Insolaires II 

Courir après les fantômes, courir après les « enfants-hommes », trop vite grandis, trop vite jetés dans un monde trop grand.

Courir après des enfants hommes (et femmes) , jetés dans la pensée avant d’avoir pu rêver. Révélés à eux mêmes, face à tout ce qui est immense, face à tout ce qui nous dépasse.

Courir après les fantômes car, quand on est pauvres et précaires, on n’ a plus le temps de marcher. Le temps va trop vite, le temps on n’en a pas .

C’est le temps qui nous tue.

Quand vous êtes tout le temps en train de perdre le peu que vous avez , que demain est forcément plus sombre qu’aujourd’hui, alors il faut courir pour avoir plusieurs vies, pour forcer le hasard, brutaliser les minutes et tout ce qui nous contient.  Il faut secouer le Temps.

Et les enfants courent plus vite encore ; ils courent après l’enfance qui leur a manqué; ils courent après leurs parents qui s’enfoncent inexorablement dans l’immobilité. Ils courent pour ne pas figer, pour na pas couler, aux aussi.

Ils  courent pour aller voir tous ceux qui peuvent apporter leur aide, un peu de soin, d’attention . Ils courent pour se sentir exister dans le regard d’un autre , dans un peu de temps consacré, dans un petit espace de lumière.

Et bien entendu , nous courons aussi, après toutes ces chimères, après toutes ces peines perdues; nous courons contre l’horloge, nous courons contre la montre

   … et déjà ceux vers qui allaient nos soins, ont tous disparu.

Mais nous courrons encore , pour conserver les restes, pour ramasser ce qui peut l’être, saisir avant que ça s’envole, la confidence échangée, le sourire entendu, l’instant subtile où on se comprend; où on a tout compris.

Nous courrons après tous les fantômes que nos institutions fabriquent, car ils ont quelque chose à nous dire, ils ont quelque chose à nous transmettre. Ils nous renseignent sur ce qui est et qui a toujours été ; ils nous parlent des choses certaines, des vérités avérées; de ce que nous avons toujours su et que nous avons oublié.

Ils nous parlent d’espoir perdu, de désir , de partage, d’humanité retrouvée , de communauté à construire.

Ils nous parlent de temps à bâtir et de grands feux à allumer.

Et dans le soir qui tombe, au milieu de toutes les lumières qui vacillent, du naufrage de tout ce qui nous a asservi et dompté, au milieu de la déroute des institutions qui prétendaient commander l’Humain, ce sont ces moments là, ce sont ces minutes qui vont nous rester.

Elles seront nos diamants , l’unique instant du temps qui ne se perd pas, qu’on ne perd jamais … car il nous perce le coeur.

 

 

Mercredi 13 Février

Atelier St Eloi

2ème Atelier construction de cabane à St Eloi !! Les enfants se sont mobilisés ensembles pour continuer la construction. Nous avons recouvert de feuilles et de branches le toit de la cabane, et avons attaché un deuxième tronc pour faire une poutre qui servira de charpente pour prolonger la cabane.

52469058_1144881199013874_4108712654774730752_n51765507_1985247248451863_2465540798200938496_n

Nous avons fait un atelier « apprendre à faire un feu », ou chacun a pu s’essayer à la pierre a feu.
Peu de temps après nous nous sommes réunis autour du traditionnel goûter pour où une discussion animée sur cet atelier.

52263855_605344596597479_3784180398993440768_n51378997_363681131120811_8132880969976774656_n

 

Atelier Morangis

Aujourd’hui, dans le squat de Morangis, nous avons fait un atelier rempli de sourires, de rires et de motivation. Nous avons mis en place une petite enfance dynamique. Les enfants ont pu appréhender divers jeux pour les plus petits tel que les kapla, les déguisements ou autre. L’équipe a aussi mis en place des jeux collectifs tel qu’un « 1, 2, 3 soleil » et des jeux d’adresse tel que le tir à l’arc et la slackline.

20190213_16511620190213_155301

Ce bel après-midi, s’est fini sur un goûter tous ensemble à base de « merci », de pain au chocolat et de chocolat chaud.

20190213_154400

Atelier CLAS du mercredi

Ce matin, une grande partie des enfants inscrits au CLAS étaient présents.

IMG_20190213_1054581

Afin de toujours mieux se familiariser avec la langue française,  Blandine avait rapporté une grande quantité d’objets de la vie du quotidien pour organiser un jeu.

Apprendre en s’amusant est tout à fait au cœur de notre travail.

Par la suite, les petits groupes que nous avons formés sur l’accompagnement aux apprentissages scolaires ont été très studieux.