Prendre la jeunesse pour norme, et les jeunes pour ennemis…

La société excelle à plonger tout un chacun dans l’assignation perpétuelle à la jeunesse, la réactivité, la rapidité, l’adaptabilité … et au même moment, à  désigner les adolescents et les jeunes comme porteurs de tous les dangers.

 Et pour dire honnêtement… les institutions aussi.

Il n’y a pas si longtemps dans un bulletin municipal,  on pouvait lire sur une double page, à gauche, un article annonçant des séjours et des animations alléchantes pour les “seniors”, en les encourageant à penser à leur santé, leurs loisirs et leurs droits… et à droite l’annonce d’un “stage citoyen pour les jeunes” dont le programme est édifiant: visite d’un tribunal, visite du commissariat, de la police municipale, etc.

Au delà même du côté absurde, voire risible de la chose, comment ne pas voir ici la trace d’une tendance bien plus profonde:

Les jeunes et particulièrement les adolescents d’aujourd’hui n’ont jamais connu autant de ruptures, de précarité, de mise à la rue, d’orientations “bidon” qui les mènent au découragement et à la déscolarisation.

“les conditions  de vie des jeunes se dégradent et le taux de pauvreté est en progression. 19% des jeunes hommes et 22% des femmes vivaient en dessous du seuil de pauvreté” (ASH du 15.06.2012)

L’abandon qu’ils vivent est parfois le fait de leur famille mais celui qu’ils ressentent le plus douloureusement est celui des institutions … à commencer par celles qui étaient faites pour les accueillir: collège, centres sociaux, maisons des jeunes.

Contrairement à ce que disent de nombreux spécialistes médiatiques , les adolescents que nous découvrons aujourd’hui n’ont pas été particulièrement des enfants gâtés  et probablement pas des enfants rois.

Ces collégiens et jeunes ont au contraire, pour la plupart d’entre eux, grandi dans un climat de réaction  et de clôture des institutions; ils ont connu une école qui abandonnait la démarche des matières d’éveil, , les valeurs d’épanouissement et qui ne parlait plus  que de règles, sanctions et “retour aux apprentissages fondamentaux”; une école par ailleurs marquée par la clôture vis à vis des familles , du milieu, du quartier, sous le règne symbolique  d’un éternel plan “Vigipirate”.

Et les jeunes et les enfants  sont les premiers à être victimes de la pauvreté et de la précarité  (la pauvreté touche 1,5 millions des moins de 20 ans, en France selon l’INSEE)

A Intermèdes Robinson,  nous proposons aux adolescents d’occuper et de prendre une place parmi nous,  qui ne sera pas remise en cause, qui ne sera pas soumise à des conditions, qui ne sera pas soumise à des contrats, qui n’exige d’eux aucun projet… Une place , pour eux, pour chacun, voilà tout… Et c’est tout un programme.

Dimanche au jardin de Saulx :

 

La journée commence par un beau soleil, ce qui donne clairement la pêche pour démarrer la journée ! un peu inquiet du désistement de certaines familles pour causes diverses, nous nous retrouvons finalement avec un bon petit nombre de personnes toutes motivées pour planter les petits pois, récupérer des salades/cerises et bien évidemment désherber la serre.

En parallèle, la recherche du petit bois pour le feu nous font découvrir… des framboises (ce qui motive encore plus les papilles gustatives). Le repas se passe dans la bonne humeur avec toutes sortes de friandises, un barbecue du tonnerre ainsi qu’une salade qu’on préparé les filles.

Samedi

La Villa St Martin :

Nous étions très nombreux à nous retrouver aujourd’hui, malgré un temps pluvieux, et  Laurent nous a même fait l’honneur de sa présence aux ateliers :

 

 

 

 


Entre les jeux de société et les coloriages, les sauts à la corde et les tire-à-la-corde, les sauts à l’élastique, une troupe de 6 filles nous a présenté une comédie musicale qu’elles ont entièrement écrite et mise en scène ensemble, et qu’elles nous représenteront à la rentrée de Septembre avec la troupe d’auteurs et de comédiennes au complet, on a hâte !

 

 

 

 

 

Sortie à la maison des métallos :

Ce samedi, un groupe de Rrom’binsons sont partis arpenter les rues du 11iem arrondissement de Paris pour se rendre à la maison des metallos. Pour cela, nous avons pris les transports en communs, pour certains c’étaient une première !

Nous étions présents pour assister à la pièce de théâtre burlesque “Michto” jouée par des enfants. Ces derniers jouaient justement des contes évoquant la vie des rroms ou des gens du voyages. Nos petits rrom’binsons se sont ainsi reconnu dans certaines scènes, et ont pu apprécié la musique tzigane qui est la leur.

 

 

 

 

 

 

Au goûter, c’est grec pour les rroms !

 

Au jardin de Saulx

Cet après-midi un petit groupe d’adultes était présent au terrain  afin de remettre la serre en état. Nous avons utilisé de nouvelles techniques pour la réparer et la remettre en place. Nous espérons désormais ne plus la voir bouger.

 Vendredi

A la Rocade

                         Les enfants que nous avons l’habitude de voir n’étaient pas tous présents. Nous avions apporté un tapis en plus pour agrandir « l’espace petite enfance».

En effet, le vendredi les bébés aiment aussi venir jouer avec les Robinsons.

 

Les grands ont fait des coloriages, des constructions de kaplas, des tournois de puissances 4 et de la pétanque.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jardin de Saulx:

Une fois n’est pas coutume, nous nous rendons au terrain de l’équerre en ce vendredi après-midi. En effet, nous recevons des responsables de l’entreprise dont les salariés viendront défricher nos terrains.

 

En attendant nous avons terminé de déplacer le fumier, qui désormais attendra l’automne avant d’être utilisé. Nous continuons également le désherbage des plantations. Nous avons donc accueillis les responsables de l’entreprise et leur avons montré le terrain de l’équerre ainsi que le terrain des abeilles, théâtre de la future mission défrichage.

Jeudi :wissous :

Six enfants étaient présents. Ce petit nombre nous a permis de proposer du maquillage et que chacun puisse en profiter;

 

 

 

 

 

nous avons eu des pirates, un tigre, des soldats, une princesse…

 

 

 

 

En parallèle le croque carottes était de retour.  

La croix Breton :

Une petite dizaine d’enfants nous ont retrouvé pour dessiner à la craie et aux crayons.

                            

Nous manquions quelque peu de jeux mais l’ambiance ne fut pas pour autant morose bien au contraire les sourires s’affichaient sur les visages.

Le Skatepark :

Beaucoup d’enfants à l’atelier aujourd’hui et notamment des tout-petits.

Corentin et les personnes étant allées au jardin cet après-midi nous ont amené des salades et des radis. Toutes les mamans présentes ont partagé et sont donc reparties avec des sacs de légumes.

Certains ont fait des jeux, d’autres des dessins et d’autres encore des fabrications en papier (avions, enveloppes…).

Les mamans étaient également présentes et installées juste derrière nous. Elles ont discuté pendant toute la durée des jeux

 

 

 

 

 

Au jardin de Saulx :

Nous sommes allés au jardin enthousiastes, la bonne ambiance nous as permis de nous mettre au travail rapidement.

Il y avait tant de choses à faire, cueillir les cerises, arracher les mauvaises herbes, ramasser les salades avant qu’elles ne fleurissent, mettre le fumier du bon coté de la clôture.

Nous avons formé deux groupes, les garçons ce sont attaqué au fumier et les filles a la cueillette, au ramassage et au désherbage.

 

Nous avons enfin soufflé autour d’un goûter convivial rythmé par le conditionnement des récoltes.

 

Mercredi :

Moulin Galant :

Nous avons ramené du maquillage et du vernis pour le plus grand plaisir des enfants qui avaient du mal à attendre leur tour.

Certains ont patienté en faisant quelques coloriages, ou lisant un petit livre. Avec des plus grands nous avons fait de l’écriture sur leurs cahiers personnels nouvellement distribués.

A la Ludothèque :

Aujourd’hui, ce n’était pas possible d’aller à la ludothèque car il y avait un centre de loisir qui occupait les lieux, faisant « contre mauvaise fortune, bon cœur”,  nous sommes allés dans le parc, heureusement que le soleil était de la partie.

Du coup nous avons organisé de grands jeux, le béret, chat bougie, un concours de danse, et après tout ça nous avons enfin goûté.

Les enfants étaient ravis de jouer ils nous ont même demandé de ne plus aller à la ludothèque et de ne faire que des jeux.

 

 

 

 

Au jardin de Saulx :

C’est sous un beau soleil que nous arrivons au terrain de l’équerre cet après-midi.             

L’écurie de Saulx les Chartreux  nous a livré du fumier ce matin donc nous nous attelons à le déplacer dans notre terrain mais il faudra continuer demain. Un petit groupe part récolter quelques cerises et, sur le terrain, des petits pois. L’arrosage de la serre est également au programme.

 

 

Nous terminons la journée par un goûter à l’ombre des arbres.

 

 

 

 

 

Chroniques extraordinaires et extra locales

  Vous aviez entendu parler des ateliers de Saint Etienne, et ceux de DIE tiennent dans ces KroniKs leur propre propre Chronique hebdomadaire (voir ci dessous)

   Mais aujourd’hui nous rendons compte du démarrage d’un nouvel atelier, d’une nouvelle aventure:

  

Chronique DIEoise

En arrivant, j’aperçois sur ma droite un adulte habillé de blanc entouré de deux silhouettes d’enfants. C’est Valérie, la maman de Cassandra et Maélys. Elle va passer l’après-midi avec nous.

D’abord sortir le matériel : ses deux filles connaissent la musique et la mettent au diapason. Les nattes, les caisses avec les jeux et les livres, la caisse de pelotes de laine, sans oublier le carton de couture. Des crayons de couleur ? Oui, on emmène tout, et le goûter par-dessus le marché.

Mais en présence de cette femme, l’atmosphère est toute différente. Au début, elle rabroue ses filles et je suis un peu tendue, un peu peinée de voir Cassandra jouer à “celle-qui-ne-sait-rien-faire” pour ensuite se retirer dans son coin. Il faudra un peu de temps pour que nos présences s’habituent les unes aux autres.

Naïssa est là aujourd’hui et je lui donne une photo prise par Melody le jour où nous avons cousu une robe. Oui, Naïssa se rappelle , elle est heureuse de ce souvenir et de ce petit cadeau.

Nathalie est venue pour continuer sa broderie. Sans sa petite sœur. Elle fait preuve de beaucoup de patience et de curiosité, me sollicite plus que d’habitude. Je me sens les nerfs à fleur de peau, je sais que je ne verrai sans doute plus cette petite fille qui déménage très bientôt.
Aujourd’hui Melody n’est pas là, il n’y a qu’un seul pôle et tout le monde s’agglutine sur la même natte. C’est dense.
Comme Valérie et Sofian, Rania continue un pompon. On en finit un de temps en temps. Sa sœur aimerait coudre un pull pour son nounours. Ibtissam l’imite en tous points, jusqu’à la couleur de la broderie d’encolure. Rania s’y met aussi et fait une robe avec beaucoup d’application.
Yanis vient avec Rayan. Ils n’intègrent pas le groupe mais tournent autour en cherchant des noises. Ils veulent jouer les durs. Rayan tient des propos incohérents où se mélangent son oncle, le drogue et je ne sais quoi d’autre. Par la négociation, je les invite à rejoindre le groupe et c’est assez facile puisque Yanis nous connait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *