Ceux qui ont peu et ceux qui ont peuR

Le psychiatre, Jean Furtos, spécialiste de l’errance, et de l’autoenfermement, c’ets à dire des naufrages du quotidien, aime à distinguer la précarité et la pauvreté de cette manière: la pauvreté ce sont le gens qui ont peu et la précarité ceux qui ont peuR

Avoir peu ou peuR constituent ainsi deux options qu’un rien sépare et que tout oppose.

Ceux qui ont peuR s’enferment, se coupent, s’opposent et se méfient de leurs voisins et considèrent, comme autant d’obstacles, tout ce qui leur ressemble trop. Ceux qui ont peuR demandent aux puissants de les rassurer, de les conforter. Ils ne s’aperçoivent pas qu’ils  font toujours les frais en premier, des protections qu’ils demandent. Impitoyables dans leur salon, ils ne sortent pas de chez eux. Ils revendiquent d’agir sans ne plus jamais avoir le droit de rien faire. Ils revendiquent d’autant plus le,monopole du pouvoir dans leur pays, dans leur quartier , qu’ils n’y ont plus de place et qu’ils ne l’habitent plus. Ils ont de l’admiration pour ce qui les rejette. Et une fascination incontrôlée pour ceux qui, en gagnant, font d’eux des perdants.

Ceux qui ont peu , ont besoin des autres; ils prêtent et demandent . Ils savent recevoir et donner sans haine ni ressentiment . Ils n’ont pas renoncé au travail même quand celui ci ne rapporte plus ou qu’on dit de lui qu’il ne vaut pas la peine et est sans valeur. Ils n’ont pas renoncé à la fête, ils en rêvent à toute heure. Ils n’ont pas renoncé au chahut, au chambardement . Ils sont contents à chaque fois que la vie chamboule, même pour un bref moment, l’ordre établi. Ils aiment se montrer , sont fiers de leurs codes.Inventifs en langages , en danses et en musique, ils espèrent des scènes, et des occasions qui leur manquent.

Il ya  en chacun de nous quelqu’un qui a peu et quelqu’un qui a peuR. Nous passons à toput moment de l’une à l’autre de ces options.

Souvent le événements et les médias savent faire naître en nous celui qui a peuR et faire taire du même coup celui qui a peu.

Qu’importe , il ne demande qu’à renaître au moindre rayon, à la moindre chaleur, à la moindre fête, à la moindre convivialité.  Quand on rompt le quotidien et suscite la rencontre.

La confiance est en train de devenir un produit de luxe, un enjeu stratégique; un bien suprême dont seuls pourraient profiter ceux qui n’ont pas à craindre grand chose.

Nous faisons en sorte , à Robinson, de renverser la peur en confiance, l’autocensure en affirmation et expression de soi.

VERS UN JARDIN D’ENFANT MOBILE: « JARDIROULE »

« La ministre déléguée à la famille, Dominique Bertinotti, a lancé une grande consultation nationale sur l’accueil de la petite enfance.  Les chiffres sont particulièrement marquants : seul 1 enfant sur 10 a une place en crèche60% des 0-3 ans sont gardés par un de leurs parents »,  écrit le collectif « Osez le féminisme ».

Par ce que nous sommes témoins de l’ensemble de ces besoins non pris en compte notamment dans les quartiers défavorisés, comme auprès de familles les plus démunies, parce que les obstacles à l’ouverture de la crèche très sociale dont nous portions le projet, n’ont pas été levés, empêchant ainsi son ouverture…

… nous proposons d’organiser et mettre en oeuvre, une innovation, une expérimentation:un jardin d’éveil mobile, intervenant dans les espaces publics, capable d’animer des activités d’éveil , en lien avec leurs parents, pour des enfants d’âge préélémentaire, ou préscolaire.

Nous nous proposons ainsi de réunir pour pouvoir l’amener dans tout lieu utile , l’ensemble du matériel nécessaire , en équipant spécialement une « camionnette ».

Lundi: Nostra Escoala

 Nous étions nombreux ce lundi soir, d’origine française, roumaine, roumaine d’origine rom,  pour voir ENSEMBLE  le film Nostra escoala . Ce film expose la banalité de la ségrégation scolaire en Roumanie. Un film fort , intense, qui montre les racines de l’incompréhension et les mécanismes du racisme ordinaire, voire même « respectable ».

Ce film a été réalisé par Miruna Coca, journaliste que nous avons rencontrée à Genève à un colloque sur la Petite enfance.

Sommes nous si loin de celà? Nous pouvons nous le demander.

SamediS et  DimancheS

Un week-end tous azimuts en période bouillonnante.  En automne, chez les Robinsons , rien ne retombe. Et samediS et dimancheS s’écrivent avec des S

Ainsi, un samedi « en parallèle » a conduit Sacha et Elizabeth à représenter l’association à la journée des solidarités du centre social de Morangis. En véritables VRP, elles ont tenu le stand et entrepris de présenter notre asso à tous et à toutes

Dimanche, c’était également, le CA, le dernier de l’année avant notre assemblée générale prochaine. Un CA où nous avons beaucoup parlé des projets « ados » et de la « PRESKOL Mobil », notre Jardin d’éveil Mobile qui bientôt arpentera différents sites. Mais nous avons aussi préparé le second FORUM DE L’INNOVATION EN MATIERE D’ACCUEIL DE LA PETITE ENFANCE (en Essonne) qui se tiendra fin Juin sur le sujet des « pratiques éducatives inter-âges ».

 

 

 

 

 

 

 

 

Dimanche :

Qui l’eût cru ! Malgré la pluie battante dès le matin, nous avons tout de même passé notre dimanche au jardin. Deux gamins, en rien démotivés par le temps, Rayan et Théo ont ainsi déposé du compost sur la moitié de la grande parcelle au fond du jardin.

Après quoi, nous avons planté des bulbes de jacinthes, crocus et renoncules aux 4 coins du terrain ! Ca va être joli, le printemps venu ! On a piqué des bâtons pour les signaler et ne pas oublier de les arroser quand le temps sera plus sec. Pour l’instant pas besoin…

     

Nous avons passé une bonne journée, surtout quand il s’est enfin arrêté de pleuvoir vers 14h. Par contre, le temps trop humide aura eu raison de nos merguez ! Nous n’avons jamais réussi à allumer le feu !

SAMEDI

Au verger de Chilly-Mazarin

Cet après-midi c’était l’inauguration et la plantation au verger de Chilly. Une dizaine d’arbres fruitiers ont été plantés (pruniers, cerisiers, pommiers, poiriers…) ainsi que de nombreux arbustes à fruits rouges notamment des cassissiers, groseilliers, framboisiers…Nous avons également planter des Kiwi.

                        

Il faudra patienter avant que l’ensemble des ces végétaux nous donnent des fruits.

Au total c’est une quarantaine de personnes qui furent au rendez-vous, avec parmi eux des habitants de Chilly, des élus de la commune et un groupe de jeunes Robinsons.

Villa Saint Martin

L’atelier  démarre doucement aujourd’hui. Les enfants arrivent au compte gouttes, on en profite pour faire une athéba à kéliane. D’autres enfants font des scoubidous.                                                                                Van chien joue à la corde puis fait des jeux de sociétés avec les enfants.

                  

Pour nous réchauffer un peu, nous décidons de faire une balle au prisonnier. La bataille s’engage, les deux équipes sont déclarées gagnantes.

Weekend au château de Buno :

Samedi midi nous avons rendez-vous avec six jeunes à Wissous puis un peu plus tard à Moulin Galant. Direction le Château de Buno pour un petit weekend. Une fois sur place, nous nous émerveillons du lieu : le parc, les nombreuses chambres, la grande salle télé et bien sur le babyfoot ! Ainsi, une fois les chambres choisies et un bref pique nique, une parti de babyfoot s’impose, et filles et garçons s’y mettent. Nous proposons ensuite un atelier de peinture collective : nous avons un drap comme support et peignons cote à cote de manière à ce que le dessin de chacun rejoigne celui de son voisin. Le soir, après un atelier cuisine et un « poulet/frites/ratatouille » bien mérité nous regardons un film d’action en nous goinfrant de pop-corn. Apres tout, nous sommes là pour en profiter !

Le dimanche tandis que certains font du vélo, d’autres aident à la cuisine, certaines prennent leur temps à la toilette.

La journée passe vite malheureusement, et après un autre moment de peinture, c’est déjà le temps de ranger et de faire un brin de ménage avant de quitter le Château.

VENDREDI

La rocade:

Les enfants nous rejoignent sur les tapis autour d’un atelier perles mais aussi dessins. Les petits eux se dirigent vers les jouets petite enfance avec Anne une bénévole.  Puis une partie de frisbee s’engage, il faut bien se réchauffer car la nuit tombe et la température aussi.

 

Adrien note des idées dans le nouveau cahier à idées des ateliers: la semaine prochaine il propose de dessiner et colorier des joueurs de football.

JEUDI

Skatepark :

La sonnerie de l’école retentit,  parents et enfants arrivent pour se joindre à l’atelier. Nous sommes fin près à les accueillir. Présent aujourd’hui, mikado grand format, perles, coloriage, jeux pour les petits, et jeux de sociétés.

Comme nous avons reculé d’une heure, l’atelier se termine et il commence à faire nuit. Le froid comment à s’installé, il falloir changer de garde robe.

Croix breton :

Les enfants arrivent un par un à l’atelier, et s’installe sur les tapis pour colorier et jouer. Imane joue à la marchande tandis que Kardiatou est la cliente imaginaire. Sara elle, a préféré faire un scoubidou.

L’heure du goûter a été avancée de quelques minutes car des mamans frigorifiées ont rappelé leurs enfants pour rentrer !

 

 

 

 

 

 

 

MERCREDI

Moulin Galant :

Dans la fraîcheur de ce mercredi nous allons à Moulin Galant. Nous installons les différents ateliers : le coloriage, atheba, jeux de sociétés, petites histoires, jeux petite enfance. L’atelier c’est bien dérouler.

 

 

 

 

 

Les enfants se sont appropriées le matériel et organiser des jeux entre eux et avec nous. Pour la semaine prochaine nous allons essayé de trouver des billes afin de participer au jeu déjà mis en place par les enfants.

Ludothèque/parc Nativel:

Un groupe de huit enfants  se rend  à la ludothèque dans une belle après-midi d’automne. Mais malheureusement, on n’a pas eu l’occasion d’y rester longtemps.. On nous a dit de partir.

On a décidé à se déplacer au parc et on a joué ensemble au foot et a créé des quelques Origami comme l’avion, la balle…On était au sein de Parc et nous avons observer l’arrivée de l’automne quand on a remarqué ensemble,  les feuilles tomber…

Chantier au terrain de l’équerre

Cette de semaine de mardi à vendredi, un chantier était mis en place en association avec Hercule insertion. Il s’agissait de remodeler le terrain en ouvrant de grandes parcelles à l’aide d’une motobineuse. Aussi nous avons utiliser des débroussailleuses.

               

Une parcelle à été agrandie et une autre créée. Nous avons apporter sur ces parcelles une fois retournée du fumier qui se décomposera pendant l’hiver afin d’enrichir le sol. Les abords des parcelles et l’ensemble du terrain ont été débroussaillés, nous avons nettoyés et défricher le terrain qui en avait bien besoin.

L’expérience c’est avérée intéressante et sera probablement renouvelée dans les semaines à venir. Les objectifs fixés ont en tout cas été réalisés grâce à un groupe dynamique et entreprenant.

            

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *