La Réalité: aimez la, ou quittez la!

   3 choses que la Pédagogie Sociale nous enseigne au sujet de la Réalité, à savoir qu’il convient:

– de la voir comme elle est,

– de s’y confronter et de travailler a la transformer

– ( c’est le plus original) de l’aimer

Voir la réalité pour ce qu’elle est et en ce qu’elle est , contrevient à sa représentation officielle
ClwnGren

Nous sommes si prouvent étonnés de remarquer a quel point les solutions proposées ou recherchées pour répondre aux problématiques sociales et éducatives, ressemblent aux problèmes qui les causent et les renforcent.

Les phénomènes liés aux nouvelles formes d’isolement social, de solitude , de précarité donnent ainsi lieu à des recherches de réponses, de traitements toujours plus individualisés, précaires, et fragmentés. En bref, on cherche a soigner l’alcoolisme avec du whisky

Récemment, nous lisions le rapport qui se penche sur le problème décrit comme étant une « désaffection » des « bonnes vieilles colonies de vacances ». Tout y passe dans les explications : le coût , la complexité et même l’effet d’une énigmatique concurrence des autres formes d’accueil de loisirs. Tout y passe sauf une évidence: les séjours hyperspécialisés, centrés sur l’activité, l’âge et vendus à la découpe aux municipalités, ne répondent en rien aux besoins éducatifs et sociaux des milieux populaires. Ce secteur tout entier s’est mis au service des familles aisées, à la recherche de loisirs prisés et de consommation pour leur progéniture. Pire , on masque cette réalité en invoquant et projetant un « esprit de consommation » qui caractériserait non pas les organisateurs, mais les publics exclus.

Nous, qui savons envoyer des groupes d’enfants et d’ados très précaires, exclus de tout , pour réaliser avec eux des voyages de découverte, et des missions dans le cadre de notre association, nous le savons : il n’y a pas de loisirs pour ceux qui en sont privés ;il n’y a que la réalité à accepter, à prendre en compte et à faire bouger.

L’idéologie guide malheureusement la lecture des symptômes sociaux. On traite ainsi l’exclusion par l’isolement, la violence , par la pénalisation , le manque d’estime de soi par la stigmatisation, et le manque de liens par la rupture.

Ceci est déconnecté de la réalité des choses. Encore et toujours, celle ci n’est pas respectée.

Prendre en compte la réalité suppose d’agir dans son cadre et de travailler à la transformer

Parce que nous ne sommes pas sur terre pour nous adapter, mais pour créer , il ne peut y avoir de prise en compte de la réalité sans nécessité d’agir à son endroit . Parce qu’il y a des situations inacceptables, parce qu’ il est absolument impossible quand on met a jour les processus , de se contenter de les observer et de ne rien y faire , la transformation s’impose

Contribuer à transformer la réalité fût ce à sa marge, à sa taille , n’est pas une affaire de projets, de programmes et d’objectifs. Ceux qui travaillent sur ce mode ont beaucoup de chance de faire du « hors sol ».

A cette impasse ( la réalité ne se commande, ni ne se programme) la Pédagogie Sociale propose une alternative: le travail.

Le travail quotidien régulier qu’il soit de transformation ou de modification de l’environnement, seul permet et réclame la participation de tous . Le travail quotidien, régulier, révèle la difficulté et la complexité des tâches et permet une prise en compte globale de la situation . Former les acteurs sociaux et éducatifs à un tel travail, devient dés lors un enjeu fondamental. Or, ce n’est malheureusement pas ce qui se fait aujourd’hui dans les centres de formations du secteur social.

Travailler la Réalité suppose de l’aimer a minima.

C’est peut être le plus difficile à réaliser: on ne transforme, on ne réforme, on ne modifie que ce qui pour nous a de la valeur Cette valeur est essentielle ; on ne peut travailler sur les réalités sociales sans avoir des attaches profondes à leur sujet, sans être affectées par elles

A Robinson , nous sommes bouleversés par les réalités sur lesquelles nous travaillons. C’est pour cela que nous pouvons espérer les bouleverser en retour Nous sommes sensibles à la beauté et à la grâce même, des personnes et des situations . Nous connaissons la terrible beauté de ce qui dérange , de ce qui affole, et de tant d’autres choses que les institutions, le plus souvent, préfèrent ne pas voir.

Nous vivons une époque difficile , déroutante, à bien des égards. il est devenu impossible de se projeter. La précarité s’insinue dans tous les rapports humains et de travail . La machine a fabriquer de l’exclusion s’est emballée.

Mais nous ne pouvons agir dans cette période que si nous savons aussi l’aimer pour ce qu’elle permet : rencontres extraordinaires, occasions de comprendre des mécanismes et des fonctionnements importants; l’incertitude même, qui s’imposant à tous, est porteuse d’espérance.

Or, combien d’acteurs sociaux sont justement en difficulté avec cet aspect là des choses, et combien de décideurs et plus encore d’élus ont ce genre de problème avec la Réalité? Ne pouvant la voir, la transformer, ou simplement l’aimer, ils sont dans le jugement, l’idéologie, la consigne, l’objectif. Ils ont renoncé au désir de voir et de connaître ce à quoi ils prétendent s’affronter. Ils confondent les problèmes et les gens qui les subissent; ils renoncent à entrevoir et comprendre les causes et les dynamiques. Ils se condamnent ainsi a rester extérieurs et à rejeter l’objet même de de leur travail, et à déserter …la réalité.

MERCREDI :

Au jardin de Saulx :

DSCN4035
Nous débutons notre semaine spéciale « jardins » cet après-midi au terrain de l’équerre. Beaucoup de travail nous attend, la nature se développe rapidement en ce moment.
Une débroussailleuse est démarrée pour nettoyer le terrain et faucher l’herbe. Cette herbe, nous la récupérons pour pailler entre les rangs de poireaux. Cela évitera aux herbes folles de se développer et le paillage, en se décomposant, enrichira le sol comme un engrais naturel et permettra au sol de garder de l’humidité et un peu de fraicheur.
Une grande session d’arrosage est également au programme : poireaux, tomates, haricots…et la serre tout y passe !

DSCN4015DSCN4002DSCN4034

On récolte également de nombreuses courgettes, des haricots et des tomates et on désherbe aussi nos différentes parcelles de légumes.
Un bon goûter est pris à l’ombre. Une belle journée de jardinage !DSCN4009

VENDREDI :
Au jardin :

DSCN4138
Jeudi était férié !  Du coup, ce vendredi, on nous attendait de pied ferme pour partir au terrain cet après-midi. Nous continuons de débroussailler le terrain qui en à bien besoin. L’arrosage est de mise également, les légumes ont soif, nous avons le droit à une bonne trentaine de degrés aujourd’hui sous le soleil de Saulx-les-Chartreux.DSCN4046
Mais la gros chantier du jour sera de désherber entre les plants de courgettes et potirons. Pas évident car les feuilles des plantes sont un peu épineuses. Ce travail est très physique mais nécessaire pour que les légumes bénéficient d’un peu plus de soleil.
Nous prenons un goûter bien mérité puis nous récoltons quelques courgettes et carottes en conclusion de cette belle après-midi.

DSCN4042DSCN4126

 

SAMEDI :
Au terrain des abeilles :

DSCN4146
Aujourd’hui le temps est propice pour jeter un œil à nos ruches. Cela faisait un moment que nous n’y étions pas allés. Il était temps de s’occuper de notre récolte de miel. Nous ne nous attendions pas à en récupérer beaucoup. Un bon groupe de robinsons apiculteurs débarquent au jardin habillés de leurs combinaisons blanches.

DSCN4155DSCN4153
Et là, dès la première ruche ouverte, c’est une belle surprise, les cadres sont remplis de miel, nos abeilles ont fait un super boulot ! Tout le monde participe, une personne s’occupe de soulever les cadres avec un lève…cadre, un petit passage de balayette pour enlever les abeilles fermement accrochées au butin, une personne enfin tiens l’enfumoir pour apaisé les abeilles.
Nous récupérons ainsi une vingtaine de cadres copieusement remplis de miel.
Nous profitons du goûter pour déguster notre précieux miel qui est délicieux, on l’a bien mérité ! Nous estimons en avoir récolté entre 20 et 30 kg vu la difficulté pour porter une hausse entière.

DSCN4147

DIMANCHE :

DSCN4169
La météo nous annonce de la pluie pour toute la journée. Mais nous y échapperons hormis une averse en début de journée. Nous sommes un bon groupe au départ de Longjumeau ce matin. Certains vont faire le voyage à pied, il n’y a pas assez de place dans le camion. On commence par notre feu afin de préparer le barbecue.
On à aussi ramener la motobineuse aujourd’hui. Les enfants encadrés par les adultes vont se relayer derrière la machine pour retourner une parcelle qui était envahie par les herbes.

DSCN4182IMG-20130818-00550

Quelle efficacité, la majorité de ce travail est effectué dans la matinée. Les merguez cuisent vite donc nous nous mettons à table assez rapidement. Pour certains le déjeuner est vite englouti ! Daby nous à ramener des pastels et on fait aussi griller du maïs sur le barbecue, délicieux !

DSCN4183

On repart de plus belle l’après-midi. La motobineuse est remise en marche et on s’attaque à une autre parcelle. Ainsi on libère de l’espace pour les futurs semis.
On à également apporté une débroussailleuse et on dégage le pied de nos arbres fruitiers afin de mieux circuler. Certaines branches des pommiers craquent sous le poids des nombreuses pommes bientôt prêtes à cueillir.
Une super journée, où chaque participant repart du terrain avec des courgettes, des tomates, des carottes, du basilic, de la menthe, de la rhubarbe…

DSCN4172

 

KroniKs des Robinsons de GRENOBLE: Madame RUETABAGA
ClwnGren

Camps rroms :

Un ami m’accompagne pour aujourd’hui et je propose aux enfants de se déguiser avec les costumes mis à disposition.
Puis, une fois que chacun a revêtu son costume je leur propose de mettre un nez de clown et de marcher sur une ligne afin que chacun trouve la marche de son personnage.
Tout le monde se prête au jeu. Ils sont beaux à voir tous ces clowns.
Puis , je leur propose une seconde consigne c’est de nous montrer une émotion. Pas facile pour moi de canaliser les énergies et d’expliquer tout, car peux d’entre eux, parlent le français.

A côté, un petit groupe joue avec JC à des jeux de ballons.
Nous terminons par un gros goûter et les enfants nous raccompagnent à la voiture avec du tout l’envie de nous quitter.

Atelier à la Villeneuve :

Dimanche 11 août Enrick a organisé un repas partagé au jardin et pas mal de monde a répondu présent à l’appel.

Nous sommes nombreux et nous jouons pas mal avec de nouveaux jeux de sociétés. Il y a une bonne ambiance et c’est agréable de se retrouver. Un temps est consacré à l’arrossage et je distrubue nos petites récoltes ( tomates, aubergines, piments) aux mères et enfants du quartier. Les mamans se sont installés sur les bancs pour papoter et prendre le goûter avec nous.

Des nouvelles de la ROULOTTE de Madame RUETABAGA:

Des nouvelles de notre roulotte :

La structure en aluminium est finie.

Nous venons de finir 4 jours de chantier pour construire le coffre, les caisses et débuter les tiroirs.

Il nous reste encore 4 jours de chantier pour peindre, poser le plan de travail en inox et les ptites finitions.
RoulTabaga1

RDV pour le prochain chantier début septembre, si vous vous souhaitez venir nous donner un coup de main, c’est possible.

L’idée c’est de faire l’inauguration fin septembre à la Villeneuve et au camp rrom.

à bientôt,

Mélody.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *