Perdre ou retrouver la capacité à faire événement

De tous les secteurs du Travail Social reviennent et s’accroissent les mêmes plaintes. Le « burning out »  vient se doubler d’un « boring out » (lié à l’ennui); les pratiques deviennent procédures, puis routines. Les marges d’autonomie, d’initiative s’amenuisent. On organise la peur du risque pour ne pas s’apercevoir qu’on ne peut plus rien entreprendre.

Ce qui semble avoir été perdu est exactement la capacité à faire événement. Qui peut croire aujourd’hui sans s’illusionner qu’une de ses actions, interventions, prise de position, démarche ou initiative pourrait encore faire événement?

SAM_8867

La certitude que la plupart des gens pouvaient avoir qu’ils pouvaient faire événement s’ils le souhaitaient, était très banale et très répandue jusqu’à la fin du XXème siècle. Nous remarquons encore avec amusement aujourd’hui que certaines personnes, souvent parmi les plus âgées, croient qu’ils auraient conservé un tel « pouvoir ». Telle partenaire nous dit gravement que face à un problème insoluble, si ça continue , elle finira par écrire une lettre (ça fait peur…) Tel autre, pense que le fait de nous avoir dit tout haut son opinion, ou son souhait modifierait forcément le cours des choses…

Le caractère décalé de ce genre de croyances (qui manifeste ici et maintenant que c’est carrément l’époque que nous vivons qui n’a pas été comprise) nous apprend beaucoup sur ce qui nous a été retiré en si peu de temps.

Ceux qui ont le moins d’illusion car ils n’ont jamais rien connu d’autre que l’impossibilité de faire événement, sont les jeunes eux mêmes. Du coup, ils n’essaient pas, ne se risquent pas à croire ou même à espérer. Ils préfèrent gagner du temps, rester extérieurs autant qu’ils le peuvent, retarder  autant que possible leur engagement,  pour tenter de faire durer, un peu plus longtemps, le minimum d’illusion qu’ils gardent pour ne pas « décrocher ».

Nous voyons que l’enjeu vis à vis de la conquête de la capacité à faire événement est ici double: pour les uns, il va nécessiter de perdre des illusions, et pour les autres de tenter quelques nouvelles espérances; l’illusion comme l’absence d’espérance sont en effet les deux empêchements majeurs de l’initiative sociale.

La capacité à faire événement est intimement liée à la condition de se sentir reconnu, c’est à dire aussi communément légitime. Or, comment pourrions nous conserver un tel sentiment alors que se multiplie dans la vie quotidienne de tout un chacun des manifestations inverses de non reconnaissance, de non légitimité, des expériences de déconsidération?

A défaut de nous sentir reconnus pour nous mêmes, nous sommes invités à nous faire reconnaître par des qualités extérieures aléatoires, des compétences, des opportunités.  Or , celles ci sont par essence réversibles et précaires. La jeunesse peut être ainsi un handicap, tout comme la vieillesse et toute qualité peut rapidement se retourner en son contraire en fonction des contextes et accidents de la vie.

Il faut bien comprendre que c’est le quotidien lui même qui s’est transformé; un professionnel éducatif des années 70 collectionnait jour après jour des marques de reconnaissance pour lui même. On ne lui renvoyait pas des images positives pour son travail, ses qualités mais en tant que cette personne était Mme X ou M Y. C’est en tant que soi même et nul autre, que la reconnaissance sociale se déployait.

Considérons comme aujourd’hui cela n’a pas seulement changé, mais s’est tout simplement inversé: la fréquentation des institutions nous renvoie à un vécu quasi quotidien de non reconnaissance de soi en tant que nul autre. Ce qui est apprécié, éventuellement admis, reconnu ou autorisé est justement ce qui est détachable de nous mêmes: un statut, une qualité, une compétence. La reconnaissance éventuelle ne se reporte plus sur nous mais sur ce qui en nous est ce qui est le moins nous mêmes.

Est ce si grave? Que perdons nous avec cette capacité à faire événement ou cette croyance en cette possibilité de le faire? N’est ce pas justement l’engagement, c’est à dire la possibilité à nous approprier ce qui nous entoure? N’est ce pas le pouvoir de faire « nôtre » notre métier, notre environnement, notre vie peut être?

Et pour autant nul être humain ne peut réellement perdre la capacité de faire événement; il peut juste l’ignorer, l’oublier, l’éviter ou y renoncer. Mais on peut aussi tout au contraire l’apprendre , s’y initier, s’entraîner.

La Pédagogie Sociale est initiation à l’événement; elle familiarise tous ses protagonistes à deux qualités essentielles que l’on retrouve dans la moindre activité qui s’en inspire: l’inconditionnalité et l’irréversibilité.

Tout événement est  inconditionnel dans le sens où il engage à des effets qui ne sont pas connus d’avance et qu’il concerne l’environnement dans lequel il se déroule, sans que l’initiateur puisse limiter son action à tel ou tel fragment de celui ci.

Tout événement est irréversible en ceci qu’il modifie la réalité qui l’entoure et qu’il ne peut évidemment pas y avoir de retour en arrière.

La Pédagogie Sociale est école d’initiatives, d’événements, de manière discrète , la plus simple et naturelle possible. On y expérimente au quotidien que l’inconditionnalité et l’irréversibilité ne doivent pas faire peur mais provoquent au contraire du changement et de l’amélioration (aussi minime soient-ils) dans l’environnement immédiat.

A l’inverse de la relation en institution et aux institutions, ces initiatives ne sont pas liées aux qualités, statuts, rôles et missions de ceux qui les mettent en oeuvre. Chacun « y est pour soi même » et est reconnu comme tel, y compris quand il s’y engage professionnellement.

En cela , la Pédagogie Sociale permet sans illusion, mais dans le concret, aux uns et aux autres de faire l’expérience de leur capacité à faire événement.

DIMANCHE: Soleil au Jardin, 14 au terrain ! 

Une belle journée s’annonçait et cela a été tenu. Nous étions donc nombreux pour un dimanche radieux.

IMG_5774

C’est le bon moment: la terre est souple , pas détrempée et nous réaménageons toutes nos parcelles et prévenons l’invasion printanière et estivale des mauvaises herbes.

IMG_5761

Réaménager le terrain c’est le rendre plus agréable, plus habitable, plus efficace et productif aussi.

Aujourd’hui, tous les âges étaient au travail , des plus petits aux plus anciens et chacun trouve une tâche à sa mesure (et le temps de s’amuser).

IMG_5778

 

SAMEDI

Villa Saint Martin

Comme un air de printemps aujourd’hui à la Villa Saint-Martin ! Des enfants, du soleil, des mamans, des rires et tout pleins d’ateliers proposés ! Quelques enfants nous ont fait part la semaine dérniere de leur besoin de réparer leurs vélo. Cosmin en bon Bricoleur proposa un atelier de réparation : regonflage, resserrage des freins, une selle à remonter, un pneu à changer. Toutes les petites réparations peuvent être réalisées. L’idée n’est pas que l’enfant consomme ce service comme chez le garagiste. Mais bel et bien d’initier filles et garçons (pas de stigmatisations !) à la débrouillardise et au petit bricolage. C’est en agissant qu’on apprend à agir, c’est en faisant qu’on apprend à faire, c’est donc en réparant qu’on apprend à réparer !

SAM_8874

Une bonne odeur  de crêpes commence à se répandre au cœur du quartier : Jessica et lina, sous le regard attentif, de Laura préparent les fameuses crêpes voulues par les enfants lors du vote du précédent conseil d’enfants. Rien de mieux comme campagne de communication : l’odeur de la bonne farine du Moulin et du chocolat fait venir les petits curieux et gourmands !

SAM_8895

Installé sur les tables, Nicolae proposa un large choix de jeux de sociétés et prit plaisir dans la confrontation avec les enfants dans des jeux d’adresses, de réflexion, ainsi que de rapidité ! Nadège était présente en tant qu observatrice…mais cette observation s’est très vite transformé en observation-participante. Elle partagea de moments complices avec les plus petits sur le tapis « Petite-enfance ». Tâtonnement, Expérimentation et Imagination : à travers le jeu et les pairs ces petits bambins voient le monde se découvrir. Assis en tailleur sur les poufs autour de Thibaud, l’espace lecture a connu son succès.

Petits et grands, frères et sœurs ont pu choisir des histoires qui nous ont fait très rire ! Il était temps de se dégourdir les jambes avant de savourer le gouter, ainsi Thibault avec une petite bande d’enfants élabora une grande  « Tèque » . Une version modifiée du célébre Base Ball Américain. Pendant tout ce grand jeux les deux équipes n’ont pas arrétées de gonfler en nombre. Attirés par les rires et le challenge sportif Cosmin et Nicolae n’ont pas mis longtemps à nous rejoindre !  Sport et Rigolade était au rendez-vous. Lors du conseil de Quartier les enfants ont souhaité qu’on réitère un grand jeu sportif pour la semaine prochaine ainsi qu’un atelier coloriage organisé. Mathis et Jean quant à eux ont la lourde tâche de rechercher et proposer leurs recette de Fondant au chocolat et de cupcakes.

 

 

SAM_8925

 

Champlan

Encore une après-midi haute en couleurs ! On commence par le béret, ce qui nous permet de compter et de jouer tous ensemble. Notre maître du jeu, qui est un peu désordonné, appelle plusieurs numéros à la fois dès le début de la partie, alors c’est un peu le bazar, car on ne sait pas qui doit toucher qui.

SAM_7626

Ensuite on sort le punching-ball du camion. Repéré dès notre arrivée par les enfants, ils n’attendaient que ça. On donne les règles au début pour ne pas que cela dégénère : un seul enfant à la fois met les gants, et les autres attendent leur tour derrière la ligne. Les petits comme les grands tapent dans le boule rouge, de toutes leurs forces ou de façon appliquée, chacun à son style.

SAM_7634

Pendant ce temps, les tous petits petits jouent avec la dînette et les legos sur les tapis colorés.

SAM_7624

L’heure tourne et nous nous installons autour des tables pour dessiner des animaux, en suivant la forme des nos mains, que l’on pose sur les cahiers. Bientôt, de drôles de chevaux et dinosaures apparaissent sur les cahiers.

SAM_7664

Des petits que je n’avais pas vu depuis longtemps nous rejoignent. Il s’agit de Roberto et Amador !

Après l’expulsion de l’ancien camp de Wissous, nous avions continué à les voir un peu pour des sorties, alors qu’ils étaient à l’hôtel, puis nous les avions perdus de vue. Ils me racontent qu’ils étaient partis à Nantes et que leur sœur Florentina s’est mariée là-bas….

Ils feront dorénavant partie de notre petit groupe et je vais leur préparer des cahiers pour qu’ils y collent leur joli dinosaure.

Espace ado

Aujourd’hui, les habitués sont arrivés vers 14h40. Avec le bruit de fanfare et le petit train touristique à l’extérieur, j’ai bien cru que personne ne viendrait.

Les Bamba sont arrivés et se sont joints à Simena et Denis. Simena a commencé son petit salon de coiffure. Je lui ai dit plusieurs fois qu’elle pouvait me couper les cheveux pour s’exercer, mais je crois qu’elle manque encore de confiance. Elle n’a en fait jamais coiffé personne. Il va falloir s’y mettre, je suis prêt à faire le cobaye. La prochaine fois peut-être. Les Bamba ont proposé de l’aider, ainsi que son frère, mais non. En revanche elle a maquillé toutes les filles et leur a fait le vernis des ongles. Elles sont satisfaites et coquettes.

SAM_7805

Avec Lossénie et Nabintu nous avons fait de la percussion, ils ont été très en demande d’apprendre et c’est ce qu’ils ont fait. Quelques rythmes simples sont maintenant acquis. Le rythme ternaire avec alternance des mains n’est pas facile mais Lossénie et Nabintu persévèrent pendant plusieurs longues minutes.

Vient ensuite le moment cuisine. Lossénie veut faire un gâteau au chocolat. Tiens, voilà Keliane qui arrive, elle fait savoir sa présence par son caractère. Tout le monde n’est pas d’accord avec la méthode de Lossénie de faire fondre le chocolat avec de l’eau au micro-onde, mais il arrive à s’imposer, et le résultat n’est pas mal.

Avec Keliane et Nabintu on tente le caramel dur (eau et sucre) et après quelques doutes, le mélange prend la couleur du caramel. Il est un peu amer, peut-être un peu trop cuit ou peut-être y a-t-il trop de vinaigre blanc. Mais on aime bien.  Awa fait des crêpes. Sans faire attention, elle a pris de la farine de blé noir. C’est étrange mais on aime bien, certains n’aiment pas. Elle rechigne à laisser d’autres participer, mais au bout d’un moment elle nous laisse le champ libre. En fait, elle laisse tomber ses crêpes.

SAM_7807

Les autres rentrent des ateliers, il est temps de goûter et de manger. On se reverra bientôt.

Je suis content d’avoir eu Lossénie et Nabintu volontaires, souriants et me sollicitant souvent. Ce n’est pas leur habitude et grâce à cela, l’ambiance était bonne. Très bonne même.

VENDREDI

La Rocade

Plus d’une cinquantaine d’enfants furent présents aujourd’hui et une multitude d’activités furent également proposées…

Flora, Iasmina et Marion, avons installé le matériel pendant que le reste de l’équipe finalisait la mise en place des autres activités. La cuisine fut animé par Sandra qui a fabriqué, avec les enfants, deux délicieuses tartes aux pommes qui ont été dévorée au moment du goûter de par leur beautée et leur goût SUCCULENT !

SAM_8773

Tandis que Iasmina apprenait à des enfants comment se servir de l’élastique, en groupe, en leur permettant de se servir de leur jambes de manière très agiles, Flora et moi aménagions deux tapis, incluant instruments de musique et espace dinette et livre. Ensuite, il était temps de monter un espace motricité, ou un long parcours dont le but était de récupérer trois balles. Une fois arrivé au bout du circuit, il fallait renverser les quilles de bowling ! Notre musicienne Flora a permis aux enfants de manipuler divers instruments ainsi que de faire des rythmes.
Leïla, Aline et Laura nous ont alors rejoint. Laura a pu animer l’atelier jeux de société. Aline et sa créativité à permis aux enfants de créer des bracelets en laine avec une technique que je ne connaissait pas ! Très innovant comme manière de faire. Leïla a sorti les bombes de peinture. J’ai pu y observer un atelier graff, et a pu stimuler la créativité des enfants.

SAM_8858

Les enfants faisaient la queue pour chacun des ateliers afin de pouvoir participer. Et cela fait plaisir de voir que les activités proposées plaisent tant aux petits, comme aux plus grands.

Le temps est passé très vite… Il était déjà temps de ranger, pendant que le reste de l’équipe proposait le gouter à tout le monde ! Après tant d’effort, il est très bon de reprendre des forces !

SAM_8867

 

Jardin

Superbe après-midi ensoleillé sous le ciel bleu marine de Saulx, qui nous promet du beau temps et du chaud.

SAM_2711

Mais avant tout ça nous prenons le chemin pour récupérer les amis au lieu du rendez-vous habituel pour ensuite partir au jardin pour une nouvelle séance de jardinage. Sur le chemin vers le jardin, Franck nous raconte son expérience d’une nuit au Château de Buno en compagnie des autres adultes et enfants, et du coup nous nous rendons compte qu’il avait bien aimée les activités proposé par Leïla pendant le week-end au Château.

Nous commençons du coup notre séance de jardinage avec les adultes bien contents de la journée et du soleil qui nous chauffe et nous donne envie de travailler ce beau jour. Et petit à petit la séance déroule en commençant d’ouvrir une nouvelle parcelle pour les prochains plantations et ensuite d’étaler le fumier sur les parcelles qui en avait encore besoin, car du coup nous avions élargi une des parcelles avec 2 mètres et demi et la retourner avec le motoculteur.

SAM_2699

Tout ça étant dit les tâches de cet après-midi ont été bien accompli et nous rangeons bien le matériel du jardinage afin de prendre le goûter tous ensemble bien mérité par chacun d’entre nous.

SAM_2712

A plus !

La ruche

Aujourd’hui nous avons initié Théo et Fatima au « Cajon » ! En effet deux de ces instruments ont pu être fabriqués, ce qui permet d’avancer dans le projet où nous pouvons maintenant commencer à jouer de la musique. Quentin à l’aide de sa guitare a pu proposer différents styles musicales du Funk au Flamenco les enfants ont du trouver la bonne pulsation pour accompagner en rythme. Pas évident de coordonner les mouvements ! 3 temps, 4 temps, son grave et son aigu…

SAM_7615

Les exercices, que l’on propose, permettent aux enfants d’être en relation étroite avec leur corps et ses mouvements pour ressentir ce qu’il fait. Il faut entendre, écouter et réfléchir pour que les mains et les bras permettent à Théo et Fatima de frapper juste. Ainsi le rythme du « Cajon » est ressenti dans tout le corps. Cet atelier fût un moment privilégié pour les enfants qui ont pu vivre leur propre expérimentation musicale ! Nous avons profité du beau temps pour sortir dehors afin de customiser et personnaliser les instruments avec les bombes de peintures.

SAM_7623

Toujours dans une logique d’expression artistique libre sans contraintes imposés par des adultes voulant une certaine « norme du beau », les enfants ont pris l’initiative de peindre les Cajons en harmonisant les couleurs et en utilisant des pochoirs fabriqués sur l’instant présent. Nous laissons les Cajons sécher, le temps de gouter et de discuter informellement avec les enfants.

JEUDI

Skate park

Nous avons passé un atelier très agréable sous un grand ciel bleu…eh oui, le beau temps est de retour et ça fait du bien à tout le monde ! Du coup, une quinzaine de mamans sont restées prendre le thé, discuter et faire bronzette au passage ! Les enfants étaient au rendez-vous aussi. Au début de l’atelier, ce sont surtout des petits qui nous ont rejoints sur l’atelier pour jouer à la dînette et y inventer des histoires et des recettes des plus farfelues avec Iasmina, jouer au croque-carottes avec Cosmin ou encore écouter ou lires des histoires avec Flora.

SAM_2671

Puis des plus grands nous ont rejoints pour participer à l’atelier cirque avec Leïla et s’y sont initiés à la slakline et au jonglage avec assiettes chinoises, diabolos et massues. Les plus petits nous y ont finalement rejoins pour s’essayer à l’équilibre et à la manipulation d’objets.

SAM_2690

Nous étions tellement bien que le temps a filé sans que nous nous en apercevions et voilà que nous nous sommes aperçus que l’heure du goûter était déjà passé alors nous avons vite plié bagage pour se réunir sur le tapis pour partager un délicieux gâteau aux pommes et au chocolat cuisiné ce mardi au local avec un morceau de nougat au miel confectionné le week-end dernier au château de Buno par un groupe de Robinsons…et sans oublier un bon chocolat chaud !

SAM_2695

La Croix Breton

Les premiers enfants sont arrivés et nous avons commencé à faire un « foot-bowling ».

SAM_7771

Marion a installé les jeux de sociétés : le plus que célèbre crok-carotte, tic tac boom et la course des souris.

SAM_7790

Les enfants ont appréciés le principe de la course des souris. Pour le grand plaisir des éducateurs solidarité et cohésion étaient au rendez vous !

De nouveaux enfants étaient présent aujourd’hui ce qui leur a permis de créer de nouveaux liens et de profiter d’un temps périscolaire tout en profitant d’être dehors et d’apprendre ludiquement.

Le foot bowling a permis aux enfants de se dépenser. Ils ont aussi fait une balle au prisonnier et du freezbee avec Nicolae.

La Ruche

Maintenant que presque tous les enfants sont scolarisés, nous nous rendons sur le camp pour récupérer les plus grands, pour qui on attend une réponse de l’inspectrice. Gaby n’est pas là mais Amalia et Florentina nous attendent de pied ferme.

Je leur dis qu’aujourd’hui, c’est à elles de choisir ce qu’on fait pour notre séance d’expression corporelle. Et tout naturellement c’est la danse qui vient ! Je cours chercher les foulards pour nous les accrocher sur les hanches. On part sur l’idée de faire un spectacle à montrer aux collègues cette après-midi. Thibault, qui est avec moi sur la Ruche doit nous laisser répéter entre filles car Florentina n’ose pas danser en sa présence.

SAM_2665

Pas évident de monter une chorégraphie quand on a l’habitude de danser librement et individuellement, alors on revient souvent au « free style » mais au moins on danse ensemble.

SAM_2659

Mon petit Fofi est avec nous, et tout excité de nous voir nous agiter et faire du bruits avec nos foulards, il essaye de nous manger les pieds ! Fofi gata ! On invite tout le monde à nous rejoindre pour notre petite choré improvisée. « Bravo les filles. Et si vous faisiez un vrai spectacle lors de notre prochaine soirée conviviale ? On pourrait demander à Lidia, la dame qui cousait sur le camp tout à l’heure, de vous faire des jupes ?!! »

L’idée est lancée, les filles vont réfléchir et s’entraîner sur le camp et on va voir pour coupler le projet « cajon » des garçons de Champlan. Ce serait chouette si les filles les rencontraient et dansaient sur leur musique…

De retour sur le camp, je discute avec la couturière qui est aussi la chef du camps apparemment. Elles est ok si on lui trouve une machine. Il me reste donc à trouver ce qui cloche avec celle qu’on a au local !

Au cours de l’après-midi, Laurent nous apprend que Amalia et Gaby vont pouvoir aller à l’école dès demain car l’inspectrice a cédé pour que, malgré leur 11 ans révolus, ils puissent aller en primaire !

Amalia est super contente mais Florentina déçue. Elle a 12 ans et pour elle, c’est presque sûr que ce sera le collège et avant ça, il faudra passer des tests. En attendant, on continuera de lui proposer de venir avec nous pour faire des choses ensembles

SAM_2670

Atelier 3/6 ans: PREMIER ATELIER AU SQUAT DE BALLAINVILLIERS

Aujourd’hui j’ai rencontré les enfants qui habitaient à Villebon qui maintenant habitent à Ballainvilliers

Là-bas il y avait 6 petits et des ados qui sont restés avec nous ,on a commencé avec un jeu collectif (tomate ketchup ).

SAM_8710

Après on a fait  un jeu de construction avec les legos, après ils ont fait des coloriages, je leur ai lu aussi quelques livres, les enfants  étaient très contents que l’on commence les ateliers là-bas.

SAM_8712

Les ados sont restés avec nous jusqu’à la fin, on a joué à la balle au prisonnier tous ensemble, même les adultes ont joué avec nous, au goûter c’était super et calme, les enfants ont adoré, toute la journée était super.     l

MERCREDI

Bel Air

Cet après-midi, une atmosphère colorée et pleine d’énergie a régné sur l’atelier de Bel-Air !

Au menu aujourd’hui : peinture avec des pinceaux, éponges et puis aussi avec les doigts – les enfants étaient invités à raconter en dessins ce qu’ils avaient fait pendant leurs deux semaines de vacances d’hiver qui se sont tout juste achevées, que ce soit au quartier ou ailleurs-,

SAM_7724

Slackline pour jouer avec l’équilibre, assiettes chinoises pour mettre à l’épreuve son adresse et parfois aussi sa patience, parties d’échec pour étirer voire tirailler les neurones et parties de foot pour se réchauffer !

SAM_7757SAM_7734

Par moments, le vent déchaîné de Bel-Air faisait s’envoler parfois un roi, une tour, une assiette ou encore une peinture…mais nous étions tous bel et bien déterminés à ne pas nous laisser dérouter par son souffle impitoyable. Nous avons bien profité de l’atelier tous ensemble et avons eu le plaisir de nous réchauffer en fin d’atelier avec un bon chocolat chaud accompagné d’un morceau confectionné la veille…mmm…chaque semaine, on goûte une nouvelle recette imaginée par les mamans le mardi !

SAM_7759

La Ruche

Aujourd’hui, nous étions au jardin avec trois enfants du camp de Ballainvilliers, nouvellement réinvesti. Des enfants intéressés et calmes, curieux, si on en croit l’intérêt qu’ils ont montré pour les expériences.

Avec Marion, nous avons préparé de l’eau des feuilles, des gobelets afin de faire quelques expériences basiques. Première notion : l’air ce n’est pas « rien ». On demande aux enfants de mettre un gobelet dans un saladier d’eau sans le remplir d’eau. Ils sont étonnés de voir que le verre ne se remplit pas si on le plonge droit dans l’eau. Ainsi, on voit que le verre ne peut pas se rempli car il est « déjà rempli d’air ». Ensuite nous leur faisons renverser un verre avec une feuille cartonnée dessus, le verre ne se renverse pas.

DSC_0315 - Copie

Cela a été qualifié de « magique ». Malheureusement, le français très balbutiant des enfants ne permet pas de savoir s’ils ont compris l’explication. En tout cas, la découverte a eu lieu chez eux.

Après une récréation balançoire, ils ont été très volontaires pour une nouvelle expérience. La fleur découpée puis pliée qui s’ouvre lentement lorsqu’on la pose à la surface de l’eau. Cette expérience a plu également. Les enfants n’ont manifestement pas l’habitude d’utiliser des ciseaux, cet entraînement a été bénéfique. Il y avait même de la demande.

DSC_0307

Nous leur avons ensuite montré la première propriété de l’huile : elle ne se mélange pas à l’eau, elle est plus légère et se met au-dessus de l’eau. Les yeux se sont écarquillés en voyant le verre à deux liquides séparés distinctement. Cependant  Nicolae, Cosmin, Madalin et Eric étaient en train de finir l’installation du brf en ensuite d’entourer les parcelles de l’entré du jardin  pour rendre le jardin plus beau mais aussi pour donner aux enfants et aux adultes de venir et de revenir au jardin.

Un bon goûter cuisiné par Marion et Thibault hier, et nous sommes repartis en nous promettant de nous revoir très vite et régulièrement.

DSC_0329

Wissous

Aujourd’hui, toujours dans une logique de pédagogie de projet étape par étape où nous respectons les temporalités d’apprentissages de chaque enfants Laura, Évelyne et moi (Thibault) avons proposé aux enfants de Wissous de revenir sur les acquis des ateliers de la semaine dernière tout en rajoutant ou en complexifiant quelques règles. Dans un premier temps, nous avons avec les enfants réalisés une course de relais par équipe à travers un parcours où les enfants devaient slalomer en tenant une petite planche de bois où était posé un verre d’eau. Ce jeu contient plusieurs objectifs pédagogiques mais sans oublier que la joie et l’amusement était au cœur de celui-ci.

SAM_2579

En effet, les enfants ont pu développer l’esprit d’équipe entre le relais et les encouragements de chacun ! En terme de motricité, c’était très intéressant de voir les plus petits et les plus grands s’impliquer dans la course de slalom tout en veillant minutieusement à l’équilibre du verre d’eau.

Verdict de l’arbitre Laura, l’équipe Rouge est désignée vainqueur, revanche à prendre ! Après ce moment de défoulement collectif où quelques bambins et pédagogues se sont retrouvés un peu mouillés par le verre d’eau nous passons à un atelier manuel créatif. Avec le Soleil présent aujourd’hui nous séchons très rapidement !

La semaine dernière l’atelier Bolas et balle de jonglage a connu un grand succès, les enfants ont naturellement eu envie de continuer et ainsi terminer cet atelier de confection. Tout le monde met la main à la pâte, les enfants s’impliquent énormément en customisant soigneusement leurs productions. Après un remplissage des ballons de baudruche avec du vieux riz, place au choix de couleurs, tissage, découpage, accrochage de ces balles.

Chaque enfants a voulu personnaliser sa Bolas. La confection terminée, place aux spectacles ! Tous en rond dans la cour du camps, les fils dorés et bouts de laines virevoltes dans le ciel de Wissous. Nous apprenons aux enfants, une palette de gestes et de figures d’art de cirque afin qu’ils puissent explorer par eux mêmes toutes les possibilités de ces fameuse « Bolas ».

Troisième temps de l’après midi : le bilan écrit,dessiné, schématisé ou bien gribouillé de la journée dans leurs cahiers. Ce petit journal de Bord personnel est toujours autant apprécié des enfants. Ils écrivent et dessinent ce qu’ils ont vécus et réalisés durant ces activités. Ils nous demandent de regarder, de traduire ou d’expliquer quelques mots. Il y a une réel envie de s’exprimer à travers ce cahier, nous les encourageons toujours avec le sourire.

SAM_2628

Nous terminons cette journée, assis tous ensemble en rond sur les tapis avec le goûter. Ce fut un temps calme et paisible où nous dégustons notre boisson chaude et nos biscuits. Un sentiment de journée bien remplie est ressenti !

SAM_2645

Tapisserie 

Aujourd’hui, je commence les sorties « initiation tapisserie » avec les enfants . Momo et Aïssata m’accompagnent et découvrent l’atelier de Noëlle et toutes ses bobines de couleurs, mais aussi les métiers à tisser de toutes les tailles.

SAM_8678

 

SAM_8680

Après une petite explication du projet et du déroulement de la séance, ils essayent chacun leur tour et nous avons bientôt deux duites (lignes) supplémentaires à notre échantillon de tapisserie. Notre petit bonhomme a déjà ses deux bras ou presque, son ventre, ses deux jambes et une belle étoile, à ses côtés.

SAM_8687

Nous profitons de notre petit comité pour tester le « tricotin en carton ». Je l’ai baptisé comme ça, car c’est le même principe : en guise de tricotin, un petit bout de carton octogonale d’où sort petit à petit,, une petite queue tressée pour faire un bracelet.

Momo fait un petit film pendant qu’Aïssata est à l’ouvrage, comme ça, on pourra montrer aux autres !

 

MARDI

Maman est en bas, bébé est en haut ..

La rentrée des classes a su occuper les mamans habituelles… Nous en avons profité pour entretenir notre local après avoir fait plein de gâteaux à proposer aux enfants lors des goûter de la semaine… 16h00 : une nouvelle adhérente arrive ! Nous en avons profité pour discuter autour de la fabrication des délicieuses recettes de Thibault !

SAM_8652

Nous avons commencé la cuisine avec la petite Andréa où Marion toujours attentive a pu lui proposer la confection de petits gâteaux aux Yaourt et à la pomme.

SAM_8653

Nous avons pu accueillir une nouvelle maman : Liza. Elle s’est très vite prêté au jeu de la cuisinière ! Ensemble, nous avons cuisinés gâteaux, cookies, muffins à l’amande, aux pommes, aux chocolat et à la banane. Les enfants risquent de se régaler ! Liza même si elle nous dit qu’elle ne cuisine très peu, s’est appliqué et nous a fait des succulents cookies ! Nous nettoyons collectivement tous les ustensiles de cuisine avant de partager un dernier bout de gâteau autour d’un café convivial et avant de se dire à la semaine prochaine.

Pendant ce temps, Andreia, 2 ans et demi est présente ! Super, nous allons pouvoir profiter d’un moment de jeu et d’individualité au sein de l’espace petite enfance. Mais, dans un premier temps, elle a souhaité nous aider à faire les gâteaux !! Quelle fierté ! Elle semblait être très satisfaite de son talent culinaire, et elle a raison !

Que ce soit pour cette activité ou lors de moments de jeux, il me semble que cette jeune enfant est en plein stade de l’imitation. Alors, cuisiner comme le fait sa maman doit être un honneur et est en tout cas, très constructif pour elle. Je remarque une barrière de langue assez souple lorsque  nous nous retrouvons toutes les deux. J’ai apprécié cet échange. Cette enfant m’a fait prendre conscience de ce que pouvaient vivre les jeunes enfants n’ayant pas acquis le langage. Ainsi, les mimiques, les expressions vocales et autres communications non verbales étaient aux rendez vous. Ainsi, nous avons pu échanger.

Une fois qu’Andreia s’est adapté à moi, elle a pu me faire confiance et se livrer à un « jeu autonome », soit une technique pédagogique décrite par Emmi Pickler en Hongrie… En effet, Andreia m’a montré son intérêt et sa curiosité au sein de cet espace en profitant de chaque objet qui l’intriguait. Elle a souhaité que j’entre dans son jeu, alors je l’ai fait. Elle m’a préparé à manger, m’a fait faire la sieste, a su me mettre des doudoux et autres objets afin que je me sente bien ! Un moment assez paradoxal mais passionnant.  Transvasements, empilements, motricité fine, motricité au sens large, manipulation, créativité, échange, interractions, une journée enrichissante…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *