Notre Korczak

 

Festival de Pédagogie Sociale consacrée à Janusz KORCZAK 

Notre Korczak: 3 passions à partager

Nous voulions recommencer cette entreprise démesurée d’un Festival sur 3 jours. Nous voulions en faire un événement, pour nous, notre groupe, notre association, mais aussi l’ouvrir à nos proches, nos partenaires, et encore aux plus lointains, tous les acteurs sociaux et éducatifs.

Nous voulions faire un Festival comme on fait un cadeau, sans trop réfléchir à l’investissement, à la dimension.
Mais surtout, cette seconde édition, nous voulions la mettre sous l’influence de Korczak et pouvoir réfléchir ensemble et partager avec tous, ce qu’est Korczak pour nous, « notre Korczak ».

La passion de la Réalité

Le Korczak que nous aimons , le Korczak que nous offrons est épris de réalité. Il est passionné autant qu’inquiété par ce qui nous arrive, par l’évolution du Monde. La Korczak que nous aimons se plonge dans tout ce qu’il y a de difficile de complexe dans les évolutions  sociales, sociétales, éducatives et politiques. Il y prend sa part , de critique comme d’implication. Il ne détourne pas le regard; il n’embellit rien. Il décrit des réalités brutes et les affronte. Le Korczak que nous aimons n’est ni misérabiliste , ni idéaliste, mais il a le courage d’aller vers les invisibles, vers ce que l’on cache, vers ce que l’on dissimule, ou néglige. Le Korczak que nous aimons , regarde le monde en face.

La passion des autres

Iasmina, pédagogue sociale à Robinson depuis ses 14 ans,  a résumé ce qu’est le soin, ce qu’est l’attention à l’autre, pour notre pédagogie. Comme elle a décrit son travail auprès des enfants enfermés dans les hôtels sociaux, qui ne connaissent du monde qu’une chambre étroite où il ne faut pas faire de bruit , elle trouvé les mots pour exprimer notre principe d’action: Contenir et ouvrir.

La première tâche des pédagogues sociaux, face à des enfants opprimés, oubliés, négligés, c’est de les entourer, de les soutenir, de les contenir. Face à leur énergie explosive dès lors qu’on libère leur parole, qu’on leur ouvre des portes, nous devons les entourer , les soigner, les protéger. Il s’agit de contenir celui qui est en risque d’exploser, de se perdre, de s’éparpiller. Il faut l’aider à rassembler toutes ces expériences nouvelles, toute cette énergie réprimée.   Quelques fois, nous nous mettons à 3 pédagogues pour aider un enfant à se contenir…

Mais contenir n’aurait aucun sens si ce n’était pour ouvrir , pour sortir, pour découvrir le Monde. Ces pédagogues qui contiennent sont aussi ceux qui accompagnent les risques, qui partent à l’aventure, qui accompagnent toutes les premières fois (première fois sans ses parents, première fois,le train, la voiture, la nature, le Mc Do, la Ville, la rue, les autres…)

Contenir et ouvrir sont les deux faces de ce que nous retenons et développons de notre Pédagogie Korczak.

La passion  d’agir

« Nous travaillons avec les plus forts du Monde »

Nicolae a poursuivi cette étude de l’influence Korczak dans la pédagogie sociale; il prend la suite de Iasmina et explique: « Nous ne manquons jamais d’énergie au moment de faire ou d’agir. Nous les Robinsons, nous allons toujours jusqu’au bout; c’est après, le soir venu, que nous réalisons tout ce qu’on a fait et tout ce qu’on a vécu . Et là alors on sent la fatigue ».

Nicolae poursuit:  « En fait cette énergie d’agir ce n’est pas une énergie qu’on aurait d’avant. En réalité c’est une  énergie qu’on reçoit et qu’on prend au fur et à mesure , dans la rencontre. En réalité ce sont les enfants et les familles qui nous donnent de l’énergie. Le pouvoir d’agir ça nous fait rigoler. Ce qui compte c’est l’énergie d’agir et l’énergie , elle vient des gens et des personnes elles mêmes.  Nous, nous tenons, car nous travaillons avec « les gens les plus forts du monde ». On leur casse leur maison, et ils la reconstruisent. Tous les jours, ils recommencent. Nous travaillons  avec des résilient de la vie ».

DIMANCHE, troisième jour du Festival: Apothéose

Dimanche on commence à entrer dans certaines habitudes; le café nous attend le matin. Merci les amis de la MJC ! Le repas a commencé à être préparé la veille. Mais on est de plus en molus nombreux!

Il faut faire de la cuisine de rue: et voilà que s’improvise un plat géant de gnocchis qui réjouira l’équipe et les invités au moment du déjeuner.

Des exercices et animations sur les droits des enfants nous sont proposés en grand groupe. Puis, de nouveau des ateliers. L’atelier écriture produit des textes forts sur les dénis de droits des enfants. Et si l’enfance n’était qu’un prétexte pour ne pas être pris en compte? Si elle était une école d’indifférence et de renoncement? Nous mettons en question l’âgisme qui nous entoure.

Puis après le repas, la troupe est réunie. On s’échauffe , on se prépare. Le spectacle est à 15h00, introduit par un magnifique conte tzigane, dit par une conteuse,  Danielle.

 

Le spectacle est une fête. Nous montons tous sur scène. Il va falloir à présent se séparer, tout ranger. On ne se rend pas compte du travail énorme que tout cela représente, de la logistique et de l’organisation. Le retour sera un chantier.

 

Il va être difficile de retrouver nos habitudes, après avoir vécu quelque chose d’un peu OVNI.

SAMEDI, Second jour du Festival: Pédagogie sociale

Ce matin, a eu lieu une conférence animée par Laurent Ott, sur les traces de Korczak, et plus généralement sur les fondements de la pédagogie sociale.

IMG_E1473

S’en est suivit d’une présentation de l’association Madame Ruetabaga, par Gabriel et Mélodie, qui ont expliqué les actions et ateliers de rue de l’association, située à Grenoble.

IMG_E1474

Enfin, ce sont Nicolae et Iasmina qui ont témoigné du travail d’Intermèdes Robinson, en termes de pédagogie sociale, d’ateliers de rue et du travail social envers les enfants les plus précaires. La conférence s’est achevée sur une discussion/débat avec tous les participants du festival, autour de la pédagogie sociale et du travail présenté par les deux associations.

A midi, les permanents et stagiaires de l’association ont préparé un délicieux repas pour tous les participants.

IMG_E1482

IMG_E1479

Au menu: de  la  goulash (soupe de légumes), une figüea  (type de paella de pâtes) et un dessert à la crème de marron. Nous avons tous très bien mangé et dans une ambiance festive et musicale, aux rythmes tziganes!

IMG_E1486

Atelier Rutabaga

L’association Rutabaga est une association grenobloise, qui travaille comme Intermèdes, dans les quartiers, bidonvilles et hôtels sociaux.  Dans cet atelier, nous avons parlé des méthodes de travail communes des deux associations comme par exemple l’utilisation particulière des tapis pour la petite enfance qui permettent de mettre tous les enfants à la même hauteur; ou encore d’utiliser de vrais outils pour le jardinage avec les enfants.

Atelier Bibliothèque de rue animé par ATD Quart Monde

L’atelier bibliothèque de rue a commencé par une présentation générale. Ensuite, les animatrices ont présenté l’association ATD Quart Monde qui nous ont expliqué les différents projets de lois qui ont découlé de leurs actions dans différentes régions. Nous avons été dans une écoute active et participative de par l’échange de nos certaines actions, similaires aux nôtres: être toujours présent à la même heure, au même endroit. Les bibliothèques de rue se retrouvent essentiellement autour du livre pour créer un lien et des échanges avec des personnes de hôtels ou des quartiers. Cet atelier s’est conclu sur un échange de nos différentes associations comme Intermèdes-Robinson et la CSF.

VENDREDI: Premier jour du Festival

A notre arrivée, nous avons installé notre stand com: photos sur les murs, cartes postales, pins, revues et t-shirts sur la table. Nous avons présenter notre association au public qui passait et cela nous a permis de vendre quelques affaires. Nous avons assisté à la conférence qui se déroulait dans la première partie de la journée, intitulée « Hommage à KORCZAK ». A la suite de cela, nous avons partagé le repas commun préparée par la MJC Jacques Tati. Une fois le repas terminé, nous nous sommes attelé à disposer les salles pour la deuxième partie de la journée: ateliers pratiques et théoriques liés à la pédagogie Korczak. Dehors, nous avons commencé à préparer le repas du soir.

Atelier Cuisine:

A 14h, nous voilà prêt pour l’atelier cuisine en plein air. Au menu de ce soir, la spécialité Intermèdes: soupe de citrouille du jardin et beignets.

IMG_E1395

IMG_E1381

Marmites, légumes. Allons-y!!!! L’ambiance était chaleureuse malgré le froid. Tout le monde était très motivé.

 

Atelier écriture:

Aujourd’hui, nous avons fait un atelier d’écriture. Nous étions environ huit personnes. Pendant cet atelier, nous avons travaillé sur deux poèmes célèbres pour écrire nos textes.

IMG_4149

Dans un premier temps, nous avons constitué un travail collectif sur une fresque avant de réaliser des petits textes individuels.

IMG_4132

Atelier musique:

Un atelier animé par Bao, coordinatrice de la MJC et musicienne, qui nous a montré comment travailler sur différents instruments tels que les structures sonores, des instruments très particulier, sans solfège, fabriqués exclusivement en métal.

IMG_E1440

Ces instruments utilisé par des publics en situation de handicap émettent des vibrations. Les participants étaient très intéressés par ces instruments atypiques. Chacun à leur tour, ils ont essayé les différents appareils, puis Bao les a conduit à jouer tous ensemble. Pour le public participant, ces exercices ont constitué une nouvelle manière de communiquer.

IMG_E1434

Atelier Percussions corporelles

Pour l’atelier de percussions, à 15h30,  Dusko et Casandra ont dansé avec leur groupe de 7 personnes. Dés le début, l’ambiance musicale donne le ton pour l’échauffement.

IMG_E1410

Les personnes présentes ont été très contents d’apprendre le chant et la danse tzigane. A tour de rôle chacun a été amené à passer devant et à montrer ce qu’il a appris; à la suite de ça ils sont passé en duo.

IMG_E1413

A la  fin de l’atelier, Nicolae, pédagogue social, a apporté une approche plus historique sur les racines du peuple tzigane.

IMG_E1411

 

MARDI, JEUDI, VENDREDI: Tournée de formation, vers le Nord : Pas de Calais, Nord et Seine Maritime

En ce moment les demandes en formation , sur nos pratiques, ou  de Pédagogie sociale, ou bien sur le thème de  « l’aller vers » , se multiplient et surtout dans le Nord. Entre les journées départementales de la parentalité (réunies à Beuvry, Pas de Calais), une journée de formation sur « l’aller vers » pour les centres sociaux de Dunkerque (Nord), ou la Biennale de l’Education de St Etienne du Rouvray (Seine Maritime), c’est tout un périple qui a bien occupé Hélène et Laurent cette semaine

A Beuvry ont été mis à l’honneur les expériences « Centre social hors les murs » ou « Hauts les coeurs » de pédagogie sociale des centres sociaux de Mazingarbe et Lillers…

 

Jeudi

Atelier du Skate Park

20171116_163637

Aujourd’hui nous sommes allées au skate park . Il y avait Laura , ionut , rosa , paulina

Atelier petite enfance : les enfants ont beaucoup aimé jouer avec le petit piano , d’autres enfants ont jouer à la dinette .

20171116_164453

Atelier peinture : les enfants ont  pu s’exprimer à travers la peinture en faisant différents dessins comme ils le souhaitaient.

20171116_164840

Le gouter s’est bien passé

20171116_170405

 

Atelier du Clas

 

Nous avons commencé par une aide aux devoirs. Ensuite nous avons fait une activité manuelle dont l’objectif était de faire des petits sapins en papier.
Ensuite nous avons pris un goûter, puis nous avons fait des petits jeux tels que le facteur n’est pas passé, le Lucky Luc et le killer.

Mercredi

 

Atelier de Bondoufle

20171115_152112

Comme d’habitude nous avons eu un accueil merveilleux des enfants.
Aujourd’hui nous avons proposé un atelier petite enfance, jeux de société, peinture, grand jeux, et des jeux collectif juste avant le gouter.

Chaque atelier a eu son moment de gloire, la petite enfance et jeux de société ont normalement fonctionné. La peinture a eu grand succès.

20171115_154533

Après les ateliers des jeux collectifs on était proposé pour faire courir les enfants avec un béret, un 1-2-3 soleil et un jeu du facteur.

20171115_152150

Une superbe journée.

20171115_161614

Atelier de Saint Eloi

IMG_E1337

Aujourd’hui nous sommes allés dans le quartier de Saint Eloi en compagnie de Mariam, Adèle, Elbera, Prescilla, Iasmina et Nelson.

Nous avons mis en place plusieurs ateliers dont la petite enfance et les jeux de société qui ont eu un franc succès.

IMG_E1339

Aussi un atelier jeux collectifs avec une grande et longue partie de « Poule, Renard, Vipère » et une partie « d’Epervier ».

Nous avons fini cette journée par un conseil de quartier et le gouter.

IMG_E1341

Atelier du Jardin

IMG_20171102_153651

Aujourd’hui avec Ionut on se rend sur le  potager des Robinsons à Saulx-les-Chartreux, pour s’en occuper de la dernière parcelle à retourner avant les gelées pour ainsi étaler une partie du fumier pour enrichir la terre avant le printemps.

 

 

 

« APPEL » DE KORCZAK rédigé à l’occasion du Festival de Pédagogie Sociale

  Nous acteurs sociaux, éducatifs, culturels, de tout horizon, professionnels ou non, engagés dans le travail éducatif , social et culturel vis à vis des enfants et familles les plus pauvres et précarisées , nous sommes réunis à l’occasion du second Festival de Pédagogie sociale , à Orsay (91) les 17, 18 et 19 novembre , sous l’égide du grand pédagogue polonais Janusz Korczak, grand ami des enfants, promoteur de leurs droits.

Ensemble nous avons constaté et témoigné combien les notions de droits des enfants en France restaient essentiellement théoriques. Nous avons constaté que dans les réalités sociales, locales, institutionnelles, on continue d’exclure chaque jour de tout droit  effectif, de toute protection réelle de plus en grands nombres d’enfants.  Nous constatons que  les enfants pauvres et précaires de notre pays ne bénéficient d’aucun statut protecteur et que même, pour certains d’entre eux, l’enfance devenait quelques un handicap supplémentaire qui les prive de toute possibilité de se faire entendre ou d’agir par eux mêmes.

Nous devons aujourd’hui prendre en compte les dizaines de milliers d’enfants en situation de rue que compte notre pays. Nous devons rapporter et décrire quelles sont leurs conditions de vie et ce qui ne fonctionne pas dans leur rapport aux collectivités ou aux institutions.

Alors que  les structures classiques et traditionnelles reproduisent bien souvent le mêmes discriminations et exclusions, y compris quand elles se donnent comme objectif de les combattre, à l’exemple de Korczak, nous devons contribuer à de nouvelles pratiques, à  de nouveaux dispositifs qui ne laissent personne au bord des routes.

Nous donnons rendez vous aux personnes présentes à ce Festival l’année prochaine afin de voir entre nous ce qui aura avancé et ce qui aura changé dans la situation de ces enfants.

Et nous invitons dès à présent les élus, les responsables  des institutions éducatives, sociales et culturelles, locaux et nationaux à contribuer à recenser et soutenir les actions qui vont réellement à rencontre de ces publics.