, nous avons mis en place un atelier peinture, un atelier jeux de société avec un espace petite enfance.

IMG_E4253

Un grand atelier jeux collectifs où nous avons joué un poule renard vipère et une balle aux prisonniers. Nous avons fini par faire un grand goûter tous ensemble.

 

IMG_4245IMG_E4256

 

Bondoufle

Aujourd’hui nous sommes allés sur le camps de Bondoufle.

20180502_145605

Nous avons proposé diverses activités aux enfants tel que :

20180502_155433

  • Un tapis petite enfance où les enfants ont pu profiter de livres, kapla, dinette, poupées, voitures…
  • Un atelier peinture dans lequel les enfants ont pu faire parler leur imagination et faire de beaux dessins.
  • Un foot a été proposé aux plus grands.

Nous avons fini la journée par des jeux collectifs tel que tic tac boum, 1 2 3 soleil…

20180502_160854

Nous avons clôturé la journée par un goûter tous ensemble, sirop et brioche au chocolat.

20180502_150134

CLAS

IMG_4236

Pour commencer nous avons pris une collation, puis nous avons fait des jeux rythmiques et un balai de pas chassé. Nous avons fait un questionnaire pour l’enquête sociale de Chilly-Mazarin et l’aide aux devoirs suivi de révisions de toute sorte. On a fini par manger des spaghettis à la bolognaise avec du fromage râpé.

IMG_4215IMG_4243

Baladin

IMG_0314

Aujourd’hui nous sommes allés à l’hôtel Baladin, nous avons cherché les enfants dans l’hôtel, nous avons proposé une activité lecture aux enfants, ensuite après un temps d’échange nous avons joué à différents jeux collectifs avec les enfants.

IMG_0336

Ensuite nous avons fini par un moment convivial avec les mamans et les enfants autour d’un goûter

IMG_0323IMG_0327

 

 

 

Organiser l’enthouiasme

La notion d’organisation en Pédagogie sociale

A l’officier russe qui lui reprochait l’apparente inorganisation de l’armée populaire des volontaires et brigadistes luttant contre les fascistes, Durruti répondait :

« Nous sommes organisés, mais nous n’organisons pas l’obéissance , nous organisons l’enthousiasme ».

C’est aussi la plus belle définition de la place essentielle que prend la notion d’organisation en Pédagogie sociale.  Cette place est essentielle: l Pédagogie sociale est une école de l’organisation. Nous savons que les deux caractéristiques essentielles  qui caractérisent ce courant, depuis Freinet , c’est l’expression libre (dans tous les langages) dont nous proposons la pratique immédiate et inconditionnelle dans tous nos ateliers… et l’exercice de l’organisation , à travers nos assemblées, nos outils , notre discipline.

Mais que veut dire « organiser en pédagogie sociale »? Il n’ s’agit ni d’une organisation administrative ou militaire , et encore moins d’une organisation de type « marchande » ou « manageriale ».

  Notre organisation est d’un genre différent:

  • Elle part du bas!  Notre organisation repose sur des réalités, des nécessités. Elle répond à notre volonté d’agir et elle permet de réaliser des objectifs que nous partageons avec tous ceux que nous rejoignons ou qui se joignent à nous. Evidemment , dans un second temps , notre organisation  s’élève, comme elle élève ceux qui la rejoignent. Nous nous adressons aux collectivités, aux institutions. Nous répondons depuis les  places que nous occupons. Nous répondons à des projets et rendons compte de ce que nous faisons et de ses effets .
  • Notre organisation a un cap; elle répond à une voie que nous voulons suivre . Elle va toujours dans la même direction: prendre plus de liberté, prendre plus de pouvoir, accueillir plus de monde. Conserver et développer ce que nous avons construit ensemble. Garantir les sécurités essentielles du groupe.  garantir nos principes fondamentaux comme l’inconditionnalité de notre accueil.
  • Notre organisation concerne les gens qui sont là; en ne les sélectionnant pas d’entrée de jeu; en s’efforçant de ne jamais exclure ou oublier personne. En acceptant tous les âges, toutes les aptitudes, cultures, origines pratiques . Notre organisation n’est pas une organisation de convaincus, pas une organisation d’entre soi, de gens qui adhèreraient préalablement à tous nos projets , à ce que nous disons. Nous ne regroupons pas ceux qui nous ressemblent. C’est au contraire une organisation de l’hétérogène, du divers, du composite, qu’il s’agit de créer et de vivre.
  • Notre organisation est une organisation du « faire avec ». Elle s’accommode de nos environnements dégradés, de nos moyens minimaux et insuffisants. Notre organisation « fait avec » le manque de soutien; elle « fait avec » le déficit de reconnaissance; elle « fait avec » les aléas , les mauvaises nouvelles; elle « fait avec » la précarité de ses membres comme celle de ses propres ressources.  Elle fait avec ce qui arrive et ceux qui arrivent, avec la violence de l’ordre des choses.

La plupart des organisations sociales, politiques, économiques ou culturelles ont des limites très claires ou très nettes. Elles sont binaires : elles fonctionnent ou pas; elles ont les moyens ou pas. Elles disparaissent et s’effacent comme elles se construisent subitement: de l’extérieur et de nulle part. La nôtre s’adapte, se repense, et se métamorphose.

Une organisation du souci.

Les organisations courantes, sont pilotées et sont dirigées depuis le haut. En pédagogie sociale, nos organisations ne fonctionnent absolument pas ainsi. Elles ne se dirigent pas depuis des objectifs, des conseils d’administration ou des équipes d’encadrement.  En Pédagogie sociale, la direction, ce n’est pas une personne, c’est là où nous allons. Et la pratique de diriger s’appuie sur des actions quotidiennes et élémentaires d’une toute autre nature et non protocolaires. En Pédagogie sociale, la direction n’est pas une distinction, pas un grade , mais une responsabilité.

Et cette responsabilité de diriger a plusieurs particularités:

  1. La proximité

Celui qui a la responsabilité de diriger se met en première ligne. Son bureau n’est pas dans les étages; il n’est pas au fond du couloir, gardé par de multiples secrétaires et une lourde porte. Il est dans la cuisine, à l’accueil, juste derrière la porte; au devant du visiteur et du passant.

2. Le contact avec chacun

Celui qui dirige, s’efforce de garder le contact tant avec l’équipe des bénévoles, volontaires, permanents qu’avec le public; il garde le contact avec tous les âges. Il parle autant aux enfants qu’aux adultes, aux professionnels partenaires , qu’à la dame qui passe.

Il n’y pas de hiérarchie des contacts et des relations.  Ce qui lui permet justement de diriger c’est cela, à, cette relation particulière qu’il a  avec chacun, au delà de tout statut, à égalité d’écoute.

3. L’effort pour faire avec tout le monde.

Dans toute organisation, on fabrique et on pratique l’exclusion. Or, dès que l’on commence sur cette voie, on ne s’arrête plus jusqu’à avoir dénaturé toutes les valeurs qui nous avaient poussé à agir.

Il faut un effort constant, une contre-violence, presque , pour empêcher le groupe, l’équipe, la structure de reproduire le modèle social ambiant.  Et oui, tout serait toujours plus simple sans Un tel ou Telle-autre. Et oui les belles idées de quelques uns des nôtres, nous amènent du tracas , du travail et des soucis, jusqu’à ce qu’on ait envie que ça s’arrête: qu’il n’y ait plus d’idée, plus de neuf, plus de changements, plus rien .

Face à cette violence du modèle sociale, mais aussi face à toutes les violences qu’ont à  subir les structures à contre -courant, il nous faut faut une discipline pour ne pas les redoubler en interne; pour ne pas avoir double guerre: à l’intérieur et à l’extérieur.  En pédagogie sociale , la direction a à construire la Paix à l’intérieur, la sécurité pour pouvoir mener les conflits nécessaires, à l’extérieur.

4. Le souci de tout .

Diriger en Pédagogie sociale, c’est savoir que le moindre détail compte; c’est  prendre la mesure de l’importance du matériel en bon état.

Le dirigeant en Pédagogie sociale c’est le seul qui ne peut jamais dire « Ce n’est pas mon problème ». C’est celui qui sait que les jeux doivent être complets et bien rangés, que les tentes et les tapis doivent être propres, comme nos locaux. Il faut entendre la moindre remontrance, la moindre critique, le moindre détail, avant que tout cela n’enfle et produise du découragement. C’est savoir l’importance . Il faut montrer à chacun qu’il est entendu et prouver qu’il y a des suites à ce que nous avons dit ensemble.  Diriger en Pédagogie sociale, c’est entendre bien plus de critiques que de compliments, c’est accepter de ne pas avoir le dernier mot; c’est savoir encaisser, amortir, rebondir.

A ce prix là, nous organiserons l’enthousiasme plutôt que de l’obéissance; à ce prix là nous ferons naître des vocations. Nous répandrons des exigences sociales et éducatives salutaires. A ce prix là, nous redonnerons un peu de confiance dans la capacité des Hommes à s’organiser vivre et travailler ensemble.

Car l’enthousiasme naît du souci.

De jeudi 26 au dimanche 29: Tournée de printemps des « Aven savore! »

Les enfants et nous même l’attendions avec impatience; mais la voilà, la tournée de Printemps des Aven Savore. Une tournée dans l’Ouest, à Angers, où nos amis de l’association YEPCE ont tout organisé et pensé à tout.

Une tournée sur 4 jours dans un cadre magnifique (le gîte de groupe Ethic Etape, situé dans un grand parc, au bord du lac de Maine) , avec 3 concerts, une conférence, des ateliers danse…

      Spectacle en plein air dans le quartier « Grands pigeons »

Bref, du boulot, du plaisir, du boulot, du plaiir pour une belle troupe de 12 enfants et jeunes.

Répétition au Centre Social, avant la représentation

Et ils ont fait grande impression ! A la fois car ils se sont fondus au public des 3 centres sociaux et maisons de quartier qui nous accueillaient ; et à la fois, avec leurs chants et danse GRANDIOSES

 

  Vie quotidienne au Gîte 

Dans la troupe, il y avait cette fois ci: Simon, Caroline, Juliette, Yaelle, Kledjona, Sanguea, Faty, Mariam, Lorena , Selena, Alexandru, Hafsatou , Bianca,

Les accompagnaient: Armando, Hélène, Laurent, Dusko, Abdel, et un grand merci à no super accompagnatrices: Marion,Caroline et Nathalie.

Séance photos (la presse locale a parlé de nous)

   Nous avons mobilisé 3 camions et tellement de préparation , de programmation , avec 3 centres sociaux – Maisons de quartier: Marcelle Menet, les 3 Mâts et Marcel Carné

   Animation d’ateliers avec les habitants des quartiers concernés

De nombreux contacts ont té établis. Nul doute qu’il y aura des suites et des inspirations réciproques

Puis vint le dernier soir. Au centre culturel, du Quart Ney, dans un environnement magnifique, et avec un accompagnement musical de talent et enrichi: un ultime concert de joir, de plaisir et de rencontre.

Pour finir, les enfants ont fait « une boume entre eux », histoire de danser autrement, de se libérer et de finir avec énergie , cette tournée « de toutes les couleurs »!

Samedi

Atelier de la Villa Saint Martin

Aujourd’hui, nous avons eu une bonne vingtaine d’enfants, nous avons mis en place un espace petite enfance et jeux de société, des gros jeux collectifs où nous avons joué au football et au berret.

IMG_4159IMG_4177

On a fini par prendre un goûter tous ensemble dans une bonne ambiance.

IMG_4187

Atelier des hôtels sociaux

Aujourd’hui, avec la permanente Mariama, Lucie, Coline, Annick et Sophie nous sommes d’abord allées installer les activités au F1 puis nous sommes allées chercher les enfants au Parthenon.

20180428_16003120180428_160148

Il y a eu plusieurs activités : petite enfance, atelier peinture, jeux collectifs (foot et balle aux prisonniers) et jeux de société (uno et mikado).

20180428_160049

Ensuite, nous avons pris le goûter tous ensemble. Au programme tartines de confiture et sirop

20180428_163125

Jardin

Aujourd’hui, nous sommes allés au jardin pour faire un barbecue. WP_20180428_12_52_09_Pro

Nous étions une petite dizaine afin de partager ce repas dans la bonne humeur. Nous avons cuisiné du poulet et une salade préparée par Laura. WP_20180428_13_10_36_Pro

Les enfants ont beaucoup apprécié et nous ont même aidé à jardiner. Nous avons retourné la terre, retirer les mauvaises herbes et arrosé les plantations. Les enfants ont profité pour faire de la balançoire pour couronner cette journée conviviale.

WP_20180428_14_39_37_ProWP_20180428_13_33_59_Pro

Vendredi

Atelier de la rocade

Aujourd’hui, nous sommes allés à la Rocade. Il y a eu plusieurs activités : petite enfance (Coline), atelier peinture (Marie-Elisabeth) et jeux collectif (Marvin et Thomas).

IMG_7212IMG_7213

Nous avons terminé par un goûter tous ensemble, sirop, BN et pains à la confiture au programme.

IMG_7211

Bel-Air

Aujourd’hui, au jardin nous avons fait plusieurs activités.

20180427_152034

Pauline et Diahoumba ont fait un atelier cuisine. Au programme, des pancakes au navet, auparavant cueillit dans le jardin de bel air avec les enfants

20180427_152204

Nicolae et Gabriel ont fait du jardinage. Pendant ce temps, les enfants ont arrosé le jardin et les mamans on cueillit du persil et de la menthe.

20180427_152742

Farhana a fait un atelier petite enfance et jeux de société. Les garçons ont fait des courses de voiture.

20180427_155200

Soirée conviviale

Nous avons passé une agréable soirée à la salle Bretten, nous y avons proposé des ateliers tels que manucure pour les mamans et les jeunes filles plus particulièrement, des soins pour les mains, il y avait également un atelier maquillage, et un atelier photo.

IMG_3559IMG_3567

Tout cela dans une ambiance conviviale, avec de la musique où on a pu danser, chanter et faire des battles de danse.

IMG_3644

Nous avons mangé une bonne chorba préparée par l’équipe et les mamans. Nous avons pu apprécier tous ensemble les photos de Thomas Bérard.

IMG_3637

Jeudi

Massy

Aujourd’hui à Massy, nous avons proposé différents ateliers.

20180426_154720

Au rendez-vous, un atelier peinture qui a très bien marché et les enfants ont pu ramener leurs dessins chez eux, un atelier perles où certain d’entre eux ont confectionné des bracelets ou colliers pour leurs parents, un atelier foot et rugby très dynamique, un atelier pâte à sel et pour finir une petite enfance comme d’habitude.

20180426_161158

20180426_154704

Pour clôturer cette joyeuse après-midi, nous avons posé deux questions aux enfants pour les valeurs Républicaines que nous avons mis en place pour chaque Jeudi à Massy et enfin nous avons pris le goûter tous ensemble.20180426_162433

Skate-Park

IMG_4080

Aujourd’hui, au Skate Park de Longjumeau, nous avons eu une vingtaine d’enfants et nous avons mis en place un atelier perles où les enfants ont fait des colliers et des bracelets ; un atelier jeux collectifs où les enfants ont joué au football mais aussi un espace petit enfance et jeux de sociétés.

IMG_4099

IMG_4109

Nous avons fini par prendre un goûter.

IMG_4103

Mercredi

Saint-Eloi

Aujourd’hui, à St Eloi nous avons proposé un atelier petite enfance, jeux de société, jeux musicaux, peinture et jeux collectifs.

IMG_20180425_154224

Les ateliers de la petite enfance et des jeux de société ont eu un grand succès. Les jeux musicaux et la peinture ont aussi intéressé les enfants tout au long de l’après-midi.

IMG_20180425_150249

Les jeux collectifs ont énormément plus aux enfants qui ont pu se dépenser.

IMG_20180425_151933

Pour finir, nous avons fait le conseil du quartier, puis le goûter tous ensemble au soleil.

IMG_20180425_154942

IMG_20180425_155409

Bondoufle

Aujourd’hui, nous sommes allés à Bondoufle.

20180425_153138

Il y a eu plusieurs activités de faites : petite enfance , atelier peinture, jeux collectifs et cuisine.

20180425_161516

Malgré le ciel un peu nuageux, il y avait beaucoup d’enfants de tout âge ; ils ont participé avec joie et bonne humeur aux diverses activités proposées.

20180425_153156

De plus, nous avons proposé un jeu, tous ensemble, où nous avons remarqué une bonne cohésion de groupe. Pour finir, nous avons dégusté des délicieux beignets préparés par Laura, Marine et certaines mamans.

20180425_161839

Le « Care  » en Pédagogie sociale

Les éducateurs, les animateurs, connaissent bien cette situation où les enfants qui ont joué avec du matériel et petits jeux , ont fini par tout mettre au sol. Dorénavant, chacun piétine des petites pièces qui n’ont plus ni sens , ni valeur. Il ne restera bientôt plus qu’à les prendre pour les jeter, ou les briser.  Désormais, l’ennui règne et les enfants désoeuvrés n’ont bientôt plus rien d’autre à faire qu’à jeter, briser, voire se jeter à la figure, ce qui n’ a plus de valeur.

L’animateur, l’éducateur sait alors comment le simple fait de relever ce qui était par terre, de rassembler ce qui était épars, redonne de la valeur à ce qui n’en avait plus. Dès ce moment là, ce qui ne faisait plus envie redevient désirable et le jeu reprend.

C’est ainsi que la notion de Care » est au coeur de la Pédagogie sociale et consiste fondamentalement à redonner de la valeur à ce qui avait été négligé, piétiné et ignoré. la Pédagogie sociale se déploie dans les espaces en friche et déconsidérés; elle se porte au devant des enfants, des familles, et des publics ignorés, invisibilisés et parfois même diabolisés . Elle consiste à donner une place à ceux et ce qui n’en ont peut être jamais eue.

Nourrir, soigner, donner

Dans un premier temps, le Care en Pédagogie sociale consiste en des actions essentielles: soigner, nourrir, donner….  Ce sont des actions du corps, ce sont des actions qui engagent personnellement ceux qui donnent , comme ceux qui reçoivent. Ce sont des actions qui lient et qui créent des dépendances positives. ce sont des actions qui durent. Ce sont des actions essentielles.

 

D’abord , en Pédagogie sociale, il y a  la convivialité; puis vient le fait de nourrir, les individus, comme les groupes. Les ventres, comme les coeurs et les esprits.

Puis vient le soin, l’action de réparer la peine et la douleur. la prise en compte de ce qui blesse et fait mal.  C’est aussi une action d’engagement. Une main visible va guérir ce qu’une autre , invisible, a blessé . La main répare , soigne, et relie encore. Elle humanise.

Puis vient le don; la main qui a nourri, celle qui a soigné, donne. A ce moment là , elle donne de la liberté, du pouvoir autant que soin;  elle inscrit celui qui reçoit dans un réseau de dettes et de liens, qui l’humanise. Le don instaure une communauté de confiance.

Restaurer, narcissiser

En Pédagogie sociale, nous pratiquons la restauration narcissique , chère à S. Tomkiewicz. Nous réconcilions , le jeune blessé, avec son image.  Nous donnons de la valeur, par notre regard, notre attitude, par nos soins au corps, à la vie, à l’histoire de la personne que nous rejoignons ou qui nous rejoint. Nous favorisons l’auto-estime, en donnant de l’estime. Nous instaurons le respect de soi même , en donnant du respect. Nous rendons possible l’amour de soi, en donnant de l’amour.

Cette restauration narcissique est très basique, est très quotidienne. Quel que soit le statut de nos pédagogues sociaux (permanent, volontaire, bénévole, stagiaire), elle est également très « professionnelle » dans le sens où elle est réfléchie, conçue et mise en oeuvre en fonction d’une pratique à l’épreuve du réel.

Relever, élever

DSC_3033-Modifier

La Pédagogie sociale est une pédagogie qui élève; elle l’est d’abord littéralement; car c’est une pédagogie qui valorise tout ensemble celui qui la déploie et celui qui en bénéficie. Mais c’est aussi une pédagogie qui consiste à redonner de la valeur là où on prétendait qu’il n’y en avait aucune: au territoire relégué, à la famille rejetée des institutions, à l’enfant invisible. Le soin que l’on porte aux choses et aux gens, leur donne tout à coup de l’importance. On regarde avec plus de bienveillance ce que l’on vous présente comme valable, que ce que l’on piétine.

Nous rehaussons, nous éclairons, nous magnifions, nous recentrons.  ce sont nos actions les plus simples, mais aussi les plus difficiles à comprendre ou à saisir pour ceux qui se sont lentement laissé dériver par des idéologies inverses , qui stigmatisent, discriminent et qui prétendent séparer sans arrêt les « bons » des « mauvais », les « vrais » des « faux, les « méritants » , des « assistés ».

En commençant par ce qui était le plus bas, en priorisant ce qui était le plus éloigné, en pensant en premier à ce qui était le plus vite oublié, nous ne faisons aucune charité , ni travail social de luxe. Au contraire, nous remettons le social, au centre de la société, nous redonnons du sens au « vivre ensemble », nous créons de la confiance là où gagnait la peur. Nous remettons de la vie dans ce qui se meurt.

 

On comprendra dès lors , que « notre » Care est collectif autant que personnel. Il s’attache à la fois à ce qu’il y a de plus profond et de plus intime dans l’histoire des gens, tout en portant égale attention aux groupes et collectifs que nous formons.

Car, in fine, ce qui fonctionnera ce sera d’avoir su produire et animer une communauté « de soins », d’attention et de care, dans laquelle , nos pratiques feront partie d’une culture générale et partagée, d’abord parce qu’on en aura bénéficié pour soi même, à un moment ou à un autre.

Dimanche

Dimanche 7h, les enfants et leurs familles affluent devant le local de la MJC CS Intermèdes Robinson,
tout sourire, une valise à la main, prêts à être co voiturés au car qui va les emporter dans le Nord-Est, pour 6 jours.
Ce printemps, c’est 4 de nos petits adhérents qui quittent pour la 1ère fois leurs parents pour vivre l’expérience de la colonie de vacances.
La ferme de Pexonne en Lorraine, les accueille grâce au partenariat solide que nous renouvelons avec nos amis de l’AD PEP 91.

Suite, l’année prochaine !

Samedi

Atelier de la Villa Saint Martin

Aujourd’hui, nous avons eu une journée très ensoleillée, pour l’occassion nous avons fait une grande bataille d’eau avec des ballons et des bidons. Les enfants étaient tout mouillés et se sont ensuite allongés au soleil.20180421_151328

A côté, il avait d’autres activités, comme une grande fresque géante où les enfants ont dessiné des belles fleurs du printemps.

20180421_155230

Et nous avons mis en place une petite enfance à l’ombre où les enfants comme les mamans ont joué.

Enfin, nous avons fini la journée autour d’un goûter avec plein de gâteau.

20180421_152310

Atelier des hôtels sociaux

Aujourd’hui nous avons eu une vingtaine d’enfants et nous avons monté un espace petite enfance, un atelier musical ou  les enfants ont pu danser et faire le « shaina challenge » une chorégraphie et un atelier écriture.

JKHM7068TVKK7512

A l’hôtel du Parthénon a eu lieu un atelier musical avec des instruments de musiques et des chansons accompagné de Dusko à la guitare dans l’espace petite enfance.

EHCX4241

Ensuite, nous nous sommes réunis pour faire une grande bataille d’eau et nous avons fini par prendre un bon goûter tous ensemble avec les enfants de l’hôtel du Parthénon.

EISR8720

 

Vendredi

Les vacances familles

C’est des vacances chaudement ensoleillées qu’ont pu savourer les 57 participants.

1524058999662

Le séjour a été rythmé par les repas préparés collectivement dans lesquels les enfants ont eu aussi mis la main à la pâte avec la confection des desserts, gâteaux, glaces, bananes aux chocolat cuites au feu de bois…

.

30742602_1525968370847630_2706551784209383424_o30743247_1525990950845372_7100837505984888832_o

 

Aven Savore nous a également fait profiter d’une soirée mémorable dans la joie et la chanson.  Un grand jeu ‘ adultes / enfants préparé par nos 5 amies étudiantes à Bobigny en licence pro d’intervention sociale ainsi que des baignades et tours de barque dans l’Essonne ont contribué au succès de cette expérience en grand nombre.

31100331_1525991867511947_6481249170291163136_o

Atelier de la rocade

C’est sous un soleil de plomb que les activités se sont déroulés, et on remportait un franc succès. La petite enfance à bien fonctionné sous les rares coins d’ombre.

IMG_7212

Le maquillage et les crêpes ont vraiment été appréciés, malgré la chaleur. Le goûter s’est bien passé.

IMG_7213IMG_7211

Bel-Air

Aujourd’hui avec le permanent Nicolae, Marie-Elizabeth, Coline et Farhana nous avons été à Bel Air.

IMG_7214

Parralèllement aux jeux de société et aux activités manuelles, il y a eu la petite enfance et le jardin.

IMG_7215

Ensuite, nous avons fait un jeu collectif à l’ombre car il faisait très chaud. Puis nous avons pris le goûter.

IMG_7216

Cuisine

Aujourd’hui, avec quelques mamans nous avons préparé du colombo, qui est plat traditionnel des Antilles que beaucoup ne connaissaient pas.

IMG_3983

Cela a donc permis de découvrir un plat d’une culture différente, une salade de pommes de terre, du poulet au four et des beignets à la noix de coco. Nous avons partagé ce repas avec les parents et enfants qui étaient présents.

IMG_3982

Nous avons pu discuter et apprécier ce moment dans une ambiance convivial.

IMG_3988

Champlan

Aujourd’hui, à Champlan nous avons proposé différents ateliers pour les enfants sous un beau soleil.

DSC_3062-Modifier

IMG_E7200

Tels que : un atelier maquillage, un atelier peinture où les enfants ont pu s’exprimer, un atelier boxe qui a très bien marché et pour finir un atelier petite enfance.

IMG_E7205IMG_E7201

Ce fût une joyeuse et dynamique après-midi que nous avons clôturé avec un délicieux goûter.

IMG_E7208

Jeudi

Massy

Aujourd’hui, la bonne humeur et le soleil étaient au rendez-vous, nous nous sommes rendus dans les quartiers de Massy, plusieurs ateliers ont été mis en place.

IMG_7092

IMG_7119

Un atelier crêpe, un atelier danse et chorégraphie, un atelier grand jeux ainsi qu’un atelier musique et petite-enfance ont embellie cette journée.

IMG_7084

Pour finir, nous avons fait une assemblée des présents, durant laquelle nous avons demandé aux enfants de s’exprimer sur ce qu’on apprenait à l’école et sur ce qu’on apprenait à Intermèdes. Les enfants ont adorés donner leurs avis.

IMG_7156

Skate-Park

Aujourd’hui, au skate park nous avons mis en place un atelier maquillage pour enfants qui a beaucoup plu.

IMG_3950A coté, nous avons créé un espace petite enfance où même les plus grands ont pu y participer. Plus loin, nous avons installé un atelier peinture qui a bien fonctionné.

IMG_3955

IMG_3960

Puis, un atelier jeux collectifs où nous avons fait un tournoi de football, une partie de balle aux prisonniers et une partie de baskets. Les enfants étaient ravis ! Nous avons finit ce bel après-midi par un grand goûter avec les enfants et leurs parents.

IMG_3944

 

Jardin

Aujourd’hui on a planté les patates. Les plantes sous serre poussent bien. Ensuite, on a fait de la balançoire avec les jeunes de Champlan.  Eric nous a beaucoup aidé à retourner la terre.

BKWX4036EBTQ4398KFGN8237LMQP6076

Mercredi

Saint-Eloi

Aujourd’hui, nous avons proposé un atelier petit enfance durant lequel nous avons lu des histoires, joué à la dinette et aux voitures.

IMG_6667

Puis nous avons proposé un atelier jeux de société, ou nous avons fait un pictionary et un times up.

IMG_6648

Cela a beaucoup plus aux enfants. Ensuite il y avait des jeux collectifs (foot et béret) et un atelier musique avec des instruments. Enfin, nous avons fait le conseil de quartier et prit le goûter.

IMG_6669IMG_6653

Cours de sociolinguistique

IMG_3404

Aujourd’hui, nous avons fait un cours de français particulier. Nous avons mis les chaises et les tables dehors ainsi que la petite enfance, nous étions autour de boissons chips et gâteaux et nous avons fait un « mardi tout est permis » avec les mamans et les papas.

IMG_3399

Nous avons rigolé, fait des imitations, et nous nous sommes amusés tous ensemble tout en apprenant.

IMG_3401

 

La société des oiseaux tombés

Qui, enfant, ne s’est pas pris au moins une fois de passion pour un oisillon tombé d’un nid?

Combien de générations d’enfants n’ont pas tenté, le plus souvent en vain, de nourrir et d’héberger , ce petit en mauvaise posture?  Cet événement représente ou a représenté même une expérience « éducative classique », pour  tant d’enfants des villes comme des campagnes. La confrontation à ce que la vie peut réserver d’espoir, de sentiment d’impuissance et de fatalité et de mort.

Mais cette expérience commune , directe ou indirecte contribue aussi à un fond de culture que nous partageons, et particulièrement dans les secteurs de l’éducation, de l’enseignement, et du Social.   Nous sommes pris dans des représentations héritées par l’histoire de nos institutions, l’histoire de nos sociétés , qui s’accroche et qui se nourrit de telles images.

Le travailleur social croit à la rencontre providentielle, comme l’enfant avec l’oiseau tombé du nid. Il fait de cette rencontre un point de départ, un point d’appui, un commencement d’une histoire qu’il se raconte.  Toute notre culture professionnelle et sociale repose sur de tels arrangements. Nous « rencontrons » des enfants plus ou moins difficiles, des situations, des familles, des équipes… qui sont ce qu’elles sont , « par nature ».

La plupart des travailleurs sociaux croient à la rencontre comme on croit, non pas au Hasard, mais à la Providence. Ils croient en un hasard sans finalité , ni détermination.  Et tout ensuite en découlera . Il faudra remédier à ce qui fait défaut.  L’oisillon a-t-il froid? Il faudra le couvrir. A-t-il faim? Il faudra le nourrir. Mais surtout quoi qu’il arrive, pensons- nous, il faudra le replacer , le réintroduire dans son milieu et dans « sa » nature. 

Il y a  là toutes les croyances de nos cultures professionnelles en panne. Ce seraient les individus qui échoueraient, qui dévisseraient, qui perdraient pied.  Il n’y aurait nulle détermination, nulle rationalité à comprendre, nulle source de l’exclusion ou de la marginalité à comprendre. C’est l’exclu qui s’exclue, et le marginal qui se marginalise.

Pas de contexte, pas de raisons.

Ce qui heurte l’enfant, face à l’oiseau tombé du nid, c’est la révélation que la Nature ne serait au final pas « bonne » en elle même et qu’elle ne retient pas ceux qui tombent.  Le travailleur social, l’intervenant éducatif, l’animateur socioculturel veulent eux aussi croire en une bonne société , qui retient ceux qui y vivent et dans laquelle il suffirait de réintroduire ceux, qui sans raison, ni détermination, en seraient exclus et rejetés.

Il ne viendrait à l’idée de personne d’imaginer que c’est la « mère-oiseau », elle même, qui éjecte l’oisillon; que cette société censée protéger et intégrer, produit dans la réalité elle même, inévitablement et inexorablement de plus en plus d’exclus et de précaires.

Il est si difficile de croire que c’est celui qui est censé éduquer, qui produit l’ignorance, que c’est l’institution qui est censée socialiser, qui produit l’exclusion et la marginalité.

Nous sommes pourtant passés à un autre niveau, un niveau supérieur, où nous voyons et découvrons que ce sont justement les institutions qui avaient été fondées pour produire un peu de continuité, un peu de cohésion, qui, aujourd’hui, sécrètent la  fragmentation. Ainsi , vous n’êtes pas plus tôt inscrits à Pôle emploi, que , passée la porte d’entrée, à votre insu, vous voici déjà radié.

N’auriez vous pas oublié de produire un document impossible dont la demande vous a faite, à un moment X,  aux tréfonds d’Internet?

Et il en est de même pour vos droits et vos allocations, de plus en plus conditionnelles, de plus en plus conditionnées, en un mot… de plus en plus improbables.

Et c’est ainsi que c’est le foyer, la maison d’enfants,censée abriter qui met dehors, ou enregistre benoitement les fugues; les mesures de justice à peine prononcées, deviennent des mains levées dès que la situation se complique. Dans les polyvalences de secteurs, on érige des barrières , des barrages, des épreuves à passer .

Des employés vont faire filtre, vont faire « sas »des travailleurs sociaux vont être présents pour expliquer « qu’on ne peut rien pour vous » . Et ce nouveau service , destiné à éloigner, à protéger l’institution et ce qui lui reste de coquille vide nous allons l’appeler triomphalement: « Accueil de proximité ».

Aujourd’hui , les oiseaux , plus que jamais, tombent des nids; mais c’est qu’on a savonné les troncs et les branches!

Et les arbres ne les accueilleront plus. C’est toute une autre société des oiseaux tombés, que nous avons à inventer, à créer. C’est une autre manière de prendre soin, d’éduquer, de vivre , travailler et habiter ensemble que nous avons à produire.

C’est une autre action sociale et éducative, réaliste et sans illusions; une action sociale à la fois inconditionnelle et durable dont nous sommes pionniers.

Celui qui croit à la Providence , croit aussi à la Fatalité. Il est prêt à tout accepter, sans jamais réagir, sans révolte et sans conflits. En Pédagogie sociale ,  nous ne croyons pas à la rencontre providentielle, nous pensons les déterminations, les relégations sociales, politiques, administratives  et économiques .Nous nous savons le terrible poids de la détermination sur les choses et sur les gens. 

En Pédagogie sociale, nous connaissons le Hasard , la complexité des choses, et  la conflictualité. C’est cette complexité , l’ensemble des contradictions et des forces opposées qui s’affrontent, qui composent une réalité flexible, qui nous donnent un peu de liberté et de pouvoir.

Samedi

Atelier de la Villa Saint Martin

Aujourd’hui avec le permanent Dusko, Marvin, Farhana, Marie-Elisabeth, Brendan, Mariama, et Coline nous sommes allés à la villa Saint Martin.

Sans titre

Il y a eu plusieurs activités : atelier peinture (Coline), jeux de société (Marvin), jeux collectifs (Brendan et Marie-Elisabeth) et cuisine (Mariama et Farhana).

Puis, nous avons ensuite pris le goûter avec les enfants et déguster les délicieuses crêpes que Mariama et Marie-Elisabeth ont faites, avec du nutella.

Atelier des hôtels sociaux

Quel bel atelier aujourd’hui aux hôtels ! Nous arrivons à l’hôtel F1 où nous installons l’atelier de cuisine et celui de peinture. A peine a-t-on sortie les pinceaux que les enfants s’amassent devant le matériel. On colle des feuilles sur les murs de l’hôtel et on dessine des silhouettes dessus que l’on découpe en 3 : la tête, le tronc et les jambes.

IMG_20180414_145831

Les enfants remplissent une de ces parties au choix, et même si la consigne comme souvent, est parfois détournée, les enfants se prêtent au jeu, et le résultat est… intéressant ! IMG_20180414_151848

A la cuisine on prépare du pain perdu, avec les enfants, on casse les œufs, on mélange le sucre et la farine, et après avoir trempé le pain à l’intérieur on le met à cuire dans la poêle sur le trépied à gaz.  On installe également un tapis de petite enfance, où l’on joue, raconte des histoires, et l’on dessine par terre avec des craies.

IMG_20180414_151811

Au milieu du parking, on fait un grand béret, qui durera tout l’atelier. Côté Parthénon, on a installé une petite cabane sous la table, cela a fait fureur ! On continue aussi d’installer notre rituel de contes à la fin de l’atelier. Que d’aventure le samedi aux hôtels sociaux !

Vendredi

Atelier de la rocade

Aujourd’hui à la Rocade nous avons proposé un atelier petite enfance, jeux de société, jeux collectifs, cuisine et maquillage.

IMG_20180413_163149

Comme d’habitude, la petite enfance et les jeux de société ont eu un franc succès auprès des enfants, mais aussi des parents.IMG_20180413_164908

Comme jeux collectifs, nous avons proposé des jeux autour du foot, passe, tir, taureau et match.

Pour la cuisine, les enfants ont préparé des crêpes. Ainsi, pour finir nous avons pris le goûter tous ensemble.

IMG_20180413_164835

Bon début de Vacances à la Rocade !

IMG_20180413_174248

Bel-Air

JYBW9111

Nous avons eu une dizaine d’enfants et nous avons préparé un atelier créatif avec des œufs et de la cire que les enfants ont apprécié mais le vent était problématique, un atelier mosaïque que les enfants ont beaucoup aimer et un espace petite enfance.

VTVK3845Nous avons fini par partager un goûter tous ensemble ou nous avons pu discuter et apprécier ce moment convivial.

Cuisine

IMG_7754

Aujourd’hui, nous avons proposé un menu typiquement égyptien pour toutes les personnes de l’association.

IMG_7756

Au menu, il y avait des vermicelles qui ont été cuit à l’huile et que nous avons mélangé avec du riz blanc, accompagné de ceci, une sauce faite à base de tomates concentrées, d’olives et de carottes et nous y avons ajouté du poulet.

Pour le dessert, nous avons mangé de la mangue et des ananas en tranche. Et en plus, nous avons proposé du thé fait à base de feuilles de menthe.

IMG_7759

Ce fut un délicieux repas que nous avons tous dégusté autour d’une belle table. IMG_7761

Champlan

Aujourd’hui,excellente journée sur le camp de Champlan !

IMG_6681

Le soleil et l’amusement étaient au rendez-vous et une équipe motivée par l’enthousiasme des enfants. Un atelier boxe a permis aux plus grands de se défouler.

IMG_6689

Un atelier petite enfance, pour les plus petits, ou des constructions de tours était installé à côté des baraques. Un peu plus loin, nous avions construit une petit coin lecture pour permettre aux enfants de s’évader à travers les contes. Pour l’atelier jeu, nous avions prévu des jeux de société, qui permettaient aux grands comme aux petits de jouer ensemble.

IMG_6725

Et pour finir, le goûter !

Jeudi

Massy

Aujourd’hui à Massy, nous avons proposé différents ateliers. Les enfants ont bien participé.

Sur place, nous avons installé un atelier maquillage, que les enfants affectionnent particulièrement. A côté, nous souhaitions proposer un atelier jeux de société et jeux collectifs, mais le mauvais temps n’a pas permis de jouer. IMG_7742

L’atelier petite enfance, qui se déroulait sous le barnum, a eu du succès.

IMG_7743

Pour conclure cette journée, nous avons partagé un délicieux goûter.

Skate-Park

20180412_165547

Aujourd’hui, avec la permanente Laura, Marie-Elisabeth, Abo, Coline, Farhana et Mariama nous sommes allées au skatepark.

20180412_163309

Malgré la pluie, les enfants étaient présents sur l’atelier petite enfance et sur l’atelier musique. Ensuite, nous nous sommes regroupés pour faire un bêret avant de prendre le goûter.

20180412_163913

Vauhallan

IMG_3331

Le bidonville étant sur le point d’être expulsé, nous avons eu moins d’enfants que d’habitude.

IMG_3332

De ce fait, nous avons pu créer un vrai moment de cohésion. Nous avons proposé des ateliers d’éveil avec la petite enfance, des dessins, des jeux collectifs et des grands jeux

.IMG_3333

Nous avons fini par un goûter chaleureux dans une cabane.

IMG_3338

CLAS

Aujourd’hui, au CLAS, nous avons commencé par un temps convivial autour du goûter, suivi de mini impro théâtral.

IMG_0390

Par la suite, nous avons continué la création de la page du CLAS, en y mettant plus de textes sur ce que nous y faisons, et la présentation des enfants qui n’étaient pas là, la dernière fois.

IMG_0395

Dans un même temps, une aide au devoir était proposée aux enfants, qui le souhaitaient.

IMG_0400

Bonne vacances !

Mercredi

Saint-Eloi

IMG_6648

Nous avons eu une super belle journée à saint Eloi, avec beaucoup de soleil, des enfants avec leurs mamans.

IMG_6667

Yasmina et Marvin ont organisé un grand jeu collectif, avec un béret et un poule renard vipère dans tout saint Eloi.

IMG_6653

Albera et brandon se sont occupés de la petite enfance. Durant ce temps, ils ont joué à la dinette, aux voitures et se sont caché dans les tentes et dans le tunnel. Petit comme grand se sont bien amusé !

Georgy, a proposé des jeux de société avec des dominos, des mikados géants, un uno et un jeu de force avec le tire à la corde.

Puis Coline et Farhana ont fait un atelier créatif ; une grande fresque à la peinture où les jeunes ont dessiné soit au pinceau, soit à l’éponge. Chacun a mis sa touche. Le résultat était vraiment très réussi.

IMG_6669

Nous avons conclu la journée autour d’un goûter avec des gâteaux et du sirop. Les enfants ont pu s’exprimer sur leurs attentes pour la semaine à venir.

Bondoufle

Aujourd’hui, à Bondoufle nous avons proposé un atelier petit enfance, cuisine, peinture et jeux collectif.

IMG_20180411_153552IMG_20180411_154653

Pour la peinture, nous avons commencé par faire de la peinture classique puis nous avons utilisé nos mains, les réalisations étaient ensuite accrochées sur les murs des maisons. A l’atelier cuisine, les cuistos ont préparé des beignets pour le goûter.

IMG_20180411_151626

A la fin, nous nous sommes tous rejoint pour faire les jeux collectifs, avec une balle aux prisonniers, un tictac boum et un béret.

Tout au long de l’atelier, de la musique permettait aux enfants et aux parents de danser.

IMG_20180411_162145_1

Pour finir, nous avons pris un goûter tous ensemble, sous le soleil et dans la bonne humeur.

Jardin

Aujourd’hui, nous allons à Champlan, avec l’espoir de récupérer quelques enfants du camp, avant de partir au jardin.

Une fois arrivées au jardin de Saulx, nous déchargeons le matériel et on se met à travailler.

Eric et Franck commencent à préparer la chaux pour traiter les arbres fruitiers tandis que Nicolae et Susanu s’occupent de débroussailler. Gabriel, a commencé a retourner la terre d’une parcelle pour planter les pommes de terre.

Avant de partir, on s’est occupé de remettre en place une balançoire à la grande joie des enfants et des adultes aussi.

Maintenant, c’est l’heure du goûter et on va tous en profiter.

CLAS

Tout d’abord, nous avons pris une collation puis on a fait des jeux.

IMG_3865

Nous avons commencé par faire des jeux rythmiques, nous avons beaucoup aimé.

IMG_3869

Ensuite, nous avons fait des pas chassés.

IMG_3871

Pour finir, nous avons travaillé sur les devoirs et les révisions. Pendant ce temps, les petits réalisaient des découpages. Pour le repas, nous avons mangé des spaghettis avec de la viande et des pommes de terre.

MLCN0303

 

 

Ce qu’il faut de désespoir pour agir

La plupart des gens agissent en général en fonctions d’opportunités, c’est à dire d’un certain degré d’espoir ou de certitude que leur action sera couronnée de succès ou de reconnaissance. Il est beaucoup plus rare et certainement plus difficile d’agir en dehors de ce type de motifs et de calculs.

Pour autant, il n’est pas difficile de comprendre qu’en matière de progrès d’éducation et de progrès social, l’espoir et le calcul sont comme le temps; rarement de notre côté. Cela fait plus de trente ans que la priorité a été donnée dans nos sociétés aux profits, à l’économie et à la production à grande échelle de l’enfermement et  de la précarité.

Dans un tel contexte il n’est pas très raisonnable d’attendre sérieusement que la conjoncture soit meilleure, que les conditions soient réunies. Il serait tout autant déraisonnable d’attendre que les politiciens fassent leurs preuves, ou de leur laisser leur chance, tout autant que d’attendre les prétendus bienfaits lointains et escomptés, à long terme de leurs réformes ou politiques.

L’espoir qui nous pousse à attendre, à remettre à demain,  est trompeur et nous dupe. Pour se mettre en mouvement, pour poser des actes fondateurs, pour oser des créations et des ruptures, le négatif est parfois plus puissant que le positif et l’absence d’illusions est souvent un moteur plus efficace.

Si ce n’est pas maintenant c’est jamais; si ce n’est pas ici c’est nulle part.  Et on perd son temps à rechercher quelque coin de campagne, quelque province épargnée pour oser des expérimentations et des innovations, qui ne mèneront à rien , si nous ne sommes pas capables de les réaliser ici.

Le temps ne joue jamais pour nous s’il est le temps de l’attente. Il se bornera à user les énergies, à casser les ressources, à fabriquer de la résignation et à épuiser l’avenir.  Le seul temps qui peut être de notre côté est celui de la rupture et de la durée.

30127111_618834045122380_9061419892548304896_n

Celui là nous donnera raison.

Nous vérifions chaque jour, en Pédagogie sociale, ce que nous disions déjà il y a vingt ans sur le marasme des institutions, de l’Ecole , des structures sociales, culturelles et éducatives. Nous avons raison chaque jour un peu plus face à la démission des dispositifs et des collectivités. Nous sommes la seule chose qui durera dans un territoire qui s’éteint.

Et tout précaires que nous sommes, nous voyons les mammouths s’effondrer, les structures se replier sur elles mêmes comme des coquilles vides/. Et nous voyons aussi les dirigeants, les cadres , aller , venir , disparaitre et  se succéder les uns aux autres, sans que rien ne change à ce déclin.

Il y 20 ans, nous affirmions la nécessité de refonder dans les espaces en friche , les territoires à l’abandon et auprès des populations invisibilisées et refoulées par  les institutions, un nouveau type d’action éducative et sociale , pour le monde et les périls d’aujourd’hui.

Il y a 16 ans, nous affirmions haut et fort lors d’un colloque, au travers de publications et articles, que les pratiques éducatives et sociales telles qu’elles évoluaient ne mèneraient qu’à la pénalisation, au sécuritaire et à la violence sociale et ségrégative.

Nous appelions à créer de nouvelles formes d’intervention sociale et éducatives, capables d’amener une ALTERNATIVE AU SECURITARISME EN EDUCATION

16 ans après, après les attentats, les états de siège, les politiques de fermeture , la dégradation du climat social , la désaffiliation a progressé et le tissu social se ronge et se détricote sous nos yeux. Depuis tout ce temps, les réformes, les mesures , les orientations , les politiques, sans cesse reconduites, continuent à distiller le poison qui nous tue.

La preuve par nous

Mais ce que nous avons accompli entretemps, c’est une preuve , ce sont des faits.  A Robinson, nous avons su , nous avons pu éduquer une génération avec ou sans école . Nous avons su accompagner de nombreux enfants pauvres et précaires, vers la vie adulte, avec ou sans protection de l’enfance ; nous avons organisé et fait vivre des collectivités d’adultes et de familles autour de nos pratiques , en matière alimentaire , de santé, d’éducation, de qualité de vie, avec ou sans protection  sociale.

Ca ne peut plus attendre, nous n’attendrons plus. Nous n’avons jamais attendu, en fait. Nous avons agi, malgré et contre tous les écueils et toutes les difficultés.

Pour réparer cette société malade, on fait souvent référence à quelque remède miracle, censé ré-enchanter nos pratiques sociales et éducatives, moribondes . Et ici on invoque le « pouvoir d’agir », ou « l’empowerment ». Ailleurs, on loue la Community Organizing, après avoir usé et abusé jusqu’à la caricature du concept de « participation » ou de celui de « réseau ».

Mais ce sont des pertes de temps. Attendre ou prier le « Pouvoir d’agir » des publics, des usagers ou de qui que ce soit, c’est encore une fois « attendre Godot ».

Le pouvoir d’agir ne nous viendra pas comme un préalable, une illumination, une compétence experte et précieuse.  Ce pouvoir arrivera toujours dans l’après coup, quand tout aura déjà été fait, accompli, décidé , expliqué; quand tout ce qui était déjà prédit, sera réalisé. Alors là nous pourrons dire: « nous l’avons fait car nous en avions le pouvoir ». La belle affaire!

En Pédagogie sociale ce n’est pas le pouvoir d’agir qui compte, mais le devoir d’agir. C’est un peu plus compliqué, c’est un peu plus difficile, mais ça nous mobilise car il n’y a pas le choix. On ne pourra pas continuer à faire autrement, ou sans.

La transformation sociale n’arrivera pas, pour la raison qu’elle serait juste possible.  La transformation sociale c’est tout de suite, car tout simplement nous n’avons pas le choix. Sans elle , il n’y aura pas d’après

 

Samedi

Atelier de la Villa Saint Martin

Nous avons eu une trentaine d’enfants au quartier de la Villa Saint Martin, nous avons mis en place un peinture /aquarelle, badminton, football et balle aux prisonniers pour les jeux collectifs.

IMG_3847

Par la suite, nous avons fait une course à cloche pieds sur un parcours d’obstacles et une course d’équilibre avec une balle, qui tient dans une cuillère dans la bouche. Nous avons terminé cet après-midi autour d’un bon goûter.

IMG_3788

 

Atelier des hôtels sociaux

Aujourd’hui au Parthénon nous avons rencontré des nouvelles familles. Nous avons proposé un atelier petite enfance avec les nouveaux enfants. Puis nous avons rejoint les autres à l’hôtel F1 pour le goûter.

20180407_152925

Pendant ce temps au F1, nous faisions des crêpes ! Juste à coté nous avons entrepris de construire une ville miniature sur le tapis de la petite enfance, avec un train et un pont en Kapla, c’était très chouette !

20180407_160653

Cassandra maquillait les enfants sur une table au milieu de l’atelier et sur le parking on a fait des jeux collectifs, béret, balle aux prisonniers ect…IMG_20180407_155159

Atelier CLAS

IMG_20180407_143003

Aujourd’hui au CLAS nous avons commencé par faire de l’aide au devoir, particulièrement en mathématique. Puis nous avons appris la chanson « compte les gouttes », et nous avons finit par un goûter que nous avons partagé avec l’atelier de la Villa Saint Martin.

IMG_20180407_150931

Vendredi

Atelier de la rocade

Aujourd’hui, nous étions sur le quartier la rocade nous avons fait plusieurs ateliers.

30127111_618834045122380_9061419892548304896_n

Nous avons mis en place une olympiade avec un tir à la corde, une balle aux prisonniers et plusieurs petits jeux. Il y avait une petite enfance où les mamans se sont réunies autour des enfants. Un atelier créatif peinture où les enfants ont fait plusieurs dessins. Des jeux de société ont également été proposés

30221687_618833921789059_7678262362482147328_n.30126995_618833961789055_1417897510478807040_n

 

Nous avons fini cette journée par le goûter sous un beau soleil.

 

Bel-Air

Aujourd’hui nous sommes allés à Bel-Air pour proposer des activités aux enfants.

20180406_165818

Comme atelier il y avait : une petite enfance, jeux de société, atelier maquillage et atelier jeux collectif. Nous avons pu tous les faire participer aux activités proposées. Ce fût une belle journée ensoleillée.20180406_170916

Nous avons fini cet après-midi en rejoignant l’atelier de la Rocade pour prendre le goûter tous ensemble.20180406_173440

Cuisine

IMG_3757

Nous avons préparé avec les mamans qui sont venues nous aider à faire des roulés de printemps accompagnés de sa viande hachée et du fromage, du poulet au four avec des champignons et des tomates cerises ainsi que des beignets à la citrouille.IMG_3760

Au fur et à mesure les parents commençaient à venir avec leurs enfants et nous avons partager ensemble un repas dans une ambiance convivale.

IMG_3759

Champlan

Quelle magnifique journée pour aller à Champlan ! La poussière poudroie, l’herbe verdoie, les ordures ordoient. On installe notre atelier sur place principal, et on monte les tables pour faire de l’aquarelle et des jeux de carte. Un peu plus loin sur les tapis on monte l’atelier de petite enfance. On conclue l’atelier sur un goûter rafraichissant, et on se dit à la semaine prochaine !

IMG_20180406_161716IMG_20180406_161736

Jeudi

Massy

Aujourd’hui nous sommes allés à Massy pour proposer des activités aux enfants.

IMG_20180405_164451

Au rendez-vous : un atelier maquillage pour enfants a été mis en place suivi d’un atelier petite enfance, un atelier déguisements accompagné de musique et pour finir un atelier foot et balle aux prisonniers.IMG_20180405_165647

Nous avons eu une bonne trentaine d’enfants et ce fût une très belle journée.

IMG_20180405_170214

Et pour conclure cet après-midi nous avons tous ensemble dégusté un bon goûter.

Skate-Park

Super journée au skate park avec Dusko, Georgy, Clara, Farhana et Mariama

20180405_16355320180405_164520

Nous avons fait plusieurs activités : pendant le grand jeu collectif, nous avons fait un foot et un grand béret.

Une petite enfance a été animée par Mariama et quelques mamans, et des enfants ont joué à la dînette.

Il y avait enfin un atelier créatif, dans lequel les enfants ont peint sur une planche géante20180405_170727

Pour finir, nous avons fini la journée par un goûter, tous ensemble, avec des sirops et gâteaux

 

Vauhallan

Aujourd’hui, nous sommes allés sur le camps de Vauhallan.

IMG-1477

Il y avait très peu d’enfants, car le camp étant menacé d’expulsion, la majorité des familles sont parties.

Nous avons tout de même proposé diverses activités aux enfants tel que:

Un atelier cirque, où les enfants ont pu jouer aux diabolos, aux assiettes et jongler avec des balles.

– Il y avait également un atelier peinture qui a énormément enthousiasmé les enfants ; ils ont dessiné ce qu’ils voulaient, la majorité d’entre eux a représenté des maisons. Nous avons par la suite exposé sur une caravane les dessins des enfants.

IMG-1474IMG-1478

– Avant de partager le goûter, nous avons fait des jeux collectifs tel que « 1 2 3 soleil », « poissons pécheur », « tomate ketchup » …

Pour clôturer cette journée, nous avons pris le goûter tous ensemble, sirop et quatre quarts.

CLAS

Aujourd’hui à l’atelier CLAS nous avons lancé notre projet de créer un page web, dans le site d’Intermèdes Robinson, une partie consacrée au CLAS de Chilly.

IMG_20180405_172937

Pour commencer nous avons demandé aux enfants de se présenter, chaque enfant a utilisé une manière différente.IMG_20180405_174518

Dans un même temps, une aide aux devoirs était organisée pour les enfants demandeur.

Pour finir, nous avons pris un goûter tous ensemble, préparé par les enfants eux même.

Mercredi

Saint-Eloi

Aujourd’hui, à Saint Eloi, nous avons proposé un atelier petite enfance, jeux de sociétés, jeux collectifs et journal.

30120296_617869648552153_373202935_n

Pour l’atelier jeux de sociétés, nous avons mis en place, un uno, twister, myto, mikado et un jungle speed. Un foot avec un match, une qualif et un taureau, ont fait office de jeux collectifs.

IMG_0728IMG_0731

Durant l’atelier journal, nous avons récolté quelques histoires qui paraitrons dans notre prochain numéro.

29939026_617869865218798_743306975_n-1

Pour finir, nous avons pris un goûter tous ensemble avec du chocolat chaud et quelques gâteaux.

Bondoufle

Aujourd’hui nous avons été sur le camps de Bondoufle; nous avons eu beaucoup d’enfants.

20180404_160346

Nous avons proposé diverses activités aux enfants telles que :

  • L’atelier maquillage, qui a énormément plus. Ils ont pu se maquiller en vampire, chat, papillon…20180404_154933
  • Un tapis de petite enfance, où les plus petits ont pu profiter de la dînette, de petites voitures, de kaplas…
  • Nous leurs avons également proposés de préparer des churros pour le goûter.
  • Un atelier musique à été mis en place, nous avons fait des jeux, tel que, la chaise musicale, le statut musical et les enfants ont dansé.

20180404_160156

Pour clôturer l’après-midi, nous avons fait des jeux collectifs, le poisson pécheur, 1 2 3 soleil, tic tac boum…20180404_150747

Nous avons partagé un moment convivial à travers le goûter churros chocolat chaud.

Aven Savore

P1010328

Aujourd’hui, nous avons fait une répétition. Comme Romuald est venu pour nous photographier, nous nous sommes mis en costume pour l’occasion. Par la suite, Nahuel est venue pour nous faire travailler la voix. On devait imaginer une image plaisante et chanter « Aleluhia » en même temps, pour avoir plus de confiance en soi, et ça marche !

P1010357 (1)P1010309 (1)

CLAS

IMG_1756

Pour commencer on a fait une collation puis on a fait des jeux de pas chassés et une activité créative avec des œufs et enfin on a fini par faire les aides aux devoirs et des révisions de toutes sortes!

IMG_1747IMG_1728

 

 

Pédagogie par subjectivité

Nous connaissons tous la Pédagogie par objectifs et comment, malgré son côté archaïque , elle reste plus ou moins le seul modèle simpliste enseigné concrètement tant dan les formations pour éducateurs qu’auprès des enseignants dans les ESPE et ex IUFM.

Curieux que cette « pédagogie » qui n’en est pas une (elle n’est au mieux qu’une « méthodologie ») réunisse dans sa schématisation, le peu de savoir faire, en propre de métiers aussi opposés que celui d’animateur et enseignant.

C’est que la Pédagogie par objectifs n’ a que faire de contenus; elle n’ a que peu d’intérêt pour ce dont il est question derrière la formation, l’enseignement, la séquence d’animation. Elle épuise son intérêt, son champ de vision, à ce qui lui donne son nom: l’objectif.

20180329_163528

 

Il y a  quelque chose de martial et de militaire, dans ce mot, « objectif », mais il y a  aussi toute l’illusion de pouvoir agir sur une réalité multiple et complexe en l’émiettant en petits bouts et en concentrant son action sur des confettis. Il y a aussi toute cette illusion, cette prétention d’enfin pouvoir atteindre une « objectivité » indiscutable, dans son métier, dans ses résultats.

Seulement voilà, ce que la Philosophie nous apprend c’est que la réalité est tout sauf objective. Il faut un sujet pour la vivre et la penser. Et l’objectivité n’est en rien une garantie ou une précaution pour un peu plus de réalisme; au contraire, celui qui poursuit des objectifs, met ses idéaux en avant, et participe souvent d’une action conduite davantage par un idéal que par la réalité des rencontres et des hasards.

Vouloir travailler par objectifs, c’est vouloir d ‘abord se retirer du monde , en souhaitant par la même enfin agir dessus. Celui qui travaille par objectifs , met en avant ses intentions sur les choses et sur les gens, mais perd souvent, par là-même, toute capacité d’attention aux choses et aux gens.

La pédagogie sociale tranche en cela qu’elle préconise peu d’intentions, et beaucoup d’attention et renverse ainsi son rapport au monde , à la réalité,à autrui et à l’événement.

Celui qui conduit son action par objectifs, se condamne au malheur; il se condamne à mesurer sans arrêt l’écart ou la béance entre ses intentions et la réalité de ce qui arrive.  Comment d’ailleurs pourrait il avoir prise sur la matière complexe du Monde? Comment peut-on sérieusement imaginer pouvoir mettre en oeuvre concrètement des objectifs tels que:  « le vivre ensemble », « rendre l’autre, auteur de ses actions (ou ses apprentissages), ou « agir contre la haine, le racisme, ou la violence »?

Pour que ça marche, pour « avaler » la pilule et valider cette manière de travailler « par objectifs »,  et pour le supporter , il n’y a que trois voies possibles, empruntées malheureusement par tant de professionnels :

  • D’une part, il faut se couper de la réalité des autres; savoir le moins possible sur eux; ignorer ce qu’ils pensent, ce qui les motive et ce qui les a construits.
  • D’autre part,  il faut travailler sur des temps minuscules, mesurer son impact sur des micro-séquences et se désintéresser absolument du temps, de la vie et du long terme.
  • recréer un petit milieu, un petit microcosme , que l’on cherche à tout prix à contrôler et préserver du monde extérieur, et tourner le dos à tout le reste, à l’environnement, au monde, à la politique et à la vie elle même.

La Pédagogie sociale est une pédagogie qui , tout à l’inverse , pourrait être définie comme « pédagogie par subjectivité ». On y encourage le pédagogue à développer sa sensibilité, son empathie, son engagement affectif. On l’encourage à baser son action sur tout ce qui n’était pas prévu, sur ce qui arrive, survient , surprend. On encourage l’acteur impliqué à prendre de la distance avec ses propres intentions, ses propres préoccupations pour découvrir celles qu’il a en face de lui chez l’autre.

On décourage ce même pédagogue à recourir à toute abstraction, généralité et distance.

Si ce qu’il a à dire n’ a rien à dire à l’enfant en face de lui, c’est que cela ne vaut rien; et il faut abandonner sa première idée  avec joie. Il faut même se méfier de toute cette mode qui consiste à mettre en avant de beaux idéaux, des valeurs, ou même des principes éthiques.

La motivation, même professionnelle, en général est nulle si elle n’est même pas capable de faire naître un peu de curiosité sur le monde de cet autre précise que je rencontre. L’engagement lui même, le militantisme ne valent rien s’ils ne sont pas capables de se muer en simple intérêt pour une seule personne à qui je m’adresse.

Sortir de l’abstraction, sortir de l’objectivité , sortir de l’idéal ; il faut apprendre aux travailleurs sociaux, aux acteurs d’aujourd’hui et de demain à renoncer à toute utopie, à tout idéalisme. Tout ce qui nous amène à refuser d’accepter cette réalité pleine et entière comme elle est, à la regarder en face , doit être abandonné.

Mais cette pure acceptation de la réalité n’aurait aucun sens, si elle n’avait pas comme projet derrière de la transformer, d’y mettre les mains, toute sa tête et tous ses sens pour la modifier, la rendre plus vivable, plus habitable et plus humaine.

Elle est là, au fond, la véritable condamnation de la pédagogie idéaliste (dont la pédagogie par objectifs est le bras armé) ; elle n’est pas seulement impuissante; elle conduit à accepter les pires violences et les pires injustices , et à nous apprendre à regarder ailleurs, à nous bâtir notre petite bulle, faute de nous donner une voie, une occasion de prendre part à la transformation ICI ET MAINTENANT, de la réalité sociale.

 » La Pédagogie sociale est le royaume de … l’inconfort. Un lieu où on n’est rarement le plus fort, un lieu où on est souvent mis en tort par tout un chacun, où un plus sot que nous nous fait souvent la leçon; un royaume où les beaux principes véganiques, éthiques , politiquement corrects , … ne fonctionnent pas vraiment dans notre cas » (L. Ott)

Samedi

Atelier de la Villa Saint Martin

Aujourd’hui nous sommes allés à la Villa St Martin où nous avons fait une kermesse et une chasse aux œufs pour fêter pâques ensemble.

CEPE6698

Nous avons proposé diverses activités aux enfants tel qu’un atelier petite enfance sous le barnum, les plus petits ont pu jouer à la dinette, lire des livres, faire des jeux de constructions…

IMG_3581

Un atelier musical a été également proposé aux enfants où ils ont pu jouer à la chaise musicale, la statue musicale…

Nous avons aussi fait un jeu de parcours, les enfants ont pu former des équipes et se sont affrontées sur un parcours rempli d’obstacles.

Les enfants ont pu également bien s’amuser sur l’atelier glissade.

Durant toute la durée des activités nous avons proposé de la musique pour ambiancer les enfants.

Nous avons clôturé les activités par une chasse aux œufs, les enfants ont formé 3 équipes, ils ont dû répondre aux énigmes pour récolter les indices et trouver le coffre remplie de chocolats.

Une fois le trésor trouvé, nous avons partagé un grand goûter autour de pop-corn jus d’orange, soda, chips, cacahouètes…

 

WZCZ1665

Ce fut une très belle journée, beaucoup de convivialité et de bonne humeur.

Atelier des hôtels sociaux

Aujourd’hui nous sommes allés aux hôtels le Parthénon et le F1 ou nous avons proposé plusieurs activités.

IMG_6388

Nous avons fait diverses activités telle qu’une petite enfance dans l’hôtel Parthénon avec plusieurs petits ateliers comme le dessin, dinette, petite voiture et un parcours de motricité.IMG_6395

A l’hôtel F1 nous avons proposé des jeux collectifs tels que du foot un béret et une balle aux prisonniers ainsi qu’un « tapis petite enfance », avec de la dinette et plusieurs petits livres et des jeux de société avec un uno, dooble et jungle speed.

Nous avons fini cette journée en partagent un goûter avec tout les enfants réunis avec leurs parents, autour de gâteau et de boisson.

IMG_6376

Tous les enfants étaient très contents de repartir avec des œufs en chocolat.

Vendredi

Soirée conviviale

Quelle belle soirée !

IMG_6332

Les rayons d’un soleil printanier nous accueil en arrivant à la salle Bretten. Iasmina organise un « 123 soleil » en attendant que les gens s’installent, la nourriture arrive, puis la musique ! IMG_0300

On mange on rit, on se maquille, on fait des fleurs en papier et de grandes fresques aux murs.

IMG_6338

 

Puis vient l’heure du diaporama qui raconte la fête du printemps au jardin de Bel air. C’est ensuite le tour d’une chorégraphie, créée sur le vif par les filles d’AVEN SAVORE. Et enfin la battle de dance désormais traditionnel qui viens clôturer cette troisième soirée conviviale de l’année 2018

.IMG_6348

Atelier Bel Air

Bel atelier malgré la pluie. Nous avons fait de nouveaux essais de mosaïque.

IMG_0278

Sous le barnum, on installe un atelier crêpes, et devant le jardin on joue au foot. Nicolae appelle tout le monde quand viens l’heure de planter les patates, puis on déguste nos crêpes en goûtant les rayons de soleil de la fin d’après midi.

IMG_0283

Atelier Champlan

Nous sommes allés sur le camp de Champlan, et nous étions attendus par les enfants qui nous ont très bien accueilli.

IMG_6325

Nous avons proposé plusieurs activités. Il y avait la petite enfance avec un coin lecture pour les enfants pour leur apprendre à parler français. Nous avons fait un atelier musique, un atelier pâte à sel, un atelier jeux de société ainsi que des jeux collectifs.

IMG_6318

 

Les enfants ont apprécié et ont activement participé à chacun de nos ateliers. De plus, l’atelier musique à attiré aussi les plus âgés ce qui a rendu ce moment plus convivial et davantage agréable.IMG_6324

Jeudi

Atelier de Vauhallan

Aujourd’hui nous étions a vauhalan avec dusko, younes, clara, lorie et jonathan ou nous avons proposé plusieurs ateliers.

29745438_615024038836714_1246410840_n

Un atelier petite enfance avec plusieurs petits coins avec de la dinette, des petites voitures et plein de jeu de construction. Un atelier confection d’une fresque avec de la peinture les enfants étaient très investie.

29663771_615024058836712_1169221416_n

On a fait un atelier cirque avec des diabolo des assiettes chinoises et des éléments de jonglage. Les enfants présents étaient très content pour finir cette journée nous avons partagé un goûter tous ensemble29664191_615023855503399_955108432_n.

Atelier du Skate Park

Aujourd’hui nous sommes allés dans le quartier Sud, de Longjumeau, où nous avons fait diverses activités avec les enfants au skate park aux sorties des écoles.

20180329_16333720180329_163528

Nous avons proposé un atelier petite enfance où les enfants ont joué aux légos, à la dinette, aux  petites voitures…

Il y avait également un atelier peinture, les enfants ont pu dessiner sur une longue fresque que nous avions accrocher au mur.

 

Nous avons également fait des jeux collectifs, un grand foot et nous des jeux musicaux tel que la chaise musical, le pêcheur, 1 2 3 soleil…

 

20180329_16403220180329_170733

A la fin des activités, nous avons partager tous ensemble un goûter jus de fruit et pains aux chocolats.

Atelier Massy

Aujourd’hui nous sommes allés au quartier de Massy pour proposer plusieurs activités différentes, tels que :

– un jeu collectif (foot) que les enfants ont beaucoup aimé,

IMG_6295

IMG_6266

– un atelier maquillage avec différents modèles que les enfants ont choisi,

– atelier théâtre qui n’a bien fonctionné, malgré la bonne volonté,

– atelier petite enfance qui a bien marché malgré le vent.

IMG_6268

Et nous avons caché des chocolats pour une chasse aux œufs que nous avons fait tous ensemble.

Nous avons clôturé ce bel après-midi en dégustant les chocolats que les enfants ont trouvé et nous avons mangé le goûter.

Mercredi

Atelier Bondoufle

Aujourd’hui, nous sommes allés sur le camps de Bondoufle ;20180328_151433

Nous avons proposé diverses activités aux enfants.

Nous avons fait une activité peinture où les enfants ont pu faire plein de dessins sur une grande fresque.

20180328_151200

Il y avait également un atelier petite enfance dans lequel les plus petits ont pu jouer aux kaplas, petite voitures, dinettes…

Un atelier maquillage était aussi au rendez-vous,

Avant le goûter, nous avons fait des jeux collectifs tel que 1 2 3 soleil, le pécheur, tic tac boum…20180328_151713

Nous avons par la suite pris le gouter tous ensemble autour d’un chocolat chaud et de bonnes crêpes que nous avons préparés avec les enfants  pendants les ateliers

.20180328_153234

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Atelier Saint Eloi

Avec : Jonathan, loris, Aby, Marie, Sarah, Marvin, Paulina, Cassandra, YasminaIMG_6236

Aujourd’hui nous étions à St Eloi nous avons proposé un atelier petite enfance, qui a reçu quelques adeptes.

Un atelier confection de fleur, teste pour la soirée conviviale qui s’est avéré concluant. Un atelier perle qui a plus aux filles et garçons. Et les incontournables jeux collectifs qui a toujours un franc succès avec foot, épervier, et les cerfs.  Grace au barnum nous avons pu nous abriter et partager un moment de danse et de goûter.

IMG_6229

Cet après-midi était fort en pluie mais aussi en joie et en rire.

IMG_6239

 

Atelier au jardin

20180328_153831

Aujourd’hui avec le permanent Nicolae, la journée a été pluvieuse mais malgré la pluie nous avons quand même pu retourner la terre pour planter des pommes de terres.

20180328_153718

Auparavant nous sommes allés chercher les enfants à Champlan, ces derniers ont participé au jardinage. Nous avons par la suite pris le goûter tous ensemble. C’était une bien belle journée, à la semaine prochaine !

Clas du mercredi

Nous nous sommes réunis pour faire une collation.

IMG_3549

Puis on a fait des jeux rythmiques d’écoute et d’autres jeux.

IMG_3553

 

Et on a fini par faire les aides aux devoirs et on a posé des questions aux enfants pour savoir si ça leur a plu.IMG_3554

Interview :

FAMOUSSA

Ça fait combien de temps que tu viens au clas ?

Depuis petit

Le clas ça te plait ?

Oui

YASMINE

T’es en quelle classe ?

CM2

-Le clas t’aide t- il ?

Oui

-Qu’est ce qui te plait ?

Les activités, le clas avec Isabelle etc..

Sagida, CM2, La Fontaine

 

 

 

 

 

 

Pourquoi le Travail social ne renaîtra pas

Les habitués de ce blog ne seront pas surpris du sujet de cette note de blog; elle reprend des thèmes, des idées qui ont  été isolément développées ici ou là précédemment. Mais pour autant, je pense qu’il faut faire un effort pour exprimer simplement les mutations sociales et le contexte social et professionnel que nous vivons, encore et encore.Cela est nécessaire pour avoir prise sur lui.

Pour pouvoir agir sur une réalité, il faut pouvoir la penser; pour pouvoir agir sur une réalité, il faut pouvoir la nommer. Alors nommons là ici et maintenant: nous assistons à la faillite du Travail Social classique, de ses institutions, de ses pratiques, de son socle de références et de son propre pouvoir d’agir.

Penser le phénomène ne suffit pas; il faut en comprendre les causes et les racines, car sinon, nous allons continuer à renforcer les fausse solutions, et des institutions qui ne fonctionnement plus, au risque de réduire et caricaturer encore les métiers, les fonctions, les pratiques .

Le danger est réel: si nous ne réinventons pas le Social de demain, c’est le Social qui sera condamné, c’est à dire que nous n’aurons plus aucune alternative face à des modes de société et de socialisation basées sur des formes inhumaines d’exploitation et de relégation.

D’où vient un tel constat? Il vient de la rue, il vient du « en dehors des institutions, » du Social qui se réinvente dans les friches et dans les marges de la société, directement au contact avec les publics les plus inatteignables , injoignables ou carrément rejetés par les structures sociales classiques. Ce constat vient du vivre ensemble avec les enfants exclus de la protection de l’enfance, du suivi des familles sans droits et rejetées de tous côtés, des enfants de plus en plus nombreux que nous rencontrons et pour qui l’école n’est qu’une succession de ruptures.

Mais on aurait tort de réduire ce témoignage à la spécificité des publics avec lesquels nous travaillons. On s’accroche encore à l’illusion que les difficultés du Social à prendre en compte les mutations du Monde ne seraient que conjoncturelles,ponctuelles , provisoires.  Mais c’est sans espoir.

Les publics qui nous permettent aujourd’hui de comprendre et analyser les dysfonctionnements et l’inadaptation des pratiques institutionnelles classiques, ne sont que les révélateurs et les témoins d’un fort mouvement de précarisation de l’ensemble de la société , qui dans les faits, concerne tout le monde.

Les responsables d’agence et d’institutions ont beau vouloir s’efforcer de croire que l’échec de leurs pratiques provient des déficits des publics , des usagers ou de la baisse des moyens qu’on leur donne,  il n’en demeure pas moins que la seule réalité tangible c’est l’échec de tout leur modèle. Et pour cause ! Le Social ne peut plus être le même dans une société qui a changé du tout au tout.

On peut pour comprendre ce qui se passe aujourd’hui prendre l’exemple sur un modèle assez simple et assez schématique. Nous pourrions dire que le travail social, tel que nous le connaissons, ses pratiques, ses institutions , ses modèles professionnels s’est constitué dans le cadre d’uns société fortement intégrative et cohésive , qui assignait des places très déterminées et stables aux uns et aux autres, dans une période de croissance économique qui concernait toutes les strates de la population.  Nous n’allons pas rentrer dans le détail de toutes les modifications et ruptures qui sont apparues dans notre tissu social depuis la fin des années 70, mais on peut tout de même résumer en disant que cette société cohésive fortement intégrative, n’existe plus.

Aujourd’hui, à sa place il y a  une pente naturelle vers la précarisation de tous les individus et de tous les groupes sociaux,cette précarisation affectant à la fois la vie personnelle, le travail et les relations sociales.

Or le travail social, comme que nous le connaissons , fruit de la pensée de l’Education et le Pédagogie Nouvelle est un travail social d’accompagnement, de réinsertion. Il n’a jamais été pensé autrement que pour récupérer des gens qui pour des raisons exceptionnelles tenant à leur vécu familial , collectif ou personnel, se marginalisaient, vers une réintégration dans le corps social, supposé par ailleurs suffisamment fort et intégrateur, pour stabiliser et sécuriser de nouveau les personnes.

C’est un travail social temporel, temporaire, ciblé sur des problématiques limitées, et positivement orienté vers une sortie sociale et sociétale que nous connaissons. Nous ne connaissons. Nous ne connaissons même que cela.

Or aujourd’hui, cela ne fonctionne plus et surtout ne fonctionnera plus. Nos aurons beau vouloir réimplanter des personnes, des groupes dans le tissu social  à coup de contrats, de prise en charges et de projets, ils retomberont encore et encore en précarité et marginalité. Car aujourd’hui , c’est  l’organisation économique et sociale elles mêmes qui produisent et reproduisent la désinsertion, jour après jour.

Nous devons comprendre que c’est bien le modèle même , la pensée elle même de l’acte et de l’actions sociale que nous avons à repenser.

Aujourd’hui, le secteur du Travail social doit s’adapter aux réalités nouvelles en s’appuyant sur de nouveaux fondamentaux, qui constituent les seules réponses possibles, tangibles face à la précarisation.

1- L’inconditionnalité

Face à la précarité, le seul véritable antidote c’est l’inconditionnalité. Nous l’expérimentons chaque jour à Intermèdes Robinson avec des résultats plus qu’étonnants en terme de transformations de destins.  Seule l’inconditionnalité permet de se mettre au contact de la réalité sociale telle qu’elle est et non pas telle que les institutions l’ont envisagée. De cette inconditionnalité , naît toute une pédagogie , en rupture avec celle de l’Education nouvelle, et du Travail social classique. Il faut être en mesure de travailler avec ce qui arrive et celui qui arrive quel qu’il soit. On n’obéit plus à un programme, un type de public , ou une lettre de mission, mais on construit au fur et à mesure , avec ceux qui sont là , le travail qui s’impose. De l’inconditionnalité naissent d’autres caractéristiques qui y sont intrinsèquement liées et qui sont au coeur de la Pédagogie sociale: la gratuité, le don , mais aussi la capacité de durer, l’absence de limites préalablement fixées aux relations qu’on met en place

2-La proximité

L’inconditionnalité suppose en soi de mettre en place des actions qui se déroulent dans l’environnement immédiat et naturel des publics concernés; C’est la fin de l’institution: cette idée que nous avons eu de construire des environnements artificiels censés améliorer et transformer les gens, a fait long feu. Aujourd’hui  si on veut opérer sur la réalité des groupes et des personnes c’est dans leur propre environnement qu’il faut agir c’est un travail social de pied d’immeuble, de rue, d’hôtel social, de bidonville, qu’il nous faut mettre en oeuvre. Bien entendu cette proximité géographique n’est pas la seule innovation à mettre en place. Il faut y ajouter aussi toutes les autres proximités qui relèvent des pratiques à inventer: proximité culturelle, politique , mais aussi relationnelle et affective. C’est la fin du diktat de la notion de distance dans notre secteur.

3- La Communauté

Enfin ce nouveau Travail social est communautaire. Il ne repose plus sur l’individualisation des problèmes sociaux ; il prend en compte la diversité et l’hétérogénéité des territoires. Il mélange les âges , et lutte contre les statuts de minoration. Il s’agit de reconstruire du communautaire dans la société elle même , pour la rendre de nouveau vivable et habitable. Les liens noués dans ce cadre sont des liens durables qui permettent à chacun d’avoir, un lieu, d’avoir un groupe, d’avoir un espace pour vivre.

SAMEDI

Concert AVEN SAVORE

29511552_10213225611173372_5631991190039125783_n

Aujourd’hui nous sommes en concert à « La mine » la ressourcerie d’Arceuil, dans le cadre du festivals « les rencontres atypiques »! Ca faisait longtemps qu’on n’était pas monter sur scène aussi tout le monde est tendu et concentrer.

29542150_10213225606253249_8039929852000624140_n

Jusqu’a la dernière minutes, les robes fraichement sorties de l’atelier de Miroslav serons inlassablement retouché pour un effet des plus saisissant!

29571002_10213225616053494_966948128766161259_n

Enfin c’est le concert, avec un public au top qui danse et chante en coeur, on en verra même quelques uns verser une larme!

29541901_10213225617733536_3872358326468178949_n

 

CLAS de Longjumeau

IMG_20180324_153117

Aujourd’hui au CLAS nous avons commencé par créer notre carte de visite, avec prénom, âge, école, classe et ville. Cette carte nous servira à chaque atelier pour signifier notre présence.

Nous avons ensuite discuté de la mise en place de la fête de pâques de samedi prochain, où les enfants nous disait les ateliers qu’ils voulaient faire.

IMG_20180324_153124

Par la suite nous avons rejoins l’atelier de Villa Saint Martin pour faire quelque jeu collectif, et prendre le goûter tous ensemble au soleil.

IMG_20180324_153737

Atelier de la Villa Saint Martin

20180324_145138

Aujourd’hui nous avons eu une journée très ensoleillé, pour l’occasion il y a eu beaucoup d’enfant très motivés.

20180324_150825

Plusieurs ateliers étaient proposés comme l’atelier peinture qui a très bien marché. Nous avons beaucoup d’œuvres d’art. Il avait un atelier de jeux de société, de petite enfance et à la fin nous nous somme réunis pour faire de grands jeux collectifs:  la balle au prisonnier et le béret

20180324_153209(0)

Enfin la journée s’est terminé autour d’un gouter avec les enfants du CLAS

20180324_154412

Atelier des hotels

IMG_6051

Nous sommes arrivés sur place vers 15h. Nous avions prévu de proposer aux enfants divers ateliers tels que la balle aux prisonniers, la cuisine ou encore de la musique. Nous avons également fait une partie de foot.

IMG_6067

D’autre ont échangé des passes de ballons avec des enfants pendant que certains discutaient, autour des crêpes avec les mamans.

IMG_6055

 

Ces dernières étaient très souriantes et les enfants assez nombreux. L’atelier s’est très bien passé dans l’ensemble.

IMG_E6049

VENDREDI

 

Atelier de Champlan

IMG_E6018

Aujourd’hui, nous sommes allés sur le bidonville de Champlan pour faire des activités : l’atelier petite enfance, qui a très bien marché avec des legos, des livres, le train, la dinette, et le tunnel avec la cabane.

Les enfants ont bien investi l’atelier de jeux société ils étaient très concentrés.

IMG_E6019

Pour les jeux collectifs enfants et adultes ont participé avec plaisir.

IMG_E6029

Il y avait une très bonne ambiance sur les activités et les enfants se sont bien amusés.

Atelier de Bel-Air

IMG_7358 - Copie - Copie

Aujourd’hui  à Bel-Air, c’était notrrre GRANDE FETE DU PRINTEMPS ET DE L’INAUGURATION DE NOTRE POTAGER partenarial , avec EFIDIS, Graine de jardins et Agroparitech.

pour fêter l’inauguration du jardin. Nous avons proposé aux personnes présentes du jardinage. Nous avons notamment décoré les pas Japonais avec de la mosaïque en écrivant « POTAGER ».

IMG_7356 - Copie - Copie

Puis à côté, il y avait un atelier cuisine où nous avons préparé des beignets à la citrouille et une soupe de potiron.

IMG_7329 - Copie - Copie

Nous avons fini avec un délicieux repas. Un moment conviviale autour d’une soupe chaude.

 

JEUDI

 

CLAS de Chilly Mazarin

IMG_0201

Aujourd’hui au CLAS nous avons proposé un atelier énigme, l’objectif était de montré aux enfants comment crée un alphabet codé, crée un code et le faire résoudra par les autres.

IMG_0206

Dans un même temps une aide aux devoirs était proposé au enfants qui le désiraient.
Ensuite nous avons pris un goûter tous ensemble.

IMG_0210

Atelier de Vauhallan

20180322_160939

Aujourd’hui pour une des dernières activités a Vauhallan nous somme aller avec Dusko, Cassandra, Younes, Elbéra et Farhana à Vauhallan.

20180322_165133

Les enfants étaient très enthousiastes et heureux à l’idée de faire des activités avec nous. Nous leur avons proposer un atelier peinture qui leurs ont beaucoup plus, des jeux collectifs et le puissance 4 avec lequel il se sont beaucoup amuser,

20180322_163426

puis nous avons fini cette journée autour d’un goûter très convivial

20180322_165142

Atelier du Skate Park

20180322_162730

Aujourd’hui nous sommes allées au Skate Park, où nous avons proposée de faire de la peinture, petite enfance, jeux collectifs ( foot, basket) et la création de bracelet avec des perles.

20180322_164446

La peinture et les perles ont été très apprécié des enfants. Ensuite nous avons pris le gouté tous ensemble.

20180322_170302

Atelier de Massy

IMG_5999

Aujourd’hui nous sommes allés à Massy, Dihoumba, Marvin, Yasmina, Maria et Habby où nous avons apporté un atelier créatif, un jeu collectif, une devinette, et des jeux de société.

IMG_E6010

Malgré le temps (et oui, il faisait très froid), il y’avait beaucoup d’enfants qui était intéresser pas nos activités.

Conclusion : Très belle journée !

IMG_E5991

MERCREDI

Atelier de Bondoufle

29432776_2009953545711798_1815588237725401088_n

Aujourd’hui avec Laura, Thomas, Elbera, Coline, Marvin, Paulina et Marie-Elisabeth nous sommes allés à Bondoufle.

Il y a eu plusieurs activités où les enfants se sont rapidement intégrés.

Il y avait  :

  • Sport collectif ;
  • Atelier pâte à sel ;
  • Petite enfance ;
  • Maquillage ;

29433197_2009942699046216_8086442048405635072_n

Avant de prendre le goûter, nous avons fait des jeux collectifs tous ensemble avec 123 Soleil et Tomate Ketchup. Ensuite nous avons pris le goûter tous ensemble. C’était une belle journée et les enfants ont pris beaucoup de plaisirs à aller d’une activité à une autre.

Nous avons hâte de les retrouver la semaine prochaine !

29513083_2009942099046276_6789954836658913280_o

AVEN SAVORE

IMG_2657

Nous  avons  fait  un  filage  du  spectacle

Et travaillé la danse d’erdélézie.

Pendant ce temps Leila faisait la robe pour Nour.

IMG_0191

Au moment où  je vous parle Hafsatou

Et Dusko font des claquettes.

Yaelle, chanteuse, soliste et Danseuse d’AVEN SAVORE

IMG_2658

Atelier de Saint Eloi

IMG_5959IMG_5970

Aujourd’hui avec Yasmina, Habby, Youness, Goundo, Coralie et Farhana nous somme aller à Saint Eloi ou nous avons proposer des jeux tel que la petite enfance, des jeux collectifs comme le béret, balle au prisonniers et foot , des parties de cartes atelier maquillage ou les filles se sont transformés en princesses et les garçons en Spider-Man et enfin un atelier créatifs de décoration d’assiette a été mis en place par Yasmina.

IMG_5980 IMG_5972

Atelier du Jardin

IMG_20180228_152455

Aujourd’hui avec les enfants de Champlan ainsi que Franck et Eric qui nous accompagne en ce jour plutôt chaleureuses et ensoleillé, on part au jardin pour de nouveaux mettre en pot des semis des courgette, tomates, concombres, etc…

Après avoir fait ça tous ensemble nous allons maintenant nous diriger vers le Gamm Vert de Nozay pour faire les achats qui manquait pour notre « Fete du Printemps « de Vendredi 23/03, à Bel Air.

A la fin des achats nous retournons au local de l’associations où nous allons se régaler avec un marbré au chocolat et du sirop.

A bientôt.

IMG_20180228_155613

Atelier du CLAS de Chilly-Mazarin

EJZD0057

Ce matin, au CLAS, j’ai pris mon petit déjeuner : des gâteaux et du lait avec Isabelle.
on a fait des jeux : pas chassés, Lucky Luke et dans ma maison sous terre.
On était pas beaucoup et nous étions 6 enfants.
aujourd’hui on a fait nos devoirs calmement.

IEWO5808

Je me suis bien amusée.

 

Nour, CE2, école Pasteur

VMYL1699

AVEN SAVORE : Une école de la fête

 

Retrouver nos prochains spectacles

AVEN SAVORE est un projet à l’initiative de l‘association Intermèdes-Robinson qui est né en 2016 de sa rencontre avec la troupe des Kesaj Tchave d’Ivan Akimov. AVEN SAVORE est une troupe de danseurs, chanteurs musiciens, avec un répertoire musical commun issu de la tradition Tzigane, mêlé aux différentes influences qui traversent notre association. L’association Intermèdes Robinson rassemble des enfants et jeunes d’origine rrom, issus des bidonvilles du Nord – Essonne, ainsi que des jeunes de quartiers populaires, le  « Quartier sud » de Longjumeau (quartier prioritaire), « La Fontaine au Gers » à Chilly-Mazarin, et des enfants vivant dans les hôtels sociaux du territoire. Sous l’impulsion de notre équipe, ces enfants qui ont en commun de connaître des situations de discrimination et de grande précarité, répètent et se produisent en spectacle régulièrement. La pédagogie que nous mettons en œuvre est basée l’esprit de fête, la vie en collectif, la musique. Cette « Pédagogie sociale » pratiquée au sein de notre troupe comme dans toute l’association, permet à ses jeunes issus de cultures diversifiées de s’inscrire dans un projet de valorisation sociale, culturelle, à la fois personnel et collectif. La troupe ainsi créée constitue en tant que telle, un formidable outil de lutte contre les préjugés et stéréotypes sociaux et culturels.

Historique du projet :

En 2015, Intermèdes-Robinson rencontre pour la premières fois les Kesaj-Tchave. De cette rencontre est née un partenariat qui a permis aux jeunes de notre association, de participer deux saisons de suite à la tournée des Kesaj en France, ainsi qu’une collaboration sur plusieurs résidences et concerts. En 2016, Intermèdes a accueilli différents jeunes artistes en provenance de la troupe des Kesaj :
Dominik, puis Dusko et Jenica, respectivement musicien et danseuse. Ivan Akimov a par ailleurs formé notre équipe de pédagogues sociaux à sa pédagogie, très semblable à celle de l’association mais plus orientée vers la musique et la danse. L’association a mis en place dès lors, des ateliers de danse et de chant dans les espaces où elle intervient de longue date (bidonvilles, quartiers sensible, hotels sociaux). Notre troupe s’est ainsi progressivement constituée puis a participé régulièrement aux concerts des Kesaj Tchave, jusqu’à prendre part à leur tournée d’été autour d’Angers. En septembre 2016, notre troupe, Aven Savore, est officiellement active et se retrouve toutes les semaines pour répéter ou se produire sur scène.


A l’heure actuelle, la troupe se compose d’une vingtaine d’enfants et de jeunes adultes de 6 à 18 ans, garçons et filles, et de 2 à 4 musiciens. La composition de la troupe se modifie au fils du temps et des rencontres.Elle accueille en permanence un groupe plus ancien et expérimenté, aussi toujours (car c’est notre vocation) de jeunes arrivants qui se forment à notre contact.

 

Notre troupe est en perpétuel recherche de lieux et d’opportunités pour se produire, si vous êtes intéressé n’hésitez pas à nous contacter sur:  intermedes@orange.fr

Prochains spectacles d’AVEN SAVORE :

 

SAMEDI 12 MAI 2018 :

Concert DIJON à la la maison phare à 17h

1 Allée du Roussillon, 21000 Dijon

Plus d’informations

SAMEDI 19 MAI 2018 :

Concert à la fête de l’Insurrection Gitane à Saint -Denis à 16h30

Parvis de la Basilique de Saint Denis – 1 rue de la Légion d’Honneur, 93200 Saint-Denis

Plus d’informations

Les spectacles passés

JEUDI 26 AVRIL 2018 :

Concert au Quartier des Grand Pigeons à 19h.

9 Mail Clément Pasquereau, 49100 Angers

Dans la cour de l’école Annie Fratellini quartier Grand Pigeon

 

VENDREDI 27 AVRIL 2018 :

Concert au Quartier des  » 3 MATS »  à 19h.

centre socio-culturel,  Place des Justices, 49000 Angers

 

SAMEDI 28 AVRIL 2018 :

Concert à la Maison de quartier « Quart’Ney »  à 21h

7-9 rue Ernest Eugène Duboys, 49000 Angers