La Précarité ne frappe pas au hasard

Pour nous qui la côtoyons tous les jours, qui l’approchons suffisamment pour la ressentir, cela ne fait aucun doute, la précarité ne frappe pas AU hasard.
Elle n est pas l’effet d’une crise qui serait aveugle contre ses victimes, elle n’est pas non plus le fruit d’un simple accident de la vie, « d’un pas de chance » résiduel ou atavique.
Elle frappe, au contraire, justement ceux qui sont désignés tour a tour comme des inassimilables, des rebelles à la modernité, ou aux modèles de vie dominants
Elle frappe les derniers groupes sociaux dans lesquels pourrait encore se développer une velléité d’indépendance, d’identité collective
Elle s’acharne contre les derniers nomades, conte les femmes et les enfants.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Elle vise a priori tous ceux qui circonviennent a l’image d’autonomie, et qui réinventent des dépendances comme des indépendances heureuses.

Elle colle à ceux qui se permettent de mettre en doute l’école, les frontières, la course a la propriété , comme uniques horizons et qui prouvent au contraire, tous les jours, qu’on peut très bien vive sans tout cela.

Mais sur un autre plan, la précarité ne frappe pas non plus PAR hasard . Constituant un problème aux mille facettes, un labyrinthe a rendre fou celui qui cherche sa sortie, elle vise justement a ceci: canaliser, épuiser l’énergie de qui en hérite . Elle excelle à déposséder chacun de son temps avant de passer à l’expropriation de son espace , puis de sa place dans la société

La Précarité rend de multiples services; elle permet d’occuper, de soustraire, de retrancher à d’enfermer

A l’opposé de la précarité et de ses logiques, la Pédagogie Sociale se propose d’en sortir sans s’y perdre, de s’en émanciper sans la laisser prendre toute la place de la vie.
La pédagogie sociale propose de lutter contre la précarité en s’attaquant à ses non dits, à ses implicites, à ses injonctions: refuser l’individualisation qui crée la solitude, refuser l’isolement au nom de l’autonomie, refuser le silence au nom de la fierté blessée.

La Pédagogie Sociale s’attaque aux racines de la précarité. Il s’agit de: privilégier la capacité de produire plutôt que le seul emploi, la solidarité plutôt que la concurrence, de s’affirmer plutôt que de se dissimuler ou de se nier.

la véritable précarité réside dans l’impossibilité d’affirmer un ordre alternatif à la hiérarchie qu’elle annonce qu’elle impose et qui nous opprime
Elle réside dans la misère de celui ou celle qui, en en étant la victime, reprend a son compte le système de valeurs , et les logiques qui ont conduit à son propre sacrifice.

Prendre une once de distance critique, fonder ici un groupe, là un atelier, se permettre d’agir contre l’idée qu’il ne faut surtout jamais rien tenter, donner, ni oser; tout cela, c’est déjà en finir avec elle ou en tout cas avec ce qui est le plus violent en elle.

Peut être restera-t-il en effet la question de la pauvreté, mais au sein de celle-ci, au moins, on peut encore réaliser et créer ses propres circuits, ses propres organisations, sa propre logique et sa propre stratégie

La pauvreté contrairement à la précarité, n’empêche pas de se saisir à la fois comme groupe et comme personne, elle n entraîne pas l’anomie ou le déni.
Elle redonne du pouvoir d’agir.

Dimanche au jardin de Saulx :

SAMSUNG CAMERA PICTURESBrrrrr le temps est très frais en ce début de journée. Le soleil est présent mais il a de la peine à nous réchauffer.
Nous partons donc au terrain et commençons par le feu qui nous servira à cuire nos grillades. Cela permet également à tout le monde de se réchauffer.
On fait un peu de place dans un coin du jardin pour y planter des bulbes. Les garçons commencent à découper et extraire des planches des palettes pour fabriquer un banc.
Après la pause déjeuner bien méritée, vient le temps des chantiers !!

SAMSUNG CAMERA PICTURESLe premier objectif est de retaper la table à feu. Avec un mélange composé de sable de terre et de paille, un véritable travail de maçonnerie est effectué pour un superbe rendu. Notre table à feu fait peau neuve !

SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES

A la suite de cette activité nous avons un nouveau chantier en vue. Refixer du grillage à l’entrée du terrain côté chemin. Nous enlevons tout le vieux grillage qui s’était détaché et nous en fixons un nouveau. Pour cela, nous avons auparavant défriché tout le terrain autour puis nous nous sommes débarrassés du vieux grillage à l’aide de pinces coupantes. Nous sommes tous ravis de ce super travail, et nous terminons la journée autour d’un chocolat ou d’un thé chaud.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

 

Samedi à la Villa Saint Martin :

Atelier dynamique cet après midi. Comme d’habitude, beaucoup d’enfants sont déjà là, certains nous attendent particulièrement.

 

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Plusieurs activités sont au programme : l’atelier musical est installé sur de grands tapis. Les enfants se prennent au jeu à l’aide de plusieurs instruments, sous l’orchestration de Rude. Danses et chansons se mêleront avec la musique dans la joie et la bonne humeur.

Nous avons sorti le cuiseur à bois, et, après avoir ramassé de nombreuses

châtaignes durant la semaine, nous allons les griller. Pour cela plusieurs étapes. On débute par lancer le feu puis nous ouvrons légèrement les châtaignes à l’aide de couteaux. Enfin vient le temps de la cuisson puis de la dégustation pendant le goûter.

SAMSUNG CAMERA PICTURESSAMSUNG CAMERA PICTURES

Nos tentes sont également investies par les enfants, petits et grands. Un bel atelier d’automne !

SAMSUNG CAMERA PICTURESSAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES

JEUDI :

Au Parc de Sceaux :
SAMSUNG CAMERA PICTURES
Il fait un peu froid ce matin. Mieux valait se couvrir; même si le soleil est là, ses rayons ne nous réchauffe pas. Iasmina et moi attendons notre petit groupe à la gare de Massy-Palaiseau pour aller au parc de Sceaux. Rebecca est déjà là, mais pas son frère; apparemment le petit Ionut n’a pas eu envie de venir.
Nous attendons une famille; les enfants viennent avec leur père mais ils sont en retard. Lorsqu’ils arrivent, le papa est hors de lui, il vient de se prendre une amende dans le bus pour toute la famille et en veut à la Terre entière; il veut rentrer à l’hôtel.
« Après la pluie, le beau temps ! » Le papa s’est calmé et après ce départ chaotique, nous nous mettons enfin en route pour le parc ! Ca valait le coup, quand nous arrivons là-bas, le soleil brille et nous réchauffe ! Le parc est magnifique avec ses couleurs d’automne, son bassin et ses fontaines ! On ne tardera pas à sortir l’appareil photo pour prendre de beaux clichés.
SAMSUNG CAMERA PICTURESJ’installe ensuite un petit tapis en face du bassin pour jouer à Croque Carotte avec » Amador et Roberto. Je ne les avais pas vu depuis avant l’expulsion et profite de leur petite voix guillerette. Roberto, qui ne voulait pas me dire bonjour en début de journée, ne me quittera plus ! Les grandes; Rebecca et Florentina, qui ne s’étaient pas vues depuis l’expulsion sont aussi très contentes de se retrouver. Elles jouent au Penduro avec Iasmina. C’est bientôt l’heure de manger et nous nous préparons des sandwiches jambon-mayo pour accompagner nos quelques chips, babibels, compotes et gâteaux. Après quoi, chacun essaye un peu ma trottinette, même le papa ! Nous faisons encore de jolies photos avant de prendre le chemin du retour. Les garçons et Andrea me tiennent par la main à tour de rôle, jusqu’à la gare. Ils sont contents de leur journée, nous avons bien fait d’insister pour qu’ils viennent ! Au final, c’était un bon moment, les enfants en ont profité; c’est le principal !
SAMSUNG CAMERA PICTURES

Au jardin de Saulx :

Si l’automne continue comme ça, on signe tout de suite. Le soleil est encore radieux mais le temps devient grisonnant en fin d’atelier.

Mais en arrivant au terrain nous avons une mauvaise surprise, la toile de la serre s’est envolée en partie et s’est déchirée car les vents ont été violents dernièrement. Nous commençons donc par réparer et ré harnacher la toile, tout un programme…

2013-10-31 15.51.372013-10-31 15.52.00

Aujourd’hui nous programmons une grande séance de nettoyage du terrain où nous ramassons tous les tas d’herbe éparpillés aux 4 coins du terrain.

2013-10-31 15.11.36

Nous vidons également le tas de bois sous la petite tente pour le mettre sous la serre. On récupère des grandes plaques de cartons humide que nous disposons sur une parcelle. Cela permet d’éviter la repousse de l’herbe car le carton étouffe les tentatives de pousse.

2013-10-31 15.12.28

Skate park :

IMG0125APetit groupe, qui s’agrandit au fur et à mesure de l’après-midi. Nous dessinons des masques d’Halloween. Le papa d’Abdel et Amin vient avec ses garçons. Nous le voyons rarement mais là sa femme est sur le point d’accoucher, alors il est là. Ca nous donne, l’occasion de discuter un peu.

IMG0107A IMG0121A

A côté, on joue au Memory pour finir l’atelier. Samira, EJE en formation, vient voir nos ateliers pour peut-être faire son stage avec nous. Nous allons faire un tour à la Croix Breton pour lui montrer comment ça se passe aussi de l’autre côté.

IMG0129A

La Croix Breton :

IMG_0428IMG_0466

Bel après midi malgré un peu de froid. Quelques enfants étaient déjà avant notre arrivée, ils nous attendaient.

Au programme aujourd’hui, musique, jeu de société, coloriage et foot. Au début de l’atelier, les enfants ont beaucoup investi le coin musique, excepté trois qui s’étaient tout  de suite mis au coloriage. On nous entendait à l’entrée du quartier.

IMG_0484

Nous avons eu la visite de quelques « morts vivants » nous rappelant que ‘était Halloween. L’un deux nous a fait une chorée de monstre.

IMG_0491

MERCREDI :

Ludothèque à Bel Air:

SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES

C’est super, on bénéficie d’un beau soleil pour démarrer la ludothèque à Bel-Air. Les tapis sont disposés au sol et deux jeux sont pris « d’assault », le perudo et le blokus. Les enfants tournent sur les deux jeux, qui demandent bluff, réflexion et concentration.

Plusieurs parties d’échec sont également lancées sur les conseils de Madalin.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Quelques passes et enfin un concours de jongles sont également au programme ainsi qu’un 1,2,3 soleil !

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Le goûter est le bienvenue puis on se dépêche, on enchaîne cet atelier par un autre qui aura lieu à Chilly.

Fête de la citrouille

S’il y a bien un légume de saison à choisir, c’est la citrouille ou potiron.

Une association de Chilly-Mazarin à donc pris l’initiative de proposer « la fête de la citrouille » ! Nous nous rendons donc dans une école avec un groupe de Longjumeau, avec le camion du jardin emplit de potirons et le DAEV avec sa précieuse cuisine.

Les enfants nous aident à installer et nous nous rendons compte qu’il y a un monde fous, plus d’une centaine de personnes sont là pour fêter halloween. Après une chasse aux bonbons, deux ateliers autour des citrouilles sont proposées. Tout d’abord la sculpture et la confection de lanternes puis la confection d’une soupe de citrouilles. Les familles présentes se pressent autour des deux ateliers pour creuser les citrouilles « Made In Robinson ! »

La fête se termine par une « boum » dans une salle de l’école !

A Villebon :

Où sont les cerfs ? Dans la forêt ! Qu’est ce qu’ils y font ? Ils y travaillent ! A quel métier ? Au charpentier ! Faut-il les tuer ? OUI !!!! On commence par ce jeu, appris il y a quinze jours, toujours avec autant d’enthousiasme.

.

Après quoi, les grands continuent de colorier les lettres de leurs prénoms, qu’ils découperont ensuite, pour les coller sur un carton de couleurs.

..

 

De leur côté, les petits sont très nombreux et jouent au loto des animaux, des fruits, des transports et des numéros. Nous avons aussi apporté des puzzles à poignées, adaptés à leurs petites mains ! La petite Madona ne veut pas rester avec ceux de son âge et préfère colorier le « M » de son nom sur mes genoux. Et, elle y arrive très bien !

. .

Au début de l’atelier, Ramona s’occupe de remplir les adhésions des familles pour notre association. Nous laissons des vêtements avant de partir et comme d’habitude nous avons bien du mal à partir tant les sollicitations sont grandes !

KroniKs des Robinsons de Grenoble: Madame RUETABAGA

Samedi 2 novembre 2013

RueTrou
Nous sommes présents maintenant le samedi après-midi de 14h à 16h30.
Je suis accompagnée de Galahad, Alice et Gaby, pour mener l’atelier.
Nous proposons de faire des carnets à dessin. Un enfant m’offre son carnet et je suis vraiment touchée car il est magnifique.
Puis, Gaby et Galahad proposent le jeu du béret. Le grand jeu amène une autre dynamique à l’atelier.

rueberet
Nous terminons par un gouter qu’avec des produits faits maison (sirop de coquelicot, miel de la Villeneuve et confitures de mûres).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *