Retourner la Honte

“La Honte”, comme l’explique le psychanalyste , Serge Tisseron, est un sentiment curieux qui fait que celui qui l’éprouve n’est jamais celui qui en est à l’origine. Pour dire les choses simplement, souvent dans la vie nous avons Honte… pour les autres, ou à cause des actes honteux ou les situations honteuses que d’autres nous imposent.

La Honte retourne ainsi le poids de l’agression sur l’agressé et transforme la victime en coupable.  Sentiment bien pratique dont on comprend tout de suite les deux grands champs d’action.

La Honte concerne la vie intime, la vie personnelle, mais la Honte concerne aussi la vie politique et sociale; ce sont là ces deux grands champs de nuisance. La Honte est par nature, un sentiment intime…et politique.

Retourner la Honte est donc un  projet qui relève à la fois de l’individuel et du collectif. Et il faut bien comprendre ce mot, “retourner” dans son double sens:

– Retourner la Honte c’est retourner le sentiment honteux à l”envoyeur”, retourner l’agression à l’agresseur. Retourner la Honte c’ets remettre le monde en ordre. Nous n’avons pas Honte de nos amis, de nos attaches, de notre quartier, de nos origines, de notre place dans la société … car la Honte revient à ceux qui sont les bénéficiaires et les décideurs de ces situations.

– Retourner la Honte, c’est retrouver, affirmer la Fierté; car il ya  de quoi être fier. Fiers de notre jeunesse; de nos beaux enfants ; fiers de l’environnement que nous transformons, comme nous sommes fiers de nos jardins, de nos quartiers, de nos amis, de notre histoire, de nos cultures et de celle que nous construisons ensemble qui ets la meilleure chance de la société de demain.

Nos ateliers, nos activités, nos temps d’accueil, nos groupes de projets ne sont rien de plus que des outils à “Retourner la Honte”; les enfants qui apprennent à s’exprimer, à danser, à écrire, à s’exposer, se représenter… apprennent la Fierté, celle qui leur est si souvent refusée alors qu’elle est donnée , comme en héritage, aux “favorisés”.

Nos actions nous permettent de devenir fiers de notre groupe c’est à dire , au delà de notre petit “entre soi”,  pour investir des groupes plus forts, plus “solides”, et dont on peut être plus fiers.

On cesse de se sentir “honteux” quand on cesse de relayer la Honte c’ets à dire la mauvaise image que l’on a peur d’avoir, en la renvoyant ur nos voisins, les jeunes, les enfants , les proches.

Nos ateliers le permettent car ils donnent à voir de l’organisation, de la beauté, de l’entraide, de la joie et de la vie… qui sont la force de notre milieu et dont la société aurait tant besoin.

Dimanche au jardin de Saulx :

C’est en petit nombre que nous nous dirigeons ce dimanche au terrain de l’équerre. Le feu du barbecue se veut un peu récalcitrant au début mais nous réussissons à faire de superbes grillades. Côté jardinage, les plantations étaient de mise, avec, pour commencer, les poireaux qui poussaient au chaud sous la serre et que nous repiquons dans le jardin. Quelques pieds de concombres sont également plantés. Quelques légumes ont été récoltés (laitues, radis ainsi que quelques tiges de rhubarbe). Nous avons également désherbé de nombreuses parcelles du terrain et fait un peu de bêchage pour accueillir de nouveaux semis.

 


Samedi à la Villa Saint Martin:

L’atelier fut riche aujourd’hui, les enfants ont pu naviguer d’ateliers en ateliers tous autant différents les uns les autres.

D’un côté, le jardinage ; les enfants ont construit une petite parcelle à la villa saint martin, dans laquelle ils ont planté de la sauge, du piment, du poivron, des betteraves, du persil, des oignons et de l’estragon.

Un peu plus loin une maman est venue nous donner un coup de main pour réparer des vélos. D’autres enfants préparent le crumble aux pommes pour le goûter.

Sur les tapis, des Robinsons artistes peignent ou jouent aux jeux rapportés.

Vendredi :

A la Rocade :

 

Pas beaucoup d’enfants aujourd’hui, le pont pour certains, le mauvais temps pour d’autres, bref c’était un bien calme âpres midi (avec quelques micros averses de temps en temps..) cependant l’ambiance était chouette et plaisante ! Il y avait donc beaucoup à goûter, ce qui n’a pas déplu aux enfants présents qui ont fait de cette aprèm un bon moment !

 

Au Jardin de Chilly :

C’est un  après-midi intergénérationnel au jardin de Chilly. Certains ont planté de nombreux légumes : piments, poivrons, melons, d’autres désengorgeaient les framboisiers qui avaient vraiment pris beaucoup d’ampleur. Nous sommes allés voir l’exposition proposé par la mairie et la compagnie « un soir ailleurs »justement sur le thème du jardin.

 

Mercredi :

A la Ludothèque :

C’est entre filles et en petit comité, que nous partons à la ludothèque. Après quelques jeux de société nous sommes vite rejoints par d’autres enfants bien connus de l’association. La fin d’après-midi se poursuit dans le parc de Longjumeau où nous jouons à « la momie » à l’aide d’un élastique. Les  enfants sont très contents,  sans doute ce beau soleil qui met tout le monde de bonne humeur !

Au jardin de Saulx

 

Pas mal d’activités au terrain cet après-midi. Plusieurs petits groupes se forment, certains plantent plusieurs bulbes de dahlias, donnés par une habitante du quartier, tandis que d’autre s’arrosent les plantes sous la serre. Les garçons souhaitent bricoler, alors nous commençons à creuser une tranchée qui servira à poser une clôture. Nous réparons aussi quelques panneaux où sont écrits le nom des plantes.

 

 

 

A Moulin Galant :

 

Modelons,  modelons la pâte à sel… et pourquoi ne pas profiter du soleil pour se faire une petite manucure. Les plus petits jouent aux kaplas avec leur maman. Si bien occupés, le temps est passé très vite,  l’heure du gouter est donc vite arrivée !

Les enfants nous racontent que le vent leur a fait peur… Des arbres sont encore tombés pendant la tempête ces jours derniers sur une caravane.

Chroniques DIEoises

Aujourd’hui, le vent nous fait une blague… il ne souffle qu’à peine. Je sors quand même les modèles de cerfs-volants pêchés sur internet et nous profiterons de ce répit pour bricoler tranquillement avec du papier de récupération ou avec des morceaux de parapente que, justement, Maeva nous apporte. Les essais de vol, ce sera pour un autre jour.

Pour aujourd’hui, une douzaine de gamins participeront à l’atelier. Encore des têtes nouvelles. Dès qu’ils me voient arriver, ils me proposent un coup de main. C’est devenu un rituel : nous installons la natte, les jeux, les livres, les crayons et les bouts de laine. Une broderie, destinée à une petite sœur, revoit le jour et avance à petits points. Un nouveau pompon est terminé. Constance, qui habite dans la tour, vient avec un seau et des journaux. Elle propose de faire du papier mâché. Etan lui donne un coup de main avec application, Soulheï s’approche, écoute, les aide un peu, puis revient vers la broderie. Des jeux s’organisent. Des mamans s’approchent.

Mais il est déjà plus de quatre heures, et aujourd’hui les enfants se chamaillent un peu pour être le responsable du gouter !

Melody n’est pas là aujourd’hui, mais ça a tourné comme sur des roulettes. D’autres adultes ont pris le relais. Merci à Fatna, Maeva et Constance pour leur présence chaude et douce.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *