Je pense donc j’avance

Qu’est ce qui distingue un mouvement , au sens d’organisation, d’un « centre », au sens d’institution? C’est la dynamique et le changement qui font la différence.

En pédagogie sociale, nous faisons en sorte que nos actions ne se replient jamais sur quelque « centre » que ce soit. Le « centre », comme l’établissement constituent des raccourcis et des facilités perpétuellement tentantes pour l’action sociale et éducative.

Photo0005

Il n’y a plus à aller vers, il n’y a  plus qu’à accueillir;  ce qui assigne immédiatement des places bien distinctes à celui qui vient et  à celui qui « accueille »; « l’usager » et le professionnel; le valide et l’invalide; le malade, le soignant; l’éducateur et l’éduqué…

A l’opposé d’un travail depuis un « centre », le travail « en mouvement »  a deux autres caractéristiques bien différentes:

En premier lieu, il est inconditionnel là où l’accueil en institution est toujours soumis à de multiples conditions.

Inconditionnalité

Quand vous travaillez dehors, sur un territoire commun , vous  ne décidez jamais de qui et de ce qui arrive. Vous faites avec. L’inconditionnalité devient la base même du travail, sq spécificité. C’est le caractère principal. Tout découle de l’inconditionnalité bien plus que de « l’offre préalable ».  Tout accueil en institution, en centre  est la négation d’une telle inconditionnalité. Celui qui pousse la porte est censé adhérer à ce qui est proposé. Il est censé correspondre au public prédéfini.

Tout travail en institution consiste justement en cela: tenter de réduire à zéro l’effet du hasard, limiter au maximum toute incertitude.

Tout travail « hors institution », consiste en l’exact opposé: créer de l’incertitude et modifier l’ordre supposé des choses.

Irréversibilité

La Pédagogie de rue a une seconde caractéristique: elle est irréversible. La simple présence de l’atelier de rue modifie l’environnement et les relations de la rue. Ce qui était ordonné, structuré , établi est d’un seul coup modifié par l’imposition de l’atelier.

Dès lors l’impact de ce travail est irréversible; il avance vers du neuf; on ne peut pas revenir en arrière.

Sur le plan humain cette irréversibilité est de même nature que celle du don (irréversible lui aussi car je ne peux effacer un don qui m’ a été fait).

Travailler en Pédagogie Sociale nous amène à réfléchir sur les conséquences et l’impact de cette irréversibilité et cette inconditionnalité dans un contexte social, économique , politique où tout est toujours pensé à l’inverse comme perpétuellement réversible et soumis à de plus en plus de conditions.

Qu’est ce que la précarité , finalement , sinon la menace perpétuelle de la réversibilité de toute chose? Passer de l’emploi au chômage, du logement au sans abrisme, …

Qu’est ce que la précarité également, sinon  l’interminable litanie des conditions qui s’accumulent pour tout? pour le moindre droit, le moindre accueil, la moindre inscription, le moindre contrat?

Et voilà qu’à Robinson nous nous mettons à rêver d’étudier, de réfléchir, d’expérimenter toutes les potentialités socialement créatrices des pratiques marquées par l’inconditionnalité et l’irréversibilité.

Nous voudrions devenir non pas un centre, mais un mouvement de recherches (actions) et de formation permanent en ces domaines.

Seuls les principes d’inconditionnalité et d’irréversibilité permettent le décloisonnement

Cela passe pour nous par le décloisonnement permanent de nos activités d’interventions, recherches et formations; de même que nous décloisonnons sur le terrain l’individuel et le collectif, le social et l’économique, l’intime et le politique.

Dimanche: sous la pluie, les récoltes

Il fallait être motivés pour aller jardiner sous ce temps. Mais comme de coutume, c’st tout un groupe de fidèles qui s’est risqué au terrain. Un double travail l’exigeait: débroussailler (on ne dit plus désherber ) et récolter car les récoltes sont là et elles sont importantes . Elles nous amènent un nouveau défi que nous connaissons: transformer et diffuser.

Loïc est venu nous voir avec sa petite Luna pour voir et nous donner son idée sur l’état du puits.  Maintenant , il sait où est le jardin (:-))

photo

 

Samedi :
Champlan :
Nous arrivons les bras chargés de chaises multicolores, petites tables, sacs de goûter, cahiers et caisse remplie de stylos, feutres, bâtons de colle et tutti quanti. A peine nous approchons du camp à travers les champs de blé que quelques petites têtes que nous connaissons bien pointent leur bout du nez et accourent pour nous aider à porter cette petite école ambulant du samedi après-midi !

SAM_4168
Pendant que les plus énergiques se lancent pour un jeu de ballon collectif pour vider le surplus, les plus calmes s’attablent déjà pour se concentrer sur des coloriages et exercices autour de la lecture, écriture et du calcul. Certains font des mots croisés sur la thématique des animaux, d’autres des dessins surprises en reliant des points numérotés et d’autres apprennent à manier le feutre en coloriant des poules psychédéliques aux couleurs d’arc-en-ciel !

SAM_4158

SAM_4165
Après tout ce travail, nous nous sommes assis pour déguster un bon goûter constitué de gâteaux fourrés au chocolat et de la tant attendue pastèque !

VSM
Aujourd’hui, nous partons à 13h45 du local pour nous rendre à la Villa St Martin. Nous installons un atelier coloriage, un atelier jeux de société ainsi que l’atelier petite enfance.
A 14h, Iasmina part chercher trois jeunes femmes qui vont monter un projet de pédagogie sociale en Inde. Elles font le tour de ce qui se fait en matière de pédagogie sociale pour s’en faire une petite idée. Elles participent aux ateliers et posent beaucoup de questions. Elles semblent très intéressées par ce que proposent les Robinsons.

SAM_4313
Les ateliers se déroulent bien, il y a une vingtaine d’enfants. A 15h50 nous commençons à ranger pour finir par se mettre tous en cercle. Le conseil de quartier commence. Nous évoquons le tournoi de foot que certains enfants organisent jeudi prochain ainsi que ce que nous prévoyons pour samedi prochain : nous nous arrêtons sur « réparation de vélo ».

SAM_4355SAM_4346
C’est la fin, les enfants prennent le goûter tandis que nous nous mettons à ranger tout dans le camion (qui d’ailleurs est garé assez loin de la pelouse). Les trois jeunes femmes nous aident à ranger et nous accompagnent au local, car il est l’heure de rentrer.

Vendredi :

Jardin :
Aujourd’hui au jardin, nous sommes arrivés avec quatre Robinsons pour avancer dans toutes nos missions de jardiniers ! Au programme du jour : désherbage, désherbage et désherbage.

SAM_4109SAM_4108

Ca y est, les courgettes sont enfin désherbées à 100% !!! Les potirons sont presque prêts à prendre le soleil.

SAM_4122
Au bout d’une bonne heure de travail et le dos en vrac, nous nous apprêtons à dévorer notre goûter ! C’est dit, c’est fait ! En 5 minutes, nous sommes rassasiés et hydratés !
C’est le moment de partir pour rentrer à la maison prendre une bonne douche !

SAM_4123

La Rocade
Aujourd’hui nous arrivons à 14h30 à la Rocade car c’est les vacances et que les ateliers commencent plus tôt. Nous installons le matériel, mais aucune tente car il ne pleut pas, le soleil et la chaleur sont même au rendez vous.
Il y a un atelier jeux de société, le projet « Autre Climat », un atelier bracelet ainsi que celui « Petit Enfance » qui d’ailleurs est resté vide aujourd’hui car il n’y avait pas de tout petits.

SAM_4309SAM_4302SAM_4306

Quelques enfants jouent au foot. Deux enfants ont commencé à préparer leur projet « tournoi de foot » prévu pour la semaine prochaine.Tous les ateliers ont très bien marché et il y a même une nouvelle maman accompagnée de son petit, âgé d’environ 6 ou 7 ans. Elle s’est un peu renseigné sur l’association.
Il est déjà 17h et les activités doivent se finir… Les enfants nous aident à ranger et certains aident à la préparation du goûter puis, après, nous rentrons au local.

Jeudi
Jardin :
Aujourd’hui nous sommes très peu nombreux au jardin ; Jessica, Jean Jacques, Nicolae ainsi que moi-même (Virginia). C’est surement dû au mauvais temps…et encore, il ne pleut pas !
Le puits est presque vide, il ne reste « que » quelques livres et des petits pots, comme corps étrangers au fond.
La pluie est une bonne chose pour le jardin car elle permet aux légumes de pousser. Malheureusement, les mauvaises herbes poussent beaucoup plus vite et ne tardent pas à envahir le jardin. SAM_4042
Avec Jessica, nous nous occupons d’arracher celles présentes autour des citrouilles, mais nous n’en voyons pas le bout. Pour une première fois au jardin, j’ai de quoi faire.
Quant à Jean-Jacques et Nicolae, après avoir rangé ce qui avait été sorti du puits les jours précédents, ils s’attaquent aux mauvaises herbes des autres potagés.

SAM_4075SAM_4071
Il est déjà 16h, le temps passe vite quand il y a du travail, même si c’est loin d’être terminé.. Jean-Jacques, lui, décide de continuer un petit peu. Nous rangeons le goûter et nous nous dirigeons vers le camion pour rentrer.

Skate Park :

Où sont les enfants ? Et les adultes ? C’est le premier jeudi des vacances et ce n’est pas les mêmes horaires. Certains ont du oublier, alors je fais le tour de la Villa Saint Martin et Laura de Bel Air. Finalement nous regrouperons une petite dizaine d’enfants et une maman.

SAM_4092Vu le temps qu’il fait, on a pris des trucs « qui bougent » (et font bouger) : un élastique et un bâton sauteur pour se réchauffer, et aussi une paire d’échasses.

SAM_4097
Sur les tapis, on a aussi sorti quelques jeux de société et des coloriages.
On joue aussi tous ensemble au Molkki et c’est Iasmina qui a gagné !!

SAM_4084

Croix-Breton :
Encore un après-midi bien gris pour ces premiers jours de grandes vacances…mais nous, les Robinsons, qu’il pleuve, qu’il neige, qu’il vente et par tout climat, du plus chamboulé au plus ensoleillé, on sort nos bouts de nez, nos tongs ou nos bottes !
Plein d’ateliers ont fleuri sous ce ciel tourmenté : un filet de badminton avec son kit de 4 raquettes,

DSCN0947

un tapis petite enfance avec des gros légos pour de drôles de constructions, un jeu de billes colorées avec parcours rocambolesque et les wagons d’un train de cirque prêt à partir à l’aventure,

DSCN0953DSCN0948

un tapis consacré justement au jonglage avec assiettes chinoises, diabolos et bâtons du diable et enfin un jeu de mikado qui a donné lieu à deux parties endiablées entre Lina, Sami, Sarah et moi, Leïla ! Un jeu de ballon s’est également improvisé entre Gwen, Sifax, Srijan et le petit Liam et ses petites bouclettes blondes ! Un bel atelier pour cet après-midi encore !
Puis enfin, pour ne pas perdre nos bonnes habitudes, nous nous sommes assis ensemble pour déguster un bon petit goûter.

Mercredi :
Ballainvilliers
Aujourd’hui à Ballainvilliers, nous sommes arrivés sous la pluie mais cela ne nous a pas empêché de commencer par quelques parties de balle assise (chat avec un ballon) !
Nous avons poursuivi avec un atelier de français (nous avons commencé à apprendre l’alphabet, et quelques petits mots, …) et de dessin pour les plus petits !

Photo0000Photo0007
Vu que trop de travail tue le travail, nous avons joué aux jeux de société (puissance 4, jeux de lecture, …) pendant que les plus jeunes jouaient sur le tapis petite enfance.

Photo0005

Puis viens vite l’heure du goûter. Au menu, du quatre-quarts et des prunes jaunes ! Mmmmmmmmmm !
Bel-Air :
C’est sous la pluie que nous nous installons aujourd’hui !
En effet, nous sommes déjà tout trempé mais peu importe les enfants sont la avec leurs bonne humeur et leur volonté ! Alors, nous débutons une partie d’échec avec certains enfants désireux d’apprendre les règles de ce jeu de stratégie !SAM_4245
Pendant ce temps la, d’autres enfants préfèrent exercer leurs adresses et leurs concentration en jouant au Mikado géant.SAM_4241
Mais ces activités ne défoulant pas, nous avons joué au football jusqu’à l’heure du goûter.SAM_4247
Il est déjà 16h ! C’est le moment de désigner les responsables du gouter afin qu’il distribue les encas aux autres enfants ! Une fois que tout le monde a mangé nous rassemblons alors nos affaires et nous nous dirigeons vers le local !SAM_4271
A la prochaine !

Jardin
Cet après–midi nous y voila sur le chemin vers le jardin de Saulx , triste car même les nuages ils ont commencer a pleurer car notre jardin a été vandalisée et la serre a été brulé et dans le puits ont avais mis la brouettes les outils du jardin, les chaises et ils ont bloqué le puits pour ne pas accéder à l’eau nécessaire pour l’arrosage de la serre.

SAM_4036
Avec Jean Jacques, Madalin , et les enfants Rayan, hasmy, Ionut , ont a pu sortir le plus des choses du puits pour y accéder à l’eau et pour nettoyé le puits.SAM_4063

Ensuite nous avons nettoyé la serre et on a ramassé les encombrants.

SAM_4070SAM_4068

Cependant les enfants ils ont préparé le goûter et ont se mis tous autour de la table pour y goûter.

« Nous préparerons techniquement une (« autre ») école où l’on construise, où l’on édifie, non par l’étude seule, mais par le travail seul créateur, et, à défaut, par certains jeux qui en sont les substituts les plus proches. Là est désormais la tâche essentielle de la pédagogie : créer l’atmosphère du travail, et, en même temps, prévoir et mettre au point les techniques qui rendent ce travail accessible aux enfants, productif et formatif » C. Freinet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *