C’est la Rentrée… Sortez! (B. Collot)


C’est la rentrée et nous allons sortir comme nous ne sommes jamais sortis. Nous allons sortir des idées reçues, des sentiers battus, des institutions coincées qui réinventent la bougie, … Nous allons  sortir de la solitude, de l’exclusion, de l’autoenfermement. Les enfants vont sortir de devant la télé et des écrans dans les appartements où ils sont coincés; nous allons sortir des vieilles postures professionnelles, de “l’éternelle distance professionnelle” (nous préférons, en Pédagogie Sociale, ”la proximité professionnelle), des rendez vous,  de la logique contrat , du “donnant/donnant”, et sortir de l’obsession de l’assistanat. Nous allons sortir de la logique de Projet pour développer la constance et le lien social.

Nous avons tous été incités à nous enfermer, pour nous protéger, car on nous faisait peur. Nous nous sommes enfermés par manque de confiance, de courage et d’énergie. Nous nous sommes enfermés par manque d’espoir.

Nous avons clos les classes, fermé les écoles avec Vigie-Pirates, verrouillé les collèges, verrouillé Internet . Bientôt si on laisse faire , les conditions de vie des enfants dans nos banlieues ressembleront à celle de ces enfants parisiens de milieux populaires , reclus chez eux, privés d’espaces libres de pied d’immeuble, prisonniers des jours entiers du matin au soir les weeck ends, mercredis et vacances dans 20 mètres carré.

C’est la rentrée, et dans le quartier,  nous connaissons un grand nombre  d’enfants qui ne sont même pas partis en vacances; pour eux nous avons été présents comme durant toute l’année , sans trêve,  ni relâche, 6 jours sur 7 et tous les samedis et dimanches. Au moins , faute de trouver place dans les structures qui devraient être les leurs, ils seront sortis avec nous.

C’est pourquoi nous ne rentrerons pas, nous qui ne sommes pas partis; nous ne rentrerons pas, nous qui resterons dehors.

Dimanche : Terrain

  Nous n’étions pas moins d’une quinzaine pour passer une journée au jardin. celle ci était particulièrement gaie.  Déjà nous commençons à nettoyer  certaines parcelles avant de réaménager. Nous étions également un bon groupe pour une visite au “terrain des abeilles” et mesurer la prochaine récolte de pommes.

Nous sommes revenus satisfaits.  Nous allons en avoir une bonne quantité.

Dimanche: retour du groupe de Barcelona

Les ados sont revenus et Robin aussi (Mélody était repartie la veille, en train, avec Lou). Ils sont revenus, ravis.

Après les retrouvailles, on fait le point , on se raconte cette aventure. Et déjà on s’imagine la suite; quel projets pour les “ados” de l’association en 2013?

Samedi :

A la Villa Saint Martin :

Nous avons ouvert et découvert la pochette surprise de la part des enfants de Saint Etienne, remise par leur animatrice, Adeline, lors du stage de pédagogie sociale. Ils nous ont gâtés ! Un jeu de Uno tout neuf, des graines de fleurs de leurs bacs, des lettres et dessins, des photos et même un CD avec 1 montage photos.

     

Du coup, nous avons passé l’atelier à leur préparer à notre tour une grosse enveloppe. Nous avons dessiné à la craie, commencé à écrire une chanson, dédicacé des cartes postales, sélectionné des perles et des modèles à confectionner avec. Samedi prochain, nous terminerons tout ça et regarderons le montage photos. Les Robinsons étaient vraiment ravis des petites attentions de leurs correspondants.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi: Soirée conviviale au Quartier 

   

Au jardin de Chilly :

Nous sommes partis avec beaucoup d enfants aujourd’hui !

Nous avons fait la récolte des framboises et des prunes puis désherbé et arrosé.

Nous avons ensuite été rendre visite aux animaux pour le gouter, puis  les enfants se sont défoulé au parc ! En somme une superbe après midi au jardin !!!!

    

A la Rocade :

Le ciel est bleu pourtant il fait froid, on se croirait en automne ! Nous avons commencé par le jeu géant de l’échelle et du serpent. C’était interminable ! Mais finalement Afsatou a gagné. On a alors sorti nos petites perles pour en faire de jolis bracelets. A côté, on a joué aux raquettes au Uno et au jeu de l’oie, rebaptisé « le loie » par les garçons J

         

Le petit thé à la fin était le bienvenu !

 

 

Jeudi :

A Wissous :

L’atelier fut plutôt calme. Nous étions en petit comité, ce qui nous a permis d’échanger un peu plus individuellement avec les enfants. Quelques adultes se sont également joints à nous.

   

Les garçons ont proposé des jeux de courses tandis que d’autres ont préféré jouer sur le tapis.

Au jardin de Saulx :

Aujourd’hui nous sommes partis au jardin seulement avec deux adultes, nous avons réussi à faire ce qu’il fallait les objectifs était d’ arroser c’était long car dans le puits il n’y a plus beaucoup d’eau.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis nous avons continué a désherber les tomates et nous avons remis du BRF. Nous avons pris le gouter avant partir

  

Skate park :

Aujourd’hui nous sommes partis avec Najamie, Afsatout et sa cousine Fortune. Une petite Noura nous as rejoint sur l’atelier puis des enfants partis sur l’atelier de la croix breton sont venus nous voir !

  

 

Nous avons faits des coloriages, des parties de Uno et de Puissance 4 et faits quelques constructions.

Le vent s’est fait de plus en plus violent, Kelliane a ramené des gateaux et nous nous sommes instalés pour gouter.

 

La croix Breton :

Nous reprenons l’atelier perles. Les filles ont plein d’idées mais finalement elles se dirigent vers le memory. Au cours de l’après midi, d’autres enfants nous rejoignent. Ils sont accompagnés de leur maman. Les vacances sont quasiment terminées, ils reviennent tout juste de Tunisie mais apparemment c’était super.

Mercredi :

Au jardin de Saulx :

Nous sommes parti avec pour missions d’arroser les plantations, et désherber  surtout les tomates.

 

Nous nous sommes séparés en deux groupes, les filles et les garçons. Les filles ont arrosés et ont atteint le fond du puits!!!! Elles ont aussi fait la collecte de nombreuses framboises, de quelques tomates, piment et courgette.

 

Les garçons ont été de désherbage, puis ont ramassé de la rhubarbe.

Nous avons ensuite pris le gouter avant de rentrer !

        

A Moulin Galant :

Aujourd’hui nous n’étions que deux, cependant cela ne nous à pas empêché de proposer un certains nombres d’activités tels que du dessin, divers jeux de société, une balle, un élastique, un instrument de musique pour les laisser découvrir quelques notes et quelques jeux petites enfances.

     

 

Les enfants étaient un peu excités au gouter mais cela n’a pas empêché l’atelier de bien se déroulé !

Mercredi et Jeudi: PREMIER STAGE DE FORMATION DES ACTEURS SOCIAUX A LA PEDAGOGIE SOCIALE

Ces mercredis avait lieu à Buno, en lien avec l’ICEM notre premier STAGE DE FORMATION des acteurs sociaux à la Pédagogie sociale.


Nous étions ainsi 24 (et des enfants) , pédagogues sociaux (deLongjumeau et Saint Etienne) ,  enseignants, animateurs, travailleurs sociaux, étudiants, agents de collectivité, à nous réunir pour cette formation COOPERATIVE.

Temps théoriques et pratiques ont alterné , sous un temps magnifique et dans le beau décor du château (merci à notre “allié”, Lire C Partir). On a ainsi étudié et pratiqué: la “terre partagée”, la cuisine de rue (“paella de rue” valencienne), les ateliers de rue, les bases de la Pédagogie sociale, l’approche territoriale, communautaire du travail social.

Nous avons discuté du “développement du pouvoir d’agir”, auquel nous préférons “le développement de la puissance d’agir”. Nous avons aussi eu la chance de voir en présence de son réalisateur le film sur les enfants de parents sans papiers “Demain sera plus beau qu’aujourd’hui”.

Bref nous nous sommes quittés, marris en nous promettant de nous retrouver et déjà, le Chantier de Pédagogie Sociale, organisateur , songe à la suite et au développement des actions de formation en Pédagogie Sociale, dans l’Essonne, à Saint Etienne et ailleurs…

Chronique des ados de Barcelona

Mardi 28 aout (Elie)


Aujourd’hui nous avons bien organisé notre journée. Quelques uns d’entre nous sont allés faire des courses, les autres préparaient le planning. L’après midi, nous avons fait route pour l’aquarium. Le prix fut assez onereux mais le jeu en valait la chandelle. Le soir nous avons déambulé dans les rues, pour finir dans un petit restaurant. Ce fut une journée tout a fait agréable.

Jeudi 30 aout (Mariam et Mariana)


Ce matin nous sommes allés a la plage de Sitges, mais le temps était enragé ce qui a un peu gâché notre journée. Après avoir pique-niqué, nous sommes alles à Can Masdeu, pour faire du jardinage et diverses activites. Le temps s’est adouci;  certains faisaient du jardinage et d’autres étaient en cuisine. La soirée s’est bien passée: les gens de Can Masdeu nous ont invité a manger,  ce aui fut un plaisir.

KroniK des Robinsons de DIE

La température a chuté, et j’arrive en pull et chaussettes. Comme tout le monde.
Je sors les maracas, les perles et les ballons de baudruche. Nous aurons besoin de bouger pour nous réchauffer ! Commençons par faire un peu de musique, chanter et danser. Et puis nous allons fabriquer des balles de jonglage avec les ballons et ce qui reste de riz. Très vite, il n’y en aura plus, mais Alin, qui est avec nous aujourd’hui, a chez lui des vieilles céréales qui seront parfaites pour remplir nos balles. Et nous commençons aussi des colliers de perle à deux rangs avec Constance. Il y a aussi Catherine et son accordéon. Et une dizaine d’enfants. Très vite, nous oublions le froid et la grisaille.
Mais où est Maëlys ? Elle a disparu et nous partons tous à sa recherche. Nous la retrouverons tranquillement installée à l’arrière d’une voiture où, parait-il, elle se réfugie souvent.


Comme la semaine dernière, le sujet de la démolition du bâtiment “Ponet 2″ vient sur le tapis. Des déménagements sont programmés pour bientôt, et tous les foyers ont accepté les propositions de relogement du bailleur “social”. On plaisante sur le fantôme de l’immeuble. L’ambiance générale de ce samedi est moins plombante que la semaine dernière.
Marianne

   ”Dans la bonté de votre coeur…” (C. Freinet)

« Dans la bonté de votre cœur, vous croyiez, généreux pédagogues, qu’il suffisait de vouloir intensément le bien des enfants, la santé morale et une virile préparation à la vie pour les jeunes générations : que, connaissant vos buts profondément humanitaires, les gouvernants ne pouvaient que vous accueillir avec sympathie, la grande presse louanger vos efforts ; et que, par le concours désintéressé de tous ceux que passionne la chose publique, l’Education allait enfin, sans à-coups, sans violence, sans effusion de sang, régénérer noire vieux monde exténué (…)  Hélas ! dans l’enthousiasme (…) , vous avez tout simplement oublié de situer l’éducation nouvelle au centre des réalités sociales ; dans votre confiant élan, vous aviez compté sans l’ignoble appétit des profiteurs du régime, sans la peur aveugle qui saisit le bourgeois, le rentier — et le magnat aussi — quand ils sentent leurs prérogatives en danger, quand ils voient menacés si peu que ce soit leurs privilèges, lorsqu’ils redoutent l’avènement de celle société nouvelle dont l’Orient leur fournit déjà une irritante image.

(…) Croire à la bonté des enfants, leur faire confiance, les laisser réfléchir et juger, leur apprendre à se diriger eux- mêmes, descendre de sa chaire, s’effacer et se plier à une nouvelle loi scolaire, plus démocratique et plus humaine, mais n’est-ce pas la fin de toute morale, de toute éducation, de toute société ? Et où allons-nous si les élèves entrent joyeusement à l’école comme chez eux, sans alignement ni commandement, s’ils se déplacent en classe au gré de leur fantaisie, s’ils écrivent et impriment ce qui leur plaît ; si, dans une large mesure, la traditionnelle « geôle de jeunesse captive » devient comme un nid pépiant, comme une ruche en travail, comme une éclaircie de joyeuse activité et de liberté dans un monde d’oppression et d’exploitation ?

 (…) Quant à nous, éducateurs du peuple, les réactions suscitées un peu partout contre notre activité nous montrent que nous sommes dans la bonne voie. Quelles que soient les brimades de nos ennemis, les faiblesses et les abdications de ceux qui, verbalement, se disent avec nous, nous continuerons notre action que nous désirons même plus cohérente et plus vigoureuse.
Il faut que tous ceux — et ils sont nombreux — qui, dans cette période d’écroulement mettent tout leur espoir dans les jeunes forces prolétariennes se serrent les coudes, pour préciser leurs buts et coordonner leurs efforts… »

Pour une éducation nouvelle prolétarienne (extrait de l’Educateur Prolétarien n° 5 de février 1933)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *