Sécurité contre Sécuritaire

    

Comme le rappellent les historiens, le terme sécurité dans son sens lointain et latin ne signifiait pas tant le sens qu’on prête à ce concept aujourd’hui que la notion de «tranquillité » et de sérénité », c’est à dire, tout le contraire de ce que représentent, pour nos contemporains, le souci perpétuel de la sécurité.

   Certes, comme nous le rappelle Robert Castel, dans son « Insécurité sociale », sur le plan sociologique, la demande de sécurité policière, judiciaire et militaire croît d’autant et au fur et à mesure que décroît notre « sécurité sociale », c’est à dire notre confiance en l’avenir, notre place dans la société, notre  assurance contre la précarité.

   Le demande de sécuritaire augmente quand la véritable sécurité, sociale, humaine, affective régresse.

Or, pour l’éducation,  dans le domaine du travail social, nous avons vu la liberté des acteurs éducatifs, mais aussi de leurs publics, toujours plus entravées par un double discours sécuritaire :

–       l’un nous alerte constamment contre le danger que représente la vie en société, l’altérité et la différence, nous replie sur nos institutions et sur nous mêmes

–       l’autre nous bombarde de principes de précaution, de recommandations, d’auto limitations,  et nous met en garde contre les dangers et la responsabilité de tout chacun, et cultive la phobie des risques.

Or quelle sécurité est à promouvoir ? Celle qui protégerait vaguement les institutions et leurs acteurs d’éventuelles agressions, attaques, mises en cause et procédures ? Ou celle des enfants et/ ou des bénéficiaires ? Est cela même ?

Rien n’est moins sûr…

  A Robinson , nous visons pour les enfants et les familles (et tous les acteurs) en général une véritable sécurité ; c’est dire que nous  tournons le dos à une vision de la sécurité dictée par les compagnies d’assurance (sécurité assurantielle) pour promouvoir plutôt et davantage une sécurité effective et affective des personnes et des groupes.

  Plutôt que de tourner le dos aux risques, ou de les renvoyer  à un « ailleurs » improbable et commode, nous souhaitons éduquer au risque, et participer d’une réduction constante et coopérative des dangers.

  Plutôt qu’une vision de la prévention des risques sociaux, réduite à une «privation » de toute éducation qui vaille la peine, nous préférons une prévention essentiellement primaire, passant par le renforcement des facteurs d’expression, d’organisation et de protection des personnes et des groupes.

Au sécuritaire, nous préférons la sécurité, de la même façon que nous préférons l’autorité à l’autoritaire et l’utilité à l’utilitaire…

 Dimanche au jardin:

Nous appréhendions la pluie, et c’est un grand soleil qui nous accueillit en ce dimanche! De quoi profiter pleinement de cette belle journée au jardin. Nous avons fait tomber les vestes, les pulls et c’est en tee-shirt que nous avons travaillé! Une équipe « navets » a travaillé au « Replantage » des navets, mains dans le terreau bien frais, au plus grand plaisir des enfants qui s’en sont mis partout.

Une équipe « Construction » est partie en expédition dans le bois d’à côté pour couper du bois, dans l’objectif de consolider la « tente berbère », qui trône désormais au dessus des tables, et qui nous protégera de la pluie.                                                                                  Et enfin, une équipe « Barbecue » et « Arrachage de grillage » a réussi avec succès à faire griller les saucisses et à finir d’enlever le fameux grillage.

Samedi à la Villa Saint Martin :

Aujourd’hui petite pluie fine, divers ateliers sont mis en place. Corde à sauter géante, Uno, Halli-galli et jeu sur la structure motrice. Découpage des citrouilles du jardin avec les enfants et distribution de celle-ci.

Ensuite nous avons fait le conseil de quartier, les enfants ont pu nous parler de leur aventure de classe verte où ils ont pratiqué le char à voile. Ainsi que la visite des structures militaires datant de  la guerre. Enfin nous avons fait le goûter.

VENDREDI

Au jardin de chilly :

Nous arrivons tôt au jardin potager de Chilly-Mazarin. L’équipe est sur-motivée cet après-midi. Les travaux de tailles continuent avec au menu un noisetier à raccourcir et un petit arbre à abattre.

Des travaux de repiquage de mâche sont effectués, du bêchage également. Le ramassage des feuilles est une activité classique en ce moment.

Enfin nous prenons le goûter autour de la table qu’Alexandre et Jessica on réparé.

 

A la rocade :

Il est 16h30, l’atelier est installé et notre  public arrive petit à petit. L’atelier « confection de bague en perles » se poursuit avec les mamans. Sur le tapis des jeux de société, halli-galli, puissance 4 et le jeu de pirate sont très sollicités.

Dans la première partie de l’atelier, sur le tapis des touts petits, nous sommes assez nombreux. Nous jouons aux poupées, dînette. Mais la pluie vient perturber l’atelier. Seuls les plus grands sont restés jouer. Fin de l’atelier: nous prenons le goûter et rangeons le matériel.

Jeudi

Wissous :

Aujourd’hui nous avons fait un atelier réparation vélo !  Nous pensions n’en avoir qu’un, nous en avons eu dix, ce qui nous a clairement donner la pression mais cela a  donné un résultat très appréciable, convivial et dynamique ! Il y avait beaucoup de vélos hybrides « beaucoup construits avec des pièces hétéroclites. C’était une sorte de mondial des vélos qui malheureusement n’étaient pas en très bonne état ! il y à également eu du dessin malgré pas mal d’enfants absent car scolarisé.

Au jardin de Saulx

Le soleil  était au rendez vous quand nous sommes arrive; nous avons débroussaillé le fond du jardin où poussent  les arbres fruitier, tandis qu’un autre groupe s’occupe de couper des bûches pour cet hiver. En milieu d’après midi la pluie s’est  invitée à la partie et nous a contraint de nous arrêter pendant un petit moment. Enfin nous avons fini par  construire la protection contre la pluie.

Croix breton :

Nous avons eu de la pluie seulement à la fin de l’atelier ! Ce qui à permis de jouer au frisbee, à la corde à sauter, aux palets  et à la raquette sous un temps plutôt doux. Nous avons également joué au lynx, à la poupée et fait des coloriages ! Nous avons fini par nous abriter sous un arbre pour goûter ! Cependant les enfants rigolaient du mauvais temps et sont repartis avec le sourire et l’intime intention de revenir jeudi prochain !

Skate Park :

Aujourd’hui, c’est un peu en avance que nous arrivons pour préparer comme il se doit les ateliers proposés. Le maquillage et la peinture feront fureur.  Sur le tapis d’à coté, les jeux de société, dînettes,  poupées et légos ont toujours autant de succès. Une pluie soudaine va mettre fin aux ateliers. En très peu de temps les tapis ce sont vidés ainsi que la rue. C’est donc sans avoir pris le goûter que nous rentrons ( ce qui est très rare).

MERCREDI

Au  jardin de Saulx:

Malgré un temps automnal, c’est avec un groupe enthousiaste que nous nous rendons au terrain de l’équerre. Nous nous séparons en petits groupes. Nous nous occupons de mettre en place une bâche au niveau de la table de pique-nique pour se protéger des intempéries. Nous disposons du BRF autour de la à feu pour éviter que le sol ne se transforme en bourbier puis nous récupérons nos tomates pour les mettre à l’abri. S’ensuit une récolte de framboises, d’oseille et de poireaux. Nous nous réunissons enfin pour prendre notre goûter sous la bâche.

Ludothèque : 

14h30 :L’heure du départ a sonné ! C’est plein d’enthousiasme que nous allons rejoindre cet espace merveilleux où les jeux sont rois : la ludothèque ! Au plus grand bonheur des enfants, qui pendant 1h30 ne cesseront de prendre des jeux, de jouer, puis d’en reprendre un autre ! Tandis qu’un groupe s’affaire avec attention à jouer à différents jeux de société, un autre petit groupe s’amuse à créer de jolis bracelets, colliers…avec des perles folles ! Le goûter, pris dans le parc Nativel, viendra couronné cet après-midi festif !

Moulin Galant :

L’atelier s’est bien déroulé ! Nous étions repartie chacun sur nos activités, ce qui nous à permis de faire pas mal de choses ! Il y a eu du dessin/cahiers, les kaplas, divers jeux de société tels que le uno, le puissance 4 et le jeu des 7 familles qui remporte un francs succès ! Les jeux petits enfances étaient également aux rendez vous et l’ambiance était fort agréable ! Une maman nous à même donner  à chacun des « galettes pizza » ! Le gouter s’est bien déroulé, le chocolat à également été partagé avec les mamans !

 KRONIKS des Robinsons de DIE

Samedi 20 octobre

Aujourd’hui, quand j’arrive, c’est désert. Pourtant, avec les pluies de ces dernières semaines, la pelouse est verte et rend les lieux plus accueillants. Bon. Ce n’est pas bien grave, je vais en profiter pour ranger un peu le local. J’ouvre les volets et au bout de cinq minutes, arrivent Cassandra et Maëlys, essoufflées. Elles ont repéré mon vélo et m’embrassent, contentes de me retrouver. C’est vrai que je n’étais pas là la semaine dernière.
Nous choisissons quelques livres, de quoi dessiner et des fils pour les bracelets brésiliens. Sur mon vélo, nous trouverons aussi des balles et un ballon. Naïssa nous rejoint, puis Mehdi qui a très envie de dessiner. Et c’est parti. Mérhiem, maman de Naïssa, vient avec Ibrahim, le petit dernier. Elle feuillette une revue à côté de nous. Malika arrive avec Tissam, Mehdi et Hamidou, Alin avec Nicolas dans son costume de Spiderman. Il nous manque une gomme et  je file en chercher une dans le local. Je n’en trouve pas, je fouille partout, pas de gomme. Par contre, je trouve des tubes de peinture en relief. Je les ramène et tout le monde est ravi de découvrir ce nouveau jeu, entre dessin et peinture. Des chef-d’œuvre sèchent au soleil, sont pris en photo. L’appareil circule de mains en mains. On peut même faire un petit film… jusqu’à ce que les batteries soient à plat !
Bref, le temps est bref. C’est déjà l’heure du goûter. Les enfants ont compris que je ne désigne pas de responsable du goûter, ce n’est pas la peine de se chamailler pour le collier.
Après cette séance chaleureuse, je finis le rangement du local en compagnie d’Alin qui n’était pas dans le quartier depuis quelques semaines. Je suis heureuse de passer un petit moment avec lui et les enfants, ne voyant pas les volets se fermer, passent nous voir et nous prolongeons volontiers le temps passé ensemble.

 Marianne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *